Navigation – Plan du site
5. Les représentations autobiographiques du passé

Écrire À partir de la parole ou l’appréhension des souvenirs : une réélaboration au présent du passé récent en Argentine

Paula Sombra

Résumés

Cet article, dans le but de reconstruire sociologiquement une partie du passé récent en Argentine, présente une réflexion théorique et méthodologique sur le militantisme révolutionnaire durant les années 1960 et 1970. Le travail se fonde sur des récits oraux, appréhendés comme des instruments de connaissance permettant d’élaborer les représentations actuelles relatives à l’expérience de l’activisme politique. L’auteure, en s’appuyant sur des données empiriques, propose une manière d’aborder et de penser le passé à partir de la construction réinterprétative de la biographie d’un groupe de personnes appartenant à la fois à une organisation armée et à une organisation non armée d’origine péroniste : les Forces armées péronistes (FAP) et leur corollaire le Péronisme de base (PB). Cette étude met ainsi l’accent sur la configuration verbale des récits au présent des souvenirs et de la mémoire collective, sans omettre de distinguer l’expérience vécue du temps d’énonciation.

Haut de page

Texte intégral

« Une chose, c’est de vous raconter ce que nous faisions et pensions à cette époque-là, et une autre, assez différente, c’est de raconter tout cela en adoptant comme perspective aujourd’hui, vous comprenez ? (…), en prenant en compte le fait que nous ayons perdu, que c’est la dictature qui l’a emporté, que l’on n’a pas vraiment fait d’autocritique sur les erreurs commises, mais en prenant en compte le fait que nous sommes ici depuis 32 ans ; et 32 ans, cela signifie beaucoup. »

G. V., Buenos Aires, avril 2007.

  • 1  L’enquête de terrain s’est déroulée en Allemagne, en Argentine, en France et en Suède. Au cours de (...)

1En nous appuyant sur la mémoire, sociale et vivante, de ceux qui par leur engagement ont contribué à construire l’histoire de l’Argentine tout au long de la période qui s’ouvre avec le coup d’État militaire de septembre 1955 et se referme avec la phase de violence politique des années 1960 et 1970, nous avons cherché à élaborer de nouvelles réflexions sur la manière d’aborder et de repenser ce passé encore proche et vivant. Notre étude, qui s’attache à sauvegarder la mémoire du militantisme révolutionnaire – politique et militaire – de ces deux décennies, se fonde sur des données empiriques que nous avons nous-mêmes récoltées et qui constituent un corpus de 117 entretiens en profondeur et de sources imprimées1. Dans ces récits oraux, énoncés de manière contingente et collectés en 2007-2008, d’anciens militants, qui étaient tout à la fois membres d’une organisation armée et d’une organisation non armée d’origine péroniste, les Forces armées péronistes (FAP) et leur corollaire, le Péronisme de base (PB), racontent leurs souvenirs d’activisme politique et leurs expériences individuelles au sein de ces collectifs. Actuellement, la plupart de ces personnes continuent d’exercer diverses activités militantes et ont conservé le désir de remplir des tâches sociales et communautaires et, par ailleurs, sont toujours engagées dans la dénonciation des violations des droits de l’homme qui furent commises pendant la terreur d’État.

  • 2  L’autobiographie et la biographie sont des genres traditionnels attachés à la littérature, mais en (...)
  • 3  Bien que l’histoire orale demeure un instrument de reconstruction répandu dans la discipline histo (...)

2Nous avons ainsi privilégié une approche biographique (inscrite dans une démarche sociologique2) et nous abordons ces récits avec des outils provenant de l’histoire orale3. Le passé récent, la mémoire sociale et vivante, l’évocation orale des souvenirs individuels et partagés d’un événement passé ou entendu, le militantisme, le temps présent du récit de l’expérience vécue constituent les pivots et les mots-clés de notre étude. Ce travail, qui s’appuie sur des témoignages oraux conçus comme des instruments de connaissance du passé et comme des moyens d’évaluation du présent, n’a pas la prétention de présenter des individus maîtrisant le présent historique, du fait que les matériaux biographiques suscitent un « effet de vécu ». C’est ce même « effet de vécu » qui, toutefois, donne fréquemment aux récits biographiques un caractère instable et relatif, puisque, en tant que constructions discursives, ces derniers restent circonscrits aux moments d’énonciation et constituent des représentations du passé dont il reste toujours à faire la preuve de la vérité. Néanmoins, la reconstruction du passé récent à travers l’usage des matériaux biographiques implique un contrat de vérité, comparable au « pacte autobiographique » défini par Philippe Lejeune. D’autre part, en recourant à la distinction que Paul Ricœur, dans ces propos sur « l’identité narrative », établit entre idem et ipse, il est possible de répondre à la dénonciation d’une illusion biographique et de comprendre ce qui persiste et ce qui se transforme dans un passé qui demeure vivant dans la mémoire. Cette identité narrative s’élabore et se construit à partir du souvenir des moments et des lieux qui affleure dans le récit de la personne interviewée, mais elle est aussi le fruit du travail de déconstruction/reconstruction que nous avons nous-mêmes réalisé. Ce qui est problématique, selon nous, c’est de rendre compréhensible la configuration de ces évocations telles qu’elles sont vécues aujourd’hui, de saisir les faits et les expériences mentionnés par ces récits en situation et de reconstruire des représentations. Nous cherchons donc à étudier le travail de la représentation du passé, interrogé à partir du présent, et à examiner des attitudes verbales dans leur expression actuelle, telles qu’elles apparaissent à travers les récits sur les pratiques vécues de l’activisme politique.

3Par représentations sociales, nous entendons constructions dynamiques, en évolution et en réélaboration à travers le temps. Elles sont ancrées dans l’histoire et dans un contexte social déterminé. Elles s’inscrivent dans un horizon symbolique dénommé imaginaire sociohistorique, qui constitue le climat spirituel d’une époque. En somme, l’imaginaire configure l’espace dans lequel cohabite une multitude de représentations sociales spécifiques.

4Dans quelle mesure les représentations politiques qui découlent des souvenirs de ceux qui se sont engagés politiquement pendant ces années permettraient de réfléchir autrement, au-delà du caractère dramatique que revêt traditionnellement l’histoire de cette période en Argentine ? Jusqu’à quel point ces témoignages, brèves traces mémorielles qui se trouvent dans la société actuelle, sous la forme de représentations, permettent-ils d’appréhender de manière différente le passé récent et contribuent-ils à construire une autre approche de l’avenir ? Nous nous efforçons d’exposer, d’une part, des manières différentes d’appréhender le passé et, d’autre part, de dégager et de mettre en évidence quelques représentations politiques actuelles qui figurent dans l’imaginaire du militantisme révolutionnaire – politique et militaire – des années 1960 et 1970.

Images courantes du passé récent

  • 4  Pour une approche de l’histoire orale en France, se rapporter aux rapports et aux débats de l’Inst (...)

5En Argentine, le terme « passé récent » désigne souvent une période historique qui commence à la fin des années 1950, avec le coup d’État civique-militaire – qui renverse le deuxième gouvernement constitutionnel de Perón en septembre 1955 –, et se termine en décembre 1983, avec la fin de la deuxième dictature militaire. Prétendre saisir et réinterpréter sociologiquement ce passé en recourant à l’histoire orale, par le biais d’enregistrements de récits de militants4, suppose de considérer qu’il s’agit d’un terrain vivant. Vivant, non seulement parce qu’il est question d’événements proches dans le temps et dont les marques traumatisantes sont encore visibles et perceptibles dans le présent à travers la mémoire vivante de la société, mais encore parce que c’est un passé sur lequel les acteurs sociaux eux-mêmes sont en mesure de produire un discours dans lequel émergent souvenirs individuels ou collectifs. Ces récits, d’ailleurs, oscillent souvent entre la première personne du singulier et la première personne au pluriel.

6Travailler la mémoire revient, premièrement, à interroger une réalité subjective en situation, et à prendre en compte que l’interprétation du passé implique un constant exercice de sélection comportant à la fois silences et oublis. Réfuter la validité de ce travail comme forme de construction d’une réalité – intimement reliée à la mémoire de la répression politique – et comme source de connaissance conduirait à un réductionnisme aveugle et ôterait toute valeur aux témoignages d’expériences personnelles en tant que sources de construction de ce passé très contemporain. En ce sens, reconnaître, rétablir, réinterpréter l’histoire du temps présent exprimée à travers les souvenirs de ceux qui en furent les acteurs, requiert d’appréhender et d’analyser, dans un premier temps, de quelle manière s’élabore un argument sur les valeurs et les croyances morales et politiques produites par les conflits sociaux. La restitution de l’histoire à travers les discours du langage permet, grâce au recours à la mémoire, de reconstruire sociologiquement des représentations d’un passé difficile qui est trop souvent envisagé d’un point de vue dramatique. Comme le firent remarquer Marina Franco et Florencia Levín, la délimitation de ce « champ d’étude en construction » doit être pensée en termes traumatiques et non selon des critères chronologiques :

bien qu’il n’existe pas de raisons d’ordre épistémologique ou méthodologique pour que l’histoire récente doive rester circonscrite à des événements de ce type, il est certain que dans la pratique professionnelle qui se développe dans des pays comme l’Argentine ou le reste du Cono Sur, qui ont connu des régimes répressifs d’une violence inédite, le caractère traumatique de ce passé intervient souvent dans la délimitation du champ d’étude (Franco et Levín, 2007 : 34).

7Si l’on suit également l’idée d’Anne Pérotin-Dumon :

il s’agit de faits violents et moralement graves qui ont semé la discorde et engendré des souffrances ; de faits qui marquent une grande rupture dans la vie du pays. Ce passé, non seulement, continue de vivre dans les souvenirs intimes et la mémoire de cercles restreints, mais fait aussi partie du souvenir social et fait périodiquement irruption dans l’actualité (Pérotin-Dumon, 2007 : 3).

  • 5  Nous reprenons ici les mots du titre de l’ouvrage consacré à l’historiographie française et dirigé (...)
  • 6  Ceci est le premier fond d’archives appartenant à la Dirección de Inteligencia de la Policía de la (...)
  • 7  Pendant la dictature militaire de 1976 à 1983, ce bâtiment appartenant à l’école de la marine a ét (...)

8La gestion politique de différentes organisations et institutions de défense des droits de l’homme, issues de la société civile aussi bien que de l’État et chargées d’enquêter sur le passé récent, fait irruption de manière périodique dans l’espace public. Effectivement, les changements politiques et historiques qui ont permis le développement et la visibilité de ces institutions dans l’espace public ont aussi institué – par un consentement tacite de la société – les représentations d’une mémoire publique officielle de « l’histoire qui fait mal ». S’appuyant ainsi sur des instruments légaux, l’ensemble des interventions du pouvoir public a légitimé une politique d’ouverture à l’égard des témoignages ainsi que de l’établissement de lieux de mémoire5. Ainsi faut-il souligner le travail de cette politique de reconnaissance du passé pour faire émerger des épisodes dramatiques et en préserver le souvenir en restituant publiquement la mémoire des événements de ces années de douleur. À ce titre, l’instauration de dates, la création d’affiches commémoratives, le travail réalisé par la Comisión Provincial por la Memoria – qui gère les archives de l’ex DIPBA (Dirección de Inteligencia de la Policía de la Provincia de Buenos Aires)6 ou bien la construction de monuments tels que le Parque de la Memoria, l’Instituto Espacio para la Memoria, l’ouverture du Centro Cultural Haroldi Conti – dans l’ancienne ESMA (Escuela Superior de Mecánica de la Armada7) ou encore le projet de construction du Museo de la Memoria en sont une illustration. En outre, il convient de mentionner le travail des organismes qui constituent l’association Memoria Abierta ainsi que le projet de créer un fond d’archives audiovisuelles sur la mémoire du terrorisme d’État et ses conséquences dans la société argentine. Il existe par ailleurs une abondante production de travaux qui abordent le sujet de la reconstruction de la mémoire en recourant aux témoignages sur l’activisme politique. Cela va de l’historiographie académique au journalisme d’investigation, aux romans, aux autobiographies ou aux essais, en passant par la simple compilation de témoignages ou la production cinématographique (documentaires et films de fiction). Ces différents points de vue adoptés et ces divers moyens de compilation et de récupération du passé proche illustrent, d’une certaine manière, les multiples degrés de questionnement à l’œuvre dans l’espace public.

  • 8  Cette dénomination découle de l’expression officielle « Processus de réorganisation nationale ». I (...)

9Il n’en reste pas moins vrai que « cette historisation – de la mémoire (Note d’auteur) – ne dépend pas mécaniquement du temps qui nous sépare des événements analysés mais d’une conjoncture politique ou culturelle » (Rousso, 2007 : 41). Quoi qu’il en soit, il est évident que, par ce biais, la production des études sur cette période historique aussi bien que les interventions politiques instaurent bien souvent une façon homogène de construire la mémoire, au lieu d’envisager et de penser – de façon critique – d’autres perspectives de reconstruction historique. S’est ainsi mise en place une façon homogène d’évoquer un passé récent, toujours appréhendé à travers le terrorisme de l’État. Même quand il s’agit d’instaurer, en faisant de chaque témoignage un fragment de la vérité, des manières différentes d’interpréter et donc d’exposer la période du Proceso8 et la violence politique qui lui est inhérente, il n’en demeure pas moins qu’une conception homogène (et d’ordre institutionnel), accordant une place prééminente au traumatisme, s’imposerait toujours sur la réalité vécue et la représentation du passé.

  • 9  Sur ce point, voir les réflexions d’Alonso, 2007, dans le recueil sur l’histoire récente en Argent (...)
  • 10 Connue aussi comme « les trois A ». L’Alliance anticommuniste argentine a été une organisation para (...)
  • 11 Cela correspond au début du mandat de Raúl Ricardo Alfonsín qui assuma la présidence de la Républiq (...)
  • 12 Sans maquiller les identités des militants de différentes organisations armées, on citera les ouvra (...)
  • 13 Sans chercher à dresser une liste exhaustive, il faut souligner qu’il existe une importante quantit (...)
  • 14 Le 29 mai 1970, le lieutenant-général Pedro Eugenio Aramburu, ancien président de la République arg (...)
  • 15 Il s’agit de l’assassinat de membres de différentes organisations armées le 22 août 1972 à la base (...)
  • 16 Le 20 juin 1973, Juan Domingo Perón revint définitivement en Argentine, après dix-huit ans d’exil. (...)
  • 17 Il s’agit de la dernière grande opération du PRT-ERP. En décembre 1975, cette organisation a essayé (...)
  • 18 Il faut noter que cette Juventud désigne un groupe de jeunes issus de la Résistance péroniste qui s (...)
  • 19 En plus des structures et des méthodes politiques de combat tirées du péronisme insurrectionnel, il (...)

10En ce sens, on pourrait donc dire qu’il s’agit d’un champ encore ouvert, non conclu, et ce en raison de son inscription dans une temporalité récente et dynamique, sur laquelle, toutes proportions gardées, nos « critères de lecture évoluent sans cesse » (Bédarida, 2001 : 157). D’une certaine manière, notre compréhension de ce passé reste, de manière récurrente, attachée à des représentations et à des images communes. Il ne s’agit pas de dire que les interprétations déjà existantes soient caduques, ni qu’elles ne soient en aucune façon convaincantes, mais de souligner cependant à quel point les travaux sur l’histoire récente et sur la mémoire sociale ont tendance à se focaliser et à s’appuyer sur des conclusions toujours liées à des expériences et à des souvenirs traumatiques du passé9. En ce sens, il est toujours question de la répression systématique menée par le pouvoir paramilitaire de la Triple A10(du 21 novembre 1973 jusqu’au 19 juillet 1975), des détentions illégales, des harcèlements, des usages répétés de la torture, des assassinats politiques, de la disparition de personnes, de l’enlèvement de mineurs et de l’exil contraint de milliers de personnes, tous ces crimes ayant été perpétrés par la dictature militaire (du 24 mars 1976 jusqu’au retour de la démocratie, le 10 décembre 198311). En outre, ces travaux abordent essentiellement les récits héroïques de certains partisans de la gauche révolutionnaire – et du syndicalisme de combat –, qui ont eu tendance à mythifier leur combat politique aussi bien que leur lutte armée12. Lorsqu’il s’agit d’évoquer cette dernière, elle est d’ailleurs et généralement associée de manière exclusive aux expériences du militantisme des années 1970 et plus particulièrement aux organisations armées du PRT-ERP (Partido Revolucionario de los Trabajadores – Ejército Revolucionario del Pueblo) et aux Montoneros13. La conséquence de tout ceci est que l’on ne retient de l’histoire de cette période que l’enlèvement et l’assassinat d’Aramburu en 197014, le massacre de Trelew en 197215, le massacre d’Ezeiza en 197316, l’assaut de Monte Chingolo en 197517 et finalement la répression illégale et clandestine dissimulée sous le nom de Proceso de Reorganización Nacional. Il peut être nécessaire dans certains cas de faire référence à tous ces événements pour les juger (par exemple en parlant de « guerre sale »). En ce qui concerne les travaux sur « la mémoire de la répression politique » par exemple, on considère comme inévitable de renvoyer à une conceptualisation sur le passé de la dictature, et ce d’autant plus que les politiques de lutte pour « la mémoire, la vérité et la justice » qui ont été menées à bien par différentes instances gouvernementales et non gouvernementales activement mobilisées dans la défense des droits de l’homme à travers différentes actions de lutte font écho à l’officialisation des dénonciations et aux poursuites judiciaires pour violation des droits de l’homme pendant la terreur d’État. Toutefois, cela ne doit pas nous empêcher d’exposer ce qu’a signifié le fait de s’être engagé politiquement pour une grande partie des individus tout en négligeant par ailleurs les premières expériences de lutte de la Juventud peronista18 (issue du bannissement de Perón et de la résistance péroniste) et du péronisme révolutionnaire19 (qui émerge au début des années 1960 et qui annonce la doctrine politique et les pratiques des années 1970).

11Quoi qu’il en soit, au-delà des sujets qui pourraient être abordés, ce qui nous intéresse d’étudier, au moyen des outils conceptuels et empiriques par lesquels nous aspirons à déconstruire et à reconstruire le sens du vécu dans le présent, ce sont les traces de l’histoire et la présence du passé. Autrement dit le « sens du passé tel que le présent le constitue » (Lavabre, 1998 : 48), tel que le présent le construit à partir non seulement des souvenirs d’une expérience vécue mais aussi des oublis.

L’élaboration actuelle du passé : entre l’expérience vécue et le temps de l’énonciation

12Le fait de partir des mobilisations sociales implique de présupposer qu’il existe des échanges mutuels de revendications. C’est la raison pour laquelle l’approche biographique nous a conduit à étudier les processus de mobilisation du point de vue des relations réciproques ou interindividuelles – par opposition aux études qui prennent en compte l’individu isolé, en tant que sujet de l’histoire. Nous avons cherché à tisser tout un faisceau de biographies personnelles croisées dans le but qu’émerge finalement un récit cohérent du militantisme politique révolutionnaire, sans chercher à reconstruire chaque existence en particulier.

13Nous voudrions par ailleurs ajouter que nous avons recueilli des témoignages d’expériences au cours d’entretiens individuels. La saturation a été la conséquence non pas d’une faible quantité de personnes interrogées, mais de la récurrence et de la similitude avec lesquelles les mêmes événements sociopolitiques étaient mentionnés. C’est l’homogénéité caractéristique des récits des situations et des moments vécus qui nous a conduit à poser l’existence d’un parcours collectif concernant les expériences autour du militantisme. Ainsi, les militants sont parvenus à construire un discours où les faits historiques et politiques semblaient avoir pris la forme de mythes. Dans cette perspective, on pourrait considérer qu’il s’agit d’une mémoire canonisée qui, d’une certaine manière, se perpétue dans l’imaginaire de ceux qui ont en particulier vécu l’histoire politique liée au péronisme.

14En ce sens, nos entretiens ont été orientés de façon à recueillir un passé politique qui soit toujours un passé partagé. Nous avons fait en sorte que la restitution du récit de soi soit infléchie vers la construction d’une narration où l’évocation – à travers le langage – a dépassé le narrateur lui-même en rattachant son histoire vécue à celle d’un parcours collectif.

J’ai eu la chance, comme d’autres jeunes de cette décennie, de vivre une époque de participation, d’engagement, et où on se sentait heureux… et donc, je me sens heureux d’avoir eu la possibilité de vivre, d’avoir fait partie de cette génération (N. O. à La Plata, mars 2007).

15En partant d’un schéma préétabli en accord avec les interviewés, nous avons tenté dans la mesure du possible de faire en sorte que les entretiens abordent exclusivement leurs expériences passées et présentes dans le militantisme. Cela revenait à évoquer leurs sensations, leurs impressions, à travers les récits aussi bien des pratiques et des coutumes politiques antérieures que de leurs activités actuelles. Ces récits oraux ont été recueillis selon des orientations définies par des questions valables pour le passé comme pour le présent puisque les axes de cette partie sont l’expérience vécue et le temps de l’énonciation. Évidemment, il s’agit de fragments de leur vie racontés, en général, au fil du temps et inscrits dans les événements qui ont marqué leur passage par le militantisme. Ainsi, nous avons commencé tous les entretiens avec la même question : Vous souvenez-vous des circonstances ou des moments marquants de votre vie et qui ont eu une influence déterminante dans le début de vos activités politiques ? À partir de là, nous laissions la personne prendre la parole.

Je conserve un souvenir bien particulier de quand j’étais enfant ; je devais avoir huit, neuf ou dix ans… J’avais un sulky-ciclo… Un jour, j’ai croisé une petite fille d’environ sept ans, qui resta là, à le regarder, je savais qu’elle ne pourrait jamais en avoir un comme ça… Cela m’a beaucoup frappé… Les besoins en tout genre nous sont communs à tous, tous on a les mêmes besoins. Même si parfois tous n’ont pas l’argent pour les satisfaire. D’une certaine manière, ce fut une des choses basiques qui m’ont conduit au militantisme, parce qu’au fond, pour moi, le militantisme a toujours voulu dire « que les gens ne soient pas dans le besoin ». Ceci m’a conduit à la conclusion que le seul moyen pour que cela fonctionne, c’était de répartir également les moyens. Militantisme et idéologie politique vont de pair… Pour moi, la révolution c’est en partie ce qu’a réalisé le péronisme… et mon combat, après 1955, ce fut de lutter pour son retour (A. V., à Göteborg, août 2008).

16L’interrogation était ainsi formulée de façon à conduire la personne à évoquer, notamment, des événements personnels. Les personnes interrogées commençaient alors en parlant de leur enfance, de leur adolescence, et construisaient leur récit en partant majoritairement d’anecdotes liées à leur entourage familial tout autant qu’à leur quartier. Dans très peu de cas, l’entrée dans l’univers du militantisme de cette organisation était le fruit et la conséquence d’une influence de l’université.

Mon père était un officier de l’unité de la Préfecture à Santa Fe ; lors du coup d’État en 55, il est resté fidèle à Perón, ce qui veut dire qu’après les choses ont mal tourné pour lui… Il fut emprisonné, puis renvoyé sans aucune indemnité… C’est ça qui explique ma relation avec Perón et le militantisme, cette attitude de mon père, qui l’a appuyé… Parmi les choses que mon père a faites et qui m’ont marqué, par exemple, une fois où en face de l’endroit où se trouvait la préfecture, il y avait une sorte d’île… pour s’y rendre par la terre, tu devais faire un trajet de six ou sept kilomètres, alors qu’en passant par le fleuve, il devait y avoir cent mètres. Alors, une des choses que mon père avait faites, c’était d’aider à transporter, mettre à la disposition des gens des canots de la préfecture pour qu’ils puissent traverser, ce qui leur permettait d’éviter d’avoir à faire ces six ou sept kilomètres, qu’ils devaient en plus faire à pied… Une autre anecdote à raconter, en réalité, c’est ce qu’un vieux camarade raconte toujours chaque fois que quelqu’un lui demande pourquoi il est péroniste, et lui répond que la première paire de chaussures qu’il a eue pour aller à l’école, ça été grâce au péronisme (A. V. à Göteborg, aôut 2008).

17Ce témoignage, précisément, donne à voir l’importance du rôle qu’avaient les quartiers, ou encore certaines villes, dans la constitution de l’identité politique liée au péronisme. Tel est le cas de la ville de Berisso. L’établissement des entrepôts frigorifiques, d’une raffinerie de pétrole, d’une filature, ainsi que les activités sidérurgiques ont transformé cette ville industrielle, située dans le conglomérat du Gran La Plata (province de Buenos Aires), en l’un des centres de développement socio-économique les plus importants du pays. Ce pôle économique dynamique était également une ville portuaire qui accueillit, au début du XXe siècle puis dans les années qui suivirent la fin de la Seconde Guerre mondiale, des flots d’émigrants européens. C’est dans cette ville industrielle à forte dominance ouvrière que se sont produits les premiers faits politiques liés au péronisme.

J’ai grandi à Bérisso, une ville de travailleurs, de combattants, pour la plupart, une ville où se trouvaient deux grands entrepôts frigorifiques, Swift et Armour, où on travaillait jour et nuit, où les machines ne s’arrêtaient jamais, où dans chaque entrepôt frigorifique travaillaient entre onze et douze mille personnes. Les entrepôts se trouvaient rue de New York, à Bérisso, là où, eh bien, là où étaient mélangés travailleurs, joueurs, eh bien, tout quoi ! C’était un monde, c’était un monde… Il y avait le port, là, si bien que beaucoup d’étrangers marchaient dans cette rue, des Grecs, des Lituaniens, des Russes, des Turcs, des Arabes… C’était tout un monde qui était rassemblé là, et Bérisso, c’était ça, et tout ça donnait à Bérisso une touche bien particulière, rien que des travailleurs… Mes frères travaillaient à l’usine… Et bon, ils étaient de toutes les luttes, de toutes les grèves, la fameuse grève de 6 mois où tout le monde allait pêcher dans le fleuve, dans le Palo Blanco, pour avoir de quoi manger. Parce que la grève dura six mois et qu’il n’y avait rien à manger… En quelque sorte, ma maison était un lieu où beaucoup venaient discuter, et discuter politique (N. O. à La Plata, mars 2007).

  • 20 À la suite de la détention de Perón à l’île Martín García et après à l’Hôpital Militar, ses partisa (...)

18L’idéologie péroniste, associée à des termes tels que justice, dignité, travail, peuple, Patrie ou encore unité nationale, demeure toujours pour les personnes interrogées l’axe autour duquel se structurent leurs souvenirs de militants. Perón et le péronisme constituent indubitablement des figures grâce auxquelles l’on pourrait raconter l’histoire sociopolitique du passé récent en Argentine. Il est en effet possible de saisir des faits du passé par l’étude des souvenirs personnels des militants, de ce qu’ils ont vu, entendu, puis incorporé, réélaboré et réinterprété. Prenons par exemple l’événement que constitua la fondation du mouvement péroniste le 17 octobre 1945, avec en tête de cortège la présence de Cipriano Reyes20.

Moi je m’en souviens, non pas parce que j’y étais, mais pourtant c’est comme si je l’avais vécu, parce que chez moi, on en parlait, on en parlait sans cesse, à tel point que c’était comme si moi aussi j’y avais participé… Vous savez, au sujet des frères Reyes, parce qu’à Bérisso, le leader politique et syndical, c’était Cipriano Reyes, et leur famille aussi était de Bérisso… Tous très engagés aussi, ils passaient leur temps au syndicat (N. O. à La Plata, mars 2007).

19De la même manière, le massacre d’Ezeiza, qui peut être considéré comme l’événement le plus significatif de la génération des années 1970, revient sans cesse dans les entretiens, indépendamment du fait que les personnes interrogées aient été les témoins directs de cet épisode. Tout fonctionne comme si, d’une certaine façon, elles avaient elles aussi, dans leur esprit et dans leur cœur, assisté à cet événement majeur que constitua le retour de Perón.

Le retour de Perón et ce qui est arrivé avec le massacre d’Ezeiza, ont fait naître, pour moi et pour tout le groupe, l’apparition de nouvelles contradictions. Ce qui s’est produit à Ezeiza, c’était l’opposition de deux péronismes contradictoires. Nous, nous étions beaucoup, tout le monde s’impliquait à fond dans le militantisme, à l’université, dans les quartiers, dans les usines, partout (…) il y avait une action sociopolitique assez forte qui le soutenait parce qu’il y avait des travaux dans tous les quartiers, des théâtres de rue, de manifestations culturelles, des revues, des radios, des centres de réunion (unidades básicas) (…) il y avait beaucoup de gens qui adhéraient, le peuple adhérait, c’était le peuple qui émanait du péronisme, qui avait été proscrit, et il se trouve que c’est à ce moment-là que Perón, et donc le peuple, était de retour, celui qui leur avait offert une vie plus digne. Ezeiza, malgré ses conséquences, signifie la revendication historique de cette époque et le fait historique d’aujourd’hui (…) pour nous, pour les péronistes (J. M., à Buenos Aires, avril 2007).

20En somme, qu’il s’agisse d’événements majeurs ou d’événements plus personnels, « la distance temporelle n’est plus alors un handicap mais un atout pour une appropriation de diverses stratégies de sens d’événements passés devenus événements “sursignifiés” » (Dosse, 1998 : 12).

21Faire retour dans le passé par le biais de la parole a ainsi impliqué de faire émerger et de convoquer non seulement le souvenir de tout ce qui a pu motiver les plaintes et les sujets de mécontentement individuels et collectifs, mais aussi les raisons qui ont poussé ces militants à entreprendre la lutte. En ce sens, il va de soi que l’histoire orale et le recours aux témoignages oraux permettent de rendre compte des trajectoires, politique, sociale ou autre, des individus ; ils permettent d’accéder à la subjectivité des individus et de saisir les représentations par lesquelles ceux-ci expriment leurs émotions sur des moments qu’ils ont vécus et des situations dans lesquelles ils ont été impliqués. C’est pourquoi les récits oraux sont un moyen approprié pour explorer d’autres aspects du passé et constituent une technique active et créative d’accueil et d’attribution d’un sens propre, qui peut être fort éloigné de la réalité événementielle. Dès lors, ils expriment ce qui demeure encore vivant dans la mémoire des individus.

22Cependant, il serait naïf de croire que, grâce à l’emploi des méthodes biographiques, on pourrait appréhender directement les expériences vécues et que le questionnement des convictions serait suffisant pour évaluer et rétablir un quelconque fait relatif à l’histoire du présent. Par ailleurs, il faut ajouter que ce qui reste problématique est souvent le non-questionnement de la reconstruction. Cela ne veut pas dire qu’il faille juger du caractère vrai ou faux de ce que les gens racontent : en tout état de cause, ce qu’ils disent – avec leurs possibles contradictions – demeure vrai dans leur mémoire et ils continuent à y croire.

Au-delà de tout, au-delà d’avoir perdu, nous, nous sommes FAP, et notre lutte révolutionnaire sera toujours vers la lutte pour une Patria Socialista (B. V., à La Plata, mai 2008).

23Dans les années 1970, être jeune en Argentine ou dans un pays d’Amérique latine en général demandait de faire preuve de courage lorsque l’on s’engageait dans la lutte pour la construction d’un monde meilleur. Et quoi qu’il se soit produit, certains continuent à avoir foi en un péronisme qui les mènerait à la révolution socialiste (à la Patria Socialista).

24D’un point de vue pragmatique, « l’expérience est d’abord et avant tout une affaire d’organisation dynamique d’un système en continuelle transformation : celui formé par un organisme et son environnement (…) [c’est] l’organisme qui entre en interaction avec l’environnement (…) qu’une instance de passion et d’action (…) la situation est l’unité de l’expérience » (Ogien et Quéré, 2005 : 38-39). Ainsi, il s’agit de prendre en compte non seulement ce que les personnes interrogées racontent mais aussi comment réagit leur corps tout au long du témoignage, car le langage corporel accompagne le langage verbal. Par ailleurs, il est aussi possible de lire dans leurs attitudes et leur comportement les marques et les stigmates des années de militantisme. Étant donné qu’il s’agissait de personnes dont la plupart avait vécu de longues périodes dans la clandestinité, dont la plupart avait connu l’exil, enduré des persécutions, avait été incarcéré voire torturé, ou dont les proches ou les amis avaient disparu, les entretiens ont été marqués tantôt par la volonté de tisser des liens de confiance, tantôt par des silences, par la peur et la défiance. Aussi, certaines personnes nous ont-elles affirmé que les services d’information continuaient à fonctionner de nos jours, tandis que d’autres conservaient des comportements caractéristiques des années de la clandestinité. Ainsi, s’ils nous fixaient un rendez-vous dans un café, ils s’asseyaient tous en face de la porte d’entrée et vérifiaient à la sortie que rien de singulier ou d’anormal ne se produisait. Il ne s’agit pas là d’élucubrations de notre part, mais de confidences qui nous ont par la suite étaient faites. D’autre part, nos entretiens ont été marqués par des mécanismes de sélection, d’oublis et de résistance dont nous prenions conscience lorsque les militants interrogés ne parvenaient pas à nous raconter certains événements qu’ils avaient vécus. Nous ne parvenions à obtenir une connaissance presque complète des faits et à recouper ces derniers que par le biais d’autres récits racontés par différents membres de l’organisation. Peut-être faut-il y voir la marque d’un effort conscient ou inconscient pour ne pas raconter la totalité de l’expérience vécue par le groupe.

25Le récit et l’itinéraire, qui se construisent lors de l’entretien, se caractérisent généralement par une succession d’allers-retours, d’oscillation et de passages successifs du singulier au collectif, ce qui nous permet de constater que c’est la notion de groupe qui constitue encore le vecteur de leur vie passée comme de leur vie présente. En effet, au lieu d’utiliser la première personne du singulier, le je, pour raconter leur propre expérience vécue, ils employaient très fréquemment la première personne du pluriel, le nous. En inscrivant ainsi notre recherche dans la filiation pragmatique des travaux de G. H. Mead, nous avons fait une place à la question du moi et du je pour essayer de clarifier cette caractéristique. Partant du sens et de la valeur attachés aux symboles, l’individu tente de définir son rôle à l’intérieur des groupes. C’est ce que Mead appelle le moi, qui diffère selon les groupes auxquels l’individu se trouve confronté, tandis que le je renvoie à la perception comme un tout que l’individu a de lui-même. En ce sens, l’action individuelle serait le fruit d’une interaction continuelle entre le je et le moi, une succession de phases qui finiraient par se cristalliser dans un comportement unique. Selon Mead, « le ‘je’ est la réponse de l’organisme aux attitudes des autres ; le ‘moi’ est l’ensemble organisé d’attitudes que ‘je’ prête aux autres. Les attitudes des autres constituent le ‘moi’ organisé et on réagit alors face à cela en tant que ‘je’ » (Mead, 2006 (1934), 239-240). En s’appuyant sur cette perspective théorique, on pourrait ainsi dire que, dans les récits des militants interrogés, ce serait ainsi le je qui s’est constamment exprimé. Nous ne voulons pas dire pour autant qu’il s’agit d’étudier la vie de personnes dont l’existence singulière se diluait dans une expérience du collectif. La reconstruction du passé – toujours fragmentée –, s’élabore à partir de la somme des expériences historiques et des anecdotes significatives (qui sont des expériences collectives) gardées en mémoire par chacun des individus qui composent le groupe. Le travail de mémoire confronte ces individus à des expériences qu’ils croyaient avoir dépassées, mais la violence politique et sociale de ces années a laissé des traces et des stigmates qui sont encore bien perceptibles dans le présent.

26L’évocation du passé militant articule toujours les récits d’aujourd’hui en raison de la persistance du collectif dans les itinéraires individuels. Même si cette identification au groupe, et ce sentiment de dépendance à son égard, ont bien évidemment évolué depuis les années 1960 et 1970, ils expliquent toutefois, dans le récit des itinéraires personnels, une ancienne morale collective qui détermine encore ce que disent les individus interrogés.

27Il s’agit d’un groupe dont la caractéristique première est de s’être constitué en deux fois, dans un temps passé d’abord, dans un temps présent ensuite. Un personnage de militant s’est donc forgé dans le discours. La temporalité agence la configuration même du récit. On peut à ce sujet reprendre les propos de P. Ricœur sur l’identité narrative :

L’histoire racontée dit le qui de l’action. L’identité du qui n’est donc elle-même qu’une identité narrative. Sans le recours de la narration, le problème de l’identité personnelle est en effet voué à une antinomie sans solution : ou bien l’on pose un sujet identique à lui-même dans la diversité de ses états, ou bien l’on tient (…) que ce sujet identique n’est qu’une illusion substantialiste, dont l’élimination ne laisse apparaître qu’un pur divers de conditions, d’émotions, de volitions » (Ricœur, 1991 (1985) : 442-443).

28Ainsi, Ricœur propose de dépasser le dilemme entre dissolution de l’identité et maintien d’une identité fixe en remplaçant une identité comprise au sens de même (idem) par une identité comprise au sens de soi-même (ipse). La différence entre l’un et l’autre n’est que la différence entre l’identité substantielle, immuable et inaccessible, et l’identité narrative, dynamique et susceptible de se refaire en fonction des configurations narratives. C’est le soi-même, dès lors, qui peut se confronter au temps, au changement et aux mutations constitutives du rapport à l’autre. Ainsi, la réflexion sur soi se trouve à la croisée d’une dialectique entre le même et le soi-même où la médiation de l’identité narrative restitue une cohérence à la vie qui ne cesse de se faire et de se refaire : « Cette refiguration fait de la vie elle-même un tissu d’histoires racontées » (Ricœur, 1991 : 443).

  • 21 Partageant avec Michèle Leclerc-Olive une posture pragmatiste de l’analyse biographique, nous repre (...)

29Grâce à cette connexion établie par Ricœur, nous avons trouvé un moyen de penser la tension qui s’instaure entre la formulation d’une identité intangible par celui qui parle sur soi-même et les changements que les sujets biographiés sont susceptibles de connaître tout au long de leur vie. À l’aide du concept de soi, d’un sujet qui résulte des interactions entre le moi et l’autre, on peut construire le modèle d’une identité dynamique des configurations narratives. C’est pourquoi l’identité ne suppose « aucune assertion concernant un prétendu noyau non changeant de la personnalité » (Ricœur, 1996 (1990) : 13). L’ipséité, c’est-à-dire le soi, construit son parcours dans une véritable intrication avec l’autre. C’est pourquoi, bien que le passé apparaisse comme « le déjà vécu », nous doutons que le présent soit seulement ce qui est actuel. En tout cas, il nous semble que le présent est toujours redéfini en fonction des trajectoires de chacun dans leur liaison avec celles des autres. Et la mémoire (toujours hypothétique) de ces itinéraires est nécessaire pour comprendre et reconstruire les différents récits individuels à l’intérieur d’une même organisation et à un moment précis de l’énonciation du récit. En somme, il s’agit d’étudier le présent historique afin de rendre intelligible un passé constamment repris. C’est ce va-et-vient entre l’hier et l’aujourd’hui qui détermine la sélection opérée par la mémoire, souvent provisoire21, et qu’il est nécessaire d’analyser pour comprendre la particularité d’un groupe défini dans la tension entre deux temps. Plus précisément, cette tension se manifeste entre l’hier et l’aujourd’hui, c’est-à-dire entre, d’une part, la période marquée par les débuts du péronisme, la première Juventud Peronista, le retour du Perón comme prélude à la lutte armée qui a commencé au début des années 1970 et, d’autre part, le moment où la plupart de ces militants revivent un passé, alors qu’ils sont désormais engagés dans la lutte pour les droits de l’homme.

30En somme, et pour reprendre un aspect essentiel de la réflexion de Dewey, « l’expérience est continue dans la mesure où l’interaction avec un environnement est reconduite de moment en moment et où il n’est pas possible de ne pas se trouver dans une situation. La continuité de l’expérience se traduit par la sérialité du comportement […] il “possède une direction et une force cumulative”, et chacun des actes qui le composent procède de ceux qui le précèdent et ouvre la voie à ceux qui suivent » (cité dans Ogien et Quéré, 2005 : 39).

De quoi faut-il se souvenir ?

31Donner du sens au passé récent, produire et créer ce sens, dépendent ou du regard analytique du spécialiste, ou des politiques publiques, ou bien du degré de conscience de la société civile, ou encore de la possibilité d’accéder aux sources primaires du passé politique et culturel argentin.

  • 22 Lors du Procès de la junte, le président M. Raúl Alfonsín a mis en accusation non seulement les lea (...)

32Durant la période de transition vers le régime démocratique, des expressions telles que la théorie des deux démons22ont émergé de manière récurrente afin de dissimuler le récent passé totalitaire. Ceci a impliqué qu’un nombre assez conséquent d’activistes politiques ont occulté leurs histoires des années 1960 et 1970 par crainte d’être jugés et discriminés par la société argentine elle-même. Indubitablement, les années de la première période post- autoritaire (1983-1994) sont des années de silence. Diverses sphères de la société argentine s’efforcent d’oublier ou de faire omission de ce qui s’est produit. Cette chape de plomb se retrouve dans l’enseignement scolaire (tant à l’école primaire qu’au lycée) ; elle est manifeste dans les écrits historiographiques de la plupart des intellectuels argentins résidants dans le pays. Pendant ce temps, les associations de défense des droits de l’homme essayaient d’inscrire les crimes de la répression dans la conscience de la société au niveau national et international. Les victimes de la dictature étaient stigmatisées et discréditées, dans les discours des militaires eux-mêmes (avec l’appui d’une grande partie de la population argentine), au moyen de phrases telles que « por algo habrá sido… », « algo habrán hecho… », etc. De cette manière s’établissaient les conditions propices à la condamnation de toutes les organisations politiques – liées ou non à la lutte armée – considérées coupables de terrorisme en Argentine.

  • 23 Grâce à l’annulation des lois, au rassemblement de témoignages, cette investigation a rassemblé, po (...)

33Toutefois, ce silence caractéristique des années 1970 va laisser peu à peu la place à la prise de parole, au tout début des années 1990. Ceci fut rendu possible par un contexte politique de production de récits qui abordèrent de manière explicite, et non plus oblique, cette partie de l’histoire. Une grande partie de la société découvrit les vertus et l’utilité du témoignage lors des procès qui eurent lieu à La Plata en 1998, pendant lesquels de nombreuses déclarations jouèrent un rôle décisif dans la recherche de disparus dans la province de Buenos Aires23. On pourrait dire, pour reprendre l’expression d’Annette Wieviorka, que ces événements ont inauguré l’ère du témoin. Depuis le procès Eichmann et l’apparition de témoignages de survivants de la Shoah dans les mass media, on sollicite les déclarations dans une perspective judiciaire.

34Le témoignage et les représentations qui en découlent relèvent ainsi d’un véritable impératif social, d’un devoir de mémoire. Néanmoins, le regard porté sur les récits du militantisme des années 1970, sur sa finalité, sa forme et ses raisons d’être, s’est caractérisé par son étroitesse. Certes, les activistes politiques et leurs pratiques ont fait l’objet de publications, des interviews ont été réalisées, des romans ont été publiés ainsi que des autobiographies racontant des expériences en rapport avec des organisations politico-militaires. Mais il n’en demeure pas moins que même si le militantisme a suscité un intérêt certain, il a cependant été exposé de façon simpliste et parfois trop critique (on a trop souvent parlé d’ingénuité, de culpabilité, d’héroïcité, de manque d’expérience politique, de militarisme, d’abus…).

35Les militants qui se sont fait entendre au début ont certainement été perçus comme des victimes à la suite des procès qui ont eu lieu. Mais ces acteurs, dont la voix demandait justice, voulaient également construire une mémoire. Leurs voix œuvraient à rendre intelligible, à connaître et à révéler un passé à ne pas oublier et s’efforçaient d’expliquer précisément la notion de révolution, la notion d’engagement dans une autre forme de vie ainsi que les raisons qui ont poussé des hommes et des femmes à faire le choix de la lutte armée.

Nous étions en guerre, engagés dans une lutte du peuple et pour le peuple, pour ce peuple péroniste qui avait tant souffert… Nous luttions pour nos enfants, nos petits-enfants… Les miens, les tiens, ceux de tous… Nous voulions une patrie juste, libre et souveraine, et pour être juste, libre et souveraine, notre patrie devait être socialiste. À ce moment-là, les seuls moyens pour y parvenir c’était à travers les armes (N. O. à La Plata, mars 2007).

36Quoi qu’il en soit, outre la figure du condamné, et outre celle, postérieure, de la victime, les représentations qui se sont imposées et qui continueront de s’imposer certainement dans l’espace public argentin sont celles de la torture, du disparu, de la morte. Peut-être, dans l’avenir, on pourra ajouter l’expérience du militantisme dans les représentations de la société argentine. Nous pouvons dire, avec François Bédarida : « Si le passé n’est plus, le souvenir reste ; si le futur n’est pas encore, l’attente de l’avenir est là » (Bédarida, 2001 : 157).

Conclusions

37Lorsqu’on s’intéresse à l’histoire du passé récent, il faut avoir à l’esprit que l’on travaille sur des vies à la fois passées et présentes. Si la personne interrogée invente et construit un ordre au moment où elle produit le récit de ses expériences, l’historien, pour sa part, a pour tache de questionner le sens des relations entre les hommes, de questionner leurs pratiques sociales et politiques, leurs intentions, leurs justifications, lesquelles sont le fruit des tensions inhérentes à toute société. En ce sens, le chercheur en sciences sociales essaie de donner des explications possibles à des modalités et des manifestations, configurées à un moment donné par les souvenirs des conflits et des clivages sociaux, et tente de les interpréter, en contribuant ainsi à la connaissance de la réalité.

38Pourtant, comment parvenir à construire un savoir qui découle de ces histoires racontées et affronter par ailleurs les positions éthico-politiques que ce passé récent produit dans la vie des chercheurs argentins ? Peut-être en soutenant une position suffisamment critique afin de permettre de le penser et en essayant de se débarrasser de tous les divers processus de subjectivation politique. En définitive, ces souvenirs que nous avons écoutés et sur lesquels nous avons écrit sont des fragments que les protagonistes veulent exposer comme un legs, un héritage, dans le but de dépasser le caractère tragique de ce passé et d’ouvrir un espace autre.

Haut de page

Bibliographie

ALCOBA, Laura, 2007, Manèges. Petite histoire argentine, Paris, Gallimard.

ALONSO, Luciano, 2007, « Sobre la existencia de la historia reciente como disciplina académica. Reflexiones en torno a Reflexiones en torno a Historia reciente. Perspectivas y desafíos de un campo en construcción, compilado por Marina Franco y Florencia Levín », Prohistoria, 11, 11, p. 191-204.

ANGUITA, Eduardo et Martín Caparrós, 1998 (2007), La voluntad. Una historia de la militancia revolucionaria en la Argentina. 3 tomes,Buenos Aires, Planeta.

BASCHETTI, Roberto (éd.), 2007, La memoria de los de abajo. Hombres y mujeres del peronismo revolucionario (1945-2007), vol. I et II, La Plata, De la Campana.

BÉDARIDA, François, 2001, « Le temps présent et l’historiographie contemporaine », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 69, p. 153-169.

BERTAUX, Daniel, 1976 (1971), Histoires de vie ou récits de pratiques ? Méthodologie de l’approche biographique en sociologie, Convention CORDES, 23, rapport final, tome I.

BLIXEN, Samuel, 1988, Conversaciones con Gorriarán Merlo, Buenos Aires, Contrapunto.

BONASSO, Miguel, 1984, Recuerdo de la muerte, México, Biblioteca Era.

BOURDIEU, Pierre, 1986, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 62-63, p. 69-72.

BRENNAN, James, 1999, Agustín J. Tosco. Por la clase obrera y la liberación nacional, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica.

Cersósimo, Facundo, 2008, Envar El Kadri. Historias del peronismo revolucionario, Buenos Aires, Colihue.

CHAVES, Gonzalo et Jorge LEWINGER, 1998, Los del 73. Memoria montonera, La Plata, De la Campana.

CIEZA, Guillermo H., 1997, Destiempo. Una historia de los 70, La Plata, Retruco.

CIEZA, Guillermo, 1999, Veteranos de guerra. Una historia de sobrevivientes de los ‘70, La Plata, Retruco.

CIEZA, Guillermo, 2007, Estado de gracia, Buenos Aires, El colectivo.

COPPOLANI, Antoine et Frédéric ROUSSEAU (éds), 2007, La Biographie en histoire. Jeux et enjeux d’écriture, Paris, Michel Houdiard Éditeur.

DIANA, Marta, 1996, Mujeres guerrilleras. La militancia en el testimonio de sus protagonistas femeninas, Buenos Aires, Planeta.

DOSSE, François, 1998, « Entre histoire et mémoire : une histoire sociale de la mémoire », Raison Présente, 128, p. 5-24.

DUHALDE, Eduardo Luis et Eduardo M. PÉREZ, 2003 (2001), De Taco Ralo a la alternativa Independiente. Historia documental de las Fuezas Armadas Peronistas y del Peronismo de Base (Tomo I : Las FAP), La Plata, De la Campana.

DUHALDE, Eduardo Luis, 1999 (1983), El Estado Terrorista. Quince años después, Buenos Aires, Eudeba.

DUHALDE, Eduardo Luis, 2002, A 40 años, la lectura del crimen : los saberes en pugna, Buenos Aires, Punto crítico.

FERRAROTTI, Franco, 1983, Histoire et histoires de vie. La méthode biographique dans les sciences sociales, trad. Marianne Modax, Paris, Librairie des méridiens.

FRANCO, Marina et Florencia Levín, 2007, « Historia reciente : cuestiones conceptuales y recorridos historiográficos » dans Marina Franco et Florencia Levín (éds), Reflexiones en torno a Historia reciente. Perspectivas y desafíos de un campo en construcción, Buenos Aires, Paidós, p. 30-65.

GILLESPIE, Richard, 1998 (1982), Soldados de Perón. Los Montoneros, Buenos Aires, Grijalbo.

JAMES, Daniel, 1992, « Historias contadas en los márgenes. La vida de Doña María : Historia oral y problemática de géneros », Entrepasados. Revista de historia, 2, 3, p. 7-24.

JAMES, Daniel, 1995, « La historia oral y sus problemas. Entrevista a Paul Thompson », Entrepasados. Revista de historia, 5, 9, p. 43-50.

JAMES, Daniel, 2004 (2000), Doña María. Historia de vida, memoria e identidad política, trad. Horacio Pons, Buenos Aires, Manantial.

JELIN, Elizabeth, 2002 (2001), Los trabajos de la memoria, Buenos Aires, Siglo XXI.

LANUSSE, Lucas, 2007 (2005), Montoneros. El mito de sus 12 fundadores, Buenos Aires, Vergara.

LAVABRE, Marie-Claire, 1998, « Maurice Halwachs et la sociologie de la mémoire », Raison Présente, 128, p. 47-56.

LECLERC-OLIVE, Michèle, 1999, « L’armature narrative des biographies », Spirale, 24, p. 169-193.

LEJEUNE, Philippe, 1975, Le Pacte autobiographique, Paris, Seuil.

MATTINI, Luis, 1996, Hombres y mujeres del PRT-ERP, La Plata, De La Campana.

MEAD, George Herbert, 2006 (1934), L’Esprit, le soi et la société, trad. Louis Quéré et Daniel Cefaï, Paris, Presses universitaires de France.

NORA, Pierre, 1984-1992, Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 3 vols.

OBERTI, Alejandra et Roberto PITTALUGA, 2004/2005, « Temas para una agenda de debate en torno al pasado reciente », Políticas de la memoria Verano, 5, p. 9-14.

OBERTI, Alejandra, 2006, « Contarse a sí misma. La dimensión biográfica en los relatos de mujeres que participaron en las organizaciones político- militares de los ‘70 », dans Vera Carnovale, Lorenz Federico et Pittaluga Roberto (éds), Historia, memoria y fuentes orales, Buenos Aires, CeDInCI, p. 45- 62.

OGIEN, Albert et Louis QUÉRÉ, 2005, Le Vocabulaire de la sociologie de l’action, Paris, Ellipses.

ONRUBIA REBUELTA, Javier, 2007, Raimundo Villaflor. El peronismo alternativo, Madrid, Arcos.

Ortega Peña, Rodolfo et Eduardo Luis DUHALDE, 2002 (1965), Felipe Vallese : Proceso al sistema, Buenos Aires, Punto Crítico.

PÉROTIN-DUMON, Anne, 2007, « Liminar. Verdad y memoria : escribir la historia de nuestro tiempo », Historizar el pasado vivo en América Latina, [en ligne], consulté le 20 novembre 2008,

http ://www.historizarelpasadovivo.cl/es_resultado_textos.php ?categoria =Liminar.+Verdad+y+memoria :+escribir+la+historia+de+nuestro+tiempo&titulo =Liminar.+Verdad+y+memoria :+escribir+la+historia+de+nuestro+tiempo

PITTALUGA, Roberto, 2004, « Apuntes para pensar la historia del pasado reciente », El Rodaballo. Revista de política y de cultura, 10, 15, p. 61-64.

Ricœur, Paul, 1991 (1985), Temps et récit. 3. Le temps raconté, Paris, Seuil.

Ricœur, Paul, 1996 (1990), Soi-même comme un autre, Paris, Seuil.

ROMERO, Luis Alberto, 2007, « La violencia en la historia argentina reciente : un estado de la cuestión », Historizar el pasado vivo en América Latina, [en ligne], consulté le 20 novembre 2008,

http ://www.historizarelpasadovivo.cl/es_resultado_textos.php ?categoria =Argentina %3A+el+tiempo+largo+de+la+violencia+pol %EDtica&titulo =La+violencia+en+la+historia+argentina+reciente %3A+un+estado+de+la+cuesti %F3n

ROUSSO, Henry, 2007, « La trayectoria de un historiador del tiempo presente, 1975-2000 », Historizar el pasado vivo en América Latina, [en ligne], consulté le 20 novembre 2008,

http ://www.historizarelpasadovivo.cl/es_resultado_textos.php ?categoria =El+pasado+vivo :+casos+paralelos+y+precedentes&titulo =La+trayectoria+de+un+historiador+del+tiempo+presente,+1975-2000

SEOANE, María, 1991, Todo o nada. La historia secreta y política del jefe guerrillero Mario Roberto Santucho, Buenos Aires, Planeta.

WIEVIORKA, Annette, 1998, L’Ère du témoin, Paris, Plon.

Haut de page

Notes

1  L’enquête de terrain s’est déroulée en Allemagne, en Argentine, en France et en Suède. Au cours de deux séjours à Buenos Aires et un séjour à Göteborg, nous avons réalisé, avec des techniques semi- directives, un ensemble de 117 entretiens d’une durée moyenne d’une heure et demie auprès de 51 personnes (36 hommes et 15 femmes). Même si ce travail a privilégié l’utilisation de sources orales comme sources de mémoire, il était cependant indispensable de les combiner avec d’autres procédés de recueil de données. Aussi, ce travail s’est-il appuyé sur de nombreux matériaux bibliographiques concernant notre sujet (publications académiques, livres, revues et magazines, communications à des colloques, manuscrits, etc.) et sur la recherche et la consultation d’archives (anciens documents institutionnels, documents écrits par les organisations politiques ou des magazines de l’époque). Pour cela, nous avons donc été amenées à prendre plus de 2 500 photos numériques.

2  L’autobiographie et la biographie sont des genres traditionnels attachés à la littérature, mais en relation étroite avec l’histoire et la psychologie.

3  Bien que l’histoire orale demeure un instrument de reconstruction répandu dans la discipline historique, l’étude du passé récent à travers l’enregistrement de témoignages oraux constitue cependant un champ d’investigation multidisciplinaire où se croisent les regards d’anthropologues, d’historiens, de politologues, de psychologues, de sociologues, de sociolinguistes et d’autres spécialistes des sciences sociales.

4  Pour une approche de l’histoire orale en France, se rapporter aux rapports et aux débats de l’Institut d’histoire du temps présent (1978), en particulier à la conférence du 20 juin 1980. On peut également mentionner les textes de Dominique Aron-Schnapper, Sophie Deswarte et Danièle Hanet sur les « Archives orales et les institutions sociales », en 1978. D’autre part, indiquons une série d’articles sur les archives orales présentée par la revue Annales. Économies. Sociétés. Civilisations. En Argentine, on peut signaler l’initiative de la revue Pasado y Presente (1963-1965) et la formation de l’Archivo Oral à l’Instituto Di Tella.

5  Nous reprenons ici les mots du titre de l’ouvrage consacré à l’historiographie française et dirigé par Pierre Nora. Il s’agit de ces lieux qui tentent d’échapper à l’oubli et qui peuvent être des objets tangibles aussi bien qu’intangibles (monuments, musées, dates, événements, symboles). Voir Nora, 1984-1992.

6  Ceci est le premier fond d’archives appartenant à la Dirección de Inteligencia de la Policía de la province de Buenos Aires. C’est un registre complet de toutes les persécutions politiques et idéologiques d’un demi-siècle d’histoire (quatre cent dix mille dossiers et trois mille folios).

7  Pendant la dictature militaire de 1976 à 1983, ce bâtiment appartenant à l’école de la marine a été utilisé comme un centre clandestin de détention (CCD) où ont été commis actes de tortures et assassinats. Ce centre est considéré comme le plus important du pays, on estime que plus de 5 000 personnes sont passées par cet endroit. À partir de l’année 2004, l’école s’est convertie en musée du souvenir de l’horreur et abrite également l’Archivo Nacional de la Memoria.

8  Cette dénomination découle de l’expression officielle « Processus de réorganisation nationale ». Il s’agit évidemment d’un euphémisme créé par la Junte militaire – composée par l’armée de terre, la marine et l’aviation – pour occulter le régime de l’État répressif.

9  Sur ce point, voir les réflexions d’Alonso, 2007, dans le recueil sur l’histoire récente en Argentine dirigé par Marina Franco et Florencia Levín.

10 Connue aussi comme « les trois A ». L’Alliance anticommuniste argentine a été une organisation paramilitaire fondée par M. José Lopez Rega. Ce groupe qui représentait l’ultra droite du parti péroniste a perpétré des attentats et a commis des assassinats de personnalités gouvernementales, judiciaires et policières liées à la gauche péroniste et aussi non péroniste. Il faut noter toutefois que, dans une moindre mesure, des crimes politiques avaient été pratiqués dès 1955 par le pouvoir militaire et parapolicier pour faire disparaître le péronisme. Voir Ortega Peña, et Duhalde, 2002 (1965) de même que la relecture faite par Duhalde, 2002. À l’heure actuelle, ces travaux font toujours autorité sur ce sujet.

11 Cela correspond au début du mandat de Raúl Ricardo Alfonsín qui assuma la présidence de la République jusqu’au 8 juillet 1989.

12 Sans maquiller les identités des militants de différentes organisations armées, on citera les ouvrages d’Anguita et Caparrós, 1998 (2007) ainsi que ceux de Diana, 1996. En ce qui concerne des expériences particulières, on nommera Baschetti, 1994 ; Blixen, 1988 ; Brennan, 1999 ; Cersósimo, 2008 ;El Kadri et Rulli, 1984 ; Larraquy et Caballero, 2000 ; Onrubia Rebuelta, 2007 ; Seoane, 1991.

13 Sans chercher à dresser une liste exhaustive, il faut souligner qu’il existe une importante quantité d’écrits publiés ou en cours de publication qui témoignent de ce passé immédiat. On pourra par exemple citer le travail académique de James, 1992, 1995, 2004 (2000) de même que les ouvrages Chaves et Lewinger, 1998 ; Baschetti, 2007 ; Bonasso, 1984 ; Mattini, 1996 ; Onrubia Rebuelta, 2007 ; Alcoba, 2007 ; Cieza, 1997, 1999, 2007, etc.

14 Le 29 mai 1970, le lieutenant-général Pedro Eugenio Aramburu, ancien président de la République argentine pendant la Révolution libératrice, a été séquestré à son domicile au cours d’une opération menée à bien par le groupe fondateur des Montoneros. Étant soumis à une « procédure révolutionnaire » durant deux jours, il a été accusé – par les guérilleros eux-mêmes – des fusillades de Valle et d’autres péronistes en juin 1956, de la répression du péronisme, du vol du cadavre embaumé d’Eva Perón, de la diffamation de Perón et d’Evita ainsi que de l’annulation des conquêtes sociales instaurées par le péronisme. Finalement, à l’aube du 1er juin 1970, lui ont été communiquées sa culpabilité, puis sa condamnation à la peine capitale, mise à exécution. La réussite de cette opération de séquestration est apparue comme l’acte de naissance de l’organisation politico-militaire qui se désignait publiquement sous le nom de Montoneros. Sur les origines de l’organisation des Montoneros, voir Gillespie, 1998 (1982) et Lanusse, 2007 (2005).

15 Il s’agit de l’assassinat de membres de différentes organisations armées le 22 août 1972 à la base aéronavale Almirante Zar, proche de la ville de Trelew, dans la province de Chubut. Lors d’une mutinerie et d’une tentative d’évasion de la prison de Rawson, six personnes réussirent à s’enfuir vers le Chili (à l’époque du gouvernement de Salvador Allende) et dix-neuf personnes étaient arrêtées avant d’être abattues sans qu’il y eût procès préalable (sous le gouvernement de facto de M. Lanusse). Trois seulement parvinrent à survivre, mais elles sont portées disparues depuis la dictature.

16 Le 20 juin 1973, Juan Domingo Perón revint définitivement en Argentine, après dix-huit ans d’exil. La préparation de la cérémonie d’accueil fut confiée à une commission composée de membres de l’extrême droite du péronisme, les organisations armées et non armées péronistes étant tenues éloignées. Toutefois, parmi les groupes armés péronistes, ce furent les Montoneros et la Juventud Peronista qui mobilisèrent les foules. On estima à plus de deux millions le nombre des personnes massées à l’aéroport d’Ezeiza. Avant que l’avion n’ait atterri, l’extrême droite provoqua une fusillade et il s’ensuivit un violent combat entre la gauche du mouvement et la bureaucratie syndicale de droite, ainsi que l’extrême droite. Bien qu’il ait été impossible de connaître avec précision le nombre de morts, on estime que le bilan s’élève à 13 morts et plus de 365 blessés. Par ailleurs, on peut ajouter que de nombreux dirigeants et militants furent capturés et torturés par des groupes dont les pratiques anticipaient déjà, à ce moment-là, les actions paramilitaires de la Triple A. À l’heure actuelle, les informations relatives au massacre d’Ezeiza suscitent encore des débats. Il est toutefois possible de trouver des références dans Verbistky, 1985 et Romero, 1994.

17 Il s’agit de la dernière grande opération du PRT-ERP. En décembre 1975, cette organisation a essayé d’attaquer le bataillon du dépôt de l’arsenal 601, appelé Domingo Viejobueno, situé dans la localité de Monte Chingolo (à Buenos Aires). Leur objectif était de s’approprier 20 tonnes d’armement afin d’affaiblir l’État politico-militaire. Pourtant, cette action de l’ERP a échoué, faisant plus de 50 morts (dont des guérilleros, des membres de l’armée et des civils qui habitaient aux alentours).

18 Il faut noter que cette Juventud désigne un groupe de jeunes issus de la Résistance péroniste qui s’organisa pendant l’exil de Perón, comme par exemple le groupe nommé Corrientes y Esmeralda. Pendant les années 1960, plusieurs d’entre eux formèrent les FAP (Fuerzas Armadas Peronistas). Il faut signaler que pendant les années 1970, on donna le même nom de Juventud Peronista à tous les membres qui firent partie des groupes de travail de base – c’est-à-dire ceux qui avaient des activités sociales dans les quartiers les plus défavorisés, les usines, etc. – tout en appartenant à l’organisation des Montoneros. On peut dire qu’il s’agit d’une « seconde » Juventud Peronista.

19 En plus des structures et des méthodes politiques de combat tirées du péronisme insurrectionnel, il faut mentionner l’influence de groupes radicalisés de jeunes péronistes, celle de la gauche péroniste – tous deux appartenant plus tard aux syndicats les plus combatifs – tout comme celle de mouvements auparavant liés à la droite nationaliste (par exemple l’Acción Revolucionaria Peronista (ARP), la Juventud Revolucionaria Peronista (JRP), le Movimiento Revolucionario Peronista (MRP), le Movimiento de la Juventud Peronista (MJP), le Movimiento Nacionalista Revolucionario Tacuara (MNRT)). Mentionnons en outre l’influence du Mouvement des prêtres en faveur du Tiers-monde (inspiré par la théologie de la libération et les conclusions du concile Vatican II) très lié à la revue politico-religieuse Cristianismo y Revolución (CyR).

20 À la suite de la détention de Perón à l’île Martín García et après à l’Hôpital Militar, ses partisans commencent à se manifester en vue de parvenir à la libération de leur leader. La manifestation commence le même jour où il a été emprisonné (le 9 octobre) et dure jusqu’au 17 octobre. Les foules sont arrivées à la Plaza de Mayo le 17 octobre, le jour de la libération. Cette journée, qui porte le nom de « Jour de la Loyauté péroniste », a valeur d’emblème politique dans l’esprit de tous les péronistes.

21 Partageant avec Michèle Leclerc-Olive une posture pragmatiste de l’analyse biographique, nous reprenons l’hypothèse de G. H. Mead selon laquelle la structure significative du passé est capable d’être révisée, d’autant plus que les processus de coproduction des faits et des significations peuvent être « repris, remaniés, révisés » à travers un processus discontinu ou « discret ». Certes, dépendant du contexte et de la situation événementielle dans laquelle le sujet raconte sa vie, la temporalité du récit, dans l’action énonciative, se détache de l’individu de manière toujours précaire, temporaire et apparaît susceptible de nouvelles modifications. Ainsi, « la reconstruction du passé est inaugurée par un nouvel événement, et de nouveaux événements inaugurent de nouveaux passés » (Leclerc-Olive, 1999 : 171).

22 Lors du Procès de la junte, le président M. Raúl Alfonsín a mis en accusation non seulement les leaders des trois premières juntes militaires, mais aussi les principaux chefs guérilleros – appartenant à l’extrême gauche des années 1970, notamment. Tous étaient accusés d’avoir attaqué de manière similaire la société argentine. Bien que les commandants en chefs des forces armées aient été jugés et condamnés à perpétuité pour violation des droits de l’homme, on a essayé, par cette affaire, de passer sous silence la répression politique à travers l’instauration des Leyes de Punto final y de Obediencia debida. Il faut ajouter que cette condamnation a été effective jusqu’à la grâce accordée par le président Carlos Menem en 1990. Ainsi, au prétexte de donner la priorité à « la reconstruction du pays », le président Alfonsín n’a pas respecté ses promesses initiales (faites pendant la campagne électorale) de lutter contre toute tentative d’amnistie pour les crimes commis avant et pendant le deuxième État dictatorial. À y regarder de plus près, cette action visant à sanctionner « deux démons » a marqué une rupture avec le passé dictatorial. Les lois ont été annulées par le Congrès de la Nation en 2003.

23 Grâce à l’annulation des lois, au rassemblement de témoignages, cette investigation a rassemblé, postérieurement, les preuves judiciaires pendant les Juicios por la verdad. Ceux-ci ont été initiés par les familles des victimes en raison des lois établies et des recours en grâce octroyés par M Carlos Menem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paula Sombra, « Écrire À partir de la parole ou l’appréhension des souvenirs : une réélaboration au présent du passé récent en Argentine », Conserveries mémorielles [En ligne], #9 | 2011, mis en ligne le 15 avril 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cm.revues.org/844

Haut de page

Auteur

Paula Sombra

est doctorante en sociologie à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris, France) et à l’Universidad de Buenos Aires (Argentine) sous la cotutelle des professeurs Louis Quéré et Emilio de Ipola. Ses intérêts de recherche sont l’histoire du temps présent, la sociologie de la mémoire, la sociologie du militantisme politique et la sociologie de l’action collective.

Paula Sombra
is a PhD candidate in sociology at the École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris, France) and at the Universidad de Buenos Aires (Argentina) under the joint supervision of Professors Louis Quéré and Emilio de Ipola. Her research interests are history of present time, sociology of memory, sociology of political militancy and sociology of collective action.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org