Navigation – Plan du site

Comment l’exemple des cimetières-jardins interprète la mémoire funéraire québécoise

Manon Cornellier

Résumés

Les cimetières-jardins sont un excellent laboratoire d’observation du traitement distinct de la mémoire funéraire à travers les époques. Ils font partie d’une période charnière dans la commémoration des morts, entre celle des cimetières urbains (du XVIIe au XIXe siècle) et des parcs-cimetières d’aujourd’hui. Ils sont à la jonction de la gestion par les fabriques et la prise en charge par les entreprises privées qui offrent désormais des services et des biens funéraires selon la formule « tout-en-un ». Des sculpteurs professionnels taillent les pierres tombales, l’iconographie présente sur ces dernières est plus diversifiée et élaborée, de nouveaux matériaux deviennent la norme, des entreprises privées spécialisées dans les pompes funèbres ouvrent leurs portes. « L’industrialisation de la mort » débute peu à peu. Les monuments funéraires qu’on y retrouve témoignent d’une standardisation de certaines pratiques funéraires. Ayant connu leur âge d’or dans le premier quart du XXe siècle, les cimetières-jardins sont de moins en moins fréquentés.

Ce texte propose de démontrer pourquoi ces cimetières ont été des lieux de commémoration, autant pour la mémoire à court et à long terme et pourquoi ils ne sont devenus, dans bien des cas, que des espaces mémoriels à court terme. En raison du désengagement social à leur égard, ces lieux voués à une mémoire à long terme sont en quelque sorte marqués par l’oubli, devenant ainsi les acteurs d’une mémoire à court terme.

Haut de page

Texte intégral

1Les groupes humains ressentent le décès d’un membre de leur communauté comme un double traumatisme, tant physiologique qu’émotionnel, en percevant à la fois l’absence physique de la personne ainsi que l’absence de sa présence sociale. Les rites funéraires contiennent de multiples répliques à ces traumatismes infligés par la mort d’un proche. Ils s’inscrivent dans des contextes sociaux et historiques précis, ils sont liés à des représentations distinctes du monde et ils joignent le défunt à son groupe en jetant des ponts entre le présent et l’avenir et une certaine vision du destin humain. Le décès d’un membre de la famille ou de la communauté se transforme en un rite de passage pour les vivants. Arnold Van Gennep rappelle que, lors du deuil et des cérémonies l’accompagnant, les vivants et le défunt forment un microcosme sociétal, situé la frontière du monde des vivants et celui du mort. Les vivants, autant que le défunt, sortiront de cet état de marge par des rites de réintégration sociale (1969, 209-213). Alors que Van Gennep explore le sens social et cosmologique du traumatisme laissé par la mort d’un proche, Rosemary Joyce, pour sa part, s’intéresse à la fonction de renforcement social remplie par le rite funéraire : « I suggest that ancient burials can be viewed as particularly charged sites where living survivors inscribed the dead into social memory in particular ways, as part of an ongoing process of spinning webs of social relations between themselves and others » (dans Chesson dir., 2001, 13). Les perceptions de Van Gennep et de Joyce se complètent pour saisir le plein sens des pratiques mortuaires : la densité et l’intensité du traumatisme appellent au renforcement social du rite. Les pratiques mortuaires sont un média actif dans la constitution des relations sociales et elles permettent la continuité de ces rapports, à travers la répétition de ces rites de passage. Elles peuvent être considérées comme des événements où les souvenirs sociaux sont créés, dans lesquels les vivants inscrivent leur lecture du passé et leurs aspirations pour l’avenir. Les cimetières quant à eux sont des lieux privilégiés de ces constructions de souvenirs sociaux et ils serviront d’objet d’étude pour cette réflexion sur le concept rattaché à la mémoire funéraire (Thomas, 1975, 231-237 ; Dethlefsen, 1981, 159 ; Humphreys, 1981, 1, 9 ; Mohen, 1995, 29-30, 311 ; Buikstra et Charles, 2002, 21 ; Chesson dir., 2001 ; Rakita et Buikstra dans Rakita et al dir., 2005, 7).

2La variabilité des lieux d’enterrement dans l’espace et dans le temps reflète la spécificité historique des façons dont le traumatisme et le renforcement social liés à la mort d’un proche ont été vécus. En Amérique du Nord, au XIXe siècle, les cimetières ont acquis des formes qui restent toujours dans nos paysages. Ceux qui tirent leurs origines de l’époque victorienne sont connus, entre autres, sous l’appellation « cimetières-jardins » ou cimetières ruraux, dont le plus célèbre est sans doute celui de Mount-Auburn en banlieue de Boston. Si ces lieux de mémoire ne sont plus beaucoup fréquentés aujourd’hui, à une autre époque, ils ont fait partie du centre de la vie de certaines villes, comme Montréal ou Québec. Malgré leur utilisation réduite comme lieu d’enterrement, ils sont toujours en fonction et ils font partie intégrante du tissu urbain et social de ces villes. À Montréal, le cimetière Notre-Dame-des-Neiges est un des plus grands exemples. Ses pendants, à Québec, sont sans doute le cimetière Belmont ou encore le cimetière Saint-Charles.

3Pour bien comprendre comment les cimetières-jardins participent à l’histoire funéraire québécoise, nous discuterons d’abord de leur origine à partir des types de cimetière plus anciens. Nous aborderons ensuite les développements dans la deuxième moitié du XIXe siècle qui ont permis l’éclosion des cimetières-jardins. De plus, nous parlerons du désengagement social à l’égard de ceux-ci. Cet article s’appuie enfin sur une importante base de données de plus de mille pierres tombales catholiques romaines recensées dans plus de quarante cimetières québécois.

Avant les cimetières-jardins, au Québec

Le cimetière urbain

  • 1  1848 : fondation du cimetière Mount-Hermon à Québec. 1852 : fondation du cimetière Mont-Royal, à M (...)
  • 2  « Ensemble des clercs et des laïcs administrant les fonds et les revenus affectés à la constructio (...)

4Le modèle de cimetière précédant le cimetière-jardin, du XVIIe siècle jusque vers le milieu du XIXe siècle1, est nommé le cimetière urbain ou encore le grand cimetière à découvert. Il tire son nom du fait qu’il se trouvait au cœur de l’espace public, entre l’église paroissiale et la ville elle-même. Le cimetière était à cette époque une propriété paroissiale et commune qui occupait une place importante dans la vie religieuse et sociale des gens. C’était le clergé qui en avait alors la charge. Lorsque des travaux étaient requis (clôture, réfection, agrandissement), ce sont les paroissiens qui assumaient le coût des travaux, soit au moyen d’une taxe spéciale, soit en participant bénévolement aux travaux ; le conseil de la fabrique2 paroissiale pouvant contribuer monétairement dans une certaine mesure. Le cimetière était alors entouré d’une clôture et le sol n’est pas nivelé.

5Comme le cimetière appartenait à la paroisse et par coutume aux paroissiens, il n’y avait pas de coûts reliés à l’acquisition d’une parcelle de terrain pour l’enterrement d’un défunt. L’anonymat des sépultures était plus une règle qu’une « exception » et ce, d’autant plus lors des grandes épidémies qui ont sévi et obligé l’utilisation de fosses communes. Les défunts étaient mis en terre en superposition. Lorsque le cimetière devenait surpeuplé, deux options s’offraient à la paroisse : déplacer le cimetière ou rehausser son niveau de terre, entraînant alors une élévation du cimetière au-dessus du niveau des rues.

6À Montréal, le cimetière Saint-Antoine, situé à côté de la cathédrale Marie-Reine-du-Monde et à l’endroit où se trouvent actuellement le carré Dorchester et la place du Canada, a accueilli des corps à compter de 1799. Il a été fermé en 1854 par l’Association sanitaire de Montréal, en vertu d’une nouvelle loi municipale défendant l’inhumation dans les limites de la ville. Le travail d’exhumation des corps s’est ensuite poursuivi jusqu’en 1869, quand les plaintes des citoyens ont forcé la ville de Montréal à y mettre un terme. Toutefois, des dizaines de milliers de corps demeuraient ensevelis et donc, plutôt que de vendre les terres à des agents immobiliers, on en a fait un parc public. Lui-même récipiendaire de corps transférés des plus anciens cimetières du Vieux-Montréal, le cas de Saint-Antoine illustre le caractère transitoire des cimetières urbains. Transition des pratiques funéraires d’abord : vers la fin de leur exploitation, ils ont commencé à développer le lot familial et les monuments funéraires individuels destinés aux notables. Transition aussi dans le lieu dévolu à l’inhumation des morts : rattrapé par la ville en pleine croissance démographique et territoriale, le cimetière Saint-Antoine s’est avéré une halte temporaire dans le passage du lieu d’enterrement du Vieux-Montréal au Mont-Royal (Guay, 1991a, 7-12 ; Guay, 1991b, 24-25 ; Gagnon, 1987, 58-59, 65-67 ; Linden, 1995, 10 ; Mappin, 1996, 28).

Cimetière ad sanctos

  • 3  Le plus près possible des reliques des Saints, vers la sanctification.

7Tandis que les gens du commun enterraient leurs morts dans l’anonymat, il existait avant le cimetière-jardin un autre lieu de sépulture participant à la conservation de la mémoire de certains individus. Il s’agit du cimetière ad sanctos3, situé sous le plancher de l’église. Cette manière d’enfouissement permettait au défunt de se rapprocher de Dieu, en espérant obtenir ses bonnes grâces et de garder l’espoir d’être mieux conservé pour la résurrection des corps au moment du Jugement dernier.

8En 1683, le concile de Reims distinguait trois catégories de gens qui pouvaient se faire enterrer sous l’église : les prêtres, les religieux et ceux qui avaient rendu service à Dieu et à la religion (notables, donateurs, bedeaux). Au départ, il n’était pas coutume de payer pour être inhumé ad sanctos. Toutefois, avec l’encombrement du terrain sous l’église, certains curés ont préféré demander un déboursement financier, accentuant ainsi un clivage entre les riches et les pauvres.

  • 4  Auprès de l’église.

9Surtout pour des raisons sanitaires, Rome a essayé d’imposer l’enterrement à l’extérieur des églises apud ecclesiam4, mais les administrations locales ont continué de consentir aux demandes des paroissiens influents souhaitant un enterrement à même l’église. Cependant, le cimetière ad sanctos a été peu à peu abandonné pour des raisons de surpeuplement et d’hygiène. Par la suite, les notables et les bourgeois, bien obligés d’être ensevelis dans le cimetière paroissial en plein-air, réservé historiquement aux gens du commun, ont réclamé des parcelles individuelles de terrain, pour marquer leur distinction sociale. C’est au moment de ce refus de l’anonymat dans la mort que débute l’ère des cimetières-jardins (Ariès, 1977, 53-59 ; Guay, 1991a, 13-14 ; Gagnon, 1987, 46-49, 53, 65-67).

Le cimetière-jardin

Qu’est-ce que le cimetière-jardin ?

10Au début du XIXe siècle, l’intérêt pour le grand cimetière à découvert a décliné. L’hygiène et le respect du culte sont deux des motifs justifiant l’interdiction d’inhumation dans la ville. De plus, les cimetières urbains se trouvant au cœur des villes, la menace de destruction et d’empiètement par les nouveaux complexes immobiliers a plané au même rythme que les immeubles se sont élevés partout en Amérique (Hall et Bowden, 1986, 14 ; Coates, 1987, 11 ; Sloane, 1995, 20 ; Linden, 1995, 6, 8 ; Mappin, 1996, 34 ; Guay, 1991b, 25-26).

11On date à 1831 le premier cimetière-jardin aux États-Unis, à Mount-Auburn, et à 1848 au Canada, au cimetière Mount-Hermon (Québec). Selon la définition adoptée par la Commission des biens culturels du Québec, c’est un : « espace vert et ouvert dont l’aménagement respecte habituellement l’orographie naturelle du lieu, que les chemins et sentiers qui permettent de le parcourir présentent un tracé “naturaliste”. La nature y est utilisée comme justification analogique de la mort » (2002 : 25). On remarquera aussi l’architecture monumentale et le classicisme des entrées principales. Tranchant avec l’ancien cimetière urbain, l’ordre, la mémoire des défunts, des monuments de style et de matériau variés (tout en restant dans le registre classique), l’orientation régulière des tombes et une simplicité des paysages aménagés font partie de ses traits caractéristiques.

12L’inspiration des cimetières-jardins, ou cimetières ruraux, se discerne notamment dans les jardins anglais de l’époque géorgienne. Dans ces jardins anglais, on retrouvait généralement un cénotaphe, c’est-à-dire un monument funéraire élevé à la mémoire d’un mort, mais qui ne renferme pas le corps du défunt. Le cénotaphe devait susciter une méditation sur la mort et sur l’Histoire, le tout dans un décor paysager évoquant le jardin d’Éden et son état de grâce originel.

13Vers la fin du XVIIIe siècle, dans le contexte révolutionnaire en France, on connaît une prolifération de modèles et de croquis de cimetières à saveur idéologique faisant la promotion d’un culte funéraire laïcisé, selon un style emprunté aux jardins anglais, à la poésie romantique et au classicisme des Lumières. En 1801, un décret législatif a donné à chaque citoyen le droit d’un enterrement digne, menant à la création de nouveaux cimetières à l’extérieur des villes. Le cimetière Père-Lachaise, situé à l’est de Paris, a été alors fondé et devient par la suite un modèle du cimetière-jardin. L’exemple du cimetière Père-Lachaise illustre comment le cimetière-jardin participe à la démocratisation du rite mortuaire face aux anciennes pratiques de privilège de l’Église romaine, à travers l’élargissement social du droit d’être enseveli honorablement et d’être commémoré individuellement. Par ailleurs, on assiste, avec l’apparition des cimetières ruraux au tournant du siècle, à la mise en conjonction du lieu d’inhumation avec le monument commémoratif, qui change de fonction symbolique (Linden, 1995, 6-8 ; Ariès, 1977, 524-525 ; Urbain, 1989, 187).

Le statut de la pierre tombale et le moteur de changement

14Dans ce contexte de laïcisation partielle des pratiques mortuaires pour répondre aux préoccupations sociales d’hygiène, d’urbanisation et de droits individuels, la pierre tombale personnelle deviendra l’élément central du cimetière-jardin. Une pierre tombale est d’abord un monument sur lequel on grave des inscriptions et une iconographie pour commémorer le défunt. Toutefois, Jean-Didier Urbain donne une analyse de ce qu’il nomme « l’Objet Funéraire ». Tout d’abord, Urbain observe que le statut culturel de l’objet a évolué par rapport aux siècles antérieurs. Sa présence est maintenant usuelle et une sépulture est désormais difficilement concevable sans lui : « Il est devenu une excroissance naturelle du lieu d’inhumation » (1978 : 31). En fait, l’objet n’est pas seulement un monument physique, mais il matérialise aussi la réalité funéraire entourant le décès d’une personne. Ce statut culturel arrive justement au XIXe siècle quand il se produit une conjonction entre le lieu d’inhumation et le monument. L’objet funéraire est également porteur de vécu et aide à vivre le deuil. Il est indissociable de l’ultime rite de passage dans l’existence d’une personne. La pierre tombale a donc une fonction subjective et un statut culturel, en parallèle avec sa fonction commémorative première. Elle est devenue le produit d’une réaction au traumatisme de la mort. On désire perpétuer une trace de sa propre présence sur terre ou se rappeler la présence d’un être cher. L’objet funéraire concrétise alors un désir de conservation. Ce désir, selon Urbain, est le moteur du changement du statut culturel de la pierre tombale au XIXe siècle (1989 : 133-180).

15Au Québec, comme en Europe, la pierre tombale a symbolisé le marqueur de la propriété privée et de l’héritage transmis d’une génération à une autre. Si on met en conjonction le cimetière-jardin et le nouveau statut du monument funéraire, il est vrai de dire que « ce n’est plus le culte des saints qui est mis en valeur, mais un culte des morts récupérant le salut sous forme de patrimoine » (Guay, 1991b, 26). Dans ce contexte de patrimonialisation du lieu d’enterrement, le lot familial a gagné en popularité ; il n’était plus rare d’ensevelir plusieurs membres de la même famille au même endroit et d’ériger des clôtures de fer autour de ces lots. L’organisation sociale du cimetière s’inspirait, en ce sens, de l’organisation sociale des vivants : une hiérarchie s’est établie. Les stèles et monuments étaient nombreux et souvent distinctifs. « Pour le visiteur, il s’agit ni plus ni moins d’un musée d’art en plein air » (Urbain, 1989, 183-208 ; Guay, 1991a, 18-24).

16Mes recherches indiquent que les épitaphes évoquaient également les fonctions mémorielles de la pierre tombale. Le mot « mémoire » revient de plus en plus souvent dans les épitaphes standardisées, comme pour exalter le souvenir du défunt. L’en-tête d’épitaphe « à la mémoire de » a été la norme pour le XIXe siècle, étant déjà utilisé dans les années 1820, elle a atteint son point culminant vers 1890. Les en-têtes « Ici repose le corps » et « Ci-Gît » ne suivent pas tout à fait la même courbe évolutive. Présents dès 1820, le sommet de leur popularité se situe plutôt dans les années 1880. On se rappellera que les épitaphes ont pour but d’exalter le souvenir du défunt. Également, le monument funéraire en lui-même est censé faire oublier le corps pourrissant du disparu. Or, les en-têtes « Ici repose le corps » et « Ci-Gît » renvoyaient directement à ce corps que l’on tentait d’occulter. Suivant donc la tendance générale européenne, le Québec a préféré, dès 1850, utiliser l’en-tête d’épitaphe « à la mémoire de » qui se rattache au souvenir du défunt plutôt qu’à son cadavre qui repose au pied du monument funéraire. Selon une idée similaire, l’en-tête « Ici repose », sans la mention du corps, a pris de l’importance dans les années 1880, pour continuer à être employé en 1900. Plutôt que d’en rappeler la dépouille mortelle, cet en-tête évoque le repos éternel du défunt. À la fin du XIXe siècle, les épitaphes se sont épurées et certaines formules ont été retirées (Ariès, 1977, 214-221, 401-467, 511-523, 590-600 ; Coates, 1987, 12 ; Cornellier, 2004, 87-88 ; Thomas, 1988, 51-52 ; Labbé, 1991, 31).

  • 5  Fait référence à l’inventaire réalisé, dans le cadre du mémoire de maîtrise de Manon Cornellier qu (...)

17Le matériau utilisé pour le monument funéraire québécois évolue également dans le temps. Les monuments de bois, peu coûteux et facilement disponibles, étaient sûrement la norme du début du XIXe siècle. Cependant, comme le bois se dégrade rapidement, peu d’exemplaires nous sont restés, sinon certaines stèles et croix de cimetières ad sanctos, comme à St-Roch-des- Aulnaies, ou bien des pièces provenant de collections privées. Il y a un lien certain entre le matériau et le désir de conservation des gens de l’époque. Plus on avance dans le siècle, plus les matériaux utilisés sont résistants, passant du marbre (recensé pour la première fois en 1832) au granit (dès 1860). D’autres matériaux ont également été employés, tels que le béton, la pierre calcaire provenant de carrières et le fer forgé. Alors que les monuments funéraires en fer demeurent une exception dans l’inventaire réalisé5, la pierre calcaire et le béton suivent la même courbe de fréquence que le granit. Il est permis de croire que ces deux matériaux restaient une solution moins coûteuse que le granit, puisqu’on pouvait s’en procurer localement dans toutes les régions (Cornellier, 2004, 82-84).

18L’iconographie des monuments trace cette tendance parallèle à celle des choix funéraires. Les motifs d’anges, d’agneaux et de décors classiques comme les colonnes et les drapés sont employés sporadiquement à travers le siècle, mais le motif qui s’exprime de manière la plus variée est celui des mains. Les mains symbolisaient le lien entre le défunt et les vivants. Par exemple, la poignée de main rappelait sans doute une forme d’« au revoir » ou une dernière salutation. Elle pouvait également signifier un lien éternel avec le défunt. La main pointée vers le haut indique clairement une référence au ciel, à la prière. Les mains peuvent pareillement représenter celles de Dieu, où se trouvaient réunies l’âme du défunt et celles des vivants. Dans le dernier quart du siècle, cependant, un foisonnement et une variété de thèmes ont été exploités. Les personnages féminins, des pleureuses, étaient plus présents après 1870, ainsi que certains types de croix, des colombes, des saules et des arabesques. Cette période décorative contraste avec la première moitié du XIXe siècle quand les monuments étaient peu décorés et que l’iconographie employée restait assez simple. Vers 1860, ce goût de simplicité s’achève et la nouvelle décennie ouvre les vannes à la diversité iconographique (Cornellier, 2004, 84-87).

19On peut se demander pourquoi il s’est opéré un tel changement de représentation du monument funéraire. Philippe Ariès (1977 : 401-467) amène une partie de la réponse dans son chapitre intitulé « la mort de toi ». Au XIXe siècle, en Europe occidentale, la relation entre l’attitude devant la mort et la conscience de soi subit un changement. Les liens entre les membres d’une même société se sont resserrés. Lors de la mort, la cérémonie qui est organisée pour la commémoration du défunt exprime de plus en plus la solidarité qui l’unit à la communauté. L’affectivité est concentrée sur certains individus de l’entourage. La mort de soi est privée de contexte et perd son sens, puisque la peur de la mort est redirigée vers ces individus dont la séparation définitive n’est plus supportée. La douleur entraînée par la disparition de l’autre devient poignante. Celui qui vient de trépasser emporte dans la tombe une partie du cœur des gens qui lui survivent. Survient alors une rupture entre le désir et le geste que Philippe Ariès voit comme une zone de non-intervention ou d’insignifiance : les survivants ne peuvent plus rien pour le défunt, sauf lui témoigner leur affection en lui érigeant une pierre tombale. Urbain dit d’ailleurs que :

son destin [celui du mort] soit celui d’un sujet, pas d’un objet : le destin d’un sujet que l’on désire voir nous demeurer sensible. En dépit de son confinement et de sa disparition, il faut que ce sujet-là demeure physiquement proche. Il faut que s’y ajoutent le souffle sourd de la survie et le mirage du contact, fêlant l’épais silence de la claustration pure. Requiescat in pace n’est plus ici un vœu : c’est une conviction (1989 : 173).

20Ariès et Urbain identifient donc le XIXe siècle comme une période où les conceptions de la mort étaient en pleine mutation. Au Québec, le monument funéraire montre aussi une nouvelle disposition face à la mort, à travers le désir de conserver le corps du défunt et de marquer son existence à travers l’expression symbolique et iconographique d’une douleur profonde provoquée par la mort de l’autre.

Le cimetière du Mount-Auburn

21L’espace aménagé pour l’expression de ces attitudes est le cimetière-jardin. Inspiré des modèles européens, le premier cimetière-jardin nord-américain a ouvert ses portes à Boston en 1831. Le Mount-Auburn est une corporation non confessionnelle et sans but lucratif. Son aménagement esthétique, ainsi que la volonté de ses fondateurs d’en faire une institution urbaine à fonctions multiples, a été l’inspiration des modèles d’aménagement suivis par les architectes et urbanistes pour les développements d’autres cimetières partout en Amérique du Nord. Henry A.S. Dearborn est le concepteur du plan d’aménagement : pour la première fois, le cimetière était planifié. De nombreuses fontaines, clôtures, allées et chapelles ont fait de ce cimetière un endroit où les Bostonnais aimaient se recueillir, mais également profiter de cette nature en pleine ville, faire des balades et rencontrer des gens. Le cimetière-jardin présentait un nouveau rapport entre les morts et les vivants : avec lui, « la mort a cessé d’être un espace brut pour devenir un espace social » (Guay, 1991a, 24 ; Hall et Bowden, 1986, 14 ; Sloane, 1995, 19 ; Linden, 1995, 8 ; Mappin, 1996, 9).

22Le cimetière-jardin était aménagé pour les vivants, afin d’être regardé par eux. L’emprise de plus en plus grande de la bourgeoisie sur les lieux de la mort annonçait la désacralisation de l’espace mortuaire et un relâchement religieux. Ces nouveaux cimetières étaient une manifestation de la croyance des Nord-Américains en leurs institutions privées. À la fois expérimentaux et hautement structurés, ils ont posé les fondements de la tradition, de la mémoire collective et de la commémoration publique qui ne cesseront de se faire sentir dans une multitude de sphères publiques et privées (Guay, 1991a, 18-24 ; Guay, 1991b, 26-27 ; Taillon, 1991, 38-39 ; Sloane, 1995, 19-20).

23Au Québec, bien que l’administration des cimetières catholiques romains relevait encore du clergé, contrairement à celle du Mount-Auburn (formée d’une corporation non confessionnelle), des laïcs y étaient tout de même de plus en plus présents, que ce soient le gardien ou les autorités civiles et juridiques. Éveillée par la douleur devant la mort de l’autre, une source de financement point à l’horizon : il faudra payer pour un lot au nom du défunt. Des entreprises spécialisées ont vu le jour. Le transport des corps se faisait de moins en moins sur les épaules des porteurs, mais dans des corbillards. Des entreprises de pompes funèbres se sont organisées, comme celle de Germain Legris dit Lépine à Québec en 1844. On a fait aussi appel à des sculpteurs professionnels plutôt qu’à des artisans pour l’élaboration des pierres tombales. Les sculpteurs, contrairement aux artisans, ont bien souvent été formés dans les écoles des Beaux Arts, soit au Québec ou en France, tel Émile Brunet. Les administrateurs des cimetières-jardins ont mis en place des règlements stricts. Par exemple, en 1882, la Norwich Cemetery Company, en Ontario, a tenté de contrôler les espèces d’arbres plantés. En 1889, ils ont pris les premiers arrangements pour que le gazon soit régulièrement coupé, ce qui impliquait une meilleure accessibilité aux différents lots en restreignant également les objets et fleurs que les visiteurs laissaient auprès des monuments. Conscients du rapport existentiel qui les liait aux vivants, les cimetières-jardins s’inventaient peu à peu en fonction de ce lien empreint de paradoxes (Hall et Bowden, 1986, 15 ; Guay, 1991a, 18-24 ; Guay, 1991b, 26-27 ; Taillon, 1991 : 38-39 ; Gagnon, 1987, 35-36 ; Sloane, 1995, 20).

Les cimetières-jardins au Québec

24Le premier cimetière-jardin à Québec, le Mount-Hermon, a ouvert ses portes en 1848 sous l’égide de The Quebec Protestant Cemetery Association, soit une association formée d’hommes d’affaires, de marchands et de constructeurs de navires. À Montréal, les six principales églises protestantes anglophones ont fondé le cimetière du Mont-Royal en 1852. La fabrique de la paroisse Notre-Dame a ouvert, quant à elle, le cimetière Notre-Dames-des-Neiges en 1855, qui a été suivi par l’inauguration de Saint-Charles, à Québec, la même année, et par Belmont, à Sainte-Foy, en 1859. Notre-Dames-des-Neiges a été conçu par l’architecte Henri-Maurice Perrault. Bien qu’inspiré par le Mount-Auburn, Perrault a tracé des allées moins spontanées, moins sinueuses et plus rigides que celles du cimetière bostonnais (Linden, 1995, 10 ; Commission des biens culturels du Québec, 2004, 32).

25Une fois établis, ces cimetières-jardins québécois recevaient plusieurs milliers de visiteurs par année : des éplorés et des endeuillés, mais également des promeneurs et des touristes. Les cimetières-jardins, avec leurs lieux conçus pour l’attrait et le plaisir des vivants, charmaient les gens de la ville qui avaient besoin d’un espace de retrait de la métropole. La fonction première de ces espaces restait, certainement, la commémoration des défunts. Mais à cette dernière est tranquillement venue se greffer une fonction récréative. La mémoire des gens ensevelis dans ces cimetières était ainsi célébrée autant par la famille que par les promeneurs qui flânaient en admirant certaines compositions funéraires. Des monuments sont aussi érigés à la mémoire d’événements ou de personnages publics, comme c’est le cas des victimes politiques du soulèvement de 1837-1838 (communément appelé le monument aux Patriotes) au cimetière Notre-Dame-des-Neiges. Il est vraisemblable d’affirmer que ces cimetières ont atteint leur apogée à l’aube du XXe siècle : grand nombre de visiteurs, prolifération de plans d’aménagements, forte demande d’achat de terrains, etc. Plus le XXe siècle avance, plus la densité des sépultures s’est accrue, au point de mettre en mal la conception verdoyante et méditative d’origine.

Les facteurs du désengagement

26Après avoir été les premiers parcs urbains et des lieux très fréquentés, autant par les touristes que par les citoyens de la ville, les cimetières-jardins ont été délaissés et de moins en moins visités. La baisse d’affluence s’est produite graduellement à partir du tournant du XXe siècle. Plusieurs facteurs peuvent être évoqués pour expliquer le désengagement et l’indifférence des citoyens face à leurs cimetières ruraux. Pour chacun des facteurs, il semble que les cimetières-jardins ont été désertés pour les mêmes raisons qu’ils ont été fondés.

27Vers la fin du XIXe siècle, de nouveaux parcs municipaux sont aménagés à proximité des cimetières ruraux qui ont été les modèles ou les prototypes. À travers l’Amérique du Nord, l’aménagement d’espaces verts est devenu la dernière vogue. Central Park à New-York (1873) et le parc du Mont-Royal à Montréal (1876) en sont des exemples. Les citoyens avaient toujours soif d’espaces verts, mais ils pouvaient se les offrir sans les pierres tombales. D’autres espaces publics ont usurpé les fonctions remplies par les cimetières. Les squares et les places urbaines sont devenus des lieux dédiés à la commémoration publique, empiétant ainsi sur la fonction primaire des cimetières ruraux (Linden, 1995, 12).

28La professionnalisation de l’industrie funéraire a débuté vers le milieu du siècle précédent. Ce n’est toutefois que vers 1900 que ce que j’ai déjà nommé comme l’industrialisation de la mort (Cornellier, 2004, 76-79) a eu un impact réel sur le paysage et le caractère même des cimetières-jardins. Pour comprendre la progression de cette industrialisation, il importe de suivre le rapport changeant entre le clergé, la bourgeoisie, motivée par la construction d’un patrimoine familial et, enfin, l’entreprise privée, tournée avant tout vers un modèle de consommation. Pour Lorraine Guay (1991b), ces trois protagonistes, le clergé, la bourgeoisie et l’entreprise privée, se sont tour à tour approprié l’espace funéraire pour le modeler selon leur propre vision.

29Finalement, c’est l’entreprise privée qui abandonnera le modèle du cimetière-jardin, dont les grandes lignes se dessinaient déjà au XIXe siècle. Un peu avant 1900, l’usage du granit est devenu la norme et a remplacé le marbre comme matériau principal des monuments funéraires. La production de ces monuments était plus unifiée, autant en ce qui concerne les épitaphes que l’iconographie. La standardisation des pierres tombales et l’usage du granit ont donné lieu à des styles simplifiés de monuments funéraires, représentant un intérêt esthétique et artistique moins grand que les monuments de l’époque victorienne (Guay, 1991b, 27 ; Sloane, 1995, 21 ; Cornellier, 2004, 76-78).

30En 1917, Hubert Eaton, un entrepreneur américain, a ouvert un parc mémorial nommé ForestLawn, à Los Angeles, en Californie. La structure institutionnelle de ce nouveau cimetière mettait de l’avant une version modernisée des cimetières-jardins en simplifiant le décor du lieu de sépulture, désormais exempt de signes distinctifs. Les monuments familiaux étaient quasi inexistants. Seuls quelques arbustes et des sites centraux artistiques étaient proposés aux propriétaires de lots, éliminant ainsi les monuments obstructifs, améliorant l’unicité générale de l’apparence du cimetière et réduisant les frais d’entretien. Des règles strictes quant aux normes concernant les monuments et les enterrements ont été établies. Un musée a également été fondé sur le site même de Forest Lawn, présentant des expositions à caractère religieux. L’innovation d’Eaton tient surtout dans la nouvelle attitude liée à une gestion mercantile. En quelques années, les profits ont atteint le million de dollars et d’autres parcs mémoriaux ont été créés aux États-Unis. Le cimetière de Forest Lawn a été le prédécesseur du parc-cimetière périphérique que Lorraine Guay identifie comme le troisième type de cimetière (postérieur au cimetière urbain et au cimetière-jardin) (Sloane, 1995, 21-22).

  • 6  Les préarrangements funéraires sont conclus du vivant d’une personne et se composent de deux contr (...)

31Au Québec, le début des années 1970 a vu l’entreprise funéraire privée se détacher du discours social et religieux, en mettant l’accent sur la gestion économique. Le parc-cimetière périphérique requiert un aménagement rigoureux, dépourvu de symboles religieux, dans un décor abstrait et technique. Des dalles mortuaires sont ordonnées avec régularité selon les sections et les lots. Le fonctionnement des nouveaux cimetières est appuyé par les préarrangements funéraires6, permettant d’ailleurs de réduire au minimum les formalités au moment du décès. L’entreprise privée opère désormais des cimetières, mettant de l’avant le concept « clé en main » ou « tout sous un même toit », en offrant à la fois des services de préarrangement et l’acquisition de biens funéraires, tels que les urnes ou les monuments funéraires. Le préarrangement permet aux entreprises qui exploitent ces cimetières et les services reliés à la sépulture d’engranger des profits grâce aux revenus d’intérêts. Selon Guay, se serait la première fois que l’argent tiré des services funéraires fructifie. La mort, pourtant au cœur de l’entreprise, est commercialisée, aseptisée et presque évacuée des lieux. Comme exemples de parc-cimetière périphérique, on peut mentionner le Montreal Memorial Park, le Rideau Memorial Park (Dollard-des-Ormeaux), le Parc du Souvenir (Laval) et Les Jardins Québec (Guay, 1991b, 27 ; Commission des biens culturels du Québec, 2004, 38).

32En terminant, rappelons que de nouvelles pratiques mortuaires, comme la crémation et la dispersion des cendres, ainsi que le recours à des mausolées et des columbariums, ont considérablement modifié le paysage des coutumes et des rites funéraires. Le temps où l’objet funéraire était indispensable et indissociable de la sépulture est quasi révolu. La pratique de cultes religieux s’est diversifiée au cours de ce siècle.

33La concurrence des entreprises funéraires privées offrant des services intégrés, conjuguée à une baisse d’affluence, est ressentie durement dans les cimetières-jardins, laissant leurs administrateurs aux prises avec de nombreux problèmes économiques. En effet, les impôts fonciers sur ces immenses terrains sont aussi prévisibles que la mort elle-même. Lorsque l’acquisition des monuments funéraires était à son apogée, au tournant du XXe siècle, certaines fabriques ont attendu un grand étalement géographique des cimetières. Cependant, avec la crémation de plus en plus en vogue auprès du public, ainsi que la compétition de l’entreprise privée, les cimetières n’ont pas pris l’expansion projetée. Les fabriques doivent maintenant gérer un immense terrain avec de grandes parcelles inoccupées. Les frais d’exploitation ne cessent de monter alors que les revenus chutent. Pour pallier ce manque de revenus, certains cimetières-jardins accueillent des columbariums et des mausolées collectifs, altérant par le fait même leur nature profonde d’espace vert. La plupart de ces cimetières n’ont que peu ou pas de plans directeurs (Coates, 1987, 18 ; Commission des biens culturels du Québec, 2002, 25 ; Cornellier, 2004, 106).

34Par ailleurs, les pierres tombales et les monuments ont besoin de réfection, mais les descendants des défunts sont introuvables ou ne veulent pas débourser d’argent pour les faire restaurer. Les monuments de marbre de l’époque victorienne ont été attaqués sévèrement par la pollution atmosphérique émanant des zones industrielles à proximité. Ils sont maintenant altérés, perdant du coup leur valeur spirituelle, mais surtout leur spécificité historique : il s’avère impossible de lire l’épitaphe, de recueillir des données démographiques ou iconographiques, etc. Enfin, le vandalisme et le vol font partie des soucis auxquels doivent faire face les administrateurs. Ces problèmes de conservation alourdissent la problématique complexe que représente actuellement le patrimoine funéraire québécois et plus précisément les cimetières-jardins (Meierding, 1993, 568-588 ; Cornellier, 2004 : 106).

Conclusion

35Au départ, les cimetières-jardins avaient des plans d’aménagement où la circulation des visiteurs était agrémentée de paysages et d’éléments d’architecture. Une visite dans les nouvelles sections du cimetière Notre-Dame-des-Neiges met en lumière le peu d’intérêt du paysage et de l’absence d’éléments architecturaux. Par la standardisation des monuments funéraires, les entreprises qui les vendent ont ôté progressivement l’intérêt artistique, le principe d’identité, la variété et le côté éclectique de ces cimetières, autant de caractéristiques à la base de leur succès initial.

36Il est vrai aussi de dire que les attitudes devant la mort n’ont pas cessé d’évoluer. Les cimetières-jardins mettaient de l’avant le patrimoine familial et l’attention pour les ancêtres. La commémoration à long terme palliait la mémoire et à la tradition. L’évolution des pratiques funéraires a fait en sorte que ce sont maintenant une commémoration et une disposition du défunt assez expéditives qui sont prescrites, conduisant à un changement de perception dans le rôle du cimetière à l’intérieur de cette activité mémorielle. La baisse de fréquentation des cimetières est donc un symptôme de cette nouvelle façon d’appréhender la mort. Le deuil ne se vit plus dans la sphère publique, mais plutôt dans la sphère privée. Si les cimetières-jardins ne remplissent plus qu’en partie la fonction pour laquelle ils ont été créés, que peut-on en faire ? Sont-ils devenus eux-mêmes des cadavres du passé, vidés de leur sens vivant ?

  • 7  La table de concertation du Mont-Royal regroupe plusieurs acteurs concernés par l'avenir du Mont-R (...)

37Particulièrement intéressants d’un point de vue historique, les cimetières nous permettent de mettre une certaine distance entre notre présent et le passé qu’ils évoquent. Devenus des reliques patrimoniales et culturelles, ils sont maintenant engagés dans un tourisme religieux et/ou historique. Des corporations privées, telles que celle du Mount-Auburn, organisent des visites de groupes et proposent des cartes du site pour faire découvrir leur cimetière-jardin. Des organismes à but non lucratif se penchent également sur la problématique du patrimoine funéraire. C’est le cas de l’Écomusée de l’Au-Delà. Cet organisme québécois s’est donné comme mission de « promouvoir la sauvegarde, la conservation, la restauration et la connaissance des cimetières dans le respect des valeurs spirituelles, civiques, patrimoniales et environnementales de la société contemporaine, en impliquant les individus, les familles, les associations et les autorités dans l’avenir et la préservation de l’intégrité de ce patrimoine, en cherchant tout particulièrement à accorder modes de sépulture, commémoration et développement durable » (Écomusée de l’Au-Delà : en ligne). Il participe activement à la vie montréalaise en prenant part, entre autres, à la table de concertation du Mont-Royal7. À l’instar de la corporation du cimetière Mount-Auburn, l’Écomusée organise également des visites guidées du cimetière Notre-Dame-des-Neiges pendant la belle saison.

38L’époque des cimetières-jardin est charnière pour comprendre tout l’univers québécois de l’industrialisation de la mort. Elle nous propulse dans une réflexion sur l’utilisation et la sauvegarde de ce patrimoine qui est le témoin d’une époque révolue. Lieux de présence et de présent, les cimetières sont présentement des lieux reliés au passé, par leur fonction paradoxale, mais nécessaire de lieu d’absence. En raison du désengagement social à l’égard des cimetières-jardins, ces lieux voués à une mémoire à long terme sont en quelque sorte marqués par l’oubli, devenant ainsi les acteurs d’une mémoire à court terme.

Haut de page

Bibliographie

ARIÈS, Philippe, L’homme devant la mort, Paris, Éditions du Seuil, 1977, 641 p.

BUIKSTRA, Jane E et Douglas K. CHARLES, « Siting, Sighting, and Citing the Dead », dans The Space and the Place of Death, Arlington, American anthropological association, 2002, pp 13-25.

CHESSON, Meredith S. dir., Social Memory, Identity and Death: Anthropological Perspectives on Mortuary Rituals, Arlington, American Anthropological Association, 2001.

COATES, Colin M., « Monuments and Memories: The Evolution of British Colombian Cemeteries, 1850-1950 » dans Material History Bulletin, 1987, 25, pp 11-19.

Commission des biens culturels du Québec, Rapportsur l’avenir du Mont-Royal, Québec, Commission des biens culturels du Québec, 2002, 28 p. En ligne : www.mcccf.gouv.qc.ca.

Commission des biens culturels du Québec, L’évolution de la typologie des cimetières en Occident judéo-chrétien du Moyen Âge à nos jours, Québec, Commission des biens culturels du Québec, 2004, 51p.

CORNELLIER, Manon, Et si les cimetières nous racontaient ? Étude anthropologique et comparative des pierres tombales catholiques du XIXe siècle, pour le Québec [mémoire de maîtrise], Montréal, Université de Montréal, 2004, 108 p.

COULOMBE, Serge, ÉmileBrunet, sculpteur, Montréal, Écomusée de l’Au-Delà, 2006, 185p.

DETHLEFSEN, Edwin S., « The Cemetery and Culture Change: Archaeological Focus and Ethnographic Perspective », dans In Modern Material Culture: The Archaeology of Us, 1981, New-York, Academic Press, pp. 137-159.

GAGNON, Serge, Mourir hier aujourd’hui, Québec, Presses de l’Université Laval, 1987, 192p.

GUAY, Lorraine (a), Le Cimetière vide, Québec, Centre de recherches en aménagement et en développement, Université Laval, 1991, 138p.

GUAY, Lorraine (b), « L’évolution de l’espace de la mort à Québec », dans Continuité, 1991, 49, pp. 24-27.

HALL, Roger et Bruce BOWDEN, « Beautifying the boneyard: the changing image of the cemetery in nineteenth-century Ontario », dans Material History Bulletin, 1986, 25, pp 11-19.

HARDING, Vanessa, The Dead and the Living in Paris and London, 1500-1670. Cambridge, Cambridge University Press, 2002.

HUMPHREYS, Sally C., « Introduction: Comparative Perspectives on Death », dans Mortality and Immortality: the Anthropology and Archaeology of Death: Proceedings of a Meeting of the Research Seminar in Archaeology and Related Subjects Held at the Institute of Archaeology, Londres et New-York, Academic Press, 1981, pp. 1-13.

LABBÉ, Thérèse, « L’objet funéraire : un imaginaire à explorer », dans Continuité, 1991, 49, pp. 28-32.

LAUWERS, Michel, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval. Paris, Aubier, 2005.

LINDEN, Blanche M.G., « Tel l’Éden avant la chute : les cimetières de Montréal dans le contexte du mouvement des cimetières ruraux de l’Amérique du Nord », dans Frontières, 1995, vol. 7, 3, pp 5-12.

MAPPIN, Charles, TheEvolution of Montreal’s Cemetery Space from 1642 to the Present, Montréal, McGill University, 1996, 116p.

MEIERDING, Thomas C., « Marble Tombstone Weathering and Air Pollution in North America », dans Annalsof the Association of America Geographers, 1993, vol. 83, 4, pp 568-588.

METCALF, Peter et Richard HUNTINGTON, Celebrations of Death: the Anthropology of Mortuary Ritual, New York, Cambridge University Press, 1991, 236p.

MOHEN, Jean-Pierre, Les rites de l’au-delà, Paris, Éditions O. Jacob, 1995, 329 p.

RAKITA, Gordon F. M. et al. dir., Interacting with the Dead: Perspectives on Mortuary Archaeology for the New Millennium, Gainesville, University Press of Florida, 2005.

ROUSSEAU, Louis et Frank W. REMIGGI, Atlas historique des pratiques religieuses : le Sud-Ouest du Québec au XIXe siècle, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 1998, 235 p.

SIMARD, Jean et François BRAULT, Cimetières : patrimoine pour les vivants, Québec, Québec, Éditions GID, 2008, 451 p.

SLOANE, David Charles, « La conservation des souvenirs privés : le cimetière américain et la commémoration publique », dans Frontières, 1995, vol. 7, 3, pp 18-23.

ST-ONGE, Sébastien, L’industrie de la mort, Québec, Éditions Nota bene, 2001, 177 p.

TAILLON, Marthe, « Les corbillards », dans Continuités, 1991, 49, pp. 38-41.

THOMAS, Louis-Vincent, Anthropologie de la mort, Paris, Payot, 1975, 538p.

THOMAS, Louis-Vincent, La mort, Paris, Presses Universitaires de France, 1988, 128 p.

TURGEON, Laurier dir., Le patrimoine religieux du Québec : entre le cultuel et le culturel, Ste-Foy, Presses de l’Université Laval, 2005, 558 p.

URBAIN, Jean-Didier, L’archipel des morts : le sentiment de la mort et les dérives de la mémoire dans les cimetières d’Occident, Paris, Plon, 1989, 275p.

VOVELLE, Michel, Mourir autrefois ; attitudes collectives devant la mort aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Gallimard 1974, 250p.

Sites web :

Cimetière du Mount-Auburn : http ://www.mountauburn.org/

Cimetière du Mont-Royal : http ://www.mountroyalcem.com

Cimetière Notre-Dame-des-Neiges : http ://www.cimetierenotredamedesneiges.ca/

Cimetière Mount-Hermon: http://www.mounthermoncemetery.com

Cimetière Père Lachaise : http ://www.pere-lachaise.com/

Cimetière St-Charles, Québec : http ://www.cimetiere-st-charles.qc.ca

Écomusée de l’Au-Delà : http ://www.ecomuseedelau-dela.net/

Parc mémorial Forest Lawn : http ://www.forestlawn.com/

Haut de page

Notes

1  1848 : fondation du cimetière Mount-Hermon à Québec. 1852 : fondation du cimetière Mont-Royal, à Montréal. 1855 : Ouverture des portes du cimetière Notre-Dame-des-Neiges, Montréal, à la suite de la fermeture du cimetière St-Antoine en 1854.

2  « Ensemble des clercs et des laïcs administrant les fonds et les revenus affectés à la construction, à l’entretien d’une église » (Office québécois de la langue française).

3  Le plus près possible des reliques des Saints, vers la sanctification.

4  Auprès de l’église.

5  Fait référence à l’inventaire réalisé, dans le cadre du mémoire de maîtrise de Manon Cornellier qui comporte plus de 1000 pierres tombales anciennes (datées d’avant 1900) et provient de sept régions géographiques différentes (Montréal, Québec, Trois-Rivières, Outaouais, Lanaudière, Chaudière-Appalaches et le Bas St-Laurent).

6  Les préarrangements funéraires sont conclus du vivant d’une personne et se composent de deux contrats tout à fait distincts l'un de l'autre. 1. Le contrat d'arrangements préalables de services funéraires (enterrement, embaumement, cérémonie, incinération, achat de biens tels que le cercueil, une urne, une pierre tombale, de fleurs, etc.). 2. Le contrat d'achat préalable de sépulture (c’est-à-dire l’endroit destiné à recevoir le corps ou les cendres) (Éducaloi : en ligne)

7  La table de concertation du Mont-Royal regroupe plusieurs acteurs concernés par l'avenir du Mont-Royal, notamment des représentants des milieux institutionnel, associatif, gouvernemental et municipal (Ville de Montréal : en ligne).

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : www.mountauburn.org, en ligne.
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/872/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manon Cornellier, « Comment l’exemple des cimetières-jardins interprète la mémoire funéraire québécoise », Conserveries mémorielles [En ligne], # 10 | 2011, mis en ligne le 15 août 2011, consulté le 28 mai 2017. URL : http://cm.revues.org/872

Haut de page

Auteur

Manon Cornellier

 est doctorante à l’université de Montréal en anthropologie. Son objet principal d’étude est la pierre tombale ancienne. Pour son mémoire de maîtrise, elle a mis sur pied une banque de données comportant plus de 1000 pierres tombales datant d’avant 1900 et provenant de plusieurs régions du Québec. Ceci l’a conduite à entreprendre des études doctorales portant sur l’éclosion de l’industrie de la mort au Québec. Elle est également vice-présidente de l’Écomusée de l’Au-Delà, un organisme à but non lucratif qui milite pour protéger et faire connaître le patrimoine funéraire au Québec.

Manon Cornellier is a Ph.D. student in anthropology at the University of Montreal, whose studies are focused on the antique gravestone. While completing her Masters thesis, she created a data base of more than 1000 gravestones originating before 1900 from many regions of the province of Quebec. Continuing in this realm of investigation, she is now doing a Ph.D. about the beginnings and development of the industry of death. She is the vice-president of the “Écomusée de l’au-delà”, a non-profit organism who works to protect and promote the funeral heritage of Quebec.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org