Navigation – Plan du site
5. Les représentations autobiographiques du passé

Ecritures autobiographiques, remémoration et enjeux symboliques

Christine Plasse-Bouteyre

Résumés

Une pratique d’écriture aussi liée que le genre autobiographique à la remémoration ne saurait rester étrangère au questionnement historique et sociologique. Le point de départ de cet article a été un travail de recherche qui nous a conduit à étudier les différents aspects des récits autobiographiques rédigés par quelques professeurs de lettres de la Sorbonne entre 1880 et 1940. Nous souhaitons saisir la manière adoptée par ces universitaires pour se souvenir et se représenter. Nous nous attacherons à comprendre le statut du récit autobiographique dans la production intellectuelle professorale ainsi que les dimensions symboliques, sociales et culturelles de ces écritures. Nous souhaitons rendre compte des conditions sociales de production des discours biographiques, des schèmes mentaux guidant la présentation de soi et de la définition que les professeurs donnent d’eux-mêmes dans des écrits à prétention personnelle et remémorative. Il s’agit à la fois de repérer comment s’organisent la remémoration, la perception et la représentation de soi et de saisir les limites socialement définies de ce qu’il est possible et légitime d’écrire. Notre objectif sera dès lors d’évaluer de quelle manière ces productions autobiographiques constituent des pratiques discursives spécifiques, des discours testamentaires et commémoratifs en tant qu’énoncés se révélant par des expressions rhétoriques, formelles et des thématiques précises dont on peut définir les conditions de production et les effets sociaux et symboliques.

Haut de page

Texte intégral

1Tout au long des XIXème et XXème siècles, les professeurs français des différents ordres d’enseignement ont été amenés à rédiger des mémoires ou des souvenirs professionnels. Si certains de ces récits ont pu passer à la postérité du fait de la notoriété de leurs auteurs, il semble bien que la quasi totalité de la production littéraire produite par les différentes catégories d’enseignants soit tombée dans un impressionnant oubli.

  • 1  Baldensperger, Ferdinand, Une Vie parmi d’autres. Notes pour servir à la chronique de notre temps, (...)
  • 2  Ce travail est issu de notre thèse de doctorat intitulé « Champ universitaire, champ littéraire : (...)

2Nous étudierons quatre autobiographies1 rédigées par des professeurs de lettres de la Sorbonne entre 1880 et 19402. Nous avons voulu rendre compte des caractéristiques culturelles et des conditions de production de ces écritures « autoréférencées » (Hébrard, 1991 : 283). Nous nous donnons pour objectif de comprendre, malgré les limites liées à un échantillon réduit de textes, les dimensions symboliques de ces écritures autobiographiques. Pour cela, nous aborderons des récits rédigés, sous la Troisième République, à des périodes différentes et renvoyant à des itinéraires professionnels inscrits dans des contextes historiques variés.

  • 3  Quelques références dans une littérature abondante sur le genre autobiographique : Gusdorf, 1951, (...)

3Ce que nous voulons mettre à jour ce sont les déterminations (type de trajectoire sociale, rapport aux origines, image de soi) qui pèsent sur l’acte de se remémorer, sur la fonction de l’écriture personnelle dans la prise de conscience de soi et sur les effets symboliques que peuvent produire ces écrits. Nous voulons aussi montrer que ce travail de construction et de représentation d’une vie qui se fait par l’intermédiaire de procédés rhétoriques particuliers (sélection, accentuation, dramatisation, stylisation) aboutit à renforcer la légitimité et la visibilité sociale des auteurs et du corps professoral plus généralement. Nous pouvons voir dans les écritures autobiographiques comme autant d’efforts de la part des narrateurs pour attester de leur légitimité sociale et pour renforcer leur « capital symbolique » comme crédit (Bourdieu, 1980). Les agents engagent dans ces pratiques toute la crédibilité qu’ils ont pu acquérir lors de leur carrière. Cette réflexion n’a dès lors d’intérêt et de sens que si elle permet de comprendre l’impact de ces pratiques d’écriture sur l’identité (bien que portant sur une problématique différente, cf. Pollak, 2000) des universitaires comme corps. Nous souhaitons donc voir de quelle manière la littérature à prétention autobiographique contribue à un retour sur soi fondamental et à la gestion, par l’auteur, de son image publique et de sa survie posthume. Il convient donc de s’interroger sur ce qu’il en est de la genèse d’un travail de remémoration et des effets symboliques que celui-ci peut engendrer3.

  • 4  Il s’agit des souvenirs de Ferdinand Baldensperger, professeur de littérature moderne comparée ; d (...)

4Arrêtons-nous sur les modalités de constitution de notre échantillon de professeurs afin de préciser nos intentions. L’enquête a laissé de côté le personnel des facultés professionnelles et scientifiques ainsi que celui relevant des facultés de province pour ne retenir que les professeurs titulaires de la faculté des lettres de la Sorbonne ayant publié, entre 1880 et 1940, leurs souvenirs. Ce choix prend en compte quatre faits essentiels. Tout d’abord, la Sorbonne est une institution prédominante du champ universitaire français. Ensuite, la catégorie professionnelle des professeurs titulaires est une importante marque distinctive. De même, notre préférence pour les lettres s’explique par le fait que le cadre traditionnel des facultés des lettres s’organise autour de quelques disciplines majeures dont la forte interdépendance, le faible niveau d’autonomisation, l’importante unité culturelle et la fonction idéologique et politique dans l’éducation d’une élite républicaine ont été manifestes très longtemps et ceci jusqu’à la période contemporaine. Pour finir, les limites historiques que nous privilégions se situent entre deux moments essentiels pour l’histoire du champ universitaire : d’une part, celui de la transformation et de la professionnalisation de l’enseignement supérieur français et, d’autre part, celui, dès le début des années 30, de l’expansion et de la diversification du public étudiant. Au terme de ce travail de délimitation, nous avons repéré un certain nombre d’auteurs d’écrits non strictement académiques4. Du fait de nos hypothèses, nous avons privilégié une littérature de souvenirs présentant dans sa forme une relative unité et homogénéité. En fonction de nos objectifs, nous avions besoin, en effet, d’un outil cohérent et unifié qui rende compte d’un véritable projet autobiographique, mettant au centre de son propos, un témoignage sur une vie et une affirmation explicite de soi. Projet explicité comme tel, dans une publication, rendant compte d’un écrit unique, sous la forme d’un ouvrage, et destiné à paraître du vivant de son auteur. Dans cette optique, nous avons été amené à rejeter certains documents (recueils de correspondances ou de poésies, discours publiés, récits de guerre, biographies de collègue) pour nous concentrer sur quatre documents.

Pour une économie symbolique des pratiques d’écriture

5Constatant que le pouvoir économique ne constitue pas uniquement le fondement légitime de la reconnaissance sociale, Max Weber est conduit à distinguer la « classe sociale » comme groupe d’individus partageant la même « situation de classe » (c’est-à-dire les mêmes modalités d’existence) et la « condition », « l’ordre » ou le « statut » comme ensemble d’individus définis par une certaine position dans la hiérarchie de l’honneur (Weber, 1995 : 391-400). Ainsi, tous les traits que cet auteur assigne à la condition sociale relèvent de l’ordre symbolique comme le style de vie, les privilèges honorifiques ou les règles et interdits. Dans cette perspective, un « ordre » représente un groupe d’individus qui revendique non seulement une « considération particulière » mais aussi « un monopole particulier à leur condition » (Weber, 1995 : 396). Les « ordres » peuvent donc se constituer à partir « premièrement, d’un mode de vie propre, en particulier, du genre de profession (ordres fondés sur le mode de vie ou la profession), deuxièmement, d’un charisme héréditaire, de la revendication de prestige acceptée, en vertu de l’origine sociale (ordres fondés sur la naissance), de l’appropriation monopolistique de pouvoirs politiques ou hiérocratiques (ordres politiques ou hiérocratiques) » (Weber, 1995 : 396). C’est dire que les différences proprement économiques sont doublées par des « distinctions symboliques » qui « transmue[nt] les biens en signes, les différences de fait en distinctions signifiantes » (Bourdieu, 1966 : 214).

6Ces conceptions nous paraissent d’autant plus importantes que Max Weber a souvent rappelé que « tout groupe social a besoin de construire, dans son langage et son système de valeurs, l’image d’un “cosmos doté de sens” » (Passeron, 1996 : 36). Cet auteur a mis en évidence que les différents systèmes symboliques ont souvent une fonction de légitimation de l’ordre social ou d’une position sociale particulière (Weber, 1985). Cette fonction de justification peut se faire par la religion, la culture, le mérite ou même le titre scolaire. L’école contribuant, en effet, comme l’ont montré Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, à la légitimation des différences de rang dans la hiérarchie sociale (1964 : 1970). Les titres scolaires doivent dès lors être considérés comme des titres de noblesse capables d’être convertis en un véritable « crédit social » (Bourdieu et Saint-Martin, 1970 : 155).

7Comme nous l’avons précisé, les différents groupes sociaux sont portés non seulement à rechercher des justifications à leur existence mais aussi à entrer dans des luttes symboliques afin d’imposer les définitions les plus légitimes d’eux-mêmes. Pour Pierre Bourdieu, de toutes les distinctions les plus « prestigieuses », la « culture », « le vêtement » ou « le langage » constituent les différences les plus signifiantes dans la mesure où elles « symbolisent le plus clairement la position dans la structure sociale » et « parce qu’elles entendent apparaître comme des propriétés essentielles de la personne, comme un être irréductible à l’avoir, bref comme une nature, mais, paradoxalement, une nature cultivée, une culture devenue nature, une grâce et un don » (Bourdieu, 1966 : 214).

8Aussi, les stratégies distinctives que nous donnent à observer les écritures autobiographiques doivent être envisagées comme des luttes sociales qui ont pour enjeu le monopole de la « violence symbolique » considérée, aux dires de Bourdieu, comme cette forme particulière de pouvoir qui a pour fonction de faire reconnaître et de faire admettre l’arbitraire des rapports sociaux, c’est-à-dire le « pouvoir d’imposer (voir d’inculquer) des instruments de connaissance et d’expression (taxinomies) arbitraires (mais ignorés comme tels) de la réalité sociale » (Bourdieu, 1977 : 409). Ainsi, voit-on mieux en quoi les stratégies d’accumulation et de gestion d’un capital symbolique, comme l’accès à la sphère publique, peuvent constituer un mode d’accès essentiel au pouvoir social.

9Par-delà la définition admise du « capital symbolique », on peut admettre qu’il existe d’autres manières de désigner la légitimité, le crédit, comme les notions de « charisme » ou de « domination charismatique » (Weber, 1995 : 145-409 et plus spécifiquement 320-325 et 326-336). Ces qualités charismatiques peuvent appartenir en propre à un individu comme le charisme personnel du prophète et du chef politique ou bien leur être déléguées, de façon dépersonnalisée, par voie institutionnelle. Max Weber met en évidence, en effet, l’existence d’un « charisme de fonction » (1995 : 329). Concept que Pierre Bourdieu résume sous le vocable de « charisme d’institution » (1987 : 155) ou de « capital institutionnel d’autorité » (1984 : 140) en ce sens que le charisme n’est plus lié à un individu mais à la fonction qu’il assume. Le prêtre, par exemple, reçoit sa qualité charismatique par l’ordination comme rite d’investiture ; ce qui lui permet d’accéder à la grâce et à la fonction de médiateur. Ainsi, à la différence des entreprises prophétiques, les « bureaucratie(s) religieuse(s) » (Bourdieu, 1971 : 6) font en sorte que le charisme devienne l’objet d’une éducation avec divers degrés dans l’initiation. L’enseignant, autre exemple, a acquis une « délégation d’autorité » (Bourdieu, 1982 : 113), c’est-à-dire le droit à enseigner ; ce qui fonde aussi sa pratique et la légitimité de celle-ci. On peut donc résumer l’ensemble de ces propos en disant que le maître, comme le prêtre, a une autorité reconnue parce qu’» il est l’organe d’une grande personne morale qui le dépasse » (Durkheim, 1985 : 68).

10Si l’on envisage l’univers « des producteurs de biens culturels » que sont les professeurs, on peut admettre qu’ils sont « en situation de concurrence monopolistique » (Passeron, 1966 : 232) non pour quelques valeurs économiques (bien qu’elles ne doivent pas être négligées) mais pour la légitimité universitaire qui prend la forme du prestige institutionnel et de la reconnaissance sociale. C’est aussi une des raisons qui expliquent que le champ intellectuel soit un des seuls espaces sociaux où l’on évacue, au moins symboliquement, la question de la valeur économique des produits de l’activité intellectuelle. Ceux-ci sont par définition sans prix. Selon Jean-Claude Passeron, cette idéologie du désintéressement peut d’autant plus être revendiquée par le corps professoral que son traitement est versé par l’État et qu’il n’est plus rétribué par l’élève comme dans un état ancestral du monde universitaire. Cette catégorie sociale se trouve dès lors dans les meilleures conditions pour méconnaître la vérité objective de son activité professionnelle. Vérité spontanément interprétée dans le vocabulaire de la vocation et du don.

11Toutefois, en tant que « producteurs de représentations du monde social » (Bourdieu, 1982 : 64), les universitaires sont prédisposés à revendiquer, dans une certaine mesure, « la prétention au monopole de leur propre objectivation » (Bourdieu, 1989 : 11) du fait de leur appartenance à « une institution qui est socialement reconnue comme fondée à opérer une objectivation prétendant à l’objectivité et à l’universalité » (Bourdieu, 1992 : 291). Dès lors, l’universitaire qui détient en terme de légitimité un pouvoir d’interprétation, véritable compétence donnant prestige et notoriété, peut être légitimement conduit à présenter sa vérité biographique pour la Vérité. Les écritures autobiographiques désignent et traduisent ainsi le droit de revendiquer un pouvoir symbolique particulier : celui que détiennent certaines personnes de produire les outils permettant d’offrir les conditions adéquates de leur propre perception sociale. Ainsi, voit-on mieux en quoi ces pratiques d’écriture peuvent être à l’origine de stratégies d’accumulation d’un capital symbolique pouvant constituer un mode d’accès à une des formes du pouvoir social, à savoir, être maître de sa propre image. Dans cette perspective, l’efficacité de ces discours qui visent à « faire advenir ce qu’il[s] énoncent dans l’acte même de l’énoncer » serait donc « proportionnelle à l’autorité » de ceux qui les formulent (Bourdieu, 1980 : 66).

Pratiques d’écritures, profits symboliques et morale publique

12Ces narrations doivent être considérées comme de véritables « énoncés performatifs » (Bourdieu, 1982) prétendant faire exister ce qu’ils énoncent. Dans ces conditions, il s’agit de mettre en évidence en quoi ces modes d’expression participent d’un travail de construction symbolique de l’image de soi pour la postérité. Ces écritures autobiographiques, rédigées par des universitaires reconnus dans leur champ professionnel d’appartenance, contribuent à renforcer leur visibilité publique par un gain de notoriété. Aussi, avons-nous été amené à considérer ces écritures comme des « discours d’autorité » (Bourdieu, 1982 : 111) visant à produire de la reconnaissance au-delà de la seule communauté professionnelle.

Écritures autobiographiques et effets de vérité

13En mêlant évocations et jugements de valeur, et ce, dans une cohérence chronologique dès plus explicite, ce genre de production littéraire dégage une affirmation de la particularité de soi ou de l’exemplarité de toute vie. Ainsi, les professeurs se représentent en tant qu’individus singuliers et incomparables. Les auteurs nous présentent une image magnifiée et édifiante de leur parcours. En mobilisant un « je » omniprésent, en classant les faits, en opérant des mises en ordre dans les évocations, en mobilisant des métaphores, en se dépeignant au travers d’images sélectionnées et idéalisées, en définissant une fausse proximité avec le lecteur, en jouant des illusions d’une intimité reconstruite, en mobilisant souvent les registres de l’émotion, les universitaires réalisent un travail de mise en forme engendrant une croyance en ce qu’ils sont et en la vertu démonstrative de leur parcours personnel. Par l’emploi de procédés narratifs, par un jeu complexe de connotations, par la mobilisation d’un registre de discours simple, les autobiographes donnent des principes explicatifs pour que le lecteur saisisse le sens de cette histoire exemplaire. En s’arrêtant tout particulièrement sur les années d’enfance, en insistant sur les prémisses d’une vocation naissante, la pratique autobiographique a pour effet d’engendrer l’illusion charismatique d’une destinée « déjà là ».

« Universitaire dans l’âme, il ne concevait pas pour moi d’autre carrière que celle qu’il avait suivie lui-même. Aussi s’appliquait-il à développer en moi le goût des lettres et, m’y trouvant quelques dispositions, il ne cessait de m’encourager » (Mézières, 1906 : 32).

« Je prenais de plus en plus goût aux études littéraires dont le charme m’était chaque jour révélé par mes entretiens avec mon père. Sa connaissance approfondie des classiques, son admirable mémoire lui fournissaient les arguments, les exemples, les textes qui pouvaient produire la plus forte impression sur un esprit bien préparé » (Mézières, 1906 : 33).

« Il savait par cœur plus de trente mille vers latins et français. Il n’en abusait pas, mais un hémistiche de Virgile, une citation d’Horace, de Racine ou de Corneille entretenaient chez moi, comme un besoin naturel et impérieux, le sentiment du beau » (Mézières, 1906 : 33).

14Cette configuration narrative qui met souvent peu l’accent sur les aspects les plus laborieux que leur réussite a supposé permet ainsi de se dispenser de tout travail de réflexion puisqu’elle propose un modèle d’analyse subordonné à des fonctions concrètes d’interprétation. Ce système d’écriture doit donc sa « cohérence pratique » (Bourdieu, 1972 : 215) et ses effets de vérité au fait qu’il est le produit de principes qui trouvent toujours dans la réalité leur fondement. Le monde universitaire mobilisant en effet souvent le registre de l’essence, de l’élection et de l’appel pour penser l’accès au professorat ou à la posture magistrale de l’intellectuel.

15On peut donc voir en quoi la capacité de rendre public représente pour les autobiographes un formidable instrument de pouvoir intellectuel : celui de se voir identifier avec la représentation qu’ils donnent d’eux-mêmes, renforçant ainsi leur légitimité. Les écritures personnelles sont ainsi au centre d’un travail symbolique dont l’enjeu est de produire les meilleures conditions de réception de l’image que l’on souhaite donner de soi-même et de son groupe social d’appartenance.

Deux cas exemplaires

16Pour donner à voir plus précisément ces tendances, arrêtons-nous sur les récits autobiographiques rédigés par les deux boursiers exemplaires que sont Ernest Lavisse et Jules Marouzeau. Par comparaison, nous envisagerons au terme de cette partie les principales caractéristiques des écrits rédigés par les deux héritiers emblématiques que sont Alfred Mézières et Ferdinand Baldensperger.

17Pour la clarté de notre propos, il paraît essentiel d’envisager, au préalable, les trajectoires sociales de nos deux boursiers. Trajectoires qui ne peuvent être totalement appréhendées, dans l’absolu, qu’en reconstruisant, pour les époques considérées, l’état du champ universitaire français (Charles, 1994).

18Ernest Lavisse, personnage emblématique de la Troisième République, est né le 17 décembre 1842 dans l’Aisne d’une famille de petits commerçants de nouveautés. Il meurt le 18 août 1922 à Paris. Il intègre l’École normale supérieure en 1862 et devient agrégé d’histoire trois ans plus tard. C’est dans le prolongement de la défaite de 1870 qu’Ernest Lavisse décide de quitter la France pour étudier en Allemagne où il restera trois ans. Docteur ès lettres en 1875, maître de conférences à l’École normale supérieure en 1876, professeur d’histoire moderne à la Sorbonne en 1888, directeur de l’École normale supérieure en 1904, sa carrière fut celle d’un ardent représentant et défenseur de la cause universitaire. Ernest Lavisse s’est, en effet, engagé activement dans les réformes de l’enseignement, tout ordre confondu. Mais cette reconnaissance institutionnelle dépasse largement le cadre de la seule Université. Élu à l’Académie française en 1892, rédacteur en chef de la Revue de Paris de 1894 à sa mort, figure phare et emblématique du quai d’Orsay et des salons parisiens les plus en vus, Ernest Lavisse est un personnage des plus importants. De plus, il détient une position incomparable dans le champ éditorial. Auteur, en 1884, d’une célèbre Histoire de France qui enseigne cette discipline à plusieurs générations de jeunes Français, directeur de publication d’une Histoire de France depuis les origines jusqu’à la Révolution (auteur du tome sur Louis XIV) et d’une Histoire de la France contemporaine mais aussi codirecteur avec Alfred Rambaud de la collection Histoire générale du IVème siècle à nos jours, il influençait bien des sphères. Si Ernest Lavisse s’est vu reconnu dans la mémoire collective comme une figure symbolique importante du panthéon républicain et comme une incarnation de la génération qui travailla avec Gambetta et Jules Ferry à la refonte de l’esprit national après la défaite de 1870 et à l’enracinement dans la société des institutions républicaines, il faut admettre que cette image républicaine d’un savant tout entier voué au service de la nation est en partie à relativiser. Il convient de rappeler qu’il fut longtemps un fidèle de la restauration bonapartiste et un républicain tardivement rallié. On peut supposer que les écrits biographiques rédigés par Ernest Lavisse ont largement contribué à produire cette figure consensuelle du républicanisme français.

19Jules Marouzeau est né le 20 mars 1878 à Fleurat (Creuse) et est décédé en 1964 dans la Vienne. Il est fils de petit aubergiste et a des origines plus modestes que celles d’Ernest Lavisse. Il publie ses souvenirs d’enfance en 1937. Jules Marouzeau devient lauréat du concours général et bachelier, respectivement, en 1896 et 1899. Il est admis à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm et devient, en 1899, boursier de licence à la faculté des lettres de Paris. C’est en 1902 qu’il obtient son diplôme en lettres classiques. À la suite de l’obtention de celui-ci, l’auteur décide d’intégrer, pour les années 1900-1904, une institution de recherche : l’École pratique des hautes études. Parallèlement, en 1904, il devient boursier d’agrégation et agrégé de lettres, en deuxième position. Il sera aussi diplômé de l’École pratique en 1906 et docteur ès lettres en 1910. Jules Marouzeau est tout d’abord professeur suppléant de lettres classiques, à Paris, aux lycées Voltaire, Buffon et Henri IV, de 1904 à 1906. En 1910, il intègre, comme enseignant, l’École pratique des hautes études. De 1910 à 1912, il est chargé de différentes missions d’études en Italie, en Allemagne et en Angleterre. Il devient même, en 1919, directeur d’études à l’École pratique. C’est en 1927 qu’il se voit chargé à la Sorbonne d’une maîtrise de conférences en langue et littérature latines. Un an plus tard, il est nommé professeur sans chaire, poste qui débouchera, en 1934, sur la fonction de professeur de philologie latine. Outre ces enseignements, il est chargé d’un cours au Linguistic Institute of America, à New York, à partir de 1931. Il assure également de nombreuses conférences dans des universités étrangères avant d’être admis à la retraite en 1948. L’expérience acquise et la réputation affirmée font de lui un chercheur important dans le champ des études latines. Au moment où Jules Marouzeau rend public son texte autobiographique, il est quelqu’un de légitimé par les champs universitaire, intellectuel et social plus généralement. Il détient une position dominante dans les études latines et est bien inséré dans les réseaux de production, d’échanges et de consécration intellectuels. Il est, en effet, le codirecteur de la Revue de philologie et le directeur, à partir de 1922, de la Revue des études latines. De même, il est le fondateur, en 1922, de la Société de bibliographie classique et de la Société des études latines. Par ailleurs, il devient membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1945 et lauréat de l’Institut en 1911, 1923 et 1930. Il a été amené aussi à publier de nombreux ouvrages auprès d’un public très diversifié. Sa bibliographie allant de titres destinés à un public d’avertis à des ouvrages scolaires ou de vulgarisation. Outre ces titres de reconnaissance proprement intellectuels et universitaires, il acquiert aussi d’autres marques de légitimité sociale. Il devient, en effet, officier de la Légion d’honneur.

20La dynamique qui est au centre des narrations rédigées par ces deux transfuges est constituée par une thématique très précise, à savoir celle de la formation scolaire et intellectuelle des auteurs. Ces deux auteurs se contentent de parler essentiellement de leur passage dans l’enseignement primaire et secondaire :

« À cette date, finit une période de ma vie » (Lavisse, 1912 : 285).

« Pour continuer à écrire sur ma vie, il faudrait que je crusse qu’elle vaut la peine d’être contée, et je ne le crois certes pas » (Lavisse, 1912 : 285).

« Je n’ai pas l’intention de me laisser mener plus loin par mes Souvenirs. J’ai senti en les écrivant un plaisir que j’ai avoué dès les premières lignes ; mais, pendant que ma plume courait, je m’apercevais qu’ils pourraient servir à faire connaître l’éducation que reçurent, il y a un demi-siècle, les hommes de ma génération ; je me pardonnais l’inconvenance de parler de moi » (Lavisse, 1912 : 285).

21Toute la trame des récits vise à nous faire ressortir la venue à soi et la conquête de la maturité et ceci au travers de l’évocation d’épisodes douloureux, de l’éloignement progressif, de ruptures.

« En peu de jours, j’eus fait le tour de ma misère : avoir sa vie réglée sans intervalles, vivre sous l’œil d’un surveillant qui est votre ennemi, n’être jamais seul […] dormir à la lueur d’un bec de gaz, se lever au tambour, manger en silence, aller en rangs de la cour à l’étude et de l’étude à la cour, faire des promenades du dimanche avec défense de quitter la route, vivre sous la menace et dans l’incompréhension, ne penser qu’aux cachotteries, à la ruse et au mal, n’avoir personne à qui parler de ce qui hier était toute la vie, taire ce qu’on sent, avoir honte de ce qu’on est, être lié à des camarades malheureux comme vous, mais qui se vengent sur vous de l’être, subir le gouvernement des forts et des violents ou la coalition des tyrans et des serviles, et surtout, dans cet enclos de murs, de salles, de couloirs et de cours, n’avoir rien, pas un coin, pas un objet qui rappelle la maison perdue […] Avec quel déchirement je voyais le soir, après les classes, partir les externes surveillés qui s’en allaient retrouver leurs parents sous la lampe ! » (Marouzeau, 1906 : 166-167).

22Conscients de ne devoir leur ascension qu’à des privations et à des sacrifices qui sont épargnés à certains, Ernest Lavisse et Jules Marouzeau sont amenés plus ou moins implicitement à contrecarrer le modèle dilettante véhiculé par ceux qui n’ont pas eu à payer, comme eux, le prix de l’ascension. On peut voir de quelle manière ces discours autobiographiques s’associent à une conviction méritocratique. Assurés qu’ils ne doivent leur position qu’à leur mérite et au dévouement de leurs parents, ils apparaissent dès lors comme des héros plébéiens exemplaires et émancipés. Cette thématique qui livre au lecteur des récits d’apprentissage met donc fortement l’accent sur la figure emblématique du boursier méritant qui a su s’échapper au poids de sa destinée et faire de sa vie en quelque sorte une création personnelle.

23Dans ces conditions, Ernest Lavisse et Jules Marouzeau deviennent des modèles vivants, des exemples à suivre qui peuvent inciter à l’effort et à la conquête de soi. Le mérite est d’autant mieux mis en perspective que les autobiographes abordent leurs origines et leurs parents souvent en termes d’handicaps ou de privations. La culture familiale apparaît, malgré d’évidentes qualités de dévouement, d’abnégation, de courage et d’ardeur à la tâche, comme un ensemble de manques ou de lacunes.

(À propos de la mère d’Ernest Lavisse) « Elle n’était point belle ; mais elle avait un air de bonté, de force et de santé […] Comme elle n’ajouta rien à l’éducation reçue chez maître Fortin, elle ne savait pas grand’-chose. J’ignore quelles sortes de sentiments et d’aptitudes attendaient en elle une culture qui ne vînt pas ; mais elle se plaisait à entendre bien parler ; elle était portée à l’enthousiasme » (Lavisse, 1912 : 117).

« C’est ainsi qu’on faisait jadis les bonnes maisons par le travail, l’ordre et l’économie, avec une absolue probité » (Lavisse, 1912 : 68).

« J’ai connu mon père, dès mon enfance, avec l’attitude d’un déchu. Déchu non de son passé, mais d’un avenir irréalisé » (Marouzeau, 1937 : 16).

(À propos de la mère de Jules Marouzeau) « [...] qui avait accompli dans la maison quatre-vingts années de travail sans profit, de souffrance sans plainte, de renoncement sans amertume, qui trouvait normal que tout fût peine pour elle, et qui à son Bon Dieu ne demanda jamais rien que pour les autres » (Marouzeau, 1937 : 219).

24La magistrature morale que revendiquent les auteurs repose donc sur le principe que ces récits doivent viser à la fois à se remémorer mais aussi à édifier, instruire et enseigner avec tous les gains symboliques que l’on peut gagner de cette posture d’édification. Les narrateurs se veulent responsables. Ils ont, en tant qu’enseignants, une mission à assumer. Ils veulent témoigner de leurs capacités et de l’histoire exemplaire de leur vie. Voici une autre version du fils du peuple dont l’existence ne peut qu’inspirer confiance à tous et servir comme modèle d’incarnation. Dans cette optique, Ernest Lavisse et Jules Marouzeau nous donnent des témoignages à la fois compréhensibles et authentifiés par l’effort qu’ils ont soutenu. Aussi, les textes doivent être appréhendés comme participant d’une véritable pédagogie de la démocratie : l’enfant du peuple qui a réussi et dont le modèle restera l’orgueil de la République. Par la présentation d’un destin exemplaire s’écrit le grand roman de la nation. Ils diffusent la croyance en l’irrésistible ascension de la méritocratie, en une mobilité sociale rendue enfin possible. L’entrée et la réussite dans une filière de promotion concourent à donner une image de la société française fluide ou l’ascension reste possible, un prototype d’une société de liberté et d’égalité.

25En privilégiant des phrases simples, des descriptions peu minutieuses et détaillées, en supprimant les éléments d’interprétation pour faire place nette aux notations qui créent les impressions, les narrateurs prêchent les vertus civiques que la République veut inculquer à ses enfants. Ces biographies fonctionnent comme de véritables témoignages moraux pour la postérité. La légèreté des œuvres qui les rend plus explicites et suggestives, l’efficacité des enchaînements, la recherche de la brièveté, la chronologie imprécise mais linéaire permettent une plus grande adhésion de la part du lecteur. La démonstration visée est rendue d’autant plus efficace que la forme des textes est aisément lisible et que les histoires sont racontées à partir d’un regard essentiellement didactique et anecdotique. De même, à la faveur de la transcription de dialogues, de scénettes, de proverbes, de sentences morales mobilisées pour nous donner à lire tout le naturel d’un milieu rural sain et de bon esprit, l’effet de réalité est amplifié et la puissance persuasive renforcée de par ce pouvoir de représentation attachée à la parole ou à l’action scénique. Grâce à un jeu descriptif allant de l’évocation de faits précis à des réflexions d’ordre un peu plus général, on assiste à un subtil mélange de retrait et d’épanchement, de neutralité et d’engagement, qui développe l’aspect intimiste et familier du récit autobiographique. De plus, les récits mobilisent une hiérarchie de valeurs morales assez explicite. Degrés et valeurs qui sont attribués tant aux situations qu’aux individus (parents, professeurs). Ainsi, il n’est pas d’actions ou de personnes qui ne suscitent approbation ou réprobation, en fonction, d’une part, d’une hiérarchie de valeurs dont la vertu, l’honneur, la responsabilité, le devoir, le sens du labeur et de l’épargne, la modestie et la malhonnêteté, la négligence, la paresse, l’irrespect sont les pôles essentiels et, d’autre part, d’une dichotomie, relativement simple, qui s’exprime la plupart du temps en termes de bien et de mal, de culture et d’inculture, d’hier et d’aujourd’hui, de l’enfance et de l’âge adulte, de monde rural et de monde urbain. Toutes ces choses renforcent la crédibilité et la lisibilité du propos autobiographique.

« Mon père avait une figure qui le faisait aimer, du premier regard, par la régularité des traits, la douceur des yeux et un air d’intelligence, d’honnêteté, de bonté. Jamais il n’élevait la voix ; je n’ai gardé souvenir d’aucune gronderie de lui ; il me reprenait de mes petites fautes sur un ton de plaisanterie si gentille, et il commandait si doucement que l’idée ne me vint jamais de lui désobéir. Son autorité paternelle avait la douceur d’une caresse » (Lavisse, 1912 : 114).

« Plus aussi s’accroît ma reconnaissance envers les êtres qui, s’étant donné pour fonction d’assurer à leurs enfants une destinée meilleure et plus haute que la leur, ont, par un travail sans arrêt, sans distraction, sans plainte, gagné ma vie » (Lavisse, 1912 : 123).

« Mais de bons maîtres nous furent bienfaisants ; l’application à leurs devoirs et la probité de leur vie nous donnèrent de beaux exemples » (Lavisse, 1912 : 286).

26Cette intention à restituer une réussite exemplaire explique les raisons pour lesquelles la structure des récits étudiés est souvent typifiant (peinture d’une enfance prometteuse, approche d’une famille unie, laborieuse, économe et responsable dans un environnement rural dépeint dans des termes très folkloriques, description des années de formation, années de souffrances, de rupture et de rédemption). Par cet agencement des faits, l’autobiographie construit une perspective temporelle qui est finalisée. Elle valorise une vision prophétique du devenir, vision riche d’effets de croyance.

27Ces biographies, très impersonnelles, assez modélisées (renvoyant à des modèles universitaires et sociaux d’autodiscipline, de prudence, de contrôle de soi et de discrétion) sont donc de belles histoires de salut, des contes biographiques, des romans d’exemplarité, des hagiographies civiques, des livres d’instruction visant à édifier le lecteur. Elles balancent entre réalisme, apologie et merveilleux. Chaque événement phare est chargé de parabole et de morale. L’évocation euphémisée de faits ordinaires, souvent caricaturaux et figés dans le temps, de personnages muséographiés, fixés dans des postures naturalisantes renforce la vraisemblance.

« Mon village était un village comme les autres, offrant au regard du passant les images qu’on attend : soirs paisibles au seuil des portes, bêtes à l’abreuvoir, poules qui picorent et pigeons qui roucoulent, le travailleur au jardin, la ménagère au lavoir, les enfants sur le chemin de l’école » (Lavisse, 1912 : 11).

28Dans cette perspective, chaque fait représente plus qu’une simple évocation. Il reçoit sa définition de la contribution qu’il apporte au développement de l’argumentation. L’ensemble de ces évocations transforme ainsi les événements en une véritable histoire personnelle.

29Face à ces textes qui constituent des récits d’acculturation rendant compte d’autant d’odyssées culturelles, nous découvrons dans les textes d’Alfred Mézières et de Ferdinant Baldensperger, deux modèles d’» héritiers » des manières particulières de représenter l’itinéraire individuel. L’analyse des caractéristiques sociales de ces deux derniers auteurs révèle deux individus d’origine plus privilégiée que ceux précédemment étudiés. Ces narrateurs se distinguent par un ensemble d’avantages sociaux. Ils sont originaires de milieux plus dotés en capitaux social et culturel. Origine qui les place sur un type particulier de trajectoire sociale. Nous avons affaire à des héritiers qui ont la culture dominante pour héritage. En faisant retour sur eux, les auteurs investissent dans le domaine de l’écrit l’histoire d’un rapport particulier à la culture. C’est pourquoi les textes mettent davantage l’accent sur la thématique de la capitalisation culturelle plutôt que sur celle de l’acculturation scolaire. Originaires de milieux sociaux plus dotés en capital économique et en capital culturel, ces deux héritiers tendent à minimiser le poids de leurs origines sociales dans la perception qu’ils se font de leur trajectoire. On a affaire chez ces auteurs à une forte référence à une conception charismatique en termes de don et de prédestination. Ils sont d’autant plus enclins à céder au principe que la culture doit se vivre comme indéterminée ou libre puisqu’ils sont issus de familles plus proches des régions dominantes de l’espace social. Cette perception tend à s’opposer à celle qui valorise le mérite, l’ascèse scolaire ou le salut culturel et social par les œuvres incarnée par Ernest Lavisse et Jules Marouzeau. Ainsi, on retrouve chez eux la promotion d’une certaine forme d’» aristocratisme du talent », retraduction de « l’idéologie aristocratique de la naissance » (Bourdieu et Saint-Martin, 1970 : 175).

30On peut voir dans l’opposition autobiographique entre ceux qui font la promotion du salut scolaire et intellectuel par le mérite et ceux qui l’attendent de la grâce et des dons une traduction de l’opposition entre l’ascétisme moralisateur des petites classes moyennes et l’aristocratisme de la bourgeoisie. L’étude de ces cas nous montre que plus le poids, à l’origine, du capital culturel s’accroît, plus les dispositions au dilettantisme sont fréquentes dans les représentations autobiographiques du rapport à la culture. C’est pour ces considérations que les récits que nous appréhendons sont moins limités et s’étendent au-delà des seules années d’apprentissage. C’est parce que ces professeurs sont moins redevables à l’école de leur position sociale que la thématique scolaire est abordée d’une manière différente et sur un ton plus détendu. Ainsi, ce rapport moins scolaire et plus littéraire aux souvenirs correspond avec le point de vue de ceux qui voient davantage dans cette pratique d’écriture un mode d’affirmation de leur propre élection que le témoignage d’une promotion dans le champ social. Les parvenus qui doivent leur capital culturel à un travail d’acquisition étroitement tributaire de l’école ont un rapport moins littéraire à l’écriture autobiographique, plus scolaire, les prédisposant à un didactisme sérieux, à un témoignage raisonneur et moralisateur, signe des efforts accomplis. C’est à la lumière de ces variables que l’on se donne les moyens de comprendre leur intention créatrice (primat accordé, davantage, en comparaison des auteurs précédents, au mode de représentation, d’énonciation, de création sur le sujet même de la représentation) et dans quelle mesure celle-ci est l’expression de la distance qu’ils entretiennent à l’égard de leur histoire personnelle, moins problématique.

Un discours d’institution

31En dévoilant les conditions de leur réussite (d’où un besoin de retour sur les origines) et en incarnant une morale sociale et républicaine ayant pour référents essentiels le mérite, la discipline, la souffrance, le labeur, la culture, l’ordre et la vertu, les autobiographes-transfuges accordent un statut démonstratif à leurs textes. Les souvenirs qui traduisent, pour deux des auteurs, boursiers d’excellence, le parcours méritocratique d’adolescents, à travers les arcanes du système d’enseignement français et leurs diverses expériences, douloureuses, de rupture et d’acculturation, produisent des effets positifs sur le lecteur (image d’un fort volontarisme, d’un sens du sacrifice, d’une abnégation de soi) et visent à nous faire adhérer à l’illusion, propre à une élite culturelle consacrée qui doit tout son destin social à l’école, que tout est possible et à une certaine image de l’univers culturel et de l’ordre sociopolitique.

« Dirai-je que je pleurais le soir, recroquevillé dans mon lit sans rideaux ? Pire que les pleurs est la grande détresse inexprimée qui serre le cœur jour après jour, qui donne, à l’âge de tous les espoirs, l’impression de vie gâchée et de temps perdu [...] » (Marouzeau, 1937 : 66).

« [...] au soir de l’âge, si l’on est interrogé sur ces années sans pareilles d’entre dix et vingt ans, on est obligé de faire cette réponse effroyable : “Je ne sais pas ; je n’ai pas vécu ce temps-là” » (Marouzeau, 1937 : 169).

« Je me sentais gauche dans ma blouse noire, que ma mère m’avait faite à la veillée, et qui n’avait pas de poches comme celles des autres, achetées au marchand ; mes socques ferrées sonnaient trop sur les marches ; mon chapeau des dimanches était dépaysé parmi les bérets et les casquettes ; je cachais dans mes poches de pantalon mes mains que je savais trop grosse, et j’aurais voulu faire disparaître le cache-nez des nièces du curé, qui n’était pas à la mode de la ville » (Marouzeau, 1937 : 167).

« Mes camarades étaient pour la plupart ce que j’aurais appelé des “riches”. Ils achetaient des gâteaux à la concierge au lieu de manger leur pain de quatre heures ; quelques uns avaient une bicyclette (c’étaient les toutes premières, à caoutchoucs pleins) ; d’autres racontaient leurs jeux de vacances, carabine, crocket, parties de plaisir avec des amis. Je me taisais : le moyen de parler de mes chasses au lance-pierres avec Lucien et des cantiques chantés avec les nièces du curé ! Ils disaient : “Mon père… ma mère…”, car ils étaient fils de médecins, de notaires, de marchands de biens, de contrôleurs des contributions indirectes… Qu’aurais-je pu dire de mon pauvre papa qui avait servi les maçons, et de ma mère qui “faisait les noces” ? Quand, à la promenade du dimanche, nous allions par hasard sur la route qui mène vers mon village, il m’arrivait de voir passer quelqu’un de chez nous : Brelaud, le sabotier dans sa voiture à âne, ou le métayer des Châtandau avec sa jument blanche ; je marchais le long du fossé pour qu’ils ne s’arrêtent pas me dire bonjour. Les autres racontaient comment ils soutiraient de l’argent à leurs “vieux” (ce mot sonnait à mes oreilles comme un blasphème) ; mes parents à moi, quand je rentrais de vacances, mettaient dans ma boite à provisions une tablette de chocolat (“As-tu bien tout ce qu’il te faut ?”) et insistaient pour que je prenne au moins trois ou quatre francs (“Il te faut bien ça pour ton mois”) ; je savais le prix qu’on vendait le chocolat, et je savais le travail qu’avait coûté l’argent : je marchandais sur ma mensualité ; nous transigions à trente ou quarante sous (“Je t’assure, j’en ai encore de reste de l’autre fois”), et il m’est arrivé, au moment du départ, de rapporter en cachette sur le rayon de la boutique la moitié du chocolat reçu » (Marouzeau, 1937 : 173-174).

32Parce que ces récits ont été rédigés par des membres reconnus du champ universitaire, nous devons les envisager comme des textes impersonnels ou comme des discours d’institution. Conformes au type de trajectoire sociale que les auteurs ont parcouru, les narrateurs produisent des principes tendant à justifier l’ordre établi et la reconnaissance sociale de l’œuvre scolaire. La lecture des récits autobiographiques rend donc compte de nombreuses références concernant une idéologie du devenir, du désintéressement, de l’universalisme ouvert et tolérant et de l’exemplarité méritocratique. En faisant référence aux aléas d’une enfance prometteuse, aux dons révélés de l’apprenti intellectuel immanquablement attiré par les choses de l’esprit, aux effets libérateurs de la culture, aux marques indélébiles laissées par quelques enseignants charismatiques, aux vertus toutes positives d’une saine morale faite d’abnégation, du sens du sacrifice, de l’intérêt général, de la modestie et de la tempérance, ces indicateurs fonctionnent comme de véritables facteurs de légitimation pour l’ensemble de la profession en rehaussant l’image de l’universitaire à l’extérieur des enceintes enseignantes. Cette action étant d’autant plus performante que les narrateurs sont des personnes consacrées, concentrant entre leurs mains un capital de reconnaissance intellectuelle, et qu’elles sont investies d’une « autorité d’institution » (Bourdieu et Saint-Martin, 1970 : 164) qui leur confère la maîtrise des instruments de production de discours au fondement même d’une « langue autorisée qui fait autorité » (Bourdieu, 1982 : 64).

33On peut donc lire, par le biais de ces écrits, de quelle façon, les différents groupes sociaux sont non seulement conduits à trouver des justifications à leur existence sociale mais sont aussi engagés dans des luttes symboliques pour imposer la définition d’eux-mêmes la plus conforme à leurs intérêts. En s’attachant aux conditions d’émergence des différentes manières de parler de soi, on peut ainsi comprendre les images que les auteurs retenus construisent de la figure de l’universitaire. On peut voir que tout ce qui est engagé dans l’acte de parler de soi détermine les images publiques que l’on peut se faire de cette catégorie intellectuelle. En tentant de faire prévaloir des représentations d’eux-mêmes et du corps professoral, les autobiographes agissent sur le réel en produisant l’image qu’ils souhaitent voir reconnaître d’eux-mêmes comme catégorie de défense de l’universel et du désintéressement. Ainsi, ces discours remémoratifs exercent un véritable « pouvoir de croyance », celui « d’agir sur le réel en agissant sur la représentation du réel » (Bourdieu, 1982 : 124). On peut parler à ce propos d’énoncés performatifs.

Autobiographie, retour aux origines et gestion du devenir post-mortem

34Ce qui se joue dans ce travail de mémoire, c’est l’une des dimensions symboliques importantes du champ social, à savoir la nécessité de se survivre. Ces narrations revêtent des significations complémentaires où se mêlent, à la fois, la remémoration (souvent sélective), la référence à l’intimité de la mort et la dimension publique ou la vocation posthume du témoignage. Les quatre biographies étudiées résultent de la volonté des auteurs, au soir d’une vie bien menée, de se souvenir et de transmettre publiquement ce souvenir. L’écriture personnelle a cette particularité d’être une forme d’expression de la personne privée où le retour sur soi se voit doté d’une sphère d’intérêt élargie. La mémoire de soi se veut ainsi acte de témoignage. L’autobiographie prenant corps quand cette mémoire mobilisée se dit utile pour la postérité et uniquement pour cette perspective au risque, a contrario, de présenter une image orgueilleuse de soi.

« Vous croyez, amis, qui me pressez d’écrire ces souvenirs vingt fois racontés, que, privés de l’atmosphère où vos questions complaisantes les faisaient éclore, ils vont encore, étalés noir sur blanc aux pages d’un livre, garder la saveur que vous leur prêtiez. Vous me dites, pour me convaincre, que mon enfance est “inattendue”, et que j’en dois compte comme d’un document ; qu’il est amusant de penser qu’un homme socialement classé et, comme on dit “arrivé”, a gardé les vaches, chanté des cantiques avec les nièces du curé, servi la goutte à des clients d’auberge, et s’en souvient. Amusant, soit, pour celui qui se souvient, et c’est pourquoi, sans doute, je me décide à prendre la plume, car écrit-on jamais après tout, pour d’autres que pour soi » (Marouzeau, 1938 : 9)

« Je ne raconterai pas mon enfance. J’évoquerai seulement quelques uns des souvenirs qui m’en restent, et ce seront sans doute assez naturellement ceux qui prennent leur sens de ma vie d’aujourd’hui » (Marouzeau, 1937 : 10).

« Un figurant lucide devient dès lors un acteur, et qui se doit d’apporter, avec texte à l’appui s’il se peut, son témoignage à la chronique expérimentale de son temps : d’où ce livre, où l’on a tâché de réduire le moi à sa fonction essentielle d’enregistreur attentif et vivant » (Baldensperger, 1940 : avant-propos).

Remémoration et travail sur soi

35L’écrit personnel en tant qu’outil de mis à plat (supposant un niveau élevé de distanciation par rapport à soi-même), de réconciliation avec le passé (surtout pour des autobiographes que le parcours scolaire a éloigné de leurs origines) doit être envisagé comme une manière de renouer avec son histoire et de l’actualiser, de fonder une possibilité de pardon, de quiétude face aux aléas de la vie mais aussi comme une façon de mettre symboliquement de l’ordre dans son vécu et dans l’image de soi face à la postérité.

36Ainsi, les récits rédigés par les boursiers paraissent d’autant plus pertinents qu’ils retracent à grands traits une expérience d’acculturation (Hoggart, 1970), qu’ils actualisent une mémoire douloureuse des origines. Parce que cette expérience est au centre des trajectoires sociales des auteurs et parce qu’elle pose question à leur identité personnelle, ces récits insistent tout particulièrement sur les années d’enfance et donnent à voir le présent d’un questionnement et d’une mémoire. Si le temps de l’enfance est représenté comme le temps du bonheur et des joies simples, c’est aussi la période des premières réussites scolaires et des premières séparations. Les années dans l’enseignement primaire et secondaire véhiculent, à travers l’évocation des moments phares d’une scolarité prometteuse, un temps d’efforts, d’acculturation douloureuse et un âge déterminant de leur vie scolaire ou de leur existence. La mémoire des premières années d’études est d’autant plus importante et privilégiée qu’elles font référence à des expériences formatrices et sociales essentielles, déterminant le rapport à l’avenir et le futur d’une trajectoire sociale. En se remémorant leurs années de scolarité, les boursiers mettent l’accent sur ce temps crucial où l’enfant intériorise le projet familial, sublime les efforts qu’il doit soutenir et où l’école commence à exercer, sur eux, une action durable les dotant, progressivement, d’une certaine disposition d’esprit.

(Lors du départ au collège) « Mon père faisait le brave ; il parlait de mon départ comme de la chose du monde la plus naturelle, du plaisir d’habiter une ville, et des belles promenades de Laon où je jouerais avec des camarades : ‘tu as bien de la chance, disait-il, j’aurais bien voulu aller au collège !’ » (Lavisse, 1912 : 126).

37Ainsi, de par ce travail de mémoire, les auteurs rendent compte, à travers l’accès de ceux-ci au monde de la culture légitime, d’un lent et irréversible mouvement de séparation d’avec leur milieu d’origine. Ce mouvement peut être producteur de ce que Pierre Bourdieu désigne comme des « habitus clivés, déchirés » (1997 : 79), habitus qui traduisent « sous la forme de tensions et de contradictions la trace des conditions de formation contradictoire dont ils sont le produit » (1997 : 79). Ainsi, visualiser la position sociale qu’ils détiennent au terme de leur vie, se réapproprier le sens de celle-ci (questionnement d’autant plus essentiel qu’elle peut leur paraître manquer d’unité), se souvenir de l’origine de leur parcours, c’est revenir sur les fractures traumatisantes, sur les éloignements ou les reniements qu’ils ont vécus. Au bout d’une trajectoire sociale bien remplie, ils se doivent de faire retour sur les souvenirs les plus déterminants et ce sont ceux de l’enfance.

« Toutes ces choses sont passées. Elles sont d’un autre monde. Quand je retourne au village, je n’y retrouve plus les êtres : ils sont morts. J’y retrouve les choses, mais elles ont pris un autre visage, qui est sans doute celui que je leur donne » (Marouzeau, 1937 : 177).

« Mon monde d’autrefois n’est plus là-bas, et c’est en vain que j’irais l’y chercher ; j’y fais seulement, quand il me plaît, un pèlerinage dévotieux » (Marouzeau, 1937 : 181).

38L’évocation de la thématique scolaire doit ainsi surtout constituer le moyen de restituer le tiraillement mental et l’expérience douloureuse qui peut accompagner l’acculturation à la culture dominante. Au travers de celle-ci, les auteurs témoignent de « la division contre soi-même, génératrice de souffrances » (Bourdieu, 1997 : 190) et de la gravité du dilemme, plus ou moins conscient, qui s’impose aux enfants de catégories modestes : être fidèle au monde d’où l’on vient (au risque de ne pas assumer l’espoir familial) ou accéder au monde de la culture (au risque de se perdre et de réévaluer négativement l’univers d’où l’on vient). Ce qui se lit dans ces souvenirs, c’est en partie la conscience malheureuse d’hommes qui, grâce à l’école, ont été à la hauteur des espérances familiales mais qui ont fait, de manière concomitante, l’expérience d’une séparation d’avec leurs origines. L’écriture permet de dénouer certaines contradictions et de « frayer par un travail sur soi à la fois sociologique et auto-analytique le chemin difficile par où s’accomplit le retour du refoulé » (Passeron, 1981 : 25). La raison d’écrire qui incite ces auteurs à entreprendre un retour réflexif sur le passé se trouve dans la possibilité que cette pratique donne de dénouer certaines contradictions : les souvenirs peuvent être appréhendés comme une manière de systématiser un questionnement sur un itinéraire. Les écritures autobiographiques peuvent contribuer à surmonter, pour des universitaires issus de classes plutôt dominées, un certain nombre d’interrogations quant à ce qu’ils sont devenus. C’est la raison pour laquelle nous devons rattacher les conditions de possibilité d’une littérature de souvenirs aux caractéristiques sociales des trajectoires qu’ont parcourues ces auteurs.

« La mémoire des vieilles gens, devenue presbyte, découvre, par delà les brumes qui voilent des régions de leur vie, le clair pays de leur enfance en fraîches couleurs. Me trouvant de loisir, ces vacances, après vingt années d’un labeur qui ne me permit jamais un jour de repos, je regarde tranquillement mon passé lointain. Je devrais me contenter de regarder ; mais les vieilles gens aiment à conter leurs vieilles histoires ; et puis voilà longtemps que ma main obéit à l’appel quotidien de ma plume, sa voisine fidèle ; une fois de plus, ma main a obéi. Si donc quelqu’un vient à penser que je suis induit par orgueil ou par vanité à croire que mes Souvenirs méritent d’être révélés au public, il se trompera. Je les écrits tout simplement parce que je ne peux pas m’en empêcher » (Lavisse, 1912 : prélude).

39On peut être tenté d’ébaucher le principe suivant, selon lequel le travail remémoratif sous la forme d’écritures autobiographiques constitue un outil capable de mettre de la cohérence là où il y a souvent de la dissonance. Trouver des assurances, reconsidérer de mémoire le chemin parcouru peut représenter l’ultime recours contre une image de soi ou un parcours problématique. En se faisant sujet de l’énonciation, l’examen biographique devient compréhension et interprétation de soi. Nous devons considérer ce type de récit, par la variété des questions qu’il engage, comme un outil essentiel de conscience et d’identité de soi qui jongle de manière complexe avec une dialectique de remémoration et d’oubli.

L’écriture autobiographique et posture testamentaire

40Le récit autobiographique doit être envisagé dans sa dimension testamentaire. Celui-ci a la vertu, pour les auteurs, de neutraliser l’angoisse de leur propre disparition en donnant, à l’avenir et pour l’avenir, une interprétation de soi et en fournissant les moyens de produire leur propre perception. Le rapport que les narrateurs peuvent entretenir à leur futur traduit, d’une certaine manière, l’attestation de soi et la qualité sociale qu’ils revendiquent.

41L’autobiographie, comme affirmation publique de l’estime de soi, est à la fois une pratique de réappropriation de ses origines, de prise de conscience d’une mort prochaine, de préparation symbolique à sa propre fin mais aussi une manière de gérer l’honorabilité post mortem, d’assurer la pérennité de sa trace, de se sauver de l’oubli et de préserver son image des ravages du temps. En sa qualité de discours de survivant, ce type d’écriture, comme affirmation de la distinction personnelle, se met au service de l’inoubliable. Le souvenir sert d’immortalité au défunt.

42On peut dès lors considérer ces textes comme un vecteur de gestion de l’image publique. En se présentant, on veille à l’intégrité de sa figure posthume et à une quasi immortalité. Ces documents doivent être appréhendés comme des formes symboliques de survie, comme des dépôts et des sources de mémoire pour les autres afin de vaincre le sentiment tendu du néant. Ils sont aussi une manière aussi de reconnaître la certitude de la mort et l’incertitude de ce que l’on retiendra de soi. Ces croyances dans la vie du souvenir sont autant de réponses à l’impossibilité d’accepter sa fin. Ainsi, l’écriture autobiographique doit être lue comme une procédure endiguant le sentiment de la perte de soi, comme une manière d’élargir son existence et comme une conduite destinée à verrouiller l’interprétation que l’on peut faire de soi.

Pour conclure

43Nous avons tenté de mieux comprendre ce qui est au cœur des pratiques d’écriture autobiographique. L’analyse du pouvoir qu’a le narrateur de refigurer le temps vécu a été à l’origine de nombreuses questions : de quel récit l’autobiographie est-il l’expression ? Quelle est cette forme discursive de présentation de soi ? Comment penser l’articulation des processus sociaux et des processus psychiques ? Comment fonctionne la construction du récit ? Quelles raisons poussent un individu à publier son autobiographie ? Comment parle-t-on d’une vie ?

44Au cœur de la problématique autobiographique qui met au centre de son argumentation le projet de mettre en ordre et de distribuer les souvenirs dans la perspective d’un bilan se joue une définition des relations liant transmission, reviviscence et rapport réflexif à soi. Notre propos a permis de saisir de quelle manière l’écriture biographique représente une expression d’un travail de justification et de rationalisation de la trajectoire. C’est dans la confrontation entre passé et présent, entre réminiscence et omission, réalité et imagination, que l’on peut s’introduire au plus loin de la complexité du monde social intériorisé et restituer aussi à la notion d’agent sa part de singularité et d’historicité. L’écriture autobiographique nous donne à lire cette possibilité pour lui d’être à la fois le sujet et l’objet de sa propre connaissance.

Haut de page

Bibliographie

Baldensperger, Ferdinand, 1940, Une Vie parmi d’autres. Notes pour servir à la chronique de notre temps, Paris, Conard.

Bourdieu, Pierre et Jean-Claude Passeron, 1964, Les Héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Éd. de Minuit.

Bourdieu, Pierre, 1966, « Condition de classe et position de classe », Archives européennes de sociologie, 7, p. 201-229.

Bourdieu, Pierre, 1970, La Reproduction.É léments pour une théorie du système d’enseignement, Paris, Éd. de Minuit.

Bourdieu Pierre et Monique de Saint-Martin, 1970, « L’excellence scolaire et les valeurs du système d’enseignement français », Annales E.S.C., 25, p. 147-175.

Bourdieu, Pierre, 1971, « Une interprétation de la théorie de la religion selon Max Weber », Archives européennes de sociologie, 12, 1, p. 3-21.

Bourdieu, Pierre, 1972, Esquisse d’une théorie de la pratique. Précédée de trois études d’ethnologie kabyle, Genève, Droz.

Bourdieu, Pierre, 1977, « Sur le pouvoir symbolique », Annales E.S.C., 3, p. 405-411.

Bourdieu, Pierre, 1979, La Distinction. Critique sociale du jugement. Paris, Éd. de Minuit.

Bourdieu, Pierre, 1980, Questions de sociologie. Paris, Éd. de Minuit.

Bourdieu, Pierre, 1980, « L’identité et la représentation. Éléments pour une réflexion critique sur l’idée de région », Actes de la recherche en sciences sociales, 35, p. 63-72.

Bourdieu, Pierre, 1982, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

Bourdieu, Pierre, 1984, Homo academicus, Paris, Éd. de Minuit.

Bourdieu, Pierre, 1989, La Noblesse d’état. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Éd. de Minuit.

Bourdieu, Pierre, 1992, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éd. du Seuil.

Bourdieu, Pierre, 1997, Méditations pascaliennes, Paris, Éd. du Seuil.

Charle, Christophe, 1994, La République des professeurs, 1870-1940, Paris, Éd. du Seuil.

Durkheim, Emile, 1985, Éducation et sociologie, Paris, P.U.F.

Gusdorf, Georges, 1951, Mémoire et personne, Paris, P.U.F., 2 t.

GUSDORF, Georges, 1991, Lignes de vie, Paris, Éd. Odile Jacob, 2 t.

Hahn, Alois, 1986, « Contribution à la sociologie de la confession. Autothématisation et processus de civilisation », Actes de la recherche en sciences sociales, 62-63, p. 54-68.

Hébrard, Jean, 1991, « La lettre représentée. Les pratiques épistolaires populaires dans les récits de vie ouvriers et paysans » dans Roger Chartier (dir.), La Correspondance. Les usages de la lettre au XIXème siècle, Paris, Fayard, p. 279-365.

Hoggard, Richard, 1970, La Culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Éd. de Minuit.

Lavisse, Ernest, 1912, Souvenirs, Paris, Calmann-Lévy.

LEJEUNE, Philippe, 1971, L’Autobiographie en France, Paris, Armand Colin.

LEJEUNE, Philippe, 1975, Le Pacte autobiographique, Paris, Éd. du Seuil.

LEJEUNE, Philippe, 1980, Je est un autre, Paris, Éd. du Seuil.

LEJEUNE, Philippe,1986, Moi aussi, Paris, Éd. du Seuil.

Marouzeau, Jules, 1937, Une Enfance, Paris, Éd. Denoël.

Mézières, Alfred, 1906, Au Temps passé, Paris, Hachette.

Passeron, Jean-Claude, 1966, « Conservatisme et novation à l’Université » dans Georges Antoine et Jean-Claude Passeron (dir.), La Réforme de l’Université. Conservatisme et novation à l’Université, Paris, Calmann-Lévy, p. 141-279.

Passeron, Jean-Claude, 1981, « Présentation » dans Richard Hoggart (dir.), La Culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Éd. de Minuit, p. 7-25.

Passeron, Jean-Claude, 1996, « Introduction » dans Max Weber (dir.), Sociologie des religions, Paris, Éd. de Gallimard, p. 1-49.

Pollak, Mickael, 2000, L’Expérience concentrationnaire. Essai sur le maintien de l’identité sociale, Paris, Métailié.

Weber, Max, 1985, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon.

Weber, Max, 1995, Économie et société, 2 t., Paris, Plon.

Haut de page

Notes

1  Baldensperger, Ferdinand, Une Vie parmi d’autres. Notes pour servir à la chronique de notre temps, Paris, Conard, 1940 ; Lavisse, Ernest, Souvenirs (1912), n. éd., Paris, Calmann-Lévy,1988 ; Marouzeau, Jules, Une Enfance, (1937), n. éd., Paris, Éd. Denoël, 1938 ; Mézières, Alfred, Au Temps passé, Paris, Hachette, 1906.

2  Ce travail est issu de notre thèse de doctorat intitulé « Champ universitaire, champ littéraire : Les écritures autobiographiques chez les professeurs de la Sorbonne. 1880-1940 ». Thèse soutenue à l’Université Lumière-Lyon II, le 21 mars 2002.

3  Quelques références dans une littérature abondante sur le genre autobiographique : Gusdorf, 1951, 1991 ; Hahn, 1986 ; Lejeune, 1971, 1975, 1980, 1986.

4  Il s’agit des souvenirs de Ferdinand Baldensperger, professeur de littérature moderne comparée ; d’Ernest Lavisse, professeur d’histoire ; de Jules Marouzeau, professeur de philologie latine ; d’Alfred Mézières, professeur de littérature étrangère.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Plasse-Bouteyre, « Ecritures autobiographiques, remémoration et enjeux symboliques », Conserveries mémorielles [En ligne], #9 | 2011, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cm.revues.org/842

Haut de page

Auteur

Christine Plasse-Bouteyre

détient un doctorat en sociologie. Elle est maître de conférences en sociologie à l’Université catholique de Lyon et chargée de cours à l’Université Lumière-Lyon II (France). Ses intérêts de recherche sont les récits de vie, la sociologie de l’individu, de l’individualisation et de l’individualisme ainsi que les socialisations familiale et scolaire.

Christine Plasse-Bouteyre
holds a PhD in sociology. She is a lecturer in sociology at the Université catholique de Lyon and part-time lecturer at the Université Lumière-Lyon II (France). Her research interests are life-writings, sociology of individual, individualisation and individualism as well as socialisation within family and school.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org