Navigation – Plan du site
Discours identitaire

Le mémorial du Canada à Vimy de Parcs Canada

Caroline Deswarte

Résumé

Reconnu lieu historique national par le gouvernement du Canada, le mémorial national du Canada à Vimy (France) est un autre exemple d’objet phare appartenant à la catégorie « identitaire ». Monument géré par Parcs Canada, ce mémorial a, comme son nom l’indique, vocation à faire garder en mémoire l’événement auquel il se rattache. Il s’agit de la bataille de la crête de Vimy qui a eu lieu en avril 1917 et qui a permis aux Alliés de reprendre du terrain sur les Allemands et ainsi de retrouver espoir. Comme le relate l’auteure, cette bataille a permis d’ancrer l’identité nationale des Canadiens dans la mémoire collective à travers leur rôle dans ce conflit mondial, immortalisé dans ce mémorial de Vimy.

Haut de page

Texte intégral

1La victoire en France des combattants canadiens sur la crête de Vimy, en avril 1917, a contribué à changer le cours de la Première Guerre mondiale. Elle a permis de reprendre du terrain sur l’armée allemande. Cet important succès entraina un lourd tribut pour l’armée canadienne : plus de 10 000 morts et blessés en six jours. Au total, c’est plus de 66 000 Canadiens qui périrent durant les quatre années du conflit.

2Suite à la Première Guerre mondiale de 1914-1918, de nombreux monuments commémoratifs furent érigés par le gouvernement canadien en France et en Belgique. Les gouvernements belge et français quelques mois après l’armistice ont décidé de céder au Canada des lieux de batailles à des fins mémorielles. On en retrouve ainsi huit, cinq en France et trois en Belgique. Le but des mémoriaux étant de rendre hommage, de remercier et de ne pas oublier les citoyens canadiens qui ont combattu et donné leur vie au cours de cette guerre.

  • 1 Canada, Affaires des Anciens Combattants Canada, 1985, Mémoriaux aux Canadiens morts à la guerre, O (...)

3Entre autres, le mémorial de Vimy est dédié aux soldats canadiens morts pour leur pays en France sans sépulture connue. Le monument est considéré comme « le plus impressionnant hommage que le Canada a rendu à ses citoyens qui ont combattu et donné leur vie au cours de la Première Guerre mondiale »1. Le parc commémoratif fut financé par le gouvernement canadien et son entretien est financé par le gouvernement via Parcs Canada et les Anciens Combattants. Le parc commémoratif de la crête de Vimy possède le statut de lieu historique national depuis 1997.

Description de l’œuvre

4C’est sur le terrain du parc de 91,18 hectares où eut lieu la bataille de la crête de Vimy que le monument est érigé. Celui-ci se situe sur une colline dominant le paysage de Douai à environ 14 km au nord de la ville d’Arras dans le département du Pas-de-Calais sur le territoire de Givenchy-en-Gohelle.

5Le monument pèse environ 40 000 tonnes et se compose d’une base de 75 m de long pour 10 m de hauteur et de deux colonnes de 35 m de largeur. Le tout culmine à une hauteur de 110 m. La base est composée de 11 000 tonnes de béton armé de centaines de tonnes d’acier, recouverte de pierre de parement et les deux piliers quadrangulaires sont constitué d’une pierre calcaire blanche, le Seget, provenant d’une carrière prés de Split (aujourd’hui Croatie). Sur le monument, vingt sculptures différentes sont présentes et furent taillées à la place où elles se trouvent. Ces sculptures représentent chacune des figures héroïques et allégoriques de vertu bien spécifiques telles que la paix, la charité, la justice, la foi ou la vérité. Les personnages sont de style classique et rappellent les œuvres de Michel-Ange ou de Rodin, notamment par les drapés des personnages et les détails physiques des corps masculins et féminins. La plus grande des sculptures est taillée dans un bloc de 30 tonnes. Elle représente une femme affligée, qui symbolise une jeune nation, le Canada, qui pleure ses morts. Celle-ci se trouve au-dessus d’un tombeau recouvert de branche de lauriers sur lequel reposent un casque et une épée. Sur les murs de la base, les noms de 11 285 soldats canadiens ne possédant pas de tombe sont gravés par ordre alphabétique.

6Sur le socle du monument, on peut lire une inscription en français et en anglais :

« À LA VAILLANCE DE SES FILS PENDANT LA GRANDE GUERRE, ET EN MÉMOIRE DE SES SOIXANTE MILLE MORTS, LE PEUPLE CANADIEN A ÉLEVÉ CE MONUMENT »

“TO THE VALOUR OF THEIR COUNTRYMEN IN THE GREAT WAR AND IN MEMORY OF THEIR SIXTY THOUSAND DEAD THIS MONUMENT IS RAISED BY THE PEOPLE OF CANADA”

7L’œuvre fut réalisée par le sculpteur et architecte Walter Seymour Allward (1876-1955). Allward était un concepteur de monument public au Canada. Des réalisations notables comme le monument commémoratif de la guerre d’Afrique du Sud ou le mémorial Bell à Brantford lui ont permis d’asseoir sa réputation de nouvel artiste du début du XXe siècle. Mais c’est le mémorial de Vimy qui constitue l’« œuvre de sa vie ». Ce projet nécessita 14 ans afin de se concrétiser, c'est-à-dire de 1921 à 1936.

Mémorial national du Canada à Vimy

Mémorial national du Canada à Vimy

Photographie de Dean MacDonald, août 2014

Anciens combattants Canada

Construction de l’œuvre

8C’est en décembre 1920 que la commission canadienne des mémoriaux de champs de bataille (CBMC) décide d’ouvrir une compétition avec jury destiné aux architectes et sculpteurs afin de réaliser les monuments qui seront érigés sur les sites de champs de bataille en France et en Belgique. À l’origine, le concours devait désigner un projet de monument commun à tous les sites de champs de bataille. Ce fut le projet d’Allward qui fut préféré en octobre 1921, à une centaine d’autres propositions. Cependant, son projet étant tellement singulier et original, il fut décidé qu’il soit unique et représente le monument commémoratif de guerre du Canada en Europe. Ainsi, les autres mémoriaux prévus sur les 7 autres lieux de batailles sont différents de celui-ci.

9En 1922, la France cède la propriété du terrain de la crête de Vimy de presque 290 acres afin d’y construire un parc commémoratif. L’emplacement du mémorial fut décidé par Allward sur la colline 145 du terrain où a eu lieu le plus gros de la bataille de 1917. De plus, la colline 145 est le point le plus élevé du site.

10Les travaux de construction débutèrent en 1925. Cependant, le terrain était tellement ravagé par les impacts d'obus et imbibés de cadavre, de barbelés et de munitions non explosées qu’il fallut 30 mois de travaux pour préparer le terrain avant de bâtir la base du monument. Après trois ans de travail, la base fut prête à recevoir les blocs de calcaire. À partir de 1927, les premiers blocs de pierre calcaire furent livrés et le travail de sculpture commença suivant les modèles de plâtre réalisé par Allward. Par ailleurs dès 1925, des arbres furent plantés autour du monument afin de créer le parc du mémorial. Hormis la zone immédiate entourant le monument, la majeure partie du terrain du mémorial fut conservée en l’état, c’est-à-dire, creusée par les trous d’obus et les tranchées. Le projet fut complété juste à temps pour la cérémonie de dévoilement du 26 juillet 1936. Lors de cette cérémonie, plus de 3 000 soldats canadiens étaient présents ainsi que le roi Edward VIII.

Objet fondateur du parc commémoratif

  • 2 Vimy Ridge : a Canadian reassessment / edited by Geoffrey Hayes, Andrew Iarocci, Mike Bechthold. 20 (...)
  • 3 KarinePietrzak, « Le mémorial de Vimy par Walter Seymour Allward (1925-1936) ou la sculpture au ser (...)

11Le monument est le principal objet du lieu historique pour plusieurs raisons. Premièrement, le monument est visible à des kilomètres à la ronde et tout a été mis en scène pour lui donner la plus grande place. Le parc commémoratif s’est construit autour du monument. Les routes et le parc boisé entourent le monument et le cernent afin de donner une impression de grand théâtre. Deuxièmement, les aménagements qui se trouvent dans le parc tels que les tranchées et les sous-sols furent conservés pour permettre de garder le contexte historique de la bataille de 1917. Cependant, ils ont une moins grande visibilité que le monument. Troisièmement, le monument selon Durflinger2 fut construit pour les vivants et non pour les morts en « alliant l’architecture, la sculpture et l’espace environnant »3 c’est pour cela qu’il est l’objet central du parc commémoratif.

Valeur sur la ligne du temps

Valeur historique

  • 4 Jill Scott,Vimy ridge memorial: Stone with a Story1. 2007, Queen's Quarterly. Winter.
  • 5 Vimy Ridge : a Canadian reassessment / edited by Geoffrey Hayes, Andrew Iarocci, Mike Bechthold. 20 (...)

12Au niveau historique le monument prend une place dans la ligne du temps. En effet, il a permis de remémorer au Canada un des événements majeurs du début du XXe siècle, la Première Guerre mondiale. Le monument tient à rappeler la Bataille de la crête de Vimy d’avril 1917 sur la colline 145. Alors que la guerre dure et que les Allemands gagnent du terrain, cette victoire même si elle fut petite est devenue un « symbole d’espoir pour les alliés ». De plus, elle a permis d’« ancrer l’identité nationale des Canadiens »4 après ce premier conflit mondial. En effet, le monument est devenu la représentation de la nation canadienne émergente5.

13Le monument fut dévoilé par le roi d’Angleterre de l’époque Edward VIII en 1936. De nombreux soldats canadiens, le président français et la population locale furent présents et écoutèrent le discours du roi rendant hommage aux combattants de la bataille de la crête de Vimy ainsi qu’aux 60 000 Canadiens qui ont disparu durant cette guerre.

14Pendant la Deuxième Guerre mondiale, le monument devient un sujet de préoccupation des Canadiens, à cause du risque de démolition qu’il courait en raison des bombardements alliés et allemands. Les Anglais ont utilisé cette inquiétude afin d’impliquer plus les Canadiens dans le conflit. En effet, l’attachement des Canadiens, citoyens, militaires ou vétérans au monument était très important. Celui-ci représentait alors un monument non seulement mémoriel, mais aussi identitaire. C’est ainsi qu’Hitler en 1940, aurait visité ce monument, ce que les Anglais affirmèrent. Cependant, les Allemands firent parvenir de nombreuses photos aux autorités canadiennes qui furent autant de preuves explicitant la fausse propagande de l’Angleterre.

  • 6 Vimy Ridge: a Canadian reassessment / edited by Geoffrey Hayes, Andrew Iarocci, Mike Bechthold. 200 (...)

15Hitler a préservé le monument pour deux raisons : la beauté de l’œuvre et le respect qu’il portait aux morts de la Première Guerre6.

16En 2007, lors du 90e anniversaire de la bataille, la reine Élisabeth II dévoila à nouveau le monument après les rénovations.

Valeur ethnographique

17Au niveau ethnographique le monument possède de nombreuses valeurs. Premièrement, le monument met en avant la réussite de la conquête de la crête de Vimy comme le début de la fin de la Première Guerre mondiale. Ensuite le monument est considéré mythologiquement comme la naissance de la nation canadienne7. Il représente aussi les deux versants de la guerre, l’action militaire et le sacrifice militaire8. Selon Allward « le mémorial symbolise le sacrifice du Canada, la tristesse ressentie par les familles de ce jeune pays et l’amitié que le combat a scellée entre la France et le Canada »9. De plus, le parc est l’évidence physique de l’accomplissement militaire d’avril 1917 et permet de rappeler le cout de la guerre et ses conséquences sur les vivants10. Et finalement, le mémorial de Vimy est le premier à insister sur les horreurs de la guerre et la terrible perte humaine11, ce qui en fait une valeur très importante au niveau ethnologique.

  • 12 Jacqueline Hucker, Op. cit.

18Il est aussi important de noter qu’un mythe est apparu autour des arbres plantés dans le parc du mémorial. En effet, chaque arbre est sensé représenter un Canadien mort au combat12. Cependant, ce mythe est seulement entretenu par les visiteurs et le site internet des anciens combattants Canada, mais il est totalement Yves Bergeron2016-11-15T12:38:00YBfaux. En effet, le parc de presque 110 hectares comporte une multitude d’arbres et d’arbustes du Canada mais le nombre exact d’arbres plantés n’est pas connu. Le nombre de canadiens morts lors de la Première Guerre mondiale représente plus de 66 000 personnes et le mythe entretenu parle seulement des 11 285 soldats sans sépultures inscrits sur le monument commémoratif.

Valeur esthétique et artistique

  • 13 Jill Scott, Vimy ridge memorial: Stone with a Story1. 2007, Queen's Quarterly. Winter.
  • 14 KarinePietrzak, « Le mémorial de Vimy par Walter Seymour Allward (1925-1936) ou la sculpture au ser (...)
  • 15 Ibid.

19Les figures allégoriques crées par Allward furent un défi de la conception à la finalisation. En effet, les sculptures furent réalisées sur place à partir des plâtres et desseins d’Allward. Les figurines ont une certaine connexion à la mythologie grecque13 , à cause du style et des inspirations d’ Allward (Michel-Ange et Rodin), mais rappellent aussi le début du XXe siècle. Une distinction entre les personnages masculins représentant le schéma types idéalisé en vogue à l’époque de l’entre-deux guerre et les femmes idéalisées comme protectrice des soldats14. On note aussi la présence d’une dimension chrétienne avec la mise en scène de la crucifixion, la descente de la croix et la mise au tombeau15. La religion était alors très importante dans la vie des Canadiens.

20Des contraintes esthétiques et artistiques furent imposées pour le monument. En effet, les noms des soldats sans sépultures qui sont inscrits sur la base du monument ne faisaient pas partie de son idée et étaient en contradiction avec son projet de sanctuaire. Finalement, aujourd’hui ce sont les noms que l’on retient plutôt qu’un sanctuaire16.

Valeur patrimoniale

  • 17 Vimy Ridge : a Canadian reassessment / edited by Geoffrey Hayes, Andrew Iarocci, Mike Bechthold. 20 (...)

21La valeur patrimoniale est attestée par la reconnaissance en lieu historique national par le gouvernement canadien (Parcs Canada). De plus, ce mémorial de la crête de Vimy est reconnu comme le principal lieu commémoratif canadien en Europe. Selon Durflinger : « Canada has safeguarded its past and its growing sense of nationhood »17. Le monument est visité chaque année par des milliers de personnes et anciens combattants. Les vétérans considèrent cette visite comme un pèlerinage.

Valeur muséale

22Le Parc commémoratif est formé autour de l’œuvre, mais aussi sur l’histoire de la bataille de la crête 145 avec la conservation des vestiges de la guerre notamment les tranchées et le terrain parsemé de trou de mortier et d’obus. Aussi des présentations sur le monument et le travail de Walter Allward sont présents au musée canadien de la guerre.

Discours et importance de l’œuvre

Discours sur l’objet

23Le jour du Souvenir, le 11 Novembre est une date qui permet de se souvenir du sacrifice des Canadiens pour la liberté. Le monument est donc important pour commémorer les pertes des Canadiens durant la Première Guerre mondiale.

  • 18 Foot, Richard, Restoration of Vimy monument a labour of love. CanWest News, Avril 2007.
  • 19 Karine Pietrzak, Op. cit.

24Le choix effectué lors du concours dénote de l’importance de l’œuvre d’Allward. Le monument devant perdurer, il a commencé à subir les affres du temps à cause des intempéries, de l’argile utilisée et d’une mauvaise compatibilité des matériaux utilisés lors de rénovations réalisées avant 2004. La fierté nationale selon Chadderton a subi des infiltrations d’eau et ses fondations ont commencé à souffrir. De plus, les noms des soldats sans tombes ont commencé à s’effacer. Durant cette période des vétérans interpellèrent le gouvernement « Ce que nous allons laisser est juste un monument et des noms, car le reste, l’esprit du moment et la mémoire vivante vont mourir (parole de vétérans) »18. Tous ces problèmes ont suscité un regain d’intérêt de la part du gouvernement pour entériner les rénovations qui commencèrent en 2004 et s’achevèrent en 2007 à l’occasion du 90éme anniversaire de la bataille19. Depuis, le monument fut souvent l’objet de publication, notamment sur les problématiques qu’ont suscitées les rénovations.

Présentation et mise en scène

25Le Mémorial est présent sur le site de Parcs Canada, du musée de la guerre ou des anciens combattants. Une visite 3D est même disponible. Le mémorial est présenté en détail lors des étapes de sa construction, il est l’occasion d’un rappel sur l’histoire de la bataille de la crête. Les moules en plâtres de Allward représentant les figures allégoriques font partie d’une exposition au Musée de la guerre d’Ottawa dans la salle de la Régénération.

Changement du discours

  • 20 Jacqueline Hucker, Op. cit.

26Le discours a changé au cours du temps. Au début du processus de construction de l’œuvre, le site fut choisi parce qu’il s’agissait à l’époque du plus grand fait d’armes de l’armée canadienne, selon les définitions traditionnelles d’une victoire militaire. En effet, la bataille de la crête de Vimy était alors le plus long combat de l’engagement canadien, mais aussi c’est le premier sous un commandement canadien. Le site fut établi comme un site sacré sanctifié par le sang des morts. L’accentuation du caractère purement canadien du parc (nombreux érables) fut possible avec l’identification forte des Canadiens avec la crête de Vimy. De plus, il fut décidé de garder l’artillerie dans la partie immédiate du monument pour renforcer le fait que le parc soit un site historique de bataille. Mais avec les années, le parc est devenu plus distant du monument du fait de la séparation causée par des recommandations d’accommodements et de facilité d’accès au monument20. Les valeurs originelles attribuées au parc mémoriel furent atténuées.

  • 21 Ibid.

27À partir des années 60-70, on assiste à une « amnésie culturelle », le site perd peu à peu sa valeur de site sanctifié à cause de la gestion et du programme de présentation dispensé durant cette période. En 1990, avec le projet de rénovation, le discours sur le monument délivré par les guides du site change. Les guides parlent surtout de l’histoire militaire et oublient la signification du monument, des cimetières ou du parc mémoriel21.

  • 22 Jill Scott, Vimy ridge memorial: Stone with a Story1. 2007, Queen's Quarterly. Winter.

28À partir de 2004, un nouveau tournant s’engage avec le début des rénovations. Les valeurs culturelles du parc sont accentuées. C’est ainsi qu’en 2007, le mémorial retrouve son intégrité originelle et permet d’« offrir un moment de refuge de pure forme »22. Selon Scott il était nécessaire d’« avoir un contexte sinon la pierre n’a aucun pouvoir, ce monument à une histoire qui demande une réponse ».

Importance actuelle

Suite à la rénovation du monument en 2007 et à la visite de la reine, l’image du monument a pu se réactualiser et se faire connaitre auprès des générations les plus jeunes. Le devoir de souvenir à une influence dans la vie des Canadiens de tous les âges, origines et milieux sociaux. Notamment du fait du service et du sacrifice fait par ses individus pour que nous gardions notre liberté. Depuis 1936, le pèlerinage au mémorial de Vimy est important pour de nombreux vétérans ou citoyens pour montrer leurs devoirs de mémoire et de respects.

  • 23 Jean Martin,« Vimy, Avril 1917 : La naissance de quelle nation ? »,Revue militaire canadienne, vol. (...)

29La restauration des moules en plâtres des figures allégoriques d’Allward (17 sur 20) présentés au Musée de la guerre d’Ottawa démontre la volonté du gouvernement canadien de rappeler la victoire de Vimy et de la Première Guerre mondiale. Le monument est certes plus connu dans la mémoire collective des Canadiens anglophones comme le rappelle Jean Martin par rapport à la commémoration du 100e anniversaire de la bataille23.

30Et plus récemment, le Canada a encore démontré l’importance de ce monument pour les Canadiens avec les nouveaux billets en polymère de 20 dollars canadiens ; la représentation du mémorial de Vimy sur le billet le plus usité au Canada. Cette représentation permet aux Canadiens de penser aux combattants tous les jours et pas seulement le jour du Souvenir, mais aussi il permet de faire connaitre ce monument aux Canadiens des nouvelles générations.

Haut de page

Bibliographie

Périodiques 

D. Duffy, « Complexity and Contradiction in Canadian Public Sculpture: The Case of Walter Allward ». American Review of Canadian Studies , Vol. 38, Iss. 2, 2008, pp. 189-206.

R. Foot, “Restoration of Vimy monument a labour of love”. CanWest News, Avril 2007.

J. Hucker, “Battle and Burial: Recapturing the Cultural Meaning of Canada's National Memorial on Vimy Ridge ». The Public Historian, Vol. 31, Nº 1 (Winter 2009), pp. 89-109.

A. Picard, "Restoring loss at Vimy." Canadian Architect 51, nº 5 (2006) 74-77.

K. Pietrzak, « Le mémorial de Vimy par Walter Seymour Allward (1925-1936) ou la sculpture au service de la commémoration ». Livraisons d'histoire de l'architecture. Nº 12, 2e semestre 2006. pp. 101-110.

J. Scott, Vimy ridge memorial: Stone with a Story1. Queen's Quarterly. Winter. 2007.

J. Martin, « Vimy, Avril 1917 : La naissance de quelle nation ? » Revue militaire canadienne, vol. 11 (2), (2011), p. 32-38.

Twin towers of vimy memorial crumbling: Saving monument called matter of national pride. 2000. Daily Commercial News and Construction Record 73 (106) (Jun 01): 0.

Livre et publications gouvernementales 

Canada. Affaires des Anciens Combattants Canada, Mémoriaux aux Canadiens morts à la guerre. Ottawa, Anciens Combattants Canada, 1985.

Canada. Affaires des Anciens Combattants Canada, Une journée pour se souvenir. Série du souvenir, Ottawa, Anciens Combattants Canada, 2005.

G. Hayes, A. Iarocci, M. Bechthold (ed.), Vimy Ridge : a Canadian reassessment, Waterloo, Ontario, Laurier Centre for Military Strategic and Disarmament Studies, Wilfrid Laurier University Press, 2007.

Sites internet 

Anciens combattants Canada, visite 3D du site de Vimy.

http://205.207.146.197/indexfr.html

Banque du Canada, « Le nouveau billet canadien de 20 $ en polymère : un rappel de l’histoire », août 2012.

http://www.banqueducanada.ca/wp-content/uploads/2012/09/article_aout2012.pdf

Brandon, Laura, « Mémoire d’un monument : les sculptures du Mémorial de Vimy », site internet du Musée canadien de la guerre.

http://www.museedelhistoire.ca/cwm/exhibitions/vimy/sculptures_f.shtml et http://www.museedelaguerre.ca/education/ressources-pedagogiques-en-ligne/depeches/memoire-dun-monument-les-sculptures-du-memorial-de-vimy/

Gouvernement du Canada, anciens combattants Canada, « Mémorial national du Canada à Vimy ».

http://www.veterans.gc.ca/fra/remembrance/memorials/overseas/first-world-war/france/vimy

et http://www.veterans.gc.ca/fra/remembrance/memorials/overseas/first-world-war/france/vimy/story-galleries/04_monument

Hutchison House, site internet Lieux patrimoniaux du Canada, géré par Parcs Canada.

http://www.historicplaces.ca/fr/rep-reg/place-lieu.aspx?id=1329

Le parc mémorial canadien de Vimy, site internet Nordmag

http://www.nordmag.fr/patrimoine/histoire_regionale/premiere_guerre/vimy.htm

Pépin, Carl, « Monument commémoratif du Canada à Vimy », Site internet : Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française.

http://www.ameriquefrancaise.org/fr/article-376/Monument_commémoratif_du_Canada_à_Vimy.html#.VL1iVBxE7qd

Haut de page

Notes

1 Canada, Affaires des Anciens Combattants Canada, 1985, Mémoriaux aux Canadiens morts à la guerre, Ottawa, Anciens Combattants Canada, p. 45.

2 Vimy Ridge : a Canadian reassessment / edited by Geoffrey Hayes, Andrew Iarocci, Mike Bechthold. 2007. Waterloo, Ontario : Laurier Centre for Military Strategic and Disarmament Studies, Wilfrid Laurier University Press. p.287.

3 Karine Pietrzak, « Le mémorial de Vimy par Walter Seymour Allward (1925-1936) ou la sculpture au service de la commémoration », Livraisons d'histoire de l'architecture. 12, 2e semester, 2006. p.104.

4 Jill Scott,Vimy ridge memorial: Stone with a Story1. 2007, Queen's Quarterly. Winter.

5 Vimy Ridge : a Canadian reassessment / edited by Geoffrey Hayes, Andrew Iarocci, Mike Bechthold. 2007. Waterloo, Ontario : Laurier Centre for Military Strategic and Disarmament Studies, Wilfrid Laurier University Press. p.291.

6 Vimy Ridge: a Canadian reassessment / edited by Geoffrey Hayes, Andrew Iarocci, Mike Bechthold. 2007. Waterloo, Ontario : Laurier Centre for Military Strategic and Disarmament Studies, Wilfrid Laurier University Press. p.293.

7 Andréa Picard, "Restoring loss at Vimy." Canadian Architect 51, 5 (2006) p.74-77.

8 Jacqueline Hucker, “Battle and Burial : Recapturing the Cultural Meaning of Canada's National Memorial on Vimy Ridge », The Public Historian, Vol. 31, 1 (Winter 2009), 89-109. Publié par : University of California Press on behalf of the National Council on Public History.

9 Karine Pietrzak, « Le mémorial de Vimy par Walter Seymour Allward (1925-1936) ou la sculpture au service de la commémoration », Livraisons d'histoire de l'architecture. 12, 2e semester, 2006. p.107.

10 Jacqueline Hucker, Op. cit.

11 Jill Scott, 2007. Vimy ridge memorial: Stone with a Story1. Queen's Quarterly. Winter.

12 Jacqueline Hucker, Op. cit.

13 Jill Scott, Vimy ridge memorial: Stone with a Story1. 2007, Queen's Quarterly. Winter.

14 Karine Pietrzak, « Le mémorial de Vimy par Walter Seymour Allward (1925-1936) ou la sculpture au service de la commémoration », Livraisons d'histoire de l'architecture. 12, 2e semester, 2006. p.101-110.

15 Ibid.

16 Dennis Duffy, “Complexity and Contradiction in Canadian Public Sculpture: The Case of Walter Allward”, American Review of Canadian Studies , Vol. 38, Iss. 2, 2008. p.189-206.

17 Vimy Ridge : a Canadian reassessment / edited by Geoffrey Hayes, Andrew Iarocci, Mike Bechthold. 2007. Waterloo, Ontario : Laurier Centre for Military Strategic and Disarmament Studies, Wilfrid Laurier University Press. p.303.

18 Foot, Richard, Restoration of Vimy monument a labour of love. CanWest News, Avril 2007.

19 Karine Pietrzak, Op. cit.

20 Jacqueline Hucker, Op. cit.

21 Ibid.

22 Jill Scott, Vimy ridge memorial: Stone with a Story1. 2007, Queen's Quarterly. Winter.

23 Jean Martin, « Vimy, Avril 1917 : La naissance de quelle nation ? », Revue militaire canadienne, vol. 11 (2), 2011. p.32-38.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Mémorial national du Canada à Vimy
Légende Photographie de Dean MacDonald, août 2014
Crédits Anciens combattants Canada
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/2365/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Deswarte, « Le mémorial du Canada à Vimy de Parcs Canada », Conserveries mémorielles [En ligne], #19 | 2016, mis en ligne le 07 décembre 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://cm.revues.org/2365

Haut de page

Auteur

Caroline Deswarte

 Diplômée de la maîtrise en Muséologie à l’Université de Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org