Navigation – Plan du site

Introduction

Vincent Auzas et Juliette Dutour

Texte intégral

1Dans un entretien accordé au magazine Lire intitulé « Une bibliothèque est un autoportrait1 », à l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage2, Alberto Manguel revient sur la relation qu’il entretient avec le livre, la lecture et la bibliothèque. En rappelant que « chaque lecture vaut parce que nous sommes vivants et que nous n’oublions pas le monde alentour », il place la lecture et les livres au cœur de la vie quotidienne de chacun, et propose d’envisager la possibilité que les livres puissent ouvrir à d’autres expériences que la lecture. C’est ce lien, très fort, entre la lecture et la vie, qu’exprime Manguel qui a retenu notre attention et que nous avons souhaité souligner dans ce nouveau numéro de la revue Conserveries mémorielles intitulé « La bibliothèque (auto)portrait ».

2Les articles qui composent ce numéro éclairent d’abord la place qu’occupent les livres et la bibliothèque dans la vie de bibliothécaires, d’écrivains, de chercheurs, de simples lecteurs, et même de téléspectateurs. Ils abordent le rapport à la fois collectif et individuel entretenu avec le savoir, qu’il s’agisse d’un rapport très intellectualisé, où la recherche d’un ordre et d’une cohérence entre les domaines du savoir prime3, ou d’un rapport émotionnel, amoureux, voire conflictuel, où c’est toute la complexité des relations humaines qui s’expriment à travers les relations que certains personnages, certaines époques et certaines sociétés entretiennent avec les livres4. Ces articles mettent aussi en lumière le potentiel à la fois romantique et dramatique de la bibliothèque en tant que personnage placé au centre d’une œuvre de fiction ou de l’œuvre d’une vie. Dans cette perspective, certains articles ne sont pas sans rappeler la démarche que Jean-Christophe Bailly adopte dans sa pièce de théâtre intitulée Une nuit à la bibliothèque5, qui met en scène une bibliothèque qui prend vie à la nuit tombée et où chaque livre s’incarne sous les traits de son héros.

3Un aspect de la bibliothèque en particulier n’a pas été traité directement : l’espace bâti de la bibliothèque, le lieu où celle-ci se déploie et s’organise ne constitue le sujet principal d’aucun des articles que nous publions. Le lieu est, pourtant, partout présent dans les articles qui suivent, mais son importance est toujours secondaire par rapport aux intrigues, aux rencontres et aux drames qui s’y jouent. S’il est vrai que, « fondamentalement, la bibliothèque donne corps et matérialité à une virtualité de savoirs6 », celle-ci, telle qu’elle apparaît dans « La bibliothèque (auto)portrait », ne s’enracine pas dans un lieu unique. Les livres y sont en mouvement, ils passent discrètement de main en main pour échapper à la censure ou, sur la décision de leur illustre propriétaire collectionneur ou écrivain, des collections entières déménagent, pour le suivre ou pour rencontrer des nouveaux lecteurs par l’intermédiaire d’une exposition publique.

4Aux quatorze articles qui constituent ce numéro de Conserveries mémorielles et qui explorent différentes facettes de la bibliothèque s’ajoutent deux documents artistiques. Afin de permettre au lecteur de mieux saisir les différents thèmes qui structurent ce numéro nous avons choisi de répartir les articles en quatre parties, et de regrouper les deux documents dans une section à part. A travers cette division ce sont différents regards portés sur la bibliothèque qui s’expriment, et qui permettent de saisir son caractère double, à la fois « espace social, identitaire, balisé » et « terrain d’une aventure individuelle7 ». Pourtant, si les auteurs ont choisi d’étudier la bibliothèque de manières très différentes, tous en ont abordé la question cruciale, celle de l’usage. Dans « La bibliothèque (auto) portrait », l’usage est ainsi abordé sous l’angle de l’utilisation, qu’elle soit publique ou privée, sous celui de l’accès, qu’il soit libre ou limité, ou encore de la réappropriation, qu’elle soit imaginaire ou historique. En cela, les auteurs touchent à une question essentielle qui se pose aujourd’hui avec une acuité nouvelle à la bibliothèque : quelle place occupe-t-elle dans la culture et la société contemporaines et quel avenir peut-elle s’imaginer?

5La bibliothèque est d’abord celle du lecteur qui, lecteur occasionnel, grand lecteur ou collectionneur possède, organise, et présente ses livres à un public d’amis, d’initiés ou de spécialistes. Dans le lecteur et sa bibliothèque on accède donc d’abord, à travers l’article de Géraldine Sfez, à l’univers des bibliothèques privées, qui incarne les multiples identités que leur propriétaire donne à voir à ses visiteurs. La contribution de Bérénice Waty offre une perspective sur ceux qu’elle nomme les « grands lecteurs », qui entretiennent des rapports particuliers avec les livres en tant qu’objets et véhicules de sens. Enfin, sur ce thème, Maud Hagelstein offre le portrait de la collection d’Aby Warburg, qui l’imaginait sous l’angle du savoir toujours en mouvement et qui, par conséquent, en changeait l’organisation à mesure que son volume augmentait.

6La bibliothèque, dès lors qu’elle ouvre ses portes à un public, obéit à des règles établies par un pouvoir, qui fait d’elle une institution plus ou moins valorisée. Dans son article, qui contribue à l’institution de la bibliothèque, Gaëlle Coqueugniot remonte à l’origine des bibliothèques, et met en valeur les étapes et les motivations politiques à l’œuvre dans la fondation de plusieurs bibliothèques de l’Antiquité grecque. Magali Croset retrace l’histoire de la bibliothèque du centre culturel Saint-Louis de France, qui, depuis sa création a dû continuellement négocier pour conjuguer ses exigences de laïcité avec celles de sa tutelle religieuse. L’article qu’Anouk Cohen consacre aux bibliothèques du Maroc s’interroge sur les vecteurs de transmission de la culture marocaine à travers une analyse comparée du rôle en la matière des bibliothèques publiques et privées.

7Mais une bibliothèque qui s’ouvre au public peut sembler dangereuse à certains pouvoirs qui décident alors d’en restreindre ou d’en interdire l’accès. C’est sur ce thème que porte la contribution de Daniela Mariucuta à la bibliothèque manipulée, et son analyse de la présence des livres de littérature française dans les bibliothèques roumaines sous le régime communiste illustre les stratagèmes mis en place pour empêcher le lecteur de lire certains ouvrages. Pierrette Lafond, quant à elle, déjoue et analyse les stratagèmes inverses, mis en place par les lecteurs – ecclésiastiques ou particuliers – pour lire les ouvrages mis à l’index et conservés dans la bibliothèque de Québec à la section Enfer.

8A la fois pour la matérialité de ses livres et sa valeur de symbole de savoir, la bibliothèque offre prise à la fiction et se trouve au centre d’œuvres diverses. Agnès Berbinau contribue ainsi à la bibliothèque dans l’œuvre avec un article sur Edith Wharton, dont le rapport passionné aux livres s’est traduit à la fois par leur insertion dans son œuvre littéraire et la constitution d’une collection privée. A travers les « livres pairs » d’Alfred Jarry, Julien Schuh montre comment des ouvrages qui n’ont apparemment aucun lien entre eux offrent un accès renouvelé à l’œuvre de l’auteur. A partir d’une analyse du célèbre ouvrage de Vercors, Nathalie Gibert-Joly place la bibliothèque du Silence de la mer, au cœur de l’histoire et de la Résistance. Tatjana Barazon explore le travail d’écrivains qui ont placé le livre au centre de leur œuvre pour en faire ressortir ses pouvoirs libérateurs sur les hommes. Fabienne Caray, quant à elle, tente de reconstituer la bibliothèque virtuelle présente dans l’œuvre de Robert Pinget et montre que si celle-ci n’apparaît pas explicitement dans l’œuvre littéraire, elle ne cesse d’y transparaître par le biais des références littéraires. La contribution de Vanessa Bertho montre que la bibliothèque peut être un personnage à part entière dans une série télévisée très populaire auprès des adolescents et qu’elle peut y incarner le lieu de l’action par excellence.

9Enfin, les bibliothèques étant des collections de livres matérialisées dans un espace, les documents qui terminent ce numéro offrent deux visions inédites de l’espace de la bibliothèque. Le premier, Frédéric Lebain, les photographie en ayant préalablement remplacé les ouvrages par des planchettes de bois, et il construit ainsi des images dont seul le titre laisse entendre qu’il y avait là, auparavant, un ensemble documentaire plus ou moins cohérent. L’entretien mené avec lui permet de mieux saisir sa démarche artistique et intellectuelle. Martha Rosler, quant à elle, encouragée par Anton Vidokle, déplace sa collection de 7800 ouvrages de Brooklyn à Paris, et l’installe temporairement, le temps d’une exposition un peu particulière où les visiteurs peuvent consulter ses ouvrages, dans la salle Roberto Longhi de la galerie Colbert de l’Institut national d’histoire de l’art. La vidéo que Patrick Guillot a réalisée lors de cette exposition offre un aperçu de cette bibliothèque voyageuse et ouverte au public.

Haut de page

Notes

1  Entretien de François Brusnel avec Alberto Manguel, « Une bibliothèque est un autoportrait », dans Lire, novembre 2004 [En ligne] http://www.lire.fr/entretien.asp?idC=47624&idR=201&idTC=4&idG= (Page consultée le 14/06/08).

2  Manguel, Alberto, Journal d’un lecteur, Arles, Actes Sud, 2004.

3  Ici on pourra rapprocher cette démarche de la manière dont Manguel construit son regard sur la bibliothèque en l’abordant successivement à travers chacune de ses dimensions, notamment spatiales, politiques et historiques : MANGUEL, Alberto, La bibliothèque, la nuit, Arles, Actes Sud, 2006.

4  Un peu à la manière dont Umberto Eco exprime son amour des bibliothèques en débutant sa conférence par une description de la pire des bibliothèques imaginables, pour mieux faire ressortir ensuite les caractéristiques de celle qu’il voudrait rencontrer plus souvent : ECO, Umberto, De bibliotheca, Caen, L’Échoppe, 1986.

5  Jean Christophe Bailly, Une nuit à la bibliothèque, Paris, Christian Bourgeois éditeur, 2005.

6  JACOB, Christian, « Rassembler la mémoire. Réflexions sur l’histoire des bibliothèques », Diogène, vol. 4, no 196, Presses universitaires de France, 2001, p.57.

7  JACOB, Christian, « Rassembler la mémoire. Réflexions sur l’histoire des bibliothèques », Diogène, vol. 4, no 196, Presses universitaires de France, 2001, p.58.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Auzas et Juliette Dutour, « Introduction », Conserveries mémorielles [En ligne], #5 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cm.revues.org/72

Haut de page

Auteurs

Vincent Auzas

est en doctorat d’Histoire, dans le cadre d’une cotutelle de thèse sous les directions des professeurs Henry Rousso (IHTP – Cnrs) à Paris et Bogumil Jewsiewicki (Chaire de recherche du Canada en histoire comparée de la mémoire – Université Laval) à Québec sur La Commémoration du 11 Novembre à Paris de 1919 à nos jours.

Articles du même auteur

Juliette Dutour

est en cotutelle de thèse France / Québec sous la double direction de Laurier Turgeon (Université Laval, Québec) et Dominique Poulot (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Paris). Sa thèse de doctorat d'histoire du patrimoine s'intitule La construction du patrimoine du Canada entre reconnaissance publique et valorisation touristique : le rôle de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada et des organismes de tourisme canadiens (1919-1956).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org