Navigation – Plan du site

Think Pink – Installation et interprétation poétique situationnelle : poser un regard autre sur le quotidien par l’intervention artistique

Think Pink – Situational Installation And Poetic Interpretation: To Contemplate The Everyday Differently By The Art Action In The Public Space
Jérémie Bellemare

Résumés

Mon travail relève d’une recherche contextuelle, réalisée à la poursuite de l’observation du hic et nunc (ici et maintenant) situationnel. Comment perturber le quotidien au travers des non-lieux par des interventions artistiques ? Ma recherche s’articule autour de l’étude d’espaces précis en temps réel, en posant un regard sur les composantes humaines, architecturales et urbanistiques qui les caractérisent, de façon à pouvoir y intervenir artistiquement. Ce projet se réalisa par l’intégration d’une œuvre éphémère dans un lieu non dédié à l’art, celui du pont Sainte-Anne à Chicoutimi. J’aborderai la problématique de la relation que les individus ont à cet espace investi par le projet Think Pink. Je réfléchirai également à la manière dont l'œuvre a modifié la relation quotidienne des usagers avec ce non-lieu. Je traiterai enfin les aspects techniques, allant de la conception à la réalisation, ainsi que les diverses méthodes employées au cœur du processus créateur de ce projet artistique réalisé à l’été 2015.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie le Conseil des arts et lettres du Québec, le Conseil des arts de Saguenay, le centre d’art actuel Bang, La Fondation Timi, Ville Saguenay, l’Association des Centres-Villes de Chicoutimi pour leur support.

« À la plus parfaite reproduction il manquera toujours une chose : le hic et nunc de l’œuvre d’art – l’unicité de son existence au lieu où elle se trouve. […] (BENJAMIN, 2000 : 273-276) ».

1Mon travail de création fait écho à la cette citation de Walter Benjamin qui parle de l’ici et du maintenant, donc de la temporalité dans laquelle l’œuvre est créée, ainsi que du lieu et de l’espace qu’elle occupera. Selon l’importance accordée à la situation vécue ou interprétée, l’œuvre prend alors réellement sens dans ma démarche, puis dans sa forme.

2Ma pratique artistique aborde également l’interprétation de l’art par une vue d’ensemble sur la genèse interprétative de l’expérience de l’œuvre. Le point de départ de cette réflexion est le phénomène de la pensée et la manière dont il s’articule. Toute pensée, selon le philosophe et artiste Hervé Fischer, est iconique et tend à se synthétiser (FISCHER, 1977). Elle assimile donc la complexité et se veut être une précision, résumant une situation, ou encore être le condensé d’une position qui s’ancre temporellement à l’instant de l’intellectualisation. À d’autres occasions, ce que nous croyons être la pensée articulée qui s’inscrit en rapport à un passé incrusté par l’habitude, devient en fait une réification et agit en guise de raccourci par la pensée réflexe. C’est de cette façon que la plupart du temps nous demeurons ancrés dans un schéma de réification de la pensée. Celui-ci étant un outil très efficace – mais à quel prix ? – pour agir en synchronie avec l’accélération du temps en cette ère de surmodernité (AUGÉ, 1992) et d’aliénation (ROSA, 2012).

Regard sur le contexte social et spatial de l’intervention artistique

3L’œuvre dont je vais faire l’analyse dans cet article a été réalisée au cœur de la ville de Chicoutimi de 2014 à 2015. Mon intervention artistique en ce lieu consistait en l’intégration de symboles colorés dans la structure du pont Saint-Anne, intervenant de façon visuelle et spatiale avec les Chicoutimiens sur ce transit piétonnier. Je développerai plus loin les aspects esthétiques, techniques et physiques de celles-ci, mais pour l’instant, il est essentiel de faire le point sur le contexte social et spatial dans lequel s’enracine l’œuvre. Je me suis inspiré des évènements qui ont marqué le mois de décembre 2013 à Saguenay, au cours duquel le pont Dubuc a en partie brûlé lors de travaux de rénovation. À ce moment, des milliers d’automobilistes ont redécouvert le pont piéton situé à ses côtés, étant forcés de l’utiliser et de ne plus faire usage de leur voiture. La population a alors compris l’utilité et l’importance du pont Sainte-Anne, et a considéré cette infrastructure comme une alternative au cœur de cette situation d’urgence. Historiquement, ce pont est le premier à relier les deux rives de Chicoutimi. D’abord construit pour l’automobile et utilisé à ces fins de 1933 à 1972, il a ensuite été converti en passage piétonnier. Depuis délaissé, il était considéré comme un non-lieu parmi d’autres dans la ville. Ce lieu de passage piéton est devenu, par mon intervention artistique, un lieu de convergence et de repositionnement du quotidien collectif.

4Cette situation particulière m’amena à réfléchir à la problématique des lieux, où la rencontre de l’autre ne se fait pas dans un contexte habituel, ou presque. L’espace social à l’intérieur des non-lieux est souvent considéré seulement en rapport à ses fonctions attribuées, qui déterminent aussi des limites relationnelles. Cet aspect de régulation et de dépersonnalisation comportementale est également perceptible par la circulation continue en ces espaces, qui impose une sorte de code de conduite. Dans ces derniers, nous voyons peu d’individus en interaction les uns envers les autres, mais plutôt en transit en ces espaces, semblables à un canal fermé, sur un flux déshumanisé. De ce fait, sans l’action qui vient perturber ce transit, nous ne voyons pas apparaître l’aspect relationnel entre les individus ni même avec l’espace dans lequel il gravite. Cette relation à l’espace devient alors pratiquement virtuelle, et c’est pourtant de cette relation et l’intérêt qu’elle suscite que peut découler un aspect important de la solidarité sociale, le vivre ensemble. Ainsi, mon travail artistique avait pour objectif de faire ressurgir la mémoire collective par une action artistique, en réaction à ce phénomène de dépersonnalisation de ce type de lieu. Ici, mon intervention artistique, au même titre que la pensée pour Fischer (FISCHER, 1977), voulait concourir à rassembler ou à devenir iconique selon ses termes. Mon projet aspirait à devenir un symbole au cœur d’un lieu oublié puis redécouvert. Empreint d’une teneur éphémère, mon œuvre était en changement et en évolution perpétuelle au fil des divers croisements des usagers du lieu, des temporalités et des rythmes hétérogènes. En effet, ce qui m’intéressait particulièrement dans cet aspect situationnel du non-lieu était la temporalité du quotidien des individus bouleversée par une action artistique. En d’autres mots, mon action visait à modifier la relation entre les individus et l’espace en tentant de changer leur rythme vécu du lieu par la contemplation et l’expérience d’une action artistique dans un espace devenu invisible par sa fonction attribuée.

5Mais, qu’est-ce que de vivre le bouleversement de son quotidien ? Plus précisément, qu’est-ce que vivre l’expérience inhabituelle d’utiliser la voie piétonnière du pont Sainte-Anne comme unique façon de traverser la rivière Saguenay, et cela du jour au lendemain et pendant près d’un mois ? C’est donc pour donner suite à l’observation de ce phénomène, de l’étude de ce contexte et de la collecte de témoignages d’individus ayant vécu cette expérience que je suis parvenu à mon interprétation artistique. Ainsi, mon projet se voulait le symbole artistique de ce phénomène.

Travail de symbolisation

6Après avoir observé les bouleversements engendrés par la fermeture du pont Dubuc et la redécouverte du pont Saint-Anne, il était évident pour moi que je devais créer une œuvre qui témoignait de cette situation. Je voulais réaliser un projet qui bouleverserait à son tour le quotidien des Chicoutimiens en attirant leur regard sur ce lieu. L’intérêt de cette œuvre était en fait le phénomène de solidarité sociale qu’elle a engendré, qui était en rupture avec le quotidien. Cette œuvre était visible à plus d’un kilomètre, et, donc, aussi perceptible par les automobilistes empruntant le pont Dubuc adjacent au pont Sainte-Anne. En résonance avec le lieu, mon installation artistique était en partie influencée par le code routier au niveau de sa forme, par l’utilisation du losange, symbole du lieu de passage. Cette même forme géométrique a été intégrée à la structure d’acier du pont le 10 décembre 2014. La forme du « X » a également été utilisée pour illustrer la croisée des chemins. La fragilité de l’équilibre collectif en ce lieu, sans cesse renouvelée par le passage des gens, allait de pair avec le caractère éphémère de mon installation qui a duré un peu plus de 8 mois. La première partie de l’œuvre était constituée d’un seul losange, inaugurée par une marche pour la solidarité sociale. La deuxième phase comprenait onze autres losanges et deux X recouverts également de vinyle rose jusqu’à sa désinstallation à la fin de l’été 2015. Considérant la structure du pont et ses dimensions, la couleur rose fut choisie d’abord pour ses qualités visuelles, lui permettant d’être visible de loin. La complémentarité du rose avec le vert du pont devenait aussi un atout essentiel à mon projet. Le rose pouvait également être associé aux fleurs et à leur aspect décoratif, me permettant aussi de faire fleurir l’acier d’une façon poétique et symbolique. Que cette couleur ne fasse pas consensus me plaisait d’autant plus, car plusieurs me questionnaient à ce sujet, laissant ainsi place à d’intéressants échanges avec les passants. Une grande majorité des individus m’approchant pour dialoguer me confièrent considérer l’esthétique de mon intervention comme très positive, en me félicitant de contribuer à leur environnement. Une femme, à la veille de son traitement de chimiothérapie contre le cancer du sein, a d’ailleurs accueilli le projet comme un symbole et un encouragement à la cause. En plus de se souvenir du lien fragile qui relie les deux rives de la rivière Saguenay, le projet a alors permis d’initier un dialogue entre les citoyens, en plus de les introduire à l’art actuel en milieu urbain ; se poser des questions, puis se positionner vis-à-vis de la situation que cela génère.

Think Pink, 2015, pellicule plastique.

Think Pink, 2015, pellicule plastique.

Pont Sainte-Anne, Chicoutimi.

Crédit photo : Laurane Parrique

Conception, stratégie, influences et expérimentations

7La conception de ce projet artistique in situ ne tient pas uniquement au dessin, à la photo, et au travail sur ordinateur. Plusieurs étapes préalables sont primordiales, dont l’importante conscientisation sociologique et contextuelle du lieu spécifiquement exploré dans mon travail. Des théories sociologiques, dont celles de Bourdieu (BOURDIEU, 1979) en ce qui a trait à la donnée culturelle et symbolique m’ont amené à considérer la disposition d’esprit des usagers face au discours symbolique qui émanait de ce projet. Puis, l’idée d’immanence et de subjectivité (DELEUZE cité dans SAUVAGNARGUES, 2006) a également guidé ma réflexion au tout début de la conceptualisation du projet. La conception de ce travail questionnait par ailleurs la manière, par la couleur et la forme, par laquelle je pouvais y inscrire une facture plastique qui était représentative de mon travail, m’inspirant alors de l’artiste Daniel Buren et de ses bandes verticales de 8,7 cm de largeur qu’il appliqua sur l’architecture et le mobilier urbain pendant des décennies. La création passa également par un positionnement, des choix et un discours. Je voulais entrer en dialogue avec les artistes marquants de l’histoire de l’art, tout en me différenciant de leurs productions. À titre d’exemple, Christo et Jeanne-Claude, couple d’artistes contemporains importants dans l’histoire de l’art, ont emballé une partie du Pont Neuf à Paris en 1985. Je m’inspire alors de leur démarche tout en proposant une technique, une forme et un propos qui diffèrent de ces derniers. La conception du projet se fit en grande partie par modélisation photographique. Le volet technique de la recherche se fit par rapport à la matière utilisée. S’agissant de la faisabilité technique de mon œuvre, je devais déterminer les conditions d’installation et de durabilité nécessaires à savoir l’évaluation du temps de l’installation, la surface couverte, les outils nécessaires, le choix d’une matière recyclable ainsi que le développement d’une méthode d’installation. À défaut de ne pas avoir des plans du pont suffisamment détaillés, il a fallu me procurer un télémètre laser afin de procéder à un arpentage du pont afin d’en calculer les dimensions, pour ensuite déterminer les zones cibles. Des tests UV en conditions extérieures et des expérimentations de thermoformage sur structure d’acier ont été aussi nécessaires afin de calculer la durabilité du matériel choisi, soit du textile de vinyle. Suite à ces expérimentations, je fus en mesure de déterminer avec certitude la meilleure méthode d’installation.

Collaborations

8Dans le but de stimuler le milieu municipal autour de mon intervention artistique en milieu urbain, je fis appel à plusieurs acteurs importants qui ont contribué au projet, œuvrant au sein de la communauté de Saguenay. À cet effet, l’Association des Centres-Villes de Chicoutimi fut l’intermédiaire entre moi et un groupe de citoyens pour la solidarité sociale. Ceux-ci me demandèrent de réaliser une action symbolique le 10 décembre 2014, soit un an jour pour jour après les évènements de 2013. Plusieurs citoyens, politiciens, médias et commerçants étaient présents, dont La Théière à l’Envers qui servit du thé gratuitement aux passants, la fondation Mira, Pierre Le Lettreur, et plusieurs autres. Ce fut une occasion inestimable de collaborer et de dialoguer avec la communauté. Ainsi appuyé par l’Association des Centres-Villes de Chicoutimi qui finança l’action, ceci me permit également de réaliser une première partie de mon intervention sur une section du pont Sainte-Anne. Grâce à cette collaboration et la diffusion de mon intention artistique, des rencontres avec les divers commerçants des deux rives de Chicoutimi ont aussi été organisées, afin de communiquer les valeurs unissant la communauté à son milieu, dont le pont est le symbole, ce que l’œuvre souligne également.

9En outre, ce projet rassembleur stimula Ville Saguenay à mandater un groupe de médiateurs bénévoles afin de m’aider, entre autres, lors de la réalisation du projet au mois de juin 2015. Le dialogue avec les usagers du pont était essentiel, en raison de ma présence à l’installation de la membrane de vinyle au sein de la structure d’acier à plus de vingt pieds de hauteur. Les médiateurs culturels et une équipe de bénévoles se mobilisèrent afin de pouvoir communiquer les idées importantes du projet et répondre aux passants.

Think Pink, 2014, pellicule plastique

Think Pink, 2014, pellicule plastique

Pont Sainte-Anne, Chicoutimi. Première action symbolique pour souligner l’événement du 10 décembre 2013.

Crédit photo : Jérémie Bellemare

Poétisation

10La poétisation est une des composantes importantes ancrée dans mon processus de création et de transmission de ce projet. Y travaillant depuis quelque temps déjà, cet exercice poétique m’a permis d’avoir un recul suffisant sur ma création tout en enrichissant mon discours. Celui-ci a d’ailleurs été grandement influencé par mes observations sur le terrain, constatant l’effet de ma pratique artistique sur le public. Ainsi, par cette intervention artistique, j’ai renoué avec l’écriture poétique m’amenant alors à interpréter mes aspirations artistiques :

Les couleurs ne sont pas des sentiments, mais des expériences qui mènent à des sentiments. L’art n’explique pas, il agit et, si l’on veut le décrire par les mots et ainsi le transporter oralement, on doit le faire avec des verbes d’action. La simple action d’être présent au quotidien est loin d’être. Affirmer sa présence, c’est aussi accepter, voire même désirer troubler. Séparer la distance de celle de la présence vécue de l’expérience.
Pour être sensible à l’art, le jeu, concept moteur de production des espaces autres. Ceux-ci, ne fait aucun sens pour l’aliéner, le véritable fou de notre temps. Marquer le temps et l’expérience vécue, les lieux parcourus par l’expérience. Aussi simple que de se balader en métro à New York et l’utiliser comme territoire d’expérience, de jeu, de présence, au travers les autres, qui dans leur mutisme d’ameublement, mettent en berne leur existence.
Dire en action, poétiser l’espace, équilibre des pôles, pour moi, je crois que cela tient littéralement du désir de poser une action qui viendra régénérer le quotidien. Les notions de collectivité, de solidarité, sont deux concepts qui m’intéressent beaucoup d’une façon générale. Maintenant s’inscrivant au travers la considération de ces notions en regard à ce projet, c’est la situation particulière des événements qui se sont déroulés sur le Pont qui m’a intéressé. Cet endroit où l’on se dit encore bonjour et bonsoir.
Immuable éphémérité, brasser les lucioles dans leur cage d’acier, les faire s’agiter ensemble, synchroniser les étincelles.

11Cet extrait poétique est selon moi l’essence même de ma réflexion artistique et fait un lien direct avec ce projet. Je crois en effet que le discours poétique facilite la compréhension phénoménologique de mon travail, celle-ci une fois exprimée à l’écrit. Il peut facilement participer à la mémoire active de la situation passée et ainsi se régénérer par sa transmission.

CONCLUSION

12Avec Think Pink, j’ai voulu marquer le lieu, la mémoire et le quotidien. Je devais y arriver avec des moyens efficaces et peu coûteux. Dans ce type de situation de création et surtout de collaboration, il est impératif d’être à l’écoute du milieu social à investir, pour en comprendre son rythme et sa temporalité. Suite à cette intervention artistique, je me suis questionné quant à la réaction des individus, la création d’une œuvre dans un espace public impliquant nécessairement une rencontre avec ses usagers, souvent non initiés à ces pratiques. Il est donc important de prendre en compte l’appropriation de l'œuvre par ce public, lors de sa réception et de sa transmission et de mettre en place des outils de médiation facilitant sa compréhension. Il faut parvenir à faire émerger chez le regardant une sensibilité empathique pour la situation, l’œuvre ou l’artiste lui-même, afin de rendre possibles la compréhension et l’intérêt de celui-ci. Par ailleurs, les projets artistiques de ce type nécessitent l’implication de nombreuses personnes qui croient et qui s’immiscent dans la structure imaginaire de l’artiste. Cette intervention artistique a su lier l’art à la vie et également au quotidien des Saguenéens et a fait appel aux sens, à l’histoire, à la symbolique, à la sensibilité esthétique de ces derniers. Par la rencontre de l’autre et la mise en commun des questionnements au sujet de Think Pink, il a été possible de faire émerger et même de régénérer un rapport fondamental, soit celui de l’Homme à son monde. Oser le rose, ce fut aussi oser rassembler la divergence des couleurs sous un rapport commun et solidaire, en assumant ce projet aux avenues multiples du vivre ensemble.

AUGÉ, Marc, Non-Lieux, Paris, Édition du Seuils, 1992, 150 pages.

BACHELARD, Gaston, La poétique de l’espace, Paris, Presses universitaires de France, 1967, 214 pages.

BENJAMIN, Walter, « L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique » dans Œuvres III, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 2000, pp. 273 à 276.

BOURRIAUD, Nicolas, Esthétique relationnelle, Dijon-Quetigny, Les presses du réel, 2001, 123 pages.

BOURDIEU, Pierre, La Distinction : Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979, 686 pages.

BURCKHARDT, Jacqueline, Bâtissons une cathédrale, Paris, L’Arche, 1988, 239 pages.

CAIRNS, Stephen, Jane M. JACOBS, Buildings must die, A perverse view of architecture, Cambridge, MIT Press, 2014, 239 pages.

DANIEL-RISACHER, Nathalie, « Joseph Beuys » : Un poète en temps de détresse » dans Espace Sculpture, no30, 1995, pp. 36-37.

FINEBERG, Jonathan, Christo & Jeanne-Claude, On the way to The Gates, Central Park, New Haven, Yale University Press, 2004, 212 pages.

FOUCAULT, Michel, Dits et écrits 1954-1988, Paris, Gallimard, 1994, 4 volumes.

FISCHER, Hervé, Théorie de l’art sociologique, Belgique, Casterman Éditeur, 1977, 200 pages.

HARTMUT, Rosa, Aliénation et accélération : Vers une théorie critique de la modernité, Paris, La Découverte, 2012, 156 pages.

LEFEBVRE, Henri, La production de l’espace, Paris, Anthropos, France, 1974, 485 pages.

LYOTARD, Jean-François, Bruno CANY, Gérard SFEZ, Que peindre ? : Adami, Arakawa, Buren, Paris, Hermann impr, 2008, 215 pages.

ROSA, Hartmut, Aliénation et accélération : Vers une théorie critique de la modernité, Paris, La Découverte, 2012, 152 pages.

SAUVAGNARGUES, Anne, Deleuze et l’art, Paris : Presses universitaires de France, 2006, 288 pages.

Webographie

http://www.ledevoir.com/​culture/​arts-visuels/​442941/​arts-visuels-le-rose-comme-trait-d-union

http://www.lafabriqueculturelle.tv/​capsules/​5391/​think-pink-sur-le-pont-de-sainte-anne

http://jeremiebellemare1.wix.com/​jeremiebellemare?fb_ref=Default

http://www.centrebang.ca/​centre_bang_think_pink.html#anchor-think_pink

http://classiques.uqac.ca/​contemporains/​fischer_herve/​theorie_art_sociologique/​theorie_art_sociologique.pdf

(Adresses consultées le 28 juillet 2015)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Think Pink, 2015, pellicule plastique.
Légende Pont Sainte-Anne, Chicoutimi.
Crédits Crédit photo : Laurane Parrique
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/2716/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Think Pink, 2014, pellicule plastique
Légende Pont Sainte-Anne, Chicoutimi. Première action symbolique pour souligner l’événement du 10 décembre 2013.
Crédits Crédit photo : Jérémie Bellemare
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/2716/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémie Bellemare, « Think Pink – Installation et interprétation poétique situationnelle : poser un regard autre sur le quotidien par l’intervention artistique », Conserveries mémorielles [En ligne], #21 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://cm.revues.org/2716

Haut de page

Auteur

Jérémie Bellemare

Maître ès arts, Université du Québec à Chicoutimi (UQAC)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org