Navigation – Plan du site

Introduction. L’actualisation de la mémoire du communisme en Europe

Lisa Tanguay et Hélène Levesque

Résumé

La réalisation de ce premier numéro s’est accompagnée d’un renouvellement continuel de notre réflexion sur la place et les fonctions qu’occupe la mémoire dans la sphère publique. L’année 2005, par exemple, fut hautement symbolique du point de vue mémoriel puisqu’elle portait les mémoires ressassées de la fin de la Deuxième Guerre mondiale. L’actualisation de mémoires hétéroclites s’est produite devant un public diversifié qui ne se compose plus uniquement d’historiens et d’autres érudits. Au sein d’un public bigarré, les mémoires sont non consensuelles : les communautés juives de tous azimuts ainsi que les Français reconnaissent l’année 2005 comme ayant porté la mémoire de la libération ; les Allemands et les Japonais endossent le souvenir commun de la défaite, ainsi que les souvenirs respectifs de l’occupation et de l’horreur nucléaire ; les Russes enfin célèbrent une victoire, celle de la Grande Guerre patriotique. La teneur mémorielle de l’année en cours rappelle le postulat suivant : il n’existe pas de mémoire, il n’y a que des mémoires. Il en va de même pour les mémoires du communisme en Europe. Qu’il s’agisse de mémoires individuelles ou collectives, les Russes, Roumains, Polonais ou Français ont vécu des expériences dissemblables et ils participent à la création d’une mosaïque mémorielle hétéroclite.
Ainsi, à l’instar de l’année 2005, ce premier numéro de Conserveries mémorielles permettra d’actualiser la discordance des mémoires devant la singularité d’une expérience commune : celle du communisme. Individuelles ou collectives, les mémoires du communisme servent à combler le vide qu’il soit identitaire ou politique. En soutenant une humble réflexion sur la réminiscence, Conserveries mémorielles souhaite alimenter une réflexion sur les mémoires et les expériences du communisme en Europe qui soit enrichie par la diversité de ses approches.

Haut de page

Texte intégral

1La Chaire de recherche du Canada en histoire comparée de la mémoire est un regroupement de chercheurs universitaires qui travaillent conjointement afin de favoriser le développement du mouvement historiographique consacré aux différentes problématiques relevant du lien étroit entre la mémoire, l’histoire et les autres sciences sociales. Avec l’idée de réaliser une activité scientifique rattachée à la Chaire de recherche, est née une réflexion ponctuelle sur la mémoire du communisme en Europe au XXe siècle.

2En novembre 2004, des membres de ce groupe de recherche participaient à une journée d’étude dédiée aux mémoires et aux expériences du communisme au XXe siècle. Dans le prolongement de cette démarche académique, nous voulions donner une voix aux chercheurs de la Chaire afin de projeter leurs réflexions dans l’espace public. Nous avons proposé d’amalgamer l’expérience d’une journée d’étude à la création d’une revue électronique, prolongeant ainsi une réflexion ponctuelle dans une analyse continue. Ce premier numéro offre des articles réalisés pour la plupart à partir des communications présentées à l’automne 2004 lors de la journée d’étude intitulée : Mémoires et expériences du communisme et du totalitarisme au vingtième siècle. La thématique proposée alors nous permettait, dans la perspective d’une publication, de solliciter la contribution d’autres chercheurs de la Chaire qui s’intéressent de près ou de loin aux mémoires et aux expériences du communisme au XXe siècle.

3La réalisation de ce premier numéro s’est accompagnée d’un renouvellement continuel de notre réflexion sur la place et les fonctions qu’occupe la mémoire dans la sphère publique. C’est d’ailleurs le quotidien et l’actualité qui ont alimenté ce renouvellement. L’année 2005, par exemple, fut hautement symbolique du point de vue mémoriel puisqu’elle portait les mémoires ressassées de la fin de la Deuxième Guerre mondiale. L’actualisation de mémoires hétéroclites s’est produite devant un public diversifié qui ne se compose plus uniquement d’historiens et d’autres érudits. Au sein d’un public bigarré, les mémoires sont non consensuelles : les communautés juives de tous azimuts ainsi que les Français reconnaissent l’année 2005 comme ayant porté la mémoire de la libération ; les Allemands et les Japonais endossent le souvenir commun de la défaite, ainsi que les souvenirs respectifs de l’occupation et de l’horreur nucléaire ; les Russes enfin célèbrent une victoire, celle de la Grande Guerre patriotique. La teneur mémorielle de l’année en cours rappelle le postulat suivant : il n’existe pas de mémoire, il n’y a que des mémoires. La Deuxième Guerre mondiale a généré autant de mémoires que d’expériences et autant d’expériences que d’individus ou de groupes. Il en va de même pour les mémoires du communisme en Europe. Qu’il s’agisse de mémoires individuelles ou collectives, les Russes, Roumains, Polonais ou Français ont vécu des expériences dissemblables et ils participent à la création d’une mosaïque mémorielle hétéroclite. Ainsi, à l’instar de l’année 2005, ce premier numéro de Conserveries mémorielles permettra d’actualiser la discordance des mémoires devant la singularité d’une expérience commune : celle du communisme. Individuelles ou collectives, les mémoires du communisme servent à combler le vide qu’il soit identitaire ou politique. En soutenant une humble réflexion sur la réminiscence, Conserveries mémorielles souhaite alimenter une réflexion sur les mémoires et les expériences du communisme en Europe qui soit enrichie par la diversité de ses approches.

4Les auteurs qui ont participé à ce numéro s’intéressent, à des degrés divers et chacun dans une perspective différente, à un processus constant, étroitement lié aux discours pluriels de la mémoire et au passé communiste, celui des constructions identitaires des individus et des collectivités, de la Hongrie au Kazakhstan, en passant par la Roumanie et la Russie.

5En Roumanie, dès les années 1990, la mémoire collective s’est incarnée dans la personne d’une femme, d’origine paysanne, ancienne résistante anticommuniste et victime de répressions politiques, Elisabeta Rizea. Claudia Dobre argumente que cette femme est devenue non seulement une héroïne, dont l’image fut manipulée par les médias et les politiciens, mais aussi un lieu de mémoire pour les Roumains. Son histoire rejoint un grand nombre de personnes, qui assignent différents sens à la représentation construite autour d’elle. Celle-ci occupe notamment une fonction de représentante des valeurs évoquées dans la construction de l’identité nationale de la Roumanie post-totalitaire, telles que l’honneur, la simplicité et le courage. Son image est également porteuse d’une volonté du souvenir, rattachée à l’expérience des répressions politiques et de la résistance anticommuniste.

6La mémoire des témoins du XXe siècle est également une composante majeure de la « reconstruction » identitaire des Tatars de Crimée. Ces derniers ont été déportés dans différentes régions de l’URSS en 1944, sous les ordres de Staline, lequel accusait plusieurs d’entre eux d’avoir collaboré avec l’ennemi nazi. À l’intérieur de l’Ukraine, dont la Crimée fait désormais partie, le retour progressif des Tatars depuis 1991 ainsi que la nécessaire reconstruction de leur identité, qui répond aux impératifs du présent et de l’avenir, sont rendus difficiles par un contexte de fortes tensions interethniques et de conflits. Grâce aux documents d’archives et aux sources orales, Cezar Aurel Banu expose comment la mémoire de cette épisode tragique du passé des Tatars criméens se confronte à la version officielle soviétique de l’histoire et en quoi les témoignages des survivants de la déportation, les porteurs de cette mémoire plurielle, participent aujourd’hui à la construction de la mémoire collective tatare et du récit historique de cette région.

7Les traumas des répressions staliniennes se répercutent sur plusieurs générations et font partie de la construction identitaire d’une grande partie de la population de l’ancien espace soviétique. Certains individus préfèrent oublier ou ignorer ces événements dramatiques, alors que d’autres, au contraire, oppressés par le devoir de mémoire ou par un besoin de se délivrer d’une partie du poids du passé, choisissent de raconter leur histoire publiquement, à l’écrit ou à l’oral. Un exemple de ce dernier cas est le projet commémoratif d’une femme d’origine russo-kazakhe, Larissa Kouderina, dont les parents furent victimes des répressions staliniennes. L’étude d’Hélène Levesque fait ressortir l’interaction des discours historique et mémoriel dans les différentes composantes de ce projet mémoriel qui est aussi l’expression d’une quête identitaire. Pour échapper à l’oubli et à la banalisation de l’histoire de sa famille, Larissa Kouderina a d’abord publié les mémoires de sa mère et un essai historique, qu’elle a écrit sur la vie de son père et de la génération d’intellectuels kazakhs réprimés dont il faisait partie. Depuis, elle prépare la mise sur pied d’un petit musée dédié à ces derniers. Dans cette étude, l’auteure du projet tient le double rôle de représentante de la mémoire familiale et d’historienne du destin de son père et de celui de sa génération. La mise en sens du passé ainsi que l’établissement d’une filiation générationnelle constituent deux aspects de la mission de cette femme qui lui permettent également de donner un sens à sa vie.

8Dans la Russie de Poutine, les représentations traumatiques du passé stalinien se confrontent néanmoins à un nouveau contexte politique et économique qui met en danger leur transmission et leur intégration adéquate au récit historique national. En effet, l’insatisfaction créée par l’implantation imparfaite de la démocratie et l’absence d’une véritable société civile en Russie, renforcent en l’accroissant la nostalgie pour le passé soviétique dans la population. Dans l’analyse que fait Lisa Tanguay des articles de journaux parus en 2003, au sujet du cinquantième anniversaire de la mort de Staline, les représentations dithyrambiques de Staline semblent majoritaires et seraient en grande partie le produit d’une manipulation de la mémoire collective par les plus hauts leaders politiques, en l’occurrence, Vladimir Poutine et les élites qui gravitent autour de lui. La réhabilitation du passé stalinien se fait donc de manière sélective, misant sur une image de force et de gloire pour construire la nouvelle identité russe. Cette réintégration permettrait l’établissement d’une continuité identitaire avec le passé soviétique, qui demeure problématique, mais elle fait également craindre une marginalisation des mémoires traumatiques et un retour du culte de la personnalité et d’un pouvoir autoritaire.

9La question de la continuité identitaire et mémorielle est également posée par Véronique Klauber qui a recueilli des récits de vie auprès de Roms (Tsiganes) du Nord-Est de la Hongrie. Ces Roms ont connu un énorme bouleversement de leurs conditions de vie lors de la désindustrialisation postcommuniste, l’usine où ils travaillaient ayant été liquidée en 1991. L’auteure constate que ces Roms perçoivent une rupture insurmontable entre le présent et le passé, entre leur marginalisation sociale actuelle, vivant d’une économie parallèle, et leur position antérieure de travailleurs salariés en sidérurgie. Cette conclusion est, parmi d’autres, l’aboutissement d’une réflexion menée par l’auteure qui analyse la variation de la visibilité ethnique des Roms et de la représentation de leur identité en fonction des contextes socio-économiques de production de documents provenant de trois époques différentes. Le corpus est constitué de textes historiographiques roumains et hongrois (XVe, XVIe et XIXe siècles), de textes ethno-historiques de tsiganologues (fin du XIXe siècle) et de récits de vie recueillis par l’auteure (2000-2004).

10L’étude des Tsiganes de la région des Carpates est, pour Alina Nogradi, l’occasion de remettre en question et d’aller au delà de la dichotomie conceptuelle fixité/mobilité qui a remplacé celle de sédentarité/nomadisme depuis les années 1980 dans les recherches sur les formes d’utilisation de l’espace. L’auteure caractérise les diverses formes d’habitat tsigane, qu’elle regroupe sous le terme de tabor, dans une perspective historique et ethnographique, la dernière partie de son questionnement étant basée sur des enquêtes de terrain réalisées récemment par l’auteure en Transylvanie (Roumanie). Son analyse tente de dépasser la dichotomie fixité/mobilité en s’organisant autour des deux dimensions que sont la consommation et la structuration de l’espace par les communautés tsiganes. L’étude de la construction des formes habitationnelles actuelles des Tsiganes révèle aussi qu’elle est liée à leur construction identitaire ainsi qu’à leur rapport à l’autre, ce dernier étant, dans le cas étudié par l’auteure, les Roumains. Alina Nogradi soulève enfin l’importance d’associer à l’aspect pratique de la construction d’un habitat, celui de la configuration mentale de l’espace pour arriver à une pleine compréhension des tabors tsiganes qui constituent, selon elle, un entre-deux entre semi mobilité et sédentarité incomplète.

11En conclusion, la création de cette revue est le résultat de l’approfondissement d’une réflexion portée par deux motivations. En premier lieu, il paraissait nécessaire de donner la parole à des témoins producteurs de mémoires, puisque ce sont eux qui, il y a quelques décennies, ont stimulé l’intérêt et l’étude de la mémoire en histoire. Il s’agissait également, à l’instar de l’urgence créée par la disparition des témoins de la Deuxième Guerre mondiale, de sonder les témoins du communisme qui sont graduellement délaissés au profit des témoins d’un phénomène contemporain non consensuel, nommé terrorisme, et de ses commémorations funestes. Ce premier numéro de Conserveries mémorielles se veut un témoin actuel d’une époque révolue par la montée de son penchant contemporain. Il cherche à comprendre le rôle du chercheur en sciences sociales qui, dans une société hypermoderne abreuvée de spectacle et de réalisme, devient le possible garant d’une histoire qui risque de sombrer dans l’oubli non pas à cause de la disparition de ces témoins vivants, mais en raison de son engloutissement par le spectacle criant de l’actualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lisa Tanguay et Hélène Levesque, « Introduction. L’actualisation de la mémoire du communisme en Europe », Conserveries mémorielles [En ligne], #1 | 2006, mis en ligne le 01 octobre 2006, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cm.revues.org/292

Haut de page

Auteurs

Lisa Tanguay

Articles du même auteur

Hélène Levesque

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org