Navigation – Plan du site
1. Moment mémoriel et enjeux disciplinaires

« Je m’y promenais donc avec Dickens » L’influence des représentations littéraires sur la mémoire collective dans la théorie de Halbwachs

Florence Tilch

Résumés

L’étude de sources relevant du domaine de la fiction, notamment de textes littéraires, constitue un moyen particulièrement intéressant de saisir les représentations qu’une communauté cultive de son passé. Néanmoins, une réflexion sur la question de savoir comment ces sources peuvent être intégrées et conceptualisées dans le cadre d’une analyse des processus de la construction d’une mémoire collective doit précéder tout recours à des œuvres littéraires.

Maurice Halbwachs a été le premier à penser les conditions et les conséquences du phénomène de la mémoire collective de manière systématique. Cet article propose de partir des travaux du sociologue français et de voir dans quelle mesure ils peuvent encore constituer une base féconde pour amorcer une réflexion sur le rôle que jouent les représentations littéraires au sein d’une mémoire collective.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  « Gründungsvater » (Assmann, 2002 : 7). Les traductions des expressions et des citations allemande (...)

1Aucune théorie de la mémoire collective ne peut aujourd’hui se passer d’une référence aux travaux – « oubliés » après la Seconde Guerre mondiale – du « père fondateur »1 des études dans ce domaine, Maurice Halbwachs. Son œuvre exerce toujours une influence considérable sur la recherche contemporaine touchant à la mémoire socio-culturelle. Halbwachs a été le premier à réfléchir sur les conditions et les conséquences du phénomène de la mémoire collective de manière systématique. Toute analyse de représentations littéraires dans le cadre d’une mémoire culturelle se doit donc de prendre en considération les hypothèses du sociologue français et de revoir dans quelle mesure elles peuvent constituer une base féconde pour développer des conceptions mémorielles de la littérature.

  • 2  Le troisième livre de Halbwachs, La Topographie légendaire des Évangiles en Terre Sainte (1941), c (...)

2Maurice Halbwachs met au point sa notion de la mémoire collective dans trois ouvrages. Dans Les Cadres sociaux de la mémoire, publié en 1925, il essaie de démontrer le caractère social de toute mémoire. À l’encontre de ses contemporains, notamment d’Henri Bergson et de Sigmund Freud qui conçoivent la mémoire comme un procédé purement individuel, Halbwachs affirme que toute mémoire, aussi personnelle qu’elle soit, est un phénomène social. Il développe sa théorie dans La Mémoire collective, livre sur lequel il travaille pendant 15 ans et dans lequel il prend en considération la critique de sa première publication venant entre autres de ses collègues Charles Blondel et Marc Bloch. Il sera publié posthume et incomplet en 19502.

3La contribution de procédés esthétiques à des activités mémorielles et à des constructions identitaires est devenue récemment l’objet de recherches importantes et controversées. Certaines théories se basent sur l’hypothèse que ce sont des moyens esthétiques qui donnent forme à la mémoire autobiographique, individuelle ainsi qu’à la mémoire culturelle de communautés. (Erll, Gymnich et Nünning, 2003 : iii-x). Parmi ces procédés esthétiques, la littérature occupe une place prépondérante. Renate Lachmann va jusqu’à dire qu’elle est un art mnémonique par excellence par le fait qu’elle fonde une mémoire pour une culture ; qu’elle enregistre la mémoire d’une culture ; qu’elle constitue un acte de mémoire ; qu’elle s’inscrit dans un espace de mémoire qui consiste de textes ; qu’elle esquisse un espace de mémoire dans lequel des textes antérieurs sont intégrés par des étapes de transformation (Lachmann, 1990 : 36).

4Les liens multiples entre littérature et mémoire que cette affirmation implique ont été traités dans de nombreux travaux, notamment dans Les Lieux de mémoire (1984-1992) de Pierre Nora ainsi que dans les études de Jan et Aleida Assmann (1999 ; 1987) sur la mémoire collective et culturelle. Certaines maisons de publication ont même réservé des séries entières à cette thématique, entre autres les « Routledge Studies in Memory and Narrative »(depuis 1998), « Literature as Cultural Memory » de Rodopi (2000) et de la maison de Gruyter : « Media and Cultural Memory ». Dans le domaine des études littéraires, des collections intéressantes ont également vu le jour (Caldicott et Fuchs, 2000 ; Kalaga et Rachwal, 1999 ; Bal, Crewe et Spitzer, 1999 ; Nünning, Gymnich et Sommer, 2006).

5Devant cette production importante de textes qui présuppose un lien fort entre mémoire et littérature, un retour « aux sources » et à une question élémentaire s’impose, celle de savoir de quelle manière société, individu, mémoire et littérature sont effectivement liés. Rien ne paraît plus pertinent que d’interroger l’œuvre du fondateur des études sur la mémoire collective pour nourrir la réflexion sur ce lien : quelle place Maurice Halbwachs accorde-t-il à la littérature dans sa pensée ? Dans quelle mesure, plus d’un demi-siècle après la parution de La Mémoire collective, ses idées peuvent-elles être élargies et appliquées à l’analyse de la dimension mémorielle du système littéraire ?

6Pour pouvoir répondre à ces interrogations, il est incontournable de revoir les concepts clés de la pensée de Halbwachs. Ce qu’il entend exactement par la mémoire collective et les cadres sociaux détermine fondamentalement sa vision du rôle qu’une œuvre littéraire joue dans toute mémoire. Ensuite, nous passerons à l’analyse des passages où Halbwachs a recours à la littérature pour soutenir ses thèses. Les réflexions sur le changement de compréhension d’une œuvre littéraire au cours de la vie, tout comme la description de sa promenade à Londres, méritent une attention particulière. Dans une dernière partie, nous proposerons d’évaluer l’actualité des thèses du sociologue : dans le débat littéraire contemporain, les approches narratives de la mémoire, l’analyse des capacités propres à la fiction de « créer des mondes » (worldmaking, Goodman, 1978) et la « production » du texte par le lecteur sont particulièrement importantes. En toute conscience de la tentation de l’anachronisme, de l’attribution de concepts que l’auteur ne pouvait pas avoir connu à son époque, l’étude des textes de Halbwachs sera surtout intéressante pour entreprendre de penser la partie sociale dans le système littéraire.

Cadres et mémoires : concepts clés de la pensée de Halbwachs

Les « cadres sociaux » de la mémoire et le caractère collectif de la mémoire individuelle

7Pour Halbwachs, le recours à des cadres sociaux est une condition indispensable de toute mémoire individuelle. L’examen du rêve et des « images-souvenirs » dans le premier chapitre des Cadres sociaux de la mémoire lui permet déjà de déduire la conclusion suivante :

Tout souvenir, si personnel soit-il, même ceux des évènements dont nous seuls avons été témoins, même ceux de pensées et de sentiments inexprimés, est en rapport avec tout un ensemble de notions que beaucoup d’autres que nous possèdent, avec des personnes, des groupes, des lieux, des dates, des mots et formes du langage, avec des raisonnements aussi et des idées, c’est-à-dire avec toute la vie matérielle et morale des sociétés dont nous faisons ou dont nous avons fait partie. […] C’est que […] nos souvenirs s’appuient sur ceux de tous les autres, et sur les grands cadres de la mémoire de la société. (Halbwachs, 1994 : 38-39)

8Que sont donc exactement ces « grands cadres » qui constituent un pilier fondamental de la conception de la mémoire chez Halbwachs ?

9Les cadres sociaux sont d’abord les hommes qui nous entourent. Le fait de partir de ce constat représente un changement paradigmatique considérable dans la recherche sur la mémoire. Cette position représente alors une critique de l’isolement des personnes lors de l’étude de la mémoire dans la tradition de Bergson et de Freud. Halbwachs entend démontrer à leur encontre que la mémoire individuelle ne peut pas être pensée en dehors de la société. En tant qu’être social, l’individu a besoin des autres pour accéder non seulement à des systèmes collectifs comme la langue ou les traditions, mais aussi pour accéder à sa propre mémoire.

10Ceci est en premier lieu dû au fait que, la plupart du temps, nous vivons nos expériences entourés d’autres personnes. Plus tard, celles-ci peuvent nous aider à nous souvenir de ce que nous avons vécu avec elles :

[C]’est dans la société que, normalement, l’homme acquiert ses souvenirs, qu’il se les rappelle, et, comme on dit, qu’il les reconnaît et les localise. Le plus souvent, si je me souviens, c’est que les autres m’incitent à me souvenir, que leur mémoire vient au secours de la mienne, que la mienne s’appuie sur la leur. C’est en ce sens qu’il existerait une mémoire collective et des cadres sociaux de la mémoire, et c’est dans la mesure où notre pensée individuelle se replace dans ces cadres et participe à cette mémoire qu’elle serait capable de se souvenir. (Halbwachs, 1994 : VI)

11Mais plus important que la présence d’autres personnes lors d’un événement et lors de son rappel est le fait qu’en communiquant avec d’autres, nous partageons la connaissance de dates, de faits et de conceptions sur le temps et l’espace. Grâce à notre appartenance à un groupe social et ainsi à un ordre symbolique collectif, nous pouvons localiser, interpréter et nous souvenir de certains événements. Les cadres sociaux au sens littéral impliquent alors l’existence de cadres sociaux au sens métaphorique qui s’apparentent à des schémas de pensée, à un horizon d’attente, à une « structure unifiant une pensée » (Namer, 1994 : 323) dirigeant notre perception et notre réflexion.

12Pour Halbwachs, une des structures les plus essentielles est le langage. De son étude des problèmes de l’aphasie, il déduit que le langage n’est pas simplement un instrument de notre pensée, mais qu’il conditionne l’ensemble de nos fonctions intellectuelles (Halbwachs, 1994 : 68). Cette argumentation lui permet de constater que les cadres sociaux sont non seulement des facteurs déterminant notre perception et notre souvenir, mais qu’» il n’y a pas de mémoire possible en dehors des cadres dont les hommes vivant en société se servent pour fixer et retrouver leurs souvenirs » (1994 : 79).

13Lorsque l’auteur explore le problème de la localisation des souvenirs, il élargit sa conception de cadre social :

Par cadre de mémoire nous entendons, non pas seulement l’ensemble des notions qu’à chaque moment nous pouvons apercevoir, parce qu’elles se trouvent plus ou moins dans le champ de notre conscience, mais toutes celles où l’on parvient en partant de celles-ci, par une opération de l’esprit analogue au simple raisonnement. (1994 : 129)

14En outre, il suppose le caractère dynamique des cadres qui sont en interdépendance avec nos perceptions. Ceci explique pourquoi, selon les préoccupations actuelles du groupe, les cadres peuvent évoluer et avec eux nos souvenirs changer.

Chaque fois que nous replaçons une de nos impressions dans le cadre de nos idées actuelles, le cadre transforme l’impression, mais l’impression, à son tour, modifie le cadre. C’est un moment nouveau, un lieu nouveau, qui s’ajoute à notre temps, à notre espace, c’est un aspect nouveau de notre groupe, qui nous le fait voir sous un autre jour. D’où un travail de réadaptation perpétuel, qui nous oblige, à l’occasion de chaque événement, à revenir sur l’ensemble de notions élaborées à l’occasion des évènements antérieurs. (Halbwachs, 1994 : 135)

15Non seulement les cadres évoluent, mais différents cadres sont interdépendants et peuvent s’influencer. Le cadre de la mémoire familiale est un objet d’étude auquel Halbwachs aura recours à plusieurs reprises et qui lui permet de démontrer le fonctionnement de la mémoire dans le contexte de l’entourage d’un individu et de l’interaction qui la conditionne. Chaque famille a ses propres notions constituant un cadre dans lequel tout nouveau membre est plongé lors de son entrée dans le groupe, permettant à celui-ci de reconstruire l’image de personnes et d’événements passés. Les différentes familles s’influencent de manière réciproque, mais elles sont aussi affectées par des groupements sociaux d’un autre ordre (Halbwachs, 1994 : 177). Cet enchevêtrement de cadres peut compliquer la tâche de la localisation de souvenirs. Reste que les cadres sociaux sont à la base de tout processus mémoriel :

[L]es cadres de la mémoire collective enferment et rattachent les uns aux autres nos souvenirs les plus intimes. Il n’est pas nécessaire que le groupe les connaisse. Il suffit que nous ne puissions les envisager autrement que du dehors, c’est-à-dire en nous mettant à la place des autres, et que, pour les retrouver, nous devions suivre la même marche qu’à notre place ils auraient suivie. (Halbwachs, 1994 : 144-145)

16Cette large notion de cadre social en tant qu’entourage immédiat et système de pensée conditionnant notre perception, nous permettant de reconstituer nos souvenirs, indique déjà l’étendue de la signification qu’Halbwachs attribue au concept de mémoire collective.

17La nécessité de recourir à des cadres sociaux pour reconstruire des souvenirs entraîne nécessairement le caractère social de toute mémoire individuelle, même celle des souvenirs les plus intimes. C’est aussi cette partie collective du souvenir individuel que Halbwachs qualifie de « mémoire collective ». Selon le sociologue, même en absence physique de notre entourage, nous ne sommes jamais séparés de celui-ci :

Mais nos souvenirs demeurent collectifs, et ils nous sont rappelés par les autres, alors même s’il s’agit d’événements auxquels nous seuls avons été mêlés, et d’objets que nous seuls avons vus. C’est qu’en réalité nous ne sommes jamais seuls. Il n’est pas nécessaire que d’autres hommes soient là, qui se distinguent matériellement de nous : car nous portons toujours avec nous et en nous une quantité de personnes qui ne se confondent pas. (1950 : 2)

18De fait, ce que Halbwachs décrit ici comme présence immatérielle du groupe dans La Mémoire collective, n’est rien d’autre qu’une paraphrase de ce qu’il avait compris par cadre social dans son premier ouvrage sur le sujet. La logique est restée identique : pour pouvoir se rappeler ses souvenirs, il faut être resté lié avec le groupe, être « rest[é] capabl[e] de nous identifier avec lui et de confondre notre passé avec le sien » (1950 : 6). Sinon, le détachement du groupe pourrait entraîner l’oubli ou plus précisément la perte de la capacité de reconstruire un événement ou l’image d’une personne.

19Tout au long de ces deux textes, Halbwachs démontre dans quelle mesure une mémoire purement individuelle est impossible. Cette mémoire collective de l’individu est en situation de dépendance réciproque avec une mémoire collective des groupes, telles que la famille, la communauté religieuse et les classes sociales, comme il le démontre dans la deuxième partie des Cadres sociaux de la mémoire. Le passage d’une conception de mémoire collective à une autre relève pour Halbwachs d’une logique incontestable :

À présent que nous avons reconnu à quel point l’individu est, à cet égard la reconstruction de souvenirs comme à tant d’autres, dans la dépendance de la société, il est naturel que nous considérions le groupe lui-même comme capable de se souvenir, et que nous attribuions une mémoire à la famille, par exemple, aussi bien qu’à tout autre ensemble collectif. (1994 : 146)

Tradition et transmission dans la mémoire collective d’un groupe

20La famille est une communauté qui possède à bien des égards les attributs relatifs au fonctionnement d’une mémoire. Nous entrons dans ce groupe par naissance ou par mariage, par exemple, et nous nous trouvons confrontés à un ensemble de « règles et coutumes qui ne dépendent pas de nous, et qui existaient avant nous, qui fixent notre place » (Halbwachs, 1994 : 147).

21La famille est le lieu d’une mémoire intergénérationnelle typique : les membres n’ont peut-être pas vécu un certain événement, mais par des récits de la part de témoins, ils participent à cette mémoire et sont habitués aux coutumes du groupement. Ce sont notamment les grands-parents qui s’adressent aux enfants et leur racontent « l’écho des traditions presque disparus » (Halbwachs, 1994 : 171). Une mémoire collective familiale se constitue donc par l’interaction sociale et la communication orale, par l’évocation répétée du passé.

22La sélection d’événements remémorés n’est pas aléatoire. Halbwachs observe que ceux-ci sont retenus parce qu’ils sont porteurs d’un sens plus large :

Bien qu’ils aient une date, nous pourrions en réalité les déplacer le long de la ligne du temps sans les modifier : ils se sont grossis de ce qui précède, et ils sont déjà gros de tout ce qui suit. À mesure qu’on s’y reporte plus souvent, qu’on y réfléchit davantage, loin de se simplifier, ils concentrent en eux plus de réalité, parce qu’ils sont au point de convergence d’un plus grand nombre de réflexions. Ainsi, dans le cadre de la mémoire familiale, ce sont bien des figures et des faits qui font office de points de repère ; mais chacune de ces figures exprime tout un caractère, chacun de ces faits résume toute une période de la vie du groupe ; ce sont à la fois des images et des notions. (1994 : 153)

  • 3  Différenciation qui sera reprise plus tard par Pierre Nora dans les Lieux de mémoire, lequel paraî (...)

23Le caractère commun à ces repères est approfondi dans La Mémoire collective lors de l’opposition que Halbwachs établit entre mémoire et histoire3. La mémoire collective retiendrait surtout des constances, les similitudes entre le groupe de hier et celui d’aujourd’hui pour montrer qu’au fond, il est resté le même. Sa fonction centrale est de « perpétuer les sentiments et les images qui forment la substance de sa pensée » (Halbwachs, 1950 : 77), donc celle de constituer et de préserver une identité dans le temps en vue « d’assurer sa cohésion et de garantir sa continuité » (Halbwachs, 1994 : 177). Les besoins actuels du groupe sont à l’origine du caractère sélectif et constructif de la mémoire collective, susceptible d’altérer la véracité d’un souvenir qui devient alors dans une très large mesure une reconstruction du passé à l’aide de données empruntées au présent, et préparée d’ailleurs par d’autres reconstructions faites à des époques antérieures et d’où l’image d’autrefois est sortie déjà bien altérée (Halbwachs, 1950 : 57). Cela peut mener à des inexactitudes du souvenir ou même à l’ajout d’éléments fictifs (Halbwachs, 1950 : 5).

  • 4   Cette distinction est aujourd’hui très controversée. Voir entre autres Assmann, 1992 : 45.

24La construction de la mémoire collective est ce qui la distingue fondamentalement de l’histoire, explique Halbwachs. Selon lui, l’histoire commence là où s’éteint la mémoire collective, car « [t]ant qu’un souvenir existe, il est inutile de le fixer par écrit, ni même de le fixer purement et simplement » (1950 : 69). Contrairement à la mémoire, l’histoire s’intéresse aux « différences et aux oppositions » (Halbwachs, 1950 : 72). Un événement a la valeur, l’intérêt d’un autre, car l’histoire « se place hors des groupes et au-dessus d’eux » (Halbwachs, 1950 : 71). La mémoire collective est, au contraire, pour Halbwachs le « groupe vu du dedans » (1950 : 78)4. Ceci ne veut pas dire qu’elle soit repliée sur elle-même. L’interaction avec d’autres groupes joue même un rôle important dans la constitution de la mémoire collective d’une communauté :

Durant toute notre vie, nous sommes engagés, en même temps que dans notre famille, dans d’autres groupes. Nous étendons notre mémoire familiale de façon à y faire entrer les souvenirs de notre vie mondaine, par exemple. Ou bien nous replaçons nos souvenirs familiaux dans les cadres où notre société retrouve son passé. Cela équivaut à considérer notre famille du point de vue des autres groupes, ou l’inverse, et à combiner, en même temps que nos souvenirs, les façons de penser propres à celle-là et à ceux-ci. (Halbwachs, 1994 : 175)

25Un groupe comme la famille développe alors ses règles et ses traditions dans le cadre de la société, « puisqu’elles en émanent et qu’elles continuent à régler ses rapports avec elle » (Halbwachs, 1994 : 177). La combinaison de différents groupes auxquels un individu appartient détermine alors sa propre mémoire. L’interdépendance entre mémoire individuelle et mémoire collective pourrait alors être défini comme suit :

Nous dirions volontiers que chaque mémoire individuelle est un point de vue sur la mémoire collective, que ce point de vue change suivant la place que j’y occupe, et que cette place elle-même change suivant les relations que j’entretiens avec d’autres milieux. (Halbwachs, 1950 : 33)

26La conception de la mémoire collective chez Halbwachs se démarque par un champ d’application très large. Ceci a pour conséquence d’émousser cette notion, mais également de la rendre applicable à de nombreux domaines : sa théorie du caractère social de la mémoire individuelle est toujours intéressante dans le cadre psychologie sociale. L’histoire orale est concernée par ses réflexions sur la mémoire générationnelle et, enfin, le transfert de connaissances culturelles a été traité plus amplement dans des théories de mémoire culturelle, entre autres par Jan et Aleida Assmann.

27Dans cette sphère vaste couverte par le concept de mémoire collective halbwachsienne, où pourrait-on situer l’œuvre littéraire ? La littérature peut-elle toujours jouer un rôle au sein de la mémoire collective malgré son caractère fondamentalement oral ?

L’œuvre littéraire dans la pensée de Halbwachs : entre cadre et médium de la mémoire

Contextualiser la lecture

28À plusieurs reprises, Halbwachs se sert d’exemples empruntés au domaine littéraire pour démontrer sa pensée. Souvent, il se sert d’écrits autobiographiques d’auteurs pour analyser leur façon de reconstituer le passé. Dans un des exemples les plus intéressants pour ce travail, il recourt à un genre, celui du livre d’enfant, pour soutenir sa théorie sur les cadres sociaux de la mémoire.

29Halbwachs observe que, lorsqu’il relit un livre de son enfance, il a l’impression d’avoir devant lui un livre nouveau. Des détails qu’il était sûr de retrouver manquent, par contre, il en rencontre d’autres :

Tout se passe comme lorsque un objet est vu sous un angle différent, ou lorsqu’il est autrement éclairé : la distribution nouvelle des ombres et de la lumière change à ce point les valeurs des parties que, tout en les reconnaissant, nous ne pouvons dire qu’elles soient restées ce qu’elles étaient. (1994 : 84)

30Selon le sociologue, c’est que les centres d’intérêt de l’enfant diffèrent totalement de ceux des adultes. Tandis que les enfants s’émerveillent devant les phénomènes de la nature, les adultes cherchent le traitement d’aspects du monde social. L’enfant, suppose Halbwachs, a ses propres cadres. Si nous sommes incapables de retrouver la lecture d’autrefois, c’est que nous possédons un « ensemble […] d’idées actuelles, en particulier sur la société mais aussi sur les faits de la nature » (1994 : 86). De plus, nous ne savons pas quelles ont été les idées que nous possédions lors du moment de la première lecture : « Il ne suffit pas d’oublier tout ce que nous avons appris depuis : mais il faudrait connaître exactement ce que nous savions alors » (1994 : 88).

31Halbwachs considère ce phénomène comme la preuve d’une de ses thèses centrales, à savoir que les souvenirs ne subsistent pas. Au contraire, ils sont reproduits par des moyens que l’individu puise dans son entourage. S’il n’y parvient pas, c’est que ces moyens sont insuffisants (Halbwachs, 1994 : 92). En outre, cet argumentaire permet à Halbwachs de déterminer la nature de ces cadres sociaux qui seraient eux aussi « fait[s] de souvenirs » (1994 : 98).

32Moment clef dans sa théorie sur la mémoire individuelle et collective, cet argumentaire nous intéresse particulièrement parce qu’il met en évidence l’importance du contexte de la lecture d’une œuvre littéraire. Le texte n’est pas muni d’un sens qu’il suffirait d’extraire lors du processus de lecture. Par ailleurs, l’intention de l’auteur n’est pas séparable de la connaissance de son public : l’auteur de livres d’enfants, par exemple, « s’il sait son métier, il conduit insensiblement son lecteur de ce qu’il connaît à ce qu’il ne connaît pas » (Halbwachs, 1994 : 84).

33Ce sont donc deux facteurs qui ont pour conséquence qu’un texte est fondamentalement « ancré » dans un contexte déterminé par des aspects très divers. Si un seul livre peut être lu de façons quasi-infinies au cours d’une vie, alors un même livre peut être perçu très différemment par une personne d’une situation sociale, d’une époque ou d’un horizon culturel différents. Nous verrons plus loin dans quelle mesure ce constat, qui semble aujourd’hui aller de soi, prend une importance considérable lors d’une réflexion sur le lien entre littérature et mémoire.

La promenade avec Dickens : lecteur et auteur comme groupe de communication

34De manière explicite, Halbwachs aborde la question de l’influence de la littérature sur la mémoire seulement dans le récit de sa promenade à Londres qu’il fait dans La Mémoire collective. Il s’imagine d’abord une promenade dans la ville avec ses différents amis. Dépendant des intérêts et de la profession de cet ami, la perception de Londres sera différente :

Tantôt c’est avec un architecte, qui attire mon attention sur les édifices, leurs proportions, leur disposition. Tantôt c’est un historien : j’apprends que cette rue a été tracée à telle époque, que cette maison a vu naître un homme connu, qu’il s’est passé, ici ou là, des incidents notables. Avec un peintre, je suis sensible à la tonalité des parcs, à la ligne des palais, des églises, aux jeux de la lumière et l’ombre sur les murs et les façades de Westminster, du Temple, sur la Tamise. Un commerçant, un homme d’affaires m’entraîne dans les voies populeuses de la Cité, m’arrête devant les boutiques, les librairies, les grands magasins. (Halbwachs, 1950 : 2)

35Il suffit d’avoir abordé ces aspects de la ville avec les amis avant la visite pour que la perception s’en trouve altérée. De plus, la lecture de guides, de descriptions, l’étude de plans a le même effet. Nous sommes seuls lors de la promenade qu’en « apparence » : « À tous ces moments, dans toutes ces circonstances, je ne puis dire que j’étais seul, que je réfléchissais seul, puisqu’en pensée je me replaçais dans tel ou tel groupe […] » (Halbwachs, 1950 : 3).

36Ainsi, lorsqu’il se rappelle certains romans de Charles Dickens, lus au cours de son enfance, Halbwachs conclut : « je m’y promenais donc avec Dickens » (1950 : 3). Le sociologue forme alors un groupe avec l’auteur, partage avec lui ses impressions et a recours à lui plus tard pour retrouver ses souvenirs :

D’autres hommes ont eu ces souvenirs en commun avec moi. Bien plus, ils m’aident à me les rappeler : pour mieux me souvenir, je me tourne vers eux, j’adopte momentanément leur point de vue, je rentre dans leur groupe, dont je continue à faire partie, puisque j’en subis encore l’impulsion et que je retrouve en moi bien des idées et façons de penser où je ne me serais pas élevé tout seul, et par lesquelles je demeure en contact avec eux. (Halbwachs, 1950 : 3)

37Encore une fois, Halbwachs aspire à démontrer que la perception et la mémoire sont conditionnées par des cadres sociaux et que ces cadres sont le résultat d’une communication et d’une interaction entre individus et groupes sociaux. L’image, l’écriture ne sont que les médiums par lesquels le flâneur établit un lien avec ces groupes en partageant leur point de vue temporairement. La littérature paraît alors comme un de ces médiums desquels se déduisent des cadres sociaux. Elle fait partie des procédés complexes liés à la mémoire collective : la perception de la ville nous rappelle une œuvre littéraire et la lecture de cette œuvre conditionne à son tour la perception de la ville.

38Il est particulier que Halbwachs range Dickens à côté d’autres acteurs, sans se soucier que l’histoire qu’il nous raconte est de nature fictive, tout autant que le narrateur qui nous la présente. L’auteur de fiction remplit la même fonction que ferait un architecte ou commerçant. De manière similaire, la littérature est mise sur un même plan que l’art figuratif ou des plans de ville. En effet, la fiction peut se mélanger à des faits réels au sein de la mémoire, à un point qu’il est impossible de les dissocier plus tard. Ce nivellement entre fiction et réalité est pratiqué par Halbwachs à un autre moment pour souligner le caractère constructif des souvenirs et du flou existant entre souvenir et oubli. Il s’agit de sa première journée au lycée :

Je ne puis […] pas dire que je me souvienne de cette rentrée, mais je ne puis dire non plus que je ne m’en souvienne pas. […] D’abord, j’ai lu, depuis, un certain nombre de récits, réels ou fictifs, où l’on décrit les impressions d’un enfant qui entre pour la première fois dans une classe. Il se peut très bien que, quand je les ai lus, le souvenir personnel que je gardais de semblables impressions se soit fondu avec la description du livre. Je me rappelle ces descriptions, et c’est peut-être en elles que se trouve conservée et que je ressaisis sans le savoir tout ce qui subsiste de mon impression ainsi transposée. (Halbwachs, 1950 : 59)

39Dans le processus de constitution de la mémoire, il se peut qu’» à quelques souvenirs réels s’ajoute ainsi une masse compacte de souvenirs fictifs » (Halbwachs, 1950 : 5). Plus important alors que la véracité d’un détail est sa compatibilité avec d’autres au sein des cadres sociaux.

40Considérée ainsi, faisant partie de la communication sociale en tant que médium duquel se déduisent des cadres sociaux, la littérature joue un rôle au sein de la mémoire collective dans la pensée de Halbwachs. Elle peut exercer une influence sur la perception et le souvenir d’éléments de la réalité extra-littéraire. Cette observation de Halbwachs est toujours d’actualité. D’autres penseurs constatent le même phénomène auquel ils appliquent un vocabulaire différent. Paul Fussell, par exemple, parle de « paradigmes culturels ». Ceux-ci sont constitués de systèmes d’attentes ou de conventions qui déterminent en grande partie ce qui, des phénomènes objectifs, percera jusqu’à l’expérience de l’individu (1980 : 175-187).

41Si la théorie de Halbwachs est loin d’autres réflexions contemporaines sur le lien entre mémoire et littérature, c’est essentiellement dû au caractère communicatif des processus mémoriels dans son œuvre. Jan Assmann a raison lorsqu’il constate qu’à aucun moment, Halbwachs traite de manière systématique et cohérente du rôle que l’écriture joue dans le cadre de la constitution d’une mémoire collective (1992 : 45). Le fait de mettre sur un même plan fiction et « réalité » permet de relever un des rôles que la littérature peut jouer au sein de toute mémoire. Il empêche toutefois de voir les capacités d’innovation particulières que possèdent les œuvres littéraires. Par ailleurs, même s’il étudie l’importance du langage pour la perception et la reconstruction de souvenirs, il ne perce pas jusqu’à un principe d’organisation de l’expérience qui fait aujourd’hui consensus parmi la plupart des penseurs de la mémoire, à savoir celui de la narration. Halbwachs a sans cesse recours à des récits, autobiographiques, littéraires ou autres, pour construire son argument. Il n’envisage cependant pas que cette forme même de la présentation du passé peut conditionner le souvenir.

Mémoire et littérature après Halbwachs – continuités, extensions, évolutions

La narration : mode de structuration de la perception et de la construction de la mémoire

42La signification de narrations dans le cadre de processus cognitifs et de constitution identitaire est généralement admise et a été l’objet de diverses enquêtes interdisciplinaires : les différentes conceptions de la réalité sont fondamentalement constructives et constituées de manière narrative.

[W]e organize our experience and our memory of human happenings mainly in form of narrative – stories, excuses, myths, reasons for doing and not doing, and so on. Narrative is a conventional form, transmitted culturally and constrained by each individual’s level of mastery and by his conglomerate of prosthetic devices, colleagues, and mentors. (Bruner, 1991b : 4)

43La narration peut donc être envisagée comme un principe d’organisation cognitif reposant sur des conventions dont la performance consiste à mettre en relation des éléments auparavant disparates dans un tout disposant d’un sens (Polkinghorne, 1998 : 31).

  • 5   La part du génétique et du culturel de la capacité à constituer des narrations est une question q (...)

44Le terme d’» emplotment » désigne ce processus de composition d’un ensemble en forme d’une histoire : « Emplotment is the way by which a sequence of events fashioned into a story is gradually revealed to be a story of a particular kind » (White, 1973 : 7). Insistons sur le fait que les théories poststructuralistes conçoivent ce procédé non seulement comme propre aux histoires fictionnelles, mais le voient en tant que résultat de la disposition fondamentale de l’homme, un « pattern-building animal », de vouloir attribuer un sens à une expérience donnée en lui donnant une forme cohérente (Antor, 1996 : 65-85)5. Des narrations peuvent être réelles ou imaginaires sans perdre leur puissance :

[T]he sequence of its sentences, rather than truth or falsity of any of those sentences, is what determines its overall configuration or plot. It is this unique sequentiality that is indispensable to a story’s significance and to the mode of mental organization in terms of which it is grasped. (Bruner, 1990 : 44)

45Les narrations permettent donc d’une manière singulière de créer une « synthèse de l’hétérogène » (Ricœur, 1983 : 11), une continuité entre des événements qui n’étaient pas liés avant et de suggérer une évolution disposant d’un certain sens : « Emplotment humanizes our experience of time, making its passage meaningful for us. It gives order and direction to events that otherwise might be perceived as random or isolated » (Hinchman et Hinchman, 1997 : 1).

46C’est cette capacité inhérente à la narration qui en fait un instrument important lors de la reconstruction de souvenirs. Des recherches ont démontré la coïncidence du début d’une mémoire autobiographique chez les enfants avec l’apprentissage d’une structuration de leurs souvenirs dans des narrations organisées (Nelson et Fivush, 2000 : 286). Dans le domaine de la psychologie narrative, on lie étroitement l’opération de structuration narrative à la constitution d’une identité personnelle. Car le résultat de ce processus cognitif, une histoire, peut remplir la fonction de donner un sens à ses propres actions et expériences et de prêter une « identité intégrative » à l’individu (Polkinghorne, 1998 : 28). Non seulement cette narration explique l’identité en considérant celui que nous avons été, mais elle laisse apercevoir l’image de celui que nous voulons être à l’avenir.

47La narration décrit ce qui se passe à partir d’un certain point et jusqu’où cela mène finalement. Elle ne décrit cependant non seulement ce qui se passe, mais elle clarifie, rend plausible et explique uno actu comment et pourquoi est arrivé ce qui par nécessité ou selon toute vraisemblance devait arriver ou du moins pouvait arriver (Straub, 1998 : 149).

48Dans quelle mesure est-ce que la mise en intrigue et ainsi la constitution d’une mémoire autobiographique et d’une identité sont-elles liées au domaine littéraire ? Partant du constat que la littérature ne constitue pas un système fermé, mais qu’elle fait plutôt partie de et interagit avec d’autres systèmes symboliques circulant dans une culture, les points de contact sont multiples.

  • 6  Par exemple, le lecteur suppose qu’en lisant un roman policier, il connaîtra la solution du cas à (...)

49Comme observé entre autres par Jerome Bruner, les genres littéraires peuvent constituer des matrices exemplaires pour l’organisation d’un récit autobiographique (1991a : 67-78). La distinction de genres littéraires repose sur des critères spécifiques très différents en vue de classifier la littérature. Ce sont des systèmes appartenant au savoir partagé dans une société que les individus acquièrent par la socialisation et sont donc ouverts et flexibles, susceptibles d’évoluer (Fowler, 1989 : 215). Les genres facilitent la tâche de mise en intrigue à celui qui raconte une histoire et facilitent la compréhension à celui qui écoute ou lit une histoire6.

For the reader, genres constitute sets of expectations which steer the reading process. Generic repertoires may be regarded as bodies of shared knowledge which have been inferred from perceived regularities in individual literary texts. As sets of norms of which both readers and writers are aware, genres fulfil an important role in the process of literary communication. (Wesseling, 1991 : 18)

50Ils ne prêtent pas seulement une forme aux récits, mais sont aussi susceptibles d’influencer le contenu de ceux-ci.

While genres, thus, may indeed be loose but conventional ways of representing human plights, they are also ways of telling that predispose us to use our minds and sensibilities in particular ways. […] As such, they may have quite as powerful an influence in shaping our modes of thought as they have in creating the realities that their plots depict. […] Narrative genre, in this dispensation, can be thought of not only as a way of constructing human plights but as providing a guide for using mind, insofar as the use of mind is guided by the use of an enabling language. (Bruner, 1991b : 14-15)

51Ainsi, les genres s’accordent certes avec l’expérience pré-narrative, mais ils servent également à sélectionner les événements et les actions mobilisés dans une histoire (Polkinghorne, 1998 : 26).

52L’application de ces procédés de constitution d’une mémoire et d’une identité diachronique par le récit observés chez des individus à un ensemble plus grand n’est pas sans poser problème. Cependant, on peut observer que des groupes ont également recours à des stratégies narratives pour décrire leurs expériences communes. Tout comme la mémoire collective de Halbwachs, ces narrations se construisent dans un processus de communication sociale. Ce dialogue est un acte de négociation lors duquel les participants configurent leurs fragments de souvenirs pour constituer une version partagée et validée du récit du passé (Neumann, 2003 : 49-77). La forme narrative se prête particulièrement bien à cet exercice par sa « négociabilité », qui est, selon Bruner, une de ses caractéristiques distinctives :

[Narrative] deals […] with the stuff of human action and human intentionality. It mediates between the canonical world of culture and the more idiosyncratic world of beliefs, desires, and hopes. It renders the exceptional comprehensible and keeps the uncanny at bay – save as the uncanny is needed as a trope. It reiterates the norms of the society without being didactic. And […] it provides a basic for rhetoric without confrontation. It can even teach, conserve memory, or alter the past. (1990 : 52)

Stories […] are especially viable instruments for social negotiation. And their status, even when they are hawked as ‘true’ stories, remains forever in the domain midway between the real and the imaginary. (1990 : 55)

53« [R]epère[s] que nous portons toujours avec nous » (Halbwachs, 1994 : 281), « notions communes qui se trouvent dans notre esprit aussi bien que dans ceux des autres » (Halbwachs, 1950 : 12), les genres littéraires pourraient être considérés comme cadres sociaux auxquels nous recourons pour reconstruire nos souvenirs. Nous retrouvons alors Halbwachs pour nuancer sa conception de la littérature comme cadre social : ce sont aussi des conventions narratives circulant dans chaque société qui servent de cadres sociaux de la mémoire. Ainsi s’explique aussi la possibilité évoquée par le sociologue d’intégration d’éléments fictifs dans les souvenirs. Ce qui importe lors de la sélection, c’est leur compatibilité avec d’autres détails au sein d’une narration cohérente.

Les capacités distinctives de textes de fiction

54Après avoir analysé un aspect que la littérature et la mémoire partagent, à savoir la structuration narrative, il est maintenant intéressant d’aborder un point qui les distingue : le caractère a priori fictionnel des œuvres littéraires. Comme mentionné plus haut, Halbwachs ne fait pas la différence entre fiction et non-fiction quand il utilise des exemples dans son argumentation. Il se réfère au Londres de Black House, de Great Expectations ou d’Oliver Twist comme s’il parlait d’une représentation vérifiable d’un plan de ville ou d’une description historique. Toutefois, les textes de Dickens sont de nature fictionnelle : ils ne copient pas la réalité, mais ils produisent des représentations littéraires de la réalité. Dans ce sens, il semble incorrect d’imputer la description de l’endroit et les commentaires à Charles Dickens même. La situation de communication narrative d’un texte fictionnel est caractérisée par la présence d’un narrateur médiateur entre l’auteur et l’histoire racontée. Même si l’identification du narrateur avec l’auteur est une façon de lire qui est toujours pratiquée aujourd’hui, le fait de considérer le monde d’un roman en tant qu’image de la réalité est assez étonnant de la part d’un penseur qui met en évidence le caractère construit de la mémoire.

55La création d’une représentation fictive du réel est toutefois une stratégie narrative très présente dans les exemples littéraires mobilisés par Halbwachs. L’école réaliste se démarque par cette illusion primaire de la plausibilité des actions, des figures et du décor qui s’accordent avec l’expérience du monde réel du lecteur. Une richesse de détails, la description approfondie des sentiments et des expériences contribuent à faire paraître le monde raconté comme vrai, un monde dans lequel nous plongeons lors de la lecture. C’est en cela que ces romans sont intéressants pour le sociologue :

Lorsque Balzac décrit une pension de famille, la maison d’un avare, et Dickens, l’étude d’un notaire, ces tableaux nous permettent déjà de pressentir à quelle espèce ou catégorie sociale appartiennent les hommes qui vivent dans un tel cadre. Ce n’est pas une simple harmonie et correspondance physique entre l’aspect des lieux et des gens. Mais chaque objet rencontré, et la place qu’il occupe dans l’ensemble, nous rappellent une manière d’être commune à beaucoup d’hommes, et lorsqu’on analyse cet assemblage, qu’on attire notre attention sur chacune de ses parties, c’est comme si l’on disséquait une pensée où se confondent les apports d’une quantité de groupes. (Halbwachs, 1950 : 131)

  • 7  Roland Barthes parle de l’« effet de réel ». Selon Barthes, l’effet de réel est créé par la présen (...)

56La sémantisation de l’espace et des objets est un procédé propre à la littérature qui lui permet de créer un monde cohérent et qui, dans le cas des œuvres de Balzac et de Dickens, coïncide avec l’idée qu’on se fait de l’époque dans laquelle ils ont écrit. Ce sont des privilèges de la création fictionnelle qui, dans le cas des réalistes ou naturalistes, donnent l’impression d’assister à une représentation vivante de l’histoire7. Reste que cette représentation est une construction comme toute représentation et que la littérature entretient une relation complexe avec la réalité qui a fait couler beaucoup d’encre. Si la fictionnalité ne constitue ni un critère suffisant, ni même un critère nécessaire pour caractériser une œuvre littéraire, la conviction que les affirmations au sein d’un tel texte possèdent un caractère de véracité particulier se retrouve à travers toute l’histoire de la théorie littéraire : la littérature n’est ni une copie, ni une invention complète, mais une forme productive de représentations de réalité.

57Paul Ricœur propose une réflexion approfondie à ce sujet dans son œuvre Temps et récit. Même s’il conserve le concept de « mimèsis » d’Aristote en tant qu’imitation de l’action, il décrit le processus de représentation dans sa constructivité générant quelque chose de nouveau. Il comprend la mimèsis comme un procédé de transformation et la divise en trois phases qu’il nomme mimèsis I, mimèsis II et mimèsis III. La mimèsis I rend compte du fait que la composition littéraire est ancrée dans un monde pré-structuré culturellement, où circulent des concepts et des symboles. Avec la mimèsis II, Ricoeur décrit le procédé de la mise en intrigue qui nous intéresse dans ce chapitre : le « royaume du comme si » (Ricœur, 1983 : 101). Bien que la mise en intrigue soit jusqu’à un certain point déterminée par des règles relevant de la tradition (dont par exemple celle du genre abordée plus haut), il reste une grande place pour l’innovation qui fait que le produit est une « œuvre singulière » (Ricœur, 1983 : 108). Enfin, le texte est actualisé et enrichi de manière iconographique par le lecteur (mimèsis III).

58Même si elle puise dans des références extra-textuelles, la littérature n’est pas sous la contrainte d’une facticité ou d’une vérification avec le monde « réel » : elle se caractérise par une « dépragmatisation » (Zapf, 2001 : 86). C’est pour cette raison qu’elle permet d’explorer des expériences du monde « réel » et de produire des représentations du monde alternatives : « Depragmatisation ... enables the aesthetic distancing of real-world experiences and at the same time makes possible their imaginative exploration » (Zapf, 2001 : 86). Dans ces mondes alternatifs, la mise en scène permet d’accéder à la multiplicité des discours et des représentations présents dans une culture. La littérature est un lieu où il est possible de réintégrer des éléments de nature différente, relevant de différents contextes dans un tout symboliquement condensé.

Serving as samples of, and thereby focussing attention upon, certain – often upon unnoticed or neglected – shared or shareable forms, colors, feelings, such works induce reorganization of our accustomed world in accordance with these features, thus dividing and combining erstwhile relevant kinds, adding and subtracting, effecting new discriminations and integrations, reordering priorities. (Goodman, 1978 : 105)

59À cet égard, la théorie de la fiction de Wolfgang Iser est intéressante parce qu’elle n’oppose pas fiction et réalité de manière diamétrale : il propose un triangle liant fiction, réalité et imaginaire (Iser, 1991). Les éléments du monde réel sont repris dans le médium de la fiction et deviennent dans ce contexte des signes prenant d’autres significations. De plus, des éléments imaginaires « diffus, sans forme, sans fixation et sans référence objective » (Iser, 1991 : 21) prennent corps dans le medium de la fiction et acquièrent un caractère réel qu’ils ne possédaient pas auparavant. Le franchissement de limites est donc double : des éléments du domaine extra-littéraire sont « irréalisés » et des éléments de l’imaginaire sont « réalisés ». Par cette liaison du réel et de l’imaginaire, des expériences culturelles sont structurées d’une nouvelle manière.

60Il est alors évident que la littérature est capable de bien plus que de seulement rendre la réalité : c’est surtout lorsqu’elle fait plus que copier la réalité que la littérature devient intéressante pour une analyse littéraire axée sur des questions relevant de la sociologie et de l’histoire. La création de nouveaux mondes est rendue possible grâce à des privilèges fictionnels tels que des instances de narration, la sémantisation de l’espace, la possibilité d’intégrer des éléments inventés dans la représentation du passé et l’imagination de réalités alternatives. Ceux-ci sont susceptibles d’influencer le lecteur et ainsi sa perception du monde réel. Tout dépend de la réception d’une œuvre : processus complexe, dont nous aborderons la problématique dans cette dernière partie.

Halbwachs, précurseur des théories de la réception littéraire ?

61La recherche s’est intéressée relativement tard au rôle du lecteur dans le système littéraire. Des approches d’esthétique de la réception ont été formulées au début des années 1960, surtout en réaction à des théories formalistes et structuralistes qui concevaient le texte en tant qu’objet autonome avec sa propre ontologie. Les théoriciens de la réception le considèrent plutôt comme un réseau de structures appellatives dirigées au lecteur. Ce n’est que par le processus de lecture que le texte est complété en interaction avec le lecteur.

62C’est ce processus que comprend la mimèsis III dans la pensée de Ricœur. Il la décrit comme « l’intersection du monde du texte et du monde de l’auditeur ou du lecteur » (1983 : 109). Le philosophe français n’est toutefois pas le premier à s’interroger sur la nature de l’acte de lecture. Il se réfère lui-même dans sa réflexion sur la mimèsis III aux travaux de Wolfgang Iser et de Hans Robert Jauss. Le premier essaie de cerner plus exactement la nature de l’acte de lire. Celui-ci est, pour Iser, essentiellement actif et créatif :

The literary text activates our own faculties, enabling us to recreate the world it presents. The product of this creative activity is what we might call the virtual dimension of the text, which endows it with its reality. This virtual dimension is not the text itself, nor is it the imagination of the reader : it is the coming together of text and imagination. (1972 : 284)

63Selon Iser, le texte littéraire possède des « endroits de floue » (Unbestimmtheitsstellen) qui résultent de sa nature fictionnelle : il ne représente ni exactement des objets de la réalité, ni l’expérience du lecteur. Ces indéterminations doivent être actualisées et concrétisées par le lecteur. Chaque lecture devient alors un acte fixant la signification d’un texte, résultat du processus-même (Iser, 1988 : 234). Pour cette raison, différentes lectures d’un même texte sont possibles. En outre, aucun lecteur individuel ne sera capable de remplir tous endroits de flou par lui-même : « the reading process is selective, and the potential text is infinitely richer than any of its individual realizations » (Iser, 1972 : 279). Le lecteur réel ne peut que remplir ces blancs à partir de son horizon d’attente historique.

64C’est le romaniste Hans Robert Jauss qui a notamment développé le concept d’horizon d’attente pour désigner les structures de pensée préformées servant de système de référence lors de la lecture. Il nous fournit l’échelle de valeurs nécessaire pour juger une œuvre littéraire (Jauss, 1992). L’horizon d’attente est déterminé par plusieurs éléments et inclut la connaissance de lectures antérieures, l’expérience de vie individuelle tout comme des connaissances du contexte historique et socio-culturel.

65Une œuvre littéraire ne se présente jamais comme exclusivement neuve dans un vacuum informationnel. Très tôt, le lecteur est prédisposé à une réception spécifique par des annonces, des signaux plus ou moins évidents ou des allusions implicites.

A literary work awakens memories of that which was already read, brings the reader to a specific emotional attitude, and with its beginning arouses expectations for the “middle and end”, which can then be maintained intact or altered, reoriented, or even fulfilled ironically in the course of the reading according to specific rules of the genre or type of text. The psychic process in the reception of a text is, in the primary horizon of aesthetic experience, by no means only an arbitrary series of merely subjective impressions, but rather the carrying out of specific instructions in an process of directed perception, which can be comprehended according to its constitutive motivations and triggering signals, and which also can be described by a textual linguistic. (Jauss, 1982 : 23)

66La disparité entre un horizon d’attente donné et la lecture d’une nouvelle œuvre peut avoir pour conséquence un changement d’horizon. D’anciennes expériences familières sont remplacées par d’autres, nouvellement articulées au cours de la lecture. L’horizon d’attente est ainsi sujet à plusieurs changements au cours d’une vie et diffère entre générations de lecteurs. C’est aussi de cette manière que s’expliquent les grandes divergences dans l’évaluation de textes littéraires. Madame Bovary, par exemple, choquait les attentes de son premier public parce que le style impersonnel de Flaubert était de manière inhabituelle exempt de tout jugement moral. Les protestations ont culminé dans un procès au bout duquel curieusement l’auteur est acquitté, son style par contre condamné comme amoral. Plus tard, ce style même est devenu la norme esthétique et a influencé les générations d’auteurs français après Flaubert.

67Dans la capacité d’altérer les horizons d’attente repose aussi le pouvoir de la littérature d’altérer la perception du monde réel du lecteur.

The horizon of expectations of literature distinguishes itself before the horizon of expectations of historical lived praxis in that it not only preserves actual experiences, but also anticipates unrealized possibility, broadens the limited space of social behaviour for new desires, claims, and goals, and thereby opens paths of future experience. (Jauss, 1982 : 41)

68Si nous revenons encore à Madame Bovary, il est évident qu’une œuvre, par une forme esthétique inconnue, peut briser les attentes de ses lecteurs et en même temps les confronter à une question dont la solution manque dans le cadre de l’éthique officiellement sanctionnée.

69La question que le lecteur se pose en lisant une œuvre dépend bien sûr beaucoup du moment historique de la lecture. Et ainsi une même œuvre peut inciter à se poser différentes questions et évidemment offrir plusieurs pistes de réponse que le lecteur va trouver lui-même. Car ce n’est pas l’auteur qui insère la réponse dans son œuvre. Écoutons Roland Barthes à ce sujet :

Écrire, c’est ébranler le sens du monde, y disposer une interrogation indirecte, à laquelle l’écrivain, par un dernier suspens, s’abstient de répondre. La réponse, c’est chacun de nous qui la donne, y apportant son histoire, son langage, sa liberté ; mais comme histoire, langage et liberté changent infiniment, la réponse du monde à l’écrivain est infinie : on ne cessera jamais de répondre à ce qui a été écrit hors de toute réponse : affirmés, puis mis en rivalité, puis remplacés, les sens passent, la question demeure. (Barthes, 1963 : 11)

70Ainsi, même si Iser et Jauss proposent des approches d’analyse textuelle qui permettent de saisir l’œuvre littéraire à travers l’horizon d’attente du lecteur, il est très improbable qu’une telle analyse puisse rendre une impression exacte du produit de la lecture. Trop de variables contribuent à ce que la lecture soit un processus hautement individualisé.

The convergence of text and reader brings the literary work into existence, and this convergence can never be precisely pinpointed, but must always remain virtual, as it is not to be identified either with the reality of the text or with the individual disposition of the reader. (Iser, 1972 : 279)

71D’être conscient de cette difficulté lors de l’interprétation d’un texte constitue cependant déjà un pas important vers la connaissance d’une œuvre littéraire et de son impact potentiel sur le public.

72Les théories littéraires présentées ici ont en commun de nier le fait qu’un texte porte en lui une signification prédéfinie persistant à travers les temps et d’attribuer au lecteur un rôle important dans la création du texte. Halbwachs traite déjà bien avant Jauss, Weinrich et Iser un aspect d’un certain horizon d’attente déterminant la lecture. Étant sociologue, il ne part pas du texte même et des conventions et innovations qu’il pourrait comporter. Nous en avons parlé plus haut et il est inutile de reprendre ici le raisonnement de Halbwachs. Mais il est assez évident que lorsque Halbwachs décrit l’impossibilité de retrouver la lecture de son enfance, il explique le fonctionnement d’un horizon d’attente et dans quelle mesure il conditionne la compréhension. Il l’analyse sous le concept de cadres sociaux de la mémoire.

73***

74En se promenant à Londres avec Dickens, en recourant sans cesse à des exemples tirés du domaine littéraire, Maurice Halbwachs a avant tout le mérite de démontrer l’intérêt du domaine littéraire pour toute réflexion sur la mémoire individuelle et collective. Dans le processus communicatif de la constitution d’une mémoire collective, la littérature peut servir de cadre social qui lie un individu et un groupe de la société. La lecture permet d’établir une situation de communication révélant un certain point de vue du groupe. Celui-ci influence alors notre perception du monde extra-littéraire et pourra plus tard être mobilisé lorsqu’il s’agit de reconstruire des souvenirs. Peu importe si un élément relève de la fiction ou du vécu réel, il pourra être intégré au souvenir s’il paraît cohérent avec le cadre de celui-ci.

75La lecture même est, comme observe Halbwachs, un processus très sélectif qui dépend largement des cadres sociaux dont nous disposons à un certain moment de notre vie. La littérature est ainsi mise au cœur d’une dynamique très complexe : la compréhension d’une œuvre est influencée en grande partie par des facteurs qui sont eux-mêmes susceptibles de provenir du monde littéraire. Halbwachs ne joint pas les deux bouts de ce cercle de la mimèsis (Ricœur), mais tous les éléments sont présents dans son argument.

  • 8  « Proust met en scène la culture, il la dramatise plus qu’aucun autre romancier, et il est aussi l (...)

76D’autres conceptions de la mémoire collective ont attribué un rôle légèrement différent à la littérature. Dans le contexte des travaux dirigés par Pierre Nora, les œuvres littéraires peuvent remplir la fonction de lieux de mémoire. Comme La Recherche du temps perdu de Marcel Proust, par exemple, elles peuvent transmettre des constructions de réalité ou des représentations collectives antérieures8. En effet, les œuvres peuvent être fonctionnalisées pour rendre une certaine perspective sur le passé et devenir ainsi un appui de la conception du soi français. L’entreprise analogue allemande des Lieux de mémoiresDeutsche Erinnerungsorte – aborde également les classiques de la « culture nationale » tels que les contes des frères Grimm (Tatar, 2001). La collection comprend également des œuvres qui ont déclenché des débats autour de la définition du collectif à l’instar de De l’Allemagne deMadame de Staël (Espagne, 2001). La théorie qui est à la base des lieux de mémoire a toutefois pour conséquence que les analyses sont limitées à des œuvres qui font partie d’un canon officiel, alors que la littérature peut également agir au sein d’une mémoire collective et sur la mémoire individuelle lorsqu’elle relève du registre de la littérature « populaire ».

77Nous rencontrons ce même obstacle théorique à la pleine appréciation du potentiel littéraire dans la pensée d’Aleida Assmann. Elle distingue la fonction sociale d’un texte littéraire d’après l’attitude de réception : à la différence de textes « littéraires », des textes « culturels » sont lus dans l’objectif d’acquérir des connaissances quant aux origines historiques, à l’identité et aux valeurs du collectif (Assmann, 1995). Les deux approches de Nora et d’Assmann ont le désavantage inhérent à leur conception de la mémoire de ne pas nous permettre de concevoir la pluralité des groupes au sein d’une société et ainsi des expressions culturelles et des mémoires. C’est alors que nous nous retournons vers Halbwachs et sa conception de la mémoire, plus apte à rendre compte de la complexité du processus de négociation mémorielle et ainsi à nous rendre sensibles à la polyphonie propre aux œuvres littéraires.

78Si le sociologue ne va pas plus loin dans l’évaluation des capacités de la fiction, c’est essentiellement dû à une conception de la littérature orientée sur le modèle réaliste. Ces romans représentent une réalité historique, observée du point de vue d’un groupe certes, mais ne sont pas des espaces d’expérimentation de mondes alternatifs comme ils le sont surtout devenus après la Deuxième Guerre mondiale. L’expression littéraire ayant évolué, il serait nécessaire d’enrichir la théorie de Halbwachs par des théories narratives plus récentes. Ceci nous permettra de voir que les fictions peuvent mettre en scène des versions alternatives du passé, déconstruire des images de l’histoire commune et créer des ébauches pour des contre-mémoires. De plus, même si Halbwachs nous indique comment situer l’œuvre dans son espace social, il ne nous aide aucunement lorsqu’il s’agit de retrouver ce conditionnement au niveau textuel. Pour cela, il faudra nous tourner vers des travaux du domaine de la science littéraire qui analysent la manière de mettre en scène le passé dans des œuvres de fiction (Nünning, Erll, Neumann) et vers les théories de la réception des dernières décennies (Iser, Jauss). Une analyse de texte ainsi menée, conjuguant la contextualisation de la production et de la réception, représente une contribution féconde à tout travail touchant à la mémoire collective.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Halbwachs, Maurice, 1994 (1925), Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel.

Halbwachs, Maurice, 1950, La Mémoire collective, Paris, PUF.

Articles et études

Antor, Heinz, 1996, « The Ethics of Criticsm in the Age After Value », dans Rüdiger Ahrens et Laurenz Volkmann (dir.), Why Literature Matters. Theories and Functions of Literature, Heidelberg, Universitätsverlag C. Winter, p. 65-85.

Assmann, Aleida et Jan ASSMANN (dir.), 1987, Kanon und Zensur : Beiträge zur Archäologie der literarischen Kommunikation II, München, Fink.

Assmann, Aleida, 1995, « Was sind kulturelle Texte ? », dans Andreas Poltermann (dir.), Literaturkanon – Medienereignis – kultureller Text. Formen interkultureller Kommunikation und Übersetzung, Berlin, Erich Schmidt, p. 232-244.

Assmann, Aleida, 1999, Erinnerungsräume. Formen und Wandlungen des kulturellen Gedächtnisses, München, Beck.

Assmann, Jan, 1992, Das kulturelle Gedächtnis. Schrift, Erinnerung und politische Identität in den frühen Hochkulturen, München, Beck.

Assmann, Jan, 2002, « Zum Geleit », dans Gerald Echterhoff et Martin Saar (dir.), Kontexte und Kulturen des Erinnerns : Maurice Halbwachs und das Paradigma des kollektiven Gedächtnisses, Konstanz, UVK, p. 7-11.

Bal, Mieke, Jonathan CREWE et Leo SPITZER (dir.), 1999 Acts of Memory. Cultural Recall in the Present, London, University Press of England.

Barthes, Roland, 1963, Sur Racine, Paris, Du Seuil.

Barthes, Roland, 1968, « L’Effet de réel », Communications, 11, p. 84-89.

Bruner, Jerome, 1990, Acts of Meaning, Cambridge, Harvard University Press.

Bruner, Jerome, 1991a, « Self-Making and World-Making », Journal of Aesthetic Education, 25, 1, p. 67-78.

Bruner, Jerome, 1991b, « The Narrative Construction of Reality », Critiqual Inquiry, 18, 1, p. 1-21.

Caldicott, Eric et Anne FUCHS (dir.), 2000, Cultural Memory : Essays on European Literature and History, Oxford, Peter Lang.

Compagnon, Antoine, 1993, « La recherche du temps perdu de Marcel Proust », dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, t. III, vol. 2, Les Traditions, Paris, Gallimard, p. 827-867.

Erll, Astrid, GYMNICH, Marion et Ansgar NÜNNING, 2003, « Einleitung : Literatur als Medium der Repräsentation und der Konstruktion von Erinnerung und Identität », dans Astrid Erll, Marion Gymnich et Ansgar Nünning (dir.), Literatur – Erinnerung - Identität. Theoriekonzepte und Fallstudien, Trier, Wissenschaftlicher Verlag Trier, p. iii-x.

Espagne, Michel, 2001, « De l’Allemagne », dans Étienne François et Hagen Schulze (dir.), Deutsche Erinnerungsorte, t. I, München, Beck, p. 225-241.

Fowler, Alastair, 1989, « The Future of Genre Theory », dans Ralph Cohen (dir.), The Future of Literary Theory, New York, Routledge, p. 291-303.

Fowler, Alastair, 1997 (1982), Kinds of Literature, an Introduction to the Theory of Genres and Modes, Oxford, Clarendon.

Fussel, Paul, 1980, « Der Einfluss kultureller Paradigmen auf die Wiedergabe traumatischer Erfahrung », dans Klaus Vondung (dir.), Kriegserlebnis. Der Erste Weltkrieg in der literarischen Gestaltung und symbolischen Deutung der Nationen, Göttingen, Vanderhoeck & Ruprecht, p. 175-187.

Goodman, Nelson, 1978, Ways of Worldmaking, Indianapolis, Hackett Pub. Co

Hinchman, Lewis P. et Sandra K. HINCHMANN, 1997, « Memory », dans Lewis P. Hinchman et Sandra K. Hinchman (dir.), Memory, Identity, Community. The Idea of Narrative in the Human Sciences, New York, State University of New York Press, p. 1-5.

Iser, Wolfgang, 1972, « The Reading Process : A Phenomenological Approach », New Literary History, 3, 2, p. 279-299.

Iser, Wolfgang, 1988 (1975), « Die Appellstruktur der Texte », dans Rainer Warning (dir.), Rezeptionsästhetik. Theorie und Praxis, München, Wilhelm Fink Verlag, p. 228-252.

Iser, Wolfgang, 1991, Das Fiktive und das Imaginäre. Perspektiven literarischer Anthropologie, Frankfurt/Main, Suhrkamp.

Jauss, Hans Robert, 1982, Toward an Aesthetic of Reception, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Jauss, Hans Robert, 1992 (1970), Literaturgeschichte als Provokation, Frankfurt/Main, Suhrkamp.

Kalaga, Wojciech H. et Tadeusz RACHWAL (dir.), 1999, Memory-Remembering-Forgetting, Frankfurt, Berlin/New York, Peter Lang.

Lachmann, Renate, 1990, Gedächtnis und Literatur. Intertextualität in der russischen Moderne, Frankfurt/Main, Suhrkamp.

Namer, Gérard, 1994 (1925), « Postface », dans Maurice Halbwachs, Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, p. 299-367.

Nelson, Katherine et Robyn FIVUSH, 2000, « Socialization of Memory », dans Endel Tulving et Fergus I. M. Craik (dir.), The Oxford Handbook of Memory, Oxford, Oxford University Press, p. 283-295.

Neumann, Birgit, 2003, « Literatur als Medium (der Inszenierung) kollektiver Erinnerungen und Identitäten », dans Astrid Erll, Marion Gymnich et Ansgar Nünning (dir.), Literatur – Erinnerung – Identität, Trier, Wissenschaftlicher Verlag Trier, p. 49-77.

Nünning, Ansgar, GYMNICH, Marion et Roy SOMMER (dir.), 2006, Literature and Memory. Theoretical Paradigms – Genres – Functions, Tübingen, Francke Verlag.

Polkinghorne, Donald E., 1998, « Narrative Psychologie und Geschichtsbewußtsein. Beziehungen und Perspektiven », dans Jürgen Straub (dir.), Erzählung, Identität und historisches Bewußtsein. Die psychologische Konstruktion von Zeit und Geschichte. Erinnerung, Geschichte, Identität I, Frankfurt/Main, Suhrkamp, p. 12-45.

Ricoeur, Paul, 1983, Temps et Récit, t. I, Paris, Du Seuil.

Straub, Jürgen, 1998, « Geschichten erzählen, Geschichten bilden. Grundzüge einer narrativen Psychologie historischer Sinnbildung », dans Jürgen Straub (dir.), Erzählung, Identität und historisches Bewußtsein. Die psychologische Konstruktion von Zeit und Geschichte. Erinnerung, Geschichte, Identität I, Frankfurt/Main, Suhrkamp, p. 81-169.

Suerbaum, Ulrich, 1982, « Warum ‘MacBeth’ kein Krimi ist. Gattungsregeln und gattungsspezifische Leseweise », Poetica, 14, p. 113-133.

Tatar, Maria, 2001, « Grimms Märchen », dans Étienne François et Hagen Schulze (dir.), Deutsche Erinnerungsorte, t. I, München, Beck, p. 275-289.

Wesseling, Elisabeth, 1991, Writing History as a Prophet : Postmodernist Innovations of the Historical Novel, Amsterdam/Philadelphie, Benjamins.

White, Hayden, 1973, Metahistory : The Historical Imagination in Nineteenth Century Europe, Baltimore, John Hopkins University Press.

Zapf, Hubert, 2001, « Literature as Cultural Ecology : Notes Towards a Functional Theory of Imaginative Texts with Examples from American Literature », dans Herbert Grabes (dir.), Literary History/Cultural History : Force-Fields and Tensions, Tübingen, Narr, p. 85-99.

Haut de page

Notes

1  « Gründungsvater » (Assmann, 2002 : 7). Les traductions des expressions et des citations allemandes sont de l’auteure.

2  Le troisième livre de Halbwachs, La Topographie légendaire des Évangiles en Terre Sainte (1941), constitue une application sur un exemple concret de sa théorie des formes et des fonctionnements de la mémoire collective. Toutefois, ce texte ne fera pas objet d’une analyse dans le cadre de cet article puisque nous nous intéresserons surtout à l’utilisation, par Halbwachs, d’exemples tirés de la littérature de fiction.

3  Différenciation qui sera reprise plus tard par Pierre Nora dans les Lieux de mémoire, lequel paraît cependant dépassé face à une discussion autour du caractère constructiviste de l’historiographie depuis les années 1970.

4   Cette distinction est aujourd’hui très controversée. Voir entre autres Assmann, 1992 : 45.

5   La part du génétique et du culturel de la capacité à constituer des narrations est une question qui reste sans réponse définitive. Un compromis est de considérer la faculté à créer des histoires, « a readiness or predisposition to organize experience into a narrative form, into plot structures and the rest », comme innée ; les formes de ces histoires seraient cependant transmises culturellement (Bruner, 1990 : 45).

6  Par exemple, le lecteur suppose qu’en lisant un roman policier, il connaîtra la solution du cas à la fin du livre. Voir Suerbaum, 1982 : 113-133.

7  Roland Barthes parle de l’« effet de réel ». Selon Barthes, l’effet de réel est créé par la présence d’éléments dans la narration qui n’ont pas d’autre utilité au sein du récit que d’affirmer la contiguïté entre le texte et le monde réel concret. La ressemblance entre les deux domaines ainsi instaurée permet d’atteindre une plus grande vraisemblance de l’ensemble du récit (Barthes, 1968 : 84-89).

8  « Proust met en scène la culture, il la dramatise plus qu’aucun autre romancier, et il est aussi le dernier à le faire. […] Nous lisons la Recherche comme l’aboutissement de la littérature française, […] un extraordinaire, un monstrueux pastiche de toute notre culture […]. » (Compagnon, 1993 : 955).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Tilch, « « Je m’y promenais donc avec Dickens » L’influence des représentations littéraires sur la mémoire collective dans la théorie de Halbwachs », Conserveries mémorielles [En ligne], #9 | 2011, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 19 août 2017. URL : http://cm.revues.org/824

Haut de page

Auteur

Florence Tilch

adopte, dans le cadre de thèse de doctorat (Université Laval, Québec, Canada) une approche interdisciplinaire de l’imaginaire historique des Québécois d’héritage canadien-français afin de proposer une étude de la figure du déserteur et du volontaire. L’analyse des représentations de ces deux acteurs lui permettra de retracer la constitution, l’évolution et l’intertextualité de certains mythistoires qui structurent le patrimoine historial québécois.

Florence Tilch
adopts in her PhD thesis (Université Laval, Québec, Canada) an interdisciplinary approach of the historical imagination of Quebecers of French-canadian descent in order to study the figure of the deserter and the volunteer. The analysis of the representations of these two actors will permit her to retrace the constitution, the evolution and the intertextuality of some mythhistories that structure the Quebec historial heritage.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org