Navigation – Plan du site
La bibliothèque dans l'oeuvre

La bibliothèque dans Le Silence de la mer, un espace symbolique

Nathalie Gibert-Joly
p. 166-173

Résumé

Le Silence de la mer, écrit en 1941 et publié en 1942, est un livre culte qui a consacré son auteur Vercors – de son vrai nom Jean Bruller - comme un des écrivains de la Résistance. A la Libération, ce premier volume de la maison d’édition clandestine les Editions de Minuit, a été immédiatement réimprimé, puis suivi d’une adaptation théâtrale en 1949 dans une mise en scène de Jean Mercure, et du film très fidèle de Jean-Pierre Melville.

Si on ne l’a pas lu, on en connaît du moins l’histoire, celle d’un officier allemand Werner von Ebrennac qu’un oncle et sa nièce sont obligés d’accueillir dans leur maison. Chaque soir, cet homme cultivé comble le silence, forme de résistance de ses hôtes, par ses monologues illusoires exprimant son espoir d’union entre l’Allemagne et la France. Quand il apprend finalement les véritables intentions de son pays, il se résigne, ce que le narrateur réprouve hautement, s’engage pour le front de l’est et quitte à jamais la nièce, symbole dans son esprit de cette France digne qu’il admire et aime tant.

Ce livre incontournable, posé librement aujourd’hui sur les étagères des bibliothèques publiques et privées, a été largement commenté. Nous nous risquons néanmoins à proposer une nouvelle entrée : dans ce bref essai, nous nous permettrons de pénétrer dans ce récit par le biais de la bibliothèque qui trône majestueusement dans la salle de l’oncle et de sa nièce et nous essaierons de montrer que cet espace symbolique offre une circulation riche d’interprétations nombreuses de l’imaginaire du texte au réel le plus immédiat.

Haut de page

Texte intégral

La bibliothèque dans Le Silence de la mer, un objet théâtral

1Bien que le récit Le Silence de la mer soit une nouvelle à l’origine, il est néanmoins riche de théâtralité. Vercors n’a jamais caché son intention de resserrer l’histoire autour d’une unité d’action rigoureuse, et de respecter une unité de lieu propice au confinement des personnages. Chaque soir durant plus de six mois, l’officier allemand Werner von Ebrennac affronte le silence obstiné d’un oncle et de sa nièce dans un sombre huis-clos. Si dans la nouvelle de 1941, le narrateur fait mention de la chambre à l’étage destinée à accueillir Werner ainsi que de la cuisine le lendemain de l’arrivée de cet ennemi, en revanche l’adaptation théâtrale concentre l’ensemble sur la salle de séjour fortement théâtralisée.

2Au premier abord, la bibliothèque n’a pas une place matérielle plus prépondérante que les autres objets de cette pièce principale. Progressivement dans la nouvelle, le lecteur visualise dans l’espace les quelques meubles que le narrateur décide de lui présenter dans l’ordre suivant : l’harmonium, le lustre, la cheminée – foyer à la fois de lumière et de chaleur -, le fauteuil vide sur lequel Werner ne s’assoira jamais, l’ange au-dessus de la fenêtre et enfin la bibliothèque. Nommés, ces meubles et accessoires sont donc présence concrète ; ils ont un statut scriptural et une existence scénique, visibles d’ailleurs dès le lever du rideau dans l’adaptation théâtrale. Ils ne sont donc pas à négliger comme simples éléments d’un décor qui se veut réaliste. Leur présence muette est déjà signifiante en soi. La vision définitive de la salle restera donc partielle, le narrateur ayant résolument opté pour ce qu’Anne Ubersfeld appelle la dramaturgie de l’aire du jeu vide (Anne Ubersfeld, 1996).

3La bibliothèque est donc le dernier objet à apparaître textuellement dans le récit de 1941. Elle surgit bien tardivement dans le déroulement chronologique : depuis plusieurs semaines déjà, Werner von Ebrennac rend visite à ses hôtes en tenue civile chaque soir au coin du feu. Le rituel s’est installé entre les trois personnages. Cette ultime attente, venant clore la description finale de la salle, renforce ainsi la fonction primordiale de cette bibliothèque qui ne peut être qualifiée uniquement d’ « accessoire » - terme pris dans son sens lexical et comme antonyme d’ « essentiel » - ; elle accède bien au statut d’ « objet théâtral ».

4Cette bibliothèque devient visible et le lecteur comprend rétrospectivement que les monologues antérieurs de Werner se déroulaient en présence silencieuse de ce meuble dépositaire de la culture. Le  lecteur prend subitement conscience que cet objet était en scène depuis la première entrée dans cette maison campagnarde et qu’il planait sur les trois personnages de ce drame. Dans l’adaptation théâtrale, la bibliothèque est physiquement là dès le lever du rideau et elle est décrite dans la première didascalie comme imposante et incontournable dans l’espace car « Tout un mur est recouvert par une bibliothèque de rayonnages » (Vercors, 1949 : 7). Pourtant, le spectateur finit par l’oublier quelque peu, parce qu’elle « fait partie des meubles » comme dit l’expression. Il la perçoit confusément au milieu des autres meubles ; cet objet pourtant essentiel se fond dans l’ensemble du décor jusqu’à ce qu’il devienne élément du discours d’un personnage dans le quatrième tableau. Son évocation tardive offre alors un regain d’intérêt et le dynamise dans l’espace par l’attention accrue que le lecteur/spectateur va désormais lui porter.

5Cette bibliothèque n’est pas spécifiquement décrite dans la nouvelle. Le lecteur ne saura jamais précisément si, par exemple, le bois de ce meuble est précieux et si son architecture possède une valeur esthétique. Il apprend néanmoins par la bouche de Werner que cette salle de séjour n’est pas une « pièce de musée » (Vercors, réédition 1951 : 28) et que voyant les meubles « on ne dit pas : voilà des merveilles » (Vercors, rééd. 1951 : 28). La narration renvoie en effet, non au réel de cet objet dans sa globalité, mais à l’une de ses parties : les « rayons », synecdoques de la bibliothèque. La valeur ne réside donc pas dans son caractère matériel. Cette bibliothèque est surtout un lieu sacré et ô combien fascinant où sont déposés des livres, eux-mêmes matérialisés par leurs seules reliures tout au long du récit. La valeur de l’ensemble « bibliothèque + livres » est ailleurs.

6Dans cet univers théâtralisé, l’éclairage joue un rôle prépondérant. Ces rayons, qui ont l’extrême privilège de porter ces livres, sont mis en exergue par la lumière la première fois que Werner en parle. Et, à la seconde et dernière mention de cette bibliothèque, les rayons sont plongés dans l’ombre (le regard de Werner « sembla trouver refuge sur les rayons les plus sombres », Vercors, rééd. 1951 : 47). Cette gradation est hautement symbolique dans la mesure où Werner a entre-temps perdu toutes ses belles illusions sur les projets réels de son pays. Lui qui croyait naïvement que l’Allemagne avait envahi la France pour unir spirituellement les deux pays, apprend lors de son voyage à Paris qu’elle œuvre pour la détruire complètement.

La bibliothèque : objet et sujet

7Cette bibliothèque n’est pas d’abord objet dans la  narration, puis sujet dans la bouche d’un des personnages ; au contraire, c’est en devenant centrale dans le discours de Werner que le lecteur/spectateur la situe dans l’espace, parce qu’elle devient alors source de méditation.

8Les rayons ne sont pas éclairés par la lumière du lustre, mais par celle du feu qui crépite dans la cheminée du salon :

« - Où est la différence entre un feu de chez moi et celui-ci ? Bien sûr le bois, la flamme, la cheminée se ressemblent. Mais non la lumière. Celle-ci dépend des objets qu’elle éclaire, - des habitants de ce fumoir, des meubles, des murs, des livres sur les rayons… »(Vercors, rééd. 1951 : 28)

9Le lien que Werner établit constamment entre le feu de la cheminée et la bibliothèque n’est en rien anodin. Dans toute l’œuvre, ce feu représente en effet symboliquement « l’esprit, la pensée subtile et poétique » (Vercors, rééd. 1951 : 24). Il est la métaphore de la pensée et il éclaire précisément la bibliothèque pourvue de chefs d’œuvre de la littérature :

« Il était devant les rayons de la bibliothèque. Ses doigts suivaient les reliures d’une caresse légère.

- « …Balzac, Barrès, Baudelaire, Beaumarchais, Boileau, Buffon…Chateaubriand, Corneille, Descartes, Fénelon, Flaubert…La Fontaine, France, Gautier, Hugo…Quel appel ! » dit-il avec un rire léger et hochant la tête. «  Et je n’en suis qu’à la lettre H !…Ni Molière, ni Rabelais, ni Racine, ni Pascal, ni Stendhal, ni Voltaire, ni Montaigne, ni tous les autres !… » Il continuait de glisser lentement le long des livres, et de temps en temps il laissait échapper un imperceptible « Ha ! », quand, je suppose, il lisait un nom auquel il ne songeait pas. « Les Anglais, reprit-il, on pense aussitôt : Shakespeare. Les Italiens : Dante. L’Espagne : Cervantès. Et nous, tout de suite : Goethe. Après, il faut chercher. Mais si on dit : et la France ? Alors, qui surgit à l’instant ? Molière ? Racine ? Hugo ? Voltaire ? Rabelais ? ou quel autre ? Ils se pressent, ils sont comme une foule à l’entrée d’un théâtre, on ne sait pas qui faire entrer d’abord » (Vercors, rééd. 1951 : 28)

10Les livres prennent leur sens par un contenu qui n’a besoin d’aucune explication. Les noms d’auteurs portent en eux leur richesse spirituelle. Les plus grands noms d’écrivains français se bousculent dans le discours de Werner sans que la liste n’en soit épuisée. Ils incarnent parfaitement l’image que Werner se fait du pays, alors que pour l’Allemagne c’est la musique qui est emblématique, comme il le conclut juste après sa longue tirade sur la littérature. Ces paroles témoignent de la sensibilité de Werner, esthète délicat qui compose de la musique. Il ne cesse d’afficher la passion qu’il éprouve pour une France caractérisée par le raffinement spirituel. D’innombrables écrivains font la gloire et la richesse d’une incomparable littérature française sise sur ces humbles rayonnages, que Werner parcourt avidement des yeux et effleure de sa main avec émotion. Ce patrimoine littéraire inestimable incarne la grandeur de la France et, implicitement, celle de ses possesseurs. Le silence que l’oncle et la nièce opposent invariablement à leur ennemi est une attitude que Werner aurait aimé rencontrer partout dans le pays, car il est symbole de hauteur digne ; et, « cette pièce [qui] a une âme » (Vercors, rééd. 1951: 28) se présente tel un microcosme de cette France respectable qu’il admire et exalte. A ce stade du récit, Werner espère l’union des deux pays, il rêve d’une alliance consentie entre l’incarnation de la supériorité littéraire de la France et celle du génie musical allemand ; donc implicitement d’un mariage entre la nièce, symbole d’une France digne, et lui-même, symbole de sa nation.

11Quand Werner énumère les noms d’écrivains français présents sur les premières de couvertures des livres agencés dans la bibliothèque, il devient metteur en scène de « cette foule à l’entrée du théâtre » ; et ces écrivains deviennent acteurs à part entière dans l’avenir radieux que Werner imagine. La nièce, elle, ne peut demeurer simple spectatrice de ce scénario. Elle doit participer pleinement de cette osmose future et Werner le lui fait comprendre en racontant l’histoire de La Belle et la Bête. La Belle a le pouvoir de transformer cette Bête en acceptant son amour et en le lui rendant. Mais ce conte pour enfants, qui aurait pu siéger dans la bibliothèque de la nièce, ne restera qu’à l’état de virtualité. Il témoigne surtout de l’aveuglement de l’officier allemand.

12Werner concentre son attention sur cette bibliothèque une dernière fois après son voyage à Paris au cours duquel il découvre enfin les véritables desseins des nazis. Les deux uniques références à cette bibliothèque symbolique sont donc placées à deux endroits stratégiques de la nouvelle et forment un diptyque efficace. Cette ultime mise en relief de l’objet a lieu lors de la dernière entrevue avec ses hôtes. Ses amis, retrouvés à Paris, lui dessillent les yeux :

« Ils m’ont tout expliqué, oh ! ils ne m’ont rien laissé ignorer. Ils flattent vos écrivains, mais en même temps, en Belgique, en Hollande, dans tous les pays qu’occupent nos troupes, ils font déjà le barrage. Aucun livre français ne peut plus passer, - sauf les publications techniques, manuels de dioptrique ou formulaires de cémentation… Mais les ouvrages de culture générale, aucun. Rien !

Son regard passa par-dessus ma tête, volant et se cognant aux coins de la pièce comme un oiseau de nuit égaré. Enfin il sembla trouver refuge sur les rayons les plus sombres, - ceux où s’alignent Racine, Ronsard, Rousseau. Ses yeux restèrent accrochés là et sa voix reprit, avec une violence gémissante :

- Rien, rien, personne ! » Et comme si nous n’avions pas compris encore, pas mesuré l’énormité de la menace : « Pas seulement vos modernes ! Pas seulement vos Péguy, vos Proust, vos Bergson…Mais tous les autres ! Tous ceux-là ! Tous ! Tous ! Tous ! »

Son regard encore une fois balaya les reliures doucement luisant dans la pénombre, comme pour une caresse désespérée.

- Ils éteindront la flamme tout à fait ! cria-t-il. L’Europe ne sera plus éclairée par cette lumière ! » (Vercors, rééd. 1951 : 47)

13Le feu de la cheminée n’éclaire plus comme la première fois cette bibliothèque, lieu du passé prestigieux de la France. Le feu, métaphore de la pensée, a disparu, car c’est justement ce que l’Allemagne nazie veut détruire. A cet instant, les liens tissés entre le feu et les livres de la bibliothèque rappellent les autodafés nazis.

14Le fétichisme de Werner pour cet objet, décelable au toucher sensuel qu’il lui imprime, est douloureux et désespéré, parce qu’il saisit avec horreur que cette bibliothèque si riche spirituellement et si bien fournie est devenue hors-la-loi. Son existence matérielle est menacée, les nazis s’ingéniant à anéantir l’âme de la France incarnée par ces livres. En ces temps d’oppression, les écrivains actuels n’ont plus le droit de s’exprimer librement, ils n’ont plus droit de cité dans les bibliothèques tant publiques que privées. Cela va plus loin encore : faire disparaître aussi les livres des siècles passés, c’est couper le lien toujours vivace entre l’héritage intellectuel des ancêtres et l’époque contemporaine. Faire table rase du passé, c’est vouloir plonger les générations futures dans l’obscurantisme ; c’est briser la conscience de se battre pour les Idéaux que les livres véhiculent.

15Alors que la première évocation de la bibliothèque du Silence de la mer projetait donc la culture dans une lumière brillante, la seconde plonge celle-ci inexorablement dans une nuit que le nazisme entend rendre éternelle. Ce lieu de mémoire passe ainsi de « lux » à « nox », dans un sens totalement inverse aux deux poèmes qui ouvrent et ferment Les Châtiments, recueil poétique que Victor Hugo écrivit de son exil contre Napoléon III.

De la bibliothèque imaginaire à la bibliothèque réelle

16Cette bibliothèque imaginaire implantée dans le tissu textuel déborde le cadre de la fiction pour renvoyer à la situation de la littérature sous l’Occupation : conscientes de l’enjeu stratégique de la mise sous tutelle des éditions françaises, les autorités allemandes mettent des livres à l’index pour museler les écrivains. La Propaganda-Staffel promulgua des listes d’interdictions de livres. La plus connue, la liste Otto, censura des ouvrages anti-allemands, les œuvres d’écrivains juifs ; puis, en juillet 1941, les réimpressions et les nouvelles publications des ouvrages anglais et américains, ainsi qu’une « liste de la littérature indésirable » en mars 1942 (Fouché, 1987).

17La pression s’exerça également dans sa dimension la plus matérielle : les Allemands répartirent le papier, dont la distribution ne cessa de diminuer entre 1941 et 1944, entre les éditeurs, en récompensant ceux qui voulaient bien se plier aux nouvelles exigences. Cette autocensure, consentie par un très grand nombre de maisons d’édition, condamnait ainsi la liberté de pensée.

18Pour les écrivains restés en France qui refusaient de publier par le biais de ces éditions sous contrôle allemand s’offrirent alors deux solutions : opposer à l’Occupant un silence digne mais frustrant quand certains acceptaient ces conditions ; ou, pour rester libres, choisir l’écriture de la clandestinité. Jean Bruller, opta d’abord pour un silence de refus et abandonna son grand œuvre graphique La Danse des Vivants qu’il publiait depuis 1932 sous forme de Relevés Trimestriels. Mais bientôt, l’occasion lui fut donnée de participer à La Pensée libre, d’obédience communiste. Cette revue clandestine périclita malheureusement, parce que découverte par la Gestapo. C’est la raison pour laquelle Jean Bruller fonda avec son mentor Pierre de Lescure Les Editions de Minuit dont le premier volume, Le Silence de la mer, connut un immense succès.

19Dans Le Silence de la mer, la bibliothèque glisse dans la nuit sous le regard désabusé de Werner von Ebrennac. Celui-ci se soumet au destin tragique que son pays dessine pour la France. Bien que connaissant désormais le sort funeste de cette nation, il ne se révolte pas contre ce projet, destructeur d’une civilisation. Il « trouve le chemin de son devoir dans la soumission à ses maîtres, dans la mort pour ses maîtres, dont il a pourtant mesuré la forfaiture » (Vercors, 1948). Or, dans la réédition du Silence de la mer, Vercors ajoute une phrase pour condamner explicitement cette attitude. L’oncle commente en effet le départ de Werner en le blâmant : « Ainsi il se soumet. Voilà donc ce qu’ils savent faire. Ils se soumettent tous. Même cet homme-là » (Vercors, rééd. 1951 : 50).

20Les reliures des livres opprimés brillent cependant « doucement (…) dans la pénombre ». Les nazis souhaitent certes les faire disparaître, il n’empêche que des femmes et des hommes courageux ont décidé, malgré les risques encourus, de faire entendre leurs voix dissidentes et d’entrer en lutte contre l’oppresseur. Les Editions de Minuit, aventure collective téméraire mise en place par Jean Bruller et son ami Pierre de Lescure, est destinée à préserver la grandeur de l’esprit français et d’assurer le « rayonnement spirituel de la France » (Debû-Bridel, 1945) dans le monde entier. Si des livres sont interdits de bibliothèques sous l’Occupation, ils passeront par la voie clandestine. Les volumes des Editions de Minuit permettent ainsi d’élever la parole véridique des intellectuels résistants contre le dire mensonger des occupants allemands et du régime de Vichy. Ce projet idéologique perpétue l’héritage que les écrivains du passé leur ont transmis. Ce legs fondamental permet de nouer des liens entre leur propre expérience et celles d’époques antérieures. Il permet de s’écrier avec Victor Hugo, poète des Châtiments (1853):

France ! à l’heure où tu te prosternes,

Le pied d’un tyran sur le front,

La voix sortira des cavernes ;

Les enchaînés tressailleront

21La publication clandestine du Silence de la mer, suivie de 26 autres ouvrages aux Editions de Minuit entre 1942 et 1944, est l’emblème d’une part de la passation triomphante entre les générations d’écrivains et, d’autre part, d’une pensée toujours aussi combative. Elle se veut un formidable contrepoint à la décision finale de Werner von Ebrennac : elle ne se soumet pas. Elle illustre le cri de révolte de Jean Bruller-Vercors dans cette nuit de l’oppression pour que la flamme spirituelle continue de briller, en guise d’hommage aux intellectuels qui se sont pareillement battus. Le livre Le Silence de la mer est donc une mise en abyme dans le réel de la problématique inscrite dans son récit imaginaire. La bibliothèque du Silence de la mer dessine le projet ambitieux que les Editions de Minuit suivent pour se  diriger de « nox » à « lux ». « Ils éteindront [peut-être] la flamme à tout jamais », comme le certifie Werner, mais il est du devoir des intellectuels de résister avec leurs propres armes et par leurs propres moyens, quelle que soit l’issue dans ce conflit où deux visions du monde et de l’Homme s’affrontent.

22Dans l’adaptation théâtrale du Silence de la mer, Vercors ajoute une scène finale : l’oncle s’exprime par le biais d’une œuvre d’Anatole France qu’il possède. Il place en effet en évidence devant Werner, prêt à quitter définitivement l’habitation, un livre ouvert à cette page :

Il est beau pour un soldat de désobéir à des ordres criminels

23Cette invitation ouverte à la révolte sera sans effet sur Werner, car « Désobéir est impossible » (Vercors, 1949). Mais ce livre sorti de leur bibliothèque prouve que l’oncle ne s’abreuve pas uniquement de mots. Ces mots imprimés sur une feuille de papier peuvent conduire aux actes.

La bibliothèque de Vercors

24La bibliothèque du Silence de la mer ne sort pas de l’imagination de Vercors, elle n’a pas été inventée ex nihilo pour ce récit de 1941. Elle est bien réelle, car elle appartenait à notre écrivain. Vercors puise effectivement son inspiration dans son propre vécu. Il choisit pour cadre de ce drame sa propre maison à Villiers-sur-Morin qui servira de lieu de tournage pour le film de Jean-Pierre Melville. Ainsi le décor est l’exacte réplique de sa demeure. Le lecteur apprend que la grange attenante à la maison sert d’atelier à l’oncle. Or, dans La Bataille du Silence, Vercors insiste souvent sur son goût pour le travail du bois qui l’a conduit à construire plusieurs meubles, un clapier et même son bateau Paludes. C’est d’ailleurs, ne l’oublions pas, ce talent qui lui a permis de gagner modestement sa vie entre l’automne 1940 et l’été 1941 en devenant menuisier dans son village. De même, l’officier devait au préalable habiter non dans cette maison, mais dans le château du village qui se situe « un peu plus haut sur le coteau » et qui existe bel et bien. L’intérieur est également un sosie du réel. La maison de l’oncle est donc comme le lieu fixe du théâtre où vont se tendre les ressorts de la tragédie. Le cadre réel de cette nouvelle est tellement reconnaissable que Jean Bruller refuse de révéler l’identité du mystérieux Vercors, même et surtout à ses proches.

25L’importance de la bibliothèque dans son récit est un hommage appuyé aux pères spirituels qui le guident dans ses actes aux heures les plus sombres de l’Histoire.  Vercors leur rend l’honneur qui leur revient. Mais s’il est féru des auteurs classiques, c’est en partie grâce à son père Louis Bruller. Et d’un récit à l’autre, l’objet-bibliothèque circule. En 1943, Vercors publie aux Editions de Minuit clandestines sa deuxième nouvelle, La Marche à l’Etoile, récit élogieux de l’odyssée que son père entreprit en quittant sa Hongrie natale pour parvenir en France, synonyme pour lui de terre de justice et de liberté. Jeune homme, celui-ci éprouva une « passion tenace », un « amour dévorant » pour cette « France radieuse, généreuse, intelligente, et juste » (Vercors, 1943, rééd. 2002) qu’il découvrit par le biais de ses lectures : Hugo, Alexandre Dumas, Balzac, Eugène Sue, écrivains que le jeune garçon sacralise. La littérature française est non seulement l’expression du génie de la nation, mais elle est aussi celle de l’âme d’un peuple. Et lorsqu’il parvint sur le Pont des Arts à Paris, la réalité rejoignit l’idéal qu’il s’était forgé. Louis Bruller s’intégra rapidement à la société française et créa à trente ans sa propre maison d’édition qui publia des « feuilletons dominicaux diffusés surtout en province, dans les campagnes, dont les auteurs avaient été cédés à cet effet à prix réduit : Balzac, Hugo, Eugène Sue, mais aussi Paul Féval ou Jean de La Hire. Ou encore cette Histoire populaire de la France » (Vercors, 1989). La Marche à L’Etoile est l’hommage d’un fils, lui-même devenu en ces temps d’Occupation un éditeur clandestin dans le but de sauver la culture et l’esprit français, si chers à Louis Bruller.

26Les Editions de Minuit permirent de se constituer une bibliothèque subversive passée de l’ombre à la lumière à la Libération et Le Silence de la mer, qui contribua, parmi d’autres livres interdits des rayonnages officiels, à la victoire de la pensée libre d’un joug intolérable, put et peut encore fièrement trôner aux côtés des écrivains français, à la lettre V. La littérature clandestine offrit donc un lien entre le passé et le présent en s’inscrivant dans une tradition qu’elle honora par ses actes de résistance. A son tour, elle pourrait dans l’avenir servir d’exemple si l’Histoire malheureusement se répétait, et faire des émules prêts à repartir au combat.

Haut de page

Bibliographie

Sources 

Vercors, réédition 1951,  Le Silence de la mer (1942), Paris, Albin Michel.

Vercors, 1948, Discours aux Allemands, in Plus ou moins homme (1950), Paris, Albin Michel.

Vercors, 1949, Le Silence de la mer (adaptation théâtrale).

Vercors, 1989, A Dire vrai. Entretiens avec Gilles Plazy, Paris, François Bourin.

Vercors, réédition 2002, La Marche à l’Etoile, in Le Silence de la mer et autres œuvres, Paris, Omnibus.

Bibliographie critique

Debû-Bridel, Jacques, 1945, Historique des Editions de Minuit, Paris, Editions de Minuit.

Fouché, Pascal, 1987, L’Edition française sous l’Occupation 1940-1944, Paris, Bibliothèque de littérature française contemporaine.

Ubersfeld, Anne, 1996, Lire le théâtre, Paris, Belin.

Vercors, un écrivain au-delà du Silence. Consulté sur Internet, le 26 novembre 2007 à l’URL :

http://pagesperso-orange.fr/vercorsecrivain/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Gibert-Joly, « La bibliothèque dans Le Silence de la mer, un espace symbolique », Conserveries mémorielles, #5 | -1, 166-173.

Référence électronique

Nathalie Gibert-Joly, « La bibliothèque dans Le Silence de la mer, un espace symbolique », Conserveries mémorielles [En ligne], #5 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 30 septembre 2014. URL : http://cm.revues.org/102

Haut de page

Auteur

Nathalie Gibert-Joly

est professeur agrégé de Lettres Modernes. Elle est également inscrite en doctorat de littérature. Son sujet de thèse porte sur l’édition critique de la correspondance de Jean Bruller-Vercors.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org