Navigation – Plan du site
Notes d'atelier

Du lieu au lieu dessiné : de l’inscription à l’empreinte

Notes d’atelier, recherche en arts visuels
Nancy Lamontagne

Texte intégral

  • 1  Le terme « mémoire » utilisé dans ce texte fera référence à la faculté de retenir des informations (...)

1Les lieux que nous fréquentons sont marqués par le temps et par notre passage : ils sont porteurs du passé. En retour, nous pouvons être marqués par eux. Depuis 2003, un cahier à dessin me suit de ville en ville : j’y inscris des lieux afin de me représenter l’endroit, de mieux le connaître et de « cristalliser » l’expérience vécue de manière visuelle. Ces lieux sont multiples, les dessins sont le plus souvent produits à l’extérieur, en ville ou non, en fonction des promenades effectuées. Conséquemment, une réflexion sur l’espace-temps ainsi que sur la mémoire1 s’est ébauchée et, depuis un an, mon travail artistique est concentré sur une tentative de saisir les lieux qui m’entourent dans le but de capter le temps au vol, de donner corps à des fragments de ma mémoire pour ensuite les réinsérer dans un nouvel endroit, tout en les actualisant (dans une galerie, un atelier, un article, etc.).

2Pour moi, dessiner un lieu revient à donner une reconnaissance de l’empreinte que nous laisse l’endroit, le passé que véhicule ce lieu, affirmer pleinement le moment présent tout en acceptant qu’il produise un écho, un résidu s’amalgamant aux expériences passées constituant mon bagage mémoriel. Mon cahier de dessins est donc devenu non seulement un cahier de bord, mais aussi un recueil de fragments de ma mémoire, un témoignage visuel du temps présent et passé toujours vivant. Ce journal, qui retrace mes pérégrinations, donne une image des lieux que j’ai visités, mais aussi de moi-même. Il fait cohabiter des espaces intérieur et extérieur.

3Mon travail de recherche tire sa source d’un questionnement concernant l’espace-temps, la mémoire, mais cible aussi l’action même de dessiner : la façon dont ma mémoire capte le lieu et le transforme dans le travail de transcription sur le papier. Cette recherche, vue de la perspective de la mémoire à court terme, m’amène à me questionner sur la pratique du dessin et sur son résultat. Dans un premier temps, qu’implique l’acte de dessiner un lieu ? Quelle est la relation entre la mémoire, l’oubli et l’interprétation dans cette forme d’art ? N’y a-t-il pas quelque chose de l’ordre de l’inscription ? Chez moi, le dessin est source de mise en mouvement de la pensée, et devient, par conséquent, un lieu de la mémoire vivante… Mais, dans un deuxième temps, qu’est-ce qu’un lieu dessiné ? N’est-il pas un double portrait : celui de l’endroit représenté, mais aussi celui de l’artiste ? Ne fait-il pas le lien entre le tangible et l’intangible ? Le lieu, une fois dessiné, gagne en profondeur, passe de la marque à l’empreinte. Mais comment le dessin peut-il vraiment en rendre compte, définir ces lieux ? Qu’apporte la fragmentation à ces dessins ? La création artistique, sous forme de recueil de dessins représentant des lieux que j’ai visités, me permet d’explorer ces notions et de trouver des réponses dans le travail même qui l’a fait naître et dans les échanges résultant des rencontres effectuées sur les lieux dessinés.

 « Église Saint-Vincent de Paul, Québec, 2 juin 2009 »

 « Église Saint-Vincent de Paul, Québec, 2 juin 2009 »

Avec la permission de l’artiste

Dessiner le lieu

Mémoriser, oublier, transformer

  • 2  Le terme « souvenir » utilisé dans ce texte décrit, lorsqu’il est utilisé sous forme de nom, un/de (...)

4Dessiner est une façon d’apprendre à connaître ce qu’il y a en moi et autour de moi. Je me laisse ainsi surprendre par la découverte d’éléments insoupçonnés de mon quotidien. Trop souvent, mes yeux flânent sans s’arrêter, regardent sans voir, sans retenir : notre esprit semble inclure un processus d’amnésie, une partie de mémoire fonctionnant à court terme. Dessiner, même en pensée, me permet de fixer ces choses dans ma mémoire, de prendre conscience des éléments échappés par celle-ci, car « je ne puis préciser ma perception d’une chose sans la dessiner virtuellement, et je ne puis dessiner cette chose sans une attention volontaire qui transforme remarquablement ce que d’abord j’avais cru percevoir et bien connaître. Je m’avise que je ne connaissais pas ce que je connaissais : le nez de ma meilleure amie… » (Valéry, 1965, 70). Ainsi, l’effort d’exécution que nécessite un dessin est souvent accompagné d’une joie, ou d’une surprise, face au surgissement d’éléments que j’avais jusque-là ignorés ou oubliés et que je redécouvre. Dessiner amène des questionnements, une réflexion, la résolution de problèmes et dessiner in situ implique tous mes sens. J’entre alors dans un processus d’apprentissage. Car c’est ainsi que j’apprends : je dois parcourir le site d’abord, aborder sa taille concrètement, vivre l’espace et ses caractéristiques, en trouver les limites et les comparer avec les miennes afin de comprendre. Ensuite, je dessine : de nouvelles questions sont soulevées alors que je tente de mettre en mouvement par le dessin cet endroit qui me semble à cet instant immobile, comme figé dans le temps. Dessiner un lieu est donc, en quelque sorte, une façon pour moi de le sauver de l’oubli ou de l’indifférence. C’est une manière d’en préserver l’aspect général et certains détails, à un moment donné. Et, à l’instar des peintures de l’artiste Bruno Santerre, mes dessins retiennent « des petits fragments du monde qui, la plupart du temps, se perdent et sombrent dans l’impalpable » (Nadeau, citée in Santerre, 1989, 110). C’est aussi, en partie, effectuer un travail documentaire, prendre un instantané dans l’évolution d’un espace commun à un groupe d’individus et, simultanément, saisir au vol un morceau de moi (j’y reviendrai). Des fragments captés prennent corps, tangibilité, et font nécessairement appel aux souvenirs2, aux connaissances que j’ai de son sujet.

5L’acte de dessiner donne aussi permanence à ce qui pourrait être seulement passager, à l’instar de la photographie, comme le souligne Philippe Dubois, en « [sauvant l’instant] de la disparition en le faisant disparaître » (cité in Santerre, 1989, 112). Lorsque je fixe un moment et un lieu dans la matière, j’inhibe le processus qui le fera disparaître de ma mémoire et je fais oublier qu’il ne s’agit que d’un bref épisode de ma/sa vie. Son côté anecdotique ou momentané s’évanouit, le regard scrute et s’attarde : l’instant devient durée. Ma relation à l’œuvre d’art se situe donc à l’opposé de ma relation avec ce qui m’entoure généralement : elle exige de la lenteur, un temps d’arrêt pour réfléchir et me laisser absorber par ce qu’il y a devant moi. Elle fait oublier que la montre continue de fonctionner. Les informations « jetables » de mon quotidien, dans lequel j’évolue parfois de manière plus ou moins consciente, gagnent en profondeur lorsque j’ai un crayon à la main. Car dessiner un lieu requiert un temps d’arrêt et d’observation attentive. Son résultat fige l’image que j’en ai afin que d’autres puissent s’arrêter et contempler sans que celle-ci disparaisse : le dessin donne un souffle d’éternité au sujet représenté.

6Mais aussi, en y réfléchissant bien, le dessin est un exercice répété de mémoire à très court terme, mémoire nécessaire un temps éphémère entre le regard et le geste de la main. Paul Valéry disait : « le commandement de la main par le regard est fort indirect. Bien des relais interviennent : parmi eux, la mémoire » (1965, 73). Ainsi, il existera toujours une distance entre l’action de l’œil et celle de la main, entre ce qu’il perçoit et ce qu’elle dessine, quelle que soit la puissance et la volonté de notre mémoire. Cette distance, entre autres, retranche des informations, simplifie afin de faciliter la compréhension du sujet et sa reproduction. Il y a donc mémorisation, mais aussi oubli volontaire, nécessaire ou insoupçonné. Et plus on dessine, plus on prend conscience de nos « oublis ». Marc Le Bot affirme que « le travail du regard a des façons de violence. Il désarticule ou même il dépèce. » (1980, 24) J’ajouterais qu’il tranche, sélectionne, supprime, fait des ellipses, ne garde que l’essentiel de l’objet représenté, déterminé en fonction des buts de l’artiste.

7Plusieurs raisons m’amènent ainsi à « oublier » : certaines sont liées à mon incapacité de bien saisir ce que j’observe, d’autres à ma réflexion sur le dessin en tant qu’œuvre d’art et à sa portée esthétique ou intellectuelle, ou encore j’oublie pour le simple plaisir du jeu… À certains moments, il m’est très satisfaisant de supprimer des éléments tout à fait volontairement, gratuitement, sans aucune raison d’ordre artistique, ni logique, seulement parce que j’ai le pouvoir de le faire… Le lieu dessiné est parfois victime de mon intérêt à laisser des traces de mon action, visibles en négatif… Comme pour rappeler que le dessin n’est autre que ma vision du lieu et non le lieu lui-même ou une représentation « exacte » de celui-ci (ce qui me semble tenir plus de l’utopie que de l’ordre du possible). Cependant, ces « oublis » d’apparence arbitraire, trahissent de manière indirecte ma façon de considérer les œuvres figuratives : il ne s’agit pas seulement de voir (ou de dessiner) l’objet représenté, mais il faut chercher (ou exprimer) le sujet, ce qui se cache derrière, c’est-à-dire la vision (au sens large) de l’artiste. Plus concrètement, si je regarde le dessin « Église Saint-Vincent de Paul, Québec, 2 juin 2009 », j’y vois une façade d’église dont le reste de la structure a été démolie, laissant paraître derrière elle un paysage et des morceaux de ciel. J’ai choisi de dessiner ce lieu, car il est un exemple parfait d’un endroit se situant dans l’entre-deux : entre son passé en tant qu’église et son futur à venir. Ainsi, en le dessinant, je tentais de capter une partie de son premier état et depuis, j’attends l’avènement de son deuxième. Mon dessin gardera-t-il quelque lien avec le lieu renouvelé ? Et si je redessinais celui-ci, le dessin serait-il construit de la même manière ? De plus, j’ai toujours trouvé cet endroit étrange : rarement dans ma vie ai-je croisé sur mon chemin une église ruinée et vandalisée, offrant si généreusement ses restes au regard des citadins. D’un lieu dédié à l’intériorité, il est devenu un espace constitué uniquement d’extériorité. Finalement, la place réservée à cet édifice qui fait partie de la richesse architecturale de la ville me laisse perplexe… J’ai donc dessiné ce lieu, mais en omettant consciemment la structure de métal supportant et masquant la façade ainsi que les éléments interdisant l’accès au site aux curieux. J’invite alors le regard à parcourir l’espace représenté qui garde une partie de sa beauté originelle sans nier complètement son état actuel. Représentée ainsi, la façade a l’air de s’ériger toute seule dans l’espace et, de l’autre côté, son » intérieur » semble être constitué du paysage visible, donnant un léger effet de surréalisme au lieu. Lorsque je regarde ce dessin, il me rappelle ce que je ressentais en visitant l’endroit, l’expérience vécue en le dessinant, ma perception générale de celui-ci, mais surtout, il remet en action mon questionnement, tant sur le lieu, le temps, la mémoire que sur le dessin en général. Mon dessin devient un déclencheur.

8En fait, lorsque je dessine, je ne rends pas les choses comme je les vois, mais comme je les perçois (par les sens et l’esprit). Je rends compte, en dessinant, de la relation qu’il existe entre moi, en tant qu’individu, et l’objet dessiné. Une fusion, parfois même une réconciliation s’opère. Dessiner en revient à produire un entre-lieu : un espace de mélange, de négociation entre moi et l’objet dessiné. Je me projette donc dans ces lieux par un acte artistique, me permettant du même coup de le traduire en mes propres termes, de mieux le comprendre et de l’intégrer à ma vie.

  • 3  Le terme « identité » sera ici défini comme ce qui fait qu’une personne ou un groupe est unique, s (...)

9Un processus est en cours, à chaque trait, qui comprend la mémorisation, l’oubli, mais aussi la transformation du sujet. « Observer, c’est, pour la plus grande part, imaginer ce que l’on s’attend à voir » (Valéry, 1965, 7). Mon regard n’est pas exempt de filtres, ce qui a comme impact que je ne dessine pas les lieux visités de manière fidèle. Faut-il condamner cet état de fait ? Un dessin fait par observation n’est pas une reproduction fidèle, universelle, de l’objet qu’il représente. Je ne prétends pas dessiner des lieux pour d’autres personnes, ni à la manière de quelqu’un d’autre (bien que je sois influencée par ce qui m’entoure). Mon travail d’artiste consiste en une transcription sensible de ce que je vois, en fonction de ce que j’ai appris, vécu, ressenti. Les éléments observés passent à travers un processus complexe lié à l’identité3, dont un des filtres est celui de la mémoire des affects, des émotions et des sentiments. Le dessin, en tant que finalité d’un processus conscient et inconscient de réflexion, est non seulement le témoin d’une époque, d’un lieu, d’un temps, mais aussi celui d’une sensibilité, d’une façon de percevoir, de réfléchir et d’exprimer le monde à ce moment. Par conséquent, les déformations ajoutées au sujet sont parfois faites afin de saisir un élément particulier au sujet dessiné, en lien avec la vision que je veux transmettre. Pour ma part, je m’intéresse à l’entre-deux, au moment fragile de l’intervalle, à l’incertitude ainsi qu’aux moments fugitifs d’apparition et de disparition. Capter des lieux dans le cours de leur évolution s’inscrit dans cette optique. Je considère les frontières comme des zones élastiques propices au surgissement recherché dans mon processus de création ; aussi, en juxtaposant et en superposant des fragments de mémoire dessinés, je cherche à rapprocher des éléments aux frontières déterminées afin qu’il s’instaure un dialogue entre eux, que les certitudes se fracassent et s’ébranlent. Je porte également un intérêt certain à l’objet usuel, de tous les jours, comme les lieux omniprésents dans notre vie. Par un travail de rapprochement, de collage, de fragmentation et d’assemblages nouveaux, en utilisant la transparence, en récupérant des images, des formes existantes et en les associant à de nouvelles, je tente d’accéder à une zone floue, abolir les repères et alors questionner la définition des choses. Les réinventer autrement. C’est donc dans ce processus intégrant la mémoire, l’oubli et l’interprétation, en passant à travers des filtres identitaires, que l’œuvre se construit et que mon recueil de dessins prend forme.

Inscrire le lieu et s’inscrire dans le lieu

10À partir de ces réflexions, le dessin que j’effectue d’un lieu devient un tissu de mémoire complexe. Si j’en compare deux, comme « Côte de la Place d’Armes, Montréal, 5 juin 2003 » et « De Côte-Vertu à Jarry, Montréal, 13 juin 2003 », je peux constater des caractéristiques propres à mon approche artistique, comme indiquées précédemment, mais aussi à des éléments du passé relatifs aux lieux. Je peux déjà me souvenir de l’expérience que j’y ai vécue et celle-ci se rend accessible à toute personne qui s’arrête, observe et en interprète les indices.

« Côte de la Place d’Armes, Montréal, 5 juin 2003 »

« Côte de la Place d’Armes, Montréal, 5 juin 2003 »

Avec la permission de l’artiste

« De Côte-Vertu à Jarry, Montréal,   13 juin 2003 »

« De Côte-Vertu à Jarry, Montréal,   13 juin 2003 »

Avec la permission de l’artiste

11Tout d’abord, les lieux représentés nous donnent des indications à plusieurs niveaux : historique, anthropologique, sociologique, architectural, culturel, etc. Ils racontent tous deux Montréal, à l’été 2003, époque qui nous est toujours familière. À propos des premiers romanciers, Claude-Alain Chevallier écrit : » si cette circonstance particulière [ils écrivaient pour un public de la haute société] a incontestablement restreint l’indépendance des écrivains, réduit leur marge d’originalité, en revanche elle a donné à leurs productions une signification historique et sociale considérable, dans la mesure où celles-ci représentent moins les goûts individuels des écrivains que ceux des grands personnages pour lesquels elles étaient composées, et reflètent par conséquent la culture intellectuelle, religieuse et esthétique de la haute société du temps, ses idéaux, ses fantasmes » (De Troyes, préface, commentaires et notes de Chevalier, 1988, 22). À l’instar des premiers romans, mes dessins sont porteurs d’une image de la société d’aujourd’hui : bien que je ne dessine pas pour un public cible particulier, mon but (et la restriction que je m’impose) est d’inscrire l’expérience de lieux généralement publics de manière figurative, de saisir un moment dans la vie d’un lieu, ce qui exige de moi une observation attentive et une bonne part de retranscription des éléments observés. Des informations sur la ville de Montréal et des communautés qui y vivent sont donc visibles dans les dessins comme : le caractère architectural du Vieux-Montréal, un type de culte pratiqué (puisque la basilique Notre-Dame est représentée), les types de transport utilisés (métro, trottoir pour les piétons, feux de signalisation pour les voitures), la présence de systèmes d’égouts et d’éclairage, quelques éléments généraux sur la mode vestimentaire et sur les moyens de communication.

12Ensuite, des éléments liés à l’expérience de dessiner ces lieux sont aussi perceptibles. En effet, le résultat final et les souvenirs de ces lieux dessinés sont considérablement influencés et rattachés aux conditions de production des dessins : dessin fait sous la pluie ou à la hâte avant un orage, par beau temps, au milieu de la foule, de mémoire quelques heures après y être allé, etc. Ainsi, le tracé, les marques de crayons, les lignes, la couleur du trait trahissent tous l’expérience de ces endroits, à ce moment donné. Redessiner l’un de ces endroits signifierait vivre une autre expérience, produire une nouvelle empreinte de ces lieux dans ma mémoire. Le dessin serait, du même coup, plus ou moins différent selon le cas. L’un des intérêts que je poursuis en dessinant ces lieux est de me placer dans des conditions toujours variables, instables lorsque je tente de capturer les lieux. Ensuite, j’aime comparer les dessins entre eux et constater les ressemblances, les différences. Et, ainsi, je pourrai répondre à ces questions : comment mon être évolue-t-il, comment vit-il ces lieux qui m’entourent, ces conditions qu’ils m’imposent ? Comment mon dessin en est-il influencé ? Par exemple, le premier dessin a été produit sans me dépêcher, « confortablement » installée sur un rebord de béton. La température était belle, c’était l’été. Le second dessin a aussi été réalisé un jour d’été, alors qu’il ne pleuvait pas. J’étais assise dans le métro en mouvement, les passagers du train ne restaient pas longtemps en place, je dessinais donc rapidement et à l’insu des autres voyageurs. Comment ces fragments de mémoire sont-ils perceptibles dans les dessins ? Comment le lieu a-t-il influencé ma manière de dessiner ? Les deux différences majeures des contextes de production des dessins sont, d’une part, le type de lieu et, de l’autre, le temps accordé : nous avons un dessin fait lentement, à l’extérieur et un autre fait à la hâte, à l’intérieur. Le premier se caractérise par des lignes longues et continues, beaucoup de détails, peu de reprises, un côté plus statique, une certaine clarté des éléments représentés. Le second, au contraire, est fait de lignes courtes et discontinues, contient peu de détails, beaucoup de reprises, un plus grand dynamisme et un enchevêtrement des éléments brouillant la lecture de l’œuvre. Dans le premier dessin, un arbre possède des feuilles et le ciel est dégagé. Dans le second, les personnes ne portent pas d’imperméable, de parapluie, ni de vêtements hivernaux. Ainsi, dans les deux cas, il s’agit d’un dessin effectué à la fin du printemps, à l’été ou au début de l’automne, pour qui connaît les saisons du Québec. Avec du recul, je constate que le confort et le temps en bonne quantité semblent me procurer une grande stabilité et me rendre maître de mes mouvements, de moi-même, alors que l’instabilité et l’empressement, sans me faire hésiter, me plongeraient plutôt dans une frénésie trahie par mes mouvements moins précis, mais plus abondants.

13Chaque dessin conserve la marque de ses conditions de réalisation, la mémoire de ce que j’ai vécu en les produisant. Puisque tous mes dessins sont réalisés in situ, ils véhiculent tous le témoignage de l’expérience vécue à l’endroit même qui est représenté, en tant que présence indirecte. Je me retrouve donc aussi présente, dans ces lieux dessinés, ce qui me permet de garder une certaine constance dans la facture de mes dessins.

Le dessin : lieu de la mémoire vivante

14Tout en intégrant un processus d’oubli, la création d’un dessin retient des moments fugitifs et donne persistance à son sujet. Son résultat est le témoin d’une époque, non seulement par l’objet qu’il présente, mais aussi par sa facture, par la réflexion qui l’accompagne. Ainsi, mes dessins de lieux deviennent eux-mêmes des lieux de la mémoire dans lesquels plusieurs temporalités se confondent : hier, aujourd’hui, demain. Dessiner un lieu est aussi pour moi une façon de rendre des fragments de ma mémoire accessibles à l’autre et permettre à autrui de partager ou de questionner ma vision du monde. Et si chaque individu exprimait un même lieu à sa façon, nous pourrions constituer une mosaïque d’interprétations différentes, à jamais incomplète. Observer un dessin, c’est confronter sa perception d’un sujet à la perception d’une autre personne (ou de soi-même, en un autre temps), c’est aussi risquer de retrouver des morceaux de mémoire que l’on avait perdus. Lorsque je regarde à nouveau mes dessins, je me questionne sur ce que je vois et je peux alors continuer d’avancer, et ce, à plusieurs niveaux. Un exemple simple : si je m’aperçois qu’il manque de contraste dans certaines œuvres, je voudrai en connaître la raison (ai-je oublié ce détail technique ou était-ce voulu de ma part ? qu’ai-je pensé en le réalisant ?) et tenterai, s’il y a lieu, de trouver une solution pour les prochains dessins réalisés. Avec le temps, je pourrai voir un changement s’opérer. Il en va de même avec les sujets plus complexes, plus abstraits. Ce regard amène une prise de recul, une distanciation, un côté plus objectif qui peut mener à une déception ou à une satisfaction. Le dessin n’est donc ni neutre ni sans risque : il instaure un mouvement en activant ou réactivant dans notre mémoire des éléments oubliés de connaissances, d’expériences, d’émotions, de sentiments liés à l’objet représenté (ou à la façon de le représenter) et à son auteur. Il permet aussi d’avancer.

« Château Frontenac, vu de la rue des remparts, 4 août 2009, Québec »

« Château Frontenac, vu de la rue des remparts, 4 août 2009, Québec »

Avec la permission de l’artiste

15Pour moi, le dessin est le résultat d’une expérience passée édifiée, cristallisée en image, image elle-même fragilisée par ma perception, ma mémoire et mon interprétation. Ces dernières, accompagnées de la trace des personnes m’ayant précédée, se posent sur le dessin qui en devient le support. Cette façon de procéder, personnelle, amène le dessin à être mémoire vivante par le renouveau de la représentation et la mise en mouvement de la pensée. Ma mémoire, mes connaissances, mes perceptions, mes questionnements forment la trame du dessin qui se montre ouvert à relancer le dialogue entre lui, moi et le lieu.

16André Gervais et Renald Bérubé, dans une tentative de faire « le tour du texte » et d’en préciser les termes, retiennent, entre autres, cette définition : « Par définition le texte sera ici un écrit qui se replie sur lui-même, lieu de rencontre de deux opérations, écriture et lecture, qui le constituent conjointement. (…) Le texte n’est pas un objet, posé là une fois pour toutes, pourvu d’une finalité précise, habité par un sens qui l’aurait déterminé totalement : il serait plutôt un moment, instable, et un lieu, provisoire ; ou encore un point stratégique dont le prix tient aux conditions de son occupation et dont les coordonnées varient selon la conjoncture » (Bellemin-Noël, cité in Gervais et Bérubé, 1988, 57). Dans cette définition, le texte n’a point de contexte : c’est la personne qui le lit qui génère le contexte de la lecture, ce qui en influence son interprétation. Le dessin est en ceci semblable au texte : il est le lieu où se joue, s’échoue, s’ébauche, se confond mon être à l’objet dessiné et qui pourra ensuite appeler d’autres personnes à entrer dans ce type de relation avec lui. Je considère donc mes dessins en tant que lieux de la mémoire vivante : dans un premier temps, ils conservent des éléments liés à une société, une époque, une situation géographique, etc. Mais ils retiennent aussi des informations liées à son auteure, à ce qui me distingue : ma perception du lieu, les éléments de l’endroit qui m’ont intéressée, l’expérience que j’y ai vécue, mes hésitations, mes oublis, etc. Ils en gardent ce qui, parfois, est voué à disparaître ou à être oublié. Dans un deuxième temps, ils sont les déclencheurs d’une réflexion, d’un processus de remise en question des éléments représentés et de ma perception des choses. De la même manière que je ne lis pas un roman deux fois de la même façon, je ne regarde pas deux fois une œuvre de la même manière. Ce type de dessin, en partie fictif, mais aussi inspiré d’éléments réels ne fait pas qu’exposer des faits : ils remettent en mouvement ma mémoire et ma pensée, les renouvellent, ce qui me permet d’évoluer.

Les lieux dessinés

Portraits éphémères

17Si dessiner me permet d’apprendre à connaître un lieu, le dessin résultant est un résumé de cet apprentissage, une définition incomplète et temporaire de ce lieu. Incomplète et temporaire puisqu’une personne, à elle seule, ne peut généralement pas saisir l’ensemble du passé d’un lieu, notre durée de vie et notre mobilité n’offrant pas la possibilité de l’expérimenter en totalité. D’une manière semblable, je ne puis être à la fois exactement comme hier et exactement comme aujourd’hui. Je ne peux pas effacer de mon être le temps qui passe. Ainsi, lorsque je les regarde, mes dessins m’indiquent, en partie, qui j’étais au moment de les faire et donnent lieu à un échange entre le présent et le passé. En quelque sorte, je converse avec moi-même. Cependant, la définition que j’y trouve de moi y est aussi incomplète et temporaire que celle du lieu. Car qui peut prétendre pouvoir comprendre et connaître les moindres replis de son être, de corps et d’esprit ? N’y a-t-il pas toujours une partie inconnue, une partie inventée, une partie insoupçonnée ? Peut-on réellement, en un moment donné, être Soi, entier, englobant son début et sa fin ? Un instant pourrait-il en donner l’image ? Me trouverais-je un jour entière dans l’un de mes dessins, ou encore dans une partie de l’un d’eux ? N’est-ce pas là une limite de l’être ? Celle de ne pouvoir être qu’au moment présent, affirmer ce que l’on est en cet instant sans possibilité de réel retour en arrière, mais en ébauchant ce qu’il y aura devant ? Mes dessins sont, pour moi, la capture d’un temps qui fuit. Ils donnent une image de la fugacité du temps et des choses, perceptible seulement après coup, lorsqu’ils ne correspondent plus au temps présent. Dès lors, ces dessins de lieux ressemblent à des portraits. Ils entretiennent avec le temps la même relation que ces derniers, tel que le conçoit Anne Beyaert dans « Une sémiotique du portrait », en affirmant : « Le visage que je montrais hier n’est pas celui d’aujourd’hui et je crains fort qu’il ne soit plus le même demain… Un visage ne se conçoit jamais hors de l’emprise d’un devenir et, sitôt fait, le portrait n’est déjà plus qu’un vestige » (2002, 95). Une fois complété, le dessin devient lentement de plus en plus inadéquat pour représenter le lieu (et moi-même ?) qui continue d’évoluer.

18Cependant, cette impossibilité à saisir l’ensemble du lieu et de moi-même ne prend-elle pas forme concrètement, dans le dessin, par ces oublis cités précédemment ? Que m’importe d’oublier certains éléments dans le dessin si celui-ci ne peut rendre compte de l’ensemble du lieu ni de l’ensemble de mon être ! Peut-être, de cette manière, le dessin incomplet exprime-t-il mieux l’endroit tel que je le conçois réellement ? Dans une perspective d’oubli et d’incomplétude, comment alors pouvons-nous définir un lieu ? Et qu’arrive-t-il lorsqu’un lieu connu est radicalement transformé ou disparu ? L’endroit connu existe-t-il toujours ? Et qu’advient-il de moi ?

19En considérant que, lorsque je dessine un lieu, je le fais mien en l’énonçant en mes termes, n’y a-t-il pas une part de projection de ma personne en ce lieu ? Et, inversement, n’y a-t-il pas une part de projection du lieu en moi ? Le dessin ne devient-il pas un double portrait ? Il en reviendrait à dire que, lorsque je me pose la question : » est-ce que la façade de l’église Saint-Vincent-de-Paul sera restaurée, récupérée ou détruite ? », la question sous-jacente pourrait être « dans un futur plus ou moins proche, serai-je semblable à aujourd’hui, bien différente, serai-je seulement encore en vie ? ».

20La définition d’un lieu est un sujet sensible, subjectif, rattaché à une unité de temps. Sa principale caractéristique est d’être temporaire. Je côtoie donc des lieux qui ont un passé et une vie propres, insaisissables dans leur totalité. Dans la production d’un dessin — cette tentative de définition d’un lieu — je suis à la merci du temps et de moi-même. Je me retrouve coincée entre une partie précise de l’évolution du lieu et mon bagage personnel qui influence ma perception et ma compréhension de celui-ci, à ce moment. Suis-je dans le lieu ou le lieu est-il là où je suis ? Suis-je l’auteure de mes lieux, c’est-à-dire est-ce que ma mémoire, mes perceptions et mon imagination « construisent » les lieux qui m’entourent ? Certainement, en partie. Encore pire : ma perception d’un lieu est-elle influencée de surcroît par les médias ou d’autres sources extérieures ? Nous sommes tous « parasités » par des images, dans le bon et le mauvais sens du terme et sommes tous liés à un contexte social et temporel : il en est de même pour le dessin.

21Travailler in situ m’aide à garder un contact rapproché avec le lieu, me permet une liberté de choix et d’actions impossible avec les médias ou les photographies. Mais l’effort du regard doit être constant, il faut dessiner avec circonspection, surtout lorsque le sujet nous est connu, car l’œil devient paresseux et s’attend déjà à ce qu’il doit voir. Chaque page de mon cahier est constituée d’un amalgame d’éléments de sources diverses qui véhiculent des informations dont je n’ai pas entièrement le contrôle. Mais, en général, je ne peux que traduire les lieux de manière personnelle. Mes dessins ne sont donc qu’une proposition parmi d’autres afin de cerner quelque chose, le lieu choisi, et appartiennent à un intervalle de temps précis : ma définition d’un lieu sera appelée à changer et d’autres personnes la réactualiseront dans le futur. Mais le dessin, en tant que double portrait, soulève aussi cette question : le dessin est-il un espace où je m’invente ?

Lieux intangibles

22Si je regarde « Terrasses Rock Forest, Rock Forest, 1er juin 2003 », je constate une différence entre le dessin et les lieux, différence n’ayant rien à voir avec mon interprétation de l’endroit. D’abord, Rock Forest est un nom relégué au passé puisque la ville a été fusionnée à Sherbrooke en 2002. L’adaptation au nouveau nom ne s’est effectuée réellement que quelques années plus tard par l’ensemble de la population. Ensuite, la cour est bien moins achalandée de nos jours : le déménagement du principal attrait du centre vers le nœud de la « nouvelle » grande ville fusionnée a provoqué une léthargie commerciale. Cependant, ma mémoire me rappelle un espace ouvert, vivant, aux va-et-vient incessants des voitures, des paniers traînant ici et là, des gens partout, des tentes, etc. Ces caractéristiques ne sont plus d’actualité, n’existent qu’à travers les traces laissées, les documents-témoins et la mémoire des personnes ayant vécu les beaux jours du centre. Je me souviens et ma mémoire continue d’emmagasiner les changements s’effectuant dans cet espace. Mais qu’en est-il des lieux que j’ai connus précédemment ? Et des bâtiments détruits ou complètement différents de ceux que j’ai fréquentés ?

« Terrasses Rock Forest, Rock Forest, 1er juin 2003 »

« Terrasses Rock Forest, Rock Forest, 1er juin 2003 »

Avec la permission de l’artiste

23Je pense à mes lieux disparus : maisons, boisés, églises, marais, etc. tellement transformés, écrasés, rasés, qu’il ne subsiste que la terre nue. Ou pire, ces lieux précieux qu’un édifice à architecture douteuse a remplacés. Nous avons probablement tous vécu la perte de l’un de ses endroits d’importance, important peut-être pour nous seuls, mais qui nous procurait un plaisir seulement de savoir que ce lieu existait tangiblement, que l’on pouvait y aller et venir à notre guise. Ces lieux-phares engloutis, qui ne sont vivants que par l’entremise de notre mémoire et/ou des témoignages de leur existence passée, agissaient comme repères. Assister à la transformation progressive d’un de ces lieux permet un ajustement, une adaptation, un renouvellement graduel du lieu et de ma relation à celui-ci. À l’inverse, revisiter un endroit pour me rendre compte qu’un changement d’envergure et permanent s’est effectué peut être surprenant, agréable, mais peut aussi exiger de moi une période de deuil face aux éléments disparus, comme si les parties de ma mémoire qui y sont liées perdaient leurs racines, leur rattachement à moi. Abîmer ou transformer un lieu revient parfois à s’en prendre à l’identité d’une communauté, d’un individu. Inscrire des lieux dans mon cahier à dessin, tel un journal, est peut-être une manière personnelle de garder intacte une partie de moi pour pouvoir faire face à la perte.

24Certains de mes lieux sont donc sources de souvenirs durables, quoique sensibles, labiles, pouvant prendre une forme de persistance ténue, comme une tache au fond de ma mémoire, pour le meilleur et pour le pire. Plus que des souvenirs, ils restent actifs. Ainsi, nous ne faisons pas que vivre dans des lieux : nous sommes porteurs de lieux qui sont des révélateurs pour nous, de manière consciente ou non. Ces lieux nous habitent. Ils nous éclairent, nous donnent des points de repère pour envisager le monde. Des lieux parfois anodins, trop vus, ou rares, mais étincelants, associés à nos expériences, représentent notre vécu, véhiculent une partie de notre identité. J’y vois une mise en abîme de notre présence dans le monde : des lieux nous habitent, nous qui occupons d’autres lieux. Ces lieux intérieurs sont projetés vers l’extérieur, et vice versa. Mon recueil de dessins fait de même : il me permet de revivre des lieux qui m’habitent, de les projeter dans un autre espace, un autre temps et d’y projeter en retour mes expériences nouvelles.

25Je ne fais pas qu’habiter passivement l’espace qui m’entoure : je suis aussi habitée par mes lieux intangibles qui vivent à travers moi, dans ma relation aux lieux « concrets ». Dans un espace en constante évolution, où toute définition ne peut qu’être temporaire, je constate que moi, mes lieux et le temps ne faisons qu’un, inexorablement.

L’épaisseur du lieu : de la tache à l’empreinte

26D’autre part, dessiner est une manière de nommer quelque chose, en l’occurrence les lieux qui m’entourent. En proposant une définition visuelle d’un lieu et un titre au dessin, je témoigne de l’existence du modèle initial, qu’il soit réel ou imaginaire. Je lui donne de l’épaisseur. Sans cet exercice, le lieu n’existe pas. Une pensée est vite oubliée si on ne prend pas la peine de l’inscrire, d’y accrocher des mots afin de la lester de réflexion, de substance : il en va de même pour les images fugaces de mon quotidien. Parallèlement, je ne me connais et je n’évolue pas si je n’agis pas. C’est dans l’action, en tentant de faire des choses que j’apprends à me connaître. En dessinant des lieux, je leur ajoute de l’épaisseur et, d’une pierre deux coups, je m’accomplis. Par le terme épaisseur, je réfère à celui utilisé par David Le Breton dans Anthropologie du corps et modernité, lorsqu’il dit : « Les images font du monde un récit inépuisable à la fois toujours identique et toujours renouvelé, elles introduisent l’intelligible ou le regard là où règne l’incohérence ou l’invisible. Le grossissement qu’elles opèrent sur le flux du réel ou sur l’entrelacs des choses en gauchit souvent le contenu, mais elles offrent de ces réalités autrement insaisissables dans leur épaisseur et leur complexité une image qui permet de commencer à les comprendre, de s’en approcher davantage » (2005, 204). L’épaisseur est la complexité d’une chose, sa part d’incompréhensible, mais aussi sa profondeur. Donc dessiner, c’est éclairer, mais c’est aussi produire du mystère. Lorsque je dessine, j’apprends à connaître les choses, mais je comprends aussi que je ne saisis pas tout ce qu’il y a autour de moi. Le lieu passe d’un état de quotidienne indifférence à celui d’une attention intéressée : je crée alors des liens qui lui accordent une importance pour moi et j’aborde son côté insaisissable, inexprimable. En me le représentant, je tente de le définir et d’approcher ce qui m’échappe, de le cerner d’un peu plus près, pour y trouver ma place. Je m’insère dans ses interstices et le lieu s’insère dans les miens. Dans mes hésitations, dans mes questionnements, dans mon incapacité à embrasser toute sa complexité, le lieu s’immisce, y fait tache. Une tache floue, imprécise comme ce qui l’a fait naître et qui me marque jusqu’à ce que je puisse y songer plus consciemment, l’articuler. Une fois comprise, exprimée, la tache informe devient empreinte, mieux circonscrite par mon esprit qu’elle habite. Elle m’imprègne alors, non plus en tant que présence en contre-jour, imprécise, mais de manière plus concrète, plus affirmée et plus saisissable. En envisageant le monde un crayon à la main, j’oblitère son insignifiance, sa transparence : je lui ajoute l’opacité de l’épaisseur, mais aussi une unicité, une signification qu’il n’avait pas auparavant. Je ne glisse plus dans ce lieu de manière automatique, aveugle : je l’anime et le garde en moi.

La fuite et le fragment

27Les lieux qui m’entourent sont en constante évolution. Les dessins que j’en fais ne se transforment pas de la même manière. À un moment ou l’autre, mes dessins font face au décalage et à la perte. Perte des éléments qui caractérisaient autrefois ces lieux, ou perte des lieux eux-mêmes. Et, avant moi, d’autres personnes avaient une idée différente de ces lieux, qui représentaient autre chose pour eux. Face à ce constat, je ne peux considérer ma mémoire des lieux, et mes dessins, que comme un moment ponctuel dans la suite des évènements, une mémoire aujourd’hui partagée, en partie, par nombre de personnes de ma génération, mais qui se raréfiera avec le temps, à mesure que nous disparaîtrons. Pour ces raisons, l’état ponctuel des lieux qui m’entourent m’intéresse, devient précieux à mes yeux, puisqu’il porte les marques d’un passé plus ou moins accessible (selon le cas) et qu’il sera inévitablement appelé à changer : certaines structures ou certains écosystèmes iront même jusqu’à disparaître. Je souhaite donc inscrire ces espaces dans mon cahier à dessin, car ils font partie de moi, font partie de mon identité. Et, comme avec les oublis, il y a encore ici quelque chose de ludique : j’aime comparer un lieu d’aujourd’hui avec le dessin que j’en ai fait hier, y trouver les points communs et divergents, me laisser surprendre par les caractéristiques des deux espaces. Je découvre le présent et redécouvre le passé.

 « Lucien-Lallier, Montréal, 27 mai 2003 »

 « Lucien-Lallier, Montréal, 27 mai 2003 »

Avec la permission de l’artiste

28Cependant, un même endroit peut voir son caractère varier d’un jour à l’autre, entre le matin et le soir. Les transformations vécues par un lieu ne se font pas toujours de manière radicale ou à un moment très éloigné du présent. Face à ce constat et devant mon impossibilité à saisir le lieu en totalité, comment rendre cette vibration du lieu, son chatoiement ? Pour moi, la réponse se trouve dans le collage ; car comment amener ce dessin fait d’oublis à élargir son spectre dans sa capacité à exprimer le lieu, si ce n’est qu’avec la juxtaposition de fragments divers ? Fait au départ par nécessité, le dessin réalisé en plusieurs séances est devenu lui aussi un jeu par lequel le lieu dessiné se construit par morceaux. Dans certains dessins, plusieurs moments se juxtaposent, plusieurs luminosités, différentes conditions météorologiques, etc. Conséquemment, le dessin fait de fragments n’est pas un instantané au même titre que la photographie que l’on connaît aujourd’hui, mais serait plutôt du type d’instantané que l’on pourrait produire à l’aide d’un daguerréotype. Car en cumulant les périodes de dessin ou en les prolongeant jusqu’à un changement d’état du lieu, je risque d’en garder une marque. Prenons par exemple le dessin « Lucien-Lallier, Montréal, 27 mai 2003 ». Le camion en avant-plan n’a jamais réellement existé : il s’agit d’un camion qui, après s’être déplacé, a été remplacé par un autre. Le premier m’a fourni la partie avant du camion représenté, et le deuxième, la partie arrière. Deux moments différents se retrouvent dans le dessin. De ce fait, s’il me faut deux heures pour produire un dessin (et cela peut être bien plus long !), il y a une contraction temporelle (donc aussi lumineuse, météorologique, de mouvement, de fréquentation, etc.) dans le résultat final. Encore pire, il peut y avoir des décalages de journées entières, comme pour « Place Royale, Québec, 5, 12 et 14 juin 2009 », fait en trois périodes de dessin. Un collage de mémoire fragmentée se produit. En faisant ceci, je constate que le résultat final contient différents états du lieu, montre plusieurs facettes de sa personnalité. C’est comme si je pouvais voir le lieu dans un prisme, ou un kaléidoscope. Le dessin y perd un peu de sa cohérence, mais y gagne une portée légèrement plus grande.

« Place Royale, Québec, 5, 12 et 14 juin 2009 »

« Place Royale, Québec, 5, 12 et 14 juin 2009 »

Avec la permission de l’artiste

29Dans l’absolu, si je voulais produire quelque chose qui serait une tentative d’englober le plus d’éléments possibles d’un lieu, dans une sorte de vue complète, j’imagine qu’il me faudrait déjà passer par tous les documents existants qui y font référence. Produire une sorte de bibliothèque des savoirs relatifs à ce lieu. Celle- ci serait un ensemble constitué de fragments, non plus rassemblés et produits exclusivement par moi, mais par un grand nombre de personnes, puisque je ne saisis qu’une petite partie de ce qui m’entoure, tel que je le conçois et qu’exprime Robert Bernier dans La peinture au Québec depuis les années 1960: « Quoi que nous fassions, nous ne pouvons, comme individus, saisir qu’un fragment de la vie : qu’en conséquence, nous avons besoin des autres, eux-mêmes détenteurs d’autres fragments, d’autres manières de voir et de comprendre » (2002, 7-8). Si des fragments permettent de mieux cerner une chose, que représentent alors mes dessins de lieux si variés, à l’échelle de mon cahier ? Car dans ce dernier, la seule chose qui s’y répète vraiment, c’est moi…

30Mes dessins représentent des expériences multiples sous des formes variables. Ils sont des supports de mémoire, qui m’aident à rester en contact avec mon passé, avec des moments (si vite oubliés) qui pourraient trouver un sens différent, éclairer à nouveau le présent, voire le futur. Il m’est important de conserver ces dessins de lieux comme l’on garde ses livres dans une bibliothèque : en tant que sources d’informations, de connaissances et aussi, de loisirs, pour le plaisir des yeux et de la mémoire. Ma prémisse à ce travail, c’est l’acceptation du changement, de la transformation parfois imprévisible des lieux qui m’entourent. Je tente de garder une partie des informations relatives à ces lieux et à moi-même. Je fabrique donc, avec ces dessins de lieux divers, une sorte de carnet de route qui est, en même temps, un panorama intérieur. Ce carnet offre, lui aussi, une image fragmentée de moi.

31Mes lieux semblent être en permanente fuite entre l’avant et l’après, prompts à s’effacer, à muer à la manière d’un serpent ou à se métamorphoser d’une manière inattendue comme le fait la chenille en devenant papillon. L’assemblage de fragments de ma mémoire me permet de voir vivre le lieu à travers ses changements et d’en saisir plus d’un aspect. Par un point de vue kaléidoscopique, le lieu s’assemble et se définit. Et c’est par cumul, morceau par morceau, que mon cahier à dessin « grandit », en tant qu’œuvre, mais aussi comme panorama intérieur. Dans ce travail, chaque dessin représente un évènement ponctuel, qui s’additionne aux autres pour créer un tout, à la manière dont Gaston Bachelard décrit la sensation de durée, tout en soulignant son côté contradictoire : « La durée est faite d’instants sans durée, comme la droite est faite de points sans dimension » (Bachelard, 1992, 20). À force de cumuler des fragments, mes dessins tentent de donner une vue d’un lieu qui puisse bien l’exprimer, en effleurant une partie de son évolution. De la même façon, par addition, mon cahier à dessin en vient à exprimer une partie de moi, inscrite dans le passage du temps. Mes dessins tissent des droites entre eux et me permettent de produire de l’épaisseur au sein même du cahier qui les rassemble.

Conclusion

32Dans ma pratique du dessin, la réalisation d’une œuvre nécessite un apprentissage suivi de très près d’un oubli partiel, autant pour se dégager du côté technique de sa réalisation qu’afin de prendre du recul face à son sujet. Produit par la coexistence de mémoire, d’oubli et d’interprétation, le dessin donne de la permanence à des éléments de l’ordre de l’instantané, amène ce qui est de l’ordre de la mémoire à court terme à un niveau de persistance, de résistance face à l’oubli. Il apporte de l’épaisseur aux lieux qui m’entourent, mais aussi une meilleure compréhension de ceux-ci. C’est par cet acte que je m’inscris dans le lieu et qu’il s’inscrit en moi.

33L’œuvre d’art (et l’idée de conservation dissimulée derrière) est, en fait, cousue d’éphémère, de surgissements captés au vol. Car le lieu que j’ai dessiné aujourd’hui, tout comme moi, ne sera pas le même demain et parce que l’expérience de création n’est jamais la même, d’une fois à l’autre. Le dessin est empreint de la vision que j’ai de l’objet représenté et il fait état d’informations propres à ce dernier, au moment de sa création. Mais le dessin est aussi un lieu de la mémoire vivante, active, puisqu’il renouvelle ma perception de son sujet et parce que je ne me rappelle pas toujours tout ce que j’ai dessiné : il témoigne de mes expériences, même si celles-ci ont été oubliées temporairement. Le dessin conserve ces informations et devient le déclencheur d’une nouvelle perception, d’un nouveau questionnement. Il remet donc l’esprit en mouvement, ce qui me permet de me renouveler, d’évoluer.

34Dans cette recherche touchant à l’idée d’espace-temps, la mémoire est au centre d’un jeu de mise en abîme des lieux que nous habitons et de ceux qui nous habitent. Elle est le pont entre le tangible et l’intangible, dans la permanente fuite de ce qui nous entoure. Les lieux présents et passés sont, par son action, reliés. Le dessin, double portrait du lieu et de l’artiste, est l’espace intermédiaire où ceux-ci fusionnent. Par l’addition de fragments, il permet d’en figer une image. C’est de cette manière que je me projette dans le lieu et, réciproquement, me laisse marquer de son empreinte. Je peux ainsi espérer conserver les liens que j’ai tissés avec ces lieux, même s’ils n’existent plus que dans ma mémoire.

35Mon travail n’est donc pas une démarche documentaire pour un site précis, mais plutôt une expérimentation sur ma relation aux différents lieux qui me sont familiers. Je tente, dans cette pratique, de saisir ce qui généralement m’échappe, un peu à la manière des impressionnistes qui voulaient capter les effets de la lumière dans les paysages peints. Mais, dans mon cas, ce qui est retenu, c’est un morceau de l’époque et ma façon de vivre ce qui m’entoure. Aussi, mon dessin trouve sa forme finale dans une matière transparente, bien de notre temps. J’inscris pour une deuxième fois les lieux, dans cette matière, grâce à la gravure. Ensuite, par un jeu de lumière et d’ombre, le dessin est projeté sur un mur, comme si l’endroit dessiné habitait maintenant l’espace, souvent clos, de la galerie, d’une maison, ou d’une autre structure. De cette manière, je superpose différents endroits de la même façon qu’ils semblent le faire en moi. Je tente de revisiter le lieu par d’autres lieux.

36Lorsque je les regarde, je vois les lieux, mais je me vois aussi dans ces lieux. De cette fusion, j’espère qu’il naîtra quelque chose d’autre : une bonification. Je souhaite simplement rendre le lieu plus révélateur par sa représentation… Une personne m’a dit un jour : « ton dessin rend cet espace de manière bien plus intéressante que ce qu’il est pour moi, en réalité, lorsque je l’observe ». Non seulement j’ai compris que le dessin me permettait d’animer ce qui m’entoure, de lui donner de la substance pour moi-même, mais qu’il a aussi l’intérêt de pouvoir le faire chez autrui. Il donne la possibilité d’exprimer et de mettre en mouvement l’invisible, le senti, qui est essentiel à l’être. Mais, d’un autre côté, peut-être cette motivation prend-elle sa source dans un fol espoir : que non seulement je garde quelque chose de ces lieux, mais qu’eux aussi gardent quelque chose de moi, afin de me sauver moi-même de l’oubli ?

« Pont de Québec, 20 juillet 2009 »

« Pont de Québec, 20 juillet 2009 »

Avec la permission de l’artiste

Haut de page

Bibliographie

BACHELARD, Gaston, L’Intuition de l’instant, Paris, Stock, 1992.

BERNIER, Robert, La peinture au Québec depuis les années 1960, Montréal, Éditions de l’Homme, 2002.

BEYAERT, Anne, « Une sémiotique du portrait », dans Tangence, numéro 69, 85-101, 2002.

DE TROYES, Chrétien, Préface, commentaires et notes de Claude-Alain CHEVALLIER, Yvain, Le chevalier au lion, Paris, Le livre de poche, 1988.

GERVAIS, André et Renald BÉRUBÉ, « D. Cœur du domaine », dans Urgences, no.19, 1988 : 52-72.

LE BOT, Marc, « Le corps double », dans Revue d’esthétique, numéro 1-2, 1980 : 15-29.

LE BRETON, David, Anthropologie du corps et modernité, 4e édition, Paris, Quadrige/PUF, 2005.

SANTERRE, Bruno, « Les carnets de voyage du peintre », dans Urgences, numéro 24, 1989 : 103-113.

VALÉRY, Paul, Degas, danse, dessin, Paris, Gallimard, 1965.

Haut de page

Notes

1  Le terme « mémoire » utilisé dans ce texte fera référence à la faculté de retenir des informations pour les utiliser plus tard, ou encore représente l’ensemble (ou un ensemble) des informations que l’on retient.

2  Le terme « souvenir » utilisé dans ce texte décrit, lorsqu’il est utilisé sous forme de nom, un/des élément(s) assez précis de ma mémoire alors qu’utilisé sous forme de verbe pronominal, il fait référence à un effort pour se rappeler quelque chose, une recherche dans les informations contenues dans ma mémoire.

3  Le terme « identité » sera ici défini comme ce qui fait qu’une personne ou un groupe est unique, soit l’ensemble de son caractère, ses caractéristiques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre  « Église Saint-Vincent de Paul, Québec, 2 juin 2009 »
Crédits Avec la permission de l’artiste
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/929/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre « Côte de la Place d’Armes, Montréal, 5 juin 2003 »
Crédits Avec la permission de l’artiste
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/929/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre « De Côte-Vertu à Jarry, Montréal,   13 juin 2003 »
Crédits Avec la permission de l’artiste
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/929/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre « Château Frontenac, vu de la rue des remparts, 4 août 2009, Québec »
Crédits Avec la permission de l’artiste
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/929/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre « Terrasses Rock Forest, Rock Forest, 1er juin 2003 »
Crédits Avec la permission de l’artiste
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/929/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre  « Lucien-Lallier, Montréal, 27 mai 2003 »
Crédits Avec la permission de l’artiste
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/929/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre « Place Royale, Québec, 5, 12 et 14 juin 2009 »
Crédits Avec la permission de l’artiste
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/929/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre « Pont de Québec, 20 juillet 2009 »
Crédits Avec la permission de l’artiste
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/929/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nancy Lamontagne, « Du lieu au lieu dessiné : de l’inscription à l’empreinte », Conserveries mémorielles [En ligne], # 10 | 2011, mis en ligne le 15 août 2011, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://cm.revues.org/929

Haut de page

Auteur

Nancy Lamontagne

Nancy Lamontagne est une artiste de la relève. Elle a récemment obtenu une bourse de recherche-création d’Emploi-Québec qui lui permet d’approfondir les notions de transparence, d’espace-temps, de mémoire et de légèreté dans l’œuvre d’art, en ayant la lumière pour médium. Prenant comme base un cahier à dessins constitué de lieux cumulés depuis 2003, elle retranscrit ces images sur des supports transparents, qui produisent ensuite des dessins d’ombre et de lumière sur les murs.

Nancy Lamontagne is an artist from a new wave who recently received a grant for research and creation from Emploi-Québec. This grant is enabling her to increase her understanding of the concepts of transparence, memory and lightness in the work of art, using light and shadow as a medium. Basing her work on a sketchbook in which she has kept her drawings since 2003, she transcribes these images onto transparent media which produce shadowgraphs on the walls.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org