Skip to navigation – Site map
Nouvelles approches

Kirchnerisme et réécriture de l’histoire : la jeunesse politique au cœur du récit et des pratiques populistes

Kirchnerism and the rewriting of history : The political youth at the heart of populist narrative and practices
Kirchnerismo y reescritura de la historia : la juventud política en el corazón del relato y de prácticas populistas
Juan Manuel Corvalán Espina

Abstracts

This article aims to enrich the studies on the revival of populism in Latin America in general, and in Argentina in particular since the year 2000. This work considers the Kirchnerism as a political project with a populist attempt that struggles in a tension between two spirits : revolution and restoration. Thus, the article describes the way Nestor Kirchner and Cristina Fernandez rewrite the Argentine history in order to develop a narrative that brings back to life the recent past of the country. Through the use of symbols, the Kirchnerism places the “bicentennial generation” at the very heart of the political debate with the purpose of reinforcing the legitimacy of its political project, as well as consolidating its power. In doing so, the Kirchnerist administrations combine tailored partisan actions and the delivery of public policies with the objective of influencing the minds of the young Argentine generations.

Top of page

Full text

Introduction 

  • 1 Sur la socio-histoire, voir le travail de Gérard Noiriel, Introduction à la socio–histoire, Paris, (...)
  • 2 Sur le concept de « populisme contestataire », voir le travail de Edgardo Manero, L’autre, le même (...)

1Se fondant sur une analyse à prétention socio-historique1, le présent travail vise à enrichir l’étude sur la résurgence du populisme en Amérique latine et plus spécifiquement en Argentine depuis la fin du XXème siècle. La caractéristique principale de cette résurgence est la contestation aux populismes latino-américains des années 1990, propres aux projets politiques néolibérales de Menem, Collor de Melo et Fujimori2.

  • 3 Dans cet article, « discours » est entendu comme le « discours politique » selon Eliseo Verón : un (...)

2Malgré l’abondance des études sur le populisme comme phénomène politique en Amérique latine, peu de recherches universitaires ont approfondi la réflexion sur l’instrumentalisation du discours3 et les pratiques populistes du kirchnerisme en Argentine depuis 2003. En d’autres termes, il s’agit ici de répondre aux questions suivantes :

  • 4 Comme l’affirme Mariano Dagatti, les discours politiques permettent d’expliquer certaines dimension (...)

31) Comment le discours4 populiste du gouvernement kirchneriste est-il mis en place en tant que stratégie de communication politique au service du pouvoir ?

  • 5 Sur la réécriture de l’histoire, voir les travaux de Frédérique Langue, Entre mémoire collective et (...)

42) Comment cette stratégie sert-elle d’outil de réécriture de l’histoire5 afin d’influencer la société argentine en général et le ‘Peuple Péroniste’ en particulier ?

  • 6 Sur trasvasamiento generacional voir Norberto Galasso, Perón : exilio, resistencia, retorno y muert (...)

5Le propos n’est pas ici de recouvrir l’intégralité de ces interrogations, mais de traiter spécifiquement d’un des aspects : la façon dont, en Argentine, la symbolique du récit et des pratiques kirchneristes sont utilisées pour réécrire l’histoire afin d’influencer la pensée des jeunes générations. Cette volonté du kirchnerisme prend sa source dans le réalisme politique de la stratégie élaborée par Nestor Kirchner pour écarter ses concurrents au sein du Parti Justicialiste et conquérir le pouvoir politique. Par la suite, ce qui a commencé comme une manœuvre de survie politique du kirchnerisme semble avoir donné lieu à un phénomène similaire au trasvasamiento generacional6 dont parlait Juan Domingo Perón.

  • 7 En ce qui concerne le concept de populisme, la bibliographie poursuit le débat sur ses spécificités (...)
  • 8 Ernesto Laclau, La Razón Populista, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2005, p. 93.
  • 9 Ibid., p. 158.

6Dans ce cadre, la présente étude n’a pas pour vocation de lever l’ensemble des ambigüités propres au concept de populisme7 ; il adoptera la conception de E. Laclau qui définit le populisme comme un instrument de construction du discours qui, en faisant appel aux passions, tient lieu de ‘signifiant vide’8 pour faire du peuple l’acteur central des ‘demandes démocratiques’9.

Un contexte politique instable permettant la réécriture du passé

  • 10 Mario S. Gerlero, Nancy Cardinaux, Sociología Argentina, Buenos Aires, Editorial Docencia, Fundació (...)
  • 11 Les syndicats ont perdu le monopole de la protestation, qui s’est alors surtout exprimée par les mo (...)

7Les profondes inégalités générées par les politiques économiques néolibérales du ménémisme10 sont à l’origine du changement de la structure sociale argentine11. Dans ce contexte, une jeunesse hétérogène, typique de l’époque contemporaine, se trouve parmi les grands exclus de la vie politique pendant la décennie 1990. Cette décade est marquée par la frivolité et la volonté du gouvernement ménémiste de mettre les jeunes générations à l’écart du débat politique. La participation quasiment inexistante de la Juventud Peronista au sein du Parti Justicialiste, est le reflet d’une banalisation de la vie politique dont la culture des peoples et du fastfood américain semble être la réponse de politique publique vis à vis d’une jeunesse fragmentée. Dans ce contexte, les jeunes intéressés aux questions sociales préfèrent se tourner vers les ONG.

  • 12 Le symbole est compris comme ce qui permet d’associer des idées ou d’établir des liens d’identifica (...)
  • 13 Sur la question de l’utilisation politique de la reconstruction et de la réécriture de l’histoire v (...)
  • 14 Pour un exemple de la réécriture de l’histoire dans le cas du Venezuela, voir Frédérique Langue et (...)
  • 15 Sur la tension existante entre révolution et restauration en Amérique latine, voir le travail d’ Ed (...)
  • 16 Dagatti, op. cit. , p. 3.
  • 17 Selon le récit kirchneriste la « Patria Peronista » ou Patrie Péroniste a été l’Argentine des rêves (...)

8Cette situation évolue avec l’arrivée de Nestor Kirchner au pouvoir, qui coïncide avec la célébration de bicentenaires en Amérique latine ; symboles12 et histoire font l’objet d’une instrumentalisation qui s’inscrit dans une stratégie de conquête et de conservation du pouvoir13. L’histoire récupérée et réécrite vise à ériger une religion républicaine afin de légitimer le pouvoir politique14. La communication associée au projet politique kirchneriste s’appuie sur un récit populiste porteur d’un esprit marqué par une tension entre révolution et restauration15 : le kirchnerisme a l’intention de refonder l’Argentine. Ceci va être fait à travers des espaces de mémoire et d’oubli16 basés sur trois moments historiques ancrés dans l’imaginaire mythique des argentins. Le premier correspond aux luttes pour l’indépendance, la récupération des personnages historiques tels que San Martin et Belgrano, les temps de l’organisation de l’État-nation argentin, et à l’acmé de l’Argentine du centenaire : l’arrivée des grandes masses d’immigration européenne. La Patria Peronista17 et l’incorporation de ‘la grande masse du peuple’ (notamment issue de la classe ouvrière) aux droits sociaux et à l’État national constituent le deuxième moment historique. Le troisième et le plus récent renvoient aux luttes des années 1970, aux dictatures militaires, au retour de la démocratie, et aux ‘infamies’ du néolibéralisme des années 1990.

  • 18 Sur les questions d’âge d’or, de restauration, de révolution, de jacobinisme et d’intégrisme en Amé (...)
  • 19 Dagatti, op. cit., p. 3.

9L’appropriation de ces trois moments de l’histoire argentine distingue clairement le kirchnerisme de l’approche adoptée par le ménémisme. Dans les années 1990, Menem essaye de se détacher du passé, et notamment du passé récent ; il envisage une refondation de l’Argentine orienté vers un modèle affin à la mondialisation néolibérale basée sur le Consensus de Washington. Le kirchnerisme, en revanche, opère une récupération de l’histoire caractérisée par une lecture plutôt restauratrice, où le terme de révolution est associé à l’idée de retour vers une situation précédente. Cette « restauration » fait appel à un « âge d’or »18 supposé représenté par les gouvernements populaires du passé. Ainsi ce projet politique, notamment en ce qui concerne la période de Cristina Fernandez, sous un vocable révolutionnaire, érige le passé comme avenir du pays. La réécriture de l’histoire, élément central du récit kirchneriste, est ainsi basée sur un supposé « retour de l’éternel » : raviver le passé afin d’assurer dans le futur les heures de gloires, soit les mêmes que par le passée, soit celles qui n’ont pas eu lieu à cause d’une interruption brutale. Cette approche a pour objectif de compenser les injustices du système capitaliste néolibéral et d’instaurer une atmosphère d’espoir associé au modèle de « capitalisme kirchneriste »19 ; ce modèle se revendique comme le moyen de canaliser les envies de progrès de la population.

10Ainsi, à partir 2003, le gouvernement développe une stratégie de communication qui vise les jeunes générations. Le terme de « jeunesse » devient donc un des éléments structurants de la dynamique discursive du récit populiste kirchneriste. En outre, les luttes pour l’indépendance de 1800 sont assimilées aux violences et aux blessures encore ouvertes des guerres civiles et des dictatures militaires des décennies s’étalant entre 1960 et le début des années 1980.

  • 20 Voir les travaux de Edgardo Manero au sujet de la relation entre le révisionnisme historique en Arg (...)

11Cette logique d’amalgame de la violence historique et du conflit permanent dans un même sujet social n’a pas été inventée par le kirchnerisme ; de fait, elle est fort caractéristique de la gauche péroniste et trouve son origine dans la façon de travailler l’histoire argentine propre au révisionnisme historique du pays. Cependant, les luttes, les violences et les ennemis ne sont plus les mêmes. Bien au contraire, les éléments mis en avant sont divers et variés avec des caractéristiques propres à chaque moment historique de l’Argentine20.

  • 21 « Ana Soledad Montero, “Puesta en escena, destinación y contradestinación en el discurso kirchneris (...)
  • 22 Larrondo, op. cit., p. 336.

12Le récit populiste kirchneriste est le premier discours présidentiel, depuis le retour de la démocratie en 1983, à revendiquer la pratique politique et idéologique du militantisme de la jeunesse péroniste des années 197021 et à s’identifier à celle-ci. Néstor Kirchner et Cristina Fernández décident ainsi d’encourager les jeunes générations à participer vivement au débat politique, de leur donner un rôle central dans le changement générationnel de la vie politique argentine et dans la gestion gouvernementale. Dans la vision du kirchnerisme, l’engagement de la jeunesse ne doit plus passer par les ONG comme c’était le cas dans les années 1990, mais par les espaces institutionnels de participation comme les partis politiques et la valorisation de l’État comme lieu de débat et de construction citoyenne22.

  • 23 Le PRO (Propuesta Republicana) est un parti politique créé en 2005. Son fondateur Maurcio Macri, él (...)

13Cette invitation, faite par Nestor Kirchner aux jeunes argentins en 2003, dépasse les frontières du Parti Péroniste et touche l’ensemble de l’échiquier politique argentin. C’est ainsi que des nouveaux partis, comme le PRO23, voient des jeunes rejoindre ses rangs (la Juventud PRO) et participer pour la première fois à la politique.

Le choix pour la jeunesse, un lien de légitimité avec le peuple pour un projet de refondation restauratrice

  • 24 Dans le cadre de cet article, on entend par realpolitik le fait d’agir sur le terrain politique de (...)

14Il convient de décrire ce que le récit populiste kirchneriste entend par « jeunesse », et quelle est la définition adoptée en termes d’identité politique ; il est également nécessaire de s’interroger quant au choix d’inclure la jeunesse de cette façon dans le discours et dans le projet politique. Au-delà des aspects traditionnellement mis en avant par le militantisme kirchneriste (idéologie, sens de la justice), deux raisons stratégiques semblent prévaloir : d’une part, la realpolitik24 électorale argentine et, d’autre part, le choix de communication sur le thème du lien avec une population mécontente, méfiante envers les politiques et, dans certains cas, désespérées.

  • 25 Carlos Menem, qui avait gagnait le premier tour avec 24% des votes décide de renoncer au ballotage (...)
  • 26 Hijos por la Identidad y la Justicia contra el Olvido y el Silencio.
  • 27 Manero, op. cit., p. 413.

15En ce qui concerne la realpolitik, il convient de se rappeler que Nestor Kirchner arrive à la présidence de la République avec seulement 22 % des voix25 et donc un déficit de légitimité. Dans ce contexte, il cherche le soutien d’une partie de la population largement représentée par les différentes organisations politiques de gauche, les plus mécontents suite à la crise de 2001 et opposants déterminés du système néolibéral. Parmi ces groupes se trouvent les Abuelas de Plaza de Mayo, Madres de Plaza de Mayo et Hijos26, trois acteurs argentins emblématiques de la lutte pour les Droits de l’Homme et de la mémoire. Négligées par le ménémisme, ces organisations sont un lien avec le passé récent du pays ; surtout, leur ralliement au projet politique kirchneriste permet d’afficher un souci de justice et de réparation. Avec leur aide, il bénéficie par la suite du soutien des piqueteros27 et des syndicats. Muni de cet appui, le kirchnerisme commence à façonner son récit de refondation de l’Argentine basé sur le passé.

  • 28 The American Heritage Dictionary of Indo-European Roots. Boston, Houghton Miffin Harcourt Publishin (...)

16En ce qui concerne la communication, le discours kirchneriste dresse un parallèle entre la situation contemporaine de la jeunesse et celle qu’eux-mêmes – incarnés par Néstor Kirchner et Cristina Fernández – disent avoir vécu sous la dictature dans les années 1970 : de la persécution politique, de la torture, des disparussions forcées. L’omniprésence du thème de la ‘jeunesse’ dans le discours politique a par ailleurs l’avantage d’évoquer la force, la vitalité et la vigueur28, attributs visant à mobiliser un peuple argentin déçu par la classe politique traditionnelle, qui n’a pas été à la hauteur des défis de son temps. Ainsi, après une décade de marginalisation politique de la jeunesse, ce renouveau dans le discours marque les esprits ; dans l’imaginaire collectif d’une partie de la société argentine, Néstor Kirchner n’est pas un président de soixante ans, c’est un jeune idéaliste des années 1970 avec un projet politique propre à guider les argentins vers la gloire d’un passé idéalisé et d’un destin qui reste à accomplir ; c’est l’incarnation de ce qui aurait dû être et n’a pas été.

La Generación del Bicentenario, trois catégories de jeunesse afin de vivre le passé dans le présent

  • 29 Larrondo, op. cit., p. 336.
  • 30 A cet égard, dans son travail « El Discurso Político Kirchnerista Hacia la Juventud en Contextos de (...)

17Le couple Kirchner-Fernández, qui se veut un couple « de jeunes qui parlent aux jeunes », s’adresse à la jeunesse en général ; il manie un « nous » inclusif désignant la dite Generación del Bicentenario (Génération du bicentenaire). Ce qui tend à s’apparenter à un culte de la jeunesse29 s’adresse à trois catégories de la population qui, de fait, rassemblent une grande partie des argentins indépendamment de l’âge. En effet, parmi ces trois catégories se trouvent notamment ceux qui, comme le couple Kirchner-Fernández, étaient jeunes dans les années 1970, « des adultes qui croient à nouveau en la politique » ; ce sont également – et c’est là la deuxième catégorie – les adolescents militants, les jeunes qui débutent dans le militantisme politique30. Enfin, la troisième catégorie est constituée des enfants, trop jeune pour être entrés dans la vie politique ; pour ces derniers, Pakapaka, la chaîne de télévision publique destinée aux enfants, devient alors un outil crucial de communication.

  • 31 Pourtant, il faut remarquer le fait que le discours populiste kirchnerisme ne donne jamais la place (...)
  • 32 Discours de l’ancien président Néstor Kirchner dans le « Acto por los festejos del 64º Aniversario (...)
  • 33 Dans son discours aux jeunes du 14 septembre 2010 au Luna Park, Cristina Fernández fait un appel cl (...)
  • 34 Dagatti, op. cit., p. 12.

18Le « nous » de la Generación del Bicentenario est défini par une identification à des croyances basées sur un processus historique continu, à un héritage du passé. Le concept de Generación del Bicentenario nomme aussi les opposants31, voire ennemis : les dictatures militaires, les années 1990, les traitres à la patrie, le capitalisme néolibérale, la presse considérée de droite comme le groupe Clarín32. Cette désignation d’adversaires à pour vocation de forger une identité collective et de cimenter les trois catégories de cette ‘génération’ en l’appelant à l’action33. Cet appel s’appuie sur le thème de la refondation de l’Argentine : construire la patrie que les argentins méritent, faire de l’Argentine le pays qu’elle « doit être », ce pays du passé que les dictatures militaires et le néolibéralisme ont détruit. En d’autres termes, il revient à ce ‘nous’, la Generación del Bicentenario, de guider le pays vers un avenir vécu comme un retour à l’Argentine des intellectuels, des travailleurs et des étudiants, où chaque génération progresse par rapport à la précédente34.

Des symboles sur mesure, des actions partisanes et des politiques publiques visant à influencer la Generación del Bicentenario

19Le projet populiste kirchneriste développe une stratégie de communication fortement symbolique avec un double objectif : d’une part, il ambitionne de se servir de la jeunesse comme source d’inspiration pour la récriture du passé récent ; d’autre part, il veut influencer la pensée des nouvelles générations afin d’alimenter le mysticisme circulaire du récit de refondations restauratrice : le passé est vivant dans le présent et le présent vit dans l’espoir d’une avenir qui ressemble au passé. Cette approche est illustrée par le fait que la communication kirchneriste s’appuie sur les codes et l’esthétisme des années 1970 (drapeaux, affiches, brochures, etc.). Nestor Kirchner cherche à mettre en place le trasvasamiento generacional des années 1970 sans pour autant faire référence à Perón.

  • 35 Larrondo, Ibid. 25, p. 339.

20Cette construction discursive, chargée aussi bien des formes nominales (néolibéralisme, capitalisme sauvage, etc.) que des formes nominalisées (des slogans et des images)35, se retrouve aussi bien dans le récit que déployée au moyen d’actions partisanes financées avec le budget publique et combinées avec des politiques publiques gouvernementales.

21Dans sa communication, le récit populiste kirchneriste adapte son choix des symboles à chaque catégorie de la Generación del Bicentenario. Cinq exemples illustrent la dynamique décrite précédemment : 1) La Cámpora36, 2) le Nestoranuta, 3) Tecnópolis, 4) El Asombroso Mundo de Zamba, et 5) le remplacement des figures iconiques sur les billets de cent et de cinquante pesos.

La Cámpora

  • 37 Formé par Maximo Kirchner, fils de Néstor Kirchner et Cristina Fernández, pendant la champagne prés (...)
  • 38 Juan C. Christensen, Historia Argentina Sin Mitos : De Colón a Perón, Colección Temas, Buenos Aires (...)

22La Cámpora37 est le groupe de jeunesse kirchneriste par excellence, qui va jusqu’à devancer la Juventud Peronista. Son nom renvoie à la présidence de Hector José Cámpora38 (mai – juillet 1973), un des organisateurs de la jeunesse péroniste de gauche ; cette appellation sert ainsi le récit kirchneriste en établissant un lien entre les jeunes péronistes de gauche des années 1970 – notamment les Montoneros – et la jeunesse actuelle. Ce groupe est composé par des femmes et des hommes âgés de moins de cinquante ans, ainsi que par des étudiants universitaires et des lycéens qui participent activement dans la vie politique au sien du kirchnerisme.

23Pourtant, La Cámpora bien revendiquant l’esprit des Montoneros, contrairement à ces dernières, n’exécute pas des actions de violence armée. Cette distinction a une relevance majeure dans la construction de l’identité de la jeunesse kirchneriste car elle tranche une différence claire avec des autres mouvements de jeunesse péroniste, en particulier avec les secteurs les plus orthodoxes. Or, il nous est possible d’observer la détermination du projet politique kirchneriste de reprendre le passé des années 1970 avec une volonté de revendiquer ce que le kirchnerisme considère interrompu par les dictatures militaires et que n’as pas été dûment reprit avec le retour de la démocratie.

24À partir du décès de Néstor Kirchner en 2010, les chefs de file de La Cámpora ont pris des responsabilités dans la gestion gouvernementale en occupant des postes importants dans des différents ministères (économie, éducation, parmi d’autres). Ainsi, La Cámpora commence à approfondir son activité en développant ses réseaux et sa participation politique tant dans les universités que dans les lycées publiques et privées, ou encore à l’école primaire. Le symbole qui permet de l’identifier est le Nestornauta.

Le Nestornauta

  • 39 Créée par le scénariste Héctor Germán Oesterheld et le dessinateur Francisco Solano López vers la f (...)

25Le Nestornauta trouve son origine dans ‘El Eternauta : le voyageur de l’éternité et le héros collectif’39, une bande-dessinée critique et iconique des années 1960 et 1970 dont le protagoniste voyage dans le temps à la recherche de sa famille disparue dans une invasion extraterrestre. À l’origine, le Nestornauta est conçu comme un personnage visant principalement deux catégories des jeunes de la Generación del Bicentenario : les nouveaux militants (La Cámpora) et ceux qui étaient jeunes dans les années 1970 et qui se mis à croire à nouveau en la politique.

26Après le décès de Nestor Kirchner, la transformation de la figure de l’ancien président en Nestornauta a servi à renfoncer plusieurs aspects de l’imaginaire du récit kirchneriste : la réécriture de l’histoire et le constant passage temporel passé-présent-futur ; le ‘nous’ incarné par le Nestornauta en tant que héros collectif par opposition à la figure du héros solitaire caractéristique de la culture étatsunienne ; enfin, l’aspect héroïque du projet politique.

  • 40 Laura Di Marco, « ¿Quién es el camporista que lleva el Nestornauta a la escuela? », La Nación, [En (...)

27Ainsi, les militants de La Cámpora, majoritairement des adolescents, distribuent des cahiers avec des bande-dessinées du Nestornauta dans les écoles primaires afin d’enseigner l’histoire politique récente du pays et d’encourager les enfants à participer au débat politique40. L’esprit restaurateur du kirchnerisme, basé sur la référence au passé, est d’autant plus notable que ces cahiers ressemblent à ceux de la deuxième moitié des années 1940, lors de la propagande politique en faveur de Perón et Evita.

Tecnópolis

  • 41 Víctor Ingassia, « Cómo es Tecnópolis, la megamuestra de ciencia y tecnología que arranca hoy ». La (...)
  • 42 Trois ministères, un secrétariat, et une unité spécial de la présidence ont participé dans la const (...)

28Tecnópolis41 est, formellement, un parc thématique dédié aux innovations technologiques et principalement destiné aux écoliers et aux lycéens. Il a été bâti sur un terrain militaire de cinquante hectares avec la participation des ministères et des agences gouvernementales42. En accord avec la volonté du gouvernement d’avoir une attraction populaire, l’accès au parc est libre et gratuit ; il reçoit des milliers des visiteurs par jour, notamment pendant les vacances scolaires. Son but, cependant, n’est pas uniquement éducatif dans les domaines des sciences et des technologies : les références au gouvernement kirchneriste, à La Cámpora, à Perón et Evita y sont nombreuses et font une partie centrale de la décoration du parc.

29Une galerie d’expositions photographiques retrace l’histoire de la Patria Peronista et de l’époque, forcément dorée, de la production nationale. Il existe des ‘espaces jeunes’ dédiés aux expositions sur le rock argentin, sur les différentes cultures jeunes et urbaines, sur la mémoire et sur les Droits de l’Homme. On y trouve également des attractions ludiques comme un skatepark, une galerie avec les décors des programmes de la télévision publique destinés aux adolescents et aux jeunes adultes, et même une pièce musicale dansée pour enfants faisant référence au dessin animé Zamba.

30De fait, Tecnópolis n’est pas tant une exposition consacrée aux sciences et aux technologies qu’une exposition basée sur la réécriture du passée récent : un instrument communicationnel du récit populiste kirchneriste adressé à la Generación del Bicentenario.

El Asombroso Mundo de Zamba

  • 43 Raquel San Martín, « Zamba: historia nac&pop para principiantes », La Nación, [En ligne], mise en l (...)

31Le quatrième exemple saillant de politique publique destiné à réécrire l’histoire et influencer les nouvelles générations est la chaîne de télévision publique Pakapaka, destinée aux enfants, et son dessin animé le plus célèbre El Asombroso Mundo de Zamba43 (L’extraordinaire monde de Zamba).

  • 44 « El objetivo central de Pakapaka es garantizar a todos los chicos y chicas el acceso a contenidos (...)

32Pakapaka était à l’origine une émission télévisée appartenant à Canal Encuentro (chaîne Rencontre), première chaîne de télévision appartenant au Ministère de l’Education. En 2010, le ministère décide d’aller plus loin et faire de Pakapaka la première chaîne de télévision publique destinée aux enfants de 2 à 12 ans émettant 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Son objectif institutionnel est de : « garantir aux garçons et filles l’accès aux contenus culturels et éducatifs de qualité tout en contribuant à leur développement intégral, depuis une perspective du droit »44. Pakapaka, une fois détachée de Canal Encuentro, bénéficie d’une retransmission par les compagnies privées de télévision du câble (Direct TV, Cablevisión-Fibertel, Telecentro). Ainsi, cette chaîne de télévision devient un outil incontournable au service de la réécriture de l’histoire destinée aux enfants.

  • 45 Formosa est une province de la République Argentine située au nord du pays. Elle est habitée par qu (...)
  • 46 La Casa Rosada (Maison Rose) est le siège du gouvernement argentin.

33C’est dans ce contexte que El Asombroso Mundo de Zamba, avec ses chansons cumbia et ses bons mots destinés aux parents, est devenue un symbole. Le personnage - de fiction - de Zamba est une représentation de la vision historique et des valeurs avec lesquelles le kirchnerisme veut refonder l’Argentine. Ainsi, Zamba est un petit enfant mat de peau issu des peuples autochtones argentins. Il est né à Formosa45, habite Clorinda (une ville de frontière avec le Paraguay) et sa nourriture favorite est le chipa. C’est un élève de l’école publique qui fait des visites scolaires à la Casa Rosada46, à Tecnópolis et voyage dans le temps pour assister aux moments historiques de l’Argentine : l’Indépendance, les dictatures militaires, la Guerre des Malouines, entre autres ; il rencontre les personnalités qui ont marqué l’histoire du pays.

34Ainsi, les aventures du Zamba transmettent une vision simplifiée de l’histoire marquée par une idéologie forte qui répond à la vision politique du gouvernement. D’un côté, se trouvent les militaires à la botte des dictateurs – représentés comme des vampires – et un Domingo Faustino Sarmiento méchant avec les enfants ; de l’autre, Zamba bénéficie de la gentillesse et de la sympathie de Juana Azurduy, de Facundo Quiroga et surtout du grand héros de la Libération, San Martin – qui est également son ami.

35El Asombroso Mundo de Zamba fait un conte historique basé à la fois sur des espaces de fiction, des espaces géographiques contemporains et des reconstitutions d’évènements historiques dont l’objectif est de renforcer la vision kirchneriste de l’histoire du pays au moyen de simplifications manichéennes.

Le remplacement des personnages historiques sur les billets de cent et de cinquante pesos

36Le remplacement des personnages historiques des billets de cinquante et cent pesos est un autre exemple emblématique de l’instrumentalisation des symboles ; de cette façon, le récit populiste kirchneriste cherche à toucher, au-delà des militants, tous les espaces de la vie des argentins, notamment lors de tous les échanges économiques quotidiens de la population.

37La substitution des images de Julio Argentino Roca par celle d’Eva Perón, ainsi que celle de Domingo Faustino Sarmiento par celle des Iles Malouines (en novembre 2012 et mars 2015 respectivement), comble un vide dans la révision de l’histoire par le kirchnerisme ; elle s’adresse à tous les argentins.

38Ainsi, une vision anachronique de l’histoire, caractéristique d’un kirchnerisme qui juge des fait accomplis en 1800 avec le regard du 2000, considère Roca et Sarmiento comme des opposants, voire des ennemis, de l’esprit ‘national et populaire’ kirchneriste : Sarmiento symbolise le mépris des cultures des peuples autochtones au profit des valeurs de l’Europe dite civilisée ; Roca est considéré comme le responsable des premières actions militaires génocidaires en Argentine dans le cadre des Campagnes du désert.

39Le remplacement des billets marque la distance du gouvernement avec ces deux personnages historiques, et illustre sa volonté de réécrire l’histoire. Dans le billet de cent pesos, face à Roca en tant que symbole guerrier, Eva Perón incarne la féminité et un aspect maternel, renfonçant par la même occasion le rapprochement avec Cristina Fernandez et l’image de l’Argentine en tant que Patria Peronista.

40Dans le billet de cinquante pesos, Sarmiento est quant à lui le symbole du développement à l’européenne, avec par exemple le train, les journaux ‘El Progreso’ (Le Progrès) et les embarcations transatlantiques ; il est remplacé par les Iles Malouines, le gaucho et la Pampa, icones de l’identité national face aux puissances impérialistes.

Conclusion

41Notre propos est ici de répondre à plusieurs questions : Comment le discours populiste kirchneriste est effectivement mis en place en tant que stratégie de communication politique au service du pouvoir ? Comment cette stratégie sert-elle d’outil de réécriture de l’histoire ? Comment le récit kirchneriste utilise-t-il la réécriture de l’histoire pour influencer les argentins ?

  • 47 Dagatti, op. cit., p. 2.

42Comme l’affirme Mariano Dagatti47, la ‘refondation’ voulue par le kirchnerisme s’inscrit dans un discours politique qui marque une opposition entre un passé récent démonisé, et un présent garantissant un avenir prospère. Pour arriver à ses fins, le pouvoir remonte au-delà du passé récent qu’il rejette pour glorifier le passé plus lointain, associé à un âge d’or, à l’Argentine véritable qu’il faut retrouver.

43A ce titre, le récit populiste kirchneriste ne partage pas les traits caractéristiques d’un projet ‘révolutionnaire’ : il n’a pas vocation à instaurer un nouveau régime avec de nouvelles institutions et règles de jeu. Le kirchnerisme se veut ‘restaurateur’, en cherchant à rétablir un ancien régime, à ces yeux injustement et brutalement interrompu : c’est au moyen de la restauration de la Patria Peronista que le gouvernement cherche à fonder sa structure de pouvoir et gouvernance.

44La récupération de l’histoire permet à Néstor Kirchner et Cristina Fernández de consolider leur légitimité populaire à travers une stratégie à deux vitesses : d’un côté réécrire l’histoire pour conquérir ‘le cœur et les passions’ du peuple, et de l’autre s’appuyer sur ‘l’amour du peuple’ pour réécrire l’histoire.

45Dans ce contexte, la Generación del Bicentenario devient à la fois le destinataire et la source d’inspiration du récit kirchneriste ; ce récit cherche à répondre aux demandes démocratiques d’un peuple victime des conséquences d’un modèle économique néolibéral défaillant, tout en légitimant et consolidant le pouvoir politique du kirchnerisme.

46Ainsi, la Generación del Bicentenario est une invitation symbolique à participer à une épopée historique dans le temps présent, rappelant à certains leur jeunesse dans les années 1970 : le kirchnerisme veut ‘rendre justice’ à l’Argentine et aux argentins dont la vie et l’ascension sociale a été interrompue par les dictatures militaires, tout comme aux exclus du système néolibéral.

  • 48 Pour approfondir sur les représentations stratégiques dans la construction de l’identité nationale (...)

47Comme souvent en Argentine, cette confusion entre passé et présent permet de mettre en place une idée plusieurs fois utilisée tout au long de l’histoire du pays, celle de déployer un récit dépourvu des complexités : une vision simpliste et manichéenne de l’histoire, et ainsi d’opposer le ‘nous’, les bons aux ‘autres’, les opposants, les ennemis48. L’appel à s’identifier aux ‘nous’ suppose, au-delà de la déclaration de principe, une action concrète : rejoindre le projet politique kirchneriste.

48Pour atteindre son but et adapter son message aux différents publics, le kirchnerisme mobilise aussi bien les passions et le militantisme partisan que les ressources – politiques publiques et budget – de l’État.

Top of page

Bibliography

Christensen, Juan C. Historia Argentina Sin Mitos : De Colón a Perón. Colección Temas. Buenos Aires : Grupo Editor Latinoamericano, 1990.

Dagatti, Mariano, « La ‘refundación’ kirchnerista. Capitalismo nacional, neoliberalismo y gobernabilidad en los discursos públicos de Néstor Kirchner », Actas de Jornadas de Sociología de UNLP Mesa 14 : Acumulación, dominación y lucha de clases en la Argentina reciente (1990-2010) [en ligne], 2010. Disponible sur academia.edu :

https://www.academia.edu/1473863/La_refundación_en_el_discurso_kirchnerista._Rupturas_y_continuidades_capitalitas [Consulté le mercredi 20 mai 2015]

Galasso, Norberto, Perón : exilio, resistencia, retorno y muerte : 1955-1974, Tomo 2, 1ra edición, 1ra reimpresión. Buenos Aires : Colihue, 2005.

Gerlero, Mario S., Cardinaux, Nancy, Sociología Argentina, Buenos Aires : Editorial Docencia Fundación Hernadarias, 2000.

Jefferson, Ann, Poetics Today, Roman Jakobson : Language and Poetry Duke University Press [en ligne] Autumn 1980, vol. 2, No. 1a. Disponible sur : jstor.org :

http://www.jstor.org/stable/1772370?seq=1#page_scan_tab_contents [Consulté le jeudi 4juin 2015]

Laclau, Ernesto, La Razón Populista. Buenos Aires : Fondo de Cultura Económica, 2005.

Langue, Frédérique. Entre mémoire collective et histoire officielle. L’histoire du temps présent en Amérique latine. Coord. avec Luc Capdevila. Rennes : PUR, 2009.

Langue, Frédérique, Manero, Edgardo, « Repenser les populismes en Amérique latine et au-delà. Des figures du conflit à la guerre des mémoires », ILCEA [en ligne], 18 |2013, mis en ligne le 11 juillet 2013. Disponible sur ilcea.revues.org :

http://ilcea.revues.org/2103 [Consulté le vendredi 5 juin 2015]

Larrondo, Marina, « El Discurso Político Kirchnerista hacia la juventud en contextos de actos de militancia », Conicet- Universidad De San Andrés - Uba - Ides-Ungs, Revista : Astrolabio, Nueva Época, [en ligne], 2013. No. 11 2013. Disponible sur revistas.unc.edu.ar :

http://Www.Revistas.Unc.Edu.Ar/Index.Php/Astrolabio [Consulté le mercredi 20 mai 2015]

Manero, Edgardo, L'autre, le même et le bestiaire : Les représentations stratégiques du nationalisme argentin - Ruptures et continuités dans le désordre global, Paris : Éditions L'Harmattan, 2003.

Manero, Edgardo, Nacionalismo(s), Política y Guerras en la Argentina plebeya (1945-1989). Colección Ciencias Sociales, Buenos Aires : UNSAM Editora, 2014.

Noiriel, Gérard, Introduction à la socio–histoire, Paris : La Découverte, 2006.

Peschanski, Denis, Maréchal, Denis, Les chantiers de la mémoire, Paris : Ina, 2013.

Preatoni, Bruno, « La construcción del otro negativo en el discurso kirchnerista : Clarín : el adversario ideal. Ley de Medios y resurrección », La Trama de la Comunicación. UNR Editora [en ligne], 2009, Volumen 15. Disponible sur latrama.fcpolit.unr.edu.ar :

http://www.latrama.fcpolit.unr.edu.ar/index.php/trama/article/view/25 [Consulté le jeudi 21 mai 2015]

Rousso, Henry. La dernière catastrophe. Paris : Gallimard, 2012.

American Heritage Dictionary of IndoEuropean Roots, Boston : Houghton Miffin Harcourt Publishing Company, 2011.

Zanatta, Loris. El populismo. Buenos Aires : Katz, 2014.

Top of page

Notes

1 Sur la socio-histoire, voir le travail de Gérard Noiriel, Introduction à la socio–histoire, Paris, La Découverte, 2006.

2 Sur le concept de « populisme contestataire », voir le travail de Edgardo Manero, L’autre, le même et le bestiaire: les représentations stratégiques du nationalisme argentine. Ruptures et continuités dans le désordre global, Paris, Éditions L’Harmattan, 2003.

3 Dans cet article, « discours » est entendu comme le « discours politique » selon Eliseo Verón : un texte produit par des chefs de file politiques, insérés dans une institutionnalité déterminée... une configuration espace-temporale du sens. « Eliseo Verón et alt., El discurso político. Lenguajes y acontecimientos, Buenos Aires: Hachette, 1987 » dans Marina Larrondo, « El Discurso Político Kirchnerista hacia la juventud en contextos de actos de militancia », p. 338, Conicet- Universidad De San Andrés - Uba - Ides-Ungs, Revista: Astrolabio, Nueva Época, [En ligne], 2013. No. 11 2013. Consulté le mercredi 20 mai 2015. URL : http://www.Revistas.Unc.Edu.Ar/Index.Php/Astrolabio. Voir également « Eliseo Verón, La Semiosis Social, Barcelona, Gedisa Editorial, 1998 » dans Bruno Preatoni, « La construcción del otro negativo en el discurso kirchnerista: Clarín: el adversario ideal. Ley de Medios y resurrección », p. 43, La Trama de la Comunicación, UNR Editora [en ligne], 2009, Volumen 15. Consulté le jeudi 21 mai 2015.

URL : http://www.latrama.fcpolit.unr.edu.ar/index.php/trama/article/view/25

4 Comme l’affirme Mariano Dagatti, les discours politiques permettent d’expliquer certaines dimensions constitutives du fonctionnement d’un système politique, peu importe son origine, son institutionnalisme et son efficacité gouvernementale. Les discours politiques impliquent des processus d’indentification qui témoignent des pratiques et des imaginaires sociaux dans une communauté donnée : son sens historique, ses valeurs, ses mobilisations en fonctions des objets et des idéaux, son identité en tant que peuple, ses moyens de représentation et délégation, en fin sa façon habituelle d’articuler ses demandes.

Mariano Dagatti, « La refundación’ kirchnerista. Capitalismo nacional, neoliberalismo y gobernabilidad en los discursos públicos de Néstor Kirchner », p. 2, Actas de Jornadas de Sociología de UNLP Mesa 14: Acumulación, dominación y lucha de clases en la Argentina reciente (1990-2010) [En ligne], 2010. Consulté le mercredi 20 mai 2015.

URL :https://www.academia.edu/1473863/La_refundación_en_el_discurso_kirchnerista._Rupturas_y_continuidades_capitalitas

5 Sur la réécriture de l’histoire, voir les travaux de Frédérique Langue, Entre mémoire collective et histoire officielle. L’histoire du temps présent en Amérique latine, Coord. avec Luc Capdevila, Rennes, PUR, 2009; Henry Rousso, La dernière catastrophe, Paris, Gallimard, 2012; et Denis Peschanski, Denis Maréchal, Les chantiers de la mémoire, Paris, Ina, 2013.

6 Sur trasvasamiento generacional voir Norberto Galasso, Perón : exilio, resistencia, retorno y muerte : 1955-1974, Tomo 2, 1ra edición, 1ra reimpresión, Buenos Aires, Colihue, 2005.

7 En ce qui concerne le concept de populisme, la bibliographie poursuit le débat sur ses spécificités en retraçant ses traits distinctifs depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Dans un premier temps,, deux conceptualisations existent à ce sujet, l’une positive et l’autre négative ; la première est liée à une Europe en transition, passant d’une société traditionnelle et rurale à une société moderne et industrielle ; et la seconde est extériorisée comme un rejet du progrès technologique pour défendre les valeurs traditionnelles. Dans un second temps, le concept est utilisé comme un élément stigmatisant ou comme synonyme de démagogie politique. Enfin, dans un troisième temps, il est identifié aux autoritarismes, aux idéologies fascistes ou aux gauches révolutionnaires, selon le cas dont il s’agit.

Pour ce qui est des populismes latino-américains, les travaux existants ont montré les particularités que le phénomène a acquis depuis les années 1930, en soulignant son rôle dans la revendication des luttes des classes subalternes (l’ensemble des classes populaires exprimées par les populismes latino-américaines : les ouvriers, les chômeurs, les piqueteros, les paysans, les peuples autochtones, etc.). Il diffère des populismes européens, davantage liés à la pensée fasciste et aux idées d’extrême droite. Cependant, la notion de populisme reflète toujours une imprécision dans la mesure où on l’utilise souvent pour décrire des phénomènes profondément divergents et en opposition. Ainsi, aussi bien les processus historiques qui se sont déroulés dans les années 1990 dans une Amérique latine néolibérale, représentés par des personnalités politiques comme Menem, Collor de Mello et Fujimori, que les mouvements et politiques de contestation du néolibéralisme surgis une décennie plus tard, représentés par Chávez, le couple Kirchner, Evo Morales, Correa ou Lula da Silva sont qualifiés de populistes.

Frédérique Langue et Edgardo Manero, « Repenser les populismes en Amérique latine et au-delà. Des figures du conflit à la guerre des mémoires », p. 4, ILCEA [En ligne], 18 | 2013, mis en ligne le 11 juillet 2013. Consulté le lundi 4 août 2014.

URL : http://ilcea.revues.org/2103

8 Ernesto Laclau, La Razón Populista, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2005, p. 93.

9 Ibid., p. 158.

10 Mario S. Gerlero, Nancy Cardinaux, Sociología Argentina, Buenos Aires, Editorial Docencia, Fundación Hernadarias, 2000, p. 279.

11 Les syndicats ont perdu le monopole de la protestation, qui s’est alors surtout exprimée par les mouvements de chômeurs et d’exclus, les dénommés piqueteros. Edgardo Manero, L’autre, le même et le bestiaire, op. cit., p. 413.

12 Le symbole est compris comme ce qui permet d’associer des idées ou d’établir des liens d’identification entre des objets concrets ou abstraits et des idées. Ann Jefferson, dans son analyse de la théorie de Tzevetan Todorov, entend le symbole comme un genre de signe ou un certain type ou espèce de pièce signifiant : « the symbol is a kind of sign, a certin type of signifying peace ». Tzvetan Todorov, Théories du symbole, Paris, Editions du Seuil, 1977, p 376. dans Ann Jefferson, « Poetics Today », p. 231, Roman Jakobson: Language and Poetry Duke University Press [en ligne] Autumn 1980, Vol. 2, No. 1a. Consulté le jeudi 4juin 2015.

URL : http://www.jstor.org/stable/1772370?seq=1#page_scan_tab_contents

13 Sur la question de l’utilisation politique de la reconstruction et de la réécriture de l’histoire voire les travaux de Frédérique Langue, Henry Rousso, Denis Peschanski et Denis Maréchal.

14 Pour un exemple de la réécriture de l’histoire dans le cas du Venezuela, voir Frédérique Langue et Edgardo Manero, « Repenser les populismes en Amérique latine et au-delà. » op. cit.

15 Sur la tension existante entre révolution et restauration en Amérique latine, voir le travail d’ Edgardo Manero, Nacionalismo(s), Política y Guerras en la Argentina plebeya (1945-1989), Colección Ciencias Sociales, Buenos Aires, UNSAM Editora, 2014.

16 Dagatti, op. cit. , p. 3.

17 Selon le récit kirchneriste la « Patria Peronista » ou Patrie Péroniste a été l’Argentine des rêves et de « l’incantation provisoire », donc de l’identité nationale elle même. C’est pourquoi Nestor Kirchner propose au peuple de retourner à l’Argentine rêvée par Evita et Perón, à l’Argentine méritée par les argentins. Pour le kirchnerisme l’Argentine de l’avenir est celle du passé péroniste.

Ibid., p.11.

18 Sur les questions d’âge d’or, de restauration, de révolution, de jacobinisme et d’intégrisme en Amérique latine, voir les travaux de Edgardo Manero.

19 Dagatti, op. cit., p. 3.

20 Voir les travaux de Edgardo Manero au sujet de la relation entre le révisionnisme historique en Argentine et la gauche péroniste.

21 « Ana Soledad Montero, “Puesta en escena, destinación y contradestinación en el discurso kirchnerista (Argentina, 2003-2007)”, p. 318. Discurso & Sociedad, vol. 3 (2), 2009, pp.316-347 » dans Dagatti, Ibid. 11, p.16.

22 Larrondo, op. cit., p. 336.

23 Le PRO (Propuesta Republicana) est un parti politique créé en 2005. Son fondateur Maurcio Macri, élu Chef du Government de la Ville de Buenos Aires en 2007, devint président de la république après avoir remporté le ballotage du 22 novembre 2015.

24 Dans le cadre de cet article, on entend par realpolitik le fait d’agir sur le terrain politique de façon à s’ajuster à la réalité d’une manière pragmatique.

25 Carlos Menem, qui avait gagnait le premier tour avec 24% des votes décide de renoncer au ballotage face à la inéluctable possibilité d’éprouver une défaite écrasante dans un deuxième tour.

26 Hijos por la Identidad y la Justicia contra el Olvido y el Silencio.

27 Manero, op. cit., p. 413.

28 The American Heritage Dictionary of Indo-European Roots. Boston, Houghton Miffin Harcourt Publishing Company, 2011. p.105.

29 Larrondo, op. cit., p. 336.

30 A cet égard, dans son travail « El Discurso Político Kirchnerista Hacia la Juventud en Contextos de Actos de Militancia », Mariana Larrondo fait une analyse de cinq discours politiques adressés à la jeunesse par des chefs de file kirchneristes (y compris Néstor Kirchner et Cristina Fernández). Dans son étude, elle se concentre sur l’explication des signifiants avec lesquels est construit le concept de « jeunesse kirchneriste » et les lignes de rupture qui guident l’appel à l’action du gouvernement vis à vis des jeunes militants.

31 Pourtant, il faut remarquer le fait que le discours populiste kirchnerisme ne donne jamais la place d’ennemi aux jeunes qui exercent leur militantisme dans des partis opposant le gouvernement. Au contraire, le kirchnerisme fait une invitation expresse aux jeunes de l’opposition à rejoindre le projet populaire de Néstor Kirncher et Cristina Fernández : «…nos dimos cuenta que nos querían convencer de que éramos sucios, feos y malos, y los argentinos tendremos defectos pero…, también hay algunos que no son peronistas, que están con nosotros y son fantásticos también, así que vamos para adelante, porque otra cosa que aprendimos, y tal vez no lo supimos escuchar bien oportunamente, es que para un argentino no puede haber nada mejor que otro argentino, ¡a levantar esa consigna fuerte! Porque la unidad nacional es un valor importante para seguir encarando esta transformación (…) Yo convoco a los jóvenes de los movimientos sociales, de las organizaciones sindicales, de las juventudes universitarias, de las juventudes territoriales, a todos, a transformarse en un multitudinario colectivo que recorra el país, que vaya ahí donde se necesita una mano, una ayuda solidaria. Es el mejor testimonio que podemos dar de nuestro compromiso con el prójimo y con la historia, eso fue humildemente lo que intentamos hacer cuando éramos mucho más jóvenes ». Extrait du Discours du président Cristina Fernández au stade de Luna Park à Buenos Aires le 14 septembre 2010.

Larrondo, op. cit., p. 358.

32 Discours de l’ancien président Néstor Kirchner dans le « Acto por los festejos del 64º Aniversario del primer triunfo peronista » le 24 février 2010. Consulté le vendredi 22 mai 2015. URL : https://www.youtube.com/watch?v=CfWUPRlprTw

33 Dans son discours aux jeunes du 14 septembre 2010 au Luna Park, Cristina Fernández fait un appel clair à l’engagement de la jeunesse au moyen de diverses actions : ‘être solidaire’, ‘penser aux autres’, ‘travailler pour les autres’, ‘peindre des écoles’, ‘parcourir le pays à la recherche de ceux qui ont des besoins insatisfaites’ etc.

Larrondo, Ibid., p. 360.

34 Dagatti, op. cit., p. 12.

35 Larrondo, Ibid. 25, p. 339.

36 Site internet official de la Cámpora. Consulté le vendredi 29 mai 2015. URL : http://www.lacampora.org

37 Formé par Maximo Kirchner, fils de Néstor Kirchner et Cristina Fernández, pendant la champagne présidentielle de 2003, le groupe politique est officiellement reconnu à partir de 2006.

38 Juan C. Christensen, Historia Argentina Sin Mitos : De Colón a Perón, Colección Temas, Buenos Aires, Grupo Editor Latinoamericano, 1990, p. 657.

39 Créée par le scénariste Héctor Germán Oesterheld et le dessinateur Francisco Solano López vers la fin des années 1950, El Eternauta devient très célèbre dans les décennies 1960 et 1970.

40 Laura Di Marco, « ¿Quién es el camporista que lleva el Nestornauta a la escuela? », La Nación, [En ligne] 2012, mis en ligne le 17 aout 2012. Consulté le mardi 26 mai 2015

URL : http://www.lanacion.com.ar/1499996-quien-es-el-camporista-que-lleva-el-nestornauta-a-la-escuela

41 Víctor Ingassia, « Cómo es Tecnópolis, la megamuestra de ciencia y tecnología que arranca hoy ». La Nación, [En ligne], mise en ligne le 14 juillet 2011. Consulté le mardi 26 mai 2015. 

URL :http://www.lanacion.com.ar/1389800-que-se-puede-recorrer-en-tecnopolis-la-megamuestra-de-ciencia-y-tecnologia-que-arranca-hoy

42 Trois ministères, un secrétariat, et une unité spécial de la présidence ont participé dans la construction de Tecnópolis : Le Ministère de Science, Technologie et Innovation Productive, le Ministère de la Défense, le Ministère du Travail, le Secrétariat de Culture de la Nation, et l’Unité du Bicentenaire de la Présidence de la Nation.

43 Raquel San Martín, « Zamba: historia nac&pop para principiantes », La Nación, [En ligne], mise en ligne le 2 février 2014. Consulté le mardi 26 mai 2015.

URL : http://www.lanacion.com.ar/1660556-zamba-historia-nacpop-para-principiantes

44 « El objetivo central de Pakapaka es garantizar a todos los chicos y chicas el acceso a contenidos culturales y educativos de calidad que contribuyan a su desarrollo integral, desde una perspectiva de derechos ». Au sujet de l’objectif institutionnel de la chaîne Pakapaka voir son site internet officiel. Consulté le vendredi 22 mai 2015. URL : http://www.pakapaka.gob.ar/institucional/

45 Formosa est une province de la République Argentine située au nord du pays. Elle est habitée par quatre peuples originaires : les Wichí, les Toba ou Qom, les Pilará, et les Nivacle. Formosa a deux frontières internes, avec les provinces de Salta et Chaco, et une internationale avec le Paraguay.

46 La Casa Rosada (Maison Rose) est le siège du gouvernement argentin.

47 Dagatti, op. cit., p. 2.

48 Pour approfondir sur les représentations stratégiques dans la construction de l’identité nationale argentine voir Edgardo Manero, L’Autre, le même et le bestiaire, op. cit.

Top of page

References

Electronic reference

Juan Manuel Corvalán Espina, « Kirchnerisme et réécriture de l’histoire : la jeunesse politique au cœur du récit et des pratiques populistes », Conserveries mémorielles [Online], #20 | 2017, Online since 01 April 2017, Connection on 25 September 2017. URL : http://cm.revues.org/2624

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org