Navigation – Plan du site
Des formes visuelles dites documentaires

La photographie industrielle entre image documentaire et image publicitaire

L’inauguration d’un entrepôt automatique chez Chocolat Suchard SA en 1967
Régis Huguenin

Résumé

La chocolaterie Suchard à Neuchâtel (Suisse) réalise des photographies de natures très diverses qu’elle diffuse dans des cercles plus ou moins restreints. En 1967, elle inaugure un entrepôt automatique, point d’orgue d’une restructuration quasi complète de la production et dont des clichés réalisés avant et pendant les journées « portes ouvertes » témoignent. En nous intéressant aux documents iconographiques relatant l’inauguration d’un bâtiment industriel chez Suchard, nous montrons comment l’image produit une réalité qu’elle n’incarne pas automatiquement. On montre ou on cache, on accentue ou on atténue en fonction des objectifs recherchés. C’est le cas aussi des légendes qui accompagnent les clichés, toutes axées sur la rationalisation mais n’évoquant jamais les conséquences sociales de la nouvelle stratégie productive. L’oscillation entre document et publicité est en prise directe avec le temps : celui du travail du photographe, celui de la sélection par l’entreprise, celui de la perception par les employés ou par le public, le temps du classement et de l’oubli avant celui de l’exhumation et de la réutilisation  des documents par l’entreprise pour une commémoration.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Suisse
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le fonds photographique compte plus de 20 000 clichés dont une moitié consiste essentiellement en (...)
  • 2  Par exemple Renault (Michel, 2001),  Krupp (Tenfelde, 1994), Hennebique (Delhumeau et al., 1993).
  • 3  Pour la période la plus récente, les prises de vues sont confiées au photo-club, ingénieux moyen d (...)
  • 4  De Jongh Frères ou Ph. et E. Link au tournant des 19e et 20e siècles, puis, à partir de la seconde (...)

1Parmi l’abondance de l’iconographie produite par Suchard, les photographies ne consistent pas en quelques documents accessoires, illustratifs, mais bel et bien en un des cœurs de la mémoire de l’entreprise1. Contrairement à d’autres firmes de grande envergure2, Suchard n’a pas compté, parmi son personnel régulier, un ou plusieurs photographes, excepté entre le début des années 1950 et 19773. En revanche, Suchard mandate régulièrement des professionnels de renom confrontés à la notion de commande privée4.

2Comme toute image, les photographies réalisées pour le compte d’une entreprise sont une interprétation du réel. Elles sont très fortement frappées du sceau du commanditaire et du contexte dans lequel elles sont enregistrées puis diffusées. Le contexte en question est celui d’un événement majeur de l’histoire de la chocolaterie suisse, l’inauguration d’un entrepôt automatique à Neuchâtel-Serrières – berceau de la production de Suchard –, en 1967, un des premiers du genre en Europe. A cette occasion, plusieurs photographies sont réalisées. Quand, par qui et pourquoi ces clichés sont-ils exécutés ? Que signifient-ils pour l’entreprise ? Il ne fait aucun doute que l’entrepôt en question est un outil permettant de satisfaire aux objectifs de rentabilité. Mais cette inauguration est aussi le reflet d’une volonté de mettre en évidence sa modernité. Comment ces deux aspects sont-ils conjugués et de quelle manière transparaissent-ils du reportage photographique ? Il s’agit encore de s’interroger sur la manière dont ces documents sont présentés au public aussi bien externe, à travers la presse, qu’interne à l’entreprise, par l’intermédiaire du journal destiné aux employés, lequel propose un autre regard sur l’événement.

3Pour des raisons de disponibilité des sources, nous nous intéressons moins à la phase de conception des images, pour lesquelles nous n’avons que peu d’informations, qu’à l’étape suivante : celle de l’intervention de l’entreprise entre le documentaire réalisé et sa diffusion. Il y a dans cette phase de médiation un travail de sélection des photographies et de rédaction de légendes qui ont une influence rétroactive sur le travail produit par le photographe (puisqu’il n’est plus le maître de ses clichés et que son intention peut être tronquée) et ultérieure, sur la réception de ces formes visuelles par les employés et plus largement par le public. En effet, il apparaît que même qualifiée de « documentaire », la photographie ne représente pas automatiquement le réel : « de part en part construite, elle fabrique et fait advenir des mondes » (Rouillé, 2005 : 15). C’est cette construction que nous tentons de décrypter par l’étude systématique du corpus de photographies constitué à l’occasion de l’inauguration de l’entrepôt automatique.

4Contrairement aux images du XIXe siècle qui mettent en évidence le site industriel et les bâtiments, après la seconde guerre mondiale « l’image d’entreprise n’est pas déterminée par l’écrin mais par le contenu productif. Cette hypothèse est renforcée par la politique des portes ouvertes mise en place par la direction. La modernité des ateliers est l’enjeu et constitue l’image d’entreprise. En effet, les dirigeants n’hésitent pas à organiser des visites d’usines afin de démontrer la grandeur productive de la société Suchard. » (Pasquier 2008 : 13). Les photographies d’intérieur occupent donc une place centrale, comme l’atteste notre corpus et comme nous le verrons, sur l’appareil de production plutôt que sur l’écrin.

L’entrepôt automatique : clé de voûte d’une nouvelle stratégie productive

5Fondée en 1826 sur les bords de la Serrière par Philippe Suchard, la chocolaterie éponyme se développe surtout dans le dernier quart du XIXe siècle, lorsque Carl Russ, beau-fils du fondateur, est porté à la tête de l’entreprise. La prospérité que connaît alors la plus importante fabrique suisse de chocolat et qui se manifeste par l’implantation de filiales à l’étranger n’est probablement pas sans rapport avec le fondement familial sur lequel Carl Russ fait reposer sa gestion (Nussbaum et Tissot, 2005 et Schmid, 1999). Peu après le décès de Carl Russ (1925) et face au désintérêt de son fils Willy à assumer la direction, l’entreprise doit affronter la crise des années 1930. Elle y parvient notamment grâce à Hans Conrad Lichti (1891-1990), premier directeur général à ne pas être issu du sérail familial. Nouvelle incarnation de la figure paternelle, H.C. Lichti se retire de la direction générale en 1958 mais demeure Président de Chocolat Suchard SA jusqu’en 1967, date à laquelle survient l’inauguration de l’entrepôt automatique. L’événement est ainsi marqué par un important changement avec l’entrée de Paul Kiefer au sein du Conseil d’administration de Suchard SA en tant qu’administrateur-délégué. Gérard Bauer, qui préside la Holding Suchard depuis 1959, ancien diplomate à Paris chargé des relations économiques et Président de la Fédération horlogère est également l’un des principaux intervenants dans le cadre des festivités inaugurales de 1967. Ces médiateurs ont à découdre avec un contexte économique bien particulier dont un rapide aperçu permet de mieux comprendre les raisons de l’existence des photographies, le message qu’elles véhiculent et les valeurs auxquelles l’entreprise tient à s’associer.

  • 5  La dissidence « regroupe les entreprises qui, du fait de leur non–adhésion, ne respectent pas les (...)
  • 6  Archives de la Ville de Neuchâtel (AVN), ST 1469, Allocution de F. Bourquin, président du Conseil (...)

6Après la Seconde Guerre mondiale, l’industrie suisse du chocolat connaît un essor très important mais devient aussi plus concurrentielle que jamais. Ce facteur est central pour comprendre le positionnement des marques traditionnelles pourtant organisées depuis le début du XXe siècle dans un cartel aussi contraignant qu’efficace puisque les sociétés conventionnelles produisent plus de 80% du chocolat vendu en Suisse. La production est particulièrement assurée par quatre grandes entreprises toutes fondées au XIXe siècle ou à l’aube du XXe siècle, qui sont, par ordre décroissant de leur importance, Nestlé, Lindt, Suchard et Tobler. La dissidence5 reste très marginale (Jordan, 2001) jusqu’à l’apparition sur le marché des chocolats du grand distributeur Migros. En s’emparant de la chocolaterie Frey AG en 1950, Migros devient le principal concurrent des sociétés traditionnelles en termes de rapport qualité/prix. Malgré tout, la demande en chocolat reste très forte en Suisse, pays où la consommation annuelle par habitant passe de 3 kg en 1930 à 6,2 kg en 1950 et à 9 kg en 1970 (Chocosuisse, 2001 : 15). Cette demande, que l’industrie suisse parvient à peine à satisfaire, intervient pendant une période de croissance généralisée de l’économie, frôlant à plusieurs reprises la surchauffe. Or, ce contexte des ‘Trente Glorieuses’ a comme répercussion sur Suchard un manque quasi chronique de main-d’œuvre, notamment d’ouvrières et d’ouvriers non qualifiés qui trouvent sans difficulté, ailleurs, des emplois plus intéressants et plus rémunérateurs. Une telle situation, dont ni les dirigeants ni les autorités ne perçoivent d’évolution contraire à court ou moyen terme6, implique que l’industrie chocolatière se restructure de manière profonde en procédant à des investissements onéreux pour améliorer les procédés de fabrication. La mécanisation, qui était dès le XIXe siècle la condition sine qua non à la production de masse d’un produit jusque là réservé à une élite, se révèle désormais comme le moyen incontournable pour pallier au manque de ressources humaines.

  • 7  Constat de H.C. Lichti de retour d’un voyage aux USA. Suchard SA, Nous et notre travail : bulletin (...)
  • 8  AVN, ST 4390, PV Séance du Conseil d’administration Chocolat Suchard SA 1953-1965, n° 103, 9 mars (...)

7Qui plus est, la libéralisation des échanges nécessite que l’industrie suisse du chocolat devienne compétitive à l’échelle européenne et mondiale alors qu’elle accuse un certain retard par rapport aux Etats-Unis qui parviennent à « produire beaucoup, rapidement et à bon compte7 ». Pour exemple, le magasin de réserve de Suchard n’a pas évolué depuis les années 1930 alors que la production a quintuplé8. Le stockage dans des dépôts extérieurs n’est pas seulement coûteux, mais présente des risques évidents sur le plan de la qualité. Suchard entame alors à coudées franches une réorganisation de son site pour rendre cohérent un ensemble devenu disparate du fait d’une extension dans un lieu qui ne se prête pas à la grande industrie (un vallon encaissé, traversé par un cours d’eau) pour viser un procès de fabrication logiquement articulé réclamant un minimum de manutention et de stocks intermédiaires. Ainsi, en l’espace d’une vingtaine d’années le site est repensé. Construction de nouveaux locaux, extensions, rehaussements, achats de bâtiments avoisinants et de terrains à proximité du site industriel et ventes d’anciennes usines devenues obsolètes ou trop exiguës pour abriter les installations modernes de fabrication interviennent tous azimuts : nouvelle fabrique à proximité de la gare (fabrique 3) en 1953, rehaussement du bâtiment administratif en 1954, construction d’une nouvelle fabrique Sugus et d’un garage à la place de l’ancienne confiserie incendiée en 1957, extension de la fabrique 3 en 1959, destruction de la fabrique 2 et construction d’une nouvelle confiserie en 1960, extension de la fabrique 10 (production du chocolat), érection d’un silo à sucre d’une hauteur de 12 mètres en 1963 et, finalement, mise en service d’un entrepôt automatique en 1967 (Pasquier, 2008).

Fig. 1. Photographie n°1, Chocolat Suchard SA à Neuchâtel, Bänninger, 1967

Fig. 1. Photographie n°1, Chocolat Suchard SA à Neuchâtel, Bänninger, 1967

© Fonds Suchard, Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (Suisse).

  • 9  Suchard SA, Nous et notre travail : bulletin Suchard, n° 95, 1967.
  • 10  AVN, ST 1469, Journée de la presse, 12 septembre 1967.

8Ce dépôt marque le point d’orgue des efforts de rationalisation. Il symbolise l’achèvement du redéploiement du site hors de son vallon d’origine débuté dans les années 1950. En 1964, tous les ateliers de production, à l’exception de la fabrique de caramels aux fruits Sugus, se trouvent hors du vallon. Le passage de l’usine traditionnelle à l’usine moderne est scellé, l’avance sur la concurrence annoncée haut et fort. Le dépassement de la mécanisation par l’automatisation rend possible d’importantes économies de main-d’œuvre. L’inauguration est l’occasion de mettre en évidence les nouvelles constructions de tout un site, l’entrepôt se transformant en prétexte à une communication qui le dépasse largement. Elle donne lieu à des manifestations visant à toucher la presse, les clients et les consommateurs tout comme à fédérer les ouvriers et les représentants mais aussi les retraités et les familles des employés. En d’autres termes, selon les mots du directeur Hans Rüedi, le magasin de réserve automatique pour produits terminés est « une pièce de résistance9 », troisième et dernière étape qui permet de fermer le cycle de la production dans sa nouvelle conception en centralisant le conditionnement et le stockage des produits terminés et en rejoignant la gare de chemin de fer à travers de nouveaux services d’expédition. L’ensemble de la dépense avoisine les 9 millions de francs suisses10.

  • 11  AVN, ST 4391, PV Séance du Conseil d’administration Chocolat Suchard SA 1966-1971, n° 117, 12 juil (...)
  • 12  AVN, ST 4391, PV Séance du Conseil d’administration Chocolat Suchard SA 1966-1971, n° 112, 12 juil (...)

9Pourquoi accorder tant d’importance à un simple entrepôt ? Un magasin de stockage est la clé de voûte d’une production de masse du chocolat, production qui, pour être rentable, doit occuper main-d’œuvre et machines à leur entière capacité tout au long de l’année. Or, le chocolat est un produit éminemment dépendant des saisons et du climat. Si, en période de basse conjoncture, le recours à de la main-d’œuvre saisonnière permettait d’adapter l’offre à la demande, la pénurie de travailleurs dont souffre l’industrie après la Seconde Guerre mondiale n’offre plus aux entreprises la possibilité d’engager massivement du personnel sur une courte durée. En Suisse, elle est encore accentuée par des mesures prises contre la surpopulation étrangère qui empêchent les entreprises à employer autant de travailleurs étrangers qu’elles le souhaitent. Avec un taux de 31%, Suchard a atteint un plafond qu’elle ne peut dépasser11. Qui plus est, la législation impose une réduction du temps de travail qui passe à 45 heures en 1967 puis à 44 heures en 196812. Compte tenu de la conjonction de ces facteurs, le stockage des produits finis devient une véritable pièce maîtresse du processus de fabrication. Il joue le rôle de tampon devant permettre une marge de manœuvre entre production et distribution dont les rythmes ne sont ni linéaires ni synchronisés. En termes techniques, l’entrepôt de 40 mètres de long, 30 mètres de large et 12 mètres de haut est capable d’accueillir 5000 palettes. Le chocolat étant une denrée périssable, il ne peut être stocké comme n’importe quel autre bien non dégradable. Pour pouvoir être fabriqué plusieurs mois avant qu’il ne soit consommé, les conditions d’entreposage doivent répondre à des conditions strictes en matière de température et d’humidité. En l’occurrence, l’entrepôt flambant neuf assure en permanence une température de 12 °C et un taux d’humidité relative de l’air de 40 %. Les opérations de manutentions se font par cartes perforées. La particularité de ce gigantesque entrepôt est d’être conduit par un seul homme, placé face à un tableau de commandes situé dans une cabine à l’extérieur de l’entrepôt proprement dit. La nouveauté réside dans le traitement intégré des données à une époque où l’ordinateur fait son entrée comme système de gestion administrative des entreprises mais qui demeure une curiosité pour le public.

10La rationalisation se veut au service du consommateur et il convient de le lui faire savoir. Outres deux journées officielles les 12 et 13 septembre 1967, l’entrepôt automatique fait l’objet de plusieurs journées inaugurales, touchant à chaque fois un public bien précis : les représentants le 29 septembre, le personnel les 7, 8 et 9 novembre, les retraités le 14 novembre, les familles du personnel les 21 et 22 novembre et, finalement, les fournisseurs le 29 novembre. L’importance de l’événement est corroborée par une impressionnante liste de personnalités présentes à l’inauguration, à savoir une quarantaine de représentants des autorités communales, cantonales et nationales, de l’industrie, de l’armée, des milieux académiques et scientifiques et de sociétés faîtières dans le domaine de l’alimentation industrielle. Outre les visites d’usines, la photographie s’avère être le moyen privilégié pour transmettre le discours technique et innovant de Suchard.

Photographier l’entrepôt automatique : publics et discours

  • 13  AVN, ST 4391, PV Séance du Conseil d’administration Chocolat Suchard SA 1966-1971, n° 117, 12 juil (...)
  • 14  Suchard SA, Nous et notre travail : bulletin Suchard, n° 95, 1967.

11Cet article repose sur l’étude de deux corpus distincts. L’inauguration de 1967 est précédée par la constitution d’un dossier envoyé au début du mois de septembre à la presse13. Il comporte dix photographies qui forment notre premier corpus. Les vues intégrées au dossier de presse sont prises à l’avance, alors que d’autres séries de clichés sont réalisées pendant les manifestations et publiées postérieurement dans un numéro du journal d’entreprise14. Celles-ci composent un second ensemble d’une soixantaine de clichés. L’existence de ces deux corpus atteste de la volonté de Suchard de tenir un double discours, en usant de supports de diffusion différents et d’une approche photographique différente. Elle invite le chercheur à s’interroger sur la manière dont ces documents sont présentés au public aussi bien externe, à travers la presse, qu’interne à l’entreprise, par l’intermédiaire du journal destiné aux employés. Dans le premier cas, il s’agit d’un travail documentaire avec une construction pensée pour chaque photographie visant la plus grande visibilité possible. De l’autre côté, il s’agit de toucher les personnes qui, pour la plupart, connaissent l’entreprise et se retrouvent en elle, dans une perspective d’identité.

Visibilité

12Parce qu’elles portent toutes un numéro dans leur légende imprimée sur un papier collé sous chaque photographie, les dix clichés du corpus à destination de la presse s’articulent selon un ordre déterminé et porteur de sens (Tableau 1).

Tableau 1 : Photographies intégrées au dossier de presse lors de l’inauguration de l’entrepôt automatique, 12 septembre 1967.

Photo

Sujet

Photographe

Légende

1

Tivoli (vue aérienne)

Bänninger

Vue d’ensemble des fabriques de CHOCOLAT SUCHARD S.A. à Neuchâtel.

2

Silo à sucre

Bühler

Silo à sucre de Chocolat Suchard S.A., à Neuchâtel contenant 1500 tonnes en deux cellules concentriques.

3

Commande silo

Bühler

Armoire de commande pour l’ensilage du sucre et sa distribution chez SUCHARD à Neuchâtel.

4

Commande cacao

F. Perret

Chez SUCHARD : Tableau synoptique qui règle automatiquement les opérations de vannage, triage, rôtissage, cassage, ainsi que le transport des fèves de cacao entre 35 silos, 2 installations et 3 concasseurs.

5

Présilos

Bühler

Chez SUCHARD : Alimentation des présilos avec la pâte de cacao, du sucre, du lait et du beurre de cacao.

6

Mélangeuse automatique

Bühler

Chez SUCHARD : Mélangeuse automatique : pétrin sur bascule spéciale avec contrôle à cartes perforées.

7

Moulage

F. Perret

Chez SUCHARD : Installation de moulage, d’une longueur de 50 m., pour tablettes de chocolat fourré.

8

Emballage

F. Perret

D’immenses salles climatisées permettent d’effectuer rationnellement l’emballage des pralinés chez SUCHARD.

9

Magasin automatique

F. Perret*

Le magasin automatique chez Chocolat Suchard S.A. à Neuchâtel peut contenir 5000 palettes. Deux gerbeurs, dirigés par cartes perforées, déclenchent 24 mouvements différents. 60 palettes à l’heure peuvent entrer ou sortir et toutes les opérations sont dirigées par un seul homme.

10

Expédition

F. Perret

Chez SUCHARD, comme dans une petite gare de triage, les colis sont groupés selon le mode d’expédition.

* Le photographe Fernand Perret n’apparaît pas dans la légende mais la présence de son nom au dos d’une copie de ce cliché nous permet de lui en attribuer la paternité.

13Les photographies nous font saisir l’ampleur que donne Suchard aux restructurations qui la touchent puisque le magasin de stockage proprement dit ne représente qu’un élément parmi la dizaine de clichés sélectionnés pour rendre compte de la modernisation et de la rationalisation du processus de production. Après une vue générale du site, le regard se focalise sur une des constructions récentes et atypique : le silo à sucre. Les clichés pris à l’intérieur dressent de manière chronologique les principales étapes de la fabrication du chocolat : mélange de matières premières – moulage – emballage – stockage – expédition.

Fig. 2. Photographie n° 9, Magasin automatique, F. Perret, 1967.

Fig. 2. Photographie n° 9, Magasin automatique, F. Perret, 1967.

© Fonds Suchard, Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (Suisse).

14Ce travail de documentation sur la production n’est pas la conception d’un seul photographe, Fernand Perret. Il est complété par d’autres clichés pour rendre le processus plus intelligible. Il s’agit de clichés axés sur les installations techniques pris par l’entreprise qui les développe, à savoir la société Bühler à Uzwil.

15Exception faite de la vue aérienne en plongée et de celle de l’emballage, en légère plongée, les photographies sont prises à hauteur d’homme. L’entrepôt, seule représentation verticale avec celle du silo à sucre, donne un effet de contre-plongée. Hormis pour les deux photographies du tableau de commande, qui ne laissent percevoir aucune perspective (photographies n° 3 et 4), les plans sont larges, touchant souvent aux limites des ateliers.

Fig. 3. Photographie n° 4, Tableau synoptique, F. Perret, 1967.

Fig. 3. Photographie n° 4, Tableau synoptique, F. Perret, 1967.

© Fonds Suchard, Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (Suisse).

16En jouant sur la transparence de la photographie, sa propension à être considérée comme vraie par le spectateur et donc à témoigner de la réalité des ateliers, Suchard s’attache à montrer que la technicité et l’automaticité sont la règle à tous les niveaux de la production. C’est dans le martèlement de cette idée que prend forme le discours publicitaire, à l’instar des slogans maintes fois répétés dans les spots télévisés de quelques secondes qui envahissent les écrans suisses dans ces mêmes années. Il n’en demeure pas moins un côté documentaire dans le travail réalisé par le photographe mandaté. Fernand Perret (1915-1995) est né et mort à La Chaux-de-Fonds. Il a abondamment photographié sa région, tout en menant parallèlement une intense activité de photographe d’atelier. Il a exécuté de nombreuses commandes privées et industrielles15. La différence majeure entre ses clichés et les autres réside dans la présence, sur toutes ses prises de vues, d’un ou de plusieurs employés. Parmi les dix photographies, cinq sont totalement axées sur la technicité du processus de production et sont exemptes de main-d’œuvre. Cinq autres révèlent une intervention de l’homme dans ce milieu technique. Deux éléments sont particulièrement notables et relèvent de la mise en scène publicitaire de la photographie. Le premier aspect concerne la tenue vestimentaire des chocolatiers. Il est significatif de constater que, malgré une mise à distance des matières premières, désormais transportées de manière automatique, la blouse d’une blancheur plus que jamais éclatante demeure la tenue de travail symbolique de cette industrie alimentaire et le vecteur d’une image de sérieux et d’hygiène. L’autre élément concerne la position des protagonistes sur l’ensemble des photographies. Pas un seul ne regarde l’objectif. Cette caractéristique nous propulse aux antipodes de la photographie documentaire du XIXe siècle qui mettait en scène le face à face entre l’appareil mécanique et l’individu photographié. Désormais c’est l’action qui est photographiée, les ouvriers continuant à travailler de manière plus ou moins fictive, « comme si de rien n’était », quand bien même la position de l’homme sur la droite du tableau de commande, la main posée sur le commutateur, n’est pas due au hasard. Elle souligne et humanise le cadre purement technique du tableau synoptique, complètement visible mais incompréhensible par un non initié.

17Contrairement aux photographies du XIXe siècle et du début du XXe siècle qui soulignaient la puissance de l’entreprise par des plans généraux donnant de la profondeur aux ateliers et un sentiment de profusion de main-d’œuvre (Huguenin, 2006), les photographies des années 1960 qui servent à démontrer la rationalité de la production chez Suchard, font état d’un petit nombre d’ouvriers. L’usine modèle n’est plus celle qui emploie une grande quantité de personnel mais celle qui parvient à le limiter. Dès lors, les clichés contemporains des ateliers, qui auraient pu s’intégrer dans le documentaire réalisé par Suchard, mais faisant état d’une main-d’œuvre relativement abondante, semblent avoir été écartés. Dans le choix sélectionné en effet, seules demeurent les variantes avec des ouvriers pour ainsi dire isolés, maitrisant un nombre important de tâches dans un espace vaste. Cet espace peut être réel : un grand atelier de moulage des tablettes de chocolat, caractérisé par un entrelacement de cuves et de tuyauteries aux cheminements complexes (photographie n° 7), ou conceptuel : un tableau synoptique qui commande de nombreuses étapes de la production. Un homme se trouve seul face à son tableau de commande automatique réglant toutes les opérations de préparation des fèves de cacao et de leur transport (photographie n° 4). Tant la blouse blanche que la schématisation de la production sur l’armoire métallique accentuent la technicité de la fabrication.

Fig. 4. Photographie n° 7, Moulage tablettes, F. Perret, 1967.

Fig. 4. Photographie n° 7, Moulage tablettes, F. Perret, 1967.

© Fonds Suchard, Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (Suisse).

18Le cliché n° 8, relatant la phase d’emballage fait office d’exception. Il est celui qui comporte le plus de personnel et celui dans lequel la mécanisation est absente. Sur une trentaine de personnes, essentiellement des ouvrières, qui s’affairent sans prêter attention au photographe, seules les cinq au premier plan sont bien visibles, quoique de dos. Les autres sont disséminées dans le reste du vaste et lumineux atelier. La rationalisation se manifeste dans l’agencement de l’espace de travail, chaque poste étant rigoureusement organisé de la même façon.

Fig. 5. Photographie n° 8, Emballage des pralinés, F. Perret, 1967.

Fig. 5. Photographie n° 8, Emballage des pralinés, F. Perret, 1967.

© Fonds Suchard, Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (Suisse).

  • 16  AVN, ST 1469, « Quelques devoirs d’une gestion moderne », allocution de P. Kiefer, administrateur- (...)
  • 17  AVN, ST 1469, Allocution de F. Bourquin, président du Conseil d’Etat neuchâtelois, chef du départe (...)
  • 18  Dans la seconde moitié du 19e siècle, Julien Turgan en énumère une quinzaine dans sa description d (...)
  • 19  Pour s’en convaincre, il faudrait se plonger dans les articles rédigés pour l’occasion, ce qui dép (...)
  • 20  AVN, ST 2402/4, Rapports quadrimestriels Neuchâtel- Serrières 1965-1969, Rapport premier quadrimes (...)
  • 21  AVN, ST 4391, PV Séance du Conseil d’administration Chocolat Suchard SA 1966-1971, n° 119, 19 déce (...)

19Les photographies mettant en scène le duo homme – machine reflètent l’idée d’un « ouvrier [qui] se voit placé en face d’une machine plus perfectionnée et plus coûteuse16 » que cela était le cas précédemment. Qu’elle est sa réaction face à cet état de fait ? Impossible de le lire sur leur visage, la plupart sont photographiés de dos, révélant le dévouement total à la technique. Montrer la modernité, l’automatisation, la productivité, le progrès ne masque pas les conséquences sociales et professionnelles pour les employés, relevées par le chef du département de l’Industrie : « les hommes seront touchés dans leurs habitudes, dans leur routine, dans leur façon de travailler et de penser, dans leur mode de vie tout entier. Révolution indispensable et constructive17. ». Car si les étapes nécessaires à la fabrication du chocolat n’ont pas connu d’évolution majeure entre le XIXe siècle et aujourd’hui (Turgan, 1868 et Chocosuisse, 2001)18, les moyens de production et les tâches des chocolatiers ont considérablement changé. Tant les caractéristiques formelles des photographies, leur mise en scène, que les attitudes des protagonistes face au photographe suivent une évolution parallèle qui a comme conséquence un rapprochement toujours plus marqué de l’individu et du travail en train d’être accompli. Néanmoins, au-delà de la part de fiction qui touche à la propreté des ateliers et des tenues vestimentaires ou qui réside dans le mime du travail, d’autres éléments comme la mécanisation de la production, l’ergonomie des machines et les postures de travail, l’organisation des ateliers, les relations entre les ouvriers, participent à une redéfinition du métier de chocolatier perceptible sur les photographies documentaires. Elles révèlent certes un travail sans peine, sans salissures, propre et hygiénique mais, alors que la qualité est véhiculée, jusqu’au début du XXe siècle, par la quantité de la main-d’œuvre, elle passe ensuite par le progrès technique et la mécanisation à tous les niveaux de la production. Dès la seconde moitié du XXe siècle, l’ouvrier, face à sa machine, ne revêt plus qu’un rôle de superviseur de normes désormais atteintes sans la main de l’homme. Suchard en vient donc à constituer une documentation fictive sur la base d’images qui ont déjà basculé dans le champ publicitaire. Cette tendance est encore accentuée par des légendes dont l’importance traduit le scepticisme quant à la capacité de la photographie à être lisible par elle-même (Lugon, 2001 : 365). Dans le cas qui nous occupe, les légendes ont été rédigées en français et en allemand, après coup, probablement par des responsables des relations publiques, pour canaliser le regard. En effet, une grande unité de forme et de ton émane des différentes photographies. De tendance interprétative, les légendes donnent au reportage documentaire une résonance indiscutablement publicitaire. Au début ou à la fin de chacune d’elle, tel un slogan, la légende souligne par des lettres capitales « CHEZ SUCHARD ». Cette répétition s’avère nécessaire dans la mesure où les journaux qui relateront l’événement devront à leur tour choisir un petit échantillon, peut-être même une seule photographie, du corpus proposé par Suchard. Il faut donc qu’à tous les coups la légende fasse passer le message souhaité. En revanche les conséquences sociales des restructurations ne font l’objet d’aucune mention. La légende de la photographie n° 9, qui touche directement au magasin automatique, est bien plus longue que les autres. Suchard anticipe-t-elle le fait qu’il s’agit de la photographie qui sera probablement la plus reprise par la presse ?19 Les documents postérieurs nous permettent en effet de mesurer la portée médiatique de l’événement : « A la suite de l’inauguration du mois de septembre 1967, des articles plus ou moins longs ont été publiés dans plus de 120 journaux représentant un tirage de près de 3’500’000 exemplaires20. ». Qui plus est, 2142 visiteurs ont été dénombrés en rapport direct avec l’inauguration21.

Identité

20D’un point de vue interne, l’inauguration en question est mentionnée à deux reprises dans le journal Nous et notre travail destiné prioritairement aux employés. En octobre 1967, il est fait mention des journées ayant eu lieu le mois précédent et de celles qui jalonneront tout le mois de novembre. Trois photographies accompagnent cet article d’une page : une vue aérienne de la partie moderne du site de Serrières, un cliché de l’entrepôt automatique et un cliché de l’expédition. Ces trois éléments sont aussi présents dans le corpus à destination de la presse (n° 1, 9 et 10), dont le dossier est daté du 12 septembre 1967. Aucun cliché relatant des visites de septembre n’apparaît, pour des raisons de délais peut-être, ce qui conforte notre hypothèse de datation du documentaire en été, ou pour privilégier un article complet relatant l’ensemble de l’inauguration dans un numéro ultérieur. En effet, c’est ce qui se produit dans le bulletin de Noël 1967 dans un reportage très complet de onze pages. L’article à destination du personnel comporte trois pages d’explications techniques exposées par le directeur H. Rüedi, une page avec des figures schématisant la nouvelle organisation de la production sur le plateau de Tivoli. S’ensuivent sept pages entières de photographies dépourvues de légendes mais regroupées par journées (Tableau 2).

Tableau 2 : Photographies intégrées au bulletin Nous et notre travail lors de l’inauguration de l’entrepôt automatique en 1967.

Date

Journée

Nombre de photographies

12, 13 septembre

Journées officielles

7

29 septembre

Journée des représentants

9

7, 8, 9 novembre

Journées du personnel

19

14 novembre

Journée des retraités

8

21, 22 novembre

Journées des familles

16

29 novembre

Journée des fournisseurs

0

Fig. 6. Photographie n° 10, Expédition, F. Perret, 1967.

Fig. 6. Photographie n° 10, Expédition, F. Perret, 1967.

© Fonds Suchard, Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (Suisse).

21La prédominance du compte rendu de la journée du personnel s’explique par le fait que le journal leur est prioritairement destiné. Quant à la journée des familles, elle consacre aussi une page à des photographies de la crèche dans la mesure où les enfants ne sont acceptés dans la fabrique qu’à partir de dix ans révolus. La journée des fournisseurs n’est pas relatée dans le bulletin. A trois semaines de sa sortie, ce dernier est peut-être déjà bouclé. Le constat est identique aux clichés à destination de la presse, à savoir que le cadre de l’entrepôt automatique ne fait l’objet que d’une photographie. Dans le circuit de la visite, l’entrepôt est un endroit certes impressionnant mais plutôt sombre, exigu et réfrigéré. Il n’est donc pas propice à l’attardement du visiteur.  Le propos du journal rejoint celui du dossier de presse qui consiste à offrir un panorama de la production dont les aménagements antérieurs n’avaient pas donné lieu à une communication d’une telle ampleur.

Fig. 7 et 8. Journée officielle, 12 septembre 1967. Nous et notre travail, n° 95, 1967

Fig. 7 et 8. Journée officielle, 12 septembre 1967. Nous et notre travail, n° 95, 1967

© Fonds Suchard, Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (Suisse)

  • 22  Le fonds est déposé au Département audiovisuel de la Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds (...)

22De tailles et de formats très divers, toutes les photographies représentent des groupes de personnes, les visiteurs, ou des portraits isolés, généralement des directeurs. En jouant sur le cadrage, la luminosité et les contrastes, les perspectives et le mouvement, plusieurs images sont le fruit d’une recherche d’originalité malgré la contrainte des portraits.  La présence d’un homme ou d’une femme en blouse blanche, symbole de la détention du savoir théorique et technique de la production, est presque systématique (Cf. reproductions du journal Nous et notre travail, n° 95, 1967). En captant l’attention, elle joue le rôle de point de repère, tout autant dans l’atelier pour le visiteur de la fabrique que dans l’image pour le lecteur du journal. Ces clichés sont-ils exécutés par Fernand Perret ? Impossible de l’affirmer. Les années 1966 et 1967 sont représentées de manière lacunaire dans les archives écrites. Les procès-verbaux du Conseil d’administration et les rapports quadrimestriels de la direction, par définition très succincts, ne s’attardent pas sur les détails de l’organisation. Ce dont on peut tenir compte avec certitude, c’est qu’il n’est pas fait mention d’un photographe dans le bulletin, ce qui milite en faveur d’un travail réalisé à l’interne. Qui plus est, le fonds Perret, conservé de manière indépendante au fonds Suchard, ne révèle pas les photographies des visiteurs lors des journées d’inauguration22.

  • 23  AVN, ST 4438/5, PV Séance de Direction 1959-1963, n° 81, 22 juin 1960, p. 4.

23Toutefois, une comparaison peut être faite avec le dispositif mis en place pour l’inauguration de la nouvelle confiserie en 1960. Dans ce cas de figure, nous savons que Suchard, après réflexion, décide de renoncer aux reportages proposés par des journaux, à l’exception de la Feuille d’Avis de Neuchâtel, le journal local. L’incursion de journalistes n’est donc pas souhaitable à la diffusion de l’image qui passe probablement, comme dans le cas qui nous occupe, par la mise à disposition d’un dossier de presse à l’avance. Elle renonce aussi à inviter une agence photographique23. Le souci de l’entreprise de contrôler son image est clair. De dimension et d’enjeu comparables, on peut envisager un dispositif similaire pour l’inauguration de 1967.

Conclusion

  • 24  Musée d’Art et d’Histoire de la ville de Neuchâtel (MAHN), ST 2019.

24Où situer la photographie industrielle parmi la vaste palette de styles dont les frontières sont parfois artificiellement tracées par les théoriciens de la photographie ? La pratique de la recherche, au travers d’études de cas, révèle une grande perméabilité des styles perceptibles tout au long de l’histoire d’une même photographie. En ce sens, les photographies industrielles attestent du caractère « extensible, indéfini et flou » (Nesbit, 2001 : 401) du documentaire. De manière générale, industrie et photographie connaissent des développements simultanés et l’on peut considérer cette dernière comme une nouvelle énonciation de la société industrielle qui l’a vu naître (Brandt, 2009). Les clichés de l’inauguration de l’entrepôt se situent à un niveau singulier de cette énonciation dans le sens où Suchard se réfère aux codes du documentaire pour faire passer un discours publicitaire. L’oscillation entre document et publicité est en prise directe avec le temps : celui du travail du photographe, celui de la sélection par l’entreprise, celui de la perception par les employés ou par le public, le temps du classement et de l’oubli avant celui de l’exhumation et de la réutilisation par l’entreprise pour une commémoration. Deux exemples nous en font la démonstration. Premièrement, les clichés se trouvent tous, avec d’autres encore, dans un album conservé par ailleurs et intitulé « Photos intérieur fabriques »24. Ce classeur renferme des documents datés de 1954 à 1971. Ne respectant pas l’ordre chronologique des prises de vue, mais plutôt classé selon le photographe, il faut considérer que cet album a été conçu ultérieurement à l’inauguration du dépôt, probablement au début des années 1970. Deuxièmement, en 1976, Suchard célèbre son 150e anniversaire. Comme cela avait été le cas en 1926 puis en 1951, l’entreprise publie une plaquette anniversaire, cette fois-ci sous la forme d’un numéro spécial du journal Nous et notre travail. La rétrospective qui y est proposée présente deux photographies de l’entrepôt, à savoir celle réalisée pour la presse (n° 9), ainsi que la photographie de l’expédition (n° 10). Ces clichés sont reproduits dans le chapitre « hier », d’autres prises de vue plus contemporaines ayant supplanté leur modernité d’antan. La photographie comme argument de vente n’est pas l’apanage des journaux illustrés (Chermette, 2007). Elle apparaît de manière de plus en plus évidente dans la stratégie de communication de l’entreprise de la seconde moitié du XXe siècle dans le sillage du développement des relations publiques.

  • 25  AVN, ST 1469, Allocution prononcée par Gérard Bauer, Président du Conseil d’administration de Choc (...)
  • 26  Suchard SA, Nous et notre travail : bulletin Suchard, n° 95, 1967.

25Les photographies révèlent que la rationalisation recouvre un ensemble de mesures propres à améliorer, dans son ensemble, la productivité de l’entreprise25. L’homme n’est pas entièrement évacué des clichés mais il est souvent seul ou en petit groupe face à une machine multifonctionnelle voire un tableau de commande réglant plusieurs phases de la production. Stratégie productive et stratégie publicitaire se rencontrent surtout au niveau des légendes qui accompagnent les clichés, toutes axées sur la rationalisation mais n’évoquant jamais les conséquences sociales de l’automatisation. Il n’en demeure pas moins significatif de mentionner, comme pour contrebalancer tant de modernité, l’inauguration du Musée Suchard qui intervient le 17 novembre 1967 (Lafontant Vallotton, 2009), attestant le fait que Suchard « se veut dynamique, mais [que] cela ne l’empêche pas de rester fidèle à la tradition et de garder vivant le souvenir de son génial fondateur26 ». Le chevauchement des événements à l’automne 1967 n’est certainement pas une coïncidence. On a montré par ailleurs (Huguenin 2009 et Tissot à paraître) que l’entreprise navigue en permanence entre les deux pôles que sont la tradition et la modernité.

Haut de page

Bibliographie

Boillat Johann, à paraître, « Contrôler la dissidence: naissance et évolution du cartel horloger suisse (1931–1941) », in Margrit Müller, Heinrich-Richard Schmidt, Laurent Tissot (éd.), Marchés régulés : Corporations et cartels. Zurich, Chronos.

Brandt Christophe,  2009, « 1850-1880 : la photographie, nouvelle énonciation de la société industrielle » : 83-101, in Chantal Lafontant Vallotton (textes recueillis par), Vincent Callet-Molin (avec la coll. de), Le Monde selon Suchard. Hauterive, Gilles Attinger.

Chermette Myriam, 2007, « Le succès par l’image ? », Etudes photographiques, n°20, en ligne, http://etudesphotographiques.revues.org/index922.html Consulté le 08 septembre 2009.

Chocosuisse, 2001, Chocologie : l’industrie suisse du chocolat au passé et au présent. Berne, Chocosuisse.

Delhumeau Gwenaël, Jacques Gubler, Réjean Legault, et Cyrille Simonnet, 1993, Le Béton en représentation. La mémoire photographique de l’entreprise Hennebique (1890-1930), Paris, Hazan, Institut Français d’Architecture.

Huguenin Régis, 2006, « Voir le travail : les photographies d’ouvriers/-ères de l’entreprise Suchard de Neuchâtel-Serrières », Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier, 22 : 75-94.

_, 2009, « La culture d’entreprise ou le goût de la qualité » : 67-81, in Chantal Lafontant Vallotton (textes recueillis par), Vincent Callet-Molin (avec la coll. de), Le Monde selon Suchard. Hauterive, Gilles Attinger.

_, Hélène Pasquier, à paraître, « Suchard et son image : quels supports pour quels usages ? », in Robert Belot, Pierre Lamard (dir.), L’Image d’industrie et ses usages : histoire et iconographie.

Jordan Samuel, 2001, Chocolats Villars SA (1901-1954) : le parcours d'une entreprise atypique. Fribourg, Université de Fribourg.

Lafontant Vallotton Chantal, 2009, « De la fabrique au musée : la collection Suchard-Tobler », : 143-159, in Chantal Lafontant Vallotton (textes recueillis par), Vincent Callet-Molin (avec la coll. de), Le Monde selon Suchard. Hauterive, Gilles Attinger.

Lugon Olivier, 2001, Le Style documentaire : d’August Sander à Walker Evans, 1920-1945. Paris, Macula.

Michel Alain P., 2001, Les Images du travail à la chaîne dans les usines Renault de Boulogne-Billancourt (1917-1939). Une Analyse des sources visuelles : cinéma, photographies, plans d’implantation, thèse d’histoire des techniques de l’EHESS.

Nesbit Molly, 2001, « Le photographe et l’histoire : Eugène Atget » : 399-409, in Michel Frizot (dir.), Nouvelle histoire de la photographie. Paris, A. Biro.

Nussbaum Claire-Aline, et Laurent Tissot, 2005, Suchard. Entreprise familiale de chocolat 1826-1938. Naissance d’une multinationale suisse. Neuchâtel, Alphil.

Pasquier Hélène, 2008, Les Chocolats Suchard à Neuchâtel. Rapport intermédiaire sur l’image d’entreprise au travers des bâtiments, Fonds national suisse de la recherche scientifique n° 100011-116206. Neuchâtel, non publié.

Rouillé André, 2005, La Photographie : entre document et art contemporain. Paris, Gallimard.

Schmid Olivier, 1999, « Une fabrique modèle. Paternalisme et attitudes ouvrières dans une entreprise neuchâteloise de chocolats : Suchard (1870-1930) », Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier, 15 : 51-69.

Tenfelde Klaus, (éd.), 1994, Bilder von Krupp. Fotografie und Geschichte im Industriezeitalter, München, Beck.

Tissot Laurent, à paraître, « Suchard: a Swiss Chocolate Brand somewhere in between Traditionnal and Moderne Culture », in Brand and Image in the History of European Business, L.Segreto, H.Bonin (eds.), London, Wiley.

Turgan Julien, 1868, « Usine de Noisiel, fabrique du chocolat Ménier » : 97-128, in Julien Turgan, Les Grandes usines, tome 7. Paris, Michel Lévy

Haut de page

Notes

1  Le fonds photographique compte plus de 20 000 clichés dont une moitié consiste essentiellement en du matériel publicitaire datant de la seconde moitié du 20e siècle et consacré aux produits. Réalisées en studio, les prises de vues sont utilisées à des fins de composition d’affiches ou d’emballages. L’autre moitié regroupe de très nombreux sujets (principalement les ateliers, des vues extérieures des fabriques et des portraits de dirigeants), souvent présentés sous la forme d’albums couvrant la période de la fin du 19e siècle aux années 1980. Hormis la publicité, les photographies d’ateliers peuvent répondre à plusieurs objectifs comme le contrôle du travail, de la production ou de l’hygiène, la formation ou encore l’illustration de prescriptions de sécurité. Elles peuvent aussi être la marque du paternalisme utilisant l’image à des fins de cohésion interne et d’identité, ou encore le résultat d’une simple culture du souvenir (Huguenin, 2006, Huguenin et Pasquier, à paraître).

2  Par exemple Renault (Michel, 2001),  Krupp (Tenfelde, 1994), Hennebique (Delhumeau et al., 1993).

3  Pour la période la plus récente, les prises de vues sont confiées au photo-club, ingénieux moyen d’offrir une activité hors du cadre de travail pour les employés (dans la tradition paternaliste de l’entreprise) et de s’associer le service de photographes à moindre coût. Le « Photo-club » débute ses activités en 1975. Il joue le rôle de photographe officiel dès 1977.

4  De Jongh Frères ou Ph. et E. Link au tournant des 19e et 20e siècles, puis, à partir de la seconde moitié du 20e siècle, des photographes reconnus en Suisse comme Ernst Albrecht Heiniger, A. Pfister, Théo Frey, Hans Steiner, Yvan Dalain, Michel Auer ou les Neuchâtelois Fernand Perret, Jean-G. Jeanneret et Jean-Pierre Baillod. Les photographes locaux sont globalement sollicités de manière plus fréquente et sur des périodes plus étendues que ceux basés en Suisse alémanique ou à l’étranger.

5  La dissidence « regroupe les entreprises qui, du fait de leur non–adhésion, ne respectent pas les règles économiques fixées par le cartel » (Boillat, à paraître).

6  Archives de la Ville de Neuchâtel (AVN), ST 1469, Allocution de F. Bourquin, président du Conseil d’Etat neuchâtelois, chef du département de l’Industrie, 12 septembre 1967. Pour une plus grande concision ces archives seront notées AVN dans la suite de l’article.

7  Constat de H.C. Lichti de retour d’un voyage aux USA. Suchard SA, Nous et notre travail : bulletin Suchard, n° 21, 1949.

8  AVN, ST 4390, PV Séance du Conseil d’administration Chocolat Suchard SA 1953-1965, n° 103, 9 mars 1964, p. 430.

9  Suchard SA, Nous et notre travail : bulletin Suchard, n° 95, 1967.

10  AVN, ST 1469, Journée de la presse, 12 septembre 1967.

11  AVN, ST 4391, PV Séance du Conseil d’administration Chocolat Suchard SA 1966-1971, n° 117, 12 juillet 1967, p. 523.

12  AVN, ST 4391, PV Séance du Conseil d’administration Chocolat Suchard SA 1966-1971, n° 112, 12 juillet 1966, p. 495.

13  AVN, ST 4391, PV Séance du Conseil d’administration Chocolat Suchard SA 1966-1971, n° 117, 12 juillet 1967, p. 531.

14  Suchard SA, Nous et notre travail : bulletin Suchard, n° 95, 1967.

15  Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds, Fonds Fernand Perret.  http://cdf-bibliotheques.ne.ch/dav.asp/1-0-32270-8010-311-32-1/2-0-32270-8010-312-32-1/, consulté le 22 avril 2009.

16  AVN, ST 1469, « Quelques devoirs d’une gestion moderne », allocution de P. Kiefer, administrateur-délégué, 12 septembre 1967, p. 4.

17  AVN, ST 1469, Allocution de F. Bourquin, président du Conseil d’Etat neuchâtelois, chef du département de l’Industrie, p. 7.

18  Dans la seconde moitié du 19e siècle, Julien Turgan en énumère une quinzaine dans sa description de l’usine de Noisiel : nettoyage, triage, torréfaction, concassage, broyage, mélange, raffinage, étuve, malaxage, moulage, tapotage, refroidissement, démoulage, pliage, emballage, expédition. Les publications successives de Chocosuisse permettent de se rendre compte que ce procédé a peu évolué si ce n’est par l’invention du conchage par Rodolphe Lindt en 1879.

19  Pour s’en convaincre, il faudrait se plonger dans les articles rédigés pour l’occasion, ce qui dépasse le cadre de notre propos.

20  AVN, ST 2402/4, Rapports quadrimestriels Neuchâtel- Serrières 1965-1969, Rapport premier quadrimestre 1968.

21  AVN, ST 4391, PV Séance du Conseil d’administration Chocolat Suchard SA 1966-1971, n° 119, 19 décembre 1967, p. 544.

22  Le fonds est déposé au Département audiovisuel de la Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds (DAV).

23  AVN, ST 4438/5, PV Séance de Direction 1959-1963, n° 81, 22 juin 1960, p. 4.

24  Musée d’Art et d’Histoire de la ville de Neuchâtel (MAHN), ST 2019.

25  AVN, ST 1469, Allocution prononcée par Gérard Bauer, Président du Conseil d’administration de Chocolat Suchard SA, Serrières.

26  Suchard SA, Nous et notre travail : bulletin Suchard, n° 95, 1967.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Photographie n°1, Chocolat Suchard SA à Neuchâtel, Bänninger, 1967
Crédits © Fonds Suchard, Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (Suisse).
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/340/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 2. Photographie n° 9, Magasin automatique, F. Perret, 1967.
Crédits © Fonds Suchard, Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (Suisse).
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/340/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 3. Photographie n° 4, Tableau synoptique, F. Perret, 1967.
Crédits © Fonds Suchard, Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (Suisse).
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/340/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 4. Photographie n° 7, Moulage tablettes, F. Perret, 1967.
Crédits © Fonds Suchard, Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (Suisse).
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/340/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 5. Photographie n° 8, Emballage des pralinés, F. Perret, 1967.
Crédits © Fonds Suchard, Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (Suisse).
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/340/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 6. Photographie n° 10, Expédition, F. Perret, 1967.
Crédits © Fonds Suchard, Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (Suisse).
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/340/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 7 et 8. Journée officielle, 12 septembre 1967. Nous et notre travail, n° 95, 1967
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/340/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Crédits © Fonds Suchard, Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (Suisse)
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/340/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 9 et 10. Visite du personnel, 7-9 novembre 1967. Nous et notre travail, n° 95, 1967
Crédits © Fonds Suchard, Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel (Suisse).
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/340/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/340/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Régis Huguenin, « La photographie industrielle entre image documentaire et image publicitaire », Conserveries mémorielles [En ligne], #6 | 2009, mis en ligne le 26 décembre 2009, consulté le 29 juin 2017. URL : http://cm.revues.org/340

Haut de page

Auteur

Régis Huguenin

a obtenu une licence en lettres et sciences humaines à l’Université de Neuchâtel (Suisse) en 2005. Après un master de recherche en histoire industrielle à l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard, il prépare une thèse de doctorat, en cotutelle auprès de ces deux établissements, sur l’image de l’entreprise Suchard à travers sa production iconographique (affiches, photographies, films) dans le cadre d’une recherche financée par le Fonds national suisse de la recherche scientifique.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org