Navigation – Plan du site
La bibliothèque dans l'oeuvre

La bibliothèque dans Buffy contre les vampires : grimoires et merveilles

Vanessa Bertho

Résumé

Avec cent quarante quatre épisodes de 1997 à 2003, la série Buffy contre les vampires a su occuper l’univers télévisuel américain et international par sa régénération fictionnelle dans le domaine des œuvres fantastiques pour adolescents. Les intrigues mettent en scène Buffy Summers, jeune californienne de la ville de Sunnydale. La tombée de la nuit y provoque la transformation d’établissements tout à fait respectables en espaces fantastiques. Leur influence dans les épisodes est indéniable, participant à l’atmosphère néogothique générale. Parmi eux, la bibliothèque revêt un aspect tout particulier. Quelle peut être sa place dans ce type de fiction ? Pourquoi mettre en lumière une telle structure ? Que révèle son usage ? Lieu de savoir, espace de narration et même personnage à part entière, son importance est aussi bien qualitative que quantitative. Durant les trois premières saisons, elle est un élément clé du lycée, comme source de savoir et par son aspect collégial. Dans une atmosphère scolaire, elle s’affirme en effet comme le lieu de rassemblement et de sociabilité nécessaire aux personnages principaux. Son usage habituel est détourné pour en faire un indispensable recueil d’indices et de récits sur l’histoire et les mythes rattachés aux figures fantastiques environnantes. La narration imprègne les deux faces de la bibliothèque, en développant les intrigues affectives le jour et les recherches d’ordre surnaturel au crépuscule. Elle s’avère incontournable pour la progression dramatique de la diégèse et l’installation des systèmes de représentation mythologiques. Lieu, institution et espace de narrativité, « l’armoire à livres » de Buffy contre les vampires est aussi un personnage à part entière. Elle s’inscrit ainsi dans l’orientation scénaristique de la série, qui réactive des éléments ancrés dans l’imaginaire collectif pour les moderniser en fonction de son public et de ses attentes. Elle constitue une encyclopédie vivante du monstrueux.

Haut de page

Texte intégral

1Le médium télévisuel se nourrit et entretient des problématiques socio-historiques qui reflètent les préoccupations et parfois même les angoisses des téléspectateurs. Elles sont d’autant plus mises en avant par les structures et les thématiques des séries télévisées. La représentation d’espaces de déplacements et de narration pour les personnages est l’occasion de créer des symboliques.

2Buffy contre les vampires exploite cette idée. Depuis la création de X-Files1en 1993, les séries fantastiques ont été remises au goût du jour. Bien que cette dernière se place dans la catégorie des séries télévisées ufologico-conspirationnistes – comme Roswell2 –, elle n’en fonde pas moins ses épisodes sur des intrigues surnaturelles et paranormales. Aujourd’hui, les programmes de ce type se sont multipliés sur les petits écrans américains et occupent une place grandissante dans l’univers télévisuel français3.

3Buffy contre les vampires se singularise en ce qu’elle ouvre à la fois le bal des vampires et surtout celui des séries fantastiques pour les 10/25 ans. Les effets spéciaux étant moins onéreux qu’auparavant, les scénaristes mélangent désormais les codes des séries collège avec ceux du fantastique, notamment ceux des films fantastiques de série B des années 19504.

4Au moment où le girl power5 et le fantastique reviennent à la mode même pour les adolescents, Buffy contre les vampires apparaît et va devenir au fil des années un véritable phénomène télévisuel. Créée en 1996 par Joss Whedon, cette série télévisée américaine a été produite aux Etats-Unis par la chaîne Fox pour la chaîne Warner Bros Television (WB TV) du 10 mars 1997 à 2001, puis sur United Paramount Network (UPN) de 2002 à 2003. En France, sa diffusion court du 3 avril 1998 à 2004 sur les chaînes télévisées M6 et Sérieclub. Elle est composée de sept saisons, la première contenant douze épisodes tandis que les six autres en ont vingt-deux. Tous les épisodes durent environ 45 minutes et sont réalisés par la même équipe technique qui se relaie selon les épisodes. Le programme se distingue ainsi par la mise en place progressive d’un impressionnant bestiaire construit via le spectre de l’imaginaire collectif. Il se fait l’écho des représentations collectives, reprenant les figures fantastiques du roman anglais gothique noir, la mythologie antique, mais aussi les mythologies du contemporain et les figures fantastiques du cinéma des années trente. Chaque personnage, chaque monstre est réutilisé à partir d’une image déjà connue du public pour qu’il se la réapproprie d’autant plus. Les protagonistes mutants le sont d’autant plus lorsque les scénaristes les reprennent en suivant les critères des adolescents de ces deux dernières décennies. La réutilisation contemporaine des mythes et des légendes constitue l’originalité de la série. L’intérêt des téléspectateurs pour ce type d’univers traduit le besoin de croyances et l’attraction pour l’irrationnel.

5Les intrigues mettent en scène Buffy Summers, une jeune californienne qui tente à la fois de vivre une vie de lycéenne puis d’étudiante normale le jour et de faire face à son destin de Tueuse de vampires la nuit. C’est en cela que nous pouvons établir une sorte de « formule magique » propre à l’univers de notre série : des éléments scolaires toujours présents dans une série télévisée fantastico-comique destinée à un public d’adolescents et de jeunes adultes. Son créateur dit lui-même qu’il s’en est tenu à sa formule originelle : « un tiers d’action, un tiers de terreur et un tiers d’humour »6.

6Sunnydale est le théâtre de ses aventures. Petite ville imaginaire de Californie7, elle pourrait passer pour une bourgade sans histoires si elle n’était située sur une des bouches de l’Enfer, zone d’énergie mystique8. Son histoire regorge d’évènements étranges : anciennement appelée « Boca del Inferno »9, elle a été le site de massacres d’indiens, puis le repère de nombreux vampires. En fixant les intrigues dans un lieu déjà soumis à des faits étranges, les scénaristes placent les personnages et le téléspectateur dans une atmosphère mystique. Appelée le « Buffyverse », elle vise à créer une esthétique proche du cinéma fantastique et une ambiance angoissante en apparence.

7La ville est divisée en deux parties ; celle destinée aux humains et celle davantage propice à la manifestation des monstres. Cependant, à la tombée de la nuit, les lieux tout à fait respectables en apparence se transforment en espaces fantastiques. Les sites humains les plus représentés sont incontestablement ceux de l’univers scolaire et ceux de sociabilité. Comme dans toutes les séries pour les adolescents et les jeunes adultes, les scénaristes en ont besoin pour exploiter les intrigues amoureuses et amicales des personnages. Parmi eux, la bibliothèque revêt un aspect tout particulier. L’analyse de sa représentation et de sa symbolique est un élément nouveau. En effet, de nombreuses études anglo-saxonnes ont déjà été publiées, se limitant cependant à une présentation des personnages et des épisodes, à une approche féministe ou à une réflexion sur les thématiques abordées par la série10. L’objet de notre introspection se trouve donc être inédit puisqu’il se concentre sur un élément matériel du programme, habituellement laissé de côté par les chercheurs car considéré comme sans intérêt. Les seuls supports qui fournissent des informations sur la bibliothèque sont les magazines et les sites Internet de fans, se limitant à une description superficielle du lieu11.

8Quelle peut être alors sa place dans ce type de fiction ? Pourquoi mettre en lumière une telle structure ? Que révèle son usage ? Lieu de savoir, espace de narration et même personnage à part entière, son importance est aussi bien qualitative que quantitative.

La bibliothèque, centre de tous les intérêts

9Le « livre vivant des merveilles » de la série est avant tout une place stratégique en termes de rassemblement et d’accès aux connaissances sur les phénomènes surnaturels qui la peuplent. Quelque soit sa forme, la bibliothèque apparaît comme un élément incontournable.

Une représentation fidèle à l’esprit de la série : mystère et fantastique

10La bibliothèque tient une place essentielle dans Buffy contre les vampires. Elle se distingue par sa récurrence et son impressionnant contenu mythologique et monstrueux.

11Les trois premières saisons sont celles qui la mettent le plus en avant sous sa forme classique, celle de bibliothèque scolaire. Contrairement à ce que le public peut imaginer, laphysionomie des lieux d’une série télévisée est davantage déterminée par les conditions de production que par les choix scénaristiques. Les producteurs ont une influence non négligeable sur l’évolution des scenarii et la mise en place d’une fiction. L’utilisation récurrente de la bibliothèque en est un parfait exemple. L’équipe technique ayant au départ peu de moyens, le nombre de décors étaient limités et les apparitions des mêmes lieux multipliés par rapport à la normale. La bibliothèque se manifeste donc tout d’abord pour des raisons techniques.

12Le détail de sa représentation subit aussi ces contraintes. Joss Whedon souhaitait qu’elle soit au départ agencée comme un labyrinthe. Il explique que le script originel décrit Buffy errant dans les rayons pendant un moment. Il y a peu de lumière et l’atmosphère est angoissante12. Mais le jour du tournage, l’idée a été abandonnée au profit d’une salle éclairée, parsemée de lumières tamisées. L’équipe technique n’avait pas le temps de créer un labyrinthe et la structure était difficile à mettre en lumière13.

13Hors de ces considérations matérielles, elle est indispensable à la fois dans l’aménagement du bâtiment scolaire et pour les personnages. Dès le premier épisode14, elle apparaît comme un espace capital : Buffy s’y rend pour aller chercher ses livres lors de la rentrée, et en ressort en découvrant qu’elle doit accomplir sa mission de Tueuse à Sunnydale. Point de départ de l’intrigue, mais aussi du destin surnaturel de Buffy, la bibliothèque s’impose comme un élément indispensable dans la mise en place de la diégèse.

14Son apparence est fidèle à l’image traditionnelle que veulent en donner les scénaristes : des étagères en bois massif, des rangées interminables de livres et de grimoires, et des meubles anciens. Giles, le bibliothécaire, est réfractaire à l’informatique et s’oppose ouvertement au scannage des ouvrages :

Giles : « Tout ce qui touche à l’informatique me fait dresser les cheveux sur la tête. Donne-moi un ogre, un vrai et là je me retrouverai dans mon élément »15.

15L’image de la bibliothèque se fait donc l’écho de la peur des sciences et des nouvelles technologies au début de la série. Quelques soient les intrigues, les lieux qui renvoient aux sciences et technologies ont constamment une représentation négative, manifestation des angoisses face à leur caractère incontrôlable et leur action sur l’humanité. Cette attitudeface aux nouvelles technologies s’incarne dansles lieux mais aussi dans les personnages. Au cours des sept saisons, les occasions d’exprimer cette appréhension ont été nombreuses et ont évolué avec le contexte social. A la fois avec le contexte externe dans lequel la série se situe et le contexte interne de la série avec l’évolution des personnages et des lieux. Autour du « tout-voir » et de la possibilité de contrôler la société grâce aux nouvelles technologies, il y a une véritable phobie de l’informatique, voire une psychose, comme en témoigne l’épisode Moloch :

Alex : « Vous croyez pas qu’on exagère ? Qu’est ce qu’il peut faire ? C’est un ordinateur.

- Giles : Pourquoi pas chambouler les banques de données médicales mondiales ?

- Willow : Perturber les flux de circulation.

- Giles : Et accéder aux codes secrets de nos missiles.

- Willow : Déstabiliser nos économies »16.

16Cette terreur face à l’informatisation des données papier est complétée par l’atmosphère mystérieuse qui plane sur le lieu. En effet, la salle est de forme octogonale, ce qui n’est pas sans avoir une connotation mystique. Tout comme les demeures, la pièce ne possède aucun coin à angle droit afin que les esprits ne puissent pas s’y cacher. Elle incarne le savoir mystique à la fois dans sa forme physique et son contenu, l’externe et l’interne étant liés dans la construction d’une image traditionaliste anglicisante. Elle se distingue donc du reste du lycée par son mystère, lié en partie à son esthétique et au mobilier particulier. Lieu de savoir scolaire mais surtout ésotérique, elle doit diffuser une atmosphère à la fois inquiétante et attirante. Elle transforme en effet un lycée américain moderne en lieu mystérieux et intriguant par le biais de son « armoire à livres ».  Le détachement de la bibliothèque par rapport au reste du bâtiment est aussi bien physique que moral17.

17La différence de représentations peut s’expliquer par le choix scénaristique des thèmes fantastiques abordés. La série s’attache dans un premier temps à réactualiser des figures familières aux téléspectateurs, issues des films de science-fiction de série B et de la littérature fantastique. La bibliothèque étant le vecteur des informations sur ces êtres surnaturels, elle est représentée de la même façon. Initialement cantonnée à une image traditionnelle, le lieu change peu à peu de forme pour se muer en un espace ouvert sur lui-même et sur le monde qui l’entoure.

Schéma du lycée de Sunnydale

Schéma du lycée de Sunnydale

©Vanessa Bertho

Une metamorphosis progressive en fonction du contexte interne et externe de la série

18Telle la chrysalide qui devient papillon, la bibliothèque de Buffy contre les vampires sort de son cocon scolaire pour se transformer en plate-forme commerciale. En effet, à partir de la saison cinq et jusqu’à la fin de la saison six, « l’armoire à livres » lycéenne disparaît pour laisser place à une boutique de magie remplie de grimoires. Giles le bibliothécaire est renvoyé du lycée et suit Buffy et ses amis à l’université18. Bibliothèque vivante, il conserve d’abord dans sa collection privée les ouvrages nécessaires aux recherches sur les monstres rencontrés par la Tueuse.

19Le lieu évolue ainsi avec les personnages, passant de la puberté à l’âge adulte. Il faut noter qu’elle se transforme aussi en fonction de l’âge des protagonistes et du public. Les scénaristes mettent donc tout en œuvre pour adapter les éléments du décor à leurs attentes. L’évolution contemporaine des technologies rend aussi cette bibliothèque plus moderne, et moins limitée à un cadre scolaire et restreint. Elle devient intégrée à l’espace privé et s’affirme comme un élément moteur. Elle l’est d’autant plus à partir de la saison cinq, lorsqu’elle est associée à la boutique de magie de Giles.

20D’une structure scolaire estudiantine, elle se transforme en commerce familial, ou plutôt amical. Lorsque Giles achète une boutique de magie, The Magic Box, il transfert ses grimoires au fond de l’établissement19. L’ancienne bibliothèque reprend alors forme et un nouvel espace d’investigation mystique est créé. Source de renseignements mythologiques pour les clients, elle est surtout réservée à Buffy et ses amis dans leur lutte contre les forces du Mal. Le camp du Bien a ainsi un lieu défini, composé d’armes littéraires et d’instruments plus agressifs. Remarquons d’ailleurs que la série accorde une place aussi importante aux outils ésotériques de l’esprit qu’aux arbalètes et épées. Mélange de textes supposés anciens et de combats chorégraphiés, le programme allie les deux aspects pour fournir aux téléspectateurs des instants narratifs et actifs formant un ensemble diégétique cohérent.

21A la fin de la saison six20, The Magic Box disparaît et la bibliothèque prend une fois de plus une nouvelle forme. Au diapason des préoccupations de son temps, elle se mue peu à peu en un hybride de papier et de pixels. Transférés dans la résidence de Buffy, les livres se mêlent à l’outil Internet et le passé mythologique des créatures surnaturelles se trouve désormais aussi sur la toile.

22L’ « armoire à livres » évolue ainsi de façon interne et externe ; dans son contenu, devenu plus prolifique et varié, et dans sa forme, palpable au départ et virtuelle au final. Dépendante des technologies de son époque, elle suit les innovations tout en préservant des références mythologiques anciennes. La représentation traditionaliste et cantonnée au papier-parchemin est devenue informatisée, passant de cette façon d’un extrême à l’autre, dans une série dont l’une des clés du succès est justement la réconciliation des contraires. Les scénaristes réactualisent les mythes et légendes, et, par la même occasion, l’image de la bibliothèque poussiéreuse et ennuyeuse. Elle se révèle une ressource inépuisable de récits merveilleux et fantastiques, fréquentée par les personnages principaux qui en font un véritable lieu de sociabilité moderne. Quelque soit son aspect, elle reste un conservateur de mémoire mystique et mythologique dans lequel le public retrouve des références collectives et se crée son propre livre intérieur21. Indispensable pour la progression dramatique des épisodes, elle s’affirme comme un lieu important qualitativement mais aussi quantitativement.

Un signe flagrant de son importance symbolique et scénaristique : la récurrence des apparitions

23Lors de notre étude du programme, une base de données a été établie pour évaluer l’impact qualitatif et quantitatif de la bibliothèque22. Une première approche des lieux visait à déterminer où évoluaient les séquences. Nous avons donc établi des catégories dans notre relevé, ce qui permettait de s’attacher à un décompte précis et par la suite de présenter la part de chaque lieu dans la saison. Toujours dans un souci de précision, le type de segment – action ou narration – et les lieux dans lesquels ils se déroulaient ont été mis en rapport. Nous avons donc obtenu le caractère propre à chaque lieu. Il en est allé de même lorsque nous avons précisé quel était le type de luminosité. Ceci a permis de savoir pour chaque lieu quel type de segment était réalisé et à quel moment de la journée – jour nuit –.

24Si nous nous attachons à la première saison, force est de constater que la bibliothèque est un espace récurrent, avec 19 % d’apparitions. Ceci fait d’elle le troisième lieu le plus représenté sur un total de treize et donne une première idée de sa place primordiale dans la série. Les conditions de production restrictives évoquées précédemment expliquent également cette position avancée.

25Le chiffre baisse dans la saison suivante, avec 14 %, bien que la troisième place lui soit toujours réservée, sur seize lieux cette fois-ci. Elle confirme ainsi son statut indispensable et l’importance de sa présence. Il en est de même jusqu’à la troisième saison, avec 16,3 % d’apparitions sur vingt-deux lieux. Les trois premières saisons sont à la mesure de la symbolique de la bibliothèque, dense en apparitions et en détails de ses facultés.

26Avec la saison quatre, son statut scolaire se transforme pour s’intégrer au domicile de Giles. Elle change de forme mais pas de catégorie puisqu’elle se maintient en troisième position sur les vingt autres, avec 11,36 %. Sa prépondérance vis-à-vis d’autres espaces reste constante, preuve que sa symbolique est plus importante que sa matérialisation.

27La saison suivante amène la bibliothèque vers le domaine commercial à travers l’installation dans la boutique de magie de Giles. Ceci assoit sa position de référent mythologique tout en l’ouvrant au public, même si les ouvrages dont se servent Buffy et ses amis restent cachés aux yeux de tous. Avec 16,2 % de présence, la boutique de magie est le lieu le plus représenté sur vingt. Ce phénomène continue jusqu’à la fin de la saison six, avec 16 %, la plaçant seconde derrière la représentation de la maison de Buffy.

28La saison finale est à la fois un véritable changement et l’apogée de la représentation de notre objet. Installée dans la résidence de la Tueuse, la bibliothèque prend une nouvelle envergure, aussi bien au sens physique que symbolique. Elle est dispersée dans la bibliothèque privée de la demeure et surtout dans un nouveau type de ressources, Internet, ce qui amène à une plus grande manifestation. Pour preuve, le chiffre de 29,5 % en fait l’emplacement le plus visible à l’écran.

29Les graphiques établis à partir des données chiffrées relevées lors de notre analyse font état de l’évolution de la visibilité de la bibliothèque, quelque soit son appellation et sa forme.

Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 1

Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 1
©Vanessa Bertho

Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 2

Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 2
©Vanessa Bertho

Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 3

Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 3

©Vanessa Bertho

Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 4

Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 4

©Vanessa Bertho

Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 5

Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 5
©Vanessa Bertho

Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 6

Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 6

©Vanessa Bertho

Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 7

Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 7

©Vanessa Bertho

30L’analyse quantitative de la présence de la bibliothèque nous confirme son statut privilégié et son poids dans le programme et les scenarii par rapport à l’ensemble des décors. Elle s’affirme comme un élément clé pour les créateurs de la série, et nos relevés montrent son évolution croissante à la fois dans sa forme et sa représentation. Salle scolaire, résidence ou boutique de magie, notre étude montre combien le contenu et la symbolique que les créateurs de la série veulent y mettre importent tout autant que son aspect, et même davantage. Car si elle est un site stratégique et omniprésent, elle sert bien souvent de lieu de sociabilité et permet le développement de la narrativité.

Une caractéristique des séries télévisées dont la bibliothèque se fait l’écho : La nécessité d’un espace narratif

31Force est de constater que chaque épisode contient une scène se déroulant dans la bibliothèque, ou du moins à son contact. Son apport à la narrativité est indéniable et l’inscrit dans la typologie des lieux de sociabilité de notre fiction.

Un lieu de rassemblement et de sociabilité

32Deux types de séries occupent l’espace télévisuel : les séries dites en « mouvement » et celles plus « sédentaires » dans l’utilisation des lieux. Les premières n’ont pas d’espaces définis et récurrents, ceux-ci changent à chaque épisode et ne permettent pas une identification exacte de l’environnement dans lequel évoluent les personnages. Ce n’est en réalité pas leur but. Il s’agit avant tout, dans ce type de séries, d’étudier les différentes facettes de la personnalité des protagonistes, dans des situations aussi différentes les unes que les autres pour observer de quelle façon ils vont réagir et se tirer de situations complexes et problématiques. Les espaces d’intervention et les figures environnantes sont mouvantes et amènent le téléspectateur à fixer son attention sur le héros, seul repère fixe de ces programmes.

33Les secondes mettent davantage l’accent sur des repères visuels et sociaux à travers les lieux. Les scénaristes créent des sites qui servent de rassemblement aux personnages principaux. Ce procédé est dû généralement à un manque de budget. Lorsque les créateurs ont peu de moyens financiers, ils favorisent le retour sur la même salle afin de ne pas faire de dépenses sur des décors trop diversifiés et travaillés. A côté des conditions de production, le public retrouve aussi régulièrement des habillages et un environnement, ce qui lui permet de déterminer l’univers de la série et les éléments récurrents auxquels il peut se raccrocher. La fidélisation se fait ainsi plus facilement et rapidement, l’univers dans lequel évoluent les personnages pouvant être un facteur d’attraction.

34L’un de ces espaces se distingue généralement des autres par son aspect fédérateur, symbole du « foyer » des héros. Il peut s’agir du lieu de travail, de la résidence familiale, d’un lieu public festif. Il est déterminé par les destinataires du programme et son thème. Par exemple, une série sur les milieux d’affaires est située dans les bureaux des personnages, si elle s’adresse à des adolescents, alors les créateurs privilégient le lycée et l’université, et si le programme est plutôt familial c’est la maison qui est le lieu principal.

35A partir de cette base, d’autres emplacements annexes sont créés, telles des ramifications menant à des intrigues secondaires ou davantage centrées sur certaines figures. La « maison mère » étant propice à avoir une fonction publique et ouverte, les histoires adjacentes, plus privées, concernant uniquement certains membres de la « famille » de la série, sont plus facilement exploitables dans des décors spécifiques. Certaines fictions télévisées, de façon minoritaire, peuvent avoir plusieurs « maisons mères », ce qui oblige les scénaristes à mettre en place des intrigues croisées et à devoir faire adhérer plus difficilement le public à un programme dit chorale. Remarquons que les ensemble show23sont davantage sensibles à cette répartition car ils mettent en scène les aventures d’un groupe de personnages et ne se concentrent pas uniquement sur un héros. Leur rattachement à des lieux personnalisés est alors plus flagrant, même s’ils continuent à se retrouver dans un lieu commun. Il faut ajouter que le cas du bottle show24 met particulièrement en valeur un décor et permet au metteur en scène et aux scénaristes d’explorer plus en profondeur ses caractéristiques.

36Se créer des repères spatiaux et temporels, identifier les personnages pérennes, percevoir une atmosphère spécifique et des références au genre du programme, sont tout autant d’éléments d’adhésion qui permettent à une série de se développer et de connaître le succès. Rassembler des protagonistes dans des univers déterminés et rassembler un auditoire télévisuel, c’est faire exister une fiction.

37La bibliothèque de Buffy contre les vampires s’inscrit dans cette perspective. Support de sociabilité, elle incarne une nouvelle forme d’espace redondant. Son usage étant réservé traditionnellement à la consultation d’ouvrages classiques, elle ne sert généralement pas de lieu de rencontre récurrent. Elle peut apparaître de temps à autre pour la justification scientifique de théories émises par le héros, mais demeure très effacée.

38L’imagerie traditionnelle cantonne souvent la bibliothèque à des salles ennuyeuses et quasi désertes, tandis que dans la série de Joss Whedon, il n’en est rien. A l’inverse, le « livre vivant des merveilles » de notre programme est l’occasion de regrouper les jeunes gens qui officient contre les forces du Mal dans une même pièce et est par conséquent un espace essentiel. Tel est l’objectif clairement annoncé par les créateurs25. Ils s’y retrouvent de façon conviviale, tout en consacrant leur temps à leurs investigations sur les monstres de la ville. Le bar Le Bronze est son pendant festif. Il apparaît lors du dénouement de l’intrigue, tandis que la bibliothèque est utilisée au début pour tenter de résoudre les énigmes fantastiques.

39Lieu de savoir, les réunions à la bibliothèque sont dans un premier temps le prétexte studieux pour évoquer les enquêtes sur les origines des créatures de Sunnydale, puis dans un second temps l’occasion de rassembler Buffy et ses amis dans leur lutte fantastique commune. Il s’agit ici d’un véritable rituel, constitutif d’un groupe déterminé, ici celui d’adolescents puis de jeunes adultes à la double-vie surnaturelle. Tout comme la maison familiale peut constituer un refuge pour les personnages de cet âge, l’« armoire à livres » est l’abri contre les forces maléfiques de Sunnydale et le cocon que se sont construits ces personnages en manque de références parentales. Ils s’y retrouvent et reconstituent ainsi un encadrement sécurisant et convivial autour d’explorations qui le sont souvent beaucoup moins.

40Le lien entre la bibliothèque et le lieu de sociabilité prend alors forme, se prolongeant jusqu’au téléspectateur qui retrouve avec enchantement ses héros préférés dans leur cadre habituel. Sous ses yeux, une « armoire à livres » imaginée par les scénaristes se développe, oscillant entre tradition et modernité. Elle devient synonyme d’activité intellectuelle prolixe, tout en gardant des aspects originaux qui en font sa si grande popularité ; dans celle du lycée, les personnages côtoient aussi bien les grimoires que la salle d’armes, ou le bureau de Giles décoré à l’anglaise. Une cage sert également à enfermer un ami loup-garou lors des pleines lunes (et de la veille et du lendemain). Dirigée par un bibliothécaire au départ rétrograde et ringardisé, elle est investie par de jeunes chasseurs de démons qui en ont fait leur quartier général. La connotation militaire est clairement revendiquée dans la dernière saison, et est présente dans l’ensemble de notre source lorsqu’il s’agit de mener des batailles surnaturelles. Tels des soldats sous les ordres du chef Buffy, les jeunes gens se réunissent dans leur centrale pour élaborer leurs plans d’attaque, avec des armes spécifiques (arbalètes, pieux, épées), mais aussi avec celles de l’intellectuel ésotérique. Outre la réunion pour traiter des sujets démoniaques, la bibliothèque est aussi l’occasion pour les scénaristes de développer les relations interpersonnelles entre la Tueuse et ses amis et d’approfondir l’aspect narratif.

La domination de la narration et du jour

41La narration et le jour sont en effet deux notions intimement liées à notre bibliothèque. De la même façon que nous avons relevé le nombre d’apparitions des lieux, nous cherchions à savoir s’ils étaient liés plutôt à la narration ou à l’action, et s’ils revêtaient davantage un aspect diurne ou nocturne, et enfin quelle pouvait être l’interaction entre les deux éléments. Nous avons divisé chaque épisode en séquences, et observé sous quelle forme apparaissaient les décors et, dans le cas présent, la bibliothèque.

42La narration a été définie selon les critères de dialogue, de mise en place d’intrigues sentimentales et amicales, tandis que l’action privilégie les mouvements et les déplacements des personnages, les combats et la domination des actes sur la parole. La différence dans Buffy contre les vampires est d’autant plus flagrante que la première partie d’un épisode est généralement consacrée aux dialogues, aux histoires personnelles des protagonistes et à l’élaboration d’un plan d’attaque contre un monstre menaçant. La seconde partie met en valeur l’action qui découle de ces décisions et les luttes contre les êtres surnaturels.

43Dès la première saison, la bibliothèque se distingue comme un espace narratif. En effet, il y a 68 % de scènes de narration contre seulement 32 % d’action. Cet aspect augmente lors de la saison suivante, avec 78,2 % de narration. La troisième saison reste dans les mêmes normes avec 68 % dans la même catégorie. Il paraît important de noter que les trois premières saisons utilisent la bibliothèque sous sa forme la plus traditionnelle et l’exploitent totalement pour les besoins de la narration, notamment en raison des contraintes budgétaires déjà évoquées. Il n’est donc pas étonnant d’observer une telle domination du récit sur le mouvement.

44Avec la quatrième saison, le rapport action-narration est nettement modifié, puisqu’il y a 43 % de narration pour 57 % d’action. La bibliothèque, en sortant de son cadre scolaire, entraîne une diversification du type de scènes qui s’y déroulent. Elle n’est plus uniquement consacrée aux recherches sur le monstrueux mais devient aussi un lieu d’attaque nocturne pour les créatures surnaturelles. Le fossé se creuse à nouveau dans la saison suivante, avec 69 % de narration contre 31 % d’action dans la boutique de magie. Lieu de savoir mais aussi commerce, il est généralement réservé à l’activité humaine et est donc rarement le théâtre des actions de Buffy contre les monstres. Il sert plutôt à développer les liens personnels entre les personnages et les investigations.

45La sixième saison est un peu particulière sur les critères étudiés,car elle laisse une grande place à l’action dans les derniers épisodes. Pour preuve, l’écart étroit entre action et narration, avec respectivement 49 % et 51 %. Cependant, la grande part donnée aux combats entre la sorcière Willow et Giles lors de l’Apocalypse finale influe sur nos relevés et donne un résultat faussement représentatif. L’ensemble des scènes sont de type narratif mais la somme des scènes actives étant importante et concentrée sur le grand final, l’analyse est davantage quantitative que qualitative. La dernière saison prolonge l’effet recherché par les scénaristes en faisant cohabiter étroitement les deux catégories, avec 43 % d’action et 57 % de narration. La bibliothèque se trouve dans la résidence de Buffy, c’est-à-dire un lieu où le mouvement se mêle au récit. Notre analyse met en avant le fait que la plupart des maisons des personnages ont autant de scènes d’action que de narration. Elles sont donc devenues des lieux confondus en terme de typologie et de mise en place du schéma narratif. Les résidences étant dans les premières saisons réservées au développement narratif, elles ont pris au final une dimension où le foyer familial n’est plus un refuge contre les forces d’opposition. La séparation entre les espaces est beaucoup moins claire, ce qui montre distinctement la réconciliation des contraires, phénomène qui parcourt l’ensemble de la série.

Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scènes de narration dans chaque lieu de la saison 1

Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scènes de narration dans chaque lieu de la saison 1

©Vanessa Bertho

Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scène de narration dans chaque lieu de la saison 2

Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scène de narration dans chaque lieu de la saison 2
©Vanessa Bertho

Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scène de narration dans chaque lieu de la saison 3

Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scène de narration dans chaque lieu de la saison 3
©Vanessa Bertho

Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scène de narration dans chaque lieu de la saison 4

Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scène de narration dans chaque lieu de la saison 4
©Vanessa Bertho

Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scène de narration dans chaque lieu de la saison 5

Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scène de narration dans chaque lieu de la saison 5

©Vanessa Bertho

Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scène de narration dans chaque lieu de la saison 6

Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scène de narration dans chaque lieu de la saison 6
©Vanessa Bertho

Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scène de narration dans chaque lieu de la saison 7

Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scène de narration dans chaque lieu de la saison 7
©Vanessa Bertho

46Cette association hors du commun se prolonge avec le jour et la nuit. Nous avons donc cherché à savoir quels étaient les liens entre la temporalité et le type de scènes.

47Des saisons une à trois, la bibliothèque est un lieu affilié à une narrativité diurne, avec pour la première par exemple 77 % de narration de jour contre 23 % de narration de nuit. Lorsqu’il y a des scènes d’action, elles sont majoritairement de nuit, avec un taux de 75 %. A partir de la saison quatre, l’écart se rétrécit entre l’aspect diurne et nocturne de la narration, bien que la narrativité diurne soit toujours dominante, avec 53 % le jour contre 47 % la nuit. En ce qui concerne l’action, elle reste au contraire clairement nocturne avec un taux de 76 %. Le constat est le même pour les saisons suivantes, et ce, jusqu’à la dernière.

48L’analyse de nos données sur la série nous amène à constater que la bibliothèque, de papier ou de pixels, est un espace majoritairement rattaché à une narrativité diurne. Dans les quelques cas où des scènes d’action s’y déroulent, elles sont nocturnes. Lieu lié de façon générale à la narration et au jour, elle s’inscrit dans la lignée des sites habités par une activité humaine, caractérisés par cette typologie dans le programme.

49Le développement de la narration permet à cet espace de mettre en avant son contenu inépuisable sur le monstrueux, le transformant en une encyclopédie vivante du monstrueux.

Une encyclopédie vivante du monstrueux

50A travers les grimoires et les merveilles, une mythologie réactualisée pour les attentes d’un public adolescent contemporain voit le jour, et prend vie avec les contes cauchemardesques de Giles le bibliothécaire, qui permet aux intrigues d’exister.

Un personnage à part entière : Giles

51La bibliothèque peut prendre plusieurs formes, jusqu’à la plus étonnante : l’humain. L’incarnation par un personnage d’une idée ou d’un lieu dans les séries télévisées est fréquente, en partie à cause de la concentration des images sur les personnages. La télévision ayant peu de budget pour les décors et le contre-champ, les scénaristes privilégient les dialogues entre les protagonistes et les plans rapprochés sur eux. Ils tiennent ainsi une place d’autant plus primordiale sur le petit écran. Les séries télévisées exploitent ce contexte en explorant les relations amicales et affectives et en mettant en avant certaines figures.

52Les créateurs de Buffy contre les vampires ont choisi Giles pour représenter un des lieux centraux des épisodes, la bibliothèque. Ils en font un personnage quasiment triptyque. Faisant partie des principaux protagonistes, il est le symbole de l’esprit du bibliothécaire et du recours constant aux ouvrages. Il est d’autant plus incontournable qu’il incarne la figure paternelle du programme et est un des seuls adultes référents. A la fois bibliothécaire du lycée de Sunnydale durant les trois premières saisons, Observateur de la Tueuse de vampires et véritable père de substitution pour elle, il s’affirme comme un élément moteur de la diégèse.

53Tout d’abord, l’image de la bibliothèque évolue avec la sienne, la relation des deux étant interactive. Les premières illustrations qui en sont données sont très stéréotypées, faisant état d’un bibliothécaire perdu dans ses livres poussiéreux et réfractaire à toute forme de technologie. D’origine anglaise, son aspect physique est fidèle aux représentations traditionnelles du vieil anglais flegmatique. Habillé d’un costume en tweed austère, il arbore des lunettes et une tasse de thé en toutes circonstances. Son accent anglais est volontairement marqué, aussi bien dans la version originale que dans la traduction française. Les scenarii cherchent à s’inclure dans la construction de l’imaginaire anglais du XIXe siècle et plus particulièrement des romans.

54A partir de la saison quatre, il perd son emploi et évolue par la même occasion. C’est l’occasion de le voir se détacher peu à peu de son image antérieure pour s’intégrer à la société américaine, à la fois dans sa tenue vestimentaire et dans ses pratiques culturelles. Il s’habille de façon moderne ou bien participe à la fête d’Halloween alors qu’il y était totalement opposé auparavant. Il s’intègre même au niveau professionnel en rachetant une boutique de magie qui devient ensuite le nouveau lieu de rassemblement.

55Avec l’approfondissement des intrigues, les personnages deviennent plus complexes et plus étudiés. Exigence de l’équipe technique mais aussi du public, qui apprécie l’étude spécifique des protagonistes et les schémas alambiqués. Face à ce « nouveau spectateur », les créateurs du programme doivent s’adapter et fournir une image en phase avec l’époque et les attentes de leur auditoire. La progression de sa représentation a d’ailleurs été fort appréciée par les bibliothécaires américains. En effet, des bibliothécaires membres d’une liste e-mail se sont enthousiasmés pour le personnage. L’association des Bibliothèques Américaines a même utilisé son personnage pour sa campagne de publicité en faveur de la lecture. Bien qu’il soit critiqué par certains pour son absence d’activité en tant que véritable bibliothécaire – il est surtout là en tant qu’Observateur de Buffy – et de sa peur de l’informatique, il est devenu très populaire26.

56Ce manque d’apparitions en tant que bibliothécaire classique s’explique surtout par sa fonction de référent dans le domaine de la mythologie de la série. Ses fonctions de bibliothécaire, puis de commerçant dans l’ésotérisme lui confèrent un savoir occulte. Issu d’une famille d’Observateurs de Tueuses de vampires, cet Anglais a eu un parcours particulier. Les épisodes révèlent progressivement aux téléspectateurs différentes facettes de sa personnalité. Mis en avant au départ comme le stéréotype de l’anglais flegmatique, renfermé et rétrograde, il se révèle avoir été un punk27.

57Ces deux images restent fidèles aux stéréotypes liés au Royaume-Uni, dont Giles est la preuve la plus flagrante. Sa dualité n’est d’autant pas plus étonnante que tous les héros de la série sont sujets à l’ambivalence entre Bien et Mal. Celle de Giles est rattachée à la connaissance puisqu’il a fait appel dans sa jeunesse à un démon nommé Eyghon, afin d’obtenir plus de pouvoirs magiques28. Les scénaristes ont voulu ici mettre en avant les dangers d’un savoir sans limites, thème qui se retrouve dans l’ensemble des épisodes.

58Entre tradition et modernité, il est le lien des personnages avec le passé mythologique des monstres qu’ils rencontrent. Détenteur des connaissances sur les créatures de Sunnydale, il tient le rôle du récitant des mythes réactualisés par la série. Initialement informateur sur les vampires, il devient vite spécialiste des autres ennemis fantastiques que rencontre Buffy. Tout comme Van Helsing pour Dracula29, il est la source à laquelle les personnages font appel pour combattre les opposants surnaturels. Sa ressemblance ne s’arrête pas là puisque l’aspect physique est également le même. Hommes mûrs, leur âge leur confère une certaine sagesse et un savoir aussi bien scientifique que littéraire. Ils représentent la bonne conscience de l’histoire et la voix de la raison. De plus, le recours à un protagoniste anglais est fréquent dans le programme, aussi bien lorsqu’il s’agit d’évoquer l’origine de vieux vampires que lorsqu’il faut mettre en lumière des personnages ayant des connaissances mythologiques importantes. Il se situe ainsi dans la lignée du roman de Bram Stocker.

59Véritable conteur contemporain, il éclaire Buffy et ses amis sur les spécificités de chaque monstre rencontré. Passeur de rêves – et surtout de cauchemars –, il est aussi un vecteur de mémoire monstrueuse et mythologique. Il permet l’accès aux jeunes héros – et par la même occasion aux téléspectateurs – à l’univers de la série, le « Buffyverse ». Gardien du savoir mythologique, il est un livre à dimension humaine.

60En tant que conteur empli de sagesse, il cherche à transmettre ses connaissances à un disciple. Le duo maître-disciple est ainsi repris avec Willow et Giles. Passionnée de lecture et de magie, cette dernière amène la bibliothèque remplie de grimoires poussiéreux à se transformer en source numérique, par le biais des scanners et d’Internet. La transmission scientifique se fait ici à la fois par l’oralité dans le discours du récitant à son jeune auditoire, et par l’écrit à travers les ouvrages mystiques. Le schéma actantiel30 de chaque épisode amène Giles à devenir le récitant de l’histoire du monstre à affronter.    

Un lieu indispensable pour la justification du monstrueux

61En se servant à la fois de sa bibliothèque physique et de celle de son esprit, il fait progresser les intrigues et permet au schéma actantiel d’accéder au dénouement.

Shéma actantiel de Greimas

Shéma actantiel de Greimas

62Structure narrative d’un épisode ordinaire de la série :

  1. - Des évènements étranges et surnaturels se produisent dans la ville de Sunnydale.

  2. - Un ou des monstres plus dangereux que les autres en sont la source.

  3. - La vie humaine de Buffy se déroule normalement, bien que ponctuée par ses obligations de Tueuse de vampires.

  4. - L’origine et la façon de vaincre le ou les monstres sont trouvées dans des livres anciens ou sur internet.

  5. - Buffy combat ces monstres et les détruit à la fin de l’épisode.

63Si nous nous référons au schéma actantiel, Giles fait partie des adjuvants qui vont aider le héros, Buffy, à acquérir l’objet de sa quête. Le lien paternel qui l’unit à l’héroïne renforce la nécessité d’un tel personnage en tant qu’aide à l’utilisation de la bibliothèque, quelle que soit sa forme.

64Le recours à l’écrit et au passé mythologique est un point central de chaque épisode. Il s’agit dans la série de l’élément de résolution. Selon le schéma narratif, l’explication du passé du monstre à affronter renseigne sur ses qualités et ses faiblesses, pour mieux le vaincre. Les informations obtenues permettent aux héros de résoudre le problème et de combattre efficacement la créature venue perturber l’environnement humain. Lors des trois premières saisons, les protagonistes utilisent les ouvrages de la bibliothèque du lycée pour s’informer sur les opposants qu’ils doivent affronter. La solution du problème est ainsi trouvée. Sans ces sources, il serait plus difficile pour les scénaristes de justifier la supériorité stratégique du héros face à son ennemi. Même si la forme physique des informations change au cours des saisons, les références mythologiques restent les mêmes. L’accès à Internet agrandit même les possibilités de recherches bibliographiques en ce qu’il réunit un nombre infini de sources, participant ainsi à la propagation des mythes ufologico-conspirationnistes. La bibliothèque numérique est-elle aussi fiable que celle de papier ? Pour nos protagonistes et pour les scénaristes surtout, elle est idéale pour l’entretien et l’invention de nouvelles créatures, hybrides de légendes et des préoccupations contemporaines des téléspectateurs.

La bibliothèque, symbole de l’esprit de la série : Le « Buffyverse »

65Avec sept saisons, les créateurs du programme ont su développer un univers particulier et devenu culte pour les fans, le « Buffyverse ». Ce terme, créé par les producteurs, rend bien compte du phénomène commercial, télévisuel et idéologique qu’a suscité le programme. Mélange d’humour, d’action, de thèmes adolescents et de fantastique, son meilleur représentant est sans aucun doute sa bibliothèque. Intégrée au milieu lycéen puis estudiantin, elle est partagée entre cet univers et les références mythologiques et fantastiques qu’elle apporte. Par son intermédiaire, la lecture est réhabilitée et elle n’est désormais plus un lieu représenté comme austère et ennuyeux. Son image positive dans une série jeunesse lui permet d’apparaître comme un espace de vie, essentiel pour les rassemblements et la sociabilité de nos héros. La lecture devient alors une passion – l’irrésistible appel du danger de la chasse aux démons –, un goût, car ils se mettent à fréquenter un lieu autrefois déserté, et surtout formatrice car elle fait d’eux les experts du bestiaire monstrueux, auxquels les fans s’identifient. L’approche mythologique de notre source amène le public à s’intéresser à l’histoire de ces créatures réactualisées.

66Même si elle est peuplée par Buffy et ses amis, la bibliothèque n’en reste pas moins, dans les premiers temps, d’apparence impressionnante, tout comme l’est l’univers monstrueux du programme. Réserve inépuisable pendant sept saisons lors des recherches sur les créatures fantastiques, elle abrite des ouvrages souvent utiles mais parfois fort inquiétants. Lorsque la sorcière Willow décide d’utiliser la magie noire par exemple, elle fait appel à des grimoires considérés comme dangereux du fait de leur contenu maléfique. Cette ambivalence provoque plusieurs effets, aussi extrêmes les uns que les autres. Elle peut susciter une gourmandise de lecture, fruit délectable de l’étrange fascination qu’elle provoque. Mais elle peut être vue comme dangereuse pour l’ordre établi, la connaissance entraînant parfois la remise en cause des idées admises de façon officielle. Le caractère hors norme de certains écrits provoque la crainte du changement et de l’influence sur les mentalités.

67L’épisode Intolérance31retranscrit tout particulièrement cet état d’esprit. Les sorciers de Sunnydale, victimes d’une véritable chasse moderne, font l’objet de persécutions diverses, dont un autodafé. Tous les livres dits suspects de la bibliothèque du lycée sont confisqués, par peur de ce qu’ils contiennent et du savoir hérétique à l’autorité parentale et politique. En effet, les détracteurs de la bibliothèque fantastique sont les deux représentants de l’autorité durant cette saison : les parents d’élèves et le maire. Rassemblés sous le sigle des Mères Opposées à l’Occulte, ils font figure de tribunal inquisitorial dont la police est l’exécutrice. L’« armoire à livres » du « Buffyverse » se construit donc en opposition à un univers ordonné, restrictif et consensuel. La magie et l’occulte, à travers les grimoires, sont la transposition de la liberté revendiquée par le public adolescent de la série, propre à cet âge.

68Les références mythologiques et légendaires sont aussi des éléments appréciés par le téléspectateur, avide de sujets extraordinaires et de découvertes hors normes. L’aspect ésotérique le fascine, mais il a surtout l’impression d’avoir face à lui des créatures surnaturelles inspirées par de véritables références bibliographiques. Les bases d’inspiration sont diverses et font appel à toutes les mythologies et à la culture fantastique et de science-fiction. Les sites Internet des fans en sont la meilleure preuve, puisque nombreux sont ceux qui reprennent le bestiaire de la série en analysant les sources de ces monstres réactualisés. La bibliothèque et les récits de Giles sur l’origine des êtres maléfiques sont ainsi un sujet de fascination pour les passionnés du programme, qui les attire inéluctablement du fait de leur approfondissement et de leur originalité dans le monde des séries télévisées.

69Mélange d’angoisse et d’attraction, elle est le reflet d’une jouissance de la peur32 de ce que l’on peut y découvrir. Les personnages sont inévitablement attirés par le mystère qui embaume ces ouvrages, les histoires ancestrales et les mythes réactivés qu’ils transmettent à ces jeunes gens. L’originalité du scénario de Buffy contre les vampires tient en partie à la mise en avant de légendes et de mythes réactivés pour un public d’adolescents et de jeunes adultes, dont les grimoires sont la source visuelle. Cette délicieuse crainte imprègne le programme et est son moteur. Motivés par cette envie de sensations et d’expérimentation, les adolescents sont un auditoire idéal pour une série comme celle de Joss Whedon. Dans un programme où les scènes nocturnes et les thèmes fantastiques sont majoritaires, la peur est un sentiment fréquent et même le moteur des intrigues. Dans l’épisode Billy, le Maître33 affirme même : « La peur est une chose merveilleuse. La peur est dans le monde humain la force la plus puissante. Pas l’amour, pas la haine, la peur. »34.Tous les types de monstres peuvent surgir à tout instant, dissimulés par les jeux d’ombre et de lumière, dont la bibliothèque est la gardienne. Attirés par le caractère étrange de la monstruosité mais également par un suspens haletant et inquiétant, les téléspectateurs sont fascinés par Buffy et ses aventures.

70Ainsi, la bibliothèque de Buffy contre les vampires peut apparaître dans une envolée métaphorique comme le « livre vivant des merveilles ». Gardienne du patrimoine mythologique, elle regorge de mythes et légendes réactualisés pour une réception contemporaine. Emplie des merveilles – féeriques, monstrueuses ou les deux à la fois – des cultures du monde, elle fait appel, au travers de ses grimoires poussiéreux, aux références du public pour s’en amuser et les transposer dans un contexte contemporain juvénile.

71Espace scolaire fermé dans les premiers temps de la série, elle est en réalité ouverte sur les phénomènes fantastiques qui l’entourent, et sur les récits mythologiques. Une bibliothèque habitée par de jeunes héros, stratégique pour les investigations monstrueuses, éclôt peu à peu. Elle s’épanouit également dans sa forme puisqu’elle change de parure, tour à tour de papier et lycéenne, puis privée, pour devenir intégrée à un cadre commercial et finir par être pixellisée pour atteindre un plus large public et se matérialiser en une ressource infinie. Elle évolue avec le contexte socio-historique et répond aux préoccupations des téléspectateurs, ce qui l’amène à être de plus en plus modernisée. Sortant du carcan traditionnel, elle se mue au fur et à mesure des sept saisons en un recours inépuisable et indispensable, ce qui la rend par conséquent omniprésente.

72Faisant partie des lieux les plus présents à l’écran, elle assoit sa position d’espace de référence. Elle est ainsi un site idéal de rassemblement et de sociabilité pour les personnages principaux. Elle leur permet de se retrouver tout d’abord sous le prétexte du travail scolaire, puis de se regrouper librement pour les besoins de la lutte contre les forces maléfiques. A l’instar du lieu de travail, du domicile familial ou du lieu de divertissement, elle est la place récurrente lorsqu’il s’agit de réunir les protagonistes dans une même pièce pour une cause commune. C’est aussi l’occasion de développer la narrativité. Essentiellement représentée de jour, elle fait partie des endroits peuplés par les humains, en opposition à ceux des monstres, davantage nocturnes. L’activité studieuse est l’occupation qui y est rattachée, même si c’est également l’opportunité pour les scénaristes d’y développer les relations interpersonnelles entre les héros. Le développement du récit et des échanges sentimentaux et amicaux est un élément qu’apprécie tout particulièrement le public. Lorsque la pièce est sujette à l’action, celle-ci se déroule majoritairement de nuit, temporalité davantage propice au surnaturel et aux manifestations monstrueuses35.

73Même si la bibliothèque est sujette à être le lieu de combats entre les forces du Bien et du Mal, sa vocation est de conter l’histoire des monstres de Sunnydale. Pour ce faire, elle a besoin d’un récitant, et le rencontre en la personne de Giles, le bibliothécaire. Il aurait pu être l’héritier du bibliothécaire d’Arcimboldo36 s’il n’avait appartenu à l’univers fantastico-comique de Buffy contre les vampires. Tout comme la construction du peintre, il pourrait être décrit avec un air grave soulignant la solennité de sa fonction, et des livres précieux formeraient son buste et son visage. Ses cheveux seraient un livre ouvert en éventail, ses moustaches dessinées par des queues de martres pour épousseter les livres poussiéreux et des loupes feraient office d’œil, afin de pouvoir examiner en profondeur les ouvrages37. Même si le portrait peut décrire notre personnage, il ne le fait qu’en partie puisqu’au fur et à mesure de la progression de la série, le spectateur assiste à une véritable métamorphose. Conservant les attraits du tableau, il sort des attributs traditionnels pour s’intégrer à l’univers fantastique et adolescent du programme. Aussi bien physiquement que moralement, il se modernise. Devenu Observateur et père spirituel de Buffy, il est un élément indispensable pour l’avancée dramatique des épisodes. Conteur des origines des monstres, il transmet son savoir ésotérique et sa sagesse aux jeunes protagonistes et à l’auditoire télévisuel. Sans sa présence et celle de la bibliothèque, le monstrueux ne peut être justifié. Avec la multitude de grimoires et d’images qui l’animent, elle transporte Buffy et ses amis, et par la même occasion les téléspectateurs, dans un monde composé de visions féeriques. Féerie n’est pas synonyme que de bons sentiments et d’illustrations idéalisées, elle peut aussi se transformer en regards plus sombres, parsemés de créatures et de paysages cauchemardesques ou d’une surprenante noirceur. Telle les tableaux de Gustave Moreau38, la bibliothèque est le diffuseur privilégié de ces rêves et cauchemars emplis d’un flou inquiétant et fascinant.

74L’univers de la série continue, malgré son arrêt depuis 2004 en France, à attirer les fans et les téléspectateurs, notamment à travers les sites Internet et les conventions. Son esprit, conservé par sa bibliothèque, perdure, preuve de l’exquisité intemporelle qu’elle transporte.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages

Buffy the Vampire Slayer. The script book : season one, USA, Simon Spotligh Entertainments, Pocket books, vol. 1, 2000, 382 pages.

Bayard (Pierre), Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ?, Paris, Les Editions de Minuit, 2006, 162 pages.

Genge (N.E.), Tout sur Buffy, Angel et les vampires. Le guide non-officiel de Buffy contre les vampires, France, éd. Fleuve Noir, 2000, 480 pages.

Golden (Christopher), Holder (Nancy), Buffy contre les Vampires. Le guide officiel, Tours, Fleuve Noir, 1999, vol. 1, 382 pages.

Greimas (Algirdas Julien), Sémantique structurale : recherche de méthode, Paris, Presses Universitaires de France, 3e éd., 2002, 262 pages.

Stocker (Bram), Dracula, Verviers, Bibliothèque Marabout géant, Gérard & C°, 1963, 576 pages.

Catalogues

Catalogue de l’exposition Arcimboldo 1526-1593, Paris, Musée du Luxembourg, 2007, 320 pages.

Catalogue de l’exposition Huysmans-Moreau. Féeriques visions, Paris, Musée Gustave Moreau, 2007, 117 pages.

Articles

Chartier (Claire), Czerwinski (Natacha), « La folie de l’ésotérisme », L’Express, 20/06/2005, 3 pages.

Menegaldo (Gilles), « Promenade avec la nuit et la peur : le fantastique selon Jacques Tourneur », Nahoum-Grappe (Véronique), Tsikounas (Myriam) (Dir.), La Nuit, Sociétés et Représentations, CREDHESS, n° 4, mai 1997, 413 pages, pp.219-234.

Haut de page

Notes

1  CARTER (Chris), Aux frontières du réel (The X-Files), 1993-2002. Elle a été diffusée pour la première fois aux Etats-Unis le 10 septembre 1993 sur Fox et en France le 12 juin 1994 sur M6.

2  KATIMS (Jason), Roswell, 1999-2002. Elle a été diffusée pour la première fois aux Etats-Unis le 6 octobre 1999 sur WB TV et en France le 18 janvier 2000 sur Sérieclub.

3  Kingdom Hospital, Dead Zone, Médium, et le téléfilm Révélations ne sont que quelques exemples de cette multiplication.

4  A la suite de notre source, d’autres programmes mêlant fantastique et univers adolescent se sont engouffrés dans cette voie. Se succèdent alors toutes sortes de programmes ; pour les plus jeunes, Chair de poule, Animorphs, Les incroyables pouvoirs d’Alex, Guenièvre Jones, Le loup-garou du campus et Les Maîtres des sortilèges ; pour les plus âgés, des fictions telles que Charmed, Roswell, Smallville, Hex, la malédiction, et plus récemment Point Pleasant, entre le bien et le mal, ont été créées.

5  Littéralement en anglais « pouvoir aux filles ». Cf. RAE HELFORD (Elyce), Fantasy girls. Gender in the New Universe of Science Fiction and Fantasy Television, USA, Rowman and Littlefield Publishers, 2000, 273 pages; KITTENPLAN (Susan), « TV’s Girl Power: TV Actresses » inHarper’s Bazaar, Septembre 1998, p. 510; VENTURA (Michael), « Warrior women » inPsychology Today, Décembre 1998, pp. 58-61.

6  GENGE (N.E.), Tout sur Buffy, Angel et les vampires. Le guide non-officiel de Buffy contre les vampires, France, éd. Fleuve Noir, 2000, 480 pages, pp. 14-15.

7  La véritable Sunnydale est située dans l’Arkansas.

8  MARTIN SMITH (Charles), Bienvenue à Sunnydale (1) (Welcome to the Hellmouth), Buffy contre les vampires, Episode 1, Saison 1, 1997.

9  LANGE (Michael), L’esprit vengeur (Pangs), Buffy contre les vampires, Episode 8, Saison 4, 2000.

10 DICKSON (Christa), MILES (Lawrence), PEARSON (Lars), Dusted. The Unauthorized Guideto Buffy the Vampire Slayer, Illinois, Mad Norwegian Press, 2003, 336 pages; GENGE (N.E.), Tout sur Buffy, Angel et les vampires.Le guide non-officiel de Buffy contre les vampires, France, éd. Fleuve Noir, 2000, 480 pages; KAVENEY (Roz), Reading the Vampire Slayer. The New, Updated, Unofficial Guide toBuffy and Angel, Grande-Bretagne, Tauris Parke Paperbacks, 2004, 2e éd., 322 pages; TRACY (Kathleen), The Girl’s Got Bite. The Original Unauthorized Guide to Buffy’s World, Completely Revised and Updated, New-York, ST. Martin’s Press, 2003, 342 pages ; STAFFORD (Nikki), Sarah Michelle Gellar: Buffy, la Tueuse de vampires, Paris, Editions 84, 1999, 222 pages ; STAFFORD (Nikki), Bite Me ! An unofficial Guide to the World of Buffy the Vampire Slayer, Toronto, ECW Press, 2002, 425 pages; ADAMS (Michael), Slayer slang: A Buffy the Vampire Slayer Lexicon, USA, Oxford Press University, 2004, 320 pages; BATTIS (Jes), Blood Relations. Chosen families in Buffy The Vampire Slayer and Angel, USA, McFarland & Company, Inc., Publishers, 2005, 190 pages; BRIN (David), CRUSI (Jennifer), YEFFETH (Glenn) (Dir.), Seven Seasons of Buffy: Science Fiction and Fantasy Writers Discuss Their Favorite Television show, USA, Benbella books, 2003, 240 pages; BUTVIN SAINATO (Susan), « Not your Typical Knight: The Emerging on-Screen Defender », in DRIVER (Martha W.), RAY (Sid), The Medieval Hero on Screen. Representations from Beowulf to Buffy, USA, McFarland & Company, Inc., Publishers, 2004, pp. 133-146; JOWETT (Lorna), Sex and the slayer. A gender studies primer for the Buffy fan, Middletown, Wesklyan University Press, 2005, 241 pages; LAVERY (David), WILCOX (Rhonda V.), Fighting the forces. What’s at Stake in Buffy theVampire Slayer, USA, Rowman and Littlefield Publishers, 2002, 290 pages; PATEMAN (Mattthew), The aesthetics of culture inBuffy The Vampire Slayer, USA, McFarland & Company, Inc., Publishers, 2006, 276 pages; SOUTH (James B.), Buffythe Vampire Slayer and Philosophy: Fear and Trembling in Sunnydale,USA, Open Court Publishing Company, 2003, 288 pages; STEVENSON (Gregory), Televised Morality. The case of Buffy the Vampire Slayer, Oxford, Hamilton Books, 2003, 299 pages; TOPPING (Keith), Slayer. A totally awesome collection of Buffy trivia, London, Virgin books, 2004, 227 pages; WILCOX (Ronda), Why Buffy matters. The Art in Buffy The Vampire Slayer, India, I.B. Tauris &Co Ltd, 2006, 246 pages; WILLIAMSON (Milly), The Lure Of The Vampire : Gender, Fiction And Fandom From Bram Stoker To Buffy The Vampire Slayer, USA, Wallflower Press, 2005, 224 pages; RAE HELFORD (Elyce), Fantasy girls. Gender in the New Universe of Science Fiction and Fantasy Television, USA, Rowman and Littlefield Publishers, 2000, 273 pages; KITTENPLAN (Susan), « TV’s Girl Power: TV Actresses » inHarper’s Bazaar, Septembre 1998, p. 510; VENTURA (Michael), « Warrior women » inPsychology Today, Décembre 1998, pp. 58-6.

11  Buffy contre les vampires – Le magazine officiel, n° 15, Automne 2004, 60 pages ; « Buffy, l’intégrale ! » in Série culte collector, n° 10, 2003, 104 pages. Nous ne citons pas tous les sites Internet qui traitent des lieux de la série car ils sont beaucoup trop nombreux, étant donné que la plupart contiennent une description rapide de ce thème. Cet exercice serait donc fastidieux.

12 Buffy the Vampire Slayer. The script book: season one, USA, Simon Spotlight Entertainments, Pocket books, vol. 1, 2000, 382 pages.

13 Buffy contre les vampires, Saison 1, 20th Century Fox, 2005.

14  MARTIN SMITH (Charles), Bienvenue à Sunnydale (1) (Welcome to the Hellmouth), Buffy contre les vampires, Episode 1, Saison 1, 1997.

15  POSEY (Stephen), Moloch (I Robot... you Jane), Buffy contre les vampires, Episode 8, Saison 1, 1997, 14:57.

16  Ibid., 25:40.

17  Elle peut ainsi se rattacher à l’imaginaire du XIXe siècle, de la littérature anglaise d’un espace empli d’ouvrages renfermant secrets et formules magiques. Par cet aspect, elle se rapproche des public school novels; largement répandus à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, ces romans décrivaient les aventures de jeunes aristocrates dans de grandes écoles. Buffy contre les vampires s’insère dans ce mouvement par la représentation de sa bibliothèque.

18  WHEDON (Joss), Disparitions sur le campus (The freshman), Buffy contre les vampires, Episode 1, Saison 4, 2000.

19  GROSSMAN (David), Jalousies (Real me), Buffy contre les vampires, Episode 2, Saison 5, 2001.

20  CONTNER (James A.), Toute la peine du monde (2) (Grave), Buffy contre les vampires, Episode 22, Saison 6, 2002.

21  BAYARD (Pierre), Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ?, Paris, Les Editions de Minuit, 2006, 162 pages, p. 84.

22  Nous avons établi grâce à différents filtres des tableaux et graphiques réalisés sur les lieux de la série. Précisons que le relevé a été effectué après avoir découpé chaque épisode de façon séquentielle en prenant en compte le contexte général du segment. Chaque saison a ses propres grilles d’analyse, ceci afin de préserver l’originalité de chacune et de mettre en avant leur spécificité. Cette méthode permet également d’avoir une vision plus comparative et de constater les évolutions diverses.

23  Un ensemble show est une série dont le héros n’est pas un seul personnage mais tout un groupe. Cf. WINCKLER (Martin), Les Miroirs obscurs : grandes séries américaines d’aujourd’hui, Paris, éd. Au Diable Vauvert, 2005, 462 pages.

24  Ibid. Terme anglais signifiant littéralement « épisode bouteille ». Il s’agit d’un épisode se déroulant dans le même décor

25  Buffy contre les vampires, Saison 1, 20th Century Fox, 2005.

26  GOLDEN (Christopher), HOLDER (Nancy), Buffy contre les Vampires. Le guide officiel, Tours, Fleuve Noir, 1999, vol. 1, 380 pages, pp. 44-45.

27  SETH GREEN (Bruce), La face cachée (The dark age), Buffy contre les vampires, Episode 8, Saison 2, 1998.

28  Ibid.

29  STOCKER (Bram), Dracula, Verviers, Bibliothèque Marabout géant, Gérard & C°, 1963, 576 pages.

30  GREIMAS (Algirdas Julien), Sémantique structurale : recherche de méthode, Paris, Presses Universitaires de France, 3e éd., 2002, 262 pages.

31  WHITMORE (James Jr.), Intolérance (Gingerbread), Buffy contre les vampires, Episode 11, Saison 3, 1999.

32  MENEGALDO (Gilles), « Promenade avec la nuit et la peur : le fantastique selon Jacques Tourneur » in NAHOUM-GRAPPE (Véronique), TSIKOUNAS (Myriam) (Dir.), La Nuit, Sociétés et Représentations, CREDHESS, n° 4, mai 1997, 413 pages, p. 219.

33  Un des plus vieux vampires de la série.

34  SETH GREEN (Bruce), Billy (Nightmares), Buffy contre les vampires, Episode 10, Saison 1, 1997, 05:41.

35  NAHOUM-GRAPPE (Véronique), TSIKOUNAS (Myriam) (Dir.), La Nuit, Sociétés et Représentations, CREDHESS, n° 4, mai 1997, 413 pages.

36  ARCIMBOLDO (Giuseppe), Le bibliothécaire (Wolfgang Lazius), 1562.

37  Catalogue de l’exposition Arcimboldo 1526-1593, Paris, Musée du Luxembourg, 2007, 320 pages.

38  Catalogue de l’exposition Huysmans-Moreau. Féeriques visions, Paris, Musée Gustave Moreau, 2007, 117 pages.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma du lycée de Sunnydale
Crédits ©Vanessa Bertho
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/84/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 1
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/84/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 2
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/84/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 3
Crédits ©Vanessa Bertho
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/84/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 4
Crédits ©Vanessa Bertho
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/84/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 5
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/84/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 6
Crédits ©Vanessa Bertho
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/84/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Pourcentages d’évocation des lieux de la saison 7
Crédits ©Vanessa Bertho
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/84/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scènes de narration dans chaque lieu de la saison 1
Crédits ©Vanessa Bertho
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/84/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scène de narration dans chaque lieu de la saison 2
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/84/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scène de narration dans chaque lieu de la saison 3
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/84/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scène de narration dans chaque lieu de la saison 4
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/84/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scène de narration dans chaque lieu de la saison 5
Crédits ©Vanessa Bertho
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/84/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scène de narration dans chaque lieu de la saison 6
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/84/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Pourcentages de scènes d’action et pourcentage de scène de narration dans chaque lieu de la saison 7
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/84/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Shéma actantiel de Greimas
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/84/img-16.png
Fichier image/png, 3,0k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanessa Bertho, « La bibliothèque dans Buffy contre les vampires : grimoires et merveilles », Conserveries mémorielles [En ligne], #5 | 2008, mis en ligne le 06 janvier 2010, consulté le 29 août 2016. URL : http://cm.revues.org/84

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org