Navigation – Plan du site
Du travail révolu: les enjeux autour de la « patrimonialisation »

Comment rester vigilant face à l’oubli ? Le musée de la fonderie à Rosières

How to remain vigilant against forgetting? Rosières’s foundry museum
Guillaume Etienne

Résumés

La mise en exposition d’objets liés au travail dépasse largement la simple présentation au public d’un savoir-faire ou d’une technique. Dans cette cité ouvrière du département du Cher, dans le centre de la France, les objets exposés au musée de la Fonderie semblent donner au visiteur bien plus qu’une vision générale du travail de la fonte. A travers l’analyse de la création de ce musée, de la mise en place d’un véritable réseau de vigilance contre la perte, et de l’exposition qui laisse transparaitre bien plus que des outils de travail, nous envisagerons ici le musée de la fonderie comme un microcosme d’une vie sociale aujourd’hui révolue, indissociable de l’usine et du paternalisme industriel qui a géré la vie des salariés pendant près d’un siècle et demi.

Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

XIXe-XXe siècles
Haut de page

Texte intégral

1Rosières. Un nom qui mêle vie sociale et vie professionnelle depuis près d’un siècle et demi dans le centre de la France. Ce nom est en effet celui de la marque spécialisée dans la fonte et les appareils ménagés, mais c’est aussi celui de la cité ouvrière du département du Cher dans laquelle les usines sont installées depuis 1869. Dès sa création, la direction de l’usine cherche à stabiliser une main d’œuvre encore journalière et dont le travail sur place est parfois rendu difficile par la situation géographique de l’usine. Rosières est en effet située à quelques vingt kilomètres de la plus grande ville, Bourges. La construction de logements ouvriers est donc l’une des premières initiatives de la direction. C’est finalement toute la cité ouvrière qui sera construite par les directions successives de l’usine au cours du 19e et 20e siècle (PIGENET, 1982). Voieries, canalisations, cité paroissiale, église, écoles ou cimetière sont autant de constructions –sans compter la gestion de la vie sociale de Rosières : coopératives, clubs de sport, économat– qui désignent alors la cité comme une véritable annexe de l’usine.

2Cette situation de paternalisme se pérennise tout au long du 20e siècle jusqu’en 1987, date à laquelle l’usine est vendue au groupe italien Candy. La direction de l’usine se désengage alors de toute vie sociale au village en vendant la totalité de ses bâtiments et en se retirant de toute activité extra-professionnelle.

3A travers l’analyse du processus qui mena à la création du musée de la fonderie, nous allons voir comment la mise en exposition permet, via l’appel à participation des habitants de Rosières, d’une part de faire prendre conscience de l’urgence de la conservation des savoir-faire de la fonderie, et d’autre part de créer un réseau fondé sur la vigilance en matière de récupération d’objets ou d’outils de la fonderie. Dans ce cadre nous envisagerons le musée comme un microcosme de la vie sociale de Rosières, celui de l’expérience d’une vie sociale intense : la « Grande saga de Rosières » comme l’appellent ceux qui l’ont vécu.

Présentation d’un musée modeste

Bref historique des usines Rosières : des forges à l’industrie de la métallurgie

4C’est en 1836 que le Marquis de Boissy installe la première forge à Rosières. Le contexte géographique est favorable au développement de ce qui deviendra ensuite une véritable industrie (les forêts environnantes permettent un apport en charbon de bois, le canal de Berry terminé en 1837 facilite l’acheminement des matériaux). La Révolution Industrielle naissante est également un contexte propice au développement de l’usine, si bien qu’en 1855 l’usine, rachetée en 1848 par le Marquis de Vogüe, emploie plus de 1200 personnes. La forge de Rosières est alors un point central dans l’activité industriel du département (PAUQUET : 1998). Cependant l’épuisement des ressources locales (forêts alentours notamment) et l’arrivée de la concurrence anglaise sur le marché de la fonte sont deux facteurs qui font décliner la production dans la seconde moitié du XIXe siècle. En 1869, un industriel parisien, Jules Roussel, rachète l’usine, modernise la production et donne à Rosières une renommée nationale. A sa mort en 1877, c’est Léon Dupuis, un notable local qui deviendra également maire du village en 1884, qui prend la tête d’une usine repartie sur de bonnes bases (LAMBERT-DANSETTE : 2001). A la fin du XIXe siècle, en 1896, on compte 600 employés à Rosières. Tout ce qui peut être produits en fonte, des objets de la vie quotidienne aux rails de chemins de fer, sont fabriqués à l’usine. En 1905, à la mort de Léon Dupuis, c’est un autre notable local qui va diriger l’usine, Henri Magdelénat.

  • 1  « L’abeille de Rosières » est en effet le nom de la monnaie qui servait pour la coopérative alimen (...)

5Créé par le comité des fêtes de Rosières, une association d’habitants d’une quinzaine de personnes, le musée de la fonderie se trouve dans un bâtiment à proximité de la place principale de Rosières, la place Léon Dupuis. La première ouverture au public du musée date de septembre 2000. Celui-ci n’est cependant pas ouvert toute l’année, il est seulement accessible de manière ponctuelle aux visiteurs à l’occasion de fêtes, du marché mensuel des petits producteurs, du marché de Noël ou encore de la brocante de Rosières par exemple. Ce sont les membres du comité des fêtes de Rosières (soit une quinzaine de bénévoles), aidés par la municipalité, qui organisent la plupart du temps ces journées. Disposé dans l’ancienne école des garçons, un local appartenant à la commune et prêté gratuitement à ce titre, le musée se présente sur trois pièces soit environ 50 m² au total. Dès l’entrée, le mur du couloir est couvert de photocopies présentant l’histoire de la cité ouvrière. Les principaux directeurs, les dates clefs de Rosières, des photographies de l’usine sont présentés aux visiteurs. Une vitrine expose les objets les plus petits ou les papiers les plus anciens : contrats d’embauches, pièces de monnaie de la coopérative alimentaire (l’abeille de Rosières)1 ou objets en porcelaine.

6Les trois parties du musée suivent le processus de fabrication (évidemment simplifié) d’un produit allant des techniques de fonte jusqu’aux objets finis. Il y a donc un trajet prédéfini par les organisateurs pour orienter les visiteurs.

7La première pièce présente les techniques et outils de la fonderie avec la mise en scène de mannequins immobiles et de la reproduction d’un cubilot, un appareil qui servait à refondre des pièces de fonte cassées et autres chutes. Les mannequins sont habillés de bleus de travail ou de combinaisons, portent des lunettes de protection et miment de couler la fonte. La deuxième pièce expose les outils servant aux fondeurs : moules de presses, de fonderie etc. Enfin la troisième pièce montre l’aboutissement du travail, avec des productions de l’usine telles que des casseroles, des croix d’église ou de cimetière, des cloches et bien sûr des cuisinières qui ont constitué la principale production de l’usine. Quelques catalogues de différentes époques de l’usine sont laissés à disposition des visiteurs à plusieurs endroits sur des tables. C’est un musée très modeste, de par sa gestion uniquement associative et bénévole, sa surface réduite et ses ouvertures ponctuelles au public.

Un musée pour faire face à l’urgence

  • 2  En effet, si l’usine était d’accord pour prêter les machines ou les cuisinières dont elle ne se se (...)

8 « Concrétiser sur le début du XXIe siècle (2000-2050) ce qui aurait pu être réalisé fin XXe (1970-2000) » : le panneau écrit au feutre noir figurant à l’entrée du musée présente clairement les objectifs. L’urgence et la transmission sont mises en exergue afin de sensibiliser les visiteurs. C’est tout d’abord la disparition imminente du travail de fondeur qui est annoncée. Il n’y a en effet plus de fondeurs en activité puisqu’il n’y a plus de fonderie à Rosières depuis novembre 2006. Les savoir-faire, tout comme les appareils et l’outillage vont se perdre ou être jetés par l’usine. Les premiers sont dépassés par des techniques modernes, les seconds par des matériaux moins dispendieux. Ils seront perdus car ils ne sont plus utilisés mais ils le seront également de manière symbolique car non transmis. Des négociations ont bien été tentées auprès de l’usine pour récupérer quelques grosses pièces, mais les conditions étaient telles qu’elles ont été abandonnées2.

9Les objets exposés dans le musée proviennent en fait de dons et de prêts, exclusivement de particuliers habitants ou anciens habitants du village. Ainsi une liste est présentée comportant les noms des personnes, la date du don ou du prêt, le ou les objets concernés et éventuellement la durée prévue. Selon le membre de l’association qui nous a présenté le musée, il s’agit plus de rendre visible la contribution de chacun à l’élaboration du musée qu’une véritable comptabilité. Le parcours des objets passe donc du statut d’objet de la vie ordinaire, objet usuel, à celui d’objet chargé de valeur et représentatif d’un groupe. C’est au final la transmission du privé au collectif qui se joue ici. Mais entre « trésor et déchet » (DASSIÉ, 2007), l’hésitation se fait parfois sentir et avant de devenir objet de musée ou patrimoine, l’objet domestique passe bien souvent par le statut de rebut.

10Parmi les membres du comité des fêtes de Rosières, deux personnes travaillent encore actuellement à l’usine. Cette présence au sein de l’usine permet à l’association de mettre en place des pratiques de préservation, de vigilance quant aux éventuelles destructions : « Quand il voit que les bennes approchent, bon il se renseigne, il nous le dit » précise ce membre du comité de fêtes. Dans ce cas, c’est plus de la récupération informelle qu’un véritable don de l’usine. En d’autres termes, un tri est réalisé à partir de ce qui est jeté par l’usine.

11L’association intervient également à un niveau supérieur, peut-être même le dernier avant la destruction, puisqu’elle a contacté la société de récupération et recyclage de Lunery, afin d’être prévenue et de pouvoir récupérer des cuisinières ou outillages jetés soit par les habitants, soit par l’usine. L’association est donc présente à plusieurs niveaux et si des objets échappent à la récupération au premier échelon de l’usine, ils peuvent toujours être « interceptés » juste avant le recyclage. Enfin, certains membres de l’association se rendent eux-mêmes régulièrement à la déchetterie afin de dénicher des objets jetés spontanément par les habitants. C’est un véritable travail de passionné, si bien que durant l’enquête, certains nous ont conseillé d’aller directement à la déchetterie pour rencontrer ces personnes, caricaturant ainsi le temps passé à cette pratique de récupération.

Sélectionner le passé, l’ambivalence des musées

12« C’était le musée ou l’oubli » : Henri-Pierre Jeudy (JEUDY, 2008, 24) expose la contradiction face à laquelle se sont trouvés beaucoup d’ouvriers dans la patrimonialisation de leur lieu de travail. Une exposition qui sélectionne le passé, bien souvent évacuant les aspects négatifs d’une époque révolue, ne peut que faire réagir les ouvriers l’ayant vécu. Mais finalement, n’est-il pas préférable de présenter un aspect limité du passé plutôt que de risquer de le voir sombrer dans l’oubli ?

13Il peut donc paraitre paradoxal que ne soient pas exposées dans le musée de la fonderie les différentes cultures d’appartenance des salariés : les immigrations qui ont pourtant marqué Rosières (et pas seulement la démographie) sont présentes dans les discours de tous les habitants et dans la mémoire collective, particulièrement en ce qui concerne les migrations polonaises à partir de 1922 (RYGIEL, 1997). Cette dissonance peut être due au fait que mentionner les immigrations présenterait la population des ouvriers fondeurs comme hétérogène (bien que ce soit effectivement le cas), alors que les représentations demeurent marquées par un discours d’homogénéité, permettant de donner corps et de constituer cette « communauté de Rosières » tant regrettée. Cette omission permet de réduire les particularismes, les identités individuelles, au profit de ce qui rassemble : le métier de fondeur. Citons par exemple quelques commentaires recueillis sur le cahier laissé à l’entrée faisant office de livre d’or et permettant aux visiteurs de laisser leurs impressions et remarques :

 « Une très belle collection. A maintenir pour la mémoire du passé qui nous permet d’apprécier l’évolution des conditions de travail et surtout de toute la diversité des articles fabriqués par Rosières ».

 « Toutes mes félicitations pour cette heureuse initiative d’avoir créée cet éco-musée, « antre » du passé du village. Mes encouragements pour transmettre cette belle mémoire et tout ce pan du paternalisme industriel constitutif de la "petite histoire" et de la "grande" histoire ».

« Le passé est beau. Le présent ? Quant à l’avenir bien triste », « Maintenir les traditions grâce à ce musée » ou encore « Très bien pour les jeunes générations ».

14Ces quelques commentaires sont emblématiques d’un passé idéalisé, à l’exception peut-être du premier qui insiste sur les conditions de travail. A ce sujet, Henri-Pierre Jeudy note bien l’ambivalence entre la présentation d’un patrimoine industriel d’une part, et la relative mise à l’écart des conditions très dures dans lesquelles travaillaient ces ouvriers d’autre part. Nous notons avec ce dernier que « notre “bonne” conscience nous met d’ailleurs en garde : comment pourrait-on regretter ce temps où nos aïeux ont souffert des heures de travail intensif, dans des conditions sanitaires difficiles ? Le silence de ces territoires délaissés, de ces bâtiments éventrés, nous met pourtant dans un état hallucinant puisque nous pouvons voir des corps, entendre des voix et des cris, ressentir une ambiance de vie commune que la littérature et le cinéma n’ont cessé de nous suggérer » (JEUDY, 2008, 23).

15Ce musée a donc l’avantage de présenter un métier, des techniques, mais il est aussi nuancé par certains puisqu’il « sélectionne » nécessairement la mémoire. Pour un ancien ouvrier, un retraité d’origine polonaise, le musée est en fin de compte réducteur de la réalité : « ils font une exposition sur la fonderie, mais Rosières c’était pas que la fonderie, y’avait l’ébarbage, l’émaillage, c’était plein de choses ».

16Pour la majorité des habitants « on reste muet d’admiration devant tant de savoir-faire, de maitrise de la matière, de toute cette création d’ustensiles indispensables à la vie quotidienne », et le musée a pour fonction de « ne pas laisser tomber dans l’oubli à l’heure où tout va si vite, tout un siècle de savoir-faire exceptionnel, comme un devoir de mémoire pour les anciens » (Bulletin d’information municipal, 2001, 6). Dans ce dernier commentaire, c’est presque la modernité qui est mise en cause, une modernité qui accélère les temps sociaux. Bernard Bachelet part de ce constat dans son étude sur les temps sociaux et note qu’en premier lieu « la société où nous vivons se revendique comme “moderne”, ce qui signifie qu’elle “modernise” ses techniques en les changeant sans cesse, qu’elle pousse tout à se périmer très tôt, ne serait-ce que par la mode » (BACHELET, 1996, 15). Les techniques de fonderie présentées ici appartiennent au passé, elles n’ont plus d’autres usages que celui d’être présentées, peut-être pour reconstruire une appartenance commune.

17Un second paradoxe relevé par Pierre Bidart relève du changement de statut d’un objet utilitaire à celui d’objet patrimonial, en particulier dans l’industrie : « Comment ne pas noter l’opposition radicale entre la logique industrielle prompte à déclasser tout objet souffrant de quelque imperfection alors que la logique patrimoniale ignore le défaut, quand elle ne l’utilise pas comme raison émotionnelle et plus-value esthétique ? » (BIDART, 1997, 247). Le cubilot présenté dans le musée en est un parfait exemple. C’est un appareil qui servait à refondre les rebus, les pièces cassées ou mal faites, dans le but d’avoir le moins de perte possible. Aujourd’hui, cette reproduction de cubilot dans le musée à côté des vieilles pièces de fonte ou d’outillage occupe le même statut d’objet patrimonial aux yeux des visiteurs qui, pour certains, se rappellent pourtant l’usage de l’un et des autres.

18Il y a bien une ambivalence entre une réalité passée complexe et celle présentée dans un musée. Selon H.P. Jeudy le musée propose « d’un côté l’esthétique populiste de la transmission des savoir-faire, et de l’autre, le rappel des souffrances du “monde ouvrier” » (JEUDY, 2008, 32).

Exposer les objets anciens : le seuil de l’ « ancienneté »

19Présenter une activité, une époque, à travers une exposition nécessite donc un travail de sélection, d’opérer des choix entre ce qui sera exposé et ce qui ne le sera pas. Ceci est d’autant plus vrai que le musée de la fonderie trouve place sur une surface relativement restreinte qui ne permet pas de multiplier les objets. Dès lors, « si y’a un projet de mettre la gamme de fabrication de Rosières de 1869 car Rosières a commencé en 1869 jusqu’en 2009, c’est un hypermarché qu’il faut, c’est pas un musée » précise ce membre du comité des fêtes. Il faut donc sélectionner les objets, et ce sera fait en fonction de leur ancienneté, de leur rareté, et de leur représentativité d’une époque révolue. Malgré la raison avancée qu’est la difficulté à stocker une multitude d’objets, c’est en fait l’ancienneté des objets qui sous-tend l’intérêt des membres du comité des fêtes. Pour cette même personne « quand c’est des nouveaux appareils, ça nous intéresse pas. […] Les trucs de 1960 ou 1970 ou 1980, on va pas les récupérer pour les mettre là, pour pas savoir où les mettre. […] Si y’a un truc de 1900, forcément y’en a qui nous alerteront parce que ça nous intéresse ». Il est intéressant de noter que dans le discours de cette personne, la valeur de l’objet est contenue dans sa date de fabrication, et que la notion d’ancienneté trouve sens au-delà des années 1960, c'est-à-dire une époque où seules quelques personnes sont encore présentes pour témoigner de la fabrication. Lorsqu’on remonte au début du XXe siècle, les objets prennent une valeur particulière, ils changent de statut pour passer de celui d’objet mémoriel à celui de trace historique : « La seule chose un petit peu ancienne qu’on a dans le musée, c’est cette assiette fabriquée "Orthe". Là on sent qu’on peut le situer dans une certaine période. On peut le situer entre 1869-70, peut-être 1880. Mais c’est pas quelque chose d’inventé, c’est de l’histoire ». L’enquêté fait ici une distinction importante entre la mémoire qui se situerait proche de l’invention et l’histoire porteuse de vérité. Il semble que ce statut d’objet historique confère une certaine légitimité au musée, au moins du point de vue de cette personne. Orthe est la ville de Mayenne de laquelle Jules Roussel, directeur de Rosières à partir de 1869, fera venir ouvriers et machines. En effet Jules Roussel possède déjà à cette époque une fabrique à Orthe. Cependant, l’assiette dont parle ce membre du comité des fêtes n’est pas une pièce de fonte, mais de porcelaine, ce qui montre bien que si la fonte est mise en valeur en tant que symbole d’une époque, c’est en fin de compte l’époque en elle-même qu’il importe d’exposer en tant que période révolue. Poursuivant son commentaire, cet enquêté estime, en désignant les objets récents, que « ça n’apporte rien. Pour les visiteurs ça n’apporte rien. Ça aura un intérêt pour les visiteurs dans cinquante ans. Mais d’ici là, qu’est-ce qu’on en fait ? ». Tout se passe comme si le temps conférait aux objets une valeur particulière, et que seule leur disparition imminente était nécessaire à la prise de conscience de cette valeur. Nous retrouvons bien la notion d’urgence nécessaire à toute entreprise de patrimonialisation.

Un décalage temporel : le musée ouvre en 2000, la fonderie ferme en 2006

  • 3  Pour une étude plus détaillée de la vie politique et syndicale à Rosières, et notamment l’investis (...)

20Contrairement à bien d’autres sites industriels qui ont su ouvrir un musée, Rosières présente la particularité d’un décalage inversé entre l’ouverture du musée six ans avant la fermeture de la fonderie. En effet si la première ouverture du musée de la fonderie date de 2000, la dernière coulée de fonte des usines Rosières date de novembre 2006. C’est-à-dire que le musée s’est constitué autour d’une activité alors encore présente à Rosières. Nous l’avons évoqué, et l’ouverture du musée six ans avant l’arrêt de la fonderie l’illustre bien, ce n’est pas tant la fonderie en elle-même qui est patrimonialisée, mais plutôt une époque révolue où la fonte était l’unique production de l’usine. D’ailleurs la fermeture de la fonderie en novembre 2006 s’est faite sans aucune mobilisation ni manifestation de quelque nature, que ce soit de la part des syndicats, des élus ou des salariés. Cela s’est fait « en douceur » pour reprendre le terme d’une ancienne salariée, déléguée syndicale à Rosières. Nous n’avons retrouvé aucun article de la presse locale faisant état de la fermeture de la fonderie de Rosières (parmi les deux journaux locaux : La Nouvelle République du Centre-Ouest et Le Berry Républicain). Pourtant, la présence syndicale n’est pas négligeable au sein de l’usine et ce depuis très longtemps, comme par exemple la Confédération Générale du Travail (C.G.T.) établie depuis 1905 à Rosières. De même, la mémoire collective a conservé l’image des migrants Polonais des années 1920 comme ayant su braver les menaces d’expulsions et de licenciements en participant à la vie politique et syndicale de l’usine3. Il semble donc paradoxal que cette « vie syndicale » n’ait pas réagi lors de la fermeture de l’usine ; l’explication qui peut être mise en avant est celle du replacement des ouvriers dans d’autres ateliers, donc une absence de licenciement qui élimine toute manifestation syndicale.

  • 4  Les chiffres proviennent des archives du comité d’entreprise de Rosières. Ils ne sont cependant pa (...)

21Le schéma classique des entreprises de patrimonialisation industrielle suit généralement quelques grandes étapes. Après avoir fonctionné pendant un temps assez long pour que se soit imposée une culture de métier avec des valeurs propres, l’usine interrompt sa production, ce qui s’accompagne de mobilisations contre cette fermeture. Puis débute la patrimonialisation qui peut prendre différentes formes : transformation de l’usine en musée, édition d’un livre, etc. Jean-Louis Tornatore (TORNATORE, 2004) revient sur la fermeture en 1991 de l’usine à fonte d’Uckange en Lorraine et montre comment « la mise à mort » de l’usine devient un rite de passage. C’est un véritable spectacle qui est alors proposé à la population, ouvriers de l’usine ou non. Les médias sont interpellés pour la dernière coulée de fonte. A Rosières, la dernière coulée de fonte n’a donné lieu à aucune mise en scène, aucune mobilisation. Ce n’est pas la « mise à mort » de la fonderie qui a provoqué la patrimonialisation, tout au moins ce n’est pas celle de la fonderie « moderne ». Comme le soulignait cette déléguée syndicale, la fonderie à Rosières ne constituait plus l’unique activité de l’usine. Dès lors, les ouvriers n’ont pas perdu leur emploi, ils ont été envoyés vers d’autres ateliers de l’usine. Ainsi aucune mobilisation ne pût avoir comme fondement la perte du travail. De plus, il ne restait plus qu’une quinzaine de personnes travaillant alors à la fonderie lorsqu’elle a fermé en 2006 (contre soixante salariés dans ce même atelier en 1985). Aujourd’hui il reste quatre principaux ateliers à l’usine : l’émaillerie, les presses, les activités de magasinages (stock et expéditions qui sont constitués en filiale du groupe Candy) et le montage, l’atelier le plus important. Le déclin de la fonderie a suivi l’arrêt progressif mais néanmoins important des embauches à Rosières : en 1986, soit un an avant la vente au groupe italien Candy, l’usine employait plus de 1000 salariés4 (dont environ 60 à la fonderie). Un peu plus de dix ans plus tard, en 1998, les effectifs ont diminué de 50 %, soit 600 salariés à Rosières. En trois ans, les effectifs diminuent à nouveau de 50 % puisqu’en 2001 on compte environ 300 salariés. Les chiffres vont finalement se stabiliser après 2001 avec un peu plus de 200 salariés en 2009. Plus qu’une situation changeant subitement l’organisation de l’usine, l’arrêt de la fonderie s’est donc instauré sur la durée. Si pour certains auteurs, la muséification accélère la mort de l’objet, le musée de la fonderie n’a fait qu’accompagner cette lente disparition, correspondant à la fin d’une époque.

Quels objectifs au musée de la fonderie ?

22Si comme le précise le document de présentation du musée : « Le seul objectif est la sauvegarde du patrimoine industriel local », il est pertinent de se demander si la volonté de conservation ne se porte pas sur un plan plus large que l’objet même du musée, c'est-à-dire le métier de fondeur. Nous rejoignons Henri-Pierre Jeudy lorsqu’il observe que « Ce ne serait plus l’angoisse de la perte des traces qui impulserait la conservation pour le futur, mais ce serait plutôt la peur de n’avoir rien à transmettre » (JEUDY, 2008, 63-64). L’actuelle ferveur patrimoniale serait donc tournée vers un nouvel objet qui n’est pas tant celui présenté dans un musée, que le patrimoine en tant que tel, replié sur lui-même jusqu’à en devenir tautologique. Dans cette même présentation du musée, une phrase est tout à fait évocatrice : « Communiquer son savoir, c’est bien. Mais communiquer son envie de communiquer son savoir, ce sera gagné ».

23Ce musée n’a finalement pas pour fonction d’exposer des pièces admirables, de mettre en scène une beauté « artistique ». Le bulletin municipal de Lunery exprime sa vision des faits : « Il existe des œuvres d’art qui réjouissent les sens, il existe des œuvres d’art qui gravent la mémoire » (Bulletin d’information municipal, 2004 : 5). Il n’est donc pas incongru de voir que les visiteurs et même les organisateurs du musée se reconnaissent et soient attachés à ce que représente ce musée ; non pas qu’ils aient eux-mêmes été fondeurs mais qu’ils soient saisis de cette sociabilité du Rosières paternaliste encore présente dans les représentations. Cette sociabilité révolue est présentée à travers le métier de fondeur mais elle renvoie à bien plus, elle renvoie à l’ouvrier qui travaillait à l’usine quelque soit son poste, à sa famille ou sa femme qui travaillait peut-être à l’atelier de confection. Exposant un trait spécifique d’une époque, le musée fait appel aux souvenirs des visiteurs et leur rappelle que ce groupe est aussi le leur. Cette exposition vise un "impact social" selon l’expression de Jean Davallon, dont le but est de « redonner (ou simplement donner) à un groupe le sentiment de son existence et de son identité […] Elle semble dire au visiteur : regarde ce que je te montre, cela ne t’est pas étranger ; c’est ta région, ta ville, ton métier ou le métier des tiens, c’est ton groupe » (DAVALLON, 1986, 9). L’un des membres de l’association à l’origine du musée me précise ainsi que « la fonte représentait tout dans la vie sociale des gens : que ce soit porte serviette, porte savon et j'en passe ». Plus qu’un matériau, la fonte devient le symbole d’un groupe.

24Ce groupe, c’est celui de ceux qui ont fait de la vie sociale intense de Rosières à l’époque paternaliste. Ce n’est pas seulement les salariés de l’usine, c’est aussi leurs enfants, leur famille, dont on objective le statut par la dénomination d’ « anciens » à l’intérieur comme à l’extérieur du groupe. Les anciens, ce sont ceux qui ont connu cette époque sans aucune référence à l’âge réel des personnes.

Conclusion : Le patrimoine comme rapport social performatif

25Au-delà des objets, c’est donc une époque et sa population qui sont présentées aux visiteurs. Dès lors les personnes se reconnaissant dans ce groupe sont à la fois les exposants et les « exposés ». Pour Jean Davallon un écomusée expose une communauté : « Elle est l’unité instaurée comme sujet et objet de l’écomusée » (DAVALLON, 1986, 109). C’est en ce sens que certains auteurs accordent au patrimoine un effet inverse à celui escompté, à savoir l’accélération de la mort de l’objet exposé, mais aussi des pratiques et de l’époque où il a pris sens.

  • 5  A l’inverse, un média chaud ne laisse que peu de place à l’imagination car la communication fourni (...)

26Le musée se révèle alors être un média froid au sens de Mc Luhan (MAC LUHAN, 1968), c'est-à-dire qu’il offre au visiteur bien plus que la seule contemplation d’un objet5. Si le musée est ici un média froid, ce n’est pas tant parce que les informations fournies au visiteur sont faibles, mais plutôt parce qu’elles font appel à l’imagination de celui-ci. L’un des membres du comité des fêtes estime que le musée simplifie le processus de fabrication de la fonte : « Quelqu'un qui connait pas, avec ça il ne sait pas comment la fonte se fait, mais il sait que quelque chose a existé à une certaine époque. Et que certaines personnes essayent de pérenniser ». Le musée donne au visiteur la possibilité de se souvenir, d’interpréter et dans notre cas de se reconnaitre à travers lui. Pour ceux qui n’auraient rien connu de cette époque, le musée permet alors de prendre conscience de l’existence du groupe à qui il s’adresse par l’accumulation de ces objets qui font sens entre eux. « Chaque milieu industriel engendre alors sa culture, et suscite un sentiment d’appartenance qui semble dépasser les seuls travailleurs pour englober l’ensemble de la population » (MOREL & VALLERANT, 1984, 4). Alors que ces objets, pris indépendamment les uns des autres, ont perdu leur sens pratique, le média qu’est le musée permet à tous, y compris à ceux qui a priori n’en auraient pas les moyens (les visiteurs de l’extérieur), d’objectiver l’existence du groupe. A cet égard, le chercheur ou l’étudiant participent de cette objectivation en prenant comme objet d’étude la cité de Rosières. A la fin de ma première visite, mon guide me demandait ainsi de laisser mon nom ainsi que ma discipline pour « pouvoir dire que [je suis] venu », puis me citait telle « architecte de Paris », tel étudiant en histoire qui, s’intéressant à Rosières, ont fait un détour par le musée.

27Dans ce musée où rien ne se vend, pas même l’entrée, le groupe des Anciens dont nous faisions état précédemment est objectivé : il prend forme par un processus de distinction entre ceux qui ont connu une époque et les autres. L’appartenance à ce groupe n’est cependant pas cristallisée et devient parfois un enjeu. En effet, alors que les derniers arrivants, ceux qui ont acquis une maison lorsque l’usine a vendu tous ses biens sont perçus comme les responsables du délitement des liens sociaux dans la cité ouvrière, l’identification à la figure de l’Ancien devient un enjeu de légitimation de soi. Nous avons ainsi pu observer des constructions généalogiques, certaines personnes faisant valoir une lointaine ascendance avec des travailleurs de Rosières pour légitimer leur présence dans la cité ouvrière. Les frontières du groupe sont donc mouvantes et il n’est pas exclus de voir se créer une nouvelle catégorie d’Anciens, les « néo-Anciens ».Notes

Haut de page

Bibliographie

BACHELET, Bernard, Sur quelques figures du temps, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, Problèmes & controverses, 1996, 298 p.

BIDART, Pierre, « Patrimoine et ordo rerum dans les sociétés modernes », Ethnologie française, vol. XXVII, n° 2, 1997, p. 244-251.

Bulletin d’information municipal, 2001, Lunery et ses quartiers.

Bulletin d’information municipal, 2004, Lunery et ses quartiers.

DASSIÉ, Véronique, Pièces à confession : ethnologie des objets d’affection dans l’espace domestique contemporain, Paris, Thèse de doctorat, dir. Daniel Fabre, EHESS, 2007.

DAVALLON, Jean, Claquemurer pour ainsi dire tout l’univers, Paris, éditions du Centre Georges Pompidou, 1986, 302 p.

ETIENNE, Guillaume, « La patrimonialisation de l’immigration polonaise du Cher. Construction du mythe de l’ouvrier-fondeur », dans Goyette, Julien et Hébert, Karine (sous la direction de), Histoire et idées du patrimoine, de la régionalisation à la patrimonialisation, Québec, éditions Multimondes, 2010, p. 79-90.

JEUDY, Henri-Pierre, La machinerie patrimoniale, Belval, Circé.

LAMBERT-DANSETTE, Jean, 2001, Histoire de l’entreprise et des chefs d’entreprise en France, Tome II : Le temps des pionniers (1830-1880), Naissance du patronat, Paris, L’Harmattan, 2008, 554 p.

La Nouvelle République du Centre-Ouest, Cher, jeudi 18 septembre 2008.

MAC LUHAN, Marshall, Understanding Media : The Extensions of Man, McGraw-Hill, New-York, 1964, 364 p.

MOREL, Alain & VALLERANT, Jacques, « Anthropologie industrielle : recherche en développement », Terrain, n° 2, 1984, p. 3-4.

PAUQUET, Alain, La société et les relations sociales en Berry au milieu du XIXe siècle, Paris, L’Harmattan, 1998, 526 p.

PIGENET, Michel, « L’usine et le village : Rosières (1869-1914) », Le mouvement social, n° 119, 1982, p. 33-61.

RYGIEL, Philippe, « La formation de la colonie polonaise de Rosières, 1922-1929 », Cahiers d’histoire et d’archéologie du Berry, n° 139, 1997, p. 40-51.

TORNATORE, Jean-Louis, « Beau comme un haut fourneau. Sur le traitement en monument des restes industriels », L’Homme, n° 170, 2004, p. 79-116.

Haut de page

Notes

1  « L’abeille de Rosières » est en effet le nom de la monnaie qui servait pour la coopérative alimentaire. Avec les années et le bricolage du passé, l’abeille est aujourd’hui perçue comme une monnaie autrefois propre à Rosières, renforçant ainsi l’idée d’une cité autonome.

2  En effet, si l’usine était d’accord pour prêter les machines ou les cuisinières dont elle ne se sert plus, il fallait que les membres de l’association construisent des caisses de bois pour les transporter à leur charge. A tout moment, l’usine se réservait la possibilité de récupérer son dépôt et, alors, les modalités de transport auraient de nouveau été à la charge de l’association. D’autre part, cette dernière aurait dû, dans le cadre du contrat de prêt, sécuriser le local du musée, jour et nuit, par l’installation de caméras et la présence de personnels. Ces conditions posées par le groupe industriel Candy ont évidemment fait renoncer l’association à toute autre demande.

3  Pour une étude plus détaillée de la vie politique et syndicale à Rosières, et notamment l’investissement des Polonais dans celle-ci, voir notre article « La patrimonialisation de l’immigration polonaise du Cher. Construction du mythe de l’ouvrier fondeur », 2010 (à paraître).

4  Les chiffres proviennent des archives du comité d’entreprise de Rosières. Ils ne sont cependant pas précis car les réunions du comité d’entreprise estiment plusieurs fois par an, lors des réunions, les effectifs de l’usine. J’ai pris le parti de ne donner que ces chiffres à titre informatif sans entrer dans des détails par mois qui n’apporteraient, semble-t-il, que peu d’intérêts complémentaires. Pour information, on peut cependant préciser que l’année 1986 comporte quatre recensements : 1027 salariés (date non précisée), 1026 en juin, 1055 en juillet et 1068 en août.

5  A l’inverse, un média chaud ne laisse que peu de place à l’imagination car la communication fournit beaucoup d’informations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Etienne, « Comment rester vigilant face à l’oubli ? Le musée de la fonderie à Rosières », Conserveries mémorielles [En ligne], # 11 | 2011, mis en ligne le 02 décembre 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://cm.revues.org/946

Haut de page

Auteur

Guillaume Etienne

Laboratoire Citeres, équipe CoST Université de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org