Navigation – Plan du site
4. Histoire de la mémoire et remémorations collectives

Un Canada et un Québec qui conjuguent le passé différemment : le poids du passé dans le rapport préliminaire de la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme

Valérie Lapointe-Gagnon

Résumés

Cet article s’articule autour d’une source, le rapport préliminaire de la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, qui permet, à l’aide de bribes de témoignages de citoyens canadiens et de l’analyse des commissaires, de pénétrer les mémoires québécoise et canadienne, qui évoluent en vases clos. Paru en 1965, le rapport préliminaire révèle au grand jour l’intensité de la crise canadienne, une intensité telle qu’elle menace, aux yeux des commissaires, l’unité du pays. Comment se manifestent les traces du passé au sein du rapport ? Qu’est-ce que le document révèle sur les mémoires canadienne et québécoise ? Où la crise décrite par les commissaires puise-t-elle sa source ? Tels sont les questionnements qui nous intéresseront. À travers l’analyse du rapport préliminaire, se dégage toute la complexité des rapports canado-québécois. Se dégage également des pistes de solutions qui sont encore criantes d’actualité.

Haut de page

Texte intégral

Les problèmes de langue, de culture et de constitution ont été au cœur de l’histoire et de la vie politique du Canada depuis la conquête de 1759. Mais il a fallu 200 ans avant que le gouvernement fédéral entreprenne la première étude globale et approfondie des caractéristiques fondamentales de notre société et des institutions […].

(Morrison, 1990 : 215)

Comment survivre sans invoquer le passé, puisqu’une nation qui est avant tout une culture se ramène à un héritage

(Dumont, 1993: 236)

O Canada, O can a day go by without some orator orating on this theme of harmony between the two communal groups

(Underhill, 1964 : 48)

  • 1  Il est à noter que le rapport préliminaire, qui sert ici de source principale, constitue seulement (...)

1Février 1965. Le rapport préliminaire de la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, qui fut au cœur de la vie politique canadienne pendant la somme considérable de quelque dix années, sort des presses révélant au grand jour le diagnostic posé par les commissaires, un diagnostic qui fait l’effet d’une bombe et qui se résume comme suit : le Canada est pétri d’un mal qui le ronge de l’intérieur et si nul ne le guérit, l’avenir du pays paraît incertain. Tout le rapport est articulé autour de la thématique de l’acuité de la crise qui s’est enracinée en sol canadien. Il décrit une crise qui, quoique latente actuellement, peut être transposée à plusieurs moments de l’histoire des relations canado-québécoises, notamment au moment du premier référendum québécois sur la souveraineté en 1980, à la période tumultueuse des négociations entourant l’Accord du Lac Meech ou encore aux lendemains troubles du deuxième référendum en 1995, où la marge étroite de 54 288 votes entre les deux options illustrait la fragilité de l’unité nationale. Comme en témoigne le journaliste et commissaire aux langues officielles Graham Fraser, nombreuses sont encore aujourd’hui les traces de l’influence de ce rapport : « Encore de nos jours, en raison des contributions des personnes extraordinaires qui y ont participé, on ressent toujours l’impact de ce rapport dans les politiques linguistiques fédérales, les sciences sociales et même dans les débats sur les droits de la personne. » (Fraser, 2008 : 21). Bref, le document1 est toujours d’actualité, autant que la commission qui lui a donné naissance.

2Initiée en 1963 sous le mandat du premier ministre canadien Lester B. Pearson, la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme (B&B) – également connue sous le nom de Laurendeau-Dunton, en raison du patronyme de ses co-directeurs André Laurendeau et A.-Davidson Dunton – déchaîna les passions des journalistes, des responsables politiques et des citoyens canadiens qui furent nombreux à répondre à l’appel des commissaires en participant aux séances de consultation publiques tenues d’un océan à l’autre. Elle avait pour objectif d’étudier les relations corsées entre « les deux peuples fondateurs ».

  • 2  Par l’expression « conflit de basse intensité », nous entendons un conflit dénué d’affrontements p (...)
  • 3  À ce sujet, voir l’ouvrage Un pays à refaire du politologue Kenneth McRoberts qui rappelle que Tru (...)

3Jamais les rapports entre les deux communautés politiques principales du Canada ne furent marqués du sceau permanent de la cordialité ; des tensions séculaires, recelant parfois un fort potentiel destructeur, les ont marquées. Ce n’est pas sans raison que les métaphores pour parler des relations entre la province francophone et le reste du pays sont riches et évocatrices – à titre d’illustration, le poète et juriste anglo-québécois Frank R. Scott parle de « mariage de raison » (Scott, 1952 : 178), le politologue Léon Dion évoque un duel séculaire (Dion, 1995), tandis qu’André Burelle parle de « mal canadien » (Burelle, 1995). En somme, l’espace canadien en est un de conflit de basse intensité2 entre les anglophones et les francophones et, plus particulièrement, entre le Québec et le reste du pays. Et le rapport préliminaire de la Commission B&B constitue un objet d’étude pertinent puisqu’il s’avère, en raison de l’ampleur de la crise qu’il sort de l’ombre et des pistes de solution qu’il trace, un terreau fertile à l’étude de la complexité des rapports canado-québécois. Fruit du travail acharné de spécialistes en sciences humaines de renom à la fois anglophones et francophones – parmi lesquels se trouvaient notamment André Laurendeau, Frank R. Scott, Clément Cormier, Paul Lacoste et Paul Wyczynski –, le rapport mérite qu’on s’y attache, surtout que l’historiographie est restée somme toute laconique au sujet de son contenu d’une densité pourtant remarquable, sans doute en raison du fait que Pierre Elliott Trudeau, qui succéda à Lester B. Pearson, balaya du revers de la main plusieurs éléments des travaux de la Commission3.

  • 4  Voir notamment l’introduction de Paul Lacoste au Journal d’André Laurendeau, 1990 ainsi que Michae (...)

4La plupart des ouvrages parus à propos de la Commission Laurendeau-Dunton ne s’attachent pas tant au contenu du rapport qu’au déroulement des travaux, au contexte politique entourant la production des livres ainsi qu’à la trajectoire des commissaires et c’est ce à quoi nous tenterons de remédier en partie en abordant les références au passé qui pullulent au sein du rapport préliminaire. Il faut préciser que la majorité des études produites sur Laurendeau-Dunton sont le fruit de ceux qui y ont participé4, ce qui amène à la fois des avantages – ils offrent notamment des détails riches et une vision de l’intérieur puisque leurs auteurs étaient plus que de simples observateurs – et des écueils – ces contributions laissant souvent place aux émotions et à l’interprétation de leurs auteurs intimement liés à la Commission. Bien qu’il ait contribué à la Commission en tant que chercheur au début de sa carrière, le politologue Kenneth McRoberts (1999) signe, avec Un Pays à refaire, une étude d’une grande rigueur intellectuelle qui, bien qu’elle ne place pas la Commission Laurendeau-Dunton à l’avant-plan, brosse un portrait détaillé du contexte de sa naissance, met en lumière son importance et rappelle surtout comment le gouvernement fédéral de Pierre Elliott Trudeau a contourné plusieurs des recommandations de ses rapports, préférant les laisser dormir sur les tablettes des bibliothèques. Dans un article de l’ouvrage collectif Légiférer en matière linguistique, Graham Fraser (Fraser, 2008) relate non seulement les relations parfois houleuses entre les commissaires, mais également ce qui est ressorti de leurs discussions, de leur travail qui, bien que certains pans aient été négligés ou mis de côté, a laissé une trace indélébile en matière de politique linguistique. Mettant en parallèle les contrastes des visions de F. R. Scott et d’A. Laurendeau, deux commissaires influents, sur la place du Québec au sein du Canada et les moyens d’amender les relations canado-québécoises, le politologue Guy Laforest offre, quant à lui, une contribution originale et pertinente en rappelant la contemporanéité des pensées de ces deux intellectuels qui restent « tous deux remarquablement présents » (1992 : 83) et qui apportent un éclairage intéressant sur la crise entourant l’Accord du Lac Meech au cœur de la scène politique au moment de l’écriture de Trudeau et la fin d’un rêve canadien. À travers le chapitre consacré aux trajectoires d’André Laurendeau et de Frank Scott, G. Laforest souligne l’actualité encore criante de la « grande aventure » que fut la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme et des travaux qui en découlèrent.

5Ce que souligne le rapport préliminaire de la Commission c’est, pour reprendre les mots employés par un journaliste sur les ondes de Radio-Canada lors de sa sortie, que la « Confédération canadienne est dangereusement malade » (François Morriset cité dans Radio-Canada, 2009). Étudier ce rapport, c’est donc explorer le mal dont souffre le Canada, un mal déjà largement documenté. Toutefois, l’intérêt plus particulier qui réside dans ce rapport est qu’il repose sur une myriade de témoignages de responsables politiques, mais également de citoyens canadiens. Il nous permet donc de plonger dans le cœur de l’action, de plonger dans les mémoires canadienne et québécoise pour comprendre le conflit qui perdure en sol canadien. L’historiographie de la Commission B&B révèle le rôle considérable joué par les commissaires et la nature de leur vision des relations canado-québécoises. Pour notre part, nous allons partir du rapport préliminaire pour étudier la place occupée par le passé et la mémoire au sein de ce document important. Comment se manifestent les traces du passé au sein du rapport ? Qu’est-ce que le document révèle sur les mémoires canadienne et québécoise ? Où la crise décrite par les commissaires puise-t-elle sa source ? Tels sont les questionnements qui nous intéresseront.

6À la lecture du rapport, ce qui ressort principalement, c’est que les mémoires canadienne et québécoise ne peuvent se fondre en une seule mémoire tant elles sont distinctes. Les Canadiens anglophones et les Québécois n’entretiennent pas le même rapport au passé, ils donnent aux événements passés des interprétations distinctes, parfois dichotomiques, et ils entretiennent une vision différente de la Constitution qui les unit. D’où le constat de crise profonde mis en lumière par les commissaires, une crise révélée notamment par l’observation des mémoires discordantes des Canadiens anglophones et francophones. Bref, c’est en partie dans la mémoire divergente des citoyens canadiens que la source de la crise décrite serait à chercher.

  • 5  Le rapport préliminaire est parsemé de bribes de témoignages provenant des citoyens qui ont partic (...)

7S’appuyant principalement sur les témoignages contenus dans le rapport préliminaire5 ainsi que sur l’analyse des commissaires, ce travail tentera d’éclairer d’abord, à l’aide de quelques pistes de réflexion, la notion de mémoire, pour ensuite s’attacher au mandat de la Commission B&B, à ce que révèlent les témoignages contenus dans le rapport et, enfin, à la crise décrite par les commissaires, fruit d’une accumulation de l’histoire, une crise qu’ils tenteront de résorber en explorant des solutions basées sur un compromis, sur une révision de la Constitution et sur l’oubli.

Quelques pistes de réflexion sur la notion de mémoire

8La complexité et la polysémie de la notion de mémoire ont été maintes fois soulignées. À ce propos, la sociologue Marie-Claire Lavabre résume bien la situation : « Souvenirs de l’expérience vécue, commémorations, archives et musées, mobilisations politiques de l’histoire ou ‘invention de la tradition’, monuments et historiographies, conflits d’interprétation, mais aussi oublis, symptômes, traces incorporées du passé, occultations et falsifications de l’histoire : la ‘mémoire’ embrasse décidément trop et signale par là-même le caractère métaphorique de son usage. » (Lavabre, 2000 : 48). Si elle est sans doute trop englobante, la notion de mémoire « résiste à la confusion » (Lavabre, 2000 : 53) et demeure pertinente surtout lorsque nous rencontrons, avec le document ici étudié, des conflits d’interprétation multiples entre anglophones et francophones et des traces d’un passé qui se conjugue au présent. Présence du passé, voilà essentiellement ce qu’exprime la mémoire.

9La notion de mémoire collective plus particulièrement a été développée par Maurice Halbwachs qui fait figure de précurseur avec son ouvrage intitulé La Mémoire collective (1950). S’appuyant sur l’histoire vécue plus que sur l’histoire apprise (1967 : 36), elle s’oppose, aux yeux d’Halbwachs, à la mémoire historique et représente « un courant de pensée continu, d’une continuité qui n’a rien d’artificiel, puisqu’elle ne retient du passé que ce qui est encore vivant ou capable de vivre dans la conscience d’un groupe qui l’entretient. » (1967 : 54). C’est une mémoire vivante qui sert le présent, qui se compose et se « recompose à son gré en fonction des besoins du moment, des lois de l’imaginaire et du retour du refoulé », comme le souligne Pierre Nora qui rend, dans l’article « Mémoire collective », un vibrant plaidoyer pour l’objectivation historienne de la mémoire en ajoutant que « l’analyse des mémoires collectives peut et doit devenir le fer de lance d’une histoire qui se veut contemporaine. » (1978 : 401). La mémoire étant, aux dires de Jacques Le Goff, un élément clé de « l’identité individuelle ou collective, dont la quête est une des activités fondamentales des individus et des sociétés d’aujourd’hui » (1988 : 174), l’étude de la mémoire collective d’un groupe permet non seulement de mieux comprendre son identité, mais également de mieux comprendre ses revendications.

10Ce qui ressort essentiellement de ces quelques pistes éclairant la notion de mémoire collective, c’est que le passé des communautés, des nations n’est pas que passé, il vit encore au présent et sert l’avenir. Comme le souligne Jacques Le Goff, « la mémoire, […] ne cherche à sauver le passé que pour servir le présent et l’avenir. » (1988 : 177). S’attacher à la mémoire et, dans le cas qui nous intéresse, aux mémoires canadienne et québécoise du conflit de basse intensité qui sévit au Canada, c’est mettre en lumière les traces du passé qui subsistent et qui permettent d’éclairer l’intensité des tensions et la source à laquelle elles puisent leur force. En comparant les deux mémoires, ce qui ressort principalement, c’est un conflit dans l’interprétation du passé qui révèle qu’elles évoluent en vase clos et qu’un dialogue de sourds s’opère entre ce que Hugh McLennan a qualifié à juste titre de « deux solitudes ».

La Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, le contexte de sa naissance et son mandat

11Cette vaste étude « globale et approfondie » qu’incarnait la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme a d’abord germé dans l’imaginaire d’André Laurendeau, intellectuel québécois alors éditorialiste au Devoir. Dans un éditorial paru en janvier 1962, l’intellectuel québécois avait suggéré au gouvernement fédéral de John Diefenbaker de mettre en branle une commission d’enquête explorant le bilinguisme au Canada. Les efforts consentis dans ce domaine par les responsables fédéraux – notamment l’émission de chèques bilingues – n’étaient, à son avis, que de la poudre aux yeux. Le Canada français méritait davantage de respect.

12Le Québec, alors ancré dans la Révolution tranquille, connaît une vive ébullition et une phase « d’auto-critique », pour reprendre l’expression employée par A. Laurendeau (1990 : 63), qui l’amène à se questionner sur son identité et à revendiquer plus d’autonomie. Les remparts traditionnels, notamment l’Église, qui représentait un pilier central, s’effondrent. Parallèlement, la société québécoise assiste à la montée du séparatisme ; les réunions du Rassemblement pour l’indépendance nationale attirent une foule de partisans en liesse (Fraser, 2007 : 37). Les Québécois prennent de plus en plus conscience de leur force au sein de la Confédération canadienne ; la devise « Maître chez nous » employée par le gouvernement libéral de Jean Lesage lors de l’élection de 1962 est porteuse de tous les espoirs de renouveau en insistant sur le nationalisme économique (Linteau, Durocher et al., 1989 : 720). Les institutions se modernisent et les changements qui s’opèrent au sein de la société québécoise s’accompagnent d’une nouvelle attitude, plus contestataire et affirmée, face au gouvernement fédéral (Linteau, Durocher et al., 1989 : 721). C’est à ce moment que le terme « Québécois », pour désigner les habitants du Québec, qui était naguère davantage attaché au Canada français, devient de plus en plus revendiqué, de même que les expressions de « Québec » et d’ » État québécois » ; une transformation du capital symbolique s’effectue. À ce moment, les Québécois rencontrent plusieurs obstacles à l’épanouissement de leur ambition. Ils occupent très peu de postes d’importance au sein de la fonction publique canadienne, ils n’arrivent pas à se faire répondre en français dans des institutions qui pourtant leur appartiennent et ils ne possèdent guère tous les instruments nécessaires au rayonnement de leur langue et de leur culture spécifiques. C’est dans ce contexte que des voix telles que celle d’André Laurendeau vont s’élever pour exhorter un changement. D’autant plus que le Canada, qui persiste à considérer le Québec comme une société arriérée, ne voit pas l’importance de faire quelques modifications que ce soit.

13Si la demande d’André Laurendeau s’est d’abord heurtée à un refus du gouvernement conservateur de John Diefenbaker, la situation a complètement changé au moment de l’entrée au pouvoir de Lester B. Pearson, leader des troupes libérales aspirant à répondre aux nouvelles exigences de la province francophone où grandit un nationalisme renouvelé, vigoureux et plus contestataire. Croyant dans « les vertus de la conciliation et du compromis pour résoudre les conflits » (McRoberts, 1999 : 67), il témoigne d’ouverture et croit qu’il faut « traiter le Québec comme le cœur de la culture française au Canada, comme une province distincte des autres à certains égards » (McRoberts, 1999 : 67) sans quoi l’unité du pays deviendra en péril. Ses intérêts rencontrent donc ceux de Laurendeau et, sitôt devenu premier ministre du Canada, il crée la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme. André Laurendeau est nommé co-président de la Commission avec Davidson Dunton, alors principal de l’Université Carleton. Dans cette grande aventure de consultation publique, les accompagneront huit commissaires : le père Clément Cormier, Royce Frith, Jean-Louis Gagnon, Gertrude M. Laing, Jean Marchand, J. B. Rudnyckyj, Frank R. Scott et Paul Wyczynski.

14Le mandat de la Commission est de « faire enquête et rapport sur l’état présent du bilinguisme et du biculturalisme au Canada, devant faire des recommandations pour que la Confédération se développe d’après le principe d’égalité entre les deux peuples qui l’ont fondée, tout en tenant compte de l’apport des autres groupes ethniques. » (Laforest, 1992 : 96). Principalement, il s’agissait d’aller tâter le pouls des citoyens canadiens sur le terrain afin qu’ils ne soient plus de simples observateurs mais deviennent des acteurs jouant un rôle fondamental dans la quête d’une solution pour harmoniser les rapports canado-québécois ; en bref, il s’agissait de faire éclater la vérité sur les relations entre les anglophones et les francophones du Canada. Les commissaires ont donc ratissé le pays d’un océan à l’autre, consultant les premiers ministres de chaque province afin de récolter leur avis sur la situation, recueillant un myriade de mémoires et tenant de nombreuses rencontres régionales et audiences publiques où les citoyens étaient appelés à répondre aux questions suivantes : « Ces deux peuples, l’anglophone et le francophone, peuvent-ils et veulent-ils vivre ensemble ? À quelles conditions nouvelles ? Et ces conditions sont-ils prêts à les accepter ? » (Rapport préliminaire, 1965 : 148). Si, la plupart du temps, les rencontres se firent sous le signe de la cordialité, les commissaires ne furent pas sans rencontrer d’écueils. D’abord, la notion de biculturalisme, une des pierres angulaires du mandat, reçut un accueil frileux, principalement chez les anglophones et certains groupes ethniques qui se rattachent davantage au multiculturalisme. Les Canadiens d’origine ukrainienne de l’Ouest se montrèrent particulièrement amers envers cette notion puisqu’ils se considéraient comme les cofondateurs des provinces de l’Ouest ; à leurs yeux, il ne pouvait y avoir que deux « peuples fondateurs » (Meisel, Rocher et Silver, 1999 : 187), car ce serait écarter tous les autres groupes qui ont contribué à faire du Canada le pays prospère qu’il est devenu. Les souverainistes également pimentèrent certaines séances puisqu’ils ne comprenaient guère comment un rapprochement avec l’Autre était possible quand l’unique avenue pour un Québec épanoui résidait dans la séparation. Que ce soit auprès des citoyens ou des premiers ministres, les commissaires rencontrèrent de l’incompréhension et de la résistance quant au mandat de la Commission. Toutefois, ce qu’ils rencontrèrent principalement, ce sont deux sociétés, le Canada anglophone et le Québec francophone, qui évoluent en vases clos.

15Au moment de sa sortie, le rapport préliminaire fait couler beaucoup d’encre à travers le Canada. La crise qu’il révèle au grand jour soulève un malaise profond, surtout au Canada anglophone. Déjà, « la seule mention du mot ‘crise’ sur un document officiel fait trembler le pouvoir. Cachez ce sein […] » souligne Paul-André Comeau (dans Laurendeau, 1990 : 18). Les commissaires, désireux d’offrir un véritable titre au rapport et d’y inclure le terme « crise », se voient dans l’obligation de se résigner et de laisser le document officiel sans titre – comme le veut la tradition – en raison des réticences exprimées par le premier ministre. Plutôt pessimiste à l’aube de la parution du rapport, André Laurendeau se montre dans son journal relativement heureux du traitement journalistique réservé au document. Il résume la situation ainsi : « Sauf rares exceptions, le Canada français a exprimé de la satisfaction, et parfois de l’enthousiasme. Du côté anglophone, c’est toute la gamme des opinions que nous résumons dans le rapport lui-même ; depuis l’opposition au principe même de la Commission jusqu’aux commentaires intelligents et généreux d’un Ramsay Cook. » (Laurendeau, 1990 : 306) S’il ne récolte pas que des fleurs, le rapport parvient à attirer l’attention. Fort de plusieurs mois de consultations publiques, il s’avère riche en extraits de témoignages de citoyens, témoignages instructifs à propos des stigmates du passé qui révèlent le fossé qui se creuse entre les mémoires canadienne et québécoise.

Les témoignages contenus dans le rapport préliminaire

16Rares sont les sources qui, à l’instar du rapport préliminaire, permettent d’accéder aisément à la vision qu’entretiennent les citoyens canadiens de leur pays, de la Constitution canadienne et de la place du Québec au sein de cette Constitution. Dans le rapport, c’est toute l’ampleur du fossé qui divise les « deux solitudes » qui est mise en lumière. Ici, on sent le pouls des Canadiens tant anglophones que francophones battre au rythme des événements qui ont imprégné leur trajectoire historique, au rythme de leurs frustrations et de leur incompréhension d’un Autre pourtant si proche.

Un rapport différent au passé

  • 6  Il est à noter que tous les extraits de témoignages contenus dans le Rapport préliminaire ont été (...)

17À la lecture des extraits de témoignages contenus dans le rapport6, un élément ressort particulièrement, soit que les Canadiens anglophones et les Québécois francophones entretiennent une relation distincte avec leur passé. Tandis que les premiers portent leur regard davantage vers l’avenir, les seconds semblent posséder une mémoire écorchée vive et ils ramènent fréquemment sur les tribunes les événements et les moments où ils se sont sentis trahis et bafoués par le groupe majoritaire. Les anglophones, quant à eux, semblent posséder un sens de l’histoire moins bien ancré.

18À la suite de multiples rencontres régionales, les commissaires constatent que les anglo-canadiens sont plus prompts à « dédaigner l’histoire », comme le révèle cet extrait tiré du discours d’un participant de Victoria qui souligne que rien ne sert de s’enfermer dans le passé : » L’avenir du Canada importe beaucoup plus que son passé. Travaillons donc tous ensemble à créer un canadianisme au Canada. » (Rapport préliminaire, 1965 : 39). Et ce témoignage ne constitue guère une exception aux dires des commissaires qui soulèvent la prééminence de cette vision, surtout en Alberta et en Saskatchewan, provinces plus jeunes qui sont davantage détachées des réalités québécoises. Les références au passé, abondantes dans les témoignages des francophones, se font beaucoup plus rares lorsque les anglophones prennent la parole. Il s’avère même possible de constater des élans de mépris chez les Canadiens de langue anglaise à l’égard de la manière qu’ont les francophones de ressasser le passé. Ainsi, un participant d’origine irlandaise s’élève à Saskatoon devant « ces Canadiens français qui ont refusé la défaite. Ils se sont maintenus dans l’isolement, en marge des grands courants de la civilisation. Au lieu d’oublier le passé, ils sont demeurés à l’écart, occupés à lécher leurs blessures » (Rapport préliminaire, 1965 : 56).

19Certains pans du passé sont encore bien vivants dans les mémoires canadiennes-françaises et québécoises, surtout les moments où leurs droits et leurs revendications ont été malmenés par les anglophones. Le Confédération, qui devait originellement procurer au Québec les outils nécessaires à son plein épanouissement, a laissé un goût particulièrement amer dans la bouche de certains qui considèrent la Constitution canadienne comme un pacte violé. Tandis que les Canadiens anglophones semblent confiants dans l’avenir, les Québécois mirent leur passé pour exprimer leur scepticisme quant à l’avènement d’un jour où ils seraient considérés en tant que véritables partenaires. « Nos droits, que la Confédération nous a refusés lorsque nous étions 60 p.c. en 1867, pensez-vous qu’ils nous la redonneront en 1971, lorsque, d’après les statistiques, nous serons seulement 18 p.c. ? » (Rapport préliminaire, 1965 : 90), déclare un Chicoutimien. Cette déclaration laisse entrevoir le peu de confiance placé en ce « ils » qui incarne les responsables fédéraux et, plus globalement, les anglophones qui ont si souvent déçu les francophones. Chez les participants francophones, le passé n’est pas exclusivement convoqué dans le dessein de se souvenir et de rappeler à la majorité les entraves qu’elle lui a fait subir, il est également ramené au présent pour nourrir la légitimité d’un statut particulier au sein de la fédération.

  • 7  Voir l’ouvrage collectif dirigé par Martin Pâquet, 2006. M. Pâquet met en lumière, dans l’introduc (...)

20En fait, il est possible de remarquer, dans les témoignages des Québécois francophones, un désir de souligner la profondeur de leur enracinement en sol canadien, cette ancienneté leur procurant de la fierté certes, mais également la dose de légitimité requise pour obtenir davantage d’autonomie et pour justifier qu’en tant que peuple fondateur, ils ne peuvent être écrasés. C’est ainsi qu’ » à des anglophones qui s’exprimaient avec un certain détachement sur “la” minorité française, un Canadien français lança soudain : savez-vous messieurs, que le français est parlé sans interruption à Québec depuis 1608 ? On aurait pu croire qu’obéissant à un sentiment de fierté blessée, cet homme exhibait ses lettres de noblesse. » (Rapport préliminaire, 1965 : 47). Le rapport préliminaire révèle que les franco-québécois souffrent de leur passé. Toutefois, ils semblent également conscients que le passé peut les servir. En effet, leur ancienneté en terre canadienne peut amener les commissaires à souligner dans leur rapport l’importance d’un statut spécifique pour le Québec afin qu’il puisse s’épanouir sans frein. Le rappel d’un passé où les francophones ont contribué à bâtir la colonie, où leur langue et leur culture ont continué de briller dans l’adversité, peut également emprunter le visage de l’argument noble, de l’argument de poids à même de mener à une révision du cadre constitutionnel présent pour assurer un avenir meilleur à la province francophone. Car, pour rappeler les propos de Jacques Le Goff soulignés plus tôt, « la mémoire […] ne cherche à sauver le passé que pour servir au présent et à l’avenir. » (1988 : 177). Les Québécois, qui sont dans une période de refondation de leur identité qui les amène de plus en plus à se définir comme une « nation » qui a besoin d’autonomie pour vivre, eux qui se définissaient naguère comme une « race » ou une « nationalité », ont avantage à user du passé, surtout que les usages du passé possèdent un fort potentiel de réparation7. Souvent, dans les discours déclamés lors de rencontres régionales, les Québécois semblent « sous-entendre l’idée que les Canadiens anglais ne sont pas vraiment enracinés au Canada, qu’ils sont de récents arrivants encore rattachés à une autre patrie (et que) la vraie façon – la façon naturelle – d’être Canadien, c’était d’être Canadien français. » (Rapport préliminaire, 1965 : 48). Ce n’est pas sans motifs qu’ils s’évertuent à mettre en lumière les événements de l’histoire attestant leur présence antérieure aux Anglais ; ils savent que le rappel de ces bribes de l’histoire peut appuyer leurs requêtes.

21Il ne faut pas croire, toutefois, que tous les francophones partagent une pensée monolithique, loin de là. Et certains d’entre eux, plus particulièrement les partisans de la séparation, n’en ont rien à faire de demander un renouvellement de la Constitution. À leurs yeux, l’avenir du Québec doit se bâtir en dehors des frontières canadiennes. Voilà ce qu’exprime un jeune à Chicoutimi qui interpelle « agressivement » la commission : « Vous direz à ces messieurs d’Ottawa que la nouvelle génération du Québec n’est plus influencée par les deux heures de la bataille des Plaines d’Abraham […] ce qui intéresse et ce qui donne une grande dignité à la jeunesse canadienne-française, présentement, c’est qu’elle prend l’essor nécessaire pour être capable de se conduire seule. » (Rapport préliminaire, 1965 : 86). Ce jeune invite à passer outre la Conquête et à construire un pays nouveau. Bien qu’elle se soit déroulée quelque 200 ans avant la tenue de la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, la Conquête continue de vivre dans les mémoires, autant canadiennes anglophones que québécoises cette fois. Les stigmates de cet événement phare pullulent au sein du rapport et l’étude de ces empreintes apporte quelques éléments de réponse à l’ampleur de la division. Il semble en fait, à la lecture du rapport, que les comportements des anglophones et des francophones se soient fixés en partie deux siècles plus tôt et que, dans une certaine mesure, rien n’aurait vraiment bougé depuis.

La persistance de la Conquête

22La Conquête constitue, aux dires d’Anne Trépanier, « le substrat, le précipité, d’un événement mentalitaire et résume tout : les batailles (1759-1760), la résistance, la capitulation de Montréal (1760) et la Proclamation royale (1763). » (2009 : 182). Elle représente un événement fondateur, la référence identitaire originelle pour les Québécois (Gagnon, 2008 : 39) puisqu’au lendemain de ces événements consacrant la victoire des Anglais, la Nouvelle-France n’est plus ; tout est à recommencer, à rebâtir pour les descendants des Français. Aux dires de plusieurs historiens nationalistes, une identité refondée découle de la Conquête et de là vient l’idéologie de la survivance et de la conservation qui sous-tend la formation de cette identité distincte propre aux Canadiens français qui deviendront Québécois (Trépanier, 2009 : 179). Comme le rappelle l’historien Marcel Trudel, « se retrouver sous domination étrangère est toujours pour un peuple une tragédie. » (2006 : 227). Nouveau point de départ autour d’un traumatisme, la Conquête est encore vivante dans la conscience québécoise. Toutefois, il apparaît clair que cet événement habite également les mémoires du groupe majoritaire au Canada.

23Le rapport est ponctué de vestiges de la Conquête et de la période coloniale, comme si les Canadiens anglophones étaient toujours ces Anglais conquérants et les francophones, ce peuple écrasé. Déjà, le vocabulaire est très évocateur. À plusieurs reprises dans les témoignages, on parle non pas de Canadiens anglais ou français, mais plutôt d’Anglais et de Français, comme si les différends opposaient toujours les mêmes ennemis qui s’étaient confrontés sur le champ de bataille il y a plus de deux siècles. Comme le soulignent les commissaires, « on appelait souvent les Canadiens de langue anglaise ‘les Anglais’, ou même les ‘Anglo-Saxons’ […] [et] parfois on donnait à ces expressions un sens péjoratif. » (Rapport préliminaire, 1965 : 48). Et le phénomène inverse est également vrai, les Canadiens anglophones appelant les Canadiens français tout simplement » les Français » (Rapport préliminaire, 1965 : 48).

24En fait, la figure de l’Anglais dominateur, de l’Anglais colonisateur, mise en scène dans les romans tels que Les Anciens canadiens de Philippe Aubert de Gaspé père, semble encore bien ancrée dans la mémoire collective québécoise au cours des années 1960, malgré la modernisation et les transformations qui s’opèrent au sein du Québec. C’est ainsi que lors d’une séance, un Chicoutimien prend la parole pour dire, avec une pointe de fiel : « Nous sommes là pour enrichir les Anglais. » (Rapport préliminaire, 1965 : 48). Comme si les francophones ne constituaient que de la main-d’œuvre bon marché au service des anglophones. Et l’attitude des Canadiens anglophones ne fait rien pour aider à détruire le mythe de l’Anglais dominateur. En effet, comme le constatent les commissaires, le groupe majoritaire au Canada, loin de prêcher par modestie, se fait souvent condescendant et se place lui-même sur un piédestal, comme s’il faisait toujours partie des bataillons d’Anglais victorieux, comme s’il était encore un colonisateur. Ils se représentent eux-mêmes comme dominants. À ce propos, cet extrait du rapport est particulièrement révélateur :

La question souvent posée ‘Que veut le Québec ?’ paraît révéler un intérêt authentique pour les aspirations des Québécois francophones. Mais, parfois, on avait l’impression qu’un supérieur se renseignait sur la requête d’un inférieur, afin de décider s’il accéderait ou non à certaines demandes. Ce sentiment de supériorité ressemble-t-il à celui d’une grande puissance envers sa colonie, comme certains jeunes Canadiens français l’ont prétendu ? Parfois, cette attitude découlait de l’histoire : on a clairement fait allusion à la conquête, comme si les relations entre Canadiens des deux langues avaient été fixées une fois pour toutes en 1759, sur les plaines d’Abraham (Rapport préliminaire, 1965 : 115).

25Aux yeux des Canadiens de langue anglaise, les Canadiens français représentent toujours un petit peuple de paysans un peu arriéré, ce qui explique sans doute le caractère impérieux et hautain de leurs propos. Si la figure de l’Anglais dominateur s’est fixée dans la mémoire québécoise, celle de l’agriculteur dépourvu de culture et de bonnes manières semble être très présente dans la mémoire canadienne anglophone. Ainsi, les interventions de participants anglophones qui voient le Québec comme une société en retard abondent : « Pour nous – anglophones – ce sont des agriculteurs, et nous avons tendance à les considérer comme inférieurs. », « Le Québec a mis l’accent sur une culture plutôt paysanne, culture qui divertit plus qu’elle n’éduque », « Le Québec […] est cinquante ans en retard », « Le Canada français est lié à des idéaux du XIXe siècle » (Rapport préliminaire, 1965 : 71). La vision du Québec francophone partagée par les anglophones semble complètement anachronique, déconnectée de la réalité. Tandis que dans l’imaginaire des Canadiens anglais le Québec n’a pas évolué depuis mathusalem, dans la réalité, le Québec est majoritairement urbain depuis plus de quarante ans au moment de la parution du rapport préliminaire. Le Québec des années 1960 s’avère en pleine mutation ; son image change dans l’esprit des Québécois qui sont nombreux à poursuivre une quête d’autonomie qu’ils acquièrent progressivement. Comme le soulignent les commissaires : « la plupart [des anglophones] ne comprenaient pas non plus la tendance profonde de tant de Québécois vers une autonomie accrue et leur conviction grandissante que le Québec devient une nation distincte, maîtresse de ses institutions économiques et sociales. » (Rapport préliminaire, 1965 : 125). Le Canada semble donc évoluer dans l’ignorance totale de ce qui se passe dans la province francophone. En fait, comme le révèle l’analyse des commissaires, « les choses se passent donc comme si, devant des situations données, certains anglophones et certains francophones s’étaient davantage forgé leur système d’explication vers lequel ils se replient et où chacun se croit inexpugnable […] Chacun s’enferme dans son propre point de vue et refuse d’en sortir. » (Rapport préliminaire, 1965 : 73).

Mémoires inversées

26Ainsi, ce qui ressort principalement de l’analyse des commissaires et des bribes de témoignages présents dans le rapport préliminaire de la Commission B&B, c’est un phénomène que le sociologue québécois Guy Rocher a déjà mis en lumière, c’est-à-dire le phénomène de « mémoires inversées », qui fait en sorte que les Canadiens anglophones et les Québécois possèdent deux schèmes de représentations distincts ; ils ne partagent pas les mêmes symboles, ni les mêmes mythes et donnent une interprétation différente aux événements qui ont jalonné leurs trajectoires historiques – ce qui est par ailleurs très visible dans le rapport préliminaire (Meisel, Rocher et Silver, 1999 : 3). Nous sommes en présence de « deux solitudes » qui ne parviennent pas à se rejoindre, d’abord parce qu’il y a des lacunes profondes quant à la connaissance de l’autre, comme en témoigne la vision anachronique entretenue par les anglophones du Québec francophone, puis parce que les Canadiens anglais et français n’ont pas les mêmes références au passé et parce qu’ils ne comprennent pas les événements de leur histoire de la même manière. Un mur d’incompréhension semble s’être érigé entre la province francophone et le reste du pays, alimenté par des interprétations discordantes (Meisel, Rocher et Silver, 1999 : 3).

27D’un côté, il y a les Québécois francophones, en redéfinition identitaire et en quête d’autonomie, qui semblent encore marqués par la Conquête et, plus globalement, par tous les moments où ils ont senti que leurs droits étaient malmenés par le groupe majoritaire. Comme le souligne l’historien Frank H. Underhill : « To the French, as they look back on their two centuries of history since 1763, the two centuries have been clearly and unhappily divided. » (1964 : 50). D’abord, il y a la blessure originelle qui a fait d’eux un peuple conquis. Puis, malgré quelques victoires, parmi lesquelles se trouve l’obtention de leur liberté politique, ils durent encaisser une série de coups durs au XXe siècle : les coupures du gouvernement dans les subventions accordées aux écoles françaises à l’extérieur de la province québécoise, la conscription qui les amena à se battre outre-mer pour des enjeux qui ne les touchaient guère et la seconde révolution industrielle où les rênes de l’économie du Québec passèrent de plus en plus entre les mains des Canadiens anglophones et des Américains (Underhill, 1964 : 51). Dans le système de représentations des francophones, l’Anglais représente encore un être conquérant. Toutefois, ils sont blasés de cet ordre des choses et aspirent à le renverser, ils veulent reprendre leur destinée en main. Ils aspirent à ce qu’il n’y ait plus de conquérant ni de dominé, mais seulement deux partenaires égaux. Le passé leur sert ici d’outil pour rappeler l’ancienneté de leur présence et donc la légitimité de leurs requêtes dans le présent. Il ravive également l’espoir d’un avenir meilleur.

28De l’autre côté, il y a les Canadiens anglophones, qui « ignorent presque tout de l’évolution québécoise récente » (Rapport préliminaire, 1965 : 64) et aux yeux de qui le statu quo constitue la meilleure option. Ils ne comprennent guère l’importance des revendications des francophones puisqu’ils ne possèdent pas la même lecture du passé ; pour eux, la Conquête n’est pas un épisode traumatisant, mais le rappel d’une victoire, et lord Durham, qui est représenté comme un colonisateur peu scrupuleux, un assimilateur, dans le Canada français, représente un homme de grand bon sens, un décolonisateur (Rapport préliminaire, 1965 : 126). Aux yeux des anglophones, les pères de la Confédération ont fait un excellent travail et rien ne sert de retoucher leur œuvre. Et si les Québécois souffrent, c’est parce qu’ils se sont enfermés dans les blessures du passé ; ils sont restés ancrés au XIXe siècle, sous la tutelle d’une Église toute-puissante qui étend ses tentacules pour les tenir le plus loin possible des « dangerous contacts with Anglo-Saxondom » (Underhill, 1964 : 51).

29Voilà où réside toute la crise décrite par les commissaires. Il y a deux nations au sein d’un même pays. Les propos de Lord Durham, formulés en 1838, sont toujours criants de vérité aux dires des commissaires : « J’ai trouvé deux nations en conflit, au sein d’un même État. » (Rapport préliminaire, 1965 : 136). Tout dans l’histoire des Canadiens anglophones ou des Québécois francophones devient sujet à conflit, ce qui contribue largement au malaise constitutionnel et politique canadien. En fait, la mémoire travaille tant qu’il y a souvent absence de dimension historique. Les événements du passé sont rappelés certes, mais c’est presque toujours une interprétation partisane qui en est faite (Meisel, Rocher et Silver, 1999 : 4). Peu importe que les faits soient rétablis, on s’en sert pour orienter son interprétation et pour justifier ses revendications.

La crise révélée par le rapport préliminaire : une accumulation du passé avivée par les « mémoires inversées »

30La crise dont les commissaires brossent le portrait constitue une accumulation du passé et puise sa source dans le Québec (Rapport préliminaire, 1965 : 5). Si elle est d’une telle profondeur, c’est qu’elle incarne le fruit de multiples conflits jamais résolus. Elle puise sa source dans l’exécution du leader métis Louis Riel en 1885 qui se fit malgré la résistance des Canadiens français qui s’étaient élevés contre cette sentence. Comme le souligne Kenneth McRoberts, « les Canadiens français ont tendance à voir dans cette sentence l’expression de la haine des Canadiens anglais pour tous les catholiques d’expression française. » (McRoberts, 1999 : 41). Elle puise sa source dans les querelles entourant les droits de la minorité française à l’extérieur de la province francophone, notamment en ce qui a trait à l’éducation. L’édiction du Règlement 17 en Ontario en 1912, qui limite l’utilisation du français comme langue d’enseignement dans les écoles publiques et séparées, et l’abolition des écoles bilingues au Manitoba en 1916 suscitèrent des élans d’indignation dans un Québec qui voyait sa langue maltraitée en dehors des frontières de son territoire (Meisel, Rocher, Silver, 1999 : 88). À cela s’ajoutent les deux épisodes de conscription de 1917 et de 1942 qui ont soulevé des torrents de contestations chez les Canadiens français aux yeux « de qui cette mesure semblait entraîner un peuple pacifique dans des conflits n’intéressant essentiellement que les Canadiens d’origine britannique. » (Rapport préliminaire, 1965 : 127). Comme le rappellent les commissaires, ces différends « ne sont pas étrangers à la crise présente. » (Rapport préliminaire, 1965 : 127). Les conflits ayant marqué les relations canado-québécoises se sont imprégnés dans les mémoires collectives canadienne et québécoise et ont laissé une empreinte différente. Si bien que, telle une blessure mal cicatrisée, « après chaque conflit, peu importe la façon dont il est réglé, se renforce, de part et d’autre, un sentiment d’injustice » (Rapport préliminaire, 1965 : 126), comme le met en lumière le rapport préliminaire. Et le nœud de ces conflits d’interprétation, qui découlent de mémoires discordantes et qui génèrent une crise sans doute moins spectaculaire que les précédentes « mais autrement profonde » (Rapport préliminaire, 1965 : 126), se trouve dans la Constitution adoptée en 1867.

La Confédération canadienne : pacte entre deux peuples fondateurs ou union égale de dix provinces ?

  • 8  À ce sujet, ce sont surtout les politologues et les juristes qui ont débattu. Les historiens se so (...)

31La Confédération fut l’objet même d’un conflit d’interprétation sur lequel repose bien des différends en sol canadien8. Déjà, son élaboration est assise sur un malentendu, sur des visions distinctes entretenues par les Pères de la Confédération à l’égard de la place que devait occuper la province de Québec au sein de la nouvelle entité et du fonctionnement même du pays. Comme le met en lumière le politologue Alain G. Gagnon, « l’histoire contemporaine nous rappelle que ce fut un malentendu important entre les classes politiques de chaque côté du clivage linguistique, puisque les attentes des uns et des autres ne semblaient pas correspondre. » (2008 : 42-43). D’un côté, il y avait John A. Macdonald, alors chef des tories du Haut-Canada, partisan d’un gouvernement central très fort, qui ne voulait accorder que peu d’autonomie aux provinces. À ses yeux, les Pères fondateurs américains avaient commis une erreur immense en créant une fédération trop décentralisée et il ne fallait guère marcher dans leurs traces (Kelly, 2001 : 38). De l’autre côté, il y avait les leaders du Bas-Canada, tels que George-Étienne Cartier, chef du parti conservateur alors au pouvoir, qui étaient en faveur d’un modèle de fédération décentralisé, qui permettrait au Québec de gérer toutes les sphères de pouvoir assurant la pérennité de sa langue et de sa culture particulières. En dépit des dissensions entre les Pères de la Confédération et des débats houleux entourant la fondation du Canada, le régime fédéral fut choisi puisqu’il permettait, en conférant aux provinces des champs de pouvoir spécifiques, de respecter les différences de chacune des entités de la fédération, ce qui s’avérait particulièrement profitable pour le Québec, qui se distinguait plus que toutes les autres provinces de par la spécificité de sa langue. Toutefois, des conflits d’interprétation naquirent rapidement de cette entente, les textes et les citations des Pères de la Confédération fourmillant, aux dires du politologue et historien Stéphane Paquin, « de contradictions et (allant) même jusqu’à justifier des doctrines incompatibles. » (Paquin, 1999 : 19).

32Dès lors, deux visions de la Constitution vont s’imposer, une situation décrite notamment par l’historien anglo-canadien Frank Underhill : « The root of our current difficulties is that French-Canadians and English-Canadians have different pictures in theirs minds of what the meaning of Confederation was in 1867, of what our national purpose was or should have been in the years since then, and of what Confederation has accomplished so far. » (Underhill, 1964 : 50). D’une part, il y a l’idée selon laquelle les provinces représentent des entités égales au sein de la fédération, une vision qui s’est imposée dans l’imaginaire des Canadiens anglophones. Et, d’autre part, il y a l’idée que la Confédération repose sur un pacte entre les deux peuples fondateurs, les Canadiens anglais et les Canadiens français. La seconde vision s’avère entérinée par plusieurs Québécois de même que par les commissaires puisqu’elle oriente leurs propos dans le rapport préliminaire. Sur quoi repose donc cette conception des deux peuples fondateurs et où se trouvent ses origines ?

33Henri Bourassa, homme politique et fondateur du Devoir, contribua grandement à l’enracinement en sol québécois de la théorie du pacte entre « deux races fondatrices ». À ses yeux, la Confédération reposait « sur une logique d’équité » absolue entre elles deux. Il offre, dans ses écrits, une relecture de l’histoire canadienne depuis la Conquête qui légitime cette égalité, car, aux dires de Sylvie Lacombe, « dans sa pensée, avant d’être positivement fixée par la Confédération, l’égalité des deux communautés trouve sa source dans le droit moral des sujets canadiens-français de parler et de conserver leur langue. » (2002 : 78). Selon sa pensée, le droit des Canadiens français de préserver leur langue constitue un droit historique, acquis au début du XIXe siècle, après que les francophones aient pris les armes à deux reprises – soit lors de Guerre d’Indépendance américaine et lors de la guerre opposant l’Angleterre et les États-Unis en 1812 – au nom de la Couronne britannique afin de défendre la colonie et ainsi assurer sa survie (Lacombe, 2002 : 79). En effet, sans l’appui des Canadiens français, plus nombreux que leurs homologues anglophones, la colonie serait probablement tombée entre des mains étrangères. L’égalité absolue des francophones au sein de la Confédération n’est pas uniquement le fruit de leur fidélité à la mère-patrie ; elle découle également, aux dires du fondateur du Devoir, d’une certaine supériorité propre aux Canadiens français. Ces derniers « sont plus canadiens que ne le sont leurs concitoyens anglophones ; ils sont plus fidèles qu’eux à l’égard des principes fondateurs de la Constitution britannique » (Lacombe, 2002 : 85). Il faut ici souligner que l’idée que les Canadiens français font partie d’une race supérieure imprègne à quelques reprises les propos des Québécois rapportés dans le rapport préliminaire. La vision d’Henri Bourassa a donc marqué les mémoires québécoises. Cette lecture de la Constitution comme un pacte entre deux races, deux nations ou deux peuples fondateurs, fait ressortir l’idée que les Canadiens français constituent une « totalité partielle » (Lacombe, 2002 : 81) au sein de la Confédération et ce statut privilégié leur procure évidemment une certaine autorité et certains droits. Largement répandue au Québec, cette conception explique notamment pourquoi les épisodes d’abolition des droits aux écoles françaises et bilingues en Ontario et au Manitoba, l’exécution de Louis Riel et tous les moments où le gouvernement central a posé des obstacles au plein rayonnement de la langue et de la culture spécifiques des Québécois laissèrent un goût amer aux francophones. En effet, comme l’explique Sylvie Lacombe, les conflits ayant marqué les relations canado-québécoises « viennent contredire brutalement l’interprétation de la Confédération en tant que pacte d’égalité entre les deux races. » (2002 : 80). N’ayant pas nécessairement de fondements historiques solides – c’est notamment ce que révèle l’ouvrage de Stéphane Paquin qui tente de démystifier le mythe des deux peuples fondateurs (Paquin, 1999) –, la lecture qu’offre Henri Bourassa de la Constitution va s’imposer et vivre dans les mémoires québécoises. La question qui se dégage ici des deux lectures de la Confédération, c’est comment les Canadiens anglais et les Canadiens français peuvent-ils s’entendre s’ils ne partagent pas la même représentation du cadre politique qui les unit ?

34Et cette impasse est clairement visible dans le rapport préliminaire, comme en témoignent les paragraphes ci-dessus sur la présence de « mémoires inversées » et l’attitude dichotomique des Canadiens anglais et français en plusieurs domaines. Là où les premiers voient une piste de solution, les seconds voient des obstacles et vice versa. C’est ainsi que le principe de biculturalisme proposé par les commissaires est largement rejeté par les anglophones et les autres groupes ethniques qui n’en comprennent pas le sens puisqu’à leurs yeux, le Canada ne constitue guère le mariage de deux races ou de deux nations, mais d’une pluralité de groupes ethniques. Selon eux, la notion de multiculturalisme est beaucoup plus pertinente que celle de biculturalisme. C’est ainsi également que le principe de bilinguisme suscite davantage de malaise chez les Québécois (Rapport préliminaire, 1965 : 77) qui sentent l’épée de Damoclès poindre au-dessus de leur langue, pilier de leur culture, si leurs enfants se mettent à apprendre trop tôt la langue seconde. L’incompréhension des anglophones quant aux revendications d’autonomie du Québec vient principalement de leur conception du Canada comme étant l’union de dix provinces égales. Une vision clairement exprimée dans le rapport : « Le Canada est actuellement une fédération de dix égalités, a dit un Terreneuvien, et le Québec est, bien entendu, une des dix égalités. » (Rapport préliminaire, 1965 : 89). À Fredericton, on s’est également insurgé contre l’égalité des deux peuples fondateurs : « Que la province de Québec soit égale aux neuf autres, voilà une prétention qu’on n’acceptera pas. » (Rapport préliminaire, 1965 : 89). En tant que province comme toutes les autres, le Québec ne peut donc prétendre obtenir des droits spécifiques pour protéger sa langue et sa culture, car ce serait, aux yeux de la majorité des Canadiens anglophones, du favoritisme accordé à un enfant gâté.

35Au Canada français, la théorie des deux peuples fondateurs fait l’unanimité. Les Québécois se représentent comme un des deux peuples qui ont contribué à tracer les contours du Canada et, en raison du rôle fondamental qu’ils ont joué historiquement, ils invoquent une certaine reconnaissance. Mais comment le reste du pays peut-il être en faveur de cette reconnaissance s’il ne conçoit guère le rôle primordial joué par les Canadiens français dans l’histoire du pays ? À leurs yeux, ils ont joué un rôle similaire aux Ukrainiens notamment, qui ont largement contribué à défricher et peupler les terres de l’Ouest. Voilà le nœud gordien que les commissaires aspirent à sectionner.

La solution esquissée par les commissaires

  • 9  Leur chemin sera donc parsemé d’obstacles, plusieurs fédéralistes n’appuyant pas la nature même du (...)

36Et la solution que les commissaires commencent à esquisser est fortement empreinte de la théorie des deux peuples fondateurs et certainement influencée par André Laurendeau, co-directeur de la commission, qui aspirait à plus d’autonomie pour le Québec. Il faut ici rappeler le mandat même de la commission, qui est essentiellement de faire les recommandations nécessaires pour que la Confédération canadienne se développe d’après le principe d’égalité entre les deux peuples ayant fondé le Canada. Les commissaires marchent ici dans la voie tracée par Henri Bourassa et suivie par nombre de nationalistes québécois afin de revendiquer une reconnaissance accrue pour le Québec9 qui constitue un partenaire égal. La solution avancée par les commissaires s’appuie sur un compromis « entre ce qui est pour les Canadiens français un minimum vital, et, pour les anglophones, un maximum acceptable » (Rapport préliminaire, 1965 : 129). D’un côté, ils demandent aux Canadiens anglophones d’ouvrir leurs yeux et de reconnaître la présence, en sol canadien, d’une société francophone riche et vigoureuse, « et à s’intéresser davantage aux aspirations, aux frustrations et aux réalisations des Canadiens français, tant au Québec que dans les autres provinces. Ils doivent arriver à comprendre ce que cela signifie d’être membre d’une minorité, d’un peuple associé mais minoritaire, pour accorder à cette minorité les garanties dont peut se passer une majorité. » (Rapport préliminaire, 1965 : 130). Dans les requêtes qu’ils adressent aux Canadiens de langue anglaise, les commissaires invoquent un argument historique de poids pour tenter de les convaincre du bien-fondé de leurs recommandations. En effet, ils font appel à John A. Macdonald, un « ami de langue anglaise », comme ils le soulignent, pour rappeler aux anglophones que, malgré ses velléités centralisatrices, ce Père de la Confédération avait formulé des paroles sages : « Traitez les Canadiens français comme une nation, et ils se comporteront comme le fait généralement un peuple libre, c’est-à-dire généreusement. Traitez-les comme une faction, et ils deviendront factieux. » (dans Rapport préliminaire, 1965 : 130). Aux yeux des commissaires, l’union canadienne doit enfin laisser place aux deux partenaires égaux que sont la majorité anglophone du Canada et la majorité francophone du Québec. Si les Québécois obtiennent un meilleur statut au sein de la Confédération canadienne, tout laisse présager des horizons meilleurs pour le pays à leur avis. Quant aux francophones, ils devront, comme le soulignent les commissaires, tendre la main au reste du pays et cesser de se replier sur eux-mêmes. Ils devront également « oublier la conquête et tous ses effets psychologiques. » (Rapport préliminaire, 1965 : 131). Ici, l’oubli joue un rôle primordial dans le processus de réconciliation pensé par les commissaires. La mémoire collective québécoise est imprégnée de souvenirs douloureux qui empêchent visiblement les Québécois de s’imaginer un avenir meilleur avec les Canadiens de langue anglaise puisqu’ils les représentent comme ceux qui, trop souvent, les ont fait souffrir. Ici, les commissaires appellent à l’oubli pour que les Canadiens anglophones et francophones puissent construire sur de nouvelles bases. L’oubli constitue une mesure qui permet le pardon ; il sert ici le renforcement de l’unité nationale. En effet, comme le met en lumière le projet de loi de « Pacification nationale » mis en place en Argentine en 1983, « ce n’est pas par le rappel de souffrances mutuellement infligées et provoquées que doit se faire la reconstruction de l’union nationale, mais par la volonté sincère de réconciliation et la recherche commune des chemins vers une coexistence harmonieuse, qui peut conduire à une étape de paix et de travail, de calme et de progrès » (citée par Lefranc, 2002 : 134). Certes, le projet de loi touche un espace géographique différent, toutefois, il souligne avec justesse que, devant un conflit, il faut, sans complètement les enterrer, mettre de côté les « souffrances mutuelles ». Oublier, c’est se réconcilier un peu. Cette solution pensée par les commissaires n’a jamais été véritablement mise en branle, en témoigne notamment la persistance du conflit canado-québécois.

Conclusion

37Projet hautement ambitieux, la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme se rendit aux quatre coins du pays afin de sonder les Canadiens anglophones et francophones sur leur expérience de vie commune. Jamais une entreprise de telle envergure n’avait été tentée. Et les résultats révélèrent un phénomène que sans doute beaucoup connaissaient, mais que plusieurs, parmi lesquels se trouvaient les responsables politiques, préféraient ignorer, soit l’ampleur de la crise canado-québécoise. Une crise qui perdure depuis la Confédération et qui trouve sa source dans le Québec, province francophone en quête de repères identitaires et d’outils lui permettant de faire vivre sa langue et sa culture qui, trop souvent, ont rencontré des embûches sur le chemin de leur plein épanouissement.

38S’inspirant du rapport préliminaire, rédigé par un groupe de spécialistes en sciences humaines hautement respectés, ce travail met en lumière la fixation des comportements des Canadiens de langue anglaise et française, comme si certains pans du passé habitaient tellement les deux communautés politiques principales du Canada qu’ils étaient incapables de passer outre et que toujours, ils se représentaient comme ces Français et ces Anglais ayant colonisé le pays. Pullulant de vestiges du passé, le rapport préliminaire révèle également la prégnance de la mémoire dans l’impasse canado-québécoise. Bien souvent, ce n’est pas l’histoire que l’on retrouve dans le rapport préliminaire, mais des interprétations partisanes de l’histoire, révélant ainsi la force de la mémoire qui ne retient que ce qu’elle veut bien retenir. Et les interprétations des Canadiens de langue anglaise et de langue française sont, la plupart du temps, fondamentalement différentes, ce qui amène deux visions différences du pays et de la manière dont il devrait fonctionner. D’où l’essence du problème. Les Canadiens anglophones, qui se représentent le pays comme l’union de dix provinces égales et qui ne conçoivent pas les blessures subies par les Canadiens francophones puisque leur mémoire ne s’articule pas essentiellement autour des événements où les Québécois ont vécu des coups durs, ne comprennent pas le besoin des Québécois de réviser la Constitution afin qu’ils puissent jouir d’un meilleur statut au sein de la Confédération. Aux yeux des anglophones, si les Québécois souffrent et aspirent à un changement de l’ordre des choses, ce n’est pas tant parce que la Constitution bloque leur épanouissement, mais parce qu’ils s’entêtent à se recroqueviller sur eux-mêmes, à s’enfermer dans le passé plutôt qu’à porter leur regard vers l’avenir. Les Québécois, quant à eux, suivent la ligne de pensée tracée par Henri Bourassa et se représentent comme un partenaire égal au sein de la Confédération, comme un des deux peuples fondateurs. C’est pourquoi, chaque fois qu’ils subissent ce qu’ils conçoivent comme un assaut de la majorité anglophone du pays, ils se sentent trompés, trahis et que des montées de colère se font sentir en sol québécois.

  • 10  Il faut toutefois souligner que Pierre-Elliott Trudeau était prêt à ouvrir le dossier constitution (...)

39Le Canada abrite donc « deux solitudes ». Comment faire en sorte qu’elles se rapprochent ? Tout est dans la révision du cadre constitutionnel, selon les commissaires, une révision qui ne serait pas trop ambitieuse afin qu’elle puisse être acceptée par les Canadiens anglophones, mais qui permettrait en même temps aux Canadiens francophones d’occuper un statut de choix au sein de la Confédération, statut qui leur revient de par leur rôle de peuple fondateur. Cette solution, imaginée tant par des intellectuels d’origine anglophone, francophone et issus des autres groupes culturels puisque la diversité canadienne était équitablement représentée au sein de la commission, ne fit pas l’unanimité. Peu de responsables politiques étaient favorables à l’ouverture de la boîte de Pandore constitutionnelle et Pierre Elliott Trudeau, qui prit la relève de Lester B. Pearson, encore moins que les autres10. La situation canadienne serait-elle la même actuellement si les recommandations des travaux des la Commission B&B avaient été suivies à la lettre ? Nous en doutons. En effet, les mémoires canadienne et québécoise semblent figées et toujours persiste ce conflit d’interprétation sur la nature de la Confédération. Tant que la confusion régnera, que les mémoires canadienne et québécoise prendront la forme de « mémoires inversées », nulle réconciliation ne sera possible.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Canada, 1965, Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, Rapport préliminaire, Ottawa, Imprimeur de la Reine.

Laurendeau, André, 1990, Journal tenu pendant la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, Montréal, VLB Éditeur.

Études

Burelle, André, 1995, Le Mal canadien : essai de diagnostic et esquisse d’une thérapie, Saint-Laurent, Fides.

Dion, Léon, 1995, Le Duel constitutionnel Canada-Québec, Montréal, Boréal.

Dumont, Fernand, 1993, Genèse de la société québécoise, Montréal, Boréal.

Fraser, Graham, 2008, « Laurendeau-Dunton, quarante ans plus tard », dans Marcel Martel et Martin Pâquet (dir.), Légiférer en matière linguistique, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 17-28.

Fraser, Graham, 2007, Sorry I don’t speak French Ou pourquoi quarante ans de politiques linguistiques au Canada n’ont rien réglé… ou presque, Montréal, Boréal.

Gagnon, Alain G, 2008, La Raison du plus fort : plaidoyer pour un fédéralisme multinational, Montréal, Québec Amérique.

Halbwachs, Maurice, 1967 [1950], La Mémoire collective, Paris, Presses universitaires de France.

Kelly, Stéphane, 2001, Les Fins du Canada selon Macdonald, Laurier, Mackenzie King et Trudeau, Montréal, Boréal.

Lacombe, Sylvie, 2002, La Rencontre de deux peuples élus. Comparaison des ambitions nationale et impériale au Canada entre 1896 et 1920, Québec, Presses de l’Université Laval.

Laforest, Guy, 1992, Trudeau et la fin d’un rêve canadien. Sillery, Éditions du Septentrion.

Lavabre, Marie-Claire, 2000, « Usages et mésusages de la notion de mémoire », Critique internationale, 7, p. 48-57.

Lefranc, Sandrine, 2002, Politiques du pardon, Paris, Presses Universitaires de France.

Le Goff, Jacques, 1988 [1977], Histoire et mémoire, Paris, Gallimard.

Linteau, Paul-André, DUROCHER, René et al., 1989, Histoire du Québec contemporain, le Québec depuis 1930, tome II, Montréal, Boréal Compact.

McRoberts, Kenneth, 1999, Un Pays à refaire : l’échec des politiques canadiennes, traduit de l’anglais par Christiane Teasdale, Montréal, Boréal.

Meisel, John, Rocher, Guy et Athur Silver, (dir.), 1999, Si je me souviens bien. As I Recall. Regards sur l’histoire, Montréal, Institut de recherche en politiques publiques (IRPP).

Morrison, Neil, 1990, « Bilinguisme et biculturalisme », dans Robert Comeau et Lucille Beaudry (dir.), André Laurendeau, un intellectuel d’ici, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 215-18.

Nora, Pierre, 1978, « Mémoire collective », dans Jacques Le Goff (dir.), La Nouvelle Histoire, Paris, Retz, p. 398-401.

Oliver, Michael, 2000, « Réflexion sur la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme », ISUMA, 2, 2, p. 130-134.

Pâquet, Martin, (dir.), 2006, Faute et réparation au Canada et au Québec contemporains : études historiques, Québec, Éditions Nota Bene.

Paquin, Stéphane, 1999, L’Invention d’un mythe : le pacte entre deux peuples fondateurs, Montréal, VLB Éditeur.

Radio-Canada, 28 février 1965, « Une Confédération malade », Archives, [en ligne], consulté le 6 avril 2009, http ://archives.radio-canada.ca/politique/langue_culture/clips/3068/

Scott, Frank R., 1952, « Canada et Canada français », Esprit, 193-194, p. 178-189.

TRÉPANIER, Anne, 2009, « La parade d’une seconde Conquête : l’Acte de Québec comme moment refondateur », dans Anne Trépanier (dir.), La Rénovation de l’héritage démocratique. Entre fondation et refondation, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa.

Trudel, Marcel, 2006 [2001], Mythes et réalités dans l’histoire du Québec, Québec, Bibliothèque québécoise.

Underhill, Frank H, 1964, Image of Confederation, Toronto, Canadian Broadcasting Corporation.

Haut de page

Notes

1  Il est à noter que le rapport préliminaire, qui sert ici de source principale, constitue seulement le premier rapport de la Commission. Six livres supplémentaires suivront, le premier portant sur les langues officielles, le deuxième sur l’éducation, le troisième sur le monde du travail, le quatrième sur l’apport culturel des autres groupes ethniques, le cinquième sur la capitale fédérale et le sixième sur les associations volontaires. Nous avons retenu le rapport préliminaire parce qu’il offre un portrait général de la crise, qu’il s’ensuivit une onde de choc considérable en sol canadien, qu’il laisse entrevoir les solutions pensées par les commissaires afin de résorber l’impasse et, surtout, parce qu’en renfermant une pléthore de références au passé, il permet d’appréhender des représentations du passé des relations canado-québécoises.

2  Par l’expression « conflit de basse intensité », nous entendons un conflit dénué d’affrontements physiques sans toutefois être déchargé de violence symbolique ou psychologique.

3  À ce sujet, voir l’ouvrage Un pays à refaire du politologue Kenneth McRoberts qui rappelle que Trudeau, en faveur des droits individuels, a rejeté toute la dimension collective des droits proposée par la Commission. En effet, le premier ministre canadien repoussait tout ce qui pouvait s’apparenter à une béquille pour le Québec, car à ses yeux, la province francophone n’avait guère besoin de droits collectifs pour protéger sa langue et sa culture spécifiques (McRoberts, 1999 : 134-136).

4  Voir notamment l’introduction de Paul Lacoste au Journal d’André Laurendeau, 1990 ainsi que Michael Oliver, 2000.

5  Le rapport préliminaire est parsemé de bribes de témoignages provenant des citoyens qui ont participé aux séances de consultations populaires tenues par la Commission à travers le Canada. Dans le rapport préliminaire, les témoignages sont évoqués de manière éparse : parfois, les commissaires citent directement les citoyens en soulignant leur ville d’origine, leur langue et quelques fois leur orientation politique – surtout quand il est question de « séparatistes » – sans préciser leur fonction ni leur nom, parfois ils résument une pensée qui fut maintes fois exprimée au cours des séances. Toutefois, il est à noter qu’on ne brosse jamais un portrait précis des participants qui interviennent. Pour plus d’informations sur l’itinéraire des commissaires, le déroulement des séances et le nombre de participants à chacune des séances, consulter l’Appendice II du Rapport préliminaire aux pages 147-151. Certes, il est évident que les extraits de témoignages compris dans le rapport préliminaire ont été sélectionnés par les commissaires et donc qu’il y a eu médiation de leur part. Or, les commissaires, qui ne partageaient guère les mêmes visions du Canada et des relations canado-québécoises – il n’y a qu’à penser à un Frank R. Scott extrêmement centralisateur, qui côtoyait au sein de la commission un André Laurendeau partisan de la dualité et de la notion de « société distincte » pour le Québec –, ont tenté de faire un travail de sélection rigoureux qui donne un reflet le plus juste possible de la réalité qu’ils avaient côtoyé lors des séances régionales. Dans ce sens, les témoignages s’avèrent parlants et peuvent nous amener une compréhension des mémoires canadiennes-anglophones et québécoises. Comme le mentionnent les commissaires, au sujet de la représentativité de leur étude, « tous les courants d’opinion se sont exprimés dans la plupart des réunions : jamais, depuis, les organes d’information n’ont transmis de points de vue dont nous n’avions pas entendu à peu près l’équivalent. Nous sommes moins armés pour évaluer la force de ces opinions, à l’échelle locale et canadienne. Cependant, les points de convergence sont si nombreux qu’ils ne sauraient être le résultat du hasard : nous croyons qu’ils correspondent à des opinions vraiment répandues et dont il faut tenir compte. » (Rapport préliminaire, Appendice II, 1965 : 150). Nous avons conscience que le travail présent aurait gagné à s’appuyer sur les retranscriptions originales des séances régionales, mais malheureusement, le Fonds de la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, situé aux Archives nationales à Ottawa, est constitué de 424 boîtes classées aléatoirement et ne nous permet pas d’avancer que de telles retranscriptions existent. L’itinéraire des commissaires ainsi que le nombre de participant à chacune des séances sont relatés aux pages 150 et 151 du Rapport préliminaire. Du 18 mars 1964 au 16 juin 1964, les commissaires sont passés par les villes suivantes (les villes sont citées en ordre chronologique) : Sherbrooke, Trois-Rivières, London, Sudbury, Fredericton, Yarmouth, Sydney, Edmonton, Vancouver, Regina, Windsor, Kingston, Moncton, Rimouski, Chicoutimi, Port Arthur, Winnipeg, Victoria, Calgary, St-Jean de Terre-Neuve, Saskatoon, Halifax et Québec. Dans chacune de ces 23 villes, une séance s’est tenue le jour et une autre le soir. La fréquentation aux séances varie de 70 participants à 800 participants. Voici un portrait détaillé de la fréquentation des séances régionales : voir annexe.

6  Il est à noter que tous les extraits de témoignages contenus dans le Rapport préliminaire ont été lus à la lumière des questions suivantes : est-ce que cet extrait évoque les relations canado-québécoises ? Quelle est la perception du participant cité des relations canado-québécoises ? Peut-on voir des traces du passé au sein de l’extrait dont il est question ? Si oui, lesquelles ? Et comment l’auteur y fait-t-il référence ?

7  Voir l’ouvrage collectif dirigé par Martin Pâquet, 2006. M. Pâquet met en lumière, dans l’introduction du livre, le rôle primordial joué par les usages du passé dans les revendications pour réparer dans le présent des fautes commises il y a de cela plusieurs années : « Au Canada, au Québec et ailleurs en Occident, jamais le passé ne fut aussi présent que maintenant dans les affaires politiques de la Cité, dans la chose publique, dans la res publica. Nombre d’acteurs politiques font référence au passé, notamment en faisant appel aux ressources de la discipline historique, pour identifier les fautes commises envers les membres de leurs groupes et pour justifier ensuite leurs revendications en matière de réparation. » (2006 : 15).

8  À ce sujet, ce sont surtout les politologues et les juristes qui ont débattu. Les historiens se sont faits plus discrets.

9  Leur chemin sera donc parsemé d’obstacles, plusieurs fédéralistes n’appuyant pas la nature même du mandat de la Commission B&B. Pierre Elliott Trudeau et Marc Lalonde publieront même, dans Cité Libre, un article extrêmement critique envers le rapport préliminaire dont ils ridiculisent les méthodes, le mandat et les conclusions des commissaires (Meisel, Rocher et Silver, 1999 : 184-185).

10  Il faut toutefois souligner que Pierre-Elliott Trudeau était prêt à ouvrir le dossier constitutionnel, mais dans le seul but d’y intégrer une Charte des droits et libertés, qui signerait la victoire des droits individuels sur les droits collectifs prônés par André Laurendeau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Lapointe-Gagnon, « Un Canada et un Québec qui conjuguent le passé différemment : le poids du passé dans le rapport préliminaire de la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme », Conserveries mémorielles [En ligne], #9 | 2011, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://cm.revues.org/838

Haut de page

Auteur

Valérie Lapointe-Gagnon

est doctorante à l’Université Laval (Québec, Canada). Sa thèse porte sur les représentations du passé véhiculées dans les rapports de la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme.

Valérie Lapointe-Gagnon
is a PhD candidate in History at l’Université Laval (Québec, Canada). The topic of her thesis is the representations of the past in the reports of the Royal Commission on Bilinguism and Biculturalism.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org