Navigation – Plan du site
Mémoires sur site: de l'intime au collectif

 Le temps du travail

Mémoires et récits d’un groupe de syndicalistes de chez Pirelli à Milan (Italie)
The labor time : Memories and stories of a group of trade unionists at Pirelli in Milan (Italy)
Luca Rimoldi

Résumés

À partir de 1908 jusqu’au milieu des années quatre-vingt, le quartier Bicocca a été l'un des principaux centres de production industrielle d'une grande multinationale italienne : la Pirelli. Dans cet article, par le biais des fragments des mémoires d'un groupe de syndicalistes militants de la Confédération Générale Italienne du Travail (CGIL) qui ont travaillé à Pirelli-Bicocca de la fin des années soixante jusqu'au début des années soixante-dix, j’essaierai de montrer comment les récits du travail se réfèrent à des imaginaires complexes et multiformes. Mon article analyse les modalités de récit des syndicalistes de leur travail à l'intérieur de l’usine aussi bien que de leur engagement dans le syndicat, en faisant apparaître les stratégies narratives employées. Ces mémoires-ci ont été recueillis lors d'entretiens au cours de mon terrain commencé en Octobre 2008 et toujours en cours. J’essaierai, par une analyse critique, de montrer comment les récits des syndicalistes de leur travail et de leur engagement dans la formation syndicale révèlent un échange continu entre le domaine public et privé, individuel et collectif et, au même temps, j’essaierai de mettre en évidence comment la mémoire du syndicat peut être employée pour tracer la biographie d'un lieu transformé par la modernité.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Italie, Milan

Index chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Le quartier doit son nom à la Bicocca degli Arcimboldi, une villa du XV siècle choisie par la fami (...)

1Situé dans la périphérie nord de la ville, le quartier Bicocca1 s'étend sur 700.000m² environ, à l'est de l'une des grandes artères de Milan : le Viale Sarca.

2Si vous visitez le quartier aujourd’hui, vous pourrez y voir un ensemble de bâtiments imposants et construits en ordre parfait comme les rangées d’arbres d’une forêt postindustrielle. Marc Augé avait défini comme non-lieux tous les espaces de circulation, de distribution, de communication dont on ne perçoit ni l’identité, ni l’histoire (Augé, 1992) et, au premier regard, même le quartier Bicocca de Milan pourrait correspondre à la définition donnée il y a quelques années par l’anthropologue français ; toutefois, on peut apercevoir çà et là des traces qui rappellent son récent passé industriel.

3Pour chercher à mettre en lumière certaines significations cachées de ces traces, j’utiliserai des fragments de mémoire et d’expériences d’un groupe de syndicalistes de la Confédération Générale Italienne du Travail (CGIL) qui ont travaillé chez Pirelli entre le milieu des années 1960 et le début des années 1980 et, en particulier, je mentionnerai le contenu de certains entretiens réalisés avec Fulvio Bella, Vito Basilico et Renzo Baricelli. Même si la reconstruction de leurs histoires personnelles n’est pas au cœur de cet article, il me semble important d’ajouter certains fragments qui composent la mosaïque de leur situation actuelle. Les témoignages auxquels je me réfère ont été recueillis dans le cadre de mon travail de terrain grâce à des entretiens réalisés à partir d’octobre.

4Dans la première partie, je ferai l’inventaire des transformations qui ont touché le quartier et qui l’ont fait passer de centre de production industrielle à « centre historique de la périphérie diffuse» (Postiglione, 1999), l'intention est de donner une idée, même partielle, des changements radicaux que le quartier a subi pendant les années de sa requalification. Cette courte allusion à l’histoire du quartier me semble nécessaire car je souhaite démontrer que l'usine qui n'est plus visible en tant que lieu physique, et qui dans l’inconscient collectif des actuels habitants du quartier a été oubliée, continue à faire produire à ce groupe de syndicalistes des récits qui mettent en lumière une série de thématiques liées à leur existence et à leur parcours professionnel chez Pirelli-Bicocca.

  • 2  « Travail Syndical» est une expression émique qui peut être trouvée dans de nombreux entretiens qu (...)

5Ensuite, dans la seconde et la troisième partie, j’illustrerai l’idée du travail, des conditions physiques et environnementales où il était effectué et des luttes qui ont commencé à partir de 1968 en mettant un accent particulier sur les aspects relatifs aux temporalités où le travail, qu’il s’agisse d’un poste d’employé, d’ouvrier ou de syndicaliste2 ; j’évoquerai les moments clés du parcours de ces syndicalistes et je vous démontrerai comment ils interceptent les dynamiques significatives de l’histoire du syndicat, du quartier et, indirectement, de l’Italie. Dans ce sens donc, la mémoire et la narration du travail sont des pratiques qui naissent de la tension entre ce dont on doit se rappeler et ce que l’on doit oublier et c’est la raison pour laquelle je suis capable de remettre en lumière une série d’horizons sociaux et culturels actuellement occultés par les transformations en cours.

Un quartier en transformation

6Fondé en 1872 par l’ingénieur Giovan Battista Pirelli, le groupe Pirelli s’est spécialisé dans la production de pneumatiques, de câbles et de produits variés en caoutchouc. Bicocca est devenu le siège principal de cette multinationale italienne dès 1908. À partir de 1975, avec le Plan de Réorganisation du groupe industriel, le quartier a été le théâtre d’une série progressive de changements marqués, du point de vue pratique, par l’approbation du Projet Bicocca et par la ratification par le Conseil Communal de Milan de la Variante au Plan Régulateur qui définissait Bicocca comme « un quartier de rattrapage urbain». Dans une conférence de presse de septembre 1985, Leopoldo Pirelli, alors président du Groupe, avait annoncé que l’espace du quartier Bicocca serait devenu, au fil des ans, un « Pôle technologique intégré», c’est-à-dire un ensemble d’espaces destinés à accueillir ce qu’il est convenu d’appeler le « tertiaire avancé». L’appel d’offre a été remporté par le projet proposé par l’étude d’architectes Gregotti et Associés (1988) et sa mise en œuvre ont poussé Bicocca à adopter une physionomie très rationnelle et géométrique tout en conservant dans sa structure architectonique certains aspects de l’ancien réseau industriel comme, par exemple, le pont qui relie deux des principaux bâtiments de l’Université qui servait autrefois au transport des pneumatiques produits et qui est aujourd’hui utilisé par les étudiants pour passer du bâtiment U6 au bâtiment U7.

7 Comme l’a souligné Gavino Manca qui, dès 1985, a pris les fonctions d’administrateur délégué et de directeur général d’Industrie Pirelli, Bicocca, malgré les intentions du projet, n’est ni un Parc de Sciences, ni une Technocity. « Si on le compare à ces modèles, ce quartier a quelque chose de moins, mais aussi quelque chose en plus : c'est un lieu qui rassemble des réalités différentes, l’expression d'une société complexe (...). On peut raisonnablement penser qu’il s’agira d’un lieu ordonné, d’une ville-réseau cohérente avec une conception unitaire et résolument compacte» (Manca, 2005 :168).

8Toutefois, Mario Mosca, ancien ouvrier et fondateur du Comité Unitaire de Base (CUB) de Pirelli Bicocca, a suggéré que « Bicocca n’existait plus ou presque. Sur les restes de ces ateliers qui ont été parcourus jour et nuit par des combinaisons blanches ou plus exactement grises à cause de la fumée, on est en train de construire une ville universitaire qui devrait bientôt accueillir des milliers d'étudiants. Nos enfants. Peut être qu’un jour je parlerais à ces enfants, je leur dirais peut être que ces merveilleuses salles de classes ont été bâties sur des fondations indestructibles, construites sur les histoires des vies de plusieurs générations» (Mosca, 1998 :84).

9Ce qui se produit peut être interprété à partir de la mémoire passée, c’est-à-dire que tout ce qui se passe dans le « présent» est la conséquence de plusieurs « après», aux durées variables, dans un amalgame unique pour chaque personne qui devrait en faire l’expérience (Tonkin, 1992), mais comme pour la narration de faits et d’événements passés, il ressort une subjectivité repositionnée qui prend du sens uniquement à la lumière du temps présent (Passerini, 2003) dans ses déclinaisons politiques, sociales, individuelles et collectives. Entendue dans son acception sociale, la mémoire est liée à ce qui a été partagé avec d’autres, qu’il s’agisse d’événements, de langages, de contextes d’action (Fabietti ; Matera, 1999). Il ne faut donc pas percevoir la mémoire comme la somme des reconstructions personnelles du passé, mais comme son intégration dans un passé perçu comme étant commun. De ce point de vue, comme l’ont souligné Lusanna et Motti, la mémoire joue un rôle transgressif à partir du moment où elle « éclaire les zones d’ombre que l’histoire ne mentionne pas, qu’elle évoque des événements et des faits que l’histoire a raconté de façon opaque et non problématique. Elle place les événements historiques dans un cadre plutôt nouveau, en 3 D, extraordinairement plus riche que l’enregistrement de la série de causes et d’effets qui constitue la séquence traditionnelle du récit historiographique » (Lussana, Motti ; 2007 :16).

Les temporalités du travail chez Pirelli

  • 3  Le Gratte-ciel de Pirelli, surnommé le «  Pirellone », fut bâti vers la fin des années 1950 (1956) (...)

10Fulvio Bella (58 ans) est le Coordinateur du secteur des actionnaires et des consommateurs de la Coop (Coopérative de consommateurs) Lombardie. Il a commencé à travailler au « Gratte-ciel»3 en 1967 et il a été le représentant syndical des employés de Pirelli pour la CGIL de 1971 à 1975.

11 Vito Basilico (83 ans) est entré dans le Laboratoire Pirelli au début des années 1950 en tant qu’expert en mécanique (comme dans toutes les grandes usines, la production industrielle était confiée à des laboratoires de recherche technico-scientifiques). Vito Basilico a travaillé chez Pirelli jusqu’en 1986. Il vit aujourd'hui dans un logement social du Viale Sarca de Milan que l’on peut facilement reconnaître grâce à l’une de ses fenêtres à laquelle, comme il le revendique souvent avec orgueil, flotte un drapeau rouge portant les symboles de la faucille et du marteau. Vito Basilico m’a par ailleurs raconté son action militante récente en politique, son adhésion au parti et sa candidature à différentes élections sur les listes du Parti Communiste des Travailleurs créé par Marco Ferrando après que ce dernier ait pris ses distances avec le Parti de la Refondation Communiste (2006). Enfin, Renzo Baricelli (75 ans) n’a jamais travaillé chez Pirelli et n’a jamais travaillé dans l’usine. Toutefois, de 1967 à 1971, en sa qualité de fonctionnaire syndical de la FILCEA-CGIL (Fédération Italienne des Travailleurs du secteur de la chimie et affiliés), il fut affecté au quartier Bicocca où l’usine Pirelli-Bicocca se trouvait alors. Il a pu observer de près la situation des travailleurs. Aujourd’hui « retraité de la CGIL», il participe à des rencontres, rédige des articles et des témoignages sur l’histoire du syndicat et sur son parcours personnel au sein de ce dernier.

  • 4  Il me semble important de noter que même la construction d’une source orale présente des spécifici (...)

12Comme le souligne Alessandro Portelli, d’un point de vue méthodologique, il ne faut pas sous-estimer le fait que de transcrire une partie des entretiens réalisés dans le cadre de la recherche sur le terrain c’est se placer dans un « espace intermédiaire où les lois de l’oralité et l’écriture seront en même temps respectées et violées, en cherchant à établir entre les deux pôles une tension constante» (Portelli, 1985 :11). De plus, il convient de rappeler que la narration ne dépend pas uniquement du narrateur lui même ou des questions qui lui sont posées4 ; comme le soulignent Contini et Martini « il s’agit d’une interprétation de son passé, et de son itinéraire personnel, faite par quelqu’un qui, entre-temps, est devenu un autre (...) et qui se tourne vers le passé en le jugeant selon la logique du présent» (Contini ; Martini, 1993 :29). Comme nous le verrons, d’une part, les récits des faits et des événements proposés par ces « révolutionnaires de profession» (Renzo Baricelli) font une référence constante aux modalités d’explicitation du conflit de classes chez Pirelli-Bicocca et, d’autre part, ils contiennent une lecture des narrateurs qui ne peut pas ne pas tenir compte de leur situation présente, qu’elle soit politique ou sociale.

13Mais reprenons depuis le début : les récits concernant les arrivées dans l’entreprise et dans la vie syndicale de Pirelli. Fulvio Bella m’a décrit sa vie professionnelle au Gratte-ciel comme une suite d’activités répétitives auxquelles il réussissait, non sans mal, à donner un sens, mais aussi comme une temporalité cyclique et circulaire matérialisée par l’horloge qui imposait inexorablement le rythme de travail.

« La première rencontre avec Pirelli a été catastrophique : on m'a demandé de classer les factures par ordre alphabétique et je me rappelle qu’il y avait ces horloges solaires qui changent l'heure, c’est-à-dire…puis, je me souviens que j'écrivais déjà des poèmes car la poésie est présente dans tout ce que j’ai fait, elle m’a apporté quelque chose. Et je me souviens que l’un des premiers poèmes que j’ai écrit m’est venu spontanément : « Comme le temps s’écoule le long du mur». Ça me rend fou, ce travail me rend fou : tout classer, sans aucune valeur. Je suis un jeune homme de seize ans et ce constat est à l’origine de ma révolte.... contre un travail que j’avais et qui ne m'apportait pas la moindre satisfaction» (Fulvio Bella)

14Toutefois, c’est justement sous cet angle que Fulvio Bella raconte comment son envie de changer sa situation professionnelle est née, mais aussi son rapprochement du syndicat et son changement de point de vue sur les conditions de travail des travailleurs.

« Nous voulions changer le monde car nous pensions que la classe ouvrière était capable de changer le monde et de changer les choses et il y avait donc derrière tout ça une volonté de construire un monde différent. On avait en commun, et c’était important, une petite chose avec une grande stratégie. Seule une grande stratégie nous aurait permis d’obtenir des résultats, mais même si les résultats atteints étaient moindres, nous les considérions comme des étapes. Il y avait beaucoup de tension idéale, très liée, toutefois, à la réalité, de changer les conditions de travail de chaque individu». (Fulvio Bella)

15L’usine possède toutes les caractéristiques d’une arène politique, d’un espace dans lequel les travailleurs avaient la possibilité de prendre conscience de leur propre existence à travers les pratiques de travail salarié en tant qu’ouvrier ou qu’employé et de pouvoir agir au niveau de l’usine en suivant les actions dictées par la ligne politique exprimée, au niveau national, par la CGIL mais qui, dans le cas de Bicocca, bien entendu, avaient des spécificités liées soit au contexte, c’est-à-dire « au type» d'usine, soit aux conditions, non pas de chaque travailleur, mais de chaque service. Toutefois comme l’avait remarqué l’historien Piero Bolchini, même si les trois grands services qui composaient Pirelli avaient subi une remarquable différenciation du point de vue de leur développement technologique, la tendance des ouvriers et des sigles syndicaux à « aller au-delà des frontières de leur propre service et à imposer les problèmes au niveau de tout l'ensemble était réelle» (Bolchini, 1967 :40).

« C’est là que se pose un problème d’appropriation de sa propre existence, c’est vraiment quelque chose… ensuite, il y avait cette sensation et puis, tout le monde, enfin certains plus que d’autres, pensaient qu’à notre époque seul le changement global importait ; chacun était convaincu et notamment ceux qui étaient content de faire des petites choses et dont tu faisais partie, mais ces petites choses faisait partie d’un raisonnement global». (Fulvio Bella)

  • 5  La Commission Interne a été la première forme de représentation syndicale présente sur un lieu de (...)

16Même si les témoignages relatifs à l’arrivée des institutions syndicales dans l’entreprise parlent de rupture dans le récit plus général d’une vie et d’une carrière, c’est-à-dire comme des événements qui stoppent net la possibilité de penser à un type donné d’avenir professionnel, il me semble plus intéressant de donner à ces représentations la perspective de « portraits sociaux » (Tonkin, 1992 : 14), de parcours de vie homogènes, même s’ils ne sont pas linéaires, fruit d’une série de choix politiques bien déterminés et conscients. C’est dans ce sens que Vito Basilico a décrit les motivations qui l’ont poussé à prendre part aux activités syndicales en relatant un épisode précis qui s’est produit quelques années après son embauche dans le Laboratoire de Pirelli-Bicocca (1951). À quelques mois de la présentation des listes des candidats de la CGIL aux élections des membres de la Commission Interne5, Vito Basilico m’a raconté s’être rapproché du « Numéro Un » du Laboratoire de recherche qui, ayant eu vent de ses intentions, l’avait pris sous son aile et lui avait fait remarquer qu’en s’investissant dans le syndicat, il mettrait un frein à sa possibilité d’évoluer au sein du Laboratoire.

17 « Il me conseilla de rester attentif car si j’entrais dans le syndicat, je ferais un choix irréversible ; (...) je lui ai répondu que j’en étais conscient, mais que je n’avais pas encore pris de décision ; (...) il m’avertit du fait qu’en choisissant d’être candidat sur ces listes, je n’aurais plus la possibilité de faire carrière car le laboratoire n’aurait pas toléré le fait d’avoir un chargé de recherches qui soit également un syndicaliste de la CGIL. (...) « Si tu vas encore plus loin, ta carrière s’arrêtera, tu ne penseras plus au laboratoire, ni à ton travail !», je lui ai demandé s’il m’aurait renvoyé et il m’assura le contraire tout en ajoutant qu’il m’aurait gardé pour me confier des tâches subalternes, sans véritables responsabilités, sans grandes perspectives. C'est alors que j’ai pris ma décision et que ma vie changea. Ma présence reste tolérée chez Pirelli en raison de mes aptitudes professionnelles, mais j’ai ruiné mon avenir professionnel au sein de l’entreprise». (Vito Basilico)

18La reconstruction des motivations qui ont poussé Vito Basilico a travailler dans le syndicat semble suggérer la possibilité de produire, sur le plan théorique, une dichotomie importante dans l'interprétation de son rôle au sein de l'usine et une restriction conséquente des autres possibilités d’existence. À l’acceptation d’un rôle marginal et déresponsabilisé au sein du Laboratoire, il faut opposer la possibilité d’avoir un rôle « actif» dans les négociations, l’organisation, la création d’affiches politiques visant non seulement à produire des supports, mais aussi à favoriser l’émergence d’une véritable conscience de classe. « Cela a continué ainsi jusqu’en 1986 c’est-à-dire pendant toute ma carrière chez Pirelli qui a été une double vie : j'en faisais le moins possible au bureau, mais je prenais la tête des revendications des différents services». (Vito Basilico)

19Pourtant, Vito Basilico parle de son travail comme d’une « action humaine sur quelque chose à transformer, à faire évoluer, à améliorer. Il précise pourtant que celui qui n’a pas d’obligations, n’a pas non plus de vie et que celui qui n’a pas d’objectifs à atteindre, n’a pas le moindre idéal, ce que l’action politique et le travail syndical apportent». (Vito Basilico)

20Dans ce sens, d’un point de vue général, en abordant le thème de la mémoire du travail chez Pirelli-Bicocca au travers des témoignages de personnes directement liées à la CGIL, on perçoit une double dimension du travail vraisemblablement liée à une conception différente, mais réelle, du temps. C’est la raison pour laquelle il semble judicieux de décrire les dynamiques inscrites dans la sphère du travail en termes de dédoublement de l’activité et de la vie professionnelle. D’une part, les témoignages de la vie du travailleur salarié, employé pour un nombre d’heures journalières défini dans le cadre d'activités déterminées sur une base contractuelle, d'autre part, le syndicaliste engagé à comprendre et à faire progresser les conditions de vie et de travail dans les différents services de l'entreprise.

Travailler pour les travailleurs

21Renzo Baricelli a décrit les conditions de travail des ouvriers de Pirelli-Bicocca comme étant caractérisées par une exploitation physique très intense qui s’est accompagnée, au cours de la seconde moitié des années 1960, d’une baisse des salaires imputable à une baisse du rendement7. Mais, les conditions matérielles du travail ne furent pas les seules responsables des luttes ouvrières chez Pirelli-Bicocca. Ainsi, dans les récits, un manque de liberté est constamment évoqué. Il est perçu comme un manque d'autonomie susceptible d’entraver les possibilités et les capacités d'action et de réalisation des travailleurs, aussi bien en interne, qu’à l’extérieur de l’entreprise.

« En entrant chez Pirelli, je ne connaissais pas bien le système du rendement et j'ai commencé par les conditions pratiques de travail qui généraient une grande fatigue. En approfondissant la question du rendement avec les ouvriers, je me suis rendu compte que c’était le point de départ de mon action. Il faut y ajouter le manque de liberté dans l’usine, une limitation de la liberté de penser et de l'action syndicale et politique. Même s'il y avait une liberté théorique, il était plutôt risqué de venir à l'usine avec un journal comme « L'Unità » dans ses affaires. Le travailleur avait le sentiment de vivre dans un environnement guidé par une discipline vexatoire. Le système de commande et de contrôle, par l'intermédiaire des chefs et des vigiles, était tel qu'il engendrait de la souffrance chez les travailleurs, y compris sur le plan humain. C’était quelque chose qui suscitait l’indignation, même refoulée. Une situation de type carcéral entraîne également des réactions d’ordre moral car une personne est atteinte dans sa dignité». (Renzo Baricelli)

22Une série de grèves et de mouvements de contestation a frappé Pirelli-Bicocca vers la fin des années 1960, comme dans d'autres petites et grandes entreprises italiennes. (Lumley, 1994). Sur ce point, nous ne chercherons pas à resituer les événements chronologiquement, les rapports entre industrie et syndicat (Bolchini, 1985), ni à dresser un portrait socio-économique des conditions nationales et internationales à l'origine de la critique et de la contestation de l'ordre existant. Nous n’approfondirons pas les modalités selon lesquelles les luttes de Pirelli-Bicocca en 1968-1969 se sont reflétées sur la conscience propre des ouvriers qui y participèrent (Scalvi, 1974), mais nous essayerons plutôt de démontrer que les témoignages sur le travail syndical ont un caractère particulièrement intéressant si on les replace dans l’optique du temps raconté. Le travail syndical, en effet, se caractérise par une temporalité conceptuelle d’amélioration de la vie des travailleurs.

« Du point de vue extérieur, c’est-à-dire de mon point de vue de syndicaliste, mon devoir était de venir au secours des ouvriers et de tout mettre en œuvre pour atteindre cet objectif : organiser les travailleurs, leur faire prendre conscience à travers la lutte visant à obtenir de véritables avancées. À mon niveau, lorsqu’on m’a demandé de quitter Pirelli-Bicocca, j’ai pensé que c’était une grande chance : je suis le responsable syndical de la deuxième plus grande usine d’Italie. J'étais déjà animé de cette passion et de cette conviction, à savoir de ne pas m'occuper d'autre chose que d'organiser la lutte et d'y mettre toute mon énergie. Je n’étais pas le seul à ressentir les choses ainsi, d'une façon générale, les syndicalistes de la CGIL avaient la même volonté à cette époque... (...). Il faut faire prendre conscience y compris des choses très simples que les gens ressentent, mais qui sont difficiles à définir ; en fait, si tu les définis maintenant, tu obtiens le consensus et c’est ce qui a permis à la lutte de chez Pirelli de prendre autant d’ampleur». (Renzo Baricelli)

23Au travers des activités effectuées dans le cadre de l’action syndicale, il ressort en effet la tentative de remodeler les modalités du rapport au travail, en partant de la confrontation avec le « patron» au moment des négociations et de l’organisation d’une série d’événements, de manifestations, de grèves pouvant bloquer provisoirement le cycle de production de l’usine et permettant aux instances dont elles partaient d’être visibles. Les témoignages de ce groupe de syndicalistes animés par l’idée de la révolution globale, montrent une dimension temporelle vaste et dilatée à l’horizon duquel ces hommes, en mettant sur le terrain non seulement leurs propres désirs et leurs propres aspirations individuelles, mais aussi, en cherchant à représenter le collectif des travailleurs et des travailleuses, semblent repenser leurs activités politiques et professionnelles respectives.

« Le travail est l’aspect technique de ton action, c’est l’art de la transformation et s’il est entre les mains du patron, il rend esclave. Le travail rend esclave s’il est dominé par le profit, le pouvoir. De notre côté, même si c’est pour une courte période, nous avons prouvé qu’il fallait rompre avec ce mécanisme, il fallait en sortir...sans les patrons. C’est pourquoi il valait mieux être syndiqué, pour libérer le travail de l’esclavage du patron. L’esclavage se manifestait par une plus grande fatigue et la baisse du niveau des salaires. (...). La prise de conscience du malaise, de la situation de simple exécutant soumis, passe par le travail en usine. Il y ceux qui s’en rendent compte avant, ceux qui s’en aperçoivent après et ceux qui veulent briser leurs chaînes et qui rejoignent le combat». (Vito Basilico)

24En outre, il semble important de mettre en évidence comment les références sociales aux événements isolés laissent un plus grand espace aux descriptions générales de la « saison», de la créativité d’une période à laquelle se manifestait une volonté partagée de sortir des modalités de production imposées par la hiérarchie ; celles-ci, en outre, étaient présentées comme des options réfutables et contestables à travers des stratégies précises de réappropriation du temps raconté comme en contraste constant entre un générique « avant» et un générique « après» les deux années de lutte de 1968-1969.

« Toutefois, nous disons que cette période, cette période merveilleuse… je m'en souviens. D’abord : je n’ai jamais travaillé aussi dur, mais c’est une banalité chez Pirelli-Bicocca cela signifiait par exemple balancer 10.000 personnes par roulement ou 5.000 personnes ; chaque roulement était une usine différente, ensuite, il fallait pouvoir rester, je ne dis pas vingt-quatre heures, mais si tu voulais rencontrer les autres, tu rentrais chez toi... c'est-à-dire, tu devais toujours te tenir prêt ; rien que pour rédiger les affiches et les poser, il fallait une heure, une heure et demie et chaque fois il fallait toujours en rendre compte. Le travail matériel, les quantités de tracts, le froid, les affaires le matin, je m’en souviens comme d’une époque d’un très fort engagement, c’était très chouette, car lorsque tu fais des choses qui plaisent, qui te plaisent, mais cet engagement, je l'ai pris avec plaisir». (Fulvio Bella)

25Fulvio Bella a toutefois souligné que le travail du syndicaliste, par opposition au travail ouvrier et d’employé, créait lui aussi des devoirs et des obligations matérielles qui sont souvent occultés dans d’autres témoignages pour laisser la place à un langage au ton presque épique : « Nous nous sentions révolutionnaires de profession, nous aspirions à devenir des révolutionnaires de profession car c’était l’éducation politique que nous recevions à gauche, de la part du Parti Communiste» (Renzo Baricelli). En outre, selon moi, ces tentatives annoncent la création d’un nouveau type de socialité et renforcent un sens identitaire d’appartenance à une réalité laborieuse modifiable et renégociable à travers l’instrument de la lutte et dans la structure narrative, elles expliquent aussi bien la dimension institutionnelle que les dimensions collectives et personnelles.

« En fait c’est la lutte qui rend libre car au moment de la lutte tu prends conscience de la classe à laquelle tu appartiens, tu es actif. La lutte syndicale fait ressortir les qualités et les défauts, mais surtout les qualités : la solidarité, la confiance réciproque, l’implication, le sens de la communauté, le fait se sentir comme une partie prenante dans quelque chose de fort sur le plan émotionnel (...). L’impact des luttes est tellement fort dans le vécu de chaque individu qu'il pourrait presque être considéré comme un traumatisme ayant différentes interprétations personnelles. Les luttes entraînent d'importants changements, y compris en ce qui concerne l’estime de soi, la vie, les relations aux autres. Même si au final on peut considérer que cela ne valait pas le coup, qu’on a perdu du temps, l’expérience d’un vécu aussi profond reste». (Renzo Baricelli)

26C’est justement dans l’expression de ces idées qui constituaient la base idéologique des contestations et des grèves que l’on retrouve les caractéristiques attribuées au travail syndical : l’idée de changement du monde à travers l’unité dans la lutte et le départ des travailleurs qui, à travers leur expérience, cherchent à reformuler l’organisation du travail dans l’entreprise.

« Être syndicaliste c’est une passion, comme celle de jouer d'un instrument. Aussi c’était un pas vers le socialisme, via le capitalisme où celui qui ne travaille pas, ne mange pas. Nous chantions alors ceci : « Nous ferons/ comme en Russie/celui qui ne travaille pas, ne mange pas ». C’était notre philosophie de vie et nous travaillions avec cette philosophie là, solidement ancrée en nous. (...). Être syndicaliste c’était s’engager dans une lutte professionnelle pour changer le monde. (...). Être syndicaliste, selon moi, c’était l’expression de la volonté de changer le monde, même si cette volonté se traduisait de différentes façons : cortège, tract, etc. Ce n’était pas vraiment un travail car le travail est l’expression d’un fait qui produit un autre fait, c’est-à-dire une succession. Le travail du syndicaliste consiste à faire prendre conscience des processus. Pourtant, l’idée de travail est peut être trop faible par rapport aux activités qui permettent d'aboutir à la prise de conscience du processus d’exploitation, d’aliénation». (Vito Basilico)

27Les récits concernant le travail au Laboratoire et au Gratte-ciel de Vito Basilico et de Fulvio Bella revêtent un caractère collectif construit à travers les « productions d’auto-conscience» émanant des pratiques du travail syndical. Dans ce sens, Renzo Baricelli a évoqué la saison 1968-1969 au travers du récit d’une bataille, d’un conflit ayant opposé deux acteurs sociaux : d’une part les ouvriers, sujet collectif orienté par les sigles syndicaux et d’autre part « le patron».

« Notre tactique consistait à démontrer que, chaque jour qui passe, la lutte prenait de l’ampleur, sans jamais manquer de consensus, ni d’adhésion, y compris au niveau de l’opinion publique. Cette stratégie était destinée à accroître la confiance, y compris chez ceux qui n’en ont pas toujours, et à démontrer à l’opposition que ses tentatives de créer des cassures étaient vaines car la lutte devenait de plus en plus importante et ralliait de plus en plus de monde. Si le patron s'en rend compte. Notre force a été d’avoir un rapport direct avec les travailleurs, puis de leur raconter ce qui se passait. On expliquait la tactique et la stratégie à tout le monde et par conséquent la conviction que la chose était juste était prouvée par les faits qui s’enchaînaient, c’était une chose réciproque : les faits te rendaient forts et la force produisait des faits. Je disais aux ouvriers : « Vous aussi, lorsque vous doutez, vous devez faire comme le patron qui ne montre jamais ses doutes et qui, même jusqu’au bout, affirme qu’il ne lâchera rien. Nous aussi, nous devons faire de même et affirmer que, même après notre mort, nous continuerons à nous battre pour nos droits (...) Tes capacités s’expriment sur le champ de bataille. Les ouvriers, les activistes comprenaient rapidement si tu faisais correctement ton travail, sans arrière-pensée, avec honnêteté et persévérance : tu devenais crédible au fur et à mesure que tu montrais ton engagement et ton esprit de sacrifice». (Renzo Baricelli)

Conclusions

28En se référant à la dichotomie de lieu/non-lieu, Augé avait précisé que ces deux catégories ne pouvaient pas être pensées sous une forme pure (Augé, 1992) ; dans ce cas, l’histoire du quartier Bicocca de Milan, à la lumière des récits des syndicalistes, est absorbée et repensée comme un fond urbain de pratiques de travail et de lutte. Pour raconter le quartier Bicocca, on a cherché à le présenter comme un lieu de mémoire, mais aussi comme un lieu d'oubli en raison des changements qu'il a subi.

29Autant ce que l’on choisit de rappeler, d’inclure, de rendre public, que ce que l’on choisir d’oublier, d’exclure, de taire contribue à parts égales à la construction d’un sens identitaire. En particulier, j’ai cherché à démontrer comment les témoignages du travail et du travail syndical témoignaient d’un échange continu entre la dimension individuelle et collective et comment l'organisation des travailleurs pouvait être utilisée pour retracer la biographie d'un lieu transformé par la modernité.

30Dans ce sens, discuter des idées relatives à la temporalité du travail et du travail syndical, ça signifie de commencer à reconstruire, à travers des récits, quelques-unes des nombreuses sens attribuées à le quartier Bicocca.

31Comme le suggérait Paul Ricœur « si l’on ne peut pas défaire ce qui a été fait, ni faire en sorte que ce qui s'est produit ne le soit pas, en revanche, la signification de ce qui s'est produit n'est pas donnée une fois pour toute ; (...) les événements qui appartiennent au passé peuvent être interprétés de façon différente, (...). On peut considérer ce phénomène de réinterprétation (...) comme un cas d’action rétroactive de l’orientation du futur sur « l’appréhension» du passé» (Ricœur, 1998 :41). Pour conclure, je pense que si l’on considère l’anthropologie comme une science sociale qui étudie les modalités grâce auxquelles les personnes donnent du sens au monde et si l’on considère la mémoire comme un élément crucial permettant de se positionner dans le monde, il faut posséder un savoir théorique relatif aux habitudes de ceux qui ont laissé des traces ainsi qu’un savoir pratique permettant de déchiffrer la trace même. Cette démarche devrait être suivie par un « travail nouveau, celui de placer la mémoire dans le mouvement d'échange avec les attentes vis-à-vis du futur et la présence du présent et de se demander comme nous utilisons notre propre mémoire par rapport à aujourd’hui et à demain» (Ricœur, 1998 : 23).

Haut de page

Bibliographie

AUGÉ, Marc, 1993, Nonluoghi. Introduzione a una antropologia della surmodernità. Milano, Elèuthera [ed. orig. 1992 Non-lieux, Paris, Editions du Seuil.]

BOLCHINI, Piero, 1967, La Pirelli : operai e padroni. Roma, Samonà e Savelli.

BOLCHINI, Piero, 1985, Pirelli 1914.1980. Strategia aziendale e relazioni industriali nella storia di una multinazionale. Tomo II. Il gruppo Pirelli-Dunlop : gli anni più lunghi. Milano, Franco Angeli.

BOTTAZZI, Mario, 1968, « Una lotta nuova nel monopolio della gomma. Non vogliono camminare a ritmo Pirelli», Rassegna Sindacale. Quindicinale della CGIL, 148, XIV : 15.

CONTINI, Giovanni et MARTINI, Alfredo, 1993, Verba manent. L'uso delle fonti orali per la storia contemporanea. Roma, La Nuova Italia Scientifica.

FABIETTI, Ugo, et MATERA, Vincenzo, 1999, Memoria e identità. Simboli e strategie del ricordo. Milano, Meltemi

LUMLEY, Robert, 1994, Dal’68 agli anni di piombo. Studenti e operai nella crisi italiana. Firenze, Giunti.

LUSANNA, Fiamma et MOTTI, Lucia, 2007, « Introduzione» : 15-22 dans Lussana, Fiamma et Motti, Lucia (sous la direction de), La memoria della politica. Esperienze e autorappresentazioni di uomini e donne. Roma, Ediesse.

MANCA Gavino, 2005, Sul filo della memoria. Cinquanta anni di Pirelli e dintorni. Milano, Egea.

MOSCA, Mario, 1998, C’era una volta la classe operaia. Un protagonista raccontato da sei donne. Milano, Unicopoli.

NORA, Pierre, 1989, « Between Memory and History : Les Lieux de Mémoire», Representation, 0, 26, Special Issue : 7-24.

PASSERINI, Luisa, 1984, Torino operaia e fascismo. Una storia orale. Bari, Laterza.

PASSERINI, Luisa, 2003, Memoria e Utopia. Il primato dell'intersoggettività, Bollati e Boringhieri. Torino.

PORTELLI, Alessandro, 1985, Biografia di una città. Storia e Racconto : Terni 1830-1985. Torino, Einaudi.

PORTELLI, Alessandro, 2007 « Avere ragione di fronte al padrone. Struttura ed eventi nella vita di Valtèro Peppoloni, lavoratore» dans Portelli, Alessandro (sous la direction de), 2007 Storie orali. Racconto, immaginazione, dialogo. Roma, Donzelli.

POSTIGLIONE Veneziano, 1999, Entretiens avec Vittorio Gregotti « Bicocca, una rivoluzione in periferia» dans l’archives du Corriere della Sera 17 septembre 1999. Consulté sur Internet, le 15 septembre 2009 à l'URL :

(http://archiviostorico.corriere.it/1999/settembre/17/Bicocca_una_rivoluzione_periferia_co_7_9909177201.shtml).

RICOEUR, Paul, 2004, Ricordare, dimenticare, perdonare. L’enigma del passato. Bologna, Il Mulino. [ed. orig. 1998, Das Rätsel der Vergangenheit. Erinnern-Vergassen-Verzeihen. Göttingen, Wallstein].

SCLAVI, Marianella, 1974, Lotta di classe e organizzazione operaia. Milano, Mazzotta.

THOMPSON, Edward Palmer, 1967, « Time, Work-Discipline and Industrial Capitalism», Past and Present, 38, 1 :56-97.

TONKIN, Elizabeth, 2000, Raccontare il nostro passato. Roma, Armando [ed. orig. 1992, Narrating our past. The social construction of horal history, Cambridge, Cambridge University Press].

Haut de page

Notes

1  Le quartier doit son nom à la Bicocca degli Arcimboldi, une villa du XV siècle choisie par la famille Arcimboldi comme résidence d’été. Même si elle se cache derrière une végétation plutôt dense, la Bicocca degli Arcimboldi est encore visible du Viale Sarca, à la hauteur du numéro 214. Elle fait partie de la liste des biens culturels de la région Lombardie.

2  « Travail Syndical» est une expression émique qui peut être trouvée dans de nombreux entretiens que j'ai fait pendant mes recherches.  Le fait que cette expression soit utilisée en opposition directe avec le mot « travail» ou « travail en usine» montre comment les expressions renvoient à des semblables significations

pour exprimer des dimensions opposes (en particulier la temporalité du travail et du travail syndical).

3  Le Gratte-ciel de Pirelli, surnommé le «  Pirellone », fut bâti vers la fin des années 1950 (1956) d’après un projet choisi par Alberto Pirelli (1882-1971). Inauguré en 1960, il fut racheté en 1978 par la région Lombardie qui en a fait son siège actuel. «  À la naissance du gratte-ciel Pirelli, nous l’avions baptisé «  Grattacottimi » car sa construction, en 1963-64 coïncidait avec une baisse de rendement” (Luigi Roma, ouvrier du service 31-câbles de Pirelli-Bicocca).

4  Il me semble important de noter que même la construction d’une source orale présente des spécificités liées au rapport qui va être établi entre le narrateur et le chercheur. «Je ne sais pas toutefois comment un jeune comme toi peut comprendre notre saison, continuer à parler, à interroger, mais il est difficile pour vous de comprendre notre saison. Lorsque j’avais ton âge...Je ne comprends pas pourquoi, vous les jeunes, vous n'avez pas envie de changer le monde. Vous n'en avez pas envie parce que vous êtes ternes, vous n'avez pas d'imagination, vous n'envisagez pas votre futur. Bien entendu, c’est difficile pour vous parce que vous êtes aveugles et qu’il est difficile d’imaginer ce que vous feriez si vous y voyiez. Nous avions un objectif qui était peut être illusoire, mais au moins nous en avions un ; aujourd’hui, les objectifs ne manquent pas, mais il n’y a plus d’illusion». (Vito Basilico)

Dans mon cas précis, du fait de mon âge et de mon appartenance au «monde des jeunes», Vito Basilico a montré qu’il doutait à plusieurs reprises de ma capacité à vraiment comprendre ce qui s’était passé et pourquoi. Il a mis en avant ce qui nous différenciait en opposant ce que lui avait fait à ce que je ne pouvais/voulais faire  ; ce n'est qu'après presque un mois de rencontres fortuites dans le restaurant "Da Aldo" que notre collaboration a véritablement commencé.

5  La Commission Interne a été la première forme de représentation syndicale présente sur un lieu de travail. Elle se composait de plusieurs représentants dont le nombre était proportionnel à l'effectif total des employés de l'usine. Les listes des candidats aux élections des membres pouvaient être présentées par des groupes de travailleurs indépendants ou par des groupes adhérant aux institutions syndicales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luca Rimoldi, «  Le temps du travail », Conserveries mémorielles [En ligne], # 11 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cm.revues.org/966

Haut de page

Auteur

Luca Rimoldi

est un étudiant du doctorat de recherche en anthropologie du monde moderne et d’ethnographie des diversités et des convergences culturelles de l’Université des études de Milano-Bicocca. Il a effectué des recherches au Japon et en Italie en s’intéressant à l’anthropologie historique en étudiant des thématiques relatives à la mémoire syndicale et aux récits sur le travail.
is a doctoral student in the research of modern anthropology and ethnography of cultural diversity and convergence studies at the University of Milano-Bicocca. He has conducted research in Japan and Italy are interested in historical anthropology by studying topics related to the memory of association and the stories about the work.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org