Skip to navigation – Site map

#9 | 2011
Les représentations du passé : entre mémoire et histoire

Edited by Mélissa S-Morin and Patrick-Michel Noël

Complémentaires et antagonistes, les relations entre histoire et mémoire en tant que représentations du passé sont une question à la fois épistémique, politique et éthique. Elles sont intimement liées à la connaissance et aux usages sociaux du passé. Si la question ne date pas d’hier, elle a pris une importance nouvelle depuis les trente dernières années avec l’irruption de la mémoire dans l’ensemble des sphères de la société générant une « commémorite » aiguë, une (sur)patrimonialisation du passé et surtout un appel à un devoir de mémoire court-circuitant les opérateurs critiques du travail de l’historien. La mémoire s’empare, au détriment de l’histoire, de la totalité de l’espace représentationnel du passé : elle se place devant l’histoire comme mode de gestion du passé.

La question des rapports entre histoire et mémoire ne peut se comprendre sans recourir au concept polysémique de représentation(s). Plus que tout autre philosophe de l’historiographie, Paul Ricœur a souligné que la notion de représentation(s) en histoire (et en sciences sociales) peut à la fois désigner la démarche du chercheur comme « moment méthodologique » – la « phase représentative » de l’opération historiographique qui se conjuguent avec celles de l’« archivation » et de l’« explication » –, être mobilisée dans sa référencialité comme source témoignant d’une réalité extralinguistique et finalement être saisie dans sa performativitécomme objet, notamment dans le cadre d’une histoire de la mémoire. Conjuguer la question des rapports entre histoire et mémoire aux ressources heuristiques du concept de représentation s’avère ainsi pertinent pour (ré)apprécier la nature complexe de ces rapports, question ayant fait coulé beaucoup d’encre depuis les vingt dernières années, mais qui est toutefois loin d’être épuisée, comme en témoignent les 14 contributions rassemblées dans ce numéro thématique. Allant d’essais théoriques à des études de cas empiriques, ces 14 textes mobilisent différentes approches et perspectives méthodologiques, sollicitent différents auteurs et choisissent différents espaces-temps pour interroger et thématiser les représentations du passé. Tour à tour sont examinés les enjeux historiographiques et théoriques que soulève la relation entre la représentation mémorielle et la représentation historienne du passé, la thématique du passé représenté via les média télévisuelles et cinématographiques, les musées et sites historiques, la question de l’histoire de la mémoire et les autobiographies et les souvenirs personnels comme vecteur représentationnel et mémoriel.

  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org