Navigation – Plan du site

Usages politiques du passé à l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort de Joseph Staline1

Lisa Tanguay

Résumé

À partir d’un événement ayant eu lieu dans l’actualité contemporaine de la Russie - le cinquantième anniversaire de la mort de Staline — le présent article observera les représentations mémorielles de Staline et de son époque. La reconstruction identitaire en cours depuis la chute de la Russie soviétique semble avoir légitimé une réhabilitation du passé soviétique ayant pour dessein la recherche de continuités identitaires. Il sera donc question de la nature de cette réhabilitation — réhabilite-t-on le passé dans sa totalité ou en regard des seuls épisodes heureux — et de son impact sur la reconstruction de l’identité russe. Le passé soviétique serait notamment réactualisé puisqu’une mémoire directe et personnelle de Staline est improbable et que cette absence de mémoire empêcherait tout un pan du passé mythique d’être réintégré dans la mémoire collective russe. Il serait également possible que seuls les épisodes heureux soient remémorés afin que soit édifiée une nouvelle identité civique attirante pour les multiples ethnies qui composent la Fédération de Russie. C’est en analysant les articles de journaux moscovites parus à l’occasion du cinquantenaire le 5 mars 2003, que certains témoignages et documents d’archives seront observés pour faire état de la nature des représentations mémorielles qui se dégagent de cet événement. La réflexion proposée se développera en trois temps : selon les représentations d’un passé qui ne passe pas, selon le rapport au temps révélateur de l’historicité post-soviétique et enfin selon la mémoire et l’identité comme composantes de l’identité en Russie post-soviétique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cet article est tiré du mémoire de maîtrise suivant : Lisa Tanguay, « De la mémoire en histoire : (...)

1Lorsque des révélations sur Staline confirmaient la manipulation de la mémoire et la falsification de la dialectique marxiste-léniniste en 1956, une partie de la mémoire collective réintégrait les représentations et une déroute de l’histoire officielle s’amorçait. En 1991, l’effondrement était total : la science historique marxiste en Russie était discréditée par le tumulte des mémoires stigmatiques. La sphère publique était investie de mémoires et les historiens russes se trouvaient dans une impasse. Ils accédaient synchroniquement à des archives jusque-là dissimulées ainsi qu’à des témoignages porteurs de descriptions exceptionnelles. Ils devaient, au même moment, réorganiser l’entendement de l’épistémologie historique. « La règle d’airain de l’historiographie soviétique : on ne sait jamais de quoi hier sera fait » (Brossat, 1991 :107), était renversée par une histoire qui avait pour tâche essentielle la reconstruction du passé. Ce devoir d’histoire, amorcé dès la tombée des dogmes marxistes-léninistes, se poursuit dans l’actualité russe. D’ici à ce qu’il s’achève, il est possible que la mémoire tende à se substituer à l’histoire, notamment dans la conception de bornes identitaires et dans la relation avec le passé soviétique. La plausibilité de cette transmutation cristallise la relation mémoire / histoire en un rapport critique et ambigu ; elle est le point de départ de l’analyse proposée. Le présent article se divisera comme suit. Nous aborderons d’abord l’historiographie du sujet, la justification des sources et le cadre théorique. S’ensuivra une réflexion sur les représentations russes d’un « passé qui ne passe pas ». À l’aide des sources, nous analyserons la mémoire de Staline au regard de l’expérience acquise, nous observerons le paradoxe des représentations et enfin les signes de la perpétuation du passé stalinien. Globalement, cet article propose l’étude de la mémoire du stalinisme à l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort de Joseph Staline.

Historiographie d’une mémoire russe

2En Russie, Youri Afanassiev est l’un des historiens qui consacrent partiellement ses recherches à l’étude de l’anamnèse. C’est en soulignant les marques d’un passé qui ne passe pas qu’il se distingue des autres historiens. Dans Ma Russie fatale en 1992, il catégorisait les mémoires selon qu’elles étaient officiellement approuvées par l’État soviétique ou qu’elles appartenaient à la « contre-histoire » constituée de témoignages vivants. Si elle remplit quelques trous de mémoire, cette contre-histoire est incomplète et porteuse d’affabulations affirme Afanassiev. Récemment, dans De la Russie : les enjeux actuels, il constate que le président russe, Vladimir Poutine, souhaite favoriser la renaissance de la grandeur russe et de l’ordre. La société qu’il dirige est hantée par la présence d’un soviétisme que l’on croit absent : violence de la guerre, retours des symboles communistes, État unitaire centralisé et pouvoir fort, pour ne pas dire arbitraire, absence de société civile. La Russie qui nous est contemporaine éprouve de la difficulté à s’écarter des moeurs soviétiques.

  • 2  Cet article est tiré du mémoire de maîtrise suivant : Lisa Tanguay, « De la mémoire en histoire : (...)

3Les chercheurs occidentaux ont également réalisé de sérieuses investigations afin de déterminer la problématique russe de la mémoire2. Au Canada, le chercheur post-doctorant Tristan Landry s’intéresse au phénomène de la mémoire en Russie. Ses réflexions sur l’« exportabilité » des lieux de mémoire français l’ont mené vers la question de ces lieux en Allemagne, puis en Russie. Il sanctionne, entre autres, la cathédrale Christ-Sauveur comme lieu de mémoire. De surcroît, il consent que ces lieux de mémoire russes servent la reconstitution d’une nouvelle « Idée » nationale. Kathleen E. Smith publiait naguère un deuxième ouvrage sur la mémoire en Russie. Elle s’était d’abord intéressée à la réminiscence critique de Staline au moment de la perestroïka. Puis, dans le prolongement de cette heuristique, elle s’est penchée sur l’époque eltsinienne et les usages politiques de la mémoire. Elle observait alors l’utilisation des souvenirs d’une époque défunte par les élites politiques pour combler le vide identitaire russe. En outre, les réflexions de l’historienne Maria Ferretti ont profondément marqué l’historiographie de la mémoire. Ses travaux démontrent la propension au refoulement du passé stalinien. Ils décrivent les étapes successives de la démonisation du passé soviétique et relient la continuité factice de la Russie eltsinienne avec l’âge d’or prérévolutionnaire au refoulement du stalinisme. Ferretti souligne également la « volonté d’effacer les traces d’un passé indésiré et de créer une nouvelle mémoire artificielle ». Les travaux de ces chercheurs sont à la base de notre réflexion. Nous tenterons en retour d’articuler le modeste prolongement de leurs raisonnements.

La sphère publique comme véhicule de la mémoire collective3

  • 3  Étant donné le format électronique de cet article, nous utilisons une seule note pour indiquer les (...)

4La problématique proposée examine donc l’état de la mémoire collective dans la Russie du cinquantième anniversaire de la mort de Joseph Staline. Cet anniversaire avait lieu le 5 mars 2003 sous le gouvernement de Vladimir Poutine. Il actualisait la mémoire du stalinisme et c’est à travers cette mise au présent que nous accéderons à une réminiscence contemporaine du stalinisme. Nous chercherons à comprendre si le refoulement diagnostiqué par Maria Ferretti est toujours d’actualité ou si, au contraire, la mémoire du stalinisme (la mémoire de la grande Russie stalinienne) est utilisée selon un dessein identitaire conforme à la grandeur et à la gloire que cherche à édifier Poutine. Pour accéder à la réminiscence collective, l’analyse d’un discours public sera proposée. Les mémoires individuelles deviennent collectives du moment que leur détenteur les considère utiles à autrui. Il les projette alors dans la sphère publique en les « localisant » dans les mémoires collectives, elles-mêmes rattachées à différents groupes sociaux (Halbwachs, 1994). Le 5 mars 2003 incitait plusieurs groupes sociaux à se prononcer sur le stalinisme. À travers les manifestations de mémoires professées, nous retenons la plus largement diffusée : il s’agit du discours de la presse russe le jour du cinquantième anniversaire de la mort de Staline.

5Portées dans l’espace public, les allégations journalistiques imprègnent assurément, consciemment ou inconsciemment, les mémoires collectives. Selon la tradition éditoriale de la publicistika, le journaliste, l’écrivain ou l’artiste est celui qui « suscite le débat ». Il est l’auteur « d’articles longs et engagés sur des thèmes d’actualité politico-sociale où [il] mêle faits et commentaires » (Bonnamour, 1991 : 11). À la suite de son engagement dans la glasnost gorbatchévienne, la presse russe renouait avec cette tradition étouffée depuis 1917. Puisque cette approche éditoriale est rétablie, nous considérons le journaliste russe qui écrit à l’occasion de l’anniversaire de la mort de Staline comme un témoin de la Russie de Vladimir Poutine qui, entremêlant faits et commentaires, démontre les signes conscients ou inconscients de son rapport au passé.

6Au cours de la perestroïka c’est la presse russe qui a supporté le poids du passé non seulement en tant que témoin, mais également en tant qu’acteur. Puisque dans une Russie encore instable les acquis de la sphère médiatique semblent « irréversibles » (Nivat, 1997 : 277 ; Wedgwood Benn, 1996 : 477), c’est par l’intermédiaire de la presse russe que nous observons la filiation contemporaine entre la mémoire et l’histoire. Il est toutefois légitime de douter de cette « irréversibilité ». Les changements survenus dans le domaine journalistique durant la perestroïka étaient décisifs. La presse russe cessait l’utilisation d’« un mode de communication verticale Parti-peuple » pour déployer « un mode de communication horizontale au sein de la société dite « civile » » (Nivat, 1997 : 45, 113). Mais dans la Russie de Vladimir Poutine, ce processus pourrait se renverser. Le chef du Kremlin met tout en œuvre pour consolider sa position selon la verticale du pouvoir. En ce sens, il contrôle les médias russes laissés libres durant l’époque de Boris Eltsine. Durant « l’âge d’or » journalistique eltsinien, les journalistes aspiraient à informer le public sur les structures du pouvoir. Ils étaient perçus comme des intermédiaires entre le gouvernement et la société. Les moyens de communications de masse sont fréquemment le point de départ des débats les plus signifiants de la société russe. Mais aujourd’hui, la sphère médiatique, scrute l’actualité sous le contrôle subtil des autorités. Dans une société démocratique, les médias sont généralement financés en deux temps, soit par les ventes aux consommateurs, soit par la publicité. En Russie, ces deux secteurs d’activités sont d’une fragilité exceptionnelle en raison du caractère néophyte de son économie de marché. Dans ce contexte, les médias perçoivent un troisième moyen de financement. Il s’agit de sources économiques politisées qui proviennent effectivement des structures étatiques ou de compagnies privées. Bien que plusieurs journaux russes ne soient pas directement financés par l’État, les intérêts privés qui les supportent entretiennent, pour la plupart, quelques obligations exiguës avec les différentes structures politiques. Cette filiation embrouille la dissemblance entre le contrôle public et privé. Et puisque les médias sont contrôlés par différents lobbies reliés au pouvoir, il faut encore savoir lire entre les lignes comme durant l’ère soviétique. Le journalisme est conçu comme le « véhicule de la [...] poursuite du pouvoir » (Wedgwood Benn, 1996 : 477). En raison de ce contrôle serré, il est plausible que les représentations mémorielles évoquées par les journalistes à l’occasion du cinquantenaire servent les intérêts identitaires de l’État. Nous chercherons donc à comprendre si la mémoire fut utilisée à des fins politiques en mars 2003.

Quelques justifications sur les choix de l’historien

7L’analyse se concentrera sur la presse moscovite puisqu’elle est aisément accessible pour le plus grand nombre et que généralement, elle ne s’empêtre pas autant de factualité locale que les médias régionaux. L’accessibilité recoupe également un deuxième critère de sélection : l’indéfectibilité de la représentation. Il s’agit de choisir les discours à proscrire en raison de leur marginalité. Cette approche permet d’obtenir une image globale d’un événement médiatisé sans s’encombrer des détails relatifs aux idéologies sporadiques. Nous avons donc recoupé les journaux de l’extrême droite et de l’extrême gauche pour s’en tenir à ceux du centre. Nous cherchons également à éviter le contrôle direct de l’État sur les journaux choisis.  Un journal tel RRossiskaïa gazeta reconnu pour sa qualité d’organe médiatique officiel de l’État est soustrait. Dans le contexte de la double réalité russe reconnue par Afanassiev (Afanassiev, 2002 : 27-32), nous croyons que les réflexions émises dans ce quotidien représentent les intentions officielles du gouvernement plutôt que ses ambitions réelles. L’ensemble des journaux sélectionnés est volontairement imparfait. Globalement, l’ensemble des journaux choisis est le reflet de différents lectorats et le représentant de divers styles journalistiques. Si les Izvestiïa, Vlast\ Vremïa Novosteï, Novaïa Gazeta, Grani, Kommersant, Novoe Vremïa et Moskovkie Novosti offrent des articles de fonds à caractère sociopolitique, culturel ou économique, les autres, Arrgoumenty i fakty, Komsomol’skaïa Pravda et Moskovskiï Komsomolets proposent au contraire des thèmes exclusifs à saveur sensationnaliste. Dans la perspective où notre intérêt concerne la transformation des représentations mnésiques sur le passé stalinien, nous avons balayé les articles qui ne rapportent que des faits. Nous focalisons en revanche sur les articles à caractère éditorial et sur ceux qui divulguent des entretiens, des documents d’archives et/ou des témoignages puisqu’ils nous permettent d’accéder aux représentations conscientes et inconscientes d’un fait ou d’un événement. Dans le cadre de notre recherche historique, ce sont les souvenirs contemporains du stalinisme qui seront dégagés. Nous distinguerons la nature « heureuse » ou « malheureuse » du passé évoqué et tenterons de comprendre si un retour à la grandeur nationale tel que le souhaite Vladimir Poutine est soutenu par l’évocation d’une mémoire favorable au stalinisme. Le choix d’un événement commémoratif est légitimé puisque la mémoire, à l’inverse de l’histoire, assure une « mise au présent » et « abolit la distance » avec le passé (Rousso, 1998 : 36). Cette actualisation saisit un rapport sensible avec un passé qui, rempli des pires atrocités, ne saurait délibérément être commémoré. Les souvenirs véhiculés lors du cinquantenaire seront observés selon trois axes d’analyse : les représentations d’un « passé qui ne passe pas » ; les signes de la pérennité du passé stalinien ; le passé et la mémoire comme composantes de l’identité russe contemporaine.

1. Réflexion sur les représentations d’un « passé qui ne passe pas »

8Avant d’analyser les articles de journaux sélectionnés pour cette réflexion, définissons l’expression « passé qui ne passe pas » au regard des idées de l’historien russe Youri Afanassiev. Durant la période de refoulement articulée par Maria Ferretti — dans les années 90 -, une majorité de Russes vivait en dehors d’un passé accablant. Ils assuraient cet évitement par la création d’une « mémoire artificielle » qui excluait tout lien avec l’époque soviétique et se basait sur une continuité factice avec le passé pré-révolutionnaire. Aujourd’hui, le passé stalinien n’est plus refoulé de la même manière puisqu’il semble entre autres servir la création d’une identité tout aussi artificielle, mais intégrant cette fois certains épisodes « heureux » du passé communiste. Nous soumettons donc l’hypothèse selon laquelle, au contraire des années 90, la société russe gouvernée par Vladimir Poutine, notamment par l’intermédiaire mass médias, puise dorénavant dans le passé stalinien pour y chercher la fierté et l’honneur de l’identité supranationale soviétique perdue.

9Pour Youri Afanassiev, les signes concrets de ce passé qui ne passe pas sont révélés par les agissements de Vladimir Poutine qui réhabilite implicitement le passé soviétique afin d’établir une continuité identitaire avec le passé dont il est issu. Poutine remanie effectivement les repères identitaires soviétiques pour les réadapter à la nouvelle situation russe. Afanassiev soutient que c’est ce qu’il avait fait entre autres en retouchant les paroles de l’hymne soviétique devant une majorité russe indifférente à ce retour aux symboles du communisme. Cette nostalgie avait pourtant un objectif. Elle réconciliait les Russes avec le passé soviétique dorénavant vu sous tous ces angles et non seulement dans ses perspectives traumatiques. « Poutine souhaite normaliser le rapport au communisme historique, non pas de manière critique, non pas rationnellement, mais sans discussion, de manière banale et quotidienne [.] le communisme avec ses crimes et ses malheurs est « relativisé », il est réduit à la formule banale : ilyade tout dans la vie » (Afanassiev, 2003 : 160-161). Le remaniement des symboles, opéré par Poutine, sert à réintroduire dans la mémoire collective le système soviétique duquel il est héritier. Cette « normalisation » du passé communiste privilégie les intérêts particuliers du leader russe, plutôt que de chercher à rétablir la vérité historique.

10Cette mémoire partielle ne représente pas la seule cause de l’amnésie russe. L’examen de l’évolution historique des représentations mémorielles, faite dans une version allongée de cet article, démontre qu’il est ardu de déceler une mémoire directe et intime de Staline. Puisque ce projet adhère à l’idée que la mémoire est tributaire de l’expérience personnelle (Primo Lévi, 1995), on constate qu’il fut impossible depuis la mort de Staline en 1953, sauf pour un groupe restreint de personnes — les gardes du corps de Staline, les membres du politburo, la famille - de posséder une mémoire de Staline, de l’homme, proprement dit. Peu de gens l’ont connu autrement que telle une icône du stalinisme, garant de l’« avenir radieux ». La majorité des Russes ont expérimenté le système stalinien ou la mort de Staline comme événement sans toutefois en acquérir une expérience directe. La plupart des Russes n’ont donc jamais entretenu de rapport immédiat à Staline et ne possèdent pas de mémoire personnelle à son endroit. Sans expériences, privés de mémoire, les Russes auront plus de difficulté à comprendre le personnage et à s’en exorciser. Selon la théorie de Reinhart Koselleck, dans la mesure où le champ d’expérience est aussi mince, c’est l’ampleur de l’horizon d’attente et la tension entre les deux qui empêche hypothétiquement le passé de passer.

2. Mémoire et expérience de Staline

11Afin de confirmer la probabilité ou l’invraisemblance pour nos contemporains russes de posséder une mémoire personnelle de Staline certains témoignages publiés dans les journaux à l’occasion du cinquantenaire seront scrutés.

  • 4  Tous les passages traduits du russe vers le français sont des traductions libres. Le paragraphe qu (...)

12Les propos détaillés que tiennent les biographes s’apparentent souvent à ceux de témoins bénéficiant d’une expérience de ceux ou de celles qu’ils observent. Pourtant, Jean-Jacques Marie biographe contemporain de Staline, ne l’a pas connu. Il en va de même pour Vladimir Nikolaev auteur du livre Staline, Hitler et nous. Dans un article de Vïatcheslav Vassiliev (Vassiliev, 2003 : 11)4 paru dans le cadre du cinquantième anniversaire de la mort de Staline, Nikolaev raconte quelques détails de la vie personnelle de Staline. Il évoque sa santé, sa paranoïa, il décrit Staline en tant qu’époux, que père et même à titre d’amant. Bien que ce regroupement d’informations exclusives semble être le fruit d’une expérience personnelle, Nikolaev, à l’instar de Jean-Jacques Marie, n’a pas côtoyé Staline. Il ne peut, par conséquent, être le porteur de sa mémoire. En revanche, pour comprendre la cruauté de Staline, Nikolaev fait appel au Dr. Pletneva, professeur médecin au Kremlin à l’époque de Djougachvili. Le Dr. Pletneva raconte : « [Staline] supportait mal la douleur physique et ses problèmes d’articulation le conduisaient parfois jusqu’à la fureur ». Cette allégation semble résulter d’une expérience directe de Staline. Il se peut effectivement que ce soit le cas, si le Dr. Pletneva fut lui-même témoin de cette fureur. Toutefois, si Pletneva racontait ce qu’un autre médecin lui avait rapporté, la véracité de son témoignage serait mise en doute car celui-ci ne serait pas la conséquence directe d’une expérience. Un second médecin du Kremlin, utilisé comme témoin par un autre journaliste, relate des faits de même nature : « je me rappelle aussi, raconte Khroustalev, que dans les derniers instants, Staline commença à verrouiller les portes puisque grandissait en lui une peur quelconque ». « Je me rappelle » incite à croire qu’il y a réminiscence. Ce témoin, comme le premier, n’indique pourtant pas clairement qu’il ait lui-même vu Staline, un soir précis, verrouiller une porte particulière à une heure déterminée. Par ailleurs, certains témoins immédiats de Staline n’expriment pas le souvenir qu’ils ont du dictateur. C’est le cas de Pavel Egorov, un des ses 24 gardes du corps officiels. Gardien personnel de Staline, il est assurément détenteur d’une expérience et par conséquent d’une mémoire. Pourtant, tout au long de l’article dont il est l’auteur, Egorov ne considère pas son propre souvenir de Staline. Il évoque l’expérience de Khroustalev tandis que sa mémoire personnelle, comme celle de la majorité des Russes, se compose d’événements entourant sa mort le 5 mars 1953 (Egorov, 2003 : 10-11). Ces différents témoignages peuvent tous être tirés d’une expérience et nous conduire à une mémoire de Staline ; ils peuvent en revanche fausser le regard de l’observateur et n’être que faits rapportés vécus par une tierce personne. En vertu de ces quelques exemples, il est possible de constater qu’à l’occasion du cinquantenaire, il est complexe de reconnaître une mémoire intimiste de Staline en tant qu’être humain. Une telle réminiscence n’appartient possiblement qu’à certaines cellules telles la famille et les collaborateurs. Cette démonstration confirme deux choses : premièrement, qu’il serait inapproprié de parler d’une mémoire de Staline généralisable à l’ensemble de la collectivité russe. En ce sens, il est plus adéquat d’évoquer les représentations mnésiques du stalinisme, que de considérer la souvenance de Staline lui-même. Deuxièmement, l’absence d’une mémoire collective à l’égard de Staline renforce l’hypothèse selon laquelle cette déficience mémorielle est à l’origine de la résurgence et de l’incompréhension du passé stalinien dans l’actualité russe.

3. Mémoires d’un événement : expériences de la mort de Staline

13En raison de l’inaccessibilité de Staline les démonstrations journalistiques confirment globalement l’absence de représentations mnésiques à son égard. On se demande alors de quoi les Russes se souviennent-ils ? D’une part, il est commun qu’ils se remémorent le moment exact où ils ont appris la mort de Staline : « Nous n’avions pas fermé le poste de radio et tôt le matin du 5 mars ce ne fut pas l’hymne soviétique qui résonna comme à l’habitude, mais une musique funèbre. Je me suis réveillée avec cette musique et je dois dire que [.] j’ai pleuré comme tout le monde » (Koleva, 2003 : 6). D’autre part, plusieurs témoins expriment le souvenir attentif des détails entourant les funérailles ou la mort soi-disant « suspecte » de Staline. Ils se rappellent la cohue dans laquelle ils se sont rendus jusqu’à la salle des colonnes, là où Staline était exposé et se souviennent des rumeurs qui circulaient au sujet d’un possible meurtre. Ce traitement donne naissance à de multiples énigmes qui alimentent toujours le débat autour de la mort de Staline : combien de personnes sont décédées le jour de l’enterrement ? Staline est-il mort de façon naturelle ? A-t-il été assassiné ? (Jirnov, 2003 : 11) Dans les journaux scrutés, ces exemples de témoignages se multiplient.  Ils appuient l’idée selon laquelle les témoins entretiennent le souvenir des événements reliés à la mort de Staline, qu’ils se rappellent certains épisodes du stalinisme, mais qu’ils n’ont pas de mémoire de Staline proprement dit.

4. Le paradoxe et la démesure des représentations staliniennes : témoignages et réflexions

14L’insuffisance mémorielle due à l’exiguïté du champ d’expérience provoque possiblement deux répercussions : la démesure et la subjectivité des représentations. En scrutant l’édition du 5 mars 2003 de plusieurs journaux russes, il est possible d’observer manifestement un paradoxe entre les représentations : le meilleur chef et le plus grand dictateur a commis les pires actions et les plus grandes réalisations. L’analyse des témoignages et des archives publiés dans la presse éclaircira cette antilogie et en soulignera quelques causes et solutions.

15Voyons d’abord comment se présente le paradoxe stalinien à travers certains témoignages et réflexions journalistiques. Une première illustration se trouve dans la réaction des visiteurs de l’exposition sur Staline qui s’est déroulée au Musée d’histoire contemporaine de Moscou en mars 2003. Selon une entrevue préparée par la Komsomol’skaïa Pravda avec les organisateurs de l’exposition : « Certains viennent visiter l’exposition en se remémorant le tyran, d’autres en se rappelant le petit père des peuples [...] certains trouvent que l’exposition offense la mémoire de Staline par la mise en valeur d’images des fosses de la répression ou par la tenue d’un kiosque par l’organisme Memorial, d’autres croient que l’exposition fait l’éloge plutôt que le procès du tyran » (Vorsobin, 2003 : 10). Une seconde illustration est issue des réactions dissonantes des Soviétiques à l’annonce de la mort de Staline. Selon l’article de Koleva précédemment cité, certains ont pleuré, en revanche, d’autres ont « bondit » de joie : « [à l’annonce de la mort de Staline] mon colonel pleurait tandis que j’avais peur de ne pouvoir cacher toute la joie qui jaillissait en moi ». Il y a bien là une représentation dichotomique, c’est-à-dire que se côtoient deux représentations diamétralement opposées. Il faut savoir que c’est sur une telle conception que s’appuient la plupart des journaux consultés à l’occasion du cinquantenaire. D’un côté du paradoxe on condamne Staline en définissant le stalinisme comme : « Un système sans précédent où les bases fondamentales étaient : la répression de chaque pensée humaine ; la privation des droits ; la haine et la méfiance comme lien fondamental entre tous et chacun ; la militarisation à outrance pour terrifier le monde et y baser l’explication de sa grandeur » (Goutiontov, 2003). De l’autre côté, un journaliste publie un discours néostalinien de Tchernenko stipulant qu’aucun ennemi n’a occasionné autant de malheur à l’URSS que la politique de Khrouchtchev à l’égard de Staline (Rostovskiï, 2003 : 3). De surcroît, autant à travers le « bien » que le « mal », la démesure des perceptions se projette dans une double représentation quasi officielle qui perçoit Staline soit comme « un des plus grands hommes politiques du vingtième siècle » (Revzin, 2003 : 19), soit comme « le plus grand, le plus effroyable dictateur de tous les temps » (Mikhaïlov, 2003 : 1). Héros ou tyran, Staline est assurément le plus éminent et c’est ce qui confirme non seulement la manière paradoxale qu’ont les journalistes russes de se le représenter, mais aussi la démesure des perceptions à son endroit.

5. Le paradoxe et la démesure des représentations staliniennes : les documents d’archives

16On comprend graduellement que la dichotomie qui investit le souvenir de Staline est le résultat d’une carence mémorielle à son égard. Observons les représentations paradoxales véhiculées à travers les documents d’archives publiés dans les journaux à l’étude en tentant de comprendre pourquoi, dans la Russie du cinquantième anniversaire de la mort de Staline, les journalistes s’attardent considérablement sur des documents élogieux qui frôlent l’anachronisme plutôt que de tenter des évaluations objectives.

  • 5  « Panteon Strany Sovetov » (Le panthéon du pays des soviets), Vlast’ - Kommersant-, No8 (511), 3-9 (...)
  • 6  « Sokhranit’ na veka » (À conserver à jamais), Vremïa novosteï, No39 (714), 5 mars 2003, p. 6.

17Voyons d’abord les documents qui témoignent de la facette défavorable du paradoxe stalinien. Un premier texte est publié dans la Komsomol’skaïa Pravda. Il s’agit d’un ouvrage rédigé par Staline et adressé au Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique, aux membres du politburo, aux comités régionaux ainsi qu’aux départements des affaires intérieures, dans lequel il prône l’utilisation de la force et de la torture physique à l’endroit des ennemis du peuple. Dans le même ordre d’idée, le journal Grani consacre son article aux dernières publications faites par l’organisme Mémorial qui consistent en des listes de personnes fusillées sous les ordres directs de Staline. Assurément, ces pièces d’archives ne favorisent pas un souvenir « heureux », mais elles sont exceptionnellement déployées en mars 2003. Plus fréquemment, le cinquantième anniversaire est l’occasion de publications admiratives à l’égard de Staline. C’est le cas notamment de l’hebdomadaire Vlast’ qui fait paraître un discours tenu par le patriarche Aleksiï I le jour de l’enterrement de Staline. Dans sa description du tyran le patriarche met en évidence la « grandeur » et la « force » du « chef ». Il qualifie Staline de « génie de la guerre », « d’être génial ayant toujours eu une attitude gratifiante et heureuse envers nos églises », et il clame sa « mémoire inoubliable ». Ce discours est repris dans le quotidien Moskovskiï Komsomolets. Cette fois, Aleksiï I souligne les « prières faites par l’Église orthodoxe pour l’âme éternelle de Vissarionovitch, le bien-aimé, l’inoubliable qui, pleuré de l’église, sera accompagné par elle dans son dernier chemin » (Dobrovol’skiï, 2003 : 3). Après la publication du discours apologétique du patriarche, l’hebdomadaire Vlast’ fait paraître la résolution du Comité centrale du PCUS proposant la création d’un « Panthéon du pays des soviets » afin de « perpétuer la mémoire des grands chefs tels que Vladimir Illitch Lénine et Joseph Vissarionovitch Staline »5. Le journal publie quelques propositions de citoyens et d’architectes en vue d’entreprendre la conception du Panthéon. Il semble démontrer que l’adoration de Staline s’est perpétuée au-delà de sa mort et que sans être maintenue par la peur, elle était bien réelle. Dans la même lignée que le « Panthéon du pays des soviets », le journal Vremïa Novosteï fait paraître plusieurs lettres écrites en 1953 par les citoyens soviétiques afin de substituer le nom de certaines villes, usines, écoles, université, etc. par celui du « tyran » comme l’indique le titre de l’article6. L’Union des Républiques socialistes soviétiques serait ainsi devenue l’Union des Républiques stalinistes soviétiques ; la Moskovskiï Gosoudarstvennyï Universitet (MGU) aurait pris le nom du l’Université du Grand Coryphée de la Science ; la Komsomol’skaïa Pravda se serait vu attribuer le nom de Stalinskaya Smena — la relève stalinienne — et les exemples se multiplient. On pourrait penser que ces lettres sont des documents de propagande diffusés par l’État, mais pour Vremïa Novosteï, elles sont « des témoignages historiques de la réaction de la société à la mort de Staline et elles représentent l’expression majestueuse et sans limite du chagrin et de la douleur vécus ».   Cette approche dithyrambique sert peut-être à « normaliser » le rapport au communisme historique comme le souhaite Vladimir Poutine ? Chose certaine, c’est que les archives historiques dévoilées à l’occasion du cinquantenaire ne font pas de contrepoids face à la sensibilité des représentations véhiculées dans les témoignages. L’exception à la règle, c’est Moskovskie Novosti (MN) qui atteint pratiquement l’évaluation objective à partir de laquelle le passé stalinien pourrait être surmonté. Plutôt que de s’incliner d’un côté ou d’un autre, l’article de MN fait écho aux deux pans du paradoxe. Par quelques extraits d’une monographie écrite par Léon Trotski sur Staline l’article pointe la représentation favorable au dictateur. Dans certains passages d’une autobiographie de Staline écrite en 1952, il en identifie la représentation défavorable. Le même traitement de confrontation est considéré lors de la publication de témoignages. Dans l’article intitulé « S nami i protiv nas » (Avec et contre nous), le journal évoque différents thèmes tels l’armée, l’industrie lourde, le théâtre, la littérature, etc. Pour chacun d’eux, il publie un témoignage mettant en valeur les apports de Staline dans ce domaine et une affirmation exposant les erreurs de Staline ayant provoqué le retard ou la perte de ce champ d’activités.

18Comme le pratique le quotidien Moskovskie novosti, certains journalistes sont conscients de l’urgence créée par l’absence d’évaluation historique à l’égard de Staline et de son époque (Mikhaïlov, 2003 : 1). Ils comprennent que le « temps est venu de procéder à une évaluation objective de l’homme en s’écartant de la dynamique « blanc et noir » qui tantôt le glorifie, tantôt l’injure [.]. La vérité se situe au milieu » (Goutiontov, 2003), au centre de ces représentations extrêmes, dans la création d’une zone grise plus réaliste, plus nuancée. Au-delà d’un travail de mémoire, les Russes doivent exécuter un travail d’histoire, afin, comme le suggère Henry Rousso, de mettre une distance entre eux et leur passé traumatique et d’y voir clair. La démesure des représentations suppose que « bon » ou « mauvais » Staline est un démiurge inaccessible et par conséquent « immémoriel » - c’est-à-dire dont on ne possède aucune expérience et conséquemment aucune mémoire.

19Jusqu’à maintenant, le passé qui ne passe pas serait le résultat de trois causes : l’absence d’une mémoire de Staline ; le paradoxe et la démesure des représentations qui témoignent de l’aspect sensible du rapport au passé ; une mémoire glorieuse qui plonge dans l’oubli des pans entiers d’un passé traumatique afin de rétablir une continuité identitaire avec le passé soviétique. Et ce passé qui ne passe pas aurait lui-même des répercussions. Voyons lesquelles.

6. Les signes de la perpétuation du passé stalinien

20Le rapport au temps, dans l’évolution historique de la Russie, a démontré que le pays s’est constitué d’une série de ruptures cathartiques avec le passé et que le pouvoir, quel qu’il soit, a couramment soumis le moment présent à la construction de l’avenir. De « futuriste » à « présentiste », la Russie est-elle maintenant post-soviétique ? La mort de Staline représente une brèche dans le cours « normal » des événements soviétiques. Toutefois, elle ne correspond pas à un changement de régime d’historicité ce que François Hartog considère comme une redéfinition historique du rapport au temps et à l’histoire. La mort de Staline fut l’occasion d’une brève période d’instabilité dominée principalement par la crainte de l’avenir, mais dès la stabilisation du pouvoir avec l’avènement de Khrouchtchev, l’URSS relança sa conquête de « l’avenir radieux » et elle reprit sa position « futuriste ». Ce qui paraît plus susceptible d’avoir ouvert une brèche dans le rapport au temps, c’est la chute de la Russie soviétique en tant que dernier bastion européen du communisme historique. La question se pose alors de savoir si la Russie est entrée dans un nouveau régime d’historicité. D’une part, la réponse est affirmative puisque la Russie auparavant « futuriste » adopte dorénavant un point de vue davantage « présentiste » - c’est-à-dire qu’elle considère le passé sous l’angle du présent (Hartog, 2003 : 223), comme le propose l’hypothèse selon laquelle une mémoire glorieuse du stalinisme serait au service de l’actuelle reconstruction identitaire russe. En ce sens, le rapport au temps est différent et on peut croire à un nouveau régime d’historicité. D’autre part, il semble que la Russie post-communiste perpétue plusieurs « comportements » typiquement soviétiques (Landry, 1998 : 219). Si tel est le cas, elle ne peut être complètement post-soviétique et son rapport au temps reste empreint d’une vision passée. Les sources analysées nous permettront de comprendre certains signes ainsi que quelques causes et solutions de cette perpétuation du passé. Ce que nous souhaitons souligner c’est la difficulté pour la Russie de passer au-delà d’habitudes vieilles d’un siècle ; c’est de démontrer que le passé ne passe toujours pas.

L’anachronisme des appellations

  • 7  Ces trois appellations sont respectivement tirées des articles suivants : « chef de tous les temps (...)

21À la lecture des sources consultées, un premier indice permet de croire que la Russie est portée par d’anciens réflexes soviétiques. Il s’agit de la manière anachronique avec laquelle les témoins et les journalistes se réfèrent à Staline. Après les dénonciations faites au cours de la perestroïka, il paraît illégitime de se référer à Staline comme à un « chef », un « maître », un « Être Suprême ». Qui d’autre qu’un fanatique oserait se rapporter à Hitler comme à un héros respectable ? Pourtant, cette pratique obsolète reste courante en Russie. Le garde du corps Pavel Egorov qui témoigne dans Argoumenty i fakty se réfère à Staline en utilisant l’expression « nachego Khozyaina » (notre Patron). Dans le même sens, Vladimir Vorsobin, journaliste pour la Komsomolka, évoque Staline à titre de « chef » et Evgueniï Jirnov publiciste chez Vlast’ intitule son article « polveka bez vojdïa » (Un demi-siècle sans guide). La liste des exemples s’allonge : il est question du chef de tous les temps, de la grandeur du chef, de l’Être Suprême, du Messie, de Dieu7. Pourtant, la mémoire de Staline est porteuse de plus d’un qualificatif. Staline est également un tyran, un despote, mais peu de journalistes utilisent ces appellations préjudiciables à l’occasion du cinquantième anniversaire de sa mort, exception faite de Moskovskiï Komsomolets et I %yestïïa. Ces deux journaux -diamétralement opposés - titrent en première page de leur numéro du 5 mars « 50 let bez tirana ! » (50 ans sans Tyran). Mais il n’y a là que deux cas isolés qui insinuent également la grandeur de Staline. Qu’elle soit bénéfique ou maléfique, la magnanimité de Staline compense en 2003 la faiblesse présente dans l’État russe. Si témoins et journalistes empruntent ces appellations encenseuses, on justifie plus facilement leur usage par des témoins sensibles que par des élites intellectuelles conscientes de la portée de leurs positions. Lorsqu’elles s’infiltrent dans le discours des journalistes, il est probable que leur emploi soit intentionnel et qu’il obéisse à quelques intérêts particuliers.

La présence de l’absent : la réactualisation de Staline

  • 8  Les explications qui suivent sur la réactualisation de Staline sont tirées de l’article de Syrov.

22Un autre témoignage de la résurgence du soviétisme se situe dans la réactualisation de Staline dans la démocratie russe. Le premier article à ce sujet est paru dans Kommersant. Le présentisme de l’intitulé est éloquent « Narodou i oligarkham noujen Stalin » (Le peuple et les oligarques ont besoin de Staline) (Syrov, 2003 : 8)8 — marquant la nécessité d’un chef tel que Staline pour résoudre les problèmes actuels de la Russie.  L’article relate les propos divulgués lors d’une table ronde tenue à la mairie de Moscou à l’occasion du cinquantenaire. La discussion regroupait des hommes politiques, des hommes publics ainsi que des artistes. Elle poursuivait deux objectifs. Le premier : comprendre en quoi la Russie de Vladimir Poutine évolue vers un retour au régime stalinien et quel y serait le rôle de Poutine. Le deuxième : étudier les expériences historiques passées pour en tirer une analyse scientifique. Les réflexions sortantes furent multiples. Selon Nikolaï Baïbakov, les Russes sont redevables à Staline puisque la victoire lui est attribuée tandis que les répressions sont imputables à Beria et à Gaganovitch. Cette position n’est pas nouvelle. Au lendemain de la chute de Khrouchtchev, lorsque Brejnev voulut « réhabiliter » Vissorionovitch, il dut s’appuyer sur une telle représentation du passé. Selon d’autres participants, la régénérescence de Staline est une conséquence directe des réformes démocratiques entreprises depuis la chute du régime soviétique. La nostalgie pour le passé stalinien est le résultat d’une démocratie qui n’a rien à offrir au peuple. Comme le dénonce les invités de la table ronde, le régime « démocratique » avantage les « nouveaux riches » plutôt que les citoyens. Mais comment Staline pourrait-il venir en aide au peuple et aux oligarques ? L’article explique : Staline délivrerait le simple citoyen du nouvel ennemi oligarque, tandis que pour ces derniers, il est un outil de propagande utilisé, à travers les mass-médias russes, pour réprimer les démocrates qui leur sont dorénavant inutiles. « Nouvel ennemi du peuple », « outil de propagande » ; il semble que la réflexion proposée par les participants de la table ronde s’inscrive dans la lignée idéologique de la terreur stalinienne. Conscient ou inconscient, le parallèle est révélateur de l’inaptitude d’une partie de l’élite russe à se sortir de ses anciens stéréotypes. De plus, pour Pavel Goutiontov de la Novaïa Ga %çta, le retour aux méthodes staliniennes est tacitement relié aux choix politiques contemporains des Russes. Et ce choix est singulier. Soit la Russie parfait la démocratie qu’elle érige actuellement, soit elle retourne vers l’ancien régime puisque la voie empruntée par Staline reste une perspective historique. En relatant une série d’événements depuis la dénonciation du culte de la personnalité jusqu’à un toast récemment porté par Poutine à Staline, l’auteur perçoit qu’en dépit du temps qui passe, Staline est actuel, il est présent malgré son absence. Goutiontov s’interroge enfin à savoir « combien de « mais » restent-t-ils dans la bouche des gens pour légitimer la nostalgie à l’égard de Staline et de son époque : mais sous Staline l’ordre régnait, mais à l’époque de Staline les prix étaient bas [...] » (Goutiontov, 2003). Illustrant l’omniprésence de la nostalgie, ces « mais » indiquent à quel point la démocratie russe est insatisfaisante et combien il est difficile de passer sous silence les bienfaits d’une époque révolue. Comme le souligne Youri Bouïda, reporter du Novoe vremïa, s’il est possible d’inhumer un corps, « on ne peut enterrer les idées, la grandeur, la fierté et la Victoire » qui accompagnent Staline.

Vladimir Poutine et le retour du culte de la personnalité

  • 9  Nous empruntons également la réflexion sur le retour du culte de la personnalité à Sergueï Syrov.

23On décèle actuellement un troisième et dernier signe représentatif de l’historicité soviétique. Il s’agit du pouvoir personnel de Vladimir Poutine. La table ronde dont traite le quotidien Kommersant est préoccupée par le pouvoir grandissant du leader. Les participants soulèvent entre autres l’obscurité de son administration. Si les Russes sont confiants quant à l’improbabilité d’un retour au Goulag en ce début de XXIe siècle, rien autour de Vladimir Poutine ne garantit ce non-retour (Syrov, 2003 : 8)9 . Selon les participants, la démocratie russe ne saurait assurer cette caution « puisqu’on ne sait pas ce que le chef, de qui seul dépend un retour ou non en arrière, pense ». Les invités de la table ronde nous préviennent contre la possibilité que se développe autour de Poutine un nouveau culte de la personnalité. Selon Aleksandr Gel’man, un des dramaturges présents, « nous [les Russes] sommes déjà tous des otages de Poutine ». Ce que cela signifie concrètement, l’article ne le mentionne pas. Ce qu’il spécifie toutefois c’est que ce commentaire est passé sous silence auprès des autres membres de la table ronde ; comme si la terreur régnait encore et que certaines vérités devaient être oubliées. De surcroît, à travers son association avec l’idée d’un chef fort, Poutine incarne une continuité avec la Russie des Tsars et celle de Staline. Il prolonge également les idéaux de Lénine puisqu’en l’absence d’une société civile russe, certains journalistes croient que Poutine représente « un symbole de la conscience de la société » (Goutiontov, 2003). Ce raisonnement selon lequel le chef incarne la lucidité du peuple est analogue à la théorie léniniste d’un parti pour administrer la conscience révolutionnaire de la classe ouvrière (Afanassiev, 2003 : 120-121 ; Malia, 1995 : 35-107). Cette rhétorique rapproche Poutine de Lénine. Le premier, comme le second, prétend substituer une société civile absente, du moins inactive. Cette réflexion vient à point pour justifier la nécessité d’un pouvoir fort comme au temps de la révolution. Dans une version stalinienne, elle arrive à un moment propice pour légitimer le resserrement du pouvoir entre les mains d’un seul homme.

24Si le passé soviétique ne passe pas, il n’est plus refoulé. Il est dorénavant présent dans le quotidien russe tel un fantôme qui se manifeste. Ce qui permet cette résurgence du passé c’est le manque de garanties qu’offre la jeune démocratie russe. Si la démocratie n’est pas renforcée, une involution pourrait se produire. L’absence d’une société civile mobilisée et responsabilisée par des institutions démocratiques a pour résultat la défaillance de l’esprit collectif, l’inexistence de rassemblements spontanés, le caractère amorphe et désabusé du désaccord populaire vis-à-vis de l’État. Si la Russie tient à chercher un remède à ses maux, la table ronde scrutée par le quotidien Kommersant suggère qu’elle le cherche dans les institutions démocratiques et la société civile et non dans la figure d’un sauveur. Le pays doit également « consolider l’intelligentsia pour approfondir l’étude historique sur la question du culte » (Syrov, 2003 : 8). Le passé traumatique réintégrera l’histoire nationale strictement lorsqu’une remise à distance selon un processus historique sera réalisée. Le sauveur de la Russie ne réside pas en un seul homme comme aiment à le penser certains nostalgiques de Staline puisque l’objectif est de protéger la Russie contre la refonte d’un culte de la personnalité et par extension de libérer les « otages » de Poutine du fantôme de Staline.

Conclusion : le passé et la mémoire comme composantes de l’identité en Russie post-soviétique

25Cette démonstration a soumis l’hypothèse selon laquelle une mémoire « heureuse » du stalinisme et l’identité sont reliées à l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort de Staline. Comme l’indique Henry Rousso « la mémoire est un phénomène qui se conjugue au présent » (Rousso, 1998 : 16). Cette allégation incite à penser que la mémoire de Staline peut être utilisée pour servir des intérêts actuels. En fait, à l’occasion de l’anniversaire de sa mort, les représentations mémorielles de Staline furent principalement dithyrambiques. Elles semblent former la pièce manquante d’un casse-tête identitaire préfabriqué par l’État. Toujours selon Rousso, le rôle traditionnel de la mémoire est de « préserver l’identité et la continuité des individus et des groupes ». Pour réaliser cette pérennité, Rousso admet que la mémoire tentera de reconstruire un passé « idéal » ou « diabolisé ». Dans le cas qui nous intéresse, c’est un passé idéal qui est en chantier tandis que le passé diabolisé est repoussé en marge. Il ne fallait pas conclure si promptement sur la fin du « refoulement » de Maria Ferretti. Si le passé soviétique est réintégré dans la mémoire des Russes, il l’est de façon sélective et la mémoire partielle qui s’en dégage semble servir la préservation de la fierté nationale.

  • 10  C’est Yakov Rabkin, professeur au département d’histoire de l’Université de Montréal, qui a mis l’ (...)

26Et puisqu’il est question de l’apothéose du passé plutôt que du passé national dans sa complétude, la nouvelle identité fabriquée puise ses références où bon lui semble pour créer l’image d’une Russie encore forte et fière. Eltsine avait rattaché sa Russie à l’âge d’or prérévolutionnaire en reniant l’héritage soviétique. Poutine, lui-même héritier du système soviétique, devait trouver un moyen de réintégrer cette histoire, de « normaliser » le passé soviétique. C’est ainsi, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort de Staline, que la société qu’il dirige, notamment par l’intermédiaire de la presse écrite, cherche à créer une mémoire collective à partir d’un passé triomphal où règne l’ordre et l’honneur. La mémoire dithyrambique sert l’identité civique russe qui, peut-être en devenant de plus en plus attrayante, servira à son tour Y unité nationale, pour ne pas dire territoriale, une priorité « sacrée »10 pour Vladimir Poutine ; sacrée au point de justifier la guerre en Tchétchénie et le retour à des méthodes « staliniennes » (Jégo, 2003). Si l’illustre passé soviétique est réintégré, l’identité civique édifiée par le haut se passe bien d’une mémoire du mal. Les abjections soviétiques restent en marge et se refoulent davantage ; elles ne passent toujours pas. Les représentations russes furent longtemps basées sur l’ouvrage de l’historien russe N. Karamzine et les Russes vécurent « non pas dans [leur] histoire mais dans [un] mythe de la Russie » (Afanassiev, 2003 : 164). La situation est similaire aujourd’hui. Avec une mémoire au service d’une identité préconstruite les Russes se nourrissent d’une grandeur mythique qui ne les représente pas pleinement. Puisqu’un des rôles de l’historien est de « présenter à la société une explication exhaustive des événements et des phénomènes du passé » (Afanassiev, 2003 : 164) la solution se trouve dans une nouvelle fonction de l’historien russe. Il s’agit d’arracher la notion d’identité des mains du pouvoir politique et de la distancier de la sensibilité mémorielle pour la reconstruire selon l’épistémologie historique. Le défi qui attend les historiens russes est de taille puisqu’il s’agit de transformer la commémoration du passé stalinien en une compréhension totale et véridique confinant à une dialectique historienne.

Haut de page

Bibliographie

Sources

BOUÏDA, Youri, mars 2003, « 50 let bez Stalina : grob dlïa pamï’atnika » (50 ans sans Staline : un cercueil pour monument). Novoe Vremïa, No9, p. 15-17.

DOBROVOLSKII, Aleksandr, 5 mars 2003, « Taï’ny XX veka » (Les secrets du XXe siècle), Moskovskiï Komsomolets, No48 (23.228), p. 3.

« Doslovno » (Mot à mot), 5 mars 2003, Komsomol’skaïa Pravda, No40 (22985), p. 10.

EGOROV, Pavel, mars 2003, « Poslednï’aïa notch’ Stalina » (La dernière nuit de Staline), Argoumenty i fakty, No10 (1167), p. 10-11.

GOUTIONTOV, Pavel, 3 mars 2003, « Minouta moltchaniïa ïagnïat : Stalin problema nachego segodnïachego vybora » (Une minute de silence des agneaux : Staline un problème de choix politiques actuels). Novaïa Ga %eta, No16, [En ligne] . http ://2003.novayagazeta.ru/nomer/2003/16n/n16n-s05.shtml, page consultée le 29 février 2004.

JIRNOV, Evgueni’ï. « Polveka bez vojdï’a » (50 ans sans chef), Vlast’ — Kommersant - , No08 (511), 3-9 mars 2003, p. 11.

KOLEVA, Olga, 5 mars 2003, « V marte 50 let nazad » (En mars, il y a 50 ans), Vremïa Novosteï, No39 (714), p. 6.

MIKHAILOV, Kirill, 5 mars 2003, « Bez Stalina v golove » (Sans Staline dans la tête), Vremïa Novosteï, No39 (714), p. 1.

, 5 mars 2003, « Na saï’te « Memoriala » opoublikovany stalinskie rasstrel’nye spiski » (Sur le site de Memorial sont publiées des listes de fusillés de l’époque stalinienne), Grani, [En ligne] http ://grani.ru/invisible/kolokol/m.24853.html, page consultée le 29 février 2004.

, 3-9 mars 2003, « Panteon Strany Sovetov » (Le panthéon du pays des soviets), Vlast’ — Kommersant-, No8 (511), p. 17.

, mars 2003, « Razochlis’ vo Mnennakh » (Tomber en désaccord), Moskovskie Novosti, No8, 4-10 p.8.

, 3-9 mars 2003, « Retch’ Patriarkha Aleksn I v den’ pokhoron » (Le discours du Patriarche Aleksi’i I le jour de l’enterrement), Vlast’ — Kommersant-, No8 (511), p. 15.

REVZIN, Grigori’i, 3 mars 2003, « Ou plemeni v plenou » (Être prisonnier du clan), Vlast’ — Kommersant — No8 (511), p. 18-20.

ROSTOVSKII, Mikhail, 5 mars 2003, « Kak Vojd’ edva ne vernouls’ia v Movzole’i » (Comment le chef n’est pas retourné au Mausolée), Moskovskiï Komsomolets, No48 (23.228), p. 3.

, 5 mars 2003, « Sokhranit’ na veka » (À conserver à jamais), Vremïa Novosteï, No39 (714), p. 6.

, 4-10 mars 2003, « S nami i protiv nas » (Avec et contre nous). Moskovskie Novosti, No8, p. 6-7.

, 5 mars 2003, « Strana ojivaet posle stalinsko’i smerti » (Le pays renaît après la mort de Staline). Izvestiïa, No39 (26356), p. 2.

SYROV, Sergue’i, 5 mars 2003, « Narodou i oligarkham noujen Stalin » (Le peuple et les oligarques ont besoin de Staline), Kommersant, No38 (2641), p. 8.

VASSILEV, Vatcheslav, mars 2003, « Soumachedchiï na trone : diagnoz » (Un fou sur le trône : diagnostic), Argoumenty i fakty, No10 (1167), p. 11.

VORSOBIN, Vladimir, 5 mars 2003, « Poka my lgat’ ne perestanem — ne oumer Stalin ! » (Pendant que nous mentions sans cesse — Staline n’est pas mort), Komsomol’skaïa Pravda, No40 (22985), p. 10.

Références

AFANASSIEV, Youri, 1992, Ma Russie fatale : révélations d’un historien engagé. Paris, Calmann-Lévy. 317 p.

AFANASSIEV, Youri, 2002, De la Russie les enjeux actuels. Paris, Fayard. 406 p.

BOGOMOLOV, Andre’’, 2004, Novosti i %_ Rossii. Rousskiïyaqyk v sredstvakh massovoï informatsii. (Des nouvelles de Russie. La langue russe dans moyens de communications de masse). Moskva, Rousski’i Yazyk Kourcy. 189 p.

BONNAMOUR, Pascale, 1999, Les nouveaux journalistes russes : métamorphose d’une profession (1990-1999). Paris, Montréal, Harmattan. 255 p.

BROSSAT, Alain., 1991, Le stalinisme entre histoire et mémoire. Paris, Aube. 173 p.

FERRETTI, Maria, novembre-décembre 1995, « La mémoire refoulée : la Russie devant le passé stalinien ». Annales HSS, No6, p. 1237-1257.

HALBWACHS, Maurice, 1994, Les cadres sociaux de la mémoire. Paris, Albin Michel. 367 p.

HAGSTRÔM, Martin, 2000, « Control over the Media in Post-Soviet Russia », p. 197-246, dans Jan Ekecrantz and Kerstin Olofsson (éd.), Russian Reports : Studies in Post-Communist Transformation of Media and Journalism. Stockholm, Almquist & Wiksell International. 276 p.

HARTOG, François, 2003, Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps. Paris, Seuil. 257 p.

JÉGO, Marie, 2003, « La lente réhabilitation du guide et de ses méthodes », Le Monde, 25 février http :/ /www.lemonde.fr, page consultée le 12 mars 2003.

KOSELLECK, Reinhart, 1990, Le futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques. Paris, École des Hautes Études en Sciences Sociales. 334 p.

LANDRY, Tristan, 1998, « Histoire postmoderne russe, mémoire postsocialiste et postérité de l’historiographie soviétique », p. 219-239, dans Laurier Turgeon (dir.), Les entres-lieux de la culture. Ste-Foy, Presses de l’Université Laval. 493 p.

LANDRY, Tristan, 2003, « Lieux de pouvoir et micropolitique de la mémoire : l’exemple de la cathédrale Christ-Sauveur à Moscou ». Politique et sociétés, vol. 2, No2, [En ligne] http ://www.erudit.org/revue/ps/2003/v22/n2/007875ar.html, pages consultées le 7 mars 2005.

LÉVI, Primo, 1995, Le devoir de mémoire : entretien avec Anna Bravo et Frederico Cereja. Paris, Mille et une nuits. 95 p.

LIPMAN, Masha and Michael MCFAUL, 2003, « Putin and the Media », p. 63-84, dans Dale R. Herspring (ed.), Putin’s Russia : Past Imperfect and Future Uncertain. Oxford, Rowman & Littlefield. 278 p.

MALIA, Martin, 1995, La tragédie soviétique : histoire du socialisme en Russie 1917-1991. Paris, Seuil. 686 p.

MARIE, Jean-Jacques, 2001, Staline. Paris, Fayard. 994 pages.

MCDANIEL, Tim, 1996, The Agony of the Russian Idea. Princeton, Princeton University Press. 201 p.

NIVAT, Anne, 1997, Quand les médias russes ont la parole : de laglasnost à la liberté d’expression (1985-1995). Paris, Montréal, l’Harmattan. 319 p.

RICOEUR, Paul. « Définition de la mémoire d’un point de vue philosophique », p. 28-32. Dans Françoise Barret-Ducrocq (dir.), Pourquoi se souvenir : Forum Internationale Mémoire et histoire, Unesco 25 mars 1998, La Sorbonne 26 mars 1998. Paris, Grasset. 316 p.

ROUSSO, Henry, 1998, La hantise du passé : entretien avec Philippe Petit. Paris, Textuel. 143 p.

SHLAPENTOKH, Vladimir, 2004, « Moscow’s Values : Masses and Elite », p. 217-238, dans Pal Kolsto and Helge Blakkisrud (éd.), Nation-building and Common Values in Russia. Oxford, Rowman & Littlefield. 382 p.

SOSNOVSKAYA, Anna, 2000, « Social Portrait and Identity of Today’s Journalist : St-Petersburg, a Case Study », p. 139-196, dans Jan Ekecrantz and Kerstin Olofsson (éd.), Russian Reports : Studies in Post-Communist Transformation of Media and Journalism. Stockholm, Almquist & Wiksell International. 276 p.

SMITH, Kathleen E., 1996, Remembering Stalin’s Victims : Popular Memory and the End of the USSR. Ithaca and London, Cornell University Press. 220 p.

SMITH, Kathleen E., 2002, Mythmaking in the New Russia : Politics and Memory during the Yeltsin Era. Ithaca and London, Cornell University Press. 223 p.

WEDGWOOD BENN, David, 1996, « The Russian Media in Post-Soviet Conditions ». Europe-Asia Studies, vol. 48, No3, p. 471-479.

ZOUDIN, A.YOU, 2003, « Rejim V. Poutina : Kontoury novo’f polititchesko’f sistemy » (Le régime de V. Poutine : les contours d’un nouveau système politique ». Obschestvennye naouki i sovremennost’, No2, p. 67-83.

Haut de page

Notes

1  Cet article est tiré du mémoire de maîtrise suivant : Lisa Tanguay, « De la mémoire en histoire : identité et représentations en Russie à l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort de Joseph Staline », Mémoire de maîtrise, Ste-Foy, Université Laval, 2005, 147 p.

2  Cet article est tiré du mémoire de maîtrise suivant : Lisa Tanguay, « De la mémoire en histoire : identité et représentations en Russie à l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort de Joseph Staline », Mémoire de maîtrise, Ste-Foy, Université Laval, 2005, 147 p.
Les ouvrages respectifs dont il sera question dans le paragraphe en cours son : Tristan Landry, « Lieux de pouvoir et micropolitique de la mémoire : l’exemple de la cathédrale Christ-Sauveur à Moscou », Politique et sociétés, vol. 2, No2, 2003, [En ligne] http ://www.erudit.org/revue/ps/2003/v22/n2/007875ar.html, pages consultées le 7 mars 2005 ; Kathleen E. Smith, Remembering Stalin’s Victim : Popular Memory and the End of the USSR, Ithaca and London, Cornell University Press, 1996, 220 p. ; Kathleen E. Smith, Mythmaking in the New Russia : Politics and Memory during the Yeltsin Era, Ithaca and London, Cornell University Press, 2002, 223 p. ; Maria Ferretti, « La mémoire refoulée : la Russie devant le passé stalinien », Annales HSS, No6, novembre-décembre 1995, p. 1256.

3  Étant donné le format électronique de cet article, nous utilisons une seule note pour indiquer les auteurs qui inspirent nos réflexions sur les médias russes : Pascale Bonnamour, Les nouveaux journalistes russes : métamorphose d’une profession (1990-1999), Paris, Montréal, Harmattan, 1999, 255 p. ; Anne Nivat, Quand les médias russes ont la parole : de la glasnost à la liberté d’expression (1985-1995), Paris, Montréal, Harmattan, 1997, 319 p. ; David Wedgwood Benn, « The Russian Media in Post-Soviet Conditions », Europe-Asia Studies, vol. 48, No3, 1996, 9. 471-479 ; Martin Hagstrôm, « Control over the media in Post-Soviet Russia », p. 200-203, dans Jan Ekecrantz and Kerstin Olofsson (Ed.), Russian Reports : Studies in Post-Communist Transformation of Media and Journalism, Stockholm, Almquist & Wiksell International, 2000, 276 p. ; Anna Sosnovskaïa, « Social Portrait and Identity of Today’s Journalist : St.Petersburg, a Case Study », p. 142, dans Jan Ekecrantz and Kerstin Olofsson (Ed.), op.cit. C’est Anne Nivat et David Wedgwood Benn qui articulent l’idée de l’irréversibilité des acquis de la sphère médiatique durant la perestroïka.

4  Tous les passages traduits du russe vers le français sont des traductions libres. Le paragraphe qui suit au sujet de la mémoire et de l’expérience de Staline est tiré de cet article

5  « Panteon Strany Sovetov » (Le panthéon du pays des soviets), Vlast’ - Kommersant-, No8 (511), 3-9 mars 2003, p. 17.

6  « Sokhranit’ na veka » (À conserver à jamais), Vremïa novosteï, No39 (714), 5 mars 2003, p. 6.

7  Ces trois appellations sont respectivement tirées des articles suivants : « chef de tous les temps » : « Sokhranit’ na veka ». p. 6. ; « la grandeur du chef » : Kirill Mikhaïlov, loc.cit., p. 1 ; « de l’Être Suprême, du Messie, de Dieu » : Youri Bouïda, « 50 let bez Stalina : grob dlïa pamïatnika » (50 ans sans Staline : un cercueil pour monument). Novoe vremïa, No9, mars 2003, p. 15-17.

8  Les explications qui suivent sur la réactualisation de Staline sont tirées de l’article de Syrov.

9  Nous empruntons également la réflexion sur le retour du culte de la personnalité à Sergueï Syrov.

10  C’est Yakov Rabkin, professeur au département d’histoire de l’Université de Montréal, qui a mis l’accent sur le caractère « sacré » de l’unité territoriale pour Vladimir Poutine lors d’une entrevue accordée à Point Chaud : Tchétchénie l’épine au pied de Poutine, diffusée le lundi 11 octobre 2004 à Télé-Québec.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lisa Tanguay, « Usages politiques du passé à l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort de Joseph Staline », Conserveries mémorielles [En ligne], #1 | 2006, mis en ligne le 01 octobre 2006, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://cm.revues.org/302

Haut de page

Auteur

Lisa Tanguay

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org