Navigation – Plan du site

La visibilité à éclipses dans les représentations mémorielles des Roms

Véronique Klauber

Résumé

Une étude critique examinera la production historiographique centrée sur une communauté de Roms (Tsiganes). Les membres du groupe furent tour à tour forgerons, armuriers itinérants, maréchaux-ferrants sédentaires, journaliers sur les terres des paysans gadje (non-roms), ouvriers du complexe sidérurgique d’Ozd (ville au nord-est de la Hongrie), ferrailleurs. Les Roms font l’objet de trois types de textes : ceux de l’historiographie roumaine et hongroise, ceux de l’ethno-histoire, enfin ceux de l’histoire orale, recueillis par mes soins (2000-2004) auprès d’anciens sidérurgistes et leurs descendants. La comparaison des différents textes permettra de montrer une corrélation entre les contextes socio-économiques de leur production, les modalités de représentation — pluralistes ou monolithisantes — et la visibilité ethnique de la plus grande minorité européenne.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Roms

Géographie :

Hongrie, Ozd
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour emprunter cette expression à Ernest Gellner. Cf. Gellner, Ernest, 1983, Nations and Nationali (...)
  • 2  C’est toujours Gellner qui parle pour désigner l’entropie, ibid.
  • 3  Cf. Bauman, Zygmunt, 1991, Modernity and Ambivalence, Ithaca, N.Y., Cornell University Press, part (...)
  • 4  Cf. Bhabha, Homi K., 1994, « Of Mimicry and Man » in The Location of Culture, London, Routledge : (...)

1Lors de l’examen des six siècles d’histoire des Roms (Tsiganes) en Hongrie, j’ai été intriguée par un phénomène curieux : la visibilité des Roms varie considérablement au cours des âges, alors que le niveau d’ensoleillement du pays semble avoir été remarquablement stable, du moins depuis la fin du Moyen Âge. J’en veux pour preuve la constance de la qualité du vin de Tokaj, produit au nord-est du pays, où le raisin mûrit chaque année au même rythme. L’ensoleillement ne peut donc pas être mis en cause, il faudrait trouver une autre explication de la fluctuation de leur perceptibilité. La visibilité ethnique est tantôt un agent d’« inhibition de l’entropie » 1, tantôt elle est prétexte à des essais de contrôle autoritaires, voire totalitaires, comme elle peut aussi rappeler aux gouvernants d’un régime aspirant à l’équité qu’il existe de larges fractions de la société peu ou pas du tout intégrées. De manière symétrique, l’invisibilité contribue à lever l’obstacle qui se dresse devant la mobilité « aléatoire »2. Mais le prix à payer pour acquérir l’invisibilité peut s’avérer démesuré par rapport aux gains, si elle résulte de l’assimilation forcée. Les éléments caractéristiques de l’ambivalence de la situation de l’assimilé ont été relevés par Zygmunt Bauman3 : Il s’agit d’une part de la suspicion quant à la sincérité de l’assimilé, mise en doute par les membres du groupe assimilateur et, d’autre part, de la solitude que ce dernier éprouve lorsqu’il constate l’affaiblissement ou la perte du soutien solidaire des membres de son ancienne communauté qui cessent le lui prodiguer. En effet, ces derniers peuvent être moins enclins que lui, le nouvellement assimilé, à investir à fonds perdu dans l’économie de la mimicrf4. Ce que j’aimerais montrer, c’est qu’il peut y avoir des moments historiques où il est possible de sortir de l’alternative douloureuse de la visibilité et de l’invisibilité ethnique.

  • 5  Gellner, Ernest, op. cit.

2Avant de formuler mon hypothèse, j’aimerais présenter le corpus ayant servi à l’investigation. Les périodes concernées sont celles de l’ère agraire et de l’ère industrielle, selon la périodisation de Gellner5, parfaitement propre à éclairer mon propos. Le corpus est formé de trois types de documents :

  1. Des textes relevant de la production historiographique majoritaire — des non-Roms ou Gadje roumains et hongrois. Ils datent du XVe et du XIXe siècles.

  2. Des textes issus de la production des ethno-historiens tsiganologues (spécialistes des Roms), eux aussi majoritaires ou gadje. Ces textes datent de la fin du XIXe siècle.

  3. Des textes provenant de l’histoire orale, des récits de vie de Roms, autrefois métallurgistes d’un grand combinat sidérurgique du nord-est de la Hongrie. Ces textes ont été recueillis par mes soins entre 2000 et 2004.

  • 6  Cf. Klauber, Véronique, 2002, « Le sport est-il un succédané du travail ? » [Analyse et extraits d (...)

3Mon hypothèse est que durant les périodes de changements systémiques — où le système politique, socio-économique ou celui de l’emploi se modifient radicalement —, la visibilité des Roms tend à s’accentuer, leur identité tend à prendre des contours exclusivement ethniques. En revanche, durant les périodes de stabilité, l’ethnicité n’est plus que l’une parmi d’autres composantes de l’identification, elle appartient alors à un ensemble identitaire hétéroclite. Certaines de ces composantes sont partagées avec les membres de la majorité, d’autres ne le sont pas. L’identité est diffractée : elle est à la fois ethnique, sociale, linguistique, statutaire, sexuelle, professionnelle, sportive6, etc. Cette identité diffractée prémunit l’individu ou le groupe contre les efforts d’homogénéisation ethniques. Ce dernier point est important parce qu’il permet de sortir d’une vision évolutionniste de l’histoire où l’État-nation territorialisé et ethniquement homogène serait l’aboutissement idéal auquel donneraient accès les formes précédentes de l’organisation des groupes d’humains. Ce déplacement d’accent m’amènera vers des considérations méthodologiques concernant les questions de la légitimité de tels ou tels producteurs de « textes » pouvant servir à la recherche socio-historique en milieu ethniquement marqué.

  • 7  Selon Matei Cazacu, ce sobriquet lui vient de son père ayant appartenu à l’Ordre du Dragon (Societ (...)
  • 8  Cf. Cazacu, Matei, op. cit. : 3-4.
  • 9  Bleyer, J ., 1904, « Beheim Mihàlynak Vlad Drakul olàh vajdàrol szolo kolteménye és annak kutfoi é (...)
  • 10  Selon Matei Cazacu qui fournit une édition critique de ces textes de propagande, les premiers aute (...)
  • 11  Ibid. : 101.

4L’intérêt porté aux Roms par les petits et grands seigneurs du XVe et XVIe siècles semble confirmer mon hypothèse énoncée plus haut : c’est une époque trouble par excellence, puisqu’il y est constamment question de guerroyer. On pourrait donc s’attendre à ce que les Roms, détenteurs de compétences de métallurgistes et d’armuriers, fort utiles en ces temps-là, soient trop visibles. En fait, c’est plutôt leur poids démographique qui s’avère intéressant pour les princes impliqués dans les luttes anti-ottomane et anti-autrichien, respectivement en Valachie et en Hongrie. C’est ainsi qu’un certain nommé Vlad Tepes (Vlad l’Empaleur) ou encore Vlad III, mieux connu sous le nom de Dracula7, se rend célèbre de l’usage extensif qu’il aurait fait des Roms apparus sur ses terres en Valachie. Dracula est né aux alentours de 1430, il meurt sur le champ de bataille anti-ottomane en 1476. Son père, Vlad II Dracul, a été tué par Jànos Hunyadi, père du roi hongrois Mathias Corvin auquel aura affaire Vlad Tepes8. Ce roi emprisonnera Dracula en 1462 à Visegrâd en Hongrie, tout en l’accusant de trahison et d’intelligence avec les Turcs. Pourtant, bien au contraire, Vlad Tepes commence par refuser de leur payer tribut en 1460 et finit par se battre héroïquement contre les troupes du Sultan en 1461. L’histoire qui nous intéresse ici est d’allure légendaire9 : Dracula aurait forcé trois cents Roms à se battre contre les Turcs. Qualifiée de « farce sinistre » par Matei Cazacu, le récit de ce « haut fait » appartient à la série de cruautés attribuées à Dracula dans les pamphlets latins et allemands parus autour de 1463, alors que Vlad Tepes était emprisonné à Visegrâd10. La version versifiée allemande, parue en brochure populaire, est rédigée par Michel Beheim. Elle contient le récit à valeur ambiguë portant sur un bataillon de trois cents Roms. La version de Beheim est la plus développée quant à cet événement. Une autre version allemande de 1463, celle-ci en prose, publiée et traduite par Matei Cazacu11 d’après le manuscrit de l’abbaye de Saint-Gall (Suisse), les présente comme suit :

Trois cents Tsiganes environ vinrent dans son pays. Sur quoi, il prit trois de leurs notables, les fit rôtir et obligea les autres à les manger, en leur disant : « Vous allez vous manger entre vous jusqu’au dernier, ou bien vous irez vous battre contre les Turcs. » Ils acceptèrent d’aller où il les envoyait. Alors il les prit et les habilla tous de peaux de vaches, ainsi que leurs chevaux. Lorsqu’ils eurent rencontré les Turcs, les chevaux de ces derniers prirent peur et s’enfuirent vers une rivière à cause de l’odeur qu’ils n’aimaient pas. Comme les Tziganes les suivaient, tous périrent noyés.

  • 12  La famille nobiliaire de ce dernier, vivant dans l’Est de la Hongrie, change de bord fréquemment : (...)
  • 13  La participation des Roms à la défense de Nagyida est contestée par le journaliste rom Lajos Pupor (...)
  • 14  Thurôczi, Lâszlô, 1726, Ungaria suis cum regibus, cité par Tôth, Béla, 1990, Mendemondàk. A vilàgt (...)
  • 15  Achim, Viorel, 2001, Cigànyok a romàn tôrténelemben [Les Tsiganes dans l’histoire roumaine], Budap (...)
  • 16  Sa source est Holban, Maria (éd.), 1968, Câlâtori strâini despre tarile române, I, Bucarest : 112- (...)
  • 17  Sa source est Panaitescu, P .P. (éd.), 1959, Cronicile slavo-române din sec. XV-XVI, publicate de (...)

5Toujours dans le registre de l’emploi militaire des Roms en grand nombre, citons l’exemple de ceux de Nagyida qui, en 1556 dans la Haute-Hongrie, auraient défendu le château-fort de cette localité contre les troupes autrichiennes de Ferdinand, menées par le général impérial Wolfgang Pucheim (ou Puchaim). Les mille Roms auraient été « embauchés » à Nagyida par le propriétaire du château-fort, Ferenc Perényi12. La forteresse qui avait un important rôle à jouer dans la défense des villes minières de la Haute-Hongrie est située à une trentaine de km de la ville Kassa (Kosice, aujourd’hui en Slovaquie). Elle est assiégée pendant vingt jours par le général Pucheim. Sa victoire n’est due qu’au manque de munitions des Hungaro-Roms qui se défendent héroïquement13. Selon Lâszlô Thurôczi14, la défaite de ces derniers serait due à leur vantardise. Voyant que les Autrichiens sont en train de lever le camp après le siège infructueux, les défenseurs roms du château-fort n’auraient pas pu pas s’empêcher de leur crier : « Allez au diable, vauriens ! Vous ne devez votre vie qu’à Dieu. Une seule tombe vous aurait engloutis vous tous, si nous avions encore un peu de poudre à canon ! » Là-dessus, l’ennemi aurait rebroussé chemin et exterminé tous les mille Roms. Quant à l’importance démographique, économique et donc militaire des Roms, on trouve des indications dans l’histoire des Roms roumains de Viorel Achim15. Selon Achim, Jehan de Wavrin, chroniqueur « aurait évoqué Vlad Dracul, le prince valaque [qui a] installé en 1445 sur le bord nord du Danube 12 000 personnes semblables aux Tsiganes16 ». Selon une autre chronique moldo-allemande, toujours cité par Achim, lors de sa campagne militaire de 1471, le prince moldave Stefan cel Mare aurait « apporté 17 000 Tsiganes » au champ de bataille17. Il est donc possible de trouver certains indices de la probabilité historique des faits touchant à l’emploi militaire des masses de Roms, relatés entre autres dans les brochures populaires contemporaines de Vlad. Même si celles-ci sont destinées à frapper de discrédit ce dernier, les faits rapportés ont quelques vraisemblances. De plus, l’affaire des tanneurs de peaux saxons vivant dans la ville transylvaine de Brasov semble procurer une certaine couleur de crédibilité supplémentaire à l’épisode des peaux de vache non tannées qui couvrent les guerriers roms envoyés par Vlad combattre les Turcs. En effet, les privilèges douaniers et la liberté de commerce sont ôtés aux tanneurs de Brasov par Vlad qui contraint alors les Roms de se passer des peaux tannées et les envoie à la bataille avec des peaux crues sur le dos. L’entrave à la liberté des affaire serait la raison même des plaintes attribuées aux Saxons qui auraient été à l’origine des pamphlets anti-Vlad, puis son installation en 1475 en Transylvanie où il est déplacé par Mathias Corvin (depuis la Valachie) :

  • 18  Cazacu, Matei, op. cit. : 48 : Sa source est Hurmuzaki, E., et Iorga, N., Documente privitoare la (...)

Mathias prit plusieurs mesures favorables de Transylvanie, destinées à lui apporter le soutien du riche patriciat saxon, partisans des empereurs allemands. [...] Le 10 février 1489, il interdit l’exportation des peaux non-tannées, afin de ne pas porter préjudice aux tanneurs saxons.18

  • 19  Cazacu, Matei, op. cit. : 5-15.

6Ce qu’il faut voir cependant, c’est que ni Vlad Tepes, le voïévode « héréditaire-électif » de la Valachie19, ni Ferenc Perényi, le châtelain de Nagyida, n’ont la moindre intention de voir une ethnie en les Roms : à leurs yeux, seul leur poids démographique compte. La situation marginale et la vulnérabilité du groupe peuvent inciter les détenteurs de pouvoir à essayer de les asservir en tant que groupe socialement marqué. C’est ce que qui se passe, selon Angus Fraser, en Moldavie et en Valachie :

  • 20  Fraser, Angus, The Gypsies : 58. Ses sources sont Panaitescu, P.P., 1941, « The Gypsies in Walachi (...)

Impoverished peasants were selling their land and could be turned into serfs to work the soil, but the Gypsies had filled a niche between peasant and master and were valued as artisans who specialized in certain trades – blacksmith, locksmith, tinsmith, etc. Since they were peripatetic they could not be relied upon to be readily available. To prevent them from escaping they were turned into slaves of the boyars, as they had been of the Church ; and to make the controls all-embracing it was declared that every Gypsy without a master was the property of the stated20

  • 21  Alexandru Jinga me signale « à propos de cités médiévales et de l’image du traître, qu’au XIXe siè (...)

7Cependant, la visibilité des Tsiganes au XVe siècle n’est certainement pas la même qu’elle acquerra plus tard, lors des éveils nationalistes. De plus, les textes contemporains aux événements relatés ne sont certainement pas des comptes rendus objectifs d’événements historiques et cherchent à construire Vlad et Perényi, pour des raisons différentes, comme ayant un comportement invraisemblable de guerrier/assiégé. Les deux récits semblent parler de la même « inadéquation des Tsiganes à la guerre », donc d’un fond imaginaire central-européen commun au XVe et au XVIe siècles. Dans le même sens, ce qui est commun aux deux récits, c’est le postulat que le Rom, pour devenir chair à canon, doit être contraint. Les paysans, par contraste, se seraient donc battus de leur plein gré. Dans le contexte de l’époque, les Roms (comme les Juifs) peuvent avoir été, traditionnellement représentés comme des traîtres potentiels ou au moins des guerriers non fiables devant l’ennemi. Cette image aurait pu être instrumentalisée par les propagandistes impériaux ou par une tierce partie dans le cas de Perényi après la chute de Nagyida, à l’instar du cas du récit anti-Vlad issu des plaintes des saxons de Brasov au XVe siècle21.

  • 22  Réédité en 1812.
  • 23  Arany, Jânos, 1851, Nagyidai cigànyok [Tsiganes de Nagyida], Budapest.
  • 24  Cf. Courthiade, Marcel, 2004, « La "Tiganiada" de Ion Budai-Deleanu », dans Les Rroms dans les bel (...)
  • 25  Cependant, dans la Tiganiada de Ion Budai-Deleanu, l’histoire des peaux est absente. Cf. Courthiad (...)

8En revanche, une authentique altérité proprement ethnique sera attribuée à ces mêmes Roms ayant participé aux batailles précédemment citées, menées respectivement contre la Sublime Porte et contre l’Autriche, mais cette altérité ne sera relevée, soulignée et exploitée dans un but didactique qu’au XIXe siècle. Ce n’est qu’alors que les programmes nationalistes hongrois et roumains donneront un sens à la question ethnique. Évoquée dans des épopées allégoriques par Ion Budai-Deleanu en 180022 et par Jânos Arany23 en 1851, les batailles menées — et perdues — par les Roms au XVe et au XVIe siècles en Valachie et à Nagyida, ces faits légendaires illustrant l’histoire nationale, deviendront, aux mains de ces auteurs, des paraboles ayant valeur de leçons historiques. Toutefois, celles-ci ont plus de rapport au présent de leurs auteurs et publics respectifs qu’au passé où l’action de chacun de ces deux épopées héroïco-comique est située. Dans ces leçons, seront fustigées par Arany les fanfaronnades « à la tsigane » attribuées aux défenseurs roms de Nagyida, mais en réalité, ce sont les rodomontades de la direction militaire de la Révolution de 1848 hongroise — perdue — qui est visée par l’auteur. Selon le message — non explicité — d’Arany, il aurait mieux valu emprunter la voie des réformes pour se libérer du joug autrichien, plutôt que de « roulez les mécaniques » militaires face à l’adversaire et finalement tout perdre. Quant à l’épopée à portée allégorique de Budai-Deleanu, elle vise les chamailleries « à la tsigane » des Roms recrutés par Vlad Tepes qui leur aurait promis la libération de l’esclavage et des terres, s’ils se montraient vaillants. Mais chez Budai-Deleanu, au lieu de se battre contre les Turcs, les Roms se disputent sans fin pour choisir leur régime politique idéal. Ils finissent par opter pour la « démo-aristo-monarchie »24, mais de nouvelles querelles éclatent et finissent par les plonger dans l’anarchie la plus totale25. Cette « Nation tsigane » est incapable de procéder à l’unification et à la modernisation de la Roumanie. Les traits de caractère hideux, que l’on prétend soudain découvrir aux Roms auxquels une altérité irréductible est attribuée, constituent des motifs de l’introspection amère du XIXe siècle, alors que les douleurs d’accouchement de l’État-nation saisissent les sociétés de l’Europe de l’Est.

  • 26  Ce document est bilingue, puisqu’il émane de l’administration de la monarchie austro-hongroise.

9Le moment historique suivant à examiner est en même temps un lieu, celui de la ruralité hongroise, sillonnée par les ethnologues et ethno-historiens tsiganologues du temps où, à la faveur des réformes agraires successives entre la fin du XIXe siècle et 1948, la paysannerie devient relativement émancipée. Mais cette époque est également celle de l’industrialisation soutenue de la Hongrie. Les tsiganologues s’attaquent alors à la « question tsigane ». Ils traduisent en termes pseudo-scientifiques la vision du milieu social ambiant. Ainsi, la terminologie des sciences de la nature sera invitée à fournir son schéma cognitif au tsiganologue qui naturalise et essentialise « LE Tsigane ». L’extrait suivant (que j’ai traduit du hongrois et de l’allemand26) est tiré de l’étude introductive d’un recensement mené exclusivement sur la population romani (tsigane), en 1893 :

  • 27  Herrmann, Antal, 1895, dans A Magyarorszàgban 1893 januàr 31-én végrehajtott czigànyôsszeiràs ered (...)

Son organisme [celui du « Tsigane »] est entraîné et coriace, mais il l’est plutôt de manière passive, lui permettant d’endurer la misère. Il est inapte à un tel travail qui demanderait l’application soutenue de sa force. Parfois, il peut lui arriver de s’attaquer à quelques travaux plus difficiles, mais bientôt il s’alanguit, sa volonté fléchit, ses muscles se lassent, l’horreur du travail le saisit, il s’écroule et préférerait périr plutôt que de travailler durement et avec régularité. Il ne ressemble point au cheval de trait, mais au chat sauvage.27

  • 28  Ibid., : 81. C’est moi qui souligne la métaphore naturalisante.

10Et un peu plus loin dans cette même étude — que certains en Hongrie considèrent encore aujourd’hui comme un modèle à suivre de l’ethnographie tsiganologique —, on lit ceci au sujet de l’emploi industriel : « Il pourrait être profitable que cet élément volcanique soit employé en plus grand nombre dans la sidérurgie.28 »

11Le Bureau national royal des statistiques, commanditaire des recensements de 1893 où ces vœux apparaissent, ne s’intéresse pas seulement aux caractéristiques démographiques générales des Roms, mais aussi à « l’employabilité » et aux possibilités de « mise au travail » des Roms. Bien que les Roms soient vus comme porteurs de « traits distinctifs innés », ils sont néanmoins susceptibles d’être transformés, rééduqués aurait-on dit, afin qu’ils puissent être embauchés dans tel ou tel secteur de la production industrielle. Ici, l’accroissement de la visibilité coïncide avec le moment d’un autre bouleversement, celui de la structure de l’emploi, de plus en plus industriel, ce qui entraîne la prolétarisation des travailleurs auparavant autonomes. Les artisans roms ayant été longtemps exclus des corporations de métiers, leur autonomie semble avoir été autant contrainte que désirée.

  • 29  Je reprends ici la distinction opérée par Bogumil Koss. Communication personnelle.
  • 30  Cf. Klauber, Véronique, loc. cit.

12Notre troisième moment et notre dernière scène historique relève du passé récent relaté dans des récits de vie des Roms d’Ozd, ville située dans le nord-est de la Hongrie. Les Roms en question ont travaillé pendant trois générations dans le combinat sidérurgique de la ville. Le combinat est parmi les premières victimes de la désindustrialisation postcommuniste, il est liquidé en 1991. Ces récits de vie ont une particularité : ils ne montrent pas de liens chronologiques ou causals entre le présent des narrateurs, celui des années 2000-2004 et l’époque du travail à l’aciérie d’Ozd, époque où ils étaient des manutentionnaires, lamineurs, fondeurs, soudeurs, conducteurs de grues, cheminots ou briquetiers. Les textes présentent cette dernière période comme celle de la sécurité de l’emploi, du logement décent, de chances de promotion professionnelle grâce aux cours dispensés à l’usine. C’est aussi une époque de prestige social élevé pour tous les ouvriers du combinat, elle l’est donc pour les travailleurs roms qui forment jusqu’à 25 % des effectifs de l’usine vers les années 1980, moment où le nombre des ses employés culmine à 14 000. Malgré l’apparent refus de mise en relation entre ces deux époques contiguës, il existe un lien très fort entre le temps des emplois industriels salariés et le travail actuel de ferraillage. Il est vrai qu’aujourd’hui, les Roms n’ont plus le moindre espoir de retrouver un travail salarié. De nos jours, ils vivent du ferraillage qui s’inscrit dans l’économie parallèle et de plus, il est tout juste toléré par les autorités de la ville, mais la ferraille est encore « trouvable » sur le terrain de l’ancienne usine et sur le terril. Il est vrai aussi que seuls les habitants roms de la ville s’adonnent à cette activité, alors que du temps de la sidérurgie, ils travaillaient en milieu caractérisé par sa mixité ethnique. Pourtant, ce nouvel artisanat s’inscrit dans la continuité de la sidérurgie, et cela, de la manière la plus concrète, la plus tangible, la plus matérielle, puisqu’il s’agit de la récupération du fer contenu dans les scories « produites » pendant les 150 ans d’activité métallurgique des hauts-fourneaux de l’usine. L’absence de liens établis pourrait s’expliquer par le fait que les récits autobiographiques ne relèvent pas de la « mémoire », mais du « souvenir »29. En effet, dans le cadre des récits de vie des Roms d’Ozd, nous sommes bien loin du « discours autorisé » produit par les historiens de la nation ou les ethno-historiens tsiganologues. Mais on peut aller plus loin et constater que si le lien est éludé entre le passé et le présent, c’est qu’entre ces deux moments consécutifs, les Roms voient une rupture infranchissable. C’est que leur travail de sidérurgiste et leur situation sociale leur assuraient une certaine invisibilité, moins du fait que la mixité ethnique introduisait un certain flou identitaire et beaucoup plus grâce à l’existence d’une identité diffractée : Ils n’étaient pas vus, uniquement, comme membres d’une ethnie déconsidérée, voire stigmatisée. En effet, la prolétarisation des travailleurs de l’usine n’exigeait pas l’homogénéisation sans restes de toutes les populations de la région d’Ozd qui ont fourni des ouvriers au combinat. Cette population est demeurée hétérogène : Les paysans-ouvriers prospéraient à côté des Roms et non-Roms citadins. Mais ils ont été tous vus comme collègues dans telle ou telle équipe (du matin, du soir ou de nuit), comme travailleurs de tel ou tel poste de travail, comme mères ou pères de famille, membres du club sportif30 ou habitants de tel ou tel quartier, au lieu de n’être rien d’autre que des Tsiganes. Avec la perte des emplois salariés industriels, paradoxalement, les Roms perdent de leur visibilité, puisque personne ne les voit plus en train de travailler, leurs enfants fréquentent désormais l’école pour handicapés mentaux où les enfants non-roms ne mettent jamais le pied, les quartiers auparavant mixtes deviennent des ghettos et les cachent devant les regards. En revanche, ils sont affublés d’une toute autre visibilité, celle-là fantasmagorique, où les traits individuels sont remplacés par des traits ethniques généraux et où le sujet, identitairement diffracté, devient un objet stigmatisé, identitairement monolithique.

13Pour notre dernière période constituée d’une alternance de stabilité et de bouleversement, le discours « autorisé » existe également, c’est celui des décideurs économiques et politiques de la ville d’Ozd. Mais alors que les Roms ne peuvent pas, le discours « autorisé » ne veut pas reconnaître la continuité de ces deux moments contigus, car une telle reconnaissance impliquerait évidemment des actes en faveur de la population romani qui est aujourd’hui la perdante absolue dans la ville qui, depuis la fermeture de l’usine, a retrouvé un certain dynamisme grâce aux nouveaux emplois des non-Roms.

  • 31  Marx, Karl, 1852, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte.
  • 32  Said, Edward, 1978, Orientalism, New York, Vintage Books.
  • 33  Spivak, Gayatri Chakravorty, 1988, « Can the Subaltern Speak ? », dans Marxism and the Interpretat (...)

14Alors donc, finalement, qui peut et qui doit parler ? Nous avons vu certains moments-clefs de l’histoire des Roms, du passé ancien ou récent. Ces moments, qu’ils soient ceux de la visibilité maximale ou ceux de la relative invisibilité, ceux des tendances intégratives, ceux des poussées assimilationnistes ou encore ceux des pressions à l’exclusion — camouflées ou non par une phraséologie multiculturaliste — ont été narrés respectivement par les historiens acquis à l’idéologie nationaliste, par les ethno-historiens spécialisés en « tsiganologie », enfin par les Roms eux-mêmes. Nous avons vu que les Roms sont davantage visibles aux moments des bouleversements dus aux changements systémiques, alors qu’ils sont relativement invisibles pendant les périodes de stabilité. Enfin, nous avons compris que la visibilité n’assure pas nécessairement une représentation correcte, ni au XIXe siècle, ni aujourd’hui. La question de la représentation, aux deux sens du terme, à la fois comme récit rapportant des faits et tentative de prise en charge des intérêts d’une population qui ne peut pas s’exprimer directement a reçu une réponse pertinente de la part des tenants des subaltern studies, héritiers et continuateurs des praticiens des postcolonial studies. La question de la représentation de ceux qui ne sont pas des producteurs du discours autorisé a été posée depuis Marx31, passant par Edward Said (qui cite Marx)32 et par les subalternistes, à l’instar de Gayatri Chakravorty Spivak, auteur d’un célèbre article intitulé « Can the subaltern speak ? »33 La tâche de montrer la continuité par-delà la rupture, replacée dans la trajectoire personnelle, nous l’avons vu, s’avère difficile. Cette tâche visant à recoller les morceaux semble pouvoir être prise en charge par une démarche subalterniste qui s’intéresse à toutes les activités des populations dont on n’entend pas la voix — visibles et invisibles, légitimée ou non. Autrefois intégrés dans la production sidérurgiste, aujourd’hui vivant, au sens très réel et concret, sur les décombres de cette production, les histoires de vie des Roms d’Ozd pourront alors constituer des messages subversifs de résistance, face à la nouvelle colonisation dont ils font l’objet.

Haut de page

Bibliographie

Achim, Viorel, 2001, « Cigânyok a român tôrténelemben » [Les Tsiganes dans l’histoire roumaine], Budapest.

Arany, J., 1851, Nagyidai cigânyok [Tsiganes de Nagyida]. Budapest.

Bauman, Zygmunt, 1991, Modernity and Ambivalence. Ithaca, N.Y., Cornell University Press.

Bhabha, Homi K., 1994, « Of Mimicry and Man » in The Location of Culture. London, Routledge.

Bleyer, J ., 1904, « Beheim Mihâlynak Vlad Drakul olâh vajdârôl szôlô kôlteménye és annak kûtfôi értéke [Le poème de Michel Beheim sur le voïévode roumain Vlad Drakul et sa valeur historique], dans Szâzadok, XXXVII : 874-882.

Budai-Deleanu, Ion, 1825, Tiganiada. Bucarest.

Cazacu, Matei, 1996, L’Histoire du prince Dracula. Genève, Droz.

Courthiade, Marcel, 2004, « La "Tiganiada’ de Ion Budai-Deleanu », dans Les Roms dans les belles-lettres européennes. Paris, L’Harmattan. Gellner, Ernest, 1983, Nations and Nationalism. Oxford, Blackwell.

Herrmann, Antal, 1895, dans A Magyarorszâgban 1893januâr 31-én végrehajtott czigânyôsszetrâs eredményei = Ergebnisse der in Ungarn am 31. Jànner 1893 durchgefuhrten Zigeuner-Conscription [Résultats du recensement tsigane fait en Hongrie le 31 janvier 1893]. Budapest, Orszâgos Magyar Kirâlyi Statisztikai Hivatal.

Holban, Maria (éd.), 1968, Câlâtori strâini despre tarile române, I, Bucarest.

Hurmuzaki, E., et Iorga, N., Documenteprivitoare la istoria Românilo, XV-1, Bucarest, 1911, no 236 : 130-131 (Acte fi scriosiri din archivele orafelor ardelene...).

Klauber, Véronique, 2002, « Le sport est-il un succédané du travail ? », dans Regard sur l’Est, n° 28 (janvier-mars), Paris : 21-22.

Kogalniceanu, M., 1837, Esquisse sur l’histoire... des Cigains. Berlin. ,1891, Desrobirea Tiganiloru. Bucarest.

Marx, Karl, 1852, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte.

Panaitescu, P. P., 1941, « The Gypsies in Walachia and Moldavia : a chapter of economic history », Journal of the Gypsy Lore Society, (3), 20 : 58-72., (éd.), 1959, Cronicile slavo-române din sec. XV-XVI, publicate de Ion Bogdan, Bucarest.

Puporka, Lajos, 1997, « Fehér sereg. Honvédelem româk nélkùl » [Troupe blanche. La défense patriotique sans les Roms], Romapage, Consulté sur Internet (http ://www.romapage.hu/muzeum/1997tol/rsk187.htm), le 7 mars 2004

Said, Edward, 1978, Orientalism, New York, Vintage Books.

Spivak, Gayatri Chakravorty, 1988, « Can the Subaltern Speak ? », dans Marxism and the Interpretation of Culture. Cary Nelson and Lawrence Grossberg, eds. London : Macmillan : 271-313

Thurôczi, Lâszlô, 1726, Ungaria suis cum regibus

Tôth, Béla, 1990, Mendemondâk. A vilâgtôrténet furcsasâgai [Anecdotes. Les bizarreries de l’histoire universelle], Budapest.

Haut de page

Notes

1  Pour emprunter cette expression à Ernest Gellner. Cf. Gellner, Ernest, 1983, Nations and Nationalism, Oxford, Blackwell.

2  C’est toujours Gellner qui parle pour désigner l’entropie, ibid.

3  Cf. Bauman, Zygmunt, 1991, Modernity and Ambivalence, Ithaca, N.Y., Cornell University Press, particulièrement les chapitres 4, 5 et 7.

4  Cf. Bhabha, Homi K., 1994, « Of Mimicry and Man » in The Location of Culture, London, Routledge : 86.

5  Gellner, Ernest, op. cit.

6  Cf. Klauber, Véronique, 2002, « Le sport est-il un succédané du travail ? » [Analyse et extraits d’entretien recueilli avec un leader politique rom d’Ôzd], dans Regard sur l’Est, n° 28 (janvier-mars), Paris : 21-22.

7  Selon Matei Cazacu, ce sobriquet lui vient de son père ayant appartenu à l’Ordre du Dragon (Societas draconistarum). Cf. Cazacu, Matei, 1996, L’Histoire du prince Dracula, Genève, Droz : 2, note 2.

8  Cf. Cazacu, Matei, op. cit. : 3-4.

9  Bleyer, J ., 1904, « Beheim Mihàlynak Vlad Drakul olàh vajdàrol szolo kolteménye és annak kutfoi értéke (Le poème de Michel Beheim sur le voïévode roumain Vlad Drakul et sa valeur historique), dans Szàzadok, XXXVII : 874-882. (Référence citée par Cazacu, op. cit. : 104.).

10  Selon Matei Cazacu qui fournit une édition critique de ces textes de propagande, les premiers auteurs en pourraient être Janus Pannonius et Jànos Vitéz, écrivains humanistes de la cour du roi Mathias Corvin. Ces derniers auraient cherché à discréditer aux yeux du pouvoir occidental et papal celui qui se battait réellement contre les Turcs, tandis que le roi hongrois n’en faisait rien. Il aurait même détourné les subventions destinées à l’activité militaire anti-ottomane pour racheter sa couronne royale, tombée entre les mains de l’empereur Frédérique III. Cf. Cazacu, Matei, op. cit.

11  Ibid. : 101.

12  La famille nobiliaire de ce dernier, vivant dans l’Est de la Hongrie, change de bord fréquemment : tantôt elle s’allie avec le voïvode de Transylvanie, Jânos Szapolyai (1526-1540), lui-même allié aux Turcs, tantôt avec la veuve de ce dernier, Isabelle Jagellon (1556-1559), mais on peut aussi retrouver les Perényi alliés avec Ferdinand de Habsbourg (1526-1564). La seule constance que la famille démontre, c’est dans la poursuite de ses intérêts économiques afin d’agrandir ses propriétés dans les département de Bereg, Ung, Ugocsa ou Mâramaros, précisément à force de changer d’alliance au moment opportun, quitte à payer des impôts même aux Turcs.

13  La participation des Roms à la défense de Nagyida est contestée par le journaliste rom Lajos Puporka qui pense qu’elle fut l’œuvre des Juifs, mais il ne cite malheureusement pas la source à laquelle il a puisé cette hypothèse. Cf. Puporka, Lajos, « Fehér sereg. Honvédelem româk nélkul » [Troupe blanche. La défense patriotique sans les Roms], Romapage, 1997, http ://www.romapage.hu/muzeum/1997tol/rsk187.htm, page web consultée le 7 mars 2004.

14  Thurôczi, Lâszlô, 1726, Ungaria suis cum regibus, cité par Tôth, Béla, 1990, Mendemondàk. A vilàgtôrténet furcsasàgai, Budapest.

15  Achim, Viorel, 2001, Cigànyok a romàn tôrténelemben [Les Tsiganes dans l’histoire roumaine], Budapest : 29.

16  Sa source est Holban, Maria (éd.), 1968, Câlâtori strâini despre tarile române, I, Bucarest : 112-113.

17  Sa source est Panaitescu, P .P. (éd.), 1959, Cronicile slavo-române din sec. XV-XVI, publicate de Ion Bogdan, Bucarest : 30.

18  Cazacu, Matei, op. cit. : 48 : Sa source est Hurmuzaki, E., et Iorga, N., Documente privitoare la istoria Românilor, XV-1, Bucarest, 1911, no 236 : 130-131 (Acte si scriosiri din archivele oraselor ardelene... ).

19  Cazacu, Matei, op. cit. : 5-15.

20  Fraser, Angus, The Gypsies : 58. Ses sources sont Panaitescu, P.P., 1941, « The Gypsies in Walachia and Moldavia : a chapter of economic history », Journal of the Gypsy Lore Society, (3), 20 : 58-72 ; Kogalniceanu, M., 1891, Esquisse sur l’histoire... des Cigains, Berlin, 1837 et du même auteur Desrobirea Tiganiloru, Bucarest.

21  Alexandru Jinga me signale « à propos de cités médiévales et de l’image du traître, qu’au XIXe siècle encore le nom d’une rue de Tarnovo, capitale du tsarat bulgare prise d’assaut par les ottomanes à la fin du XIVe siècle, était expliquée par les habitants par une légende qui voulait que la ville ait tombé par la trahison d’un Juif. » Communication personnelle.

22  Réédité en 1812.

23  Arany, Jânos, 1851, Nagyidai cigànyok [Tsiganes de Nagyida], Budapest.

24  Cf. Courthiade, Marcel, 2004, « La "Tiganiada" de Ion Budai-Deleanu », dans Les Rroms dans les belles-lettres européennes, Paris, L’Harmattan : 145.

25  Cependant, dans la Tiganiada de Ion Budai-Deleanu, l’histoire des peaux est absente. Cf. Courthiade, Marcel, op. cit. : 129. Y figure en revanche l’épisode historiquement attestée de l’attaque nocturne du camp turc par Vlad, la nuit du 17 au 18 juin 1462. Cf. Courthiade, Marcel, op. cit. : 135.

26  Ce document est bilingue, puisqu’il émane de l’administration de la monarchie austro-hongroise.

27  Herrmann, Antal, 1895, dans A Magyarorszàgban 1893 januàr 31-én végrehajtott czigànyôsszeiràs eredményei = Ergebnisse der in Ungarn am 31. Jànner 1893 durchgefùhrten Zigeuner-Conscription [Résultats du recensement tsigane fait en Hongrie le 31 janvier 1893], Budapest, Orszâgos Magyar Kirâlyi Statisztikai Hivatal : 77.

28  Ibid., : 81. C’est moi qui souligne la métaphore naturalisante.

29  Je reprends ici la distinction opérée par Bogumil Koss. Communication personnelle.

30  Cf. Klauber, Véronique, loc. cit.

31  Marx, Karl, 1852, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte.

32  Said, Edward, 1978, Orientalism, New York, Vintage Books.

33  Spivak, Gayatri Chakravorty, 1988, « Can the Subaltern Speak ? », dans Marxism and the Interpretation of Culture. Cary Nelson and Lawrence Grossberg, eds. London : Macmillan : 271-313

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Klauber, « La visibilité à éclipses dans les représentations mémorielles des Roms », Conserveries mémorielles [En ligne], #1 | 2006, mis en ligne le 01 octobre 2006, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://cm.revues.org/295

Haut de page

Auteur

Véronique Klauber

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org