Navigation – Plan du site

Présentation

Conserveries mémorielles est une revue transdiciplinaire à comité de lecture qui publie des travaux empiriques et théoriques de divers horizons touchant aux problématiques de la mémoire, du temps et de l’historicité. Elle est animée par une équipe internationale de jeunes chercheurs.

Dernier numéro en ligne
#17 | 2015
Mobilité, espace et temps. Quelle mémoire pour la réalité augmentée ?

Mobility, Space and Time. Which Memory for Augmented Reality ?
Sous la direction de Etienne Faugier et Arnaud Passalacqua
Tableau de bord
Informations sur cette image
Crédits : ©sayuraam

Marcel Proust décrit comme réalité augmentée la perception de la vie moderne qu'offrent les déplacements motorisés. Assurément les nombreuses facettes de la mobilité contemporaine permettent en effet de concevoir différemment de nos ancêtres le rapport que nous entretenons à l'espace et au temps. Les déplacements pédestres et cyclistes offrent ainsi un regard direct vis-à-vis du paysage, quand le chemin de fer, l'automobile ou l'avion produisent un regard sur l'environnement biaisé par la vitre et la vitesse collective ou individuelle.

À la façon des travaux s'étant intéressés au paysage des transports, ce numéro propose donc de s'intéresser, d'une part, à la place des systèmes de mobilité dans le paysage mémoriel et, d'autre part, à la vision qu'offrent les systèmes de mobilité du paysage mémoriel. Cette proposition n'est pas sans paradoxes. Le déplacement est par essence évanescent et, de ce fait, sa dimension mémorielle – voire patrimoniale – semble délicate à saisir. L'histoire des transports semble souvent prendre l'allure d'une longue accélération permettant aux hommes et aux marchandises de s'abstraire des notions de temps et d'espace pour atteindre une quasi-ubiquité. Dès lors comment considérer l'idée de mémoire, qui suppose un cadre spatio-temporel stable ?

Le rapport de notre société au temps est d'ailleurs une question d'actualité, notamment par l'attention portée aux notions de vitesse et d'accélération. Celle de temps est toujours difficile à définir ; elle échappe souvent à l’historien même s'il s’applique à étudier une portion du temps, le passé. Dans le cadre de ce numéro, qui croise les approches de sciences sociales et de littérature, nous proposons de définir le temps comme étant les changements de registres qui s’effectuent lorsque l’on passe d’un mode de déplacement à un autre. Changer de mode produit une accélération ou un ralentissement de l'espace-temps de l'usager, y compris dans le champ mémoriel.

Actualités

Carnet de l'Institut d'histoire du temps présent

CRHEH - Carnet du réseau d'historiographie et d'épistémologie de l'histoire

À la recherche du temps présent

Nuevo mundo radar

Histoire musées expositions : Histoire culturelle et art contemporain

Calenda

  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org