Navigation – Plan du site
archives événements

06 juin 2011 : "Eichmann, un accusé hors normes", un Dossier du temps présent présenté par Henry Rousso et Fabien Théofilakis

À l’occasion de la sortie du catalogue de l’exposition consacrée au procès Eichmann, qui se tient jusqu’au 28 septembre 2011 au Mémorial de la Shoah, et en partenariat avec celui-ci, l’IHTP met en ligne un dossier spécial consacré à l’accusé Adolf Eichmann. Depuis un demi-siècle, le procès qui s’est ouvert à Jérusalem le 11 avril 1961 a produit quantité de débats et d’analyses historiques, philosophiques, psychologiques. Si l’on excepte les ouvrages essentiels de Tom Segev, de David Cesarani, d’Hannah Yablonka cités dans les articles qui suivent, la littérature sur le sujet oscille entre, d’un côté, la quête obsessionnelle de la nature du Mal qui se cache en Eichmann, dans le sillage plus ou moins fidèle des analyses produites à chaud par Hannah Arendt, et, de l’autre, l’insistance répétitive sur le rôle des victimes de la Shoah qui témoignent lors des audiences, un point certes essentiel, mais aujourd’hui largement couvert par l’historiographie. Ces tropismes, inscrits dans le dilemme assez habituel de l’historiographie de la Shoah entre intérêt pour le bourreau et attention portée à la victime, ont fini par masquer à quel point la dimension procédurale et judiciaire de l’affaire Eichmann était centrale pour en comprendre les ressorts.

Les recherches menées pour préparer l’exposition parisienne, aussi bien qu’un ouvrage majeur que vient de faire paraître en Allemagne la philosophe Bettina Stangneth sur Eichmann avant Jérusalem (et dont nous rendons compte ici) ouvrent de nouvelles perspectives. On comprend mieux désormais ce que fut l’accusé Eichmann, c’est-à-dire la posture, les motivations, les comportements d’un homme qui s’était préparé de longue date à un éventuel procès dans son refuge argentin. Entre 1956 et 1962, avant son exécution, Eichmann a ainsi écrit près de dix mille pages de rapports, d’entretiens volontaires retranscrits et annotés, même un roman autobiographique, puis, en prison, d’interrogatoires revus et corrigés de sa main, de notes prises aux audiences, de plusieurs versions de Mémoires. Ce sont ces très nombreux écrits et prises de parole qui font de lui, contrairement à la vulgate, un accusé hors normes dont la participation active à son propre procès a profondément influencé le cours de celui-ci – un élément rarement souligné dans l’historiographie – et qui explique pour une part sa réussite. Si le procès Eichmann est le procès des victimes qui témoignent, il est tout autant le procès d’un criminel pris dans un dilemme qui sera involontairement productif pour la postérité : masquer son rôle exact dans le génocide pour atténuer ses propres responsabilités tout en essayant de montrer qu’il a accompli une « œuvre » dont il veut laisser trace.

Ce dossier comprend la reproduction de l’introduction au catalogue, écrite par Henry Rousso, le commissaire de l’exposition, ainsi que deux textes inédits de Fabien Théofilakis, qui a mené les recherches en Allemagne : l’un consacré aux notes d’audience d’Eichmann parmi les écrits en Israël – des documents inédits – l’autre au livre de Bettina Stangneth.

Lien vers le dossier

http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Farticle1091.html

Lien vers le site de l’exposition au Mémorial de la Shoah

http://juger-eichmann.memorialdelashoah.org/

img-1-small480.jpg

  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org