Skip to navigation – Site map
Nouvelles approches

Histoire, Mémoire et Identités dans l’Argentine du Bicentenaire (2010)

Historia, Memoria e identidades en la Argentina del Bicentenario (2010)
History, Memory and Identities in the Argentina of the bicentenary (2010)
Natalia Molinaro

Abstracts

This article develops certain themes broached in my doctoral thesis. The subject of discussion is the official bicentenary commemoration of the May 1810 Revolution, organised by the Argentinian government in Buenos Aires during the week of 18 and 25 May 2010. After explaining the methodological approach to studying the event, the article goes on to explore certain socio-political issues around the commemoration and the general context of post-crisis Argentina. Some of the fundamental aspects of the ceremonial rite employed on the evening of 25 May 2010 are considered here : for example, the reconstruction of the manner in which national identity is represented and the reinvention of Argentinian patriotic liturgy. The article seeks to analyse the different instances of collective memory associated with the celebration.

Top of page

Full text

1Tout comme la Révolution Française, la Révolution de Mai 1810 est considérée en Argentine comme un acte fondateur de la nation (B. Cottret, L. Henneton, 2009, p. 21). Sa commémoration constitue donc un terrain idéal pour une négociation et une (re)définition de l’identité nationale. Ce fut notamment le cas pour le premier Centenaire de 1910, où l’événement prit la dimension d’une vaste campagne pédagogique et publicitaire à l’échelle nationale et internationale, ce le fut également en 2010, lors de la célébration du Bicentenaire. En tant que « commémoration par excellence », cet événement allait, comme le Bicentenaire de la Révolution française en 1989, révéler les tension et conflits qui traversaient l’Argentine à ce moment-là. Il allait également mettre la lumière sur les mémoires sociales en jeu et les cultures politiques à l’œuvre. Parallèlement, il permettrait également d’observer quels éléments ont contribué à produire du consensus, une légitimité politique et à redéfinir l’identité nationale, quelques années après la crise de décembre 2001 et à presque trente ans du retour de la démocratie. Après un point concernant l’approche méthodologique, nous reviendrons sur les enjeux de cette commémoration, tout en observant les différentes instances de la mémoire collective à l’œuvre.

Approche méthodologique

2Ce travail s’inspire des travaux de Pascal Ory (1992) sur la commémoration des trois jubilés révolutionnaires en France, ainsi que de l’étude de Patrick Garcia sur le Bicentenaire de la Révolution Française (2000). Cependant, cette étude ne pouvait exclure les enjeux mémoriels et ne pouvait se limiter à une approche strictement sociologique : d’abord, parce que ce type d’événement convoque nécessairement ce que Joël Candeau (1998, p. 40) appelle des mémoires créatrices, autrement dit des mémoires sociales suffisamment « fortes » pour produire de l’identité. Mais aussi parce qu’en Argentine, l’année du Bicentenaire de la Révolution de Mai a été marquée par les procès jugeant les ex-généraux de la Junte militaire pour crime contre l’humanité.

3Face à un objet d’étude sensible, n’échappant pas aux conflits de mémoires et aux désaccords historiographiques, il a fallu opter pour une approche interdisciplinaire, en ayant recours notamment aux travaux du structuralisme pour analyser le rite déployé par le pouvoir en cette occasion.

4L’angle d’analyse adopté est donc avant tout de type socio-anthropologique : c’est en suivant le fil de la construction, déconstruction et reconstruction du récit mythique des origines élaboré autour des événements de mai 1810 qu’ont pu être abordés les différents enjeux de la célébration, ainsi que le rituel en lui-même. Les travaux de Claude Lévi-Strauss (1958) sur la structure du récit mythique ont constitué le point de départ de cette analyse : appliqués au récit explicatif des origines réactualisé pour le Bicentenaire, ils ont permis de dégager ce qui persiste dans la durée et d’observer quel matériel à la fois historiographique, mémoriel et culturel servirait à réactiver des représentations parfois tombées en désuétude ou laissées de côté par ce que l’on appelait encore à l’époque « l’histoire officielle ». Les travaux de Raoul Girardet (1986), Serge Moscovici et Denise Jodelet (1984, 1997), Denise Jodelet et Eugênia Coelho Paredes (2010), ou encore Jean-Pierre Sironneau (2009), sont également venus nourrir cette approche.

  • 2 Op. Cit., p. 25-145.
  • 3 Je remercie le personnel de la Bibliothèque Nationale de France pour cette autorisation exceptionne (...)

5La première partie de la thèse2 revient donc sur l’élaboration d’un récit explicatif des origines à partir de l’événement « Révolution de Mai 1810 » et sur l’invention d’une tradition patriotique argentine, processus qui aboutit à la fin du XIXème siècle en vue des célébrations du Centenaire de 1910. Le souvenir du Centenaire s’étant largement invité dans les débats en 2010, ce retour en arrière était nécessaire. Il a permis, à travers une perspective diachronique, de mieux cerner les enjeux du Bicentenaire et d’identifier les différentes étapes de la commémoration. Le Bicentenaire a en effet été pensé par opposition au Centenaire de 1910, celui-ci étant considéré par le pouvoir et certains intellectuels comme un héritage à dépasser en raison du caractère élitiste, exclusif et répressif attribué aux célébrations. Dès 2009, une déconstruction du souvenir idéalisé du Centenaire est amorcée par certains auteurs, comme Horacio Salas (2009) ou Fernando Devoto (2010). Cette première partie tente de comprendre comment s’est construit ce souvenir, en abordant notamment le rôle de la presse, en particulier celui du journal La Nación, dont j’ai pu consulter le numéro spécial publié le 25 mai 19103. La seconde partie revient également sur sa réactivation et sa révision, toujours dans la presse, mais aussi dans les médias, à l’approche du Bicentenaire.

6La finalité de ce travail n’était pas de faire une histoire des commémorations de la Révolution de Mai 1810. Il s’agissait, en suivant l’angle d’analyse du structuralisme, de montrer en quoi nous retrouvions en 2010 cette binarité structurant l’homme qui serait, selon Claude Lévi-Strauss, commune à toutes les sociétés humaines, qu’elles soient dites « primitives » ou occidentales. Cette binarité s’applique ici au temps historique et à la mémoire collective, et nous la retrouvons également dans la plupart des interprétations de l’événement Bicentenaire. Les cadres temporels ont ainsi dû être transgressés pour mieux comprendre, à travers une analyse des deux rituels, les mécanismes que nous devions retrouver en 1910 comme en 2010, quelles étaient les différentes instances mémorielles sollicitées, ainsi que les régimes d’historicité à l’œuvre.

  • 4 Voir aussi à ce sujet A. Cataruzza (2007) par exemple.

7La première partie tente ainsi d’expliquer en quoi la commémoration de la Révolution de Mai était teintée d’une connotation politique4 et pourquoi, en 2010, les célébrations risquaient de ne pas mobiliser, étant associées à une tradition libérale-conservatrice dont étaient issus le ménemisme des années 1990 ou encore les généraux de la dernière dictature militaire. Tout l’enjeu pour le gouvernement allait être d’inverser cette connotation, en puisant dans une autre tradition, à la fois culturelle, historiographique et politique, existant également de longue date en Argentine, les matériaux et représentations qui seraient réactualisés pour l’occasion. Il lui faudra pour ce faire également réinventer le rituel patriotique traditionnel, hérité des militaires et du Centenaire de 1910.

Enjeux sociaux, mémoriels et identitaires 

  • 5 Hijos por la Identidad y la Justicia contra el Olvido y el Silencio. L’association a été créé en 19 (...)

8Lorsqu’il prend le pouvoir en 2003, Néstor Kirchner, élu de justesse avec 22 % des voix, hérite d’une situation particulièrement délicate. L’Argentine vient de connaître un cycle de grande instabilité, marqué par des présidences intérimaires, l’essor de nombreux mouvements sociaux, comme les piqueteros, l’émergence d’une demande de justice sociale qui vient rejoindre une demande mémorielle toujours plus forte, avec la transmission intergénérationnelle de la mémoire de la dictature, dont témoigne l’essor d’associations comme H.I.J.O.S.5. Dans ce contexte, le Bicentenaire sera envisagé comme la pierre angulaire d’une vaste politique mémorielle, symbolique et éducative, visant cette fois-ci non plus à fonder, mais à « refonder la patrie », selon les termes employés dans son discours d’investiture prononcé le 25 mai 2003.

9Car la crise qui avait éclaté aux yeux du monde en décembre 2001 ne fut pas seulement une crise économique. Ce fut une véritable crise de représentativité, qui s’était alors étendue jusque dans le domaine symbolique. S’en était suivie une crise à la fois mémorielle et identitaire, qui eut des répercussions sur le grand récit national officiel. De nombreux exemples de l’effondrement du système traditionnel de représentations héritées du libéralisme conservateur du début du XXème siècle et réactualisées pendant le gouvernement de Carlos Menem dans les années 1990 peuvent se trouver dans la production artistique alternative qui émerge dans les années 2003-2004. Par exemple, la chanson du groupe de rock Bersuit Vergarabat, intitulée « La argentinidad al palo », reflète bien cette remise en question du schéma identitaire traditionnel et des excès du ménémisme. En témoignent également de nombreux ouvrages publiés à ce sujet au début des années 2000 (Silvia Bleichmar, 2002, María Seoane, 2005) ou encore le film documentaire de Fernando Solanas (Memoria del saqueo, 2003).

10C’était la fin du rêve néo-libéral porté par le gouvernement de Carlos Menem et puisant dans le mythe de grandeur hérité de l’époque du Centenaire de 1910. Les années Menem avaient réactivé ce mythe, tout en l’adaptant au contexte particulier des années 1990 et au style du président. L’expression utilisée par Silvina Walger (1995), « pizza con champán », résume à elle seule cette période et le style Menem, notamment dans les médias. Avec la mise en place du corralito en décembre 2001, la fin de la convertibilité entre peso et dollar – le uno a uno –, la fuite du président De La Rúa en hélicoptère quelques semaines plus tard, le rêve de l’Argentine Premier Monde s’était effondré pour laisser place à une réalité sociale et économique désastreuse. La classe politique avait perdu toute légitimité, en témoigne le fameux « que se vayan todos », qui résonna dans les rues de la capitale entre le 19 et le 21 décembre 2001.

  • 6 Montoneros est un groupe armé créé en 1970, sous la dictature du général Onganía (Revolución Argent (...)
  • 7 Hijos por la Identidad y la Justicia contra el Olvido y el Silencio. L’association a été créé en 19 (...)
  • 8 Au sujet des stratégies adoptées par ces associations dans les années 1990 et les suivantes, voir l (...)

11Enfin, les années Menem avaient laissé un vide mémoriel : la politique menée face aux soulèvements des généraux Carapintadas qui protestèrent entre 1987 et 1990 contre l’application des jugements prononcés en 1985 consista à faire table rase du passé. Entre 1989 et 1990, après les lois du Point Final et d’Obéissance Due (1986 et 1987), prononcées sous le gouvernement de Raúl Alfonsín, une première grâce présidentielle fut décrétée en faveur des militaires inculpés lors du procès de 1985, ainsi que du dirigeant emblématique de la guérilla Montoneros6, Mario Firmenich. La société argentine des années 1990 souhaitait tourner la page et croire aux promesses de l’Argentine Premier Monde. Au cours des années 2000, au contraire, nous allions assister à l’émergence de nouveaux collectifs de victimes de la dictature, comme H.I.J.O.S.7. La demande mémorielle se fit de plus en plus forte et vint rejoindre une soif plus globale de justice sociale8, convergeant également avec la demande mémorielle portée par d’autres secteurs, en particulier les secteurs indigènes.

  • 9 « Je fais partie d’une génération décimée, châtiée par de douloureuses absences, et je me suis enga (...)

12Néstor Kirchner sut tirer parti de ce mécontentement général, mais aussi des nombreuses initiatives collectives qui avaient vues le jour pendant ces années de crise. Il fit de la politique mémorielle l’un des axes autour duquel articuler son projet de « refondation de la patrie », tel qu’il l’énonça dans son discours d’investiture du 25 mai 2003. « Une nation, c’est une mémoire », nous dit Pascal Ory (1992), et c’est bien ce que nous pourrons observer pendant les années Kirchner. La mémoire de la dernière dictature militaire sera l’un des piliers de ce processus de refondation. Le nouveau président élu se veut le représentant d’une génération « décimée » par les années de dictature : « Formo parte de una generación diezmada, casitigada con dolorosas ausencias, y me sumé a la lucha política creyendo en valores y convicciones a las que no pienso dejar en la puerta de la Casa Rosada », déclare-t-il le 25 mai 2003, comme pour faire référence à son prédécesseur Carlos Menem9.

  • 10 Pour en savoir plus sur ce procès, voir le Journal du Procès, El Diario del Juicio : www.eldiariode (...)
  • 11 Pour plus de détails sur les politiques mémorielles menées à partir de 2003, voir V. Carnovale (200 (...)

13Le mandat de Néstor Kirchner marque le début d’un processus de légitimation officielle des collectifs de victimes (N. Tahir, 2014) et de nationalisation de la mémoire de la dernière dictature, déjà enclenché les années précédentes avec la création du Jour National de la Mémoire pour la Vérité et la Justice afin de commémorer le coup d’État militaire du 24 mars 1976. Néstor Kirchner souhaite une refonte des Forces Armées, symbolisée par le retrait, le 24 mars 2004, des portraits de Jorge R. Videla et Reynaldo Bignone de la cour d’honneur du Colegio Militar. Ce processus s’appuie également sur le travail mené par le pouvoir judiciaire dans les années précédentes pour abroger, notamment, les lois de Point Final et d’Obéissance Due, déclarées inconstitutionnelles par la Cour suprême de justice de la Nation argentine le 14 juin 2005, ce qui permet la réouverture de procès emblématiques, comme celui de Jorge R. Videla et Luciano B. Menéndez, qui se tint à Córdoba entre les mois de juillet et décembre 2010 pour la cause de l’établissement pénitencier UP110. Cette politique mémorielle ne fut pas sans créer de remous dans une société argentine encore profondément divisée et meurtrie par ce « passé qui ne passe pas », pour reprendre la célèbre formule d’Henry Rousso11.

  • 12 Programme «Educación y Memoria: entre el pasado y el futuro. Los jóvenes y la enseñanza de la histo (...)

14Parallèlement, à partir de 2003, une véritable refonte des politiques éducatives, et plus largement des politiques publiques, est amorcée. Des ressources pédagogiques sont mises à disposition des enseignants dans de nombreuses provinces pour aborder la mémoire de la dictature et la question des Droits de l’Homme dans le pays, notamment à travers le programme « Educación y Memoria », lancé en 200612. Cette pédagogie mémorielle va au-delà des cadres scolaires et investit également l’espace public, à travers les médias ou les institutions (espaces culturels, bibliothèques, etc.). La refonte de la politique éducative implique plus globalement celle des programmes et des manuels scolaires, tout particulièrement ceux d’Histoire. Peu de travaux universitaires, s’inscrivant par exemple dans la continuité du livre de José Luis Romero (2004) ou d’Héctor R. Cucuzza (2007), incluent la période récente et les manuels du kirchnerisme. Une analyse plus poussée des manuels scolaires publiés à la veille des célébrations de 2010 serait particulièrement intéressante.

  • 13 A ce sujet, voir les travaux de Melina Vásquez (2015).

15Cette refonte s’inscrit d’une façon plus générale dans la construction d’un modèle de démocratie dite participative et l’élaboration de politiques publiques « inclusives », destinées notamment à la jeunesse13. L’approche du Bicentenaire donne lieu par exemple à la création d’une mutuelle, la Mutuelle du Bicentenaire, dirigée par des jeunes (M. Vásquez (2015). Mais les célébrations de mai 2010 furent sans nul doute la clé de voûte de ce grand dispositif pédagogique, dont les principaux destinataires furent les jeunes – mais pas seulement.

Des projets pour le Bicentenaire

16Une comparaison des décrets visant à organiser les célébrations du Bicentenaire permet d’en dégager les principales caractéristiques. Un premier décret fut ratifié en décembre 1999 par le gouvernement de Carlos Menem, à l’initiative du ministre Guido Di Tella, c’est-à-dire quelques jours à peine avant la fin du mandat du président, et tandis que celui-ci entamait sa tournée d’adieux. Nous allons voir que ce décret s’inscrivait dans la lignée d’un libéralisme-conservateur pourtant à bout de souffle, ce qui explique sans doute qu’il ait été annulé en 2005 par le gouvernement Kirchner, qui en fit ratifier un nouveau et proposa un nouvel angle d’approche des festivités, plus en adéquation avec la réalité argentine de l’après-crise et le projet politique du kirchnerisme.

17Le décret 1561/1999 fut un premier pas vers l’organisation des célébrations du Bicentenaire. Nous y retrouvons le lexique propre au discours libéral-conservateur, le lyrisme qui avait accompagné les célébrations du premier Centenaire, ainsi que le mythe de grandeur porté par l’élite dirigeante de l’époque. L’accent fut mis sur le faste de la célébration et nous devions également retrouver l’importance du regard extérieur, en particulier européen. Ainsi, le décret insiste d’emblée sur le fait que cette « commémoration » doit atteindre une « splendeur maximale » et une « extraordinaire transcendance ». D’où la nécessité de « promouvoir une vaste étude des antécédents et l’analyse des initiatives publiques et privées qui viendraient à être proposées ». Les adjectifs « máximo » et « extraordinaria », associés aux substantifs « esplendor » et « trascendencia », traduisent l’idée de l’Argentine Premier Monde portée par le gouvernement Menem.

18La Révolution de Mai est envisagée comme un lieu de mémoire historiographique, autrement dit, comme un champ de dispute et de tiraillements : les publications du Bicentenaire devront contribuer à une harmonisation des interprétations historiographiques pour aboutir à une version faisant consensus et pouvant être transmise aux générations futures. La fonction pédagogique de la commémoration n’est pas écartée, mais elle s’inscrit dans la lignée du libéralisme-conservateur. Elle ne remet pas en question le récit traditionnel hérité de l’élite dirigeante du XIXème siècle et c’est autour de celui-ci que s’articuleront les valeurs exemplaires à transmettre :

  • 14 « L’orientation civique de cette célébration devra être partagée par toutes les couches de la socié (...)

(…) la orientación cívica de esta celebración deberá ser compartida con todos los estamentos de la sociedad civil, para que la rememoración de las históricas jornadas de la Revolución se integre como herencia común, lo que permitirá – con una programación concertada – lograr el mayor consenso al culminar la celebración en el año 201014.

  • 15 Au sujet de la notion de « république » en Argentine, voir le point consacré à cette question dans (...)
  • 16 Les célébrations du Centenaire se sont déroulées dans un contexte social particulièrement houleux, (...)
  • 17 « (…) réduire le Bicentenaire à une simple commémoration reviendrait à gâcher une opportunité uniqu (...)

19Ainsi, il s’agit de préparer le terrain pour que le consensus puisse être atteint en 2010 autour d’un objet d’études source de divisions. Les publications, le matériel audiovisuel et graphique produits à l’occasion du Bicentenaire devront aller dans le sens d’une uniformisation et consolidation du récit des origines hérité, notamment, de Bartolomé Mitre, et signifier la « consolidation définitive de l’unité nationale dans l’esprit républicain »15. Le gouvernement semble être conscient de la perte d’efficacité symbolique du mythe fondateur. Pour y remédier, il en appelle à la « remémoration » des événements, tout comme le fit son prédécesseur José Figueroa Alcorta en 1910, tandis que le Centenaire était célébré sous état de siège16. Il propose donc un rituel commémoratif traditionnel, contrairement au décret 1016/2005 qui considère que la simple commémoration doit être dépassée : « (…) reducir el Bicentenario a una mera conmemoración sería desaprovechar una oportunidad para afirmar los lazos nacionales, democráticos y de respeto mutuo que deben unir a todos los habitantes del suelo argentino (…) »17, nous dit-il.

  • 18 « Faire prendre conscience à la population de l’extraordinaire importance que revêt le fait de conv (...)

20Dans le décret 1561/1999, le consensus se construisait à partir d’une remémoration des événements qui allait mener vers une rétrospection, autrement dit une forme collective de la remémoration (P. Ory, 1992). Selon Pascal Ory (1992), la commémoration est un grand mouvement symbolique par lequel une communauté assure et réassure son identité en se tournant, par concaténation, vers des événements éléments qui sont tous, par définition, mythiques. Dans les deux décrets, la commémoration sert de point de départ pour aller vers la célébration : nous retrouvons cette démarche volontaire par laquelle une force politique entreprend de réactiver, aux yeux de tous, un des éléments de sa légitimité, comme un événement fondateur ou des figures fondatrices, l’objectif étant la construction d’un consensus rétrospectif. Cependant, le décret 1016/2005 opère une rupture avec l’approche du libéralisme-conservateur, notamment en ce qui concerne les modalités du rituel qui sera déployé par le pouvoir, qui devront refléter les orientations de la politique publique du gouvernement. Ainsi, l’accent est mis sur le caractère « inclusif » et « participatif » que doivent prendre les festivités. « Celebrá el Bicentenario, participá en la historia », nous dit le slogan du Bicentenaire, en prenant soin de retranscrire la spécificité argentine quant à la place de l’accent tonique pour renforcer la tonalité populaire. La commémoration doit servir de support à la réélaboration d’un sens commun, à la reconstruction d’un sentiment d’appartenance collective et générer de l’adhésion : « crear conciencia en la población acerca de la extraordinaria importancia que reviste confluir en un proyecto común, sin desmendro alguno de la diferencias particulares y de la diversidad cultural existentes », nous dit le décret 1016/200518.

21Le décret 1016/2005 tente ainsi de trouver un compromis malgré les réserves que pouvait alors générer le motif même de la célébration chez une partie des Argentins. Il s’agit d’utiliser la structure du mythe fondateur et la commémoration pour leur insuffler un sens plus en adéquation avec les enjeux du présent. Comment réactualiser un récit des origines associé à la tradition libérale-conservatrice, pourtant si éloignée de la culture politique du gouvernement ? Comment faire en sorte que la participation soit au rendez-vous ?

Le rite

  • 19 Ou « videomapping » en espagnol. Technique consistant à projeter des vidéos sur des façades, des vo (...)

22Nous allons aborder trois moments-clés dans le processus de réactualisation du mythe fondateur et la resignification de l’événement « Bicentenaire » : d’abord, la nationalisation d’une nouvelle histoire officielle et la refondation du système de représentations de l’identité nationale autour de figures et symboles hérités d’une autre tradition historiographique, politique et culturelle. Ensuite, la réappropriation du patrimoine de la Révolution de Mai, à travers la projection d’un Mapping Video19 sur la façade du Cabildo. Enfin, ce que j’ai appelé l’accomplissement du mythe, selon l’expression de C. Bergé et M. Boccara (2004), autrement dit l’étape finale de réactualisation, avec le défilé final proposé par la compagnie de théâtre acrobatique Fuerza Bruta. Nous ne pourrons pas ici aborder tous les aspects, mais nous tenterons d’observer en particulier quelles instances de la mémoire collective ont été à l’œuvre.

  • 20 Pour une approche du (néo)révisionnisme argentin, voir M. A. BiurciA. L. Doeswijk (2010), E. Fernán (...)

23La première étape consista à combler les vides laissés par le grand récit national après les traumatismes successifs vécus par les Argentins. Il s’agissait de renouveler le panthéon national et le Grand Récit légué par la tradition libérale-conservatrice. Pour ce faire, le gouvernement puisa dans une autre tradition, à la fois historiographique, politique et culturelle, héritée du fédéralisme et du péronisme, les éléments à réactualiser, en les associant au vécu plus récent des Argentins. Des figures comme Juana Azurduy ou Eva Perón vinrent intégrer officiellement le panthéon national, aux côtés des Mères de la Place de Mai, par exemple. Ce type d’association serait, selon Andrea Doeswijk (2010), caractéristique du révisionnisme argentin qui connait, en 2010, un nouvel essor, à travers des auteurs très médiatisés comme Felipe Pigna20. C’est à lui que la commission chargée de l’organisation des célébrations du Bicentenaire fit appel pour élaborer la trame narrative historique qui serait déployée dans le cadre du défilé final de la compagnie de théâtre acrobatique Fuerza Bruta.

24F. Pigna, auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire argentine et d’une émission qui connut un grand succès pendant les années de crise – Algo habrán hecho por la historia argentina –, est l’un des auteurs phares d’un « néo-révisionnisme de marché » – selon la formule employée par Luis A. Romero – qui s’appuie néanmoins sur une longue tradition en Argentine. Selon Tulio Halperín Donghi (2005), le révisionnisme historique prend son essor dans les années 1930, après la destitution d’Hipólito Yrigoyen, et sera plus tard rejoint par les files du péronisme, notamment après le coup d’État de 1955. Comme le rappelle également Gabriel Di Meglio (2010), il surgit dans un contexte de crise du libéralisme au niveau international, entre la montée du communisme et la création de l’URSS d’un côté, et de l’autre, la montée du fascisme et du nazisme en Italie et en Allemagne. Nous allons assister alors à un double phénomène en Argentine : la consolidation d’une Histoire et d’une Contre-Histoire.

25Selon G. Di Meglio (2010), après la Réforme Universitaire de 1918 et la Semaine Tragique de 1919, les secteurs de la droite argentine commencent à se replier sur eux-mêmes et à s’éloigner du libéralisme pour se rapprocher d’un nationalisme anti-démocratique pouvant prendre plusieurs formes (de l’intégrisme catholique au fascisme non catholique). Ceci se produit tandis que la tradition libérale se consolide en tant qu’histoire officielle, avec la promotion de l’historien Ricardo Levene, qui charge la future Academia Nacional de la Historia, alors appelée Junta de Historia y Numismática, d’élaborer une version définitive de l’histoire argentine. Suivant le même procédé que celui employé un peu moins d’un siècle plus tôt par Bartolomé Mitre – et un siècle plus tard par les gouvernements Kirchner –, ce nouveau discours historique, élaboré à partir de 1938, viendra structurer les politiques éducatives et la culture argentine autour d’un axe central : la Révolution de Mai.

26Cependant, tandis que la version d’une Révolution démocratique, menée pour l’indépendance et qui conduisit au système républicain et au fédéralisme, est nouvellement promue en tant que récit officiel, d’autres récits apparaissent (voir G. Di Meglio et F. Gómez, 2010). Par exemple, Ernesto Palacio (1954) remet en question le caractère frontal de l’opposition entre espagnols et criollos, et Julio Irazusta (1950) revalorise la figure de Tomás de Anchorena pour le hisser au même plan que les pères fondateurs du panthéon libéral. Plus tard, tandis que le 150ème anniversaire de la Révolution approche, d’autres récits émergent, conditionnés par les débats politiques de l’époque (voir par exemple J. A. Ramos, 1957).

27Le révisionnisme historique argentin est divisé en trois branches : l’une dite « traditionnelle », dont l’auteur phare serait Julio Irazusta (1899-1982), considéré comme le père fondateur de ce courant revendiquant la figure du caudillo, en particulier celle de Juan Manuel de Rosas, par opposition à l’élite dirigeante et au centralisme de Buenos Aires, et qui critique aussi les liens de dépendance économique établis avec la Grande-Bretagne ; l’autre dite « nationale-populaire », qui se consolide avec le péronisme, et dont José María Rosa (1906-1991) est l’un des plus grands représentants. Celui-ci entreprit d’écrire, selon F. Gómez (2010), une version populaire de l’histoire de la Révolution de Mai, face à une version jugée elle aussi trop élitiste. Enfin, le révisionnisme dit « social » ou « federal-provinciano », incarné, entre autres, par des auteurs comme Blas Alberti, Eduardo Astesano, Salvador Cabral, John W. Cooke, Rodolfo Puiggrós, Jorge A. Ramos, ou encore Jorge Spilimbergo, et dont est également issu un autre auteur phare du Bicentenaire, Norberto Galasso.

28Chacune de ces branches a créé sa propre généalogie, inventé sa propre tradition, dont nous retrouverons certains éléments en 2010. Chez Felipe Pigna, le récit et les représentations s’inscrivent tout particulièrement dans la lignée du révisionnisme national-populaire hérité notamment d’Arturo Jauretche (1901-1974), mais nous retrouvons également des éléments issus des autres branches du révisionnisme. Son livre 1810. La otra historia de nuestra revolución fundadora, qui servit de support à l’élaboration de la trame narrative déployée dans le cadre du défilé de Fuerza Bruta, propose une relecture des événements de mai 1810, en mettant l’accent sur le rôle des oubliés de l’histoire officielle : les femmes, les peuples originaires, les esclaves... Il fait de cette révolution une révolution sociale, débarrassée de la connotation élitiste qui lui était attribuée en raison de sa genèse libérale et porteña, sans pour autant remettre en cause certains postulats, comme la préexistence d’une idée de nation ou la finalité de cette révolution. Le livre est construit par thématiques ou par séquences, proposant ainsi des tableaux de l’histoire de la Révolution de Mai, structure et représentations que nous retrouverons lors du défilé de Fuerza Bruta.

  • 21 Fermé au début de l’année 2016 par le gouvernement de Mauricio Macri, cet institut a fait l’objet d (...)

29Nous retrouvons également ce qui constitue, selon Tulio Halperín Donghi, l’une de ses principales caractéristiques de ce néo-révisionnisme : une relecture du passé à partir des enjeux du présent. Certaines catégories d’analyse ̶ le genre, mais aussi la catégorie du « subversif » ou encore la figure du disparu ̶ résonnent avec l’actualité argentine de 2010. Associés à des représentations puisant dans une mémoire historique et sociale « forte » (J. Candeau, 1998, p. 40), ces éléments seront réactivés et resignifiés, dotés d’une nouvelle valeur affective. La fonction pédagogique du récit apparaît très clairement ̶ Felipe Pigna est lui-même enseignant et auteur de matériel pédagogique. Ce « néo-révisionnisme de marché », selon la formule de Luis A. Romero, l’un de ses plus fervents opposants, sera en quelque sorte nationalisé avec les célébrations du Bicentenaire et la création, un an plus tard, de l’Institut de Révisionnisme Historique Manuel Dorrego21.

  • 22 Le recours à cette technique n’est pas exclusif à l’Argentine. Voir l’article de Pablo Ortemberg (2 (...)

30La seconde étape consistera en un premier rituel d’ancrage de ce nouveau récit officiel et ses représentations. Comment redonner un sens au récit des origines et faire en sorte qu’il soit incorporé, admis, et partagé par le plus grand nombre, ici et maintenant ? Comment faire revivre le patrimoine de la Révolution ? Quelles valeurs lui associer ? Quelle généalogie construire, malgré les failles laissées par l’histoire officielle ? La projection d’un Mapping Vidéo sur la façade du Cabildo, reprenant « les temps forts » de l’histoire nationale depuis les Invasions Anglaises (1806) jusqu’à l’avènement du kirchnerisme, en passant par la Révolution de Mai – rapidement évoquée à travers les portraits de figures choisies, comme Mariano Moreno, « l’homme du Bicentenaire » selon Felipe Pigna –, le Centenaire de 1910 – dont la mise en scène rejoint l’entreprise de démythification évoquée plus haut, en donnant aux célébrations un aspect vieillot et dépassé –, l’arrivée de Perón au pouvoir, ou encore la dernière dictature militaire, vint répondre à ces besoins et constitua l’une des étapes cruciales du rituel mis en œuvre pour les célébrations officielles du Bicentenaire à Buenos Aires22.

31L’efficacité de ce Mapping Vidéo repose sur la dramatisation d’un récit historique évoqué par bribes, à travers des séquences qui disent sans dire, et représentent l’événement sous la forme d’évocations se rapprochant du souvenir. Nous entrons ici dans le « temps intime de la mémoire » (J. Candeau, 1998, p. 93). Le Cabildo s’anime et devient le réceptacle, la caisse de résonance d’un vécu historique commun. Il n’est plus seulement le lieu où une poignée d’hommes a fait « sa » révolution, mais bien le lieu de mémoire de la nation toute entière. Selon P. Ortemberg (2013), ce procédé constitue une « re-patrimonialisation » du Cabildo. Le patrimoine de la Révolution n’est plus réservé aux habitants de Buenos Aires. La nation toute entière peut se le réapproprier – ce que nous invitent à faire les bandeaux bleus et blancs projetés sur la façade. Cet effet est renforcé par la mise en scène de l’événement pour la chaîne télévisée publique : la foule réunie face au Cabildo rejoue, rétrospectivement, la situation de 1810. Le spectateur est intégré à la scène et devient acteur de l’histoire du bicentenaire. Cette incarnation du « peuple » de la révolution en 2010 permet de réinsuffler une connotation populaire à l’événement commémoré. Cette mise en scène permet également d’en activer le souvenir, en réactualisant la représentation traditionnelle que l’on peut trouver dans les manuels scolaires (la foule venue se réunir devant le Cabildo, des parapluies à la main). Enfin, elle donne au rituel toute sa dimension participative, suivant la ligne politique établie par le gouvernement, tout en offrant au public l’expérience collective d’une simultanéité (B. Anderson, 1983).

32C’est une dramatisation en temps réel de l’histoire nationale que nous propose ce Mapping Vidéo, comme le montre le décompte chronologique qui s’accélère à partir de l’évocation du Centenaire de 1910. C’est toute une vie qui défile sous nos yeux. L’impact émotionnel atteint son paroxysme lors de l’évocation du coup d’Etat militaire du 24 mars 1976, qui fait suite à une séquence évoquant l’Argentine de la fin des années soixante, ses intellectuels et ses mouvements sociaux, et n’hésite pas à rendre hommage à la lutte armée de l’époque. L’efficacité symbolique repose également sur le langage utilisé, presque onirique. Nous entrons dans le langage de l’inconscient, celui des souvenirs refoulés. C’est notamment le cas lors de l’évocation de la dernière dictature militaire ou de la crise de 2001. Ces images projetées en trois dimensions font l’effet de réminiscences, de flash-backs. Nous sommes ici au cœur de l’« expérience-source » (C. Bergé, M. Boccara, 2004, p. 4), autrement dit au cœur du « vécu mythique » ayant laissé une trace dans la mémoire collective. S’il s’agit ici d’une expérience traumatique, elle n’en est pas moins fondatrice.

33Cette mémoire est donc, avant tout, une mémoire créatrice, à partir de laquelle peut se structurer un discours identitaire et ses représentations. Rappelons de plus que cette projection a été réalisée par une société de production audiovisuelle travaillant dans le milieu publicitaire – NOS –, dont la fonction est de « créer de l’identité », selon le vocabulaire utilisé sur la page de présentation de l’entreprise. Celle-ci a su parfaitement exploiter le matériel mémoriel et culturel proposé pour le mettre au service du grand récit officiel et l’adapter aux besoins du kirchnerisme. Elle a su reconstruire un récit mythique, dont nous retrouvons la structure, en tant que combinaison syntagmatique d’unités narratives et système d’oppositions.

  • 23 Pour une analyse plus détaillée de ce défilé, voir N. Molinaro (2014).

34Chaque séquence est organisée autour d’un référent mémoriel venant alimenter la base paradigmatique qui sous-tend le mythe. Ces mêmes référents permettent de glisser d’une opposition à une autre : de l’esclavage, l’oppression ou l’invasion vers la liberté, du désespoir vers l’espoir, de la mort vers la vie. Ainsi, la trame répond idéalement aux besoins du pouvoir : par exemple, toute la progression du récit à partir du retour de la démocratie semble tendre vers un aboutissement : celui de l’ère Kirchner, porteuse d’espoir et de réalisations collectives. Le défilé historico-artistique organisé le soir même par la compagnie Fuerza Bruta repose sur le même principe et nous y retrouvons le même fil conducteur : une trame narrative composée de séquences, consistant en une succession de tableaux représentant « les grands moments de l’histoire nationale »23 aboutissant sur un présent et un futur à l’abri des soubresauts de l’histoire.

35L’évocation de grandes catégories – « Pueblos Originarios », « La Argentina », « El sabor de la tierra », « Latinoamérica » –, assemblées en suivant un ordre chronologique, permettent d’évoquer les grandes lignes de l’histoire nationale selon l’approche révisionniste. Á une différence près : ces représentations sociales « ritualisées » (M. Sahlins, 2001, p. 298) sont ici incarnées, interprétées, par des jeunes de surcroît, ce qui renforce les possibilités d’identification. Nous sommes ici à l’ultime étape du rituel déployé par le pouvoir.

36L’impact émotionnel provoqué par ce dernier rituel repose entre autres sur l’alternance de trois niveaux, trois instances de la mémoire collective : la rétrospection, la commémoration et la célébration, selon la distinction effectuée par Pascal Ory (1992). Le premier tableau, consacré aux temps immémoriaux des origines, avec l’évocation des « peuples originaires », nous amène dans la rétrospection, avec l’évocation d’un paradis terrestre situé hors de l’ici et maintenant. Il sert de point de départ au récit mythique : c’est le temps originel, celui du paradis perdu, le « jardin d’Eden ». Cependant, si l’épisode de « El Éxodo Jujeño » rend hommage à la population de la région de Jujuy, qui fut obligée d’abandonner ses terres sur ordre de l’armée en 1812 pour empêcher l’armée royaliste de s’y ravitailler, aucune mention n’est faite d’épisodes plus traumatisants encore, et non moins fondamentaux dans le processus de construction nationale, comme les campagnes menées au XIXème siècle pour la conquête du Chaco, de la Pampa et de la Patagonie. Les épisodes conflictuels ayant trait à la mémoire autochtone sont ainsi effacés.

  • 24 «Una cosa que no entendí, por ahí ustedes me pueden ubicar un poco, ¿qué quiere decir quemar la Con (...)

37Le recours à des catégories très ouvertes et générales, associées à des éléments issus d’une mémoire sociale récente et sans doute pour cette raison plus « forte » (J. Candeau, 1998, p. 40), permettent la création de consensus autour d’épisodes conflictuels, comme la dernière dictature militaire. Le tableau consacré aux Mères de la Place de Mai vient adoucir le choc provoqué par l’évocation de « La Démocratie et les Coups d’États », qui donna lieu à quelques protestations au sein de l’opposition24. Ces deux tableaux, suivis de l’évocation de la guerre des Malouines nous invitent, cette fois oui, à la commémoration, dont nous retrouvons ici la fonction cathartique. C’est ainsi que nous pourrons passer, comme le proposait le décret 1016/2005, de la commémoration à la célébration (tableaux « El regreso de la Democracia », « Presente y Futuro », « Rock Nacional »).

Conclusion

38La perspective adoptée, à la fois diachronique et socio-anthropologique a permis de montrer la permanence des mythes nationaux grâce à leur capacité d’adaptation et leur structure ouverte, capable de recevoir de nouvelles significations, tout en maintenant une structure syntagmatique invariable. Elle aura également montré à quel point leur contenu dépend étroitement des agents qui le véhiculent – en l’occurrence, les politiciens. C’est en puisant dans une mémoire sociale forte et récente, mais aussi dans les deux grandes traditions historiographiques argentines – libérale et révisionniste – que le gouvernement a pu renouveler le panthéon national, refonder le système de représentations de l’identité nationale et réinventer, du moins pour un temps, une tradition patriotique à bout de souffle.

Top of page

Bibliography

ANDERSON, Benedict, L’imaginaire national [1983], La Découverte, Paris, 2002.

BERGE, C., BOCCARA, M., « Aux sources de l’expression. Danse, possession, chant, parole, théâtre », dans Bergé, C., Boccara, M., Zafiropoulos, M., Le mythe : pratiques, récits, théories, vol. I, Economica Anthropos, Paris, 2004, p. 1-43.

BIURCI, Miriam A., El revisionismo histórico argentino : su significación, Tesis de Licenciatura, dirigée par M. C. Lotito de Gutiérrez, Universidad Nacional del Comahue, 1986.

BLEICHMAR, Silvia, Dolor país, Libros del Zorzal, Buenos Aires, 2002. Edition française : Douleur pays. L’Argentine sur le divan, Le Félin, Paris, 2003.

CANDEAU, Joël, Mémoire et identité, P.U.F., Paris, 1998.

CATARUZZA, Alejandro, « El revisionismo : itinerario de cuatro décadas », dans Cattaruzza, A. et Eujanián, A., Políticas de la historia : Argentina 1860-1960, Alianza, Buenos Aires, 2003.

______________________Los usos del pasado. La historia y la política argentinas en discusión, 1910-1945, Sudamericana, Buenos Aires, 2007.

CORBAIN, A., GERÔME, N., TARTAKOWSKY, D., Les usages politiques des fêtes aux XIXème-XXème siècles, Publications de la Sorbonne, Paris, 1994.

COTTRET, B., HENNETON, L., Du bon usage des commémorations. Histoire, mémoire et identité (XVIè-XXIème siècle), Presses Universitaires de Rennes, 2010.

DARDO, Scavino, Narraciones de la independencia. Arqueología de un fervor contradictorio, Eterna Cadencia, Buenos Aires, 2010.

_______________ « Vestir el ropaje de los próceres», dans Revista de Cultura, Clarín, 29 avril 2010. Disponible en ligne : http://edant.revistaenie.clarin.com

D’ATRI, Norberto, « El revisionismo histórico. Su historiografía », dans Jauretche, Arturo, Política Nacional y revisionismo histórico [1959], Corregidor, Buenos Aires, 2006.

DEVOTO, Fernando, El país del primer centenario. Cuando todo parecía posible, Capital Intelectual, Buenos Aires, 2010.

DI MEGLIO, Gabriel, « La crisis del consenso liberal (1920-1940/50), dans Fradkin, R. et Gelman, J. (coord..), Doscientos años pensando en la Revolución de Mayo, Sudamericana, Buenos Aires, 2010, p. 253-304.

DOESWIJK, Andrea L., « Revisionismo e historiografía en el Bicentenario de la Revolución de Mayo », dans Anuario del Centro de Estudios Históricos “Prof. Carlos S. A. Segretti”, Año 10, 2010.

FERNANDEZ DOMINGO, « El “neorevisionismo” argentino y la “batalla de memorias” chilena dos ejemplos del uso político de la historia en América Latina », dans Carlos Forcadell, Ignacio Peiró, Mercedes Yusta (ed.), El pasado en construcción : Revisiones de la historia y revisionismos históricos en la historiografía contemporánea, Zaragoza, Institución Fernando el Católico, 2015, p. 275-300.

GARCIA, Patrick, Le bicentenaire de la Révolution française, CNRS Editions, Paris, 2000.

GIRARDET, Raoul, Mythes et mythologies politiques, Seuil, Paris, 1986.

GÓMEZ, Fernando, « La sociedad argentina dividida y el 150° aniversario de la Revolución de Mayo (1940/50-1970), dans Fradkin, R. et Gelman, J. (coord..), Doscientos años pensando en la Revolución de Mayo, Sudamericana, Buenos Aires, 2010, p. 305-408.

HALPERIN DONGHI, Tulio, « Un cuarto de siglo de historiografía argentina (1960-1985) », dans Desarrollo Económico, vol. XXV, n° 100, 1986.

_________________________ El revisionismo como visión decadentista de la historia argentina, dans Ensayos de Historiografía, El Cielo Por Asalto, Buenos Aires, 1996.

IRAZUSTA, Julio, Tomás de Anchorena o la emancipación americana a la luz de la circunstancia histórica [1950], Huemul, 1962.

JODELET, D. ; COELHO PAREDES, E. ; Pensée mythique et représentations sociales, Coll. Logiques Sociales, L’Harmattan, Paris, 2010.

JODELET, Denise, « Représentations sociales : phénomènes, concept et théorie », dans Moscovici, S. (éd.), Psychologie sociale, P.U.F., Paris, 1984, p. 357-378.

JOZAMI, Eduardo (coord..), Tradiciones en pugna. 200 años de historia argentina, Ediciones Centro Cultural de la Memoria Haroldo Conti, Eudeba, Buenos Aires, 2011.

LEVI-STRAUSS, Claude, « L’efficacité symbolique », dans Anthropologie structurale [1958], vol. I, chapitre X, Plon, Paris, 1974, p. 213-234.

_____________________ « La structure des mythes », dans Anthropologie structurale [1958], vol. I, chapitre X, Plon, Paris, 1974, p. 235-265.

MOLINARO, Natalia, Refonder le mythe : usages du passé, questions de mémoires et enjeux d’identités dans l’Argentine du Bicentenaire (2010), dirigée par Perla Petrich, soutenue le 13 décembre 2014, Université Paris 8, 670 p.

__________________« L’Argentine en son Bicentenaire (2010) : les fantômes de la dictature (1976-1983) », revue Pandora, n° 12, 2014, p. 115-130. Accessible en ligne : https://dialnet.unirioja.es/ejemplar/408288

__________________« El Bicentenario argentino : el estatuto del acontecimiento y su conmemoración en los diarios nacionales Clarín y La Nación (21-26 de mayo de 2010) », dans revue PILAR, Octubre 2015, p. 295-310. Accessible en ligne : https://dialnet.unirioja.es/servlet/libro ?codigo =654823

ORTEMBERG, Pablo, « Videomapping de los Bicentenarios. Tecnología, narración y espectáculo en el corazón de la fiesta patria», revue Políticas de la memoria, n° 14, verano 2013/2014, p. 169-180.

Accessible en ligne : http://www.academia.edu/5872784/Video_mapping_de_los_Bicentenarios_tecnolog%C3%ADA_narraci%C3%B3n_y_espect%C3%A1culo_en_el_coraz%C3%B3n_de_la_fiesta_patria

ORY, Pascal, Une nation pour mémoire. 1989,1939, 1989, trois jubilés révolutionnaires, Presses de la Fondation des Sciences Politiques, 1992.

PAGANO, N. ; RODRÍGUEZ, M. (comp.), La historiografía rioplatense en la posguerra, La Colmena, Buenos Aires, 2001.

PALACIO, Ernesto, Historia de la Argentina (1515-1943) [1954], A. Peña Illio, 1973.

PIGNA, Felipe, 1810. La otra historia de nuestra revolución fundadora, Planeta, Buenos Aires, 2010.

RAMOS, Jorge A., Revolución y contrarrevolución en la Argentina [1957], coll. Biblioteca del Pensamiento Nacional Continental, Buenos Aires, 2012.

ROCHA, Laura, « Un desfile que deslumbró a millones », publié dans La Nación le 26 mai 2010.

SALAS, Horacio, El Centenario. La Argentina en su hora más gloriosa, Planeta, Buenos Aires, 2009.

SEOANE, María, Nosotros. Apuntes sobre pasiones, razones y trampas de los argentinos entre dos siglos, Sudamericana, Buenos Aires, 2005.

SHUMWAY, Nicolás, La invención de la Argentina [1993], Emecé, Buenos Aires, 1998.

SIRONNEAU, Jean-Pierre, Lien social et mythe au fil de l’histoire, Coll. Logiques Sociales, L’Harmattan, Paris, 2009.

SVAMPA, Maristella, El dilema argentino : civilización y barbarie, de Sarmiento al revisionismo peronista, El Cielo Por Asalto, Buenos Aires, 1994.

TAHIR, Nadia, Argentine. Mémoires de la dictature, Presses Universitaires de Rennes, 2014.

WALGER, Silvina, Pizza con champán. Crónica de la fiesta menemista, Espasa Calpe, Buenos Aires, 1995.

Autres sources :

Décret 1561/1999, publié dans le Bulletin Officiel de la République Argentine, n° 29 295, vendredi 17 septembre 1999.

Décret 1016/2005, publié dans le Bulletin Officiel de la République Argentine, n° 30 725, vendredi 26 août 2005.

Mapping Vidéo du Bicentenaire : voir le document vidéo Síntesis de los cinco días de fiesta, produit par Radio y Televisión Argentina (à 1h16’ 48’’) : https://www.youtube.com/watch ?v =hUDzVpzFXCQ

Ou la version masterisée proposée par NOS Audiovisual : https://www.youtube.com/watch ?v =7faRDcGs6bo

Top of page

Notes

1 N. Molinaro (2014).

2 Op. Cit., p. 25-145.

3 Je remercie le personnel de la Bibliothèque Nationale de France pour cette autorisation exceptionnelle.

4 Voir aussi à ce sujet A. Cataruzza (2007) par exemple.

5 Hijos por la Identidad y la Justicia contra el Olvido y el Silencio. L’association a été créé en 1995 par des anciens étudiants de la Facultad de Arquitectura de la Universidad de La Plata, à la suite d’un hommage organisé le 3 novembre 1994 à la mémoire des étudiants et enseignants disparus pendant les années de dictature (1976-1983). Pour en savoir plus sur ce collectif, voir. N. Tahir (2014).

6 Montoneros est un groupe armé créé en 1970, sous la dictature du général Onganía (Revolución Argentina, 1966-1973), qui militait pour un retour de Perón au pouvoir. Ses activités s’intensifièrent après des événements comme le Massacre de Trelew (1972) et se poursuivirent jusqu’en 1979. Beaucoup de ses membres figurent parmi les disparus de la dernière dictature militaire (1976-1983).

7 Hijos por la Identidad y la Justicia contra el Olvido y el Silencio. L’association a été créé en 1995 par des anciens étudiants de la Facultad de Arquitectura de la Universidad de La Plata,à la suite d’un hommage organisé le 3 novembre 1994 à la mémoire des étudiants et enseignants disparus pendant les années de dictature, entre 1976 et 1983. Pour en savoir plus sur ce collectif, voir. N. Tahir (2014).

8 Au sujet des stratégies adoptées par ces associations dans les années 1990 et les suivantes, voir l’ouvrage de Nadia Tahir (2014).

9 « Je fais partie d’une génération décimée, châtiée par de douloureuses absences, et je me suis engagé dans la lutte politique en ayant des valeurs et des convictions auxquelles je ne pense pas renoncer une fois passée la porte de la Casa Rosada ».

10 Pour en savoir plus sur ce procès, voir le Journal du Procès, El Diario del Juicio : www.eldiariodeljuicio.com.ar

11 Pour plus de détails sur les politiques mémorielles menées à partir de 2003, voir V. Carnovale (2006), D. Quattrocchi-Woisson (2007), ou encore N. Tahir (2014).

12 Programme «Educación y Memoria: entre el pasado y el futuro. Los jóvenes y la enseñanza de la historia reciente », lancé en 2006 par le Ministère de l’Education Nationale. Son objectif est de « consolider une politique éducative promouvant l’enseignement de l’histoire récente à travers l’élaboration et la mise à disposition de matériel, ainsi que la formation des enseignants, à l’échelle nationale ». Voir http://www.me.gov.ar/educacionymemoria/

Voir également l’ouvrage de E. Jelin et F. Lorenz (2004) à ce sujet.

13 A ce sujet, voir les travaux de Melina Vásquez (2015).

14 « L’orientation civique de cette célébration devra être partagée par toutes les couches de la société civile, pour que la remémoration des journées historiques de la Révolution soit intégrée en tant qu’héritage commun, ce qui permettra -avec un programme concerté- d’atteindre le plus large consensus lorsque culminera la célébration en 2010 ».

15 Au sujet de la notion de « république » en Argentine, voir le point consacré à cette question dans ma thèse (p.56-59) ou encore les travaux de N. Botana (1994), N. Shumway (1993) et D. Roldán (2005).

16 Les célébrations du Centenaire se sont déroulées dans un contexte social particulièrement houleux, marqué par les grèves et les manifestations organisées par les secteurs anarchistes et socialistes, et les mesures répressives du gouvernement. Voir N. Botana (2009), F. Devoto (2010), N. Molinaro (2014, p.82-91) ou encore H. Salas(2009).

17 « (…) réduire le Bicentenaire à une simple commémoration reviendrait à gâcher une opportunité unique d’affirmer les liens nationaux, démocratiques et de respect mutuel qui doivent unir tous les habitants du sol argentin ».

18 « Faire prendre conscience à la population de l’extraordinaire importance que revêt le fait de converger vers un projet commun, sans porter préjudice aux différences particulières ni à la diversité culturelle existantes ».

19 Ou « videomapping » en espagnol. Technique consistant à projeter des vidéos sur des façades, des volumes ou encore des décors, accompagnées d’effets comme le trompe l’œil animé. Elle est notamment utilisée dans l’événementiel ou la publicité.

20 Pour une approche du (néo)révisionnisme argentin, voir M. A. BiurciA. L. Doeswijk (2010), E. Fernández Domingo (2015), T. Halperín Dongui (1986 et 1996), E. Jozami (2011), N. Pagano et M. Rodríguez (2001), M. Svampa (1994), entre autres. Voir également G. Di Meglio (2010, p. 253-304) et F. Gómez (2010, p. 305-407) pour une analyse des différentes interprétations de la Révolution de Mai issues du révisionnisme historique argentin entre les années 1920 et 1970.

21 Fermé au début de l’année 2016 par le gouvernement de Mauricio Macri, cet institut a fait l’objet de nombreuses polémiques, voir à ce sujet l’article d’Enrique Fernández Domingo (2015).

22 Le recours à cette technique n’est pas exclusif à l’Argentine. Voir l’article de Pablo Ortemberg (2013) pour une analyse comparée des Mapping Vidéos projetés en Amérique latine à l’occasion des Bicentenaires.

23 Pour une analyse plus détaillée de ce défilé, voir N. Molinaro (2014).

24 «Una cosa que no entendí, por ahí ustedes me pueden ubicar un poco, ¿qué quiere decir quemar la Constitución? La quemaron ayer en los festejos del Bicentenario (…) », s’interroge le député PRO Federico Pinedo dans l’émission de Nelson Castro sur Radio Mitre au lendemain du défilé.

Top of page

References

Electronic reference

Natalia Molinaro, « Histoire, Mémoire et Identités dans l’Argentine du Bicentenaire (2010) », Conserveries mémorielles [Online], #20 | 2017, Online since 24 March 2017, Connection on 20 August 2017. URL : http://cm.revues.org/2593

Top of page

Author

Natalia Molinaro

Université Paris 8

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org