Navigation – Plan du site
L'institution de la bibliothèque

Des mémoriaux de pierre et de papyrus : les fondations de bibliothèques dans l’Antiquité grecque, entre mémoire et propagande* 

Gaëlle Coqueugniot
p. 47-61

Résumé

Cet article propose d’étudier les motivations à l’origine de la fondation des grandes bibliothèques publiques de l’Antiquité classique. Pourquoi et comment de riches particuliers — rois hellénistiques ou citoyens romains — entreprirent-ils la constitution de vastes collections de livres ? Après une rapide présentation des bibliothèques privées à l’époque classique, qui servent de modèle aux collections publiques des siècles suivants, le propos se concentre autour de quatre exemples significatifs : la bibliothèque d’Alexandrie (IIIe siècle av. notre ère), la bibliothèque de Pantainos à Athènes (autour de 100 de notre ère) et les bibliothèques d’Éphèse (120 de notre ère) et de Nysa (autour de 130). À travers ces exemples, il est possible d’étudier l’évolution que connaissent ces institutions, d’abord modestes et associées à d’autres institutions culturelles, puis de plus en plus monumentales à l’époque romaine. Nous insistons sur la dimension mémorielle de ces donations, à la fois conservatoires du patrimoine intellectuel de l’époque et mémoriaux à la gloire de leurs fondateurs, dont le nom a traversé les siècles inscrit sur la pierre ou célébré par les écrivains contemporains ou postérieurs.

Haut de page

Texte intégral

1À partir de la Renaissance, l’Antiquité suscite l’enthousiasme des cercles humanistes, qui s’attachent à redécouvrir les civilisations grecque et latine au travers de leurs ruines, de leurs œuvres d’art et de leur littérature. C’est à cette époque que se constituent à travers toute l’Europe de grandes collections de vases attiques et de sculptures romaines ou inspirées des mythes décrits par les auteurs antiques. Dans ce contexte d’effervescence intellectuelle et d’exaltation de la civilisation gréco-latine se pose rapidement la question de la conservation des grands écrits « classiques ». Les recherches sur l’édition et la transmission des textes anciens1 font apparaître le rôle majeur joué par les grandes bibliothèques de l’époque hellénistique et encouragent le développement des études philologiques sur ces bibliothèques antiques (Nelles 1996). Si celles-ci restent largement concentrées autour de la bibliothèque d’Alexandrie (Pfeiffer, 1968 ; Canfora, 2004), la découverte aux XIXe et XXe siècles des vestiges archéologiques de plusieurs bibliothèques publiques d’époque romaine et la mise en relation de tous les indices textuels et matériels disponibles sur les bibliothèques publiques de l’Antiquité gréco-romaine permettent de déceler des permanences et des évolutions au cours des époques hellénistique et impériale, à partir d’un modèle mis en place par les grandes écoles philosophiques qui se développent à Athènes au cours du IVe siècle av. notre ère2.

2Ces bibliothèques publiques ont très souvent été offertes à la communauté par un individu et sa famille et s’inscrivaient donc totalement dans la tradition de l’évergétisme gréco‑romain3. Or les grands donateurs étaient souvent en concurrence les uns avec les autres, et se disputaient les honneurs civiques et une place dans la mémoire collective des cités grecques et latines. À travers la construction de bibliothèques monumentales, ces notables s’attachaient donc à assurer la conservation et la transmission de leur nom autant que celle des écrits accumulés là. Si ces fondations répondent donc toutes à une double vocation mémorielle, les méthodes utilisées vont néanmoins évoluer au fil des siècles.

3Ce sont ces méthodes utilisées par les fondateurs des bibliothèques de Méditerranée orientale que nous voulons ici étudier. À partir de quelques exemples choisis d’époques hellénistique et romaine, nous allons présenter les motivations qui ont conduit à la fondation de bibliothèques dans le monde grec et les moyens retenus par leurs fondateurs pour assurer la pérennité de leur œuvre et de leur nom.

Carte de Méditerranée orientale

Carte de Méditerranée orientale

© G. Coqueugniot, sur fond ArcGIS

Avant les bibliothèques publiques : collections privées dans l’Athènes classique

4À l’époque classique, on a vu se développer le commerce des livres, et apparaître les premières bibliothèques privées, vraisemblablement de taille modeste. Ce sont des collections privées de ce type qui sont représentées sur plusieurs vases à figures attiques qui dépeignent des scènes domestiques ou scolaires (Bellier-Chaussonier 2001). La tradition littéraire fait elle aussi état de ces premières collections ; on attribue ainsi la possession de collections de livres importantes à certains hommes de lettres athéniens du Ve et du IVe s. av. notre ère, comme Euripide, Platon et Aristote. Ce dernier est d’ailleurs généralement considéré comme le premier fondateur d’une bibliothèque au sens propre du terme, c’est-à-dire d’une collection d’ouvrages conséquente, présentant une organisation interne, et accessible au-delà du simple cercle familial : c’est la fameuse bibliothèque du Lycée, dont la disposition et l’organisation auraient, dit-on, inspiré la création du Musée d’Alexandrie. Certains savants en ont déduit l’existence de bibliothèques publiques dans les gymnases de l’Académie et du Lycée, où s’établirent les écoles de Platon et d’Aristote (Hoepfner, 2002). Cependant, ces restitutions de la bibliothèque de Platon dans le gymnase de l’Académie et de celle d’Aristote dans le gymnase du Lycée ne reposent sur aucune attestation substantielle, et doivent par conséquent être rejetées4.

5De fait, les bibliothèques des écoles platonicienne et péripatéticienne étaient avant tout les bibliothèques privées de leurs fondateurs, et non des bibliothèques publiques trouvant leur place dans un gymnase. En attestent les péripéties de la bibliothèque d’Aristote après la mort de ce dernier, telles que les relatent plusieurs auteurs anciens5.

6C’est plutôt à partir de l’époque hellénistique que l’on peut observer l’essor des grandes collections de livres, avec la création de bibliothèques royales dont l’importance et le prestige ont été transmis jusqu’à aujourd’hui.

La bibliothèque royale d’Alexandrie : vocation encyclopédique et propagande lagide

7À Alexandrie se trouvait la plus célèbre des bibliothèques antiques, objet de louanges et de fantasmes, de sa fondation au début de l’époque hellénistique jusqu’à nos jours : la Grande Bibliothèque royale, associée au sanctuaire des Muses, le Musée (Canfora, 2004 ; El-Abbadi 1990). C’est dans ce sanctuaire que les rois lagides recevaient des savants venus de l’ensemble du monde hellénisé. La fondation de cet ensemble culturel est entourée de légendes et d’anecdotes qui mettent en scène Ptolémée Ier Sôter (305-283 av. notre ère) et son conseiller, l’Athénien Démétrios de Phalère. La politique culturelle ambitieuse de ce souverain a connu son plein développement au IIIe s. av. notre ère sous ses successeurs, Ptolémée II, III et IV.

8La création de la bibliothèque est marquée par la volonté exprimée de rassembler tous les livres du monde, plus précisément tous les livres grecs ou traduits en grec. Il n’est pas question ici d’une nouveauté proprement hellénistique, les tyrans grecs et les rois de Macédoine d’époque archaïque et classique ayant accueilli artistes et savants auprès d’eux. Cependant, ce qui est nouveau, c’est l’importance et la vocation universelle que les premiers Ptolémées ont assignées à leurs fondations, qui peuvent être interprétées comme des instruments de prestige et de pouvoir entre les mains des gouvernants lagides.

9Instrument de pouvoir et de prestige en Égypte d’abord. Les Lagides étaient installés dans un pays à la culture très différente de la culture hellène et admirée par les Grecs depuis plusieurs siècles déjà : il suffit de voir la description qu’a faite Hérodote de ce pays prospère et de sa civilisation millénaire (Hérodote, Enquêtes II) pour comprendre le risque d’acculturation auquel étaient confrontés les colons grecs et macédoniens (Maehler, 2004 : 6‑7). Dans ce contexte, la création d’institutions d’érudition prestigieuses orientées uniquement autour de la science grecque, comme le Musée et la bibliothèque, s’inscrivait dans une politique globale de protection de l’hellénisme face à une culture indigène multimillénaire. Alexandrie, capitale et principal port du royaume lagide, mais dont le nom complet —« Alexandrie près de l’Égypte »— indique qu’elle n’a jamais été une ville proprement égyptienne, représentait en elle‑même toute cette politique d’exaltation de la culture hellène dans un pays étranger. Plusieurs siècles après leur arrivée en Égypte, la cour lagide était encore une cour royale grecque, et « l’Égyptienne » Cléopâtre VII, qui avait appris l’égyptien démotique, faisait figure d’exception dans cette société culturellement séparée.

10Instruments de prestige et de pouvoir dans le monde hellénisé aussi, le Musée et la bibliothèque transformèrent une ville géographiquement excentrée en un centre symbole de l’hellénisme. En effet, Ptolémée Sôter avait reçu en partage une région certes riche, mais éloignée du noyau de l’empire d’Alexandre et de la Grèce propre. Très vite, il entreprit une politique énergique visant à affirmer son pouvoir et s’afficha comme le descendant légitime d’Alexandre. L’un des points forts de cette politique fut le détournement du corps d’Alexandre, en route vers la Macédoine : le Sôma, tombeau du conquérant, devint l’un des lieux-clés de la topographie alexandrine et de la propagande lagide (Chugg 2004). La création du Musée et de la bibliothèque s’inscrit également dans cette politique d’affirmation du pouvoir lagide dans le monde hellénistique en général, bien au-delà des frontières d’Égypte. Ces nouvelles institutions attirèrent des savants renommés de différentes parties du royaume, comme les Cyrénéens Ératosthène et Callimaque, mais aussi d’autres cités grecques (Erskine, 1995 : 45) : Aristophane de Byzance, Théocrite de Syracuse, … Les souverains lagides leur offraient gîte et couvert au Musée, et mettaient à leur disposition les fabuleuses collections de la bibliothèque, qu’ils enrichissaient régulièrement par tous les moyens : les voyageurs arrivant à Alexandrie se voyaient confisquer les ouvrages en leur possession, dont seule une copie leur était restituée, l’original rejoignant les collections royales. Galien raconte même comment ils s’étaient appropriée l’édition officielle des œuvres d’Eschyle, Sophocle et Euripide que les Athéniens leur avaient prêtée contre une forte caution (Galien, Com. In Hipp. Epidem. 3, 2.4). Les recherches de ces savants contribuèrent à faire d’Alexandrie un centre culturel de première importance à l’époque hellénistique, et permirent aux Lagides d’établir, par la sélection des auteurs grecs les plus éminents et par l’établissement d’éditions définitives des grands classiques (Maehler, 2004 : 8-9), un contrôle sur la littérature et la science grecques.

11Cette volonté hégémonique dans le domaine de la culture, exprimée dans le Musée et la bibliothèque d’Alexandrie, reflète une aspiration à la suprématie politique des souverains lagides sur les autres souverains hellénistiques et sur le monde grec tout entier. Dans ce contexte, il n’est pas étonnant de voir à la fin du IIIe siècle et au début du IIe s. les souverains attalides affirmer à leur tour leur puissance croissante par l’établissement dans leur capitale de Pergame d’une bibliothèque rivale de celle des Lagides. Et malgré leur affaiblissement, ces derniers, bien conscients que la bibliothèque représentait encore un symbole politique prestigieux qu’il fallait défendre à tout prix, engagèrent alors une lutte féroce contre ce nouveau centre culturel (Erskine 1995 : 46). Ainsi, lorsque le bibliothécaire Aristophane de Byzance renonça à son poste alexandrin, les Lagides n’hésitèrent pas à le retenir prisonnier en Égypte jusqu’à sa mort, de crainte de le voir rallier Pergame, et la tradition fait état à plusieurs reprises de la lutte que se livraient les souverains lagides et attalides pour la possession de livres, lutte qui culmina, dit-on, par l’arrêt de l’exportation du papyrus égyptien et la légendaire invention du parchemin (Pline, Histoire Naturelle XIII, 70).

12Malheureusement, si les éloges du Musée et de la Bibliothèque et les anecdotes sur leur fondation, sur leurs membres ou sur le contenu de la bibliothèque abondent, aucune présentation précise de cette institution antérieure à l’époque romaine n’a cependant été conservée. L’unique description connue du quartier royal de Broucheion et du Musée nous a été transmise par Strabon, qui séjourna à Alexandrie à la fin du Ier siècle av. notre ère (Strabon 17.2.8 C, 793-794) :

« Le Musée fait également partie des bâtiments royaux. Il comprend une galerie, une exèdre et une grande salle dans laquelle se situe le repas en commun des savants membres du Musée. Cette communauté d’érudits possède des biens en commun ; ils ont un prêtre directeur du Musée, autrefois désigné par les rois, maintenant par César. Le lieu appelé Sôma fait aussi partie des bâtiments royaux. C’est une enceinte renfermant les sépultures des rois et celle d’Alexandre. »

13Le Musée se trouvait donc dans les quartiers royaux, vraisemblablement à proximité du tombeau d’Alexandre et des rois lagides, le Sôma. En l’absence de vestiges clairement identifiables, la localisation exacte de cette institution dans l’immense quartier de Broucheion reste cependant l’objet de nombreux débats parmi les archéologues et historiens d’Alexandrie. De plus, il est particulièrement significatif de constater qu’aucune mention de la bibliothèque n’est faite dans ce texte, ce qui a conduit de nombreux d’historiens des bibliothèques à conclure à l’absence de salle spéciale abritant les collections de la bibliothèque et à restituer plutôt des étagères ou des armoires disposées le long des colonnades du Musée ou dans des dépôts qui lui étaient attachés. Plus qu’un édifice prestigieux, il semble donc que la Grande Bibliothèque d’Alexandrie et le Musée dont elle faisait partie étaient surtout reconnus pour leur fonction et leur contenu.

Plan d’Alexandrie, avec les différentes localisations proposées pour le Musée et la Bibliothèque

Plan d’Alexandrie, avec les différentes localisations proposées pour le Musée et la Bibliothèque

© G. Coqueugniot

14Le Musée d’Alexandrie et, peut-être plus encore, la Grande Bibliothèque acquirent en effet un statut tout à fait spécial, presque mythique, dès l’Antiquité. Cependant, malgré ce rayonnement, ou peut-être à cause même de cette renommée, très peu de sources antiques qui nous soient parvenues nous permettent de dresser une image réaliste et objective de ces institutions au-delà de quelques anecdotes maintes fois reprises. Même Athénée, d’habitude si prolixe, ne s’étendit pas sur la bibliothèque lorsque la discussion le conduisit à énumérer les richesses de Ptolémée Philadelphe (Athénée, les Deipnosophistes V, 203 e) :

« Et au sujet du nombre de livres, de la construction des bibliothèques et de la collection qui se trouve dans le Musée, quel besoin y a-t-il d’en parler, ils sont dans la mémoire de tous. »

15Il apparaît donc difficile de démêler la réalité des légendes qui émaillent l’histoire de la Grande Bibliothèque d’Alexandrie. Symbole d’universalité à laquelle aspiraient les souverains hellénistiques, instrument de pouvoir et de prestige qui a contribué à faire d’Alexandrie l’un des centres de l’hellénisme aux IIIe et IIe siècles av. notre ère, cette bibliothèque reste insaisissable. Le silence des sources antiques contribue à alimenter l’imagination des historiens modernes et contemporains, qui ont parfois proposé au grand public des reconstitutions plus ou moins fantaisistes, mêlant idées reçues et anachronismes. « Source[s] d’inspiration […] dans la réflexion des antiquaires sur les bibliothèques publiques, sur la sauvegarde des patrimoines lettrés et sur les institutions d’érudition » (Jacob et Giard, 2001 : 206), la grande bibliothèque et le Musée constituent aujourd’hui encore un mythe si vivace qu’il est à l’origine de l’un des plus grands projets culturels mondiaux de ces dernières années, la construction de la Biblioteca Alexandrina (Grunberg, 2001 : 72).

16Les autres souverains hellénistiques tentèrent d’imiter les souverains lagides et fondèrent eux aussi des bibliothèques dans leur capitale. Ainsi, outre la bibliothèque attalide de Pergame, principale concurrente d’Alexandrie au IIe siècle av. notre ère, les témoignages littéraires font état de telles collections à Antioche, à Sinope et à Pella. Ces bibliothèques, liées aux grandes cours hellénistiques, n’étaient cependant publiques que parce qu’elles étaient construites par les gouvernants. Ouvertes uniquement à un cercle restreint, sur autorisation royale, elles fonctionnaient donc en réalité un peu comme les grandes bibliothèques privées qui se développèrent à Rome à partir du IIe siècle av. notre ère, dans lesquelles certaines de ces collections royales se retrouvèrent d’ailleurs à la suite des guerres romaines contre Philippe V et Mithridate (Fedeli 1993 : 31-40).

17La première bibliothèque publique de Rome, construite en 39 av. notre ère près du temple de la Liberté, est offerte à la cité par le général Assinius Pollio grâce au butin de sa victoire sur les Parthes (Fedeli 1993 : 49). Dès lors, les fondations de bibliothèques publiques par de riches citoyens se multiplient à Rome puis dans les provinces.

La bibliothèque de Pantainos à Athènes : d’une collection privée à une dédicace publique

18Dans les années 1930, un nouvel édifice est partiellement mis au jour dans l’angle Sud-Ouest du centre civique d’Athènes, l’agora6. Seules restent en place les premières assises de fondation de cette construction, rasée lors du repli de la cité sur les pentes de l’Acropole et de la construction des nouvelles fortifications après les invasions héruliennes en 267 de notre ère. L’identification du bâtiment, dont aucune mention n’est faite dans les textes anciens qui nous sont parvenus, résulte de la découverte de plusieurs inscriptions réemployées dans la muraille tardive, à proximité de l’édifice.

La bibliothèque de Pantainos dans son contexte

La bibliothèque de Pantainos dans son contexte

© G. Coqueugniot d’après Camp 1992

19La principale inscription qui permet d’identifier cet édifice, gravée sur un linteau de porte, est la dédicace à Athéna Polias, à l’empereur Trajan et la cité d’Athènes de plusieurs constructions —portiques, bibliothèque, cour— par un certain T. Flavius Pantainos (Meritt 1946 : 233) :

À Athéna Polias, à l’empereur César Auguste Nerva Trajan Germanique et à la cité d’Athènes, le prêtre des Muses Philosophes T. Flavius Pantainos, fils du diadoque Flavius Ménandre, a dédié à ses frais les colonnades extérieures, le péristyle, la bibliothèque avec les livres, et toute leur ornementation, avec ses enfants Flavius Ménandre et Flavia Secundilla.

20Cette inscription, datée de 98-102 de notre ère par la titulature impériale, se rapporte donc à un complexe édilitaire jusqu’alors inconnu des archéologues et historiens, dont la pièce maîtresse est une bibliothèque. T. Flavius Pantainos est un homme riche, dont les tria nomina indiquent la citoyenneté romaine. Plusieurs autres inscriptions et sculptures découvertes dans le secteur se rapportent également à cette bibliothèque, notamment une stèle de marbre veiné qui affiche le règlement d’une bibliothèque (Shear 1935: 42) et plusieurs éléments d’un groupe sculpté représentant Homère, l’Iliade et l’Odyssée (Treu 1889 : 167).

21Le complexe, mis au jour entre les années 1930 et les années 1970, se compose de trois portiques et d’un bâtiment à cour. Deux portiques bordent au Nord la voie dallée qui reliait l’agora classique —principal centre politique d’Athènes— au marché romain, tandis que le troisième ouvrait à l’Ouest sur la voie des Panathénées, principal axe antique d’Athènes, qui passe par le centre politique et mène au principal sanctuaire de la cité, sur l’Acropole. Derrière ces colonnades, se trouve un ensemble suivant la même orientation que le portique occidental. Tout ce secteur semble avoir été aménagé à la fin du Ier siècle de notre ère, comme l’indiquent la céramique et les monnaies découvertes en stratigraphie sous les portiques (Shear 1975 : 343-361) et plusieurs dédicaces mises au jour dans le secteur. La pièce centrale du portique Ouest servait d’entrée à un ensemble associant une cour pavée entourée d’un péristyle et plusieurs pièces. À l’Est de cette cour ouvrait une grande salle de 9,75 m sur 10,75, dont les vestiges laissent supposer le luxe : plusieurs éléments indiquent en effet que les murs et le sol de cette pièce étaient ornés de plaques de marbre (Shear Jr 1973 : 146). Malheureusement, l’édifice est très ruiné et beaucoup d’éléments ne peuvent être déterminés avec certitude.

22Outre la dédicace de la bibliothèque, une dédicace inscrite sur l’entablement du long portique septentrional nous apprend l’aménagement de la rue entre l’agora et le marché par la cité d’Athènes, tandis qu’une base inscrite mentionne la consécration d’une statue de Trajan par Claudius Atticus, prêtre à vie du culte impérial. L’action édilitaire de Pantainos s’inscrit donc dans un programme d’aménagement de ce secteur, qui était alors peu urbanisé, mais occupait un emplacement majeur, entre l’antique centre de la cité grecque et le nouveau marché à l’Est. Si toutes ces constructions appartiennent au même programme édilitaire daté de la fin du Ier ou du début du IIe siècle de notre ère, rien en revanche ne permet de toutes les attribuer à Pantainos. En effet, la dédicace parle de portiques extérieurs, d’un péristyle et d’une bibliothèque, et non d’un complexe dans son ensemble ; la formulation de cette inscription permet plutôt de voir dans les éléments dédiés par Pantainos des ajouts ou des embellissements à un édifice existant déjà dans le secteur (Camp, 1989). Cette hypothèse est renforcée par la disposition de la dédicace elle-même sur le linteau d’entrée : l’inscription déborde sur les moulures du linteau, résultat de l’adaptation d’un texte à un bloc qui lui préexistait. Enfin, l’exploration archéologique menée dans les années 1970 a permis de voir que le péristyle et la cour dallée représentent une modification, un embellissement de la cour, dont le sol précédent en éclats de marbre a été alors recouvert.

23L’apport de Pantainos à l’aménagement du secteur est donc important mais pas unique. On peut lui attribuer avec certitude la construction de deux des colonnades extérieures au moins ainsi que l’embellissement de la cour par l’ajout d’un péristyle et la construction d’une ou plusieurs pièces faisant office de bibliothèque, leur aménagement et leur contenu. Ces embellissements et ajouts s’appuient sur un édifice antérieur que l’on devine sous la cour à péristyle. Or l’inscription précise deux détails importants, qui peuvent nous indiquer quelle éventuelle fonction occupait la construction précédant la bibliothèque, et quel type de contenu celle-ci abritait vraisemblablement. En effet, le père de Pantainos, Flavius Ménandre, est désigné sous le titre de diadoque. Ce titre est habituellement réservé aux chefs des différentes écoles philosophiques qui fleurissent à Athènes ; ces personnes, qui possèdent obligatoirement la citoyenneté romaine, occupent une position importante dans la vie culturelle de la cité. Une hypothèse crédible a été proposée par les archéologues quant à l’origine de la bibliothèque de Pantainos. Les constructions qui préexistaient au Sud du portique d’Attale pourraient effectivement tout à fait correspondre à l’école de philosophie dirigée au Ier siècle de notre ère par le père de ce dernier. Les descriptions littéraires d’autres écoles philosophiques, comme le Lycée ou l’Académie, pourraient correspondre aux constructions assez minimales restituées là : une cour et une ou plusieurs pièces, où le maître pouvait dispenser son enseignement. Un autre élément, qui atteste de la fréquentation du complexe par des jeunes gens, des « étudiants », et pourrait donc plaider en faveur de la fonction pédagogique de l’édifice, est la découverte sur les colonnes de la bibliothèque et du portique Sud-Est de graffiti analogues à ceux fréquemment relevés sur les colonnades des palestres grecques. Nous avons vu que les écoles philosophiques du Lycée et de l’Académie étaient dotées de bibliothèques souvent constituées par la collection du directeur, que celui-ci met à la disposition de ses disciples. L’adjonction par Pantainos d’une bibliothèque à l’école de son père s’inscrit ainsi dans une certaine logique. Il pourrait même s’agir de la bibliothèque personnelle du diadoque Flavius Ménandre que son fils aurait décidé d’ouvrir au public, ouvrant ainsi l’ère des grandes donations de bibliothèques aux cités grecques par de riches citoyens.

24Les ajouts offerts par Pantainos au complexe préexistant répondent en tout cas à une monumentalisation et à une ornementalisation ostentatoire caractéristiques des constructions publiques offertes par les empereurs et par les riches citoyens romains : installation d’un péristyle autour de la cour, placages en marbres de la bibliothèque, multiplication des statues, à l’instar du groupe sculpté représentant Homère, l’Iliade et l’Odyssée.

25La période impériale marque ainsi un changement important dans la mise en œuvre des bibliothèques publiques. Plus que les motivations qui ont entraîné la fondation de ces bibliothèques par de riches particuliers, c’est surtout l’aspect matériel de ces donations qui a alors connu d’importantes modifications. En effet, le prestige de ces institutions résidait auparavant dans leur contenu précieux et dans l’aura mystérieuse de ressources difficilement accessibles pour l’homme de la rue ; désormais, il s’exprime dans le luxe ostentatoire, la monumentalisation et la localisation prestigieuse au cœur de la cité des édifices qui les abritent. Les nombreuses études menées ces dernières décennies sur l’alphabétisation dans le monde grec antique s’accordent toutes pour dire que seule une faible proportion d’individus était capable de lire et d’écrire, et que plus rares encore étaient ceux avec les capacités et la motivation pour fréquenter les bibliothèques. Ces mêmes études semblent appuyer une certaine démocratisation de la lecture au cours de la période hellénistique et à l’époque romaine, ainsi qu’une importance accrue de l’utilisation de l’écrit. Les nombreuses bibliothèques installées dans les espaces publics et religieux de la Rome antique (Salles, 2001) —forum, sanctuaire et thermes— traduisent en quelque sorte la diffusion et le prestige accru de cette culture lettrée au sein de la population antique. Non pas que tous les citoyens aient fréquenté ces bibliothèques, mais le rôle et l’utilité de celles-ci sont plus largement reconnus et justifient ainsi les dépenses ostentatoires de quelques grands mécènes qui offrent à la cité des collections de livres dans un écrin majestueux. Dans les provinces orientales de l’Empire, l’activité édilitaire est particulièrement intense sous les règnes de Trajan (98-117 de notre ère) et d’Hadrien (117-138). Ainsi, une série importante de bibliothèques de cette période a été retrouvée par les archéologues sur les sites de Grèce et de Turquie.

La bibliothèque de Celsus à Éphèse et la bibliothèque de Nysa : bibliothèques et mausolées

26La plus connue des bibliothèques du IIe siècle de notre ère retrouvées en Turquie est la bibliothèque de Celsus à Éphèse, capitale de la province romaine d’Asie7. Cette bibliothèque a été édifiée par Ti. Julius Aquila, consul en 110 de notre ère, à la place d’une habitation privée. Elle occupait une position privilégiée au cœur de la cité, contre la porte de l’agora tétragone, centre économique d’Éphèse, et sur la rue à colonnade qui reliait cette dernière à l’agora d’État. Sa façade monumentale, richement décorée, avait été étudiée pour attirer les regards des passants de cette voie fréquentée (Hueber 1997 : 82-83). Trois grandes baies, fermées par des grilles, donnaient accès à la salle. Dans l’axe de l’entrée centrale, la seule dont les grilles semblent avoir été régulièrement ouvertes, se trouvait une abside de grandes dimensions, où il est possible de restituer une statue, peut-être d’Athéna8. Les parois latérales  et le mur de fond de part et d’autre de l’abside étaient percés de niches, derrière un podium rythmé par une colonnade. Les archéologues ont restitué trois niveaux de niches, les deux niveaux supérieurs étant vraisemblablement accessibles par un système de galeries. Les livres étaient rangés dans ces niches, auxquels seuls les employés de la bibliothèque avaient accès ; ils communiquaient ensuite l’ouvrage désiré aux lecteurs installés dans la partie centrale de la salle. Somme toute, l’image qui se dégage là ressemble fort à l’organisation des grandes bibliothèques modernes et contemporaines, comme la salle de référence de la bibliothèque Nationale rue de Richelieu ou la grande salle de la bibliothèque Sainte Geneviève à Paris.

Plan de la grande salle de la bibliothèque de Celsus

Plan de la grande salle de la bibliothèque de Celsus

Dessin W. Wilberg 1953

27Tout en s’inscrivant dans la tradition des bibliothèques érigées en Grèce et en Italie au cours des décennies précédentes, cette bibliothèque présente des nouveautés remarquables qui en font un véritable mémorial de pierre à la gloire de la famille de son fondateur. D’abord, nous sommes ici en présence d’un édifice indépendant, une bibliothèque qui n’est associée à aucune autre institution culturelle ou sanctuaire —ni gymnase, ni école philosophique, ni musée—, ni même à un ensemble architectural plus vaste. Elle se dresse seule et constitue un tout. Mais c’est surtout l’autre fonction assurée par l’édifice qui lui donne une dimension mémorielle supplémentaire. En effet, sous la salle de bibliothèque se trouvait le tombeau de Ti. Julius Celsus, consul en 92, proconsul d’Asie en 106/107 et père du fondateur de la bibliothèque. Nous sommes en fait en présence d’une fondation funéraire, dotée lors de sa construction de fonds propres destinés à l’entretien du bâtiment ainsi qu’au renouvellement et à l’enrichissement de ses collections (Wilberg, Theuer, Eichler et Keil 1953 : 81-84).

Coupe restituée de la bibliothèque de Celsus

Coupe restituée de la bibliothèque de Celsus

Dessin W. Wilberg 1953.

28On retrouve la même association d’une bibliothèque et d’un mausolée dans le grand édifice construit à une centaine de mètres au Nord du gymnase de la ville anatolienne de Nysa9 (Hiesel et Strocka, 2006). Comme à Ephèse, cet édifice comprend une grande salle dont les murs sont percés de grandes niches. Cette salle est ici entourée de plusieurs salles annexes dont la fonction reste encore mal établie. Les caractéristiques ornementales du bâtiment permettent de le dater des années 130 de notre ère. Cependant, aucune inscription ne permet de connaître dans quelles circonstances et par qui l’édifice fût bâti, mais les archéologues chargés de l’étudier le considèrent comme la fondation d’un grand évergète, à l’instar de la bibliothèque d’Éphèse. Cette hypothèse semble confirmée par les fouilles récentes qui ont mis au jour un magnifique sarcophage de marbre dans le portique d’entrée, près de la porte centrale de la grande salle. Ce sarcophage, qui appartenait vraisemblablement au fondateur de la bibliothèque ou à un membre de sa famille, était donc exposé aux yeux des lecteurs de la bibliothèque et des passants, commémorant ainsi la mémoire du défunt.

Plan de la bibliothèque de Nysa

Plan de la bibliothèque de Nysa

© G. Coqueugniot d’après Hiesel et Strocka 2006.

29Les bibliothèques d’Éphèse et de Nysa se présentent donc avant tout comme de précieux écrins à la gloire des familles qui les ont construites. Cette dimension mémorielle est particulièrement remarquable dans une civilisation où les défunts étaient rejetés à l’extérieur des murailles. En effet, dans la civilisation grecque, les nécropoles étaient toujours localisées hors de l’agglomération, le long des routes. Seuls les héros fondateurs et quelques très grands bienfaiteurs hellénistiques et romains ont reçu le privilège d’être enterrés à l’intérieur de la ville. Ces bienfaiteurs étaient alors généralement élevés au statut de héros et recevaient de ce fait un culte de la part de la cité ou d’associations constituées autour de leur inhumation10.

30Ces deux bibliothèques étaient donc des fondations funéraires dont le rôle de mausolée semble surpasser le rôle de conservatoire des écrits qui était à l’origine dévolu à de telles institutions.

Mémoire et propagande. La place des bibliothèques dans le monde grec antique

31Les premières bibliothèques publiques de Méditerranée orientale apparaissent au début de l’époque hellénistique, dans les capitales des royaumes qui s’organisent après la mort d’Alexandre le Grand et le partage de son Empire. Nées de la volonté de monarques hellènes installés loin de leur patrie, elles prennent pour modèles les bibliothèques des écoles philosophiques qui se sont développées à Athènes au cours du IVe siècle av. notre ère. Ces institutions répondent à une vocation mémorielle forte, qui prend plusieurs formes.

32En premier lieu, elles remplissent le même rôle que les bibliothèques contemporaines, celui de la conservation et de la transmission des textes et du savoir. Par nature, elles expriment une volonté encyclopédique, particulièrement marquée dans les collections privées de l’époque classique et dans les bibliothèques des cours royales hellénistiques. Ainsi, à Alexandrie et à Pergame, l’accumulation de tous les écrits grecs disponibles s’accompagnait d’une importante activité d’édition et de commentaires de ces textes.

33Mais dès leur apparition apparaît au second plan une vocation mémorielle plus personnelle ou dynastique. Volonté politique très marquée de propagation de la culture hellène et de domination idéologique des dynasties qui les fondèrent à l’époque hellénistique, glorification du fondateur et de sa famille à l’époque romaine.

34Ce glissement est particulièrement marqué par la monumentalisation de ces institutions à l’époque impériale. On passe alors de conservatoires d’écrits au prestige immense mais dont les modestes installations restent insaisissables sur le terrain à des édifices imposants et fastueux, qui occupent une position centrale dans la topographie urbaine. Ces édifices associent presque toujours les ancêtres et la famille des évergètes à l’acte de donation. Véritables mémoriaux de pierre à la gloire de leurs fondateurs, ils s’inscrivent dans un contexte d’émulation entre évergètes qui entraîne la multiplication des ensembles thermaux et culturels. En attestent les nombreuses inscriptions du IIe s. de notre ère mises au jour en Asie Mineure et en Grèce qui commémorent la fondation de bibliothèques et l’identification récente de plusieurs de ces édifices sur le terrain. Des édifices qui sont plus caractérisés par leur ornementation et par leurs inscriptions dédicatoires que par des traits architecturaux et fonctionnels.

Haut de page

Bibliographie

Bellier-Chaussonier, Maud, 2002, « Des représentations de bibliothèques en Grèce classique », dans Revue d’Études Anciennes 104 : 329-347.

Billot, Marie-Françoise, 1989, « Académie (topographie et architecture », 693-789, dans Goulet, Richard (dir.), Dictionnaire des philosophes antiques. Tome I, Paris, éditions du CNRS.

Blanck, Horst, 1992, Das Buch in der Antike, Munich, C.H. Beck.

Camp, John McK., 1989, « The philosophical schools of Roman Athens », dans Walker, Susan et Cameron, Averil, The Greek Renaissance in the Roman Empire, Bulletin of the Institute of Classical Studies sup. 55.

Camp, John McK., 1992, The Athenian Agora : Excavations in the heart of classical Athens, 2e éd., Londres, Thames & Hudson.

Canfora, Luciano, 2004, La bibliothèque d’Alexandrie et l’histoire des textes, Liège, CEDOPAL.

Casson, Lionel, 2001, Libraries in the Ancient world, New York et Londres, Yale University Press.

Chugg, Andrew M., 2004, The lost tomb of Alexander the Great, Londres, éditions Richmond.

El-Abbadi, Mohamed, 1990, The life and fate of the ancient library of Alexandria, Paris, Unesco.

Erskine, Andrew, 1995, « Culture and power in Ptolemaic Egypt : the Museum and Library of Alexandria », dans Greece & Rome 42 : 38-48.

Fedeli, Paolo, 1993, « Biblioteche private e pubbliche a Roma e nel mondo romano », 31-64, dans Cavallo, Guglielmo (dir.), Bari, G. Laterza.

Grunberg, Gerard, 2001, « Biblioteca Alexandrina », 482-490, dans Jacob, Christian et Giard, Luce (dir.), Des Alexandries I. Du livre au texte, Paris, BNF.

Hiesel, Gerhard et Strocka, Volker M., 2006, « Die Bibliothek von Nysa am Mäander. Vorläufiger Bericht über die Kampagnen 2002-2006 », dans Archäologischer Anzeiger 2006/2 : 81-97

Hoepfner, Wolfram, 2002, « Platons Akademie. Eine neue Interpretation der Ruinen », 58-65, dans id. (dir.), Antike Bibliotheken, Mayence, von Zabern.

Hueber, Friedrich, 1997, Ephesos. Gebaute Geschichte, Mayence, von Zabern.

Jacob, Christian et Giard, Luce (dir.), 2001, Des Alexandries I. Du livre au texte, Paris, BNF.

Kader, Ingeborg, 1995, « Heroa und Memorialbauten », 199-229, dans Wörrle, Michael et Zanker, Paul (dir.), Stadtbild und Bürgerbild im Hellenismus, Kolloquium, München, 1993, Vestigia, Beiträge zur alten Geschichte, 47, Munich.

Maehler, Herwig, 2004, « Alexandria, the Mouseion, and cultural identity », 1-13, dans Hirst, Anthony et Silk, Michael (dir.), Alexandria, real and imagined, Londres, Ashgate

Meritt, Benjamin D., 1946, « Greek Inscriptions », dans Hesperia 15 : 169-253.

Nelles, P., 1996, « Juste Lipse et Alexandrie : les origines antiquaires de l’histoire des bibliothèques », 224-242, dans Baratin, Marc et Jacob, Christian (dir.), Le pouvoir des bibliothèques. La mémoire des livres en Occident, Paris, Albin Michel.

Pfeiffer, Rudolf, 1968, History of the classical scholarship : from the beginning to the end of the Hellenistic era, Londres, Clarendon Press.

Salles, Catherine, 2001, « Les bibliothèques publiques de Rome », 321-337, dans Le Bohec, Yann (dir.), Rome, ville et capitale de César à la fin des Antonins, Paris, éditions du temps.

Shear, Theodor L., 1935, « The campaign of 1933 », dans Hesperia 4 : 311-339.

Shear Jr, Theodor L., 1973, « The Athenian Agora excavations of 1972 », dans Hesperia 42 : 359-407.

Shear Jr, Theodor L., 1975, « The Athenian Agora : Excavations of 1973-1974 », dans Hesperia 44 : 331-374.

Wilberg, Wilhelm, Theuer, Max, Eichler, Fritz et Keil, Josef 1953, Forschungen in Ephesos 5, 1 : die Bibliothek, Vienne, Österreichisches Archäologisches Institut.

Haut de page

Notes

*  Cet article propose une première présentation d’une recherche en cours de développement, qui s’inscrit dans le prolongement de la thèse de l’auteur sur les bâtiments d’archives et les bibliothèques du monde grec.

Sauf mention contraire, les traductions des textes grecs et latins sont de l’auteur.

1  Notamment l’Iliade et l’Odyssée d’Homère, mais aussi les écrits d’Hésiode et les tragédies d’Eschyle, Sophocle et Euripide.

2  Les nombreuses études sur l’histoire des bibliothèques antiques font en effet état du développement de ces bibliothèques publiques à partir de la fin du IVe s. av. notre ère, et les archéologues ont mis au jour toute une série de bibliothèques publiques des Ier et IIe siècles de notre ère à Rome, en Grèce et en Turquie. Voir pour une présentation récente de nos connaissances sur les bibliothèques de l’Antiquité Casson, 2001, et plus spécifiquement sur ces institutions dans le monde gréco-romain Blanck, 1992. Un autre ouvrage récent et bien diffusé (Hoepfner dir., 2002) regroupe plusieurs contributions historiques et archéologiques servies par des illustrations séduisantes, mais dont le contenu relève plus de la restitution et doit être consulté avec précautions.

3  L’évergétisme, pratique très courante à partir de la fin du IVe siècle av. notre ère, consiste pour un individu fortuné à construire et à offrir à une cité ou à un sanctuaire des monuments prestigieux : portiques, bibliothèques, nymphées, odéons… On peut comparer cette pratique au mécénat de riches particuliers, qui construisent ou restaurent aujourd’hui encore à leurs frais des édifices publics.

4  Si l’école platonicienne était bien installée dans le quartier de l’Académie, rien ne prouve en effet qu’elle ait « annexé » certaines salles du gymnase. M.‑F. Billot a d’ailleurs rappelé que Platon possédait là une petite propriété, et il est plus raisonnable de replacer l’« école » qu’il fonda dans ce jardin privé (Billot, 1989 : 780-789). Quant à la bibliothèque restituée dans le gymnase du Lycée, son existence et sa localisation découlent en grande partie de la prétendue identification de la bibliothèque de l’Académie.

5  À sa mort, Aristote légua sa bibliothèque à son successeur à la tête de l’école, Théophraste, qui la transmit à son tour à Nélée. Ce dernier n’ayant pas été choisi pour diriger le Lycée, il quitta Athènes avec les livres, et l’école péripatéticienne perdit ainsi sa bibliothèque (Blanck, 1992 : 135-137).

6  Cet édifice est découvert par les fouilleurs américains dans les années 1930 en bordure de la zone archéologique de l’agora d’Athènes, près du portique d’Attale. La moitié Est de l’édifice a quant à elle été mise au jour dans les années 1970 après l’extension de la zone archéologique dans ce secteur. Une rapide description des vestiges apparaît dans les comptes-rendus des fouilles de l’agora, publiés dans Hesperia, la revue de l’Ecole américaine d’études classiques d’Athènes.

7  Découverte dans les années 1900 par les archéologues autrichiens qui fouillent le site, cette imposante construction a été identifiée grâce à l’inscription dédicatoire qui ornait son architrave et aux deux bases inscrites de part et d’autre de la façade (Wilberg, Theuer, Eichler et Keil 1953). Dans les années 1970, les archéologues ont procédé à la reconstruction de sa façade richement ornée, à partir des blocs antiques.

8  La restitution d’une statue d’Athéna-Minerve, déesse du savoir, s’appuie sur des témoignages latins qui mentionnent la présence de statues de cette divinité et d’Apollon dans les grandes bibliothèques de Rome.

9  Identifié depuis longtemps avec une bibliothèque sur la base de sa ressemblance avec la bibliothèque de Celsus à Éphèse, ce bâtiment dont l’élévation est conservée sur deux étages est actuellement en cours de dégagement sous la direction d’archéologues turcs et allemands.

10  Les monuments héroïques et les fondations funéraires, qui rassemblaient autour de la tombe du défunt héroïsé des constructions cultuelles, des lieux de banquet ou de réunion, etc… se multiplient à partir de l’époque hellénistique, d’abord en dehors des agglomérations, puis dans les centres-villes (Kader, 1995).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte de Méditerranée orientale
Crédits © G. Coqueugniot, sur fond ArcGIS
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/96/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Plan d’Alexandrie, avec les différentes localisations proposées pour le Musée et la Bibliothèque
Crédits © G. Coqueugniot
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/96/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre La bibliothèque de Pantainos dans son contexte
Crédits © G. Coqueugniot d’après Camp 1992
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/96/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Plan de la grande salle de la bibliothèque de Celsus
Crédits Dessin W. Wilberg 1953
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/96/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Coupe restituée de la bibliothèque de Celsus
Crédits Dessin W. Wilberg 1953.
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/96/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Plan de la bibliothèque de Nysa
Crédits © G. Coqueugniot d’après Hiesel et Strocka 2006.
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/96/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaëlle Coqueugniot, « Des mémoriaux de pierre et de papyrus : les fondations de bibliothèques dans l’Antiquité grecque, entre mémoire et propagande  », Conserveries mémorielles, #5 | -1, 47-61.

Référence électronique

Gaëlle Coqueugniot, « Des mémoriaux de pierre et de papyrus : les fondations de bibliothèques dans l’Antiquité grecque, entre mémoire et propagande  », Conserveries mémorielles [En ligne], #5 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cm.revues.org/96

Haut de page

Auteur

Gaëlle Coqueugniot

a réalisé une licence d’histoire et de géographie, avant de poursuivre des études supérieures en histoire et archéologie classique à l’Université Lumière Lyon II et à l’University of British Columbia de Vancouver. En décembre 2005, elle soutenu à Lyon une thèse de doctorat en langues, histoire et civilisations des mondes anciens intitulée « Archives et bibliothèques dans le monde grec. Aspects matériels et architecturaux de 500 av. J.-C. à 100 apr. J.-C. », sous la direction de Marie-Christine Hellmann (directrice de recherche au CNRS, Arscan Nanterre) et de E. Hector Williams (Professeur d’archéologie à l’University of British Columbia, Vancouver). Depuis septembre 2007, Agnès Coquegniot occupe un poste d’ATER d’archéologie grecque à l’Université Lyon II et poursuit mes recherches sur le terrain, dans le cadre de la Mission franco-syrienne d’Europos-Doura (Syrie).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org