Navigation – Plan du site

Manifestation du 17 octobre 1961 à Paris, L’oubli pour mémoire collective d’une violente répression policière

Julien Buzenet

Résumés

Cet article a pour objectif premier de tracer les contours du processus d’oubli collectif qui ont longtemps entouré la répression policière de la manifestation du 17 octobre 1961, à Paris, durant la guerre d’Algérie. Pour ce faire, l’auteur prend le parti de traiter l’oubli pour ce qu’il est : une forme de mémoire. Abordant de manière contextuelle les différents éléments ayant participé à cette absence d’histoire, il expose les censures, amnisties, amnésies, silences et discours officiels ou médiatiques, comme autant de bornes aux cadres sociaux de la mémoire de cet événement et de la violence qu’il a engendrée. Proposant une analyse anthropologique de la multifactorialité de cet oubli, l’auteur met à jour une forme masquée de coopération collective sans laquelle aucun scotome n’aurait pu être durablement maintenu, et dégage un champ d’unification entre mémoire et histoire. Un tel oubli collectif se révèle alors être à la fois incroyablement composite, car mettant en jeu de façon croisée le politique et le cognitif, le collectif et l’individuel, mais également être le fait de tous, là où l’attention ne se porte généralement que sur les institutions nationales. Enfin, cet article s’achève sur le potentiel mémoriel de l’oubli comme conclusion inachevée qui sans cesse se joue au présent.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Paris

Index chronologique :

1961
Haut de page

Texte intégral

« La seule chose que les membres d’un groupe ou d’une société partagent réellement, c’est ce qu’ils ont oublié de leur passé commun » (Candau, 1996 : 64)

1Sans mémoire, l’homme social n’est pas. Si cette proposition suscite un large consensus, l’importance de l’oubli fait plus rarement évidence. Pour l’illustrer, je me pencherai sur une métaphore littéraire explicite que nous devons à Jorge Luis Borges : « Funes el memorioso » (1994 : 210-233). Son éloquence quant à la ténuité du lien unissant mémoire et expérience du présent esquisse déjà mon objet. Funes, personnage hyper mnésique pour lequel chaque moment passé revêt la force de l’instant, ne parvient pas à vivre librement sa vie tant ses souvenirs submergent son présent. Cette nouvelle met en exergue un fait écarté de la scène des sciences sociales : l’oubli est un élément majeur de la mémoire qui ne peut être envisagé comme simple subséquence des processus mnésiques. Il convient donc, afin d’en mieux cerner les contours, d’éclairer ses zones d’ombres. S’il est admis que l’écriture de l’histoire relève d’une construction sélective et discursive, le rôle de l’oubli ne me semble que trop peu considéré. Pourtant, si le rapport unissant histoire et mémoire se révèle d’une grande complexité, il est clair que l’oubli en est un terrain privilégié, donnant à penser la mnémogénèse de façon unifiée, de l’individuel au collectif.

2Partant de ce constat, je me pencherai ici sur l’événement marquant du passé colonial français que constitue la violente répression policière de la manifestation du 17 octobre 1961 à Paris, ou plus exactement, sur les lendemains douloureux et nébuleux qui allaient conduire à son absence historique. Par le détour d’une large contextualisation des réactions politiques, médiatiques, collectives et individuelles, je mettrai en évidence plusieurs facteurs explicatifs de la mise en absence de cet évènement et détaillerai ainsi l’aspect composite de son effacement, jusqu’à en dégager un champ d’unification entre mémoire et histoire. Montrant, alors, qu’un tel oubli ne peut être unilatéralement prescrit et n’est rendu possible que par une certaine forme de coopération collective. La complexité de ce processus mnésique apparaîtra incontournable.

17 octobre 1961 à Paris : un bref rappel des faits

  • 1  Cette catégorie des Français musulmans d’Algérie désignait les citoyens français légaux d’origine (...)
  • 2  Le rapportdu conseiller d’État Dieudonné Mandelkern est le fruit d’une mission d’inspection des ar (...)
  • 3 Le nombre de morts demeure controversé, toutefois, un relatif consensus s’établit chez les historie (...)
  • 4  Ici entendu au sens légal du terme, c’est-à-dire d’abandon des procédures relatives aux faits alor (...)

3La guerre d’Algérie dure depuis près de sept ans. La capitale de la France métropolitaine est le terrain de multiples attentats organisés par le Front de Libération National, Fédération de France, dit FLN. Cette organisation algérienne a pour but d’obtenir l’indépendance de son pays. De fait, elle est perçue comme résistante au sud de la méditerranée, mais comme terroriste depuis la France. Le 5 octobre 1961, le Préfet de police de Paris, Maurice Papon, instaure un couvre-feu à l’encontre des Français Musulmans d’Algérie (FMA)1 (Einaudi, 1991, 299-301). Le 17 octobre 1961, une manifestation pacifique en protestation contre ce couvre-feu se tiendra, à l’appel du FLN, au cœur de la capitale. Selon le rapport Mandelkern2, 22 000 manifestants y auraient participé. Les forces de police mobilisées pour l’occasion sont exceptionnellement nombreuses et de multiples réquisitions de moyens de transport collectif et de places de « stockage » des individus interpellés sont prévues. La répression sera violente et organisée. Près de 11 000 arrestations seront effectuées au cours de la nuit du 17 au 18 octobre, et le nombre des morts et disparus est aujourd’hui estimé à plusieurs dizaines de FMA. Les blessés « se comptent par milliers » (Stora, 2004, 64). De nombreux corps seront repêchés dans la Seine3, dépourvus de papiers d’identité. Malgré l’aspect massif et public de l’événement, celui-ci disparaîtra rapidement de la scène médiatique et politique pour faire place à un « non-lieu »4 historique. Il faudra attendre deux décennies pour qu’il commence à refaire surface sur la scène publique et deux autres pour qu’il fasse l’objet d’un traitement judiciaire. Aujourd’hui, le 17 octobre 1961 n’est pas une date simple à évoquer, ni même aisément identifiable, tant les enjeux et tensions font force autour de tout ce qui touche à la guerre d’Algérie. Ici, devant histoire et mémoire prime l’oubli.

Une politique de l’oubli dans les faits

4Lorsque l’on présente aujourd’hui la répression de la manifestation du 17 octobre 1961, lorsqu’on rend visible sa violence, la première réaction observable consiste en une interprétation de son oubli comme fruit d’une volonté politique de masquer l’évènement. Toutefois, s’il est désormais évident que les pouvoirs publics aient agi en ce sens, ce constat fait écran à une perception plus fine des faits. Je verrai en quoi leur nature même a rendu leur émergence publique difficile, suscitant des résistances épistémiques.

Un prompt déni d’État

  • 5 Bien que la position du Parti communiste n’ait pas toujours été aussi favorable à cette indépendanc (...)

5Tandis que des manifestations en réplique à ce drame se tiennent chaque jour jusqu’au 20 octobre 1961, et que leur répression, quoique de moindre ampleur, reste de même ordre (Tristan, 1991), le Conseil des ministres se réunit à l’Élysée comme à l’accoutumée, sous la présidence du général de Gaulle. Il donne la première version officielle le 18 octobre : le FLN a fait défiler sous la menace 30 000 FMA ne demandant pas mieux que d’être emmenés au poste de police. Il y a eu 11 500 arrestations (Einaudi, 1991, 184). Le soir même, à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Intérieur, Roger Frey, prétend que deux policiers ont été tués, justifiant ainsi la sévère riposte des forces de police et la présence de morts par balle (ibid. : 184). C’est cependant une autre version qui dominera la scène publique pendant plusieurs décennies : « Le bilan officiel fait état de trois morts — il s’agirait de règlements de compte entre factions rivales d’Algériens. L’action de la police s’[est] réduite à faire monter des Nord-Africains dans des autobus pour leur propre sécurité et ceux-ci ne se seraient pas fait prier » (Thull et Arens, 2000). La notion de « devoir accompli » vient donc couvrir la répression policière par une rhétorique du maintien de l’ordre, face à des militants terroristes algériens. La police n’aurait fait que son devoir, « protégeant la population parisienne des exactions de ceux qui étaient venus de la banlieue pour former des cortèges dans les rues de Paris », et réprimant ces attroupements (Einaudi, 1991, 185). Roger Souchal, seul officiel autorisé à répondre aux questions portant sur la manifestation, va jusqu’à évoquer une machination communiste, puissant parti de l’opposition, désormais, favorable à l’indépendance de l’Algérie5.

6Selon ce discours, il n’y a eu d’ » anormal » à Paris, le soir du 17 octobre 1961, que la manifestation illégale des FMA. La réponse policière aurait quant à elle été normalement proportionnée. En d’autres termes, il ne s’est rien passé de notable puisque l’ordre public a été maintenu. Si pour Jean-Luc Einaudi nous sommes là face à un « crime d’État » (Einaudi, 2001, 91), il ne fait aucun doute que le silence qui s’en est suivi est le fruit d’une volonté organisée de masquer les faits.

Une presse hésitante

7Un tel évènement dans les rues de la capitale française ne va pas sans poser la question de la conscience publique des faits et, en la matière, le premier élément à considérer dans une société démocratique est le discours de la presse, tenante par excellence du principe de « liberté d’expression ». Celle-ci joue le rôle d’un « rapporteur des faits » qui ne peut pas, selon toute vraisemblance, laisser échapper un tel événement. Pourtant, les choses ne sont pas si simples dans le cas qui m’occupe ici.

  • 6 L’Humanité et Libération sont deux grands journaux à orientation alors communiste, qui avaient un f (...)
  • 7 Le Monde est actuellement le quotidien à plus fort tirage en France.
  • 8 La Croix est un journal à orientation catholique qui trouve alors un fort lectorat en France métrop (...)
  • 9 Le Figaroet France Soir sont des journaux alors sensiblement orientés vers la droite politique du p (...)
  • 10  J’entends par là le discours qui conduit à la peur des citoyens.
  • 11 Le 6 septembre 1960, 121 écrivains, universitaires et artistes ont cosigné et publié cette déclarat (...)
  • 12  Notamment au travers de la question du financement des activités terroristes de ce dernier.
  • 13 Je fais référence ici à la large vague d’attentats du FLN qui d’août à octobre 1961 a fait plus de (...)

8Le 18 octobre 1961, la presse fait, il est vrai, un large écho à la manifestation de la veille, mais dans un autre sens que celui auquel nous pourrions nous attendre aujourd’hui. Dans la majorité des cas, elle présente les faits sous une forme voisine de la version officielle de ce qui c’est passé, même si aujourd’hui les quotidiens en question prétendent le contraire. « Au lendemain de la manifestation, seuls L’Humanité et Libération6 dénoncent la violence de la répression ; Le Monde7, LaCroix8, se voulant neutres, relaient la version officielle de « heurts » avec la police, tandis que LeFigaro et France-Soir9 affirment que ce sont les manifestants « fanatisés » ou « manipulés » par le FLN, qui se sont rendus coupables de violences à l’encontre des policiers » (Nordmann et Vidal in Le Cour Grandmaison, 2001, 173). Mais ladite neutralité semble improbable. Comment une information pourrait-elle être neutre si elle ne colle pas aux faits que les journalistes ont pu observer sur le terrain ? Une hypothèse apparaît envisageable : dans une période où les représentations propagandistes et terroristes10 font force sur les thèmes de l’insécurité et du danger face à l’action du FLN, une telle manifestation ne peut, dans la majorité des cas, mener qu’à une seule conclusion alors admissible et audible. Le FLN a mis en danger les citoyens français et attaqué les forces de l’ordre. Cette proposition repose sur deux fondements. Le premier est constitué de l’exemple de la « déclaration des 121 »11 et de son traitement médiatique en septembre 1960. Cette déclaration portant sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie a mobilisé 121 signataires - d’où son nom - parmi lesquels « universitaires, écrivains et artistes » (Anderson in Le Cour Grandmaison dir., 2001, 95). Elle a été publiée dans l’édition du Monde du 5 septembre 1960. L’État, par l’intermédiaire du parquet de la Seine, ouvre immédiatement une information judiciaire et prend des mesures répressives à l’encontre des signataires. Mais l’intérêt de l’événement en question réside en la manière dont il a été traité par l’ensemble de la presse. À de rares exceptions près, celle-ci se fait unanime dans la dénonciation de la « déclaration des 121 », mais, « censure et autocensure conjuguées, sans que les lecteurs puissent en connaître la teneur, car jusqu’à l’intention de la publier est répréhensible. [...] Peu d’appels ont autant soulevé les passions, suscité de telles réactions haineuses, interpellé aussi fortement le milieu intellectuel et l’opinion et participer davantage à une prise de conscience» (ibid., 95). Ce qui, dans la déclaration des 121, l’a rendue au premier abord, inaudible et irrecevable par l’opinion publique pour laquelle l’Algérie était française, me semble transposable à l’analyse du traitement médiatique du 17 octobre 1961 en ce lendemain de manifestation. Dans le cas de la déclaration des 121, c’est du droit à l’insoumission et donc, par extension, à l’accession à l’indépendance par œuvre de résistance qu’il est question. Ceci le rend alors comparable à la résistance française durant la Seconde Guerre mondiale. C’est reconnaître que l’Algérie n’est pas « forcément » française. Or, pour ce qui est de la manifestation du 17 octobre 1961, ce qui à mon sens est inaudible, ce qui n’est pas « pertinent » dans l’épistème français de l’époque et entre en discordance avec une conception colonialiste, c’est que les « FMA », souvent associés dans les représentations publiques au FLN12, donc marqués par une image de « violente barbarie », aient pu manifester pacifiquement et être victimes de ceux à qui ils faisaient, aux yeux de la population, risquer la mort13.

9Le deuxième fondement de cette hypothèse réside en ce qu’une semaine plus tard, la totalité des quotidiens qui refusaient l’aspect pacifique de la manifestation et l’ampleur de la violence policière, publie le constat qu’ils n’ont pu se résigner à effectuer dans les premiers jours (cf Anderson in Le Cour Grandmaison dir., 2001, 89-101). Le 17 octobre devient à leurs yeux une nuit de sanglante répression policière injustifiée. Comme dans le cas de la déclaration des 121, il a fallu un temps certain à la presse comme à l’opinion publique pour dépasser ses présupposés et les confronter à un constat d’événements plus en phase avec les faits. Cette inertie médiatique semble alors révéler autre chose qu’un manque d’informations, mais bien plutôt, l’inacceptabilité de l’information en question, car pour finir, « la presse n’a donc pas été silencieuse : elle a su l’essentiel des faits et en a traité publiquement, malgré la censure » (Nordmann et Vidal in Le Cour Grandmaison dir., 2001,173).

Une mémoire empêchée 

  • 14 L’amnistie est une mesure de droit qui ôte rétroactivement à certains faits leur caractère délictue (...)

10Comme tout lendemain, le 18 octobre 1961 a peu à peu fait place à un inexorable étirement de l’après. Les hésitations et contradictions des versions officielles ont disparu pour ne plus se présenter que sous les traits d’une parole unitaire, elle-même partie d’une politique d’occultation organisée à laquelle se sont adjoints les actes d’effacement que sont négations publiques, censures, saisies, barrages aux procédures d’enquête, et enfin amnisties14. Les scellés sont apposés qui tiennent loin des regards les sémaphores d’une possible mémoire collective. Le mentisme mnémonique est ainsi organisé que les faits, même visibles, deviennent inexploitables à l’écriture de l’histoire.

Que s’est-il officiellement passé ?

11Alors que depuis près de dix jours la presse s’applique à décrire l’ampleur des faits et la brutalité de la répression, les dirigeants du gouvernement et leurs subalternes persistent à nier l’existence de dérapages policiers. Peu de personnalités publiques ou politiques réagissent explicitement, et lorsque certaines s’y aventurent, les réponses ont été cinglantes, ou pire, muettes, comme le montrent deux exemples célèbres.

  • 15  Claude Bourdet est ancien membre du Conseil National de la Résistance, l’un des fondateurs de Fran (...)

12Au conseil de Paris, le 27 octobre 1961, Claude Bourdet15 s’adresse au préfet de police de la Seine, Maurice Papon :

[…] D’abord, est-il vrai qu’au cours de cette journée, il n’y ait pas eu de blessés par balle au sein de la Police ? Est-il vrai que les cars radio de la Police aient annoncé au début de la manifestation dix morts parmi les forces de l’ordre, message nécessairement capté par l’ensemble des brigades... et qui devait donc exciter au plus haut point l’ensemble des policiers ? […] De même, est-il vrai qu’un grand nombre des blessés ou des morts ont été atteints par des balles du même calibre que celui d’une grande manufacture qui fournit l’armement de la Police ? Qu’une grande partie de ces balles ont été tirées à bout portant ? […] Et voici le plus grave : est-il vrai que dans la « cour d’isolement » de la Cité, une cinquantaine de manifestants, arrêtés apparemment dans les alentours du boulevard Saint-Michel, sont morts ? Et que sont devenus leurs corps ? Est-il vrai qu’il y a eu de nombreux corps retirés de la Seine ? Dans les milieux de presse, et pas seulement dans les milieux de la presse de gauche, dans les rédactions de la presse d’information, on parle de 150 corps retirés de la Seine entre Paris et Rouen. C’est vrai ou ce n’est pas vrai ? […] Voici ma question : est-il vrai qu’au mois de septembre et d’octobre, parlant à des membres de la Police parisienne, vous ayez affirmé à plusieurs reprises que le Ministre de la Justice avait été changé, que la Police était maintenant couverte, et que vous aviez l’appui du gouvernement ? Si c’était vrai, cela expliquerait, en grande partie, l’attitude de la Police au cours de ces derniers jours (Bourdet, 1961).

13À cet afflux de questions, Maurice Papon ne répondra pas, refusant donc d’admettre l’authenticité des faits.

14Le second exemple que j’évoquais plus tôt est celui des propos tenus dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, le 30 octobre 1961. Ce jour-là, Eugène Claudius-Petit, député de la Loire, s’est adressé à Rogers Frey, ministre de l’Intérieur, en ces termes :

Faudra-t-il voir prochainement, car c’est la pente fatale, la honte du croissant jaune, après avoir connu celle de l’étoile jaune ? Car, Mesdames et Messieurs, je ne sais pas si vous vous rendez compte de ce que nous vivons. Nous vivons ce que nous n’avons pas compris, que les Allemands vivaient quand Hitler s’est installé. […] La bête hideuse du racisme que les civilisations, que les institutions, ont tant de peine à refouler au fond du cœur de l’homme, de son esprit et de sa raison, la bête hideuse est lâchée, vite, Monsieur le Ministre, refermez la trappe.[…] Un désaveu d’un fonctionnaire, la reconnaissance d’une erreur ministérielle valent mieux que la mise en route et le maintien en marche de l’abominable engrenage.[…] Monsieur le Ministre de l’Intérieur, la France ne veut pas perdre son âme(Claudius-Petit, 1961).

15Ce à quoi Rogers Frey a rétorqué : « Je n’ai pas encore eu entre les mains le début du commencement de l’ombre d’une preuve » (Einaudi, in Le Cour Grandmaison dir., 2001, 51). Le discours officiel était en place, plus qu’un silence, il s’agissait là d’un oubli organisé sous l’égide du non-lieu.

Censure et saisies

16La dénégation publique, aussi forte soit-elle, ne permet toutefois pas, à elle seule, d’expliquer la force avec laquelle a été scellé le silence. « Au lendemain de la manifestation, le bilan officiel est de trois morts [, et ] pour maintenir cette version, le gouvernement doit faire taire ceux qui la contesteraient » (Nordmann et Vidal in Le Cour Grandmaison dir., 2001, 171-172). La censure, telle qu’elle a été appliquée, paraît alors être un élément majeur de la politique du « trou de mémoire » que l’État a fait sienne.

  • 16  « L’Humanité a été saisie vingt-sept fois pendant la guerre d’Algérie, et “censurée” bien plus enc (...)
  • 17  Dans un contexte qui mériterait par ailleurs lui-même, une discussion particulière hors du thème d (...)

17De multiples saisies ont été pratiquées16. Là encore, deux cas fournissent de magistraux exemples, hormis les actions à répétition dirigées contre la presse. L’un est celui du premier ouvrage d’investigation relatant les faits du 17 octobre 1961. Ce livre de Paulette Péju, intitulé « Ratonnade à Paris » et édité chez François Maspero, est censuré et saisi dès novembre 1961. Il ne sera réédité qu’en 198117. Le second exemple de censure que je proposerai est celui du « film maudit » (cf. Saint-Saëns et Renouard, 2000) de Jacques Panijel, « Octobre à Paris ». Il y a eu en octobre 1962, c’est-à-dire un an après la manifestation, la première projection du film de Panijel. Le film a été saisi et les projections interdites, jusque dans les pays voisins. Il n’a été rediffusé qu’en mai 1968, sept ans après. Le réalisateur explique avoir dû parfois employer la ruse pour ne pas se faire démunir des bandes et parvenir à projeter son film :

  • 18 Policiers italiens.

Une fois sur deux la police arrivait et embarquait la copie du film. Quand nous étions prévenu de la descente, nous projetions Le Sel de la terre, le beau film de Herbert Biberman. Octobre à Paris a été projeté au festival de Cannes en 1962, j’avais loué une salle de la rue d’Antibes. Le seul journal à s’en être fait l’écho fut Variety ! Le grand journal de L’Entertainment a évoqué en première page la projection d’un film interdit ! Mais aucun journal parisien consacrant des pages au festival ne s’est fait l’écho de ces quelques projections. J’ai ensuite emmené le film à la Mostra de Venise où il fut à nouveau projeté quelques jours avant que les carabinieri18 ne ferment la salle. Enfin il m’est arrivé d’emmener Octobre à Paris dans des symposiums scientifiques ; je projetais le film à la stupéfaction des participants. Quand les douaniers posaient des questions, je racontais qu’il s’agissait d’un film scientifique. En mai 68, le film sera à nouveau brièvement projeté dans une salle du Quartier latin, en alternance avec La Bataille d’Alger (Saint-Saëns et Renouard, 2000).

18Il a été impossible de diffuser ce film légalement jusqu’en 1973, année durant laquelle le cinéaste René Vautier qui désirait le distribuer a fait une grève de la faim, aboutissant à l’obtention d’un visa de censure non commercial. Ceci, de l’avis du réalisateur, n’a pas facilité la diffusion de son film qui, depuis, « dort dans un placard ». Ce film censuré n’a toujours pas été montré à la télévision française, « c’est un film qui n’existe pas » (Stora, 2004). La pression formelle de la politique d’effacement que pratique l’État français est donc largement objectivable dans une telle censure qui adjoint à des interdictions de diffusion, des saisies faisant disparaître les éléments subversifs eux-mêmes. « À ce jour les copies dispersées d’Octobre à Paris restent invisibles » (Saint-Saëns et Renouard, 2000).

Du blocage des procédures juridiques à la continuité du refoulement de la mémoire

19Voilà donc une situation politique particulière : les propos officiels nient l’existence des faits et l’État empêche toute expression publique contrariant sa version. Mais l’oublieuse combinaison est, à ce stade, incomplète. Un volet juridique lui fait encore défaut. Dans toute démocratie, dès lors que l’agora est ébranlée par une suspicion de crime, que ses lois fondamentales semblent avoir été possiblement violées, les institutions de justice se doivent d’en faire l’examen afin de garantir l’ordre social. En 1961, comme dans les trente-huit années qui ont suivi, il n’en a rien été.

  • 19 Il est ici fait référence à l’action de Bernard Chenot, garde des sceaux en 1961 qui, s’appuyant su (...)
  • 20 Dont la dernière en date est la « La réhabilitation des généraux putschistes, en 1982 », le 24 nove (...)
  • 21  Il s’agit en fait du décret du 22 mars 1963, des lois du 31 juillet 1968, du 16 juillet 1974, et d (...)

20De multiples tentatives de commissions d’enquête ont été proposées, toutes rapidement avortées par d’habiles « pirouettes juridiques » dont certaines ont induit l’ouverture d’informations judiciaires « écrans »19, lesquelles auraient également pu fragiliser le silence autour des responsabilités d’État si aucune mesure n’avait été prise pour en maîtriser l’issue. Les amnisties successives20 de 1962, 1968, 1974, et 198221 sont donc venues compléter, comme autant de stratégies de contention mémorielle (Dreyfus in Le Cour Grandmaison dir., 2001, 86), les non-lieux clôturant la quasi-totalité des procédures engagées. S’il ne s’agit de réelle amnésie, l’amnistie exprime une volonté souveraine qui pour Éric Millard résonne comme un » je ne veux pas » ou « il ne faut pas » me souvenir » (1999, 118). Les faits ainsi amnistiés, même s’ils ne sont pas nuls et non advenus au sens juridique, sont en pratique à considérer comme tels, car les extraire de la brumeuse étreinte de l’oubli n’aboutirait à aucune justice. L’amnistie résonne donc comme l’apposition d’un inexorable scellé, une prescription d’ » épuration politique » (ibid.), rendant les fautes irréparables et inexpiables.

21Pourtant, en 1982 sont déposées les premières plaintes contre Maurice Papon pour son rôle au sein du gouvernement de Vichy. Alors que leur nombre n’a cessé de croître jusqu’en 1997, l’institution judiciaire ne tranchera que « le 2 avril 1998, au terme de seize ans de procédure et de six mois d’un procès fleuve » (Mouralis, 2002, 55). Cette affaire a mis, en partie, à jour la responsabilité de l’ex-préfet dans la répression policière du 17 octobre 1961. L’oubli dirigé perdrait bientôt de son inertie politico-institutionnelle, car une pièce maîtresse du refoulement organisé par l’État venait de tomber pour complicité de crime contre l’humanité. Le monolithe du silence se fissurait, et sa lente érosion allait débrider les poussées mémorielles autour du 17 octobre 1961.

Multifactorialité de l’oubli, entre histoire et mémoire

22Si l’occultation étatique fait aujourd’hui peu de doute, il n’en demeure pas moins un élément troublant au centre même de l’enjeu d’un certain retour de mémoire : l’oubli ne peut être la conséquence unique d’un manque d’information. Pour peu que les gens se penchent sur la presse, peu après cette sinistre nuit, les faits sont à la portée de tous, sans même parler de ceux qui en ont été témoins directs et qui ne peuvent pas être si peu nombreux que le silence semble l’indiquer (Anderson in Le Cour Grandmaison dir.,2001, 100). Selon Henri Alleg « Paris ce jour là fut Soweto » (Chatain, 2000), ce qui laisse peu de place à l’inattention, non plus qu’à l’oisiveté. Alors, comment expliquer l’oubli ? Peut-on même employer le terme d’oubli sans préciser qu’il s’agit en fait de mémoire ? Là se trouve toute l’ambiguïté mémorielle de cette période, car on ne peut séparer l’oubli du 17 octobre de celui qui a frappé d’amnésie nationale l’ensemble des évènements relatifs à la guerre d’Algérie. C’est également là que s’enchevêtrent politique de la mémoire et usages sociaux du passé, au point que, de ces deux facettes de l’histoire au sens de l’advenu et du vécu, on ne peut plus définir en propre les contours d’aucune.

Le Gaullisme comme héritage

23Selon Paul Ricœur, « Les problèmes posés par l’oubli doivent être traités pour eux-mêmes » (inFerenczi dir., 2001, 31). Je tenterai donc ici de « tracer un chemin » dans cet espace mouvant et insaisissable, donnant à penser une certaine dynamique de l’oubli qui, par définition, n’est aucunement achevée. La continuité de l’enfouissement politico-historique de l’événement est si frappante qu’elle en est une facette des plus délicates à cerner. Les chefs d’État qui se sont succédé sont si différents, tant sur le plan politique qu’individuel, qu’une raison unique est difficilement envisageable. Comment donc éclairer cette apparente continuité ?

24Aujourd’hui, l’idée de « gaullisme » se trouve être un axe majeur de l’espace politique français dont l’héritage idéologique est fréquemment revendiqué jusqu’aux plus hautes instances du pays. C’est à la lumière du célèbre aphorisme de René Char : « Notre héritage n’est précédé d’aucun testament » que je propose d’interroger ce qui, de ce legs, se définit au présent.

  • 22 Il est ici fait référence à la date du 18 juin 1940, jour de l’appel à la résistance prononcé par l (...)
  • 23  La société française demeure violemment tenaillée par ses polarités colonialistes et anticoloniali (...)

25Nul n’est besoin d’insister sur le lien si souvent entendu entre le général de Gaulle et la résistance française durant la Seconde Guerre mondiale. Très largement reconnu comme « l’homme du 18 juin »22 (Teitgen, 1981, 88) celui-ci se trouve inscrit au palmarès des gloires de la Nation ; fort de quoi, il devient une figure de la Libération. En d’autres termes, le général sort de cette construction idéelle comme l’homme providentiel « [...] répondant, en cas d’extrême péril, de l’indépendance, de l’honneur, de l’intégrité de la France et du salut de la République » (ibid., 45). Mais ce statut ne va pas sans ambiguïté, sa position n’ayant pas toujours été aussi nette que ce que laisse entendre une image dont les angles ont été adoucis par une rétrospection consensuelle. Appelé au pouvoir pour résoudre la crise dont on pensait qu’elle risquait de disloquer le pays, le général affirmera dans un premier temps son attachement à la colonie algérienne par un « Vive l’Algérie française » (ibid., 75). C’est pourtant ce même homme qui mènera à terme la signature des accords d’Evian conduisant à l’indépendance de l’Algérie. On comprendra donc aisément les enjeux d’un maintien sous silence des évènements du 17 octobre 1961, durant sa présidence et dans l’ensemble de la délicate période de l’Après-guerre, au travers d’évidentes tensions et divergences de convictions sur le thème de la décolonisation23. Cependant, l’entrave mémorielle, depuis le début des années 1980, aura perduré sous l’effet d’autres motifs.

  • 24 Il s’agit de quatre généraux de l’armée française qui ont tenté, le 23 avril 1961 en Algérie, un co (...)
  • 25  Durant son mandat de ministre de l’Intérieur en 1954, il a déclaré à propos des revendications de (...)

26François Mitterrand a été un personnage majeur du scotome de l’événement. Son amnistie des généraux putschistes24 est un acte fort de refoulement du passé. Bien qu’il n’ait pas été gaulliste, il n’en était pas moins partisan de l’Algérie française25. Or, en 1981, lors de son élection aux présidentielles, il représente un renouveau de la gauche politique française mise à mal par le déclin du parti communiste qui, durant de très nombreuses années, a structuré l’espace politique du pays en opposition au gaullisme. L’idée d’une gauche forte et renaissante ne demandait alors qu’à s’incarner en un personnage charismatique, ce que François Mitterrand a été sans équivoque. Mais en arrière-plan de cette tendance politique demeure un climat d’extrême tension. Les communistes n’assument pas son passé favorable à l’Algérie française. Par conséquent, il était important, là encore, que le silence perdure sur ce sujet toujours très sensible.

  • 26  Nom parfois donné à la génération ayant servi dans l’armée française en Algérie durant la guerre.
  • 27  J’illustrerai mon propos par un cours extrait du discours de présentation des vœux présidentiels a (...)
  • 28  Ce parti initialement appelé Union pour la Majorité Présidentielle se positionne à droite de l’éch (...)
  • 29  « Loi nº 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale (...)
  • 30  Son article 4 étant formulé ainsi : « Les programmes de recherche universitaire accordent à l’hist (...)

27Plus récemment, succédant à François Mitterrand, Jacques Chirac appartenait à « la génération des djebels »26 (Stora, 2004, 508),et jouait fortement sur le tableau des anciens combattants27. De plus, dans un climat sociopolitique marqué par le thème de l’insécurité tant intérieure qu’extérieure, se réclamer du gaullisme, comme le fait l’UMP28 et l’actuel président de la République française Nicolas Sarkozy, n’est pas anodin. C’est se référer à l’homme qui, parlant à la France, disait « mon cher et vieux pays, nous voilà donc encore une fois ensemble devant une lourde épreuve […] » (De Gaulle, 1959). Mais c’est là une part choisie de l’héritage gaulliste, qui en masque une autre moins auréolée. Il convient, en effet, pour la classe politique actuellement au pouvoir, de délaisser les volte-faces du général afin de maîtriser son propre discours symbolique. Lorsque la Loi du 23 février 200529 est adoptée, il ne s’agit pas seulement d’une orientation historique, mais de renouer avec un certain passé choisi. Il est clair que sa formulation vise un effacement des traces encombrantes30. L’histoire est écrite, en référence à un passé dont la ligne prétendument continue de transmission ne bascule jamais dans l’horreur responsable. Le 17 octobre 1961 allonge ainsi la liste des événements « obscurs » de l’histoire coloniale française. Toutefois, la structure politique nationale n’est encore qu’un élément parmi d’autres œuvrant au scotome de cette sombre nuit.

Charonne ou la superposition opportune

  • 31  L’Organisation Armée Secrète était une organisation politico-militaire française clandestine dont (...)
  • 32  Écrasement par la foule ou lynchage par les forces de police, les versions divergent.
  • 33  Selon que les informations proviennent de la préfecture de police ou des organisateurs des funérai (...)

28À peine trois mois et demi séparent la répression du 17 octobre 1961 de la manifestation du 8 février 1962 qui, elle aussi, tournera au drame. La signature prochaine des accords d’Evian bouscule les milieux activistes, ce qui mène l’OAS31 à organiser une vague d’attentats. Au cours de l’un d’eux, une charge explosive destinée au ministre des Affaires culturelles, André Malraux, a coûté à la petite Delphine Renard, âgée de quatre ans, la vue et la moitié de son visage. Immédiatement, un mot d’ordre de grève et de manifestation est lancé à l’appel de multiples syndicats et partis anticolonialistes, mais le général de Gaulle stigmatisera cette manifestation comme étant « communiste » (Brunet, 2002, 77). La police qui a l’ordre de l’empêcher avec « énergie » (ibid., 77) chargera les manifestants jusque dans les escaliers de la station de métro Charonne. Lorsque la foule se retire, on dénombre huit morts dont l’origine reste polémique32. Ceux-ci, tous communistes (ibid., 81) ne comptent dans leurs rangs aucun FMA. Leurs « funérailles fleuves » (Tristan, 1991, 135) rassembleront, selon les sources, entre cent cinquante mille et un million de personnes33.

29Alors que le parti communiste se voit affublé d’une aura de traître à la Nation, depuis l’incrimination qui lui a été faite dans l’organisation de la manifestation d’octobre, et qu’il souffre des « hésitations de l’anticolonialisme » (Nordmann et Vidal in Le Cour Grandmaison dir, 2001, 176), le drame de Charonne lui offre une occasion inespérée de redorer son blason. Le 8 février 1962, ce sont les communistes qui sont victimes de la répression policière imputable au Préfet Papon et au gouvernement gaulliste. Les « utiles » martyrs de Charonne ont donc recouvert les faits d’octobre. En relayant les faits sans faire état d’aucun antécédent, la presse a largement contribué à la superposition mémorielle impulsée par le Parti communiste. Dans le journal Le Monde du 10 février 1962, on peut lire ceci : « C’est le plus sanglant affrontement entre policiers et manifestants depuis 1934 ». L’oubli s’est, dès lors, si efficacement engagé, que de nos jours il est fréquent d’observer la persistance d’une confusion entre les deux évènements. Charonne est devenu une trappe mémorielle dans laquelle le 17 octobre 1961 s’est engouffré.

 « Il faut être au moins deux pour oublier » (Augé, 1998, 81)

30Mais une dimension capitale manque encore à mon analyse : l’expérience individuelle. C’est un fait, les gens ont vu, ou tout au moins, su. Nombreux sont ceux qui ont donc dû faire un choix, directement ou de manière induite, de ce qu’ils allaient faire de la trace qui était en leur possession. Or, l’oubli domine. Comment comprendre cela ? Pour tenter de saisir la diffuse trajectoire de l’oubli, il est une question centrale : qu’ont vraiment vu les témoins ?

  • 34  Entendu ici au sens d’ensemble des connaissances d’un groupe social à un moment donné.
  • 35  Prenons l’exemple de l’attentat du 11 septembre 2001. Qui n’a pas entendu de déclaration, souvent (...)

31La Rochefoucault remarquait : « Nos yeux […] découvrent tout et sont aveugles seulement pour eux-mêmes » (inMoralistes françois, 1834, 196). Mais, si l’oubli peut parfois s’expliquer par l’absence d’inscription mnésique, d’autres causes lui sont possibles. Il peut être le fruit d’une inscription mémorielle non durable, sujette à un rapide effacement dû soit au faible intérêt porté aux faits, soit à leur faible « pertinence » (Sperber et Wilson, 1989) aux yeux de celui qui les reçoit. Dans ce deuxième cas, les faits inscrits dans un épistème34 réticent en sont rapidement rendus absents. Or, je l’évoquais plus avant, l’événement du 17 octobre 1961 n’est pas directement intelligible par le quidam, car sa réalité s’inscrit clairement en rupture des idées et représentations alors majoritairement admises35. Voilà donc nos témoins qui voient dans la rue, sous leur fenêtre, au bout du boulevard, à la sortie d’un restaurant, une foule de FMA, appartenant probablement au FLN, manifestant pour l’indépendance de l’Algérie. De fait, quantité de représentations liées aux grands pôles signifiants d’une telle vision se trouvent inférées. Ces représentations et catégories employées à l’analyse spontanée de l’événement sont celles avec lesquelles nos témoins vivent au quotidien, leur « grammaire de surface » (Liogier, 2006). Un vaste cortège de représentations relevant globalement du champ sémantique de la peur, de la violence et de la colère est alors mobilisé. Ipso facto, les manifestants ne pouvaient qu’être considérés comme belliqueux.

32Ce qu’ont probablement vu la majorité des témoins, leur réalité, est donc très loin de la réalité. Pourtant, certaines images sont violemment signifiantes. Oui, mais dans quel sens ? Ceux qui ont assisté aux scènes de matraquage qui ont laissé des corps baignant dans des flaques de sang ne peuvent que comprendre qu’il s’agit de violences mortelles. Dans les salons des appartements parisiens qui se sont penchés sur les tas de cadavres, la tiédeur confortable des fins de repas ne peut qu’avoir été déchirée par la déflagration d’horreur de telles images, par « le bruit des crosses sur les crânes » (Maspero in Tristan, 1991, 69). Tout ceci ne pouvait être acceptable que si le manifestant a été le « dangereux agresseur ».

  • 36  Sur ce principe, on se reportera utilement au chapitre « Structure et Histoire » de l’ouvrage de M (...)

33Que dire de ceux qui ont entendu la lointaine clameur des slogans des manifestants et des « youyou » de leurs femmes (Guène et Richard, 2005) dans pareil contexte de craintes terroristes ? Ce que les yeux ne voient pas fait remonter encore plus fortement la « liberté dirigée » de l’imaginaire conditionné. Par conséquent, il est probable que la manifestation du 17 octobre 1961 n’ait globalement pas été perçue comme pacifiste. Du même coup, la répression semblait justifiée. Les Parisiens ont eu affaire à un événement, au sens que nous propose George Balandier : des faits advenus dont la puissance symbolique est susceptible d’opérer un « retournement des certitudes » (2004, 9-19). Il y a eu, cette nuit-là, « réévaluation fonctionnelle des catégories »36 rendant le monde intelligible à ceux qui le vivaient.

34Cependant, en dehors de la non-inscription mnésique et de l’impertinence à l’épistème, il existe d’autres cas menant à l’effacement des faits, tels que la mémoire traumatique. La non-inscription au niveau conscient de la mémoire constituerait alors un mécanisme d’autopréservation inconsciente, répondant à un état de choc. Malgré le fait que la nature délicate de cette « non-mémoire » la rende presque impréhensible, je peux tout de même donner l’exemple d’Omhar Thouil (Guène et Richard, 2005), âgé de douze ans au moment de la manifestation. Celui-ci dit avoir un « trou noir », n’avoir aucun souvenir de cette soirée, bien que la preuve de sa présence soit administrée par une photo publiée dans le journal Libération, sur laquelle il figure seul entre les manifestants et la police sur les lieux mêmes de la première fusillade qui a éclaté ce soir-là. À cette amnésie, Omhar Thouil propose comme explication le traumatisme qu’a constitué ce qu’il a pu voir. Hypothèse, somme toute, plausible. Mais, il est clair que l’on ne peut totalement exclure l’idée qu’un certain nombre de personnes ait eu une conscience relativement juste de ce qui était réellement advenu. Qu’est alors devenu ce passé ?

  • 37  Rappelons que selon Marc Augé « ceux qui ont subi, s’ils veulent revivre et non seulement survivre (...)

35Lorsque le pacifisme de la manifestation est massivement établi, que faire du souvenir de sa propre place dans cet événement que la vérité rend si trouble ? Si j’ai mobilisé précédemment le concept de « réévaluation fonctionnelle des catégories » chez Marshall Salhins à mon analyse, le 17 octobre 1961 semble attester d’un potentiel déstructurant bien plus large encore. Il rejoue les structures collectives, mais également individuelles. Le présent devient alors différemment intelligible dans le même temps que nous apparaissons nous-mêmes différents dans ce nouveau présent. C’est alors la crainte d’un changement incertain qui a exacerbé le besoin de préservation du sentiment de stabilité et de continuité, ce que seul l’oubli allait autoriser. Pour que l’avant et l’après coïncident, il est parfois « nécessaire » de supprimer l’effet décalant de l’événement. L’oubli, sorte de court-circuit chronologique répondant au principe d’économie cognitive permet de retrouver l’avant en face de l’après37. Il y aurait donc, dans les cas traumatiques, un « oubli nécessaire [qui] est un oubli pour vivre» (Stora inFerenczi dir., 2001, 75).

L’oubli comme conclusion inachevée

  • 38  En effet, qu’il s’agisse d’une idée, d’une représentation ou d’une théorie, son émergence et sa st (...)
  • 39  Les mots d’Ahmed Thouil, frère d’Omhar Thouil, l’attestent. Ayant évoqué des scènes de torture aux (...)

36La notion de travail de mémoire donne ici à voir un processus oublieux dont la force n’a d’égale que la diversité des formes. Mais il est un noyau à cette dispersion. Que l’on se penche sur le « théorème de l’impossibilité » de Kenneth Arrow (Douglas, 2004, 116-119), sur le concept de « pertinence » développé par Dan Sperber et Deirdre Wilson (1989), ou encore sur la théorisation halbwachsienne des « cadres sociaux de la mémoire » (Halbwachs, 1997), il est une conjonction de ces réflexions : l’idée, la représentation, et par extension la mémoire, n’évoluent pas librement dans l’espace social ou individuel, mais sont soumises à une nécessité d’adéquation épistémique pour pouvoir émerger sans trop de difficultés38. Ni mémoire ni oubli ne se font au hasard. Ils dépendent d’un système mnémonique constitué par l’ordre social dans son ensemble. Or, les représentations satellites de la manifestation du 17 octobre 1961, dès lors que les faits ont ressorti avec plus de véracité, étaient devenues ouvertement contraires à l’épistème social que les primes réactions ont objectivé. Nous sommes là, dans le domaine de l’indicible et de l’inaudible, pour reprendre une terminologie d’Annette Wieviorka (1989, 23). Sur le terrain du travail de mémoire « doit se reconquérir l’élaboration d’un récit plausible, supportable, acceptable »(Ricoeur, 2001, 22). Concrètement, si l’oubli coupable fonctionnant comme un masque, qu’il soit collectif ou non, est aisément compréhensible, selon des modalités très différentes, l’oubli individuel non unifié s’y adjoint comme une alternative protectrice, car faire remonter le souvenir au niveau conscient d’une mémoire disponible rend les faits actifs au présent39. On peut alors, concevoir sans peine qu’ » il y aurait une infinie cruauté à rappeler sans cesse à quelqu’un les évènements les plus douloureux de son passé » (Todorov, 1995, 24).

37Pourtant, si la mise en oubli historique politiquement organisée n’avait pu à elle seule effacer durablement l’événement et sa mémoire, ce processus d’oubli individuel étendu au collectif, n’aurait pas non plus tenu bien longtemps sans un contexte institutionnel favorable à l’oubli. La complexité de ce refoulement de mémoire apparaît donc indépassable. Amnésies individuelles et institutionnelles se retrouvent dos à dos, là où, déjà, histoire et mémoire s’entremêlent. Cette analyse, somme toute schématique du mentisme qui frappe le 17 octobre 1961, offre ainsi une compréhension parcellaire du processus oublieux, exposant son caractère composite. Toutefois, l’Oubli propose une profondeur de champ que je ne peux, ici, qu’effleurer. De nombreuses poussées mémorielles en réinterrogent la dynamique. L’écriture de cette histoire n’étant pas achevée, le « chantier » en demeure exploitable. Alors tournées vers un futur à définir, les poussées de mémoire demeurent à interroger comme autant de facteurs renégociant l’oubli. Là encore, la funeste date du 17 octobre 1961 se montre prolixe en matériaux toujours insondés.

Haut de page

Bibliographie

ALLEG, Henri, « Ouvrir les dossiers, c’est faire œuvre de salubrité publique » dans L’Humanité, 2000. Consulté sur Internet, le 29 mars 2009, à l’URL : (http://www.humanite.fr/journal/2000-11-03/2000-11-03-234153).

AUGÉ, Marc, Les Formes de l’oubli, Paris, Payot & Rivages, 1998.

BALANDIER, Georges, Civilisations et puissance, Paris, l’Aube, 2004.

BORJES, Jorge-Luis, « Funes el mémorioso », dans Ficciones, St Amand, Gallimard, 1994.

BRUNET, Jean-Paul, « 8 février 1962 : révélations sur le drame de Charonne », dans L’Histoire, mars 2002, 263.

CANDAU, Joël, Anthropologie de la mémoire, Paris, PUF, 1996.

CHATAIN, Jean, « Octobre 61, Guerre d’Algérie : ratonnade d’Etat à Paris », dans L’Humanité, 2000. Consulté sur Internet, le 14 avril 2009, à l’URL : (http://www.humanite.fr/popup_print.php3?id_article=233193).

DOUGLAS, Mary, Comment pensent les institutions, Saint-Amand-Montrond, La Découverte, 2004.

EINAUDI, Jean-Luc, La Bataille de Paris, 17 octobre 1961, Paris, Seuil, 1991.

FERENCZI, Thomas dir.,Devoir de mémoire, droit à l’oubli, Le Mans, Complexes, 2001.

GUÈNE, Faïza et Richard BERNARD, Mémoires du 17 octobre 1961, production Les Engraineurs, 2005. Consulté sur Internet, le 01 avril 2009 à l’URL : (http://mareauxcanards.ouvaton.org/films_amis.php?choix_film=20&&affiche=synopsis).

GUISNEL, Jean, Les généraux : enquête sur le pouvoir militaire en France. Paris, La Découverte, 1990 : 66-78. Consulté sur Internet, le 25 mars 2009 à l’URL : (http://www.ldh-toulon.net/article.php3?id_article=279).

HALBWACHS, Maurice, La Mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997.

LA ROCHEFOUCAULD, François, « Maximes », dans Moralistes françois, Paris, 1834.

LE COUR GRANDMAISON, Olivier dir., Le 17 octobre 1961 : Un crime d’Etat à Paris, Paris, La Dispute,2001.

LIOGIER, Raphaël, « Nouvelles croyances sanitaires et évolution de la place des professions de santé », conférence donnée le 3 juin 2006 à l’Institut d’Études Politique, Aix-en-Provence.

MILLARD, Eric, « Épurations, amnistie, amnésie : un bref éclairage sur le droit », dans Les cahiers du MIHREC, 1999, 3.

MONFERRAN, Jean-Paul, « À propos de deux petites phrases de Libération, l’Humanité dans le texte », dans L’Humanité. Consulté sur Internet, le 14 avril 2009 à l’URL : (http://www.humanite.presse.fr/journal/2001-10-18/2001-10-18-252050).

MOURALIS, Guillaume, « Le Procès Papon : justice et temporalité », dans Terrain, mars 2002, 38.

SAINT-SAËNS, Isabelle et Jean-Philippe RENOUARD, « Festival d’un film maudit - entretien avec Jacques Panijel », dans Vacarme, septembre, 2000, n° 13. Consulté sur Internet, le 17 avril 2009 à l’URL : (http://www.vacarme.eu.org/article221.html).

SALHINS, Marshall, Des Îles dans l’histoire, Paris, Gallimard, 1989.

SPERBER, Dan et Deirdre WILSON, La Pertinence, communication et cognition, Paris, Edition de Minuit, 1989.

STORA, Benjamin, Bouge dans ta tête, France Culture, émission radiophonique du 17 octobre 2004.

STORA, Benjamin, Histoire de la guerre d’Algérie, Paris, La Découverte, 2004.

TEITGEN, Jean, Le Gaullisme en question, Paris, Julliard, 1981.

THULL, Françoise et Marianne ARENS, « À qui profite le silence ? Maurice Papon et le massacre d’octobre 1961 à Paris » dans World Socialist Web Site. Consulté sur Internet, le 20 novembre 2005 à l’URL : (http://www.wsws.org/francais/News/2000/janvier00/5jan00_papon.shtml).

TODOROV, Tzvetan, « La Mémoire devant l’histoire », dans Terrain, septembre 1995, 25.

TODOROV, Tzvetan, Les Abus de la mémoire, Paris, Arlea, 1995.

TRISTAN, Anne, Le Silence du fleuve, Besançon, Syros Alternatives, 1991.

WIEVIORKA, Annette, Indicible ou inaudible ? La déportation : premiers récits (1944-1947), Paris, Prades, 1989.

Haut de page

Notes

1  Cette catégorie des Français musulmans d’Algérie désignait les citoyens français légaux d’origine coloniale algérienne. Il s’agit en fait d’une qualification d’« indigènes » à peine masquée. Les FMA étaient donc les Algériens colonisés, qui de fait avaient la nationalité française sans que celle-ci ait pour origine une volonté d’adhésion personnelle ou familiale. Les FMA étaient clairement distingués des Français d’Algérie, aujourd’hui couramment appelés « pieds noirs » et qui, eux, étaient des Français métropolitains sur le sol algérien.

2  Le rapportdu conseiller d’État Dieudonné Mandelkern est le fruit d’une mission d’inspection des archives commanditée par Lionel Jospin au terme du Procès Papon.

3 Le nombre de morts demeure controversé, toutefois, un relatif consensus s’établit chez les historiens autour de plusieurs dizaines là où la préfecture de police n’en reconnaît que trois. Le rapport Mandelkern fait état d’un bilan probable de 32 morts et d’un nombre de blessés bien supérieur au chiffre officiel de 136. Jean Luc Einaudi, historien français spécialiste de la période de la guerre d’Algérie propose probablement l’hypothèse la plus maximaliste et discutée de plus de 300 morts. Face à une telle discordance quantitative, je m’abstiendrai donc de données chiffrées, retenant cependant qu’aucune estimation actuelle ne descend sous le nombre des 30 décès.

4  Ici entendu au sens légal du terme, c’est-à-dire d’abandon des procédures relatives aux faits alors considérés nuls et non advenus.

5 Bien que la position du Parti communiste n’ait pas toujours été aussi favorable à cette indépendance, ni aussi claire qu’il y paraît. Sur ce point, le lecteur se reportera utilement à B. Stora, 2004.

6 L’Humanité et Libération sont deux grands journaux à orientation alors communiste, qui avaient un fort tirage et un impacte important sur la scène médiatique de l’époque.

7 Le Monde est actuellement le quotidien à plus fort tirage en France.

8 La Croix est un journal à orientation catholique qui trouve alors un fort lectorat en France métropolitaine.

9 Le Figaroet France Soir sont des journaux alors sensiblement orientés vers la droite politique du pays.

10  J’entends par là le discours qui conduit à la peur des citoyens.

11 Le 6 septembre 1960, 121 écrivains, universitaires et artistes ont cosigné et publié cette déclaration condamnant le « conflit » algérien et légitimant le droit à l’indépendance de l’Algérie.

12  Notamment au travers de la question du financement des activités terroristes de ce dernier.

13 Je fais référence ici à la large vague d’attentats du FLN qui d’août à octobre 1961 a fait plus de dix morts dans les forces de police métropolitaines : «  [...] La direction de la Fédération de France du FLN décide de reprendre des attentats contre des policiers : 11 seront ainsi tués de la fin août au début octobre 1961. » (Einaudi, op. cit. : 52).

14 L’amnistie est une mesure de droit qui ôte rétroactivement à certains faits leur caractère délictueux. Les faits amnistiés sont alors réputés licites, mais non ne pas avoir eu lieu.

15  Claude Bourdet est ancien membre du Conseil National de la Résistance, l’un des fondateurs de France Observateur et du Parti Socialiste Unifié fondé le 3 avril 1960, élu de l’Union de la Gauche Socialiste au Conseil de Paris.

16  « L’Humanité a été saisie vingt-sept fois pendant la guerre d’Algérie, et “censurée” bien plus encore » (Monferran, 2001).

17  Dans un contexte qui mériterait par ailleurs lui-même, une discussion particulière hors du thème du présent article.

18 Policiers italiens.

19 Il est ici fait référence à l’action de Bernard Chenot, garde des sceaux en 1961 qui, s’appuyant sur l’article 6.2 de l’ordonnance nº 58-1100 du 17 novembre 1958, a déclaré qu’aucune commission d’enquête ne saurait avoir lieu alors que des informations judiciaires étaient ouvertes concernant les faits en question. Ce qui était, de l’avis de Jean-Luc Einaudi, « étonnement » le cas, car, selon, lui, ces informations judiciaires n’auraient vu le jour que par le fait d’une habile manœuvre de Maurice Papon, cherchant par là même à contourner « une enquête sénatoriale », alors que la découverte de cadavres dans la Seine n’était, ni un fait nouveau, ni jusqu’alors un motif jugé « valable » d’information judiciaire. (Einaudi, 1991 : 260).

20 Dont la dernière en date est la « La réhabilitation des généraux putschistes, en 1982 », le 24 novembre, par François Mitterrand, alors au début de son premier mandat présidentiel. Cette amnistie passera en force sur décision du Président de la République, contre sa propre majorité. (Guisnel, 1990 : 66-78), par l’effet de l’inauguration du désormais célèbre article 49.3 de la Constitution française. Cet article est dit d’« engagement de responsabilité » et permet au gouvernement de faire passer le texte qu’il présente, sans vote, par rejet de la motion de censure que l’opposition se doit de déposer de façon purement formelle.

21  Il s’agit en fait du décret du 22 mars 1963, des lois du 31 juillet 1968, du 16 juillet 1974, et du 24 novembre 1982.

22 Il est ici fait référence à la date du 18 juin 1940, jour de l’appel à la résistance prononcé par le Général de Gaulle depuis Londres sur les ondes de la BBC, au lendemain de la demande d’armistice faite par le Maréchal Pétain à l’Allemagne. Cet évènement fait aujourd’hui figure de moment eschatologique de la résistance au nazisme.

23  La société française demeure violemment tenaillée par ses polarités colonialistes et anticolonialistes, opposition que la mise en lumière d’un tel évènement n’aurait pu qu’exaspérer, induisant de fait une déstabilisation du pouvoir politique en place.

24 Il s’agit de quatre généraux de l’armée française qui ont tenté, le 23 avril 1961 en Algérie, un coup d’État manqué contre la politique du général de Gaulle qu’ils considéraient relever de l’abandon politique du territoire algérien. En novembre 1982, François Mitterrand alors président depuis un an réhabilite ces généraux contre sa majorité politique qui proteste alors violemment. La question de l’Algérie continue de déchirer le pays.

25  Durant son mandat de ministre de l’Intérieur en 1954, il a déclaré à propos des revendications de l’Algérie « La seule négociation, c’est la guerre » (Alleg, 2000).

26  Nom parfois donné à la génération ayant servi dans l’armée française en Algérie durant la guerre.

27  J’illustrerai mon propos par un cours extrait du discours de présentation des vœux présidentiels aux anciens combattants français, en janvier 2007, peu avant les élections présidentielles d’avril de la même année :

« C’est toujours avec plaisir que je vous retrouve pour ce rendez-vous des voeux, désormais traditionnel. Il est tout à fait naturel, en effet, que le Président de la République exprime la reconnaissance de la Nation à toutes celles et tous ceux qui se sont levés pour la liberté, qui ont combattu et qui ont souffert pour la France. J’attache, vous le savez, la plus grande importance au devoir de mémoire et au respect qui est dû à nos anciens combattants et à la Résistance. C’est dans cet esprit, et pour éclairer les décisions des pouvoirs publics, que j’ai tenu, en 1997, à ce que soit créé le Haut Conseil de la Mémoire Combattante, qui associe vos différentes composantes et sensibilités. […] » (le président de la République Jacques Chirac, 2007).

28  Ce parti initialement appelé Union pour la Majorité Présidentielle se positionne à droite de l’échiquier politique français. Créé en 2002 pour soutenir le Président de la République Française Jacques Chirac à sa propre succession, sont nom a été modifié en Union pour un Mouvement Populaire.

29  « Loi nº 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés » (JO nº 46 du 24 février 2005 : 3128).

30  Son article 4 étant formulé ainsi : « Les programmes de recherche universitaire accordent à l’histoire de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, la place qu’elle mérite. Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, et accordent à l’histoire et aux sacrifices des combattants de l’armée française issus de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit. […] ».

31  L’Organisation Armée Secrète était une organisation politico-militaire française clandestine dont les actions terroristes visaient le maintien de l’« Algérie française » par la lutte armée en France métropolitaine comme en Algérie.

32  Écrasement par la foule ou lynchage par les forces de police, les versions divergent.

33  Selon que les informations proviennent de la préfecture de police ou des organisateurs des funérailles publiques.

34  Entendu ici au sens d’ensemble des connaissances d’un groupe social à un moment donné.

35  Prenons l’exemple de l’attentat du 11 septembre 2001. Qui n’a pas entendu de déclaration, souvent forcée par un microphone médiatique, exprimant l’incompréhension de ce qui s’était passé par les témoins de la scène ?

36  Sur ce principe, on se reportera utilement au chapitre « Structure et Histoire » de l’ouvrage de Marshall Salhins : Des Îles dans l’histoire (1989 : 142-188).

37  Rappelons que selon Marc Augé « ceux qui ont subi, s’ils veulent revivre et non seulement survivre, doivent savoir faire sa part à l’oubli […] » (1998 : 120).

38  En effet, qu’il s’agisse d’une idée, d’une représentation ou d’une théorie, son émergence et sa stabilisation sont soumises à un besoin d’adéquation. Comme une note dans une partition musicale, si une représentation semble dissonante par rapport à celles qui l’accueillent, il y a de fortes chances qu’elle ne soit pas retenue à la composition de la mélodie.

39  Les mots d’Ahmed Thouil, frère d’Omhar Thouil, l’attestent. Ayant évoqué des scènes de torture auxquelles il a assisté, ce dernier dit : « ça, je peux vous jurer que je l’ai vu de mes propres yeux ! Moi ! Oui. Alors, comment voulez-vous que ces séquelles partent de ma mémoire ? C’est comme si je les voyais, jusqu’à ce jour, vous voyez ? C’est comme si c’était maintenant » (Guène & Richard, 2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Buzenet, « Manifestation du 17 octobre 1961 à Paris, L’oubli pour mémoire collective d’une violente répression policière », Conserveries mémorielles [En ligne], # 10 | 2011, mis en ligne le 15 août 2011, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://cm.revues.org/899

Haut de page

Auteur

Julien Buzenet

est étudiant en Master 2 Sciences Humaines et Sociales, mention Anthropologie au sein du LASMIC (Laboratoire d’Anthropologie et de Sociologie « Mémoire, Identité et Cognition sociale »), Université de Nice-Sophia Antipolis, en France. Sous la direction de Joël Candau, il a dans un premier temps mené des recherches en anthropologie médicale, puis s’est rapidement intéressé à la dimension politique de l’effacement tant dans le champ thérapeutique que dans celui de la mémoire collective. Auteur d’un article intitulé « Guérisseurs d’aujourd’hui » (in Verdon, 18, 2005 : 91-100) et d’une communication sur le thème « Médecine “de famille” en milieu rural et pratiques “alternatives” de santé : vers un élargissement du regard ethnologique » (Colloque « Les cultures de la santé : Nouveaux imaginaires et nouveaux usages. », Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence, 2006), Julien Buzenet étudie aujourd’hui les rapports qu’entretiennent mémoire, histoire et usages sociaux du passé par le prisme particulier de la cognition, autour d’un évènement refoulé du passé colonial français. Le présent article est le fruit d’une démarche exploratoire en vue d’une recherche doctorale.

Julien Buzenet is a Master 2 student in Human and Social Sciences, with a minor in Anthropology at the LASMIC (Laboratory of Social Anthropology, « Memory, Identity and Social Cognition), University of Nice-Sofia Antipolis, France. Under the supervision of Joël Candau, he first undertook research in medical anthropology, then his interest quickly turned to investigating the political dimension of lost memories, both in a therapeutic sense, and in the sense of the collective memory. He is the author of an article entitled « Guérisseurs d’aujourd’hui » (in Verdon, 18, 2005 : 91-100) and of a lecture about « Médecine “de famille” en milieu rural et pratiques “alternatives” de santé : vers un élargissement du regard ethnologique » (Colloque « Les cultures de la santé : Nouveaux imaginaires et nouveaux usages. », Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence, 2006). Julien Buzenet is now studying the relationship between memory, history and social behaviours of the past from a cognitive perspective, as it relates to the repressed memory of an event of colonial France. The article presented here is the result of an exploratory process related to his Ph.D. project.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org