Navigation – Plan du site
La bibliothèque manipulée

Lire et laisser une trace : ex-libris, lectures interdites et collections particulières

Pierrette Lafond
p. 81-106

Résumé

L’inventaire de la section des livres à l’index conservés dans la bibliothèque du Séminaire de Québec a permis de relever, parmi les éléments de bibliographie matérielle présents dans ces ouvrages, un nombre important d’ex-libris. Leur présence dans un tel corpus frappé d’interdits à une époque où sévissait la rigueur de la censure ecclésiastique peut surprendre. Leur étude démontre une typologie variée de marques de propriété, allant de la signature manuscrite jusqu’à la vignette armoriée, et démontre la présence d’un premier propriétaire désormais identifié, établissant le fait que l’ouvrage interdit de lecture a séjourné sur le rayonnage d’une bibliothèque privée avant son versement dans la section Enfer de la bibliothèque du Séminaire. Il devient alors possible d’esquisser une reconstitution de sous-collections selon les provenances et les époques, de déterminer l’identité de certains propriétaires et de voir se dessiner des réseaux de sociabilité entre lecteurs. Les ex-libris des membres du clergé sont présents en nombre important, mais s’y retrouvent également ceux appartenant à des propriétaires civils, de culture anglophone surtout. Revisitée grâce aux ex-libris dans la perspective du premier propriétaire-lecteur, cette « relecture » de la section des livres défendus devient l’évocation d’une mémoire occultée de l’histoire des bibliothèques.

Haut de page

Texte intégral

Chaque exemplaire d’un livre peut appartenir à plusieurs vies.

Erri de Luca. Trois chevaux.

Livres à huis-clos

1Sur la page titre d’un ouvrage ancien est apposée une signature manuscrite au paraphe finement esquissé : trait d’encre bruni, oxydé par le temps. La présence de ce nom interpelle au premier coup d’œil, cette trace proclame que le livre a déjà appartenu à quelqu’un. S’agit-il d’un personnage dont l’histoire aura retenu le nom ou encore d’un individu que les recherches subséquentes n’arriveront jamais à identifier ? Chose certaine, cette signature atteste de son passage dans l’existence, et ce livre conserve à jamais son empreinte personnelle. L’intérêt quant aux circonstances de l’apposition de ce patronyme s’accroît avec la révélation que ce livre est en fait un ouvrage mis à l’Index, une œuvre autrefois censurée et interdite de lecture par la rigueur d’une censure ecclésiastique, laquelle, pendant des siècles, a encadré et façonné l’histoire des mentalités. Dans ce cas précis, l’ex-libris manuscrit prend alors une signification multiple : il devient une trace mémorielle et un révélateur de tension sociale. Cette marque de propriété peut s’interpréter comme le signe d’une transgression affirmée face à l’autorité établie. Mais il est également possible, qu’au contraire, cette signature représente l’application d’un jugement censorial, l’incarcération du volume dans la bibliothèque du censeur dans le but d’en discontinuer la diffusion. L’étude des traces laissées dans le livre permettra peut-être d’en reconstituer le parcours et de décoder l’histoire secrète qui l’entoure.

2On retrouve dans la bibliothèque historique du Séminaire de Québec, institution séculaire d’enseignement catholique établie en 1663, une importante section d’ouvrages interdits qui constitue l’un des derniers vestiges de ce genre encore présents dans une bibliothèque québécoise1. Ces livres, considérés comme diffamatoires ou hérétiques, ou dont le contenu faisait outrage à la moralité et aux bonnes mœurs, ont été interdits au fil du temps par les autorités ecclésiastiques2. Leur lecture représentait un tel danger pour les fidèles catholiques de l’époque qu’elle pouvait entraîner la damnation éternelle, d’où l’appellation d’Enfer accolée à la section renfermant ces ouvrages. Ce corpus particulier fait figure d’oxymore dans la constitution de cette bibliothèque d’enseignement qui conserve d’une part les « bons » ouvrages mis à la disposition des lecteurs, indispensables à l’acquisition des connaissances académiques et morales et véhiculant la pensée officielle dominante, la doxa, et d’autre part, dans une section connexe, ceux qui sont formellement interdits de lecture et qui se situent, au sens littéral, dans le champ du discours  para-doxal, faisant figure d’antithèse aux ouvrages de la collection générale.

3Devant la force des interdits dont ils sont l’objet, on pourrait croire ces livres vierges de toutes traces (incriminantes !) de provenance ou d’appropriation. Or, l’inventaire de ces ouvrages démontre au contraire qu’on y retrouve plusieurs indices matériels tels la présence de cachets de libraires et de relieurs, mais surtout nombre d’ex-libris, qui se présentent sous diverses formes. Certains ouvrages portent même plus d’une marque d’appropriation, suggérant ainsi une filiation de plusieurs propriétaires antérieurs au versement du volume dans la section Index de la bibliothèque du Séminaire. Esquissant une archéologie du livre grâce à ces surprenantes données, la présence de ces ex-libris permet une reconstitution fragmentaire de collections particulières extraites de ce corpus particulier. Plus largement, elle permet de mettre à jour les rapports entre les lecteurs-propriétaires et leurs livres illicites, les pratiques immatérielles de lecture qui s’y rapportent et de voir conséquemment émerger certains réseaux de sociabilité méconnus.

Livres et censure : une relation sous contrôle

4Afin de bien comprendre les enjeux et la problématique des mécanismes de censure en regard de l’écrit, il convient d’en exposer ici un bref historique. La censure peut se définir comme « un instrument permanent de contrôle que les pouvoirs établis exercent sur les formes d’expression de l’esprit susceptibles de déranger leur autorité ou leur vision du monde »  (Ducomte, 2007 : 5). Au Québec, jusque durant les années 1950, le pouvoir politique n’a jamais organisé de véritable institution censoriale : c’est plutôt l’Église catholique qui instaure ce cadre formel qui demeure en force jusqu’à la levée de l’Index en 1966 par le concile Vatican II (Hébert, 2007 ; 15). Ce contrôle, souvent sévère, se traduit par une action de censure préalable visant à interdire la diffusion d’une œuvre en tout ou en partie, ou encore au moyen de la censure punitive, dont les démonstrations empruntent parfois un aspect spectaculaire3 une fois l’ouvrage présent dans la sphère publique (Hébert, 1997, 2004, 2006).

5L’Église au Québec a déployé avec constance et vigilance de grands efforts afin d’encadrer la diffusion des écrits. Les mécanismes de censure adoptés s’articulent le plus souvent dans une stratégie d’interventions directes : mandements d’évêques ou lettres pastorales, lectures en chaires de circulaires cléricales, énonciations des fautes commises (et des fautifs) sur la place publique, articles ou prises d’opinion dans la presse pro-cléricale. Ils servent à rappeler régulièrement aux fidèles les dangers des mauvaises lectures (Hébert, 2006) et à envoyer un message coercitif non équivoque à une société encore de structure traditionnelle. « Vu l’ascendant du clergé sur le peuple québécois, cette censure a été puissante » (Bernier, 2004 : 88).

6L’organisation des bibliothèques, scolaires ou publiques, se voit également soumise à un encadrement strict par les autorités ecclésiastiques afin d’éviter la possibilité que de mauvais livres puissent tomber entre les mains du peuple (Lajeunesse, 2006 :79 ; Montreuil, 2005). Le clergé exige d’avoir un droit de regard sur la constitution des collections en bibliothèque, estimant de son devoir d’en évaluer et d’en préserver la qualité morale. La publication de listes d’ouvrages défendus contribue à fixer les balises de l’interdit. L’Index librorum prohibitorum, publié par la Congrégation de l’Index, contient le nom des auteurs, des ouvrages et des textes anonymes dont Rome réprouve officiellement la possession, la lecture, la vente ou la diffusion. Cette liste régulièrement mise à jour est largement diffusée auprès des autorités ecclésiastiques qui veillent à son application. Au niveau du diocèse, l’évêque détient également l’autorité d’interdire, dans les limites de son district, les titres qu’il juge contraire à la morale ou au dogme. Par ailleurs, il est fréquent que le bibliothécaire des institutions catholiques, ou ses supérieurs hiérarchiques, imposent des restrictions locales et des sanctions en matière de lecture. Les bibliothèques sont donc assujetties à un triple filtre censorial de la part des autorités religieuses. Le pouvoir du livre et la diffusion des idées nouvellesqu’il entraîne représentent un danger réel pour le clergé. Mgr Paul-Émile Léger n’hésite pas à rappeler aux bibliothécaires québécois réunis en congrès en 1951 « que l’activité du chrétien est soumise au jugement normatif de l’Église et que la législation de l’Index n’a pas été abrogée. Un chrétien doit savoir s’interdire toute une littérature très répandue, qui constitue un danger de perversion » (Lajeunesse, 2006 : 82). Cependant le clergé ne contrôle que le contrôlable, et les ouvrages d’auteurs comme Voltaire, Balzac, Baudelaire ou Sartre se vendent dans les arrière-boutiques des librairies. L’histoire des transgressions à la censure ecclésiastique, à laquelle s’intéressent des études4 récentes, amène une relecture de la problématique et le présent article espère pouvoir contribuer à lever un peu le voile sur la nature de ces lecteurs secrets.

Le Séminaire de Québec et sa bibliothèque : aux origines d’une institution

7Institution d’enseignement catholique d’importance, le Séminaire de Québec assure, par sa fonction sociale régulatrice, le maintien d’une éthique morale et religieuse et codifie la transmission de la tradition. Sa bibliothèque est naturellement assujettie au cadre censorial qui lui attribue le rôle de conserver et de gérer les livres proscrits qui y sont déposés et entreposés. La bibliothèque historique du Séminaire de Québec devient ainsi un lieu de mémoire unique qui révèle à la fois le dogme et l’interdit du patrimoine imprimé. Le livre comme objet devient alors le témoin d’une règle et d’une idéologie sociale. « Les objets sont mis à contribution dans les rapports sociaux, participent à la construction des représentations symboliques, s’intègrent aux pratiques comme aux discours » (Bonnot, 1987 :6).

8Fondé en 1663 par Mgr François de Laval, le Séminaire des Missions étrangères de Québec est chargé de la formation des prêtres du clergé séculier et de l’évangélisation de tout le diocèse (Baillargeon, 1972 : 28-29). Dès 1678, Mgr de Laval tâche de constituer une bibliothèque pour l’usage des séminaristes et des ecclésiastiques, d’abord avec ses propres livres, auxquels s’ajoutent peu à peu ceux appartenant aux prêtres du Séminaire (Baillargeon, 1972). L’acte de communauté de biens en vigueur précise en effet que « tous les biens tant de l’évêque et du Chapitre que du séminaire et des curés et missionnaires resteront en commun comme ils le sont présentement » (SME 1, 1685). La maison-mère à Paris fait régulièrement parvenir des envois de livres et le Séminaire n’hésite pas à placer directement des commandes chez les libraires parisiens (MAF 20, 1992). La collection se garnit d’ouvrages de théologie, de philosophie, d’auteurs classiques, de textes scientifiques si bien qu’en 1782, le catalogue dressé par l’abbé Arnault-Germain Dudevant recense 2 121 livres (dont certains sont inscrits à l’index) représentant 4 883 unités physiques, ce qui consacre la bibliothèque du Séminaire comme étant la plus importante de la colonie (Laurent, 1972). La conquête anglaise de 1760 et le changement de régime qui s’en suit entraîne la fermeture du Collège des Jésuites et le démembrement de leur bibliothèque. Un lot d’environ 600 ouvrages est acheminé au Séminaire qui doit prendre la relève comme institution d’enseignement et dispense dès 1770 le cours classique d’après le modèle des collèges de France (Galarneau, 1993 : 23).

9En 1852, « le Séminaire de Québec, s’appuyant sur une expertise reconnue, étend son champ d’action à l’enseignement supérieur et fonde l’Université Laval grâce à une Charte royale obtenue de la reine Victoria » (Bergeron, 2002 : 13). La collection de la bibliothèque s’élève alors à 15 000 livres, lesquels, par décision du Séminaire, sont mis à la disposition de l’Université (Lebel, 1993 : 59). Le réseau d’influence de l’institution attire des dons et legs (SME 7, 1844) de bibliophiles, de chercheurs et de collectionneurs, comme le notaire Cyrille Tessier, Philias Gagnon ou G. O’Killie Stuart qui lègue plus de 1000 ouvrages sur la médecine (Caissy, 1995 : 1). Ces contributions amènent dans la collection des fonds homogènes concernant diverses disciplines et renfermant souvent des ouvrages rares ou précieux. Les bibliothécaires successifs, comme en témoigne leur correspondance (SME P11, 1861), sont à l’affût du marché et des ventes publiques de livres pour se procurer des titres pertinents. Les effectifs de la collection augmentent si bien qu’à la fin du 19e siècle, cette bibliothèque est considérée comme étant, avec celles de McGill et Toronto, l’une des trois plus importantes bibliothèques universitaires au pays (Caissy, 1995 : 2-3).

10Le départ en 1964 de l’Université Laval, du site du Séminaire de Québec vers le campus de Sainte-Foy, amène un partage arbitraire du contenu de la bibliothèque. La collection est scindée selon une date butoir d’acquisition : les ouvrages acquis avant 1920 demeurent la propriété du Séminaire de Québec, les autres sont cédés à l’université et acheminés sur le nouveau campus (Lambert, 2006 : 39). Cette scission de la collection, qui s’opère à une époque où la rigueur de la censure ecclésiastique s’exerce toujours sur la société, a permis de préserver l’intégralité du corpus des livres à l’index qui demeure regroupé dans la section Enfer de la bibliothèque, désormais appelée fonds ancien, du Séminaire de Québec.

11S’inscrivant dans la tradition humaniste, cette collection à caractère encyclopédique est représentative d’une bibliothèque d’institution classique du 19e siècle. Patrimoine livresque d’une grande richesse, dont la constitution s’étend sur près de trois siècles, ce fonds se compose de plus de 180 000 documents, incluant des incunables canadiens et européens (Dubé, 1998 : 212). Malgré les incendies de 1701 et 1705, on retrouve encore des ouvrages portant des ex-libris datant de l’époque du début de l’institution (MCQ, 1995 : 2). Quant à la section des livres à l’index, elle renferme près d’un millier de documents (livres, brochures, mandements, etc.) datant du 14e jusqu’au début du 20e siècle.

L’archéologie du livre : le livre à l’index comme témoin de censure

12Si les archives du Séminaire offrent certaines sources permettant de reconstituer l’historique de la bibliothèque depuis sa fondation et son évolution comme bibliothèque ecclésiastique, puis d’enseignement classique et enfin universitaire, les indices deviennent nettement plus rares lorsqu’il s’agit du corpus des livres à l’index. Le statut même de ces ouvrages prohibés rend compréhensible la discrétion entourant leur acquisition. Comment reconstituer une histoire dont il ne reste que peu de traces, sinon en se tournant vers l’objet qui est au cœur de cette histoire ?

13 « Le plus souvent, le seul indice de l’usage du livre est le livre lui-même » (Chartier, 1993 : 111). Cet indice est susceptible d’engendrer une grammaire sémiotique qui englobe tout le cycle de vie de l’objet, de sa production aux usages de consommation (Douglas, 1996). Ainsi, le fonds des livres à l’index possède sa propre histoire, sa trajectoire unique, qu’il faut décoder. Les traces présentes dans les livres à l’index deviennent des témoignages et révèlent une réalité qu’on ne peut en grande partie appréhender qu’au moyen de ces marques. Mais ces traces, ces artefacts,  « il faut que, au lieu d’être utilisés conformément à leur destination ou d’être laissés à l’abandon, ils soient sortis de leur contexte et étudiés en tant que porteurs d’empreintes érigées ainsi au rang de signes, car traitées en accidents visibles renvoyant à quelque chose de différent d’elles et d’extérieur à elles, en l’occurrence à la cause qui les a produites » (Pomian, 1992 : 165).  La présence de signatures, d’ex-libris, de marques de désappropriation ou de certaines annotations inscrites dans un contexte de censure deviennent ainsi les sources d’une histoire autre permettant de comprendre et de reconstituer, du moins partiellement, la provenance du livre dans ce corpus particulier.

Les ex-libris du corpus à l’index de la bibliothèque du Séminaire

     Les ex-libris : histoire et symbolisme

14On définit un ex-libris comme étant « une vignette destinée à orner le livre et à en indiquer le possesseur » (Jammes, 1947 : 4). Les premiers ex-libris apparaissent en Allemagne au 15e siècle. Le passage du manuscrit au livre imprimé ouvre alors un nouveau marché et démocratise l’accès au livre en même temps qu’il uniformise. « Since on the other hand printed books had lost their unique character, it was now necessary to provide a designation of individual possession to protect them from theft or even only confusion. At the same time, artistically designed signs of book ownership expressed that owner’s pride of possession » (Wolf, 1985: 14).

15Reproduit au moyen de techniques d’impression, l’ex-libris est, aux 16e et 17e siècles, puis avec un retour en vogue vers la fin du 19e siècle, une expression des arts graphiques à laquelle contribuèrent de nombreux artistes5. La valeur artistique et historique de certains ex-libris suscite un engouement chez les collectionneurs européens et américains. Les échanges d’ex-libris deviennent un commerce courant entre les bibliophiles, et certaines pratiques pour se procurer les vignettes désirées, destinées à enrichir une collection, consistent parfois à les retirer simplement du livre qu’elles « ornent »6.

16Le sens sémantique de l’ex-libris (peu importe sa forme, manuscrite ou typographique) apposé dans un livre est perçu et traduit de façon inconsciente. Il agit comme un marqueur identitaire, un signe distinctif établissant un lien direct avec son propriétaire et un signal visuel permettant sa reconnaissance (Eco, 1973 : 19).

Ce livre est à moi, ou, Typologie des signes d’appartenance.

17On retrouve dans le corpus des 644 titres de livres à l’index étudié7 une vaste typologie de marques de propriété : signature manuscrite, tampon encré, ex-libris (vignette typographique héraldique et non héraldique), cachet de cire et plat armorié. Aucun sceau sec ou sceau perforé n’a été répertorié. La signature manuscrite, qui demeure l’usage le plus répandu,  se retrouve habituellement sur la page de titre des volumes, parfois sur la page de garde, inscrite à l’encre ou plus rarement à la mine de plomb. Les ex-libris typographiques avec étiquette personnalisée ou illustrée d’armoiries se retrouvent toujours au contreplat verso du livre. Ces ouvrages - presque la totalité - ont la particularité de porter une marque de réappropriation commune, celle du Séminaire de Québec apposée lors de l’entrée du volume dans la collection. Les variantes de cette inscription ont été notées, puisqu’elles offrent un repère chronologique d’après l’évolution de leur forme au fil du temps, permettant de situer approximativement l’époque d’acquisition du volume dans la bibliothèque. La collecte de données de ces ex-libris permet donc de croiser des variables et d’établir un regroupement de titres autour d’un premier propriétaire.

18La nature des livres censurés suscitant des actes fréquents de désappropriation, une importante quantité d’ex-libris n’a pu être identifiée, les signatures étant rendues volontairement illisibles lorsqu’elles n’avaient pas été tout simplement découpées et retirées de l’ouvrage. De même, plusieurs noms n’ont pu être déchiffrés, soit à cause d’une écriture difficile à lire, soit qu’ils sont masqués par la superposition (volontaire ou non) d’une nouvelle signature ou d’une inscription. Ces cas particuliers ne seront pas abordés dans cet article.

Esquisse de sous-collections : portrait diachronique et systémique

19Dans le vaste corpus des livres à l’index de la bibliothèque du Séminaire de Québec, il a été possible, grâce à ces ex-libris, de reconstituer partiellement des collections, soit au nom des anciens propriétaires, soit au nom des collectivités. La présentation de ces regroupements, ou sous-collections, suit l’ordre chronologique de la période d’activité connue du propriétaire. La première provient du Collège des Jésuites, fondé en 1635, dont la bibliothèque est considérée comme étant la plus ancienne en Nouvelle-France. Suit le regroupement des sous-collections du clergé, selon des provenances de nature collective ou individuelle. Les ouvrages ayant appartenus à des propriétaires civils sont ensuite présentés, dont ceux provenant de la bibliothèque de Sir James Stuart, avocat du milieu du 19e siècle. La dernière collection reconstituée sera celle d’Antoine Parant, prêtre au Séminaire de Québec.

Sous-collection du Collège des Jésuites

Sous-collection du Collège des Jésuites

20Les ex-libris des ouvrages en provenance de la bibliothèque du Collège des Jésuites de Québec apparaissent sous la forme d’une annotation manuscrite à l’encre. L’inscription est composée de mots abrégés, qui varient peu dans leur présentation : « Colleg. quebec. soc. Jes. cat. inscr. an … ». Certains ouvrages portent des variantes en abrégé de la mention « Inscription [au] catalogue ». Cette indication est habituellement suivie de l’une ou l’autre date 1720, 1745 - parfois les deux - correspondant aux dates d’inventaire connues de cette collection. Ce groupe de dix-neuf titres publiés entre 1640 et 1689 retrouvés dans la section Index peuvent être considérés comme faisant partie des premiers livres recensés arrivés en Nouvelle-France.  

21Les Jésuites ont constitué leur bibliothèque de 1632 jusqu’en 17458. Au lendemain de la Conquête, le Collège des Jésuites est réquisitionné par l’armée britannique qui l’utilise comme entrepôt. Le traité de Paris stipule que les Jésuites peuvent demeurer en Nouvelle-France mais qu’ils ne peuvent plus recruter de nouveaux membres (Beaulieu, 1972 : 10). Cette interdiction s’inscrit dans la continuité des pressions qui s’exercent alors en Europe contre l’Ordre. Jean-Joseph Casot (1728-1800), dernier représentant de la Compagnie de Jésus en Nouvelle-France, doit disposer des objets mobiliers et du contenu de la bibliothèque qui est scindé et distribué parmi les communautés religieuses de la ville : l’Hôpital-Général, l’Hôtel-Dieu et près de 600 titres pour le Séminaire de Québec (Drolet, 1961).

22Les livres portant l’ex-libris des Jésuites retrouvés dans la section Index traitent pour la plupart de sujets religieux liés aux disputes et aux polémiques idéologiques qui ont fait rage aux 17e et 18e siècles en Europe. À cette époque, la Contre-réforme entreprise par l’Église catholique provoque un renouveau de ferveur religieuse qui se traduit par des mouvements idéologiques très puissants. « Les Jésuites, principaux promoteurs de cette Réforme catholique, en réalisent le programme (…) C’est à [cet ordre religieux] que revient l’essentiel des processus d’éducation et d’acculturation : il est l’héritier de l’humanisme dont il prolonge l’herméneutique néoplatonicienne, l’optimisme et le goût de la découverte, de l’érudition et des arts » (Fragonard, 2002 : 526). La vision du monde des Jésuites se heurte à celle des jansénistes, partisans d’une doctrine développée par l’évêque belge Cornelius Jansen (1585-1638) qui attire de nombreux adeptes, dont des membres influents de la Cour de France. Jansen, dit Jansénius, prône une pensée austère, basée sur le fatalisme, affirmant que la déchéance de l’homme et son inclination naturelle au Mal, conséquences du péché originel, ne peuvent être rachetées que par la seule Grâce obtenue par la contrition parfaite. Cette conception de l’existence est diamétralement opposée à celle des Jésuites qui deviennent leurs plus farouches adversaires (Rogier, 1968 : 290). Un débat théologique virulent s’élève entre les deux factions qui multiplient les sermons, les décrets et les traités sur les questions philosophiques ou religieuses en litige.

23Les ouvrages de la bibliothèque des Jésuites au Nouveau-Monde font donc écho à ces combats hétérodoxes qui se déroulent alors en Europe (Drouin, 2005 : 250). Ainsi, on retrouve sur les rayons des exemples de cette littérature janséniste avec le premier tome de 1652 de la pièce maîtresse de Jansénius, Augustinus, dans laquelle il expose les préceptes de sa doctrine inspirée par les écrits de saint Augustin sur la grâce. S’y trouve également un brûlot rédigé en 1657 par Georges Pirot (1599-1659), Apologie pour les casuites contre les calomnies des jansenistes. On peut suivre la querelle entre le célèbre chef du parti janséniste Antoine Arnauld (1612-1694) et le calviniste Pierre Jurieu (1637-1713) au fil des pages de L’esprit de M. Arnaud, 1684. Cet ouvrage publié anonymement a la particularité de porter deux mentions manuscrites de mise à l’index, soit l’inscription originale par le Collège des Jésuites « Collegii quebec. index prohibitum librus » et celle du Séminaire de Québec, « Index », ajoutée ultérieurement lors de l’entrée du livre dans leur collection. C’est d’ailleurs le seul ouvrage du lot en provenance de la bibliothèque des Jésuites qui porte cette double mention d’exclusion.

Musée de la civilisation, bibliothèque du Séminaire de Québec. Mention manuscrite de mise à l’index de la bibliothèque du Collège des Jésuites. Pierre Jurieu, L’esprit de M. Arnaud,  1684

Musée de la civilisation, bibliothèque du Séminaire de Québec. Mention manuscrite de mise à l’index de la bibliothèque du Collège des Jésuites. Pierre Jurieu, L’esprit de M. Arnaud,  1684

24Un des livres du groupe prend une symbolique particulière : son auteur, Louis Cellot, qui publie De hierarchia et hierarchis en 1641, est celui qui occupera la fonction de Provincial de l’Ordre de la Compagnie de Jésus pour la province de France à Paris. C’est à lui que les Jésuites feront rapport en 1655 et 1656 en lui adressant la Relation de ce qui s'est passé en la mission des peres de la Compagnie de Jesus, au pays de la Nouvelle France, rédigée dans la colonie. Le livre de droit canon de Cellot que l’on retrouve dans la bibliothèque du Collège des Jésuites de Québec porte la note manuscrite suivante : « Ce livre trop favorable aux religieux, mis à l'index donec corrigatur » (c’est-à-dire que le texte sera Interdit jusqu’à ce qu’il soit corrigé). Cette mention explicative a probablement été rédigée de la main d’un censeur du Séminaire. Le livre de Cellot, qui défend les privilèges de son Ordre, a fait l’objet d’une polémique avant d’être mis à l’index officiel de Rome le 20 novembre 1641 (De Bujanda, 2002 : 207), ce qui justifie sa présence dans la section Enfer de la bibliothèque du Séminaire.

Musée de la civilisation, bibliothèque du Séminaire. De hierarchia et hierarchis libri IX, de Louis Cellot, 1641. La page de titre en rouge et noir est ornée d’une gravure. Sur la page en regard, un portrait du                       pape Urbain VIII

Musée de la civilisation, bibliothèque du Séminaire. De hierarchia et hierarchis libri IX, de Louis Cellot, 1641. La page de titre en rouge et noir est ornée d’une gravure. Sur la page en regard, un portrait du                       pape Urbain VIII

Sous-collections du clergé

25Cette seconde sous-collection rassemble les ex-libris identifiant un membre du clergé catholique, de l’Archevêché de Québec ou de diverses congrégations religieuses. Dans ce groupe, on retrouve un exemple des premiers ex-libris typographiques personnalisés réalisés à Québec par William Brown et Thomas Gilmore, autour de 1770. « Les premiers à [commander la confection d’ex-libris] sont Bernard-Sylvestre Dosque, curé de Québec et Francois Le Guerne, curé de l’Ile d’Orléans. Par la suite, de futurs évêques bibliophiles comme Plessis, Signay et Turgeon les imiteront » (Roussel-Beaulieu, 2004 : 221). Il s’agit ici d’étiquettes sommaires, sans ornement ni illustration, portant le nom auquel s’ajoute parfois le titre du propriétaire. Il est intéressant de noter que cette pratique de création ou d’utilisation d’un ex-libris personnel n’est jamais devenue un moyen d’expression populaire chez le lecteur ou le bibliophile d’ici. « Les ex-libris canadiens, spécialement ceux du début de l’imprimerie au Canada sont extrêmement rares, et ils sont relativement peu intéressants parce qu’un grand nombre d’entre eux représentent des armoiries de famille, ou ne sont que des étiquettes typographiques sans attrait artistique » (Fournier, 1972 : 1).  

26Musée de la civilisation, bibliothèque du Séminaire de Québec. Simple et sans fioriture, l’ex-libris typographique de François Le Guerne, imprimé à Québec circa 1770

Musée de la civilisation, bibliothèque du Séminaire de Québec. Simple et sans fioriture, l’ex-libris typographique de François Le Guerne, imprimé à Québec circa 1770

27Deux ouvrages relevés dans l’inventaire de ce corpus portent l’ex-libris de François Le Guerne (1725-1789), professeur de rhétorique en 1768-1769 au Séminaire de Québec et nommé curé de Saint-François de l’Île d’Orléans en 1758, après une cure tumultueuse en Acadie à l’époque de l’arrivée des troupes britanniques et de la déportation des Acadiens (Finn [En ligne]). L’ex-libris « A la cure de Québec. Bibliothèque de Mr. Le Guerne » est apposé sur le contreplat verso d’un ouvrage de 1757, La liturgie, ou, Formulaire des prieres publiques, selon l'usage de l'église anglicane, portant encore sa reliure d’origine. Aucune inscription manuscrite ne donne d’indication sur la date ou les circonstances d’acquisition de cet ouvrage publié l’année même où l’abbé Le Guerne a dû fuir l’Acadie et revenir à Québec. Le second ouvrage contient une sélection des textes d’Érasme, Colloquiorum Desiderii Erasmi Roterodami familiarium opus aureum, publiée en 1750. Ce livre porte, outre la vignette de l’abbé, la signature à l’encre de Henry Deney (ou Denvey ?) his book 1760, qui est vraisemblablement le premier propriétaire ; l’apposition de l’ex-libris de Le Guerne, fabriqué vers 1770, étant forcément ultérieure à 1760.

28Un lot de dix-sept titres regroupe les indices de propriété identifiés aux différents évêques du diocèse Québec. Ils rappellent les liens unissant l’Archevêché et le Séminaire, lequel étant, depuis François de Laval, le lieu de résidence du primat de l’église canadienne; ce n’est qu’en 1847 que l’évêque aménagera avec tout son entourage au Palais épiscopal, érigé à proximité sur une lisière de terrain cédée par le Séminaire de Québec (Baillargeon, 1994 : 53-64). La bibliothèque de l’institution s’enrichit donc à l’occasion du don des prélats. On y retrouve les ex-libris de Mgr Briand (1715-1794), et de Mgr Plessis (1763-1825), ainsi que ceux de Mgr d’Esgly (1710-1788), considéré comme le premier évêque « d’origine canadienne ». Les dates de publication des livres de leurs bibliothèques s’échelonnent de 1661 à 1846 et correspondent à des éditions de provenance géographiques diversifiées : un ouvrage publié à Amsterdam en 1683 et mis à l’index par Rome la même année, Mercurius batavus, siue epistolarum opus, monitis theologicis, ethicis, politicis, oeconomicis, passim refertum, ; un autre de l’anglais David Clarkson, Primitive episcopacy, evincing from scripture and ancient records, that a bishop in the apostles times, 1689 ; et du côté américain, la première édition de 1823 A summary view of the millennial church, or, United society of believers, commonly called Shakers… publié à Albany, New York.

29Les ouvrages issus de la bibliothèque de Mgr Briand témoignent de sa préoccupation quant à la diffusion d’une littérature janséniste portant sur la conduite des ecclésiastiques avec Le bon pasteur, ou, L'idée, le devoir, l'esprit et la conduite des pasteurs, 1702, par M. Opstraet. Il possède d’ailleurs l’édition de 1694 d’un autre auteur janséniste, Gaspard Juénin, Institutiones theologicae ad usum seminariorum en quatre volumes dont les deux derniers seulement semblent avoir subsistés et dans lesquels on retrouve au total cinq signatures de provenance différente incluant celle de Mgr Briand. Ces nombreuses marques de propriété esquissent la généalogie des nombreux propriétaires-lecteurs précédents : dans le tome 3, l’inscription manuscrite « Hôpital Général » est raturée ; dans le tome 4 apparaissent l’indication « Ex-libris Blondeau », deux signatures raturées « Exlibris G Lacolombiere 1693 » et  « Ex libris Rjo Rouville » (?) plus difficile à déchiffrer. La mention manuscrite à l’encre « Ex bibliotheca J. D. Briand episcopi Quebecensis » apparaît clairement en évidence sur la page de titre de chacun des tomes.

30Les livres de Mgr Plessis démontrent d’abord son intérêt pour l’histoire ecclésiastique, avec deux éditions de Histoire des Chevaliers hospitaliers de S. Jean de Jérusalem, appellés depuis Chevaliers de Rhodes, et aujourd'hui Chevaliers de Malthe, de Vertot, (1753, 1755) ainsi que pour les écrits du philosophe des Lumières, Samuel Pufendorf, et son Droit de la nature et des gens, ou, Systeme general des principes les plus importans de la morale, de la jurisprudence, et de la politique de 1712. Quant à Mgr D’Esgly, évêque en titre de 1784 à 1788, il possède dans sa bibliothèque un exemplaire de la première édition de 1762 Du contract social, ou, Principes du droit politique, de Jean-Jacques Rousseau, qui se révèle en fait être une édition pirate, puisque la note sur le mariage civil à la fin du chapitre huit est manquante. Cet exemplaire porte la signature de J. Charly, ainsi que les initiales L.H. et aussi la signature raturée de Mgr D’Esgly, évêque de Québec.

31Sept livres proviennent de la bibliothèque des religieuses de l’Hôpital-Général et portent des ex-libris, des vignettes ou des signatures manuscrites qui identifient formellement leur institution. Ces ouvrages sont intéressants puisqu’ils renferment des notes manuscrites ainsi que les signatures de propriétaires antérieurs, permettant de suivre le trajet du livre au fil de ses possesseurs successifs. De ce nombre, deux titres seront mentionnés ici : d’abord, Le chrétien intérieur, ou, La conformite interieure que doivent avoir les chretiens avec Jesus-Christ  attribué à Jean de Bernières-Louvigny  et qui se retrouve en deux exemplaires : l’édition de 1663 affiche l’ex-libris manuscrit du Collège des Jésuites et pourrait provenir du lot distribué par le père Casot, alors que celui publié en 1790 présente la vignette de l’Hôpital-Général de Québec ainsi que la signature de « Sœur Elisabeth ». Puis le second titre, publié en 1913, Une mystique de nos jours : soeur Gertrude-Marie religieuse de la Congrégation de Saint-Charles d'Angers du Chanoine Legueu, porte l’indication précise de sa localisation : « Chambre de la Supérieure ».

32Quant à l’unique ouvrage retrouvé affilié aux Récollets, il porte une mention manuscrite qui peut être interprétée soit comme un ex-dono ou un ex-libris : « Aux R.P. Recollets de Quebek ce 1717 ». Le livre écrit par Charles Huré, « professeur émérite de l'Université de Paris & Principal du College de Boncour » tel qu’indiqué sur la page de titre, est une publication de 1711, Le nouveau testament de Nostre seigneur Jesus-Christ traduit en francois selon la Vulgate. La note manuscrite inscrite à l’encre au contreplat verso du livre fait référence à nouveau aux confrontations jansénistes mais aussi à la longue querelle idéologique (Reid, [en ligne]) qui a pendant longtemps entouré les normes canoniques de la traduction des Écritures saintes. L’inscription du censeur se lit comme suit : M. Huré, autheur de cette  présente traduction était janséniste et elle paroit fort conforme avec celle de Mons. L’ouvrage de Charles Huré, effectivement un janséniste membre de la Société de Port-Royal, a été mis à l’index de Rome en 1717, soit l’année même où le livre a été versé dans la bibliothèque des révérends pères récollets de Québec.

Sous-collections de propriétaires civils

33Certains éléments informatifs accompagnant les ex-libris ont été pris en considération afin de distinguer et de départager les ouvrages ayant appartenu à des propriétaires civils : par  exemple, les mentions d’adresses privées accolées au nom, ou encore les titres de fonction (avocat, « master », militaire, etc.) qui accompagnent la signature. Le lien avec le Séminaire de Québec demeure toutefois nébuleux pour la plupart d’entre eux et il est difficile de retracer le parcours qui a mené ces livres dans la section Index de la bibliothèque du Séminaire de Québec. De ce groupe, dix-neuf ouvrages de langue anglaise constituent presque la moitié des livres provenant de propriétaires civils identifiés. La présence de ce groupe linguistique rappelle le changement de régime pour l’ancienne colonie française et catholique, qui, après la Conquête, voit sa destinée passer entre les mains de maîtres anglais et protestants avec lesquels le pouvoir ecclésiastique a dû composer.

34L’intitulé des ex-donos qui apparaissent dans certains de ces ouvrages indique que le livre a été offert en don au Séminaire de Québec. Par exemple, l’ouvrage de 1778 du juriste français Charles Feuret, Traité de l'abus, et du vrai sujet des appellations qualifiées du nom d'abus affiche un tampon ex-libris indiquant « R. Hamel avocat, no 70 » au-dessus duquel une main anonyme a inscrit : « Donné par Madame Veuve ». Un ouvrage de langue anglaise, Brown's dictionary of the Holy Bible de 1849, porte également une mention de donation à laquelle aucune date n’est indiquée, mais qui a été logiquement fait après 1852, « A kind gift to the Library of Laval University by John Reid Ross ».  

35Parmi ce groupe, six titres seulement portent le nom de propriétaires féminines. Le nom de Mary Casat apparaît sur la page titre de La liturgie, c'est à dire, Le formulaire des prieres publiques avec une note en anglais : « Given me by Mrs Blakmore ». Yvonne Wickenden appose son nom dans une œuvre écrite par l’auteure américaine Mary Baker Eddy Miscellaneous writings 1883-1896, fondatrice du mouvement Christian Science. L’exemplaire The select colloquies of Erasmus de 1770 ayant appartenu à Elizabeth Hardgroves est parsemé de nombreuses notes et d’une date, 1790. Ann et Catherine Calthorpe, dont le lien de parenté n’est pas indiqué, ont apposé leurs signatures dans un ouvrage de Henry Hammond, imprimé à Londres en 1653, Letter of resolution to six quaeres, of present use in the Church of England. Enfin,une dernière lectrice, Charlotte Philipps, signe son nom qu’elle accompagne d’une annotation personnelle, « Mrs William from her affection » et qui apparaît sur la page titre de l’ouvrage de Thomas Secker, archevêque de Canterbury et prélat de l’église anglicane, Lectures on the Catechism of the Church of England; with a discourse on confirmation. Cet ex-dono empreint de tendresse contraste avec le ton de la note manuscrite recouvrant sa signature : « Donné à l'Enfer avec son auteur qui est un calomniateur, un menteur, un hérétique, un infidèle ». Il est intéressant de signaler que cet ouvrage n’apparaît pas sur la liste de l’Index librorum prohibitorum de Rome, et relève donc de l’application d’une censure locale, exercée soit par l’évêque, soit par le Séminaire.

36Un imposant ouvrage en 15 volumes identifie deux propriétaires-lecteurs successifs : chacun des tomes des Oeuvres posthumes de Frederic II, roi de Prusse, édité par Jean-Charles Laveaux en 1788, porte la signature manuscrite à l’encre de « Lieut. Sorel King's own Infantry », raturée ou hachurée plus ou moins densément d’un tome à l’autre. Une vignette ex-libris accolée nettement au contreplat des livres affiche le nom du nouveau propriétaire « M. Cary's Circulating Library ». L’entrée de ce titre dans la section Enfer du Séminaire de Québec lui a valu une inscription supplémentaire au plomb : « mauvais ».

37De ce groupe d’ouvrages ayant appartenus à des propriétaires privés, quatre in-folios richement reliés arborent sur leur plat un ex-libris armoriés portant le nom « Sir James Stuart Bart Chief Justice of Lower Canada ». Leur provenance particulière mérite une étude plus approfondie.

Sir James Stuart (1780 – 1853) 

38James Stuart reçoit une éducation « éminemment traditionaliste et protestante au King’s College de Windsor, en Nouvelle-Écosse » (Kolish [En ligne]). Dynamique et talentueux, il fait de brillantes études en droit. Une fructueuse carrière d’avocat doublée d’un engagement politique mouvementé permet à Stuart d’accéder au poste de solliciteur général et lui fait espérer les plus hautes fonctions. En 1827, il devient membre du Conseil exécutif, puis en 1838, du Conseil spécial (Assemblée nationale [En ligne]). Lord Durham le nomme juge en chef du Bas-Canada, en 1838, poste qu’il conserve jusqu’à sa mort en 1853.  

39Homme politique à la carrière orageuse, Sir James est également reconnu comme un important bibliophile dont la bibliothèque de 2 538 titres constitue à cette époque « la plus grosse collection privée chez les gens de justice de Québec avant la Confédération (…) pouvant rivaliser avec celle de la bibliothèque du Parlement qui comptait alors 1 955 titres » (Veilleux 1996 : 173).  Le contenu de la collection, en grande partie constitué d’ouvrages de jurisprudence, démontre le goût de Sir James pour l’histoire, les sciences, les arts et la littérature, mais surtout pour les grands classiques de la littérature grecque et latine (Veilleux, 1996 :184).  

40Mise en vente à l’encan en 1867, le Catalogue of the law library of the late Hon. Sir James Stuart, Bart., chief justice of Lower Canada : to be sold by auction, by Messrs. A.J. Maxham & Co., of Quebec, compte 118 pages et attire manifestement l’attention des prêtres du Séminaire, comme en témoigne la lettre du 2 novembre 1867 de l’abbé Louis-Ovide Brunet à l’abbé Hospice Verreau l’informant que la vente de la bibliothèque a été suspendue dès le premier jour (SME P32, 1867). Aucune raison n’est précisée, pas plus que les intentions du Séminaire quant à son intérêt d’acquérir des ouvrages de cette importante bibliothèque. Bien que des titres ayant appartenus à Sir James se retrouvent dans la collection de la bibliothèque du Séminaire, notamment dans la section Droit, aucune trace de transaction à cet effet n’a été retrouvée jusqu’à présent dans les archives du Séminaire. Il est donc possible que des acquisitions à titre privé aient pu s’effectuer par l’un ou l’autre des prêtres, mais au demeurant, la provenance de ces ouvrages demeure inconnue pour l’instant.

Musée de la civilisation, bibliothèque du Séminaire de Québec. Plat recouvert de papier richement marbré portant l’ex-libris armorié de Sir James Stuart Bart. pour Baronnet, titre qui lui a été octroyé en 1841. La fonction de Sir James, « Chief Justice of Lower Canada » s’affiche en dessous de son nom au bas de l’étiquette

Musée de la civilisation, bibliothèque du Séminaire de Québec. Plat recouvert de papier richement marbré portant l’ex-libris armorié de Sir James Stuart Bart. pour Baronnet, titre qui lui a été octroyé en 1841. La fonction de Sir James, « Chief Justice of Lower Canada » s’affiche en dessous de son nom au bas de l’étiquette

41Trois ouvrages aux luxueuses reliures portant l’ex-libris armorié de Sir James Stuart se retrouvent sur les rayons de la section Index. Le livre est un objet pouvant être approprié par son possesseur par le choix des reliures ; il devient, avec l’apposition d’un ex-libris, une représentation de l’identité personnelle. C’est surtout vrai pour les ex-libris arborant un blason, dont le choix des couleurs, motifs et éléments est minutieusement codifié. « L’art héraldique consiste essentiellement dans la représentation symbolique et graphique de l’identité d’une personne physique ou morale. » (Fournier, 1996 : 2) Le nouveau baronnet a donc choisi pour le représenter un ex-libris héraldique richement orné dont le blason est accompagné d’un bandeau portant la devise  Justitiae propositique tenax qui pourrait se traduire librement par Je tiens à la justice comme je tiens parole. Deux ouvrages à la reliure identique de format in-folio portent les armoiries de Sir James : Traitez des droits et preuves des libertez de l'église gallicane, publié en 1731et Preuves des libertez de l'église gallicane, édité la même année que le précédent ont tous deux été mis à l’index par Rome en 1640. Ces œuvres dont l’identité de l’auteur est contestée9 s’inscrivent dans le discours des Lumières concernant le concept de modernisation des États, de son autonomisation et de son émancipation de la tutelle religieuse. Le troisième titre, Essai historique sur la puissance temporelle des papes : sur l'abus qu'ils ont fait de leur ministère spirituel, est l’édition de 1810 d’un ouvrage anonyme attribué à Pierre Claude François Daunou, homme politique, archiviste et historien français, qui aurait écrit cet ouvrage à la demande de Bonaparte.

Sous-collection du Séminaire de Québec : Antoine Parant (1785-1855)

42Cette étude de reconstitution d’une collection personnelle dans la section des livres à l’index se termine avec celle d’Antoine Parant. Sous la direction de l’abbé Jérôme Demers, il poursuit des études classiques au Séminaire de Québec qu’il termine en 1804 dans la même promotion que Louis-Joseph Papineau et Jacques Labrie. Ordonné prêtre en 1808, il enseigne durant deux années pour ensuite occuper d’importantes fonctions administratives au Séminaire de Québec : d’abord comme directeur-préfet du Petit Séminaire, puis en alternance de poste, comme procureur pendant 17 ans et comme supérieur du Séminaire de Québec pendant 15 ans (Courchesne, 1998 : 149-154).  En 1850, il devient conseiller de l’évêque jusqu’à sa mort, cinq années plus tard. La petite histoire ajoute que « M. Parant savait bien l’anglais et s’occupait de la conversion des protestants » (Provost, 1964 : 461).

Musée de la civilisation, fonds d'archives du Séminaire de Québec, PH1998-2191. Homme modeste, pieux et grand travailleur selon ses contemporains, Antoine Parant, dont la photographie est tirée d’un daguerréotype, est représenté ici dans un décor empreint de simplicité et de sobriété

Musée de la civilisation, fonds d'archives du Séminaire de Québec, PH1998-2191. Homme modeste, pieux et grand travailleur selon ses contemporains, Antoine Parant, dont la photographie est tirée d’un daguerréotype, est représenté ici dans un décor empreint de simplicité et de sobriété

43La correspondance d’Antoine Parant conservée dans les archives du Séminaire contient les documents inhérents à l’exercice de ses fonctions. Il n’existe aucun fonds privé constitué à son nom et fort peu de documents personnels subsistent. Quelques lettres adressées à des libraires parisiens ainsi que des requêtes auprès de collègues en voyage en Europe témoignent de son intérêt pour les livres. Si nul inventaire de sa bibliothèque personnelle n’est disponible, on retrouve néanmoins trente-cinq ouvrages portant sa signature dans la section Enfer.

Musée de la civilisation, bibliothèque du Séminaire de Québec. La signature abrégée d’Antoine Parant, apposée au haut de la page de titre, recouvre presque entièrement celle du propriétaire précédent, rendant pratiquement illisible le déchiffrage de ce nom. Il s’agit d’un procédé de réappropriation fréquemment rencontré dans ce corpus

Musée de la civilisation, bibliothèque du Séminaire de Québec. La signature abrégée d’Antoine Parant, apposée au haut de la page de titre, recouvre presque entièrement celle du propriétaire précédent, rendant pratiquement illisible le déchiffrage de ce nom. Il s’agit d’un procédé de réappropriation fréquemment rencontré dans ce corpus

44L’incorporation du statut clérical à la signature étant une pratique courante chez les ecclésiastiques, la signature manuscrite d’Antoine Parant emprunte au fil des livres de nombreuses formes : on retrouve parfois sa signature intégrale ; parfois une forme variable plus ou moins raccourcie, comme Ante. Parant ptre ; parfois simplement A.P.P. Ces multiples versions ont causé quelques difficultés quant à l’identification de cette provenance. La pierre de Rosette donnant la clé de compréhension est apparue dans un document portant deux variantes à l’écriture identique : une signature complète accompagnée des initiales, A.P.P.

45Cette sous-collection est intéressante à plus d’un point de vue. D’abord pour sa quantité qui positionne la collection de l’abbé Parant en tête de celle de tous les membres du clergé10 ayant des ouvrages recensés dans l’Enfer. Ensuite pour le nombre d’ouvrages anciens, dont quatorze publiés avant 1800 et deux imprimés du 16e siècle. Et enfin pour la présence importante de titres en langue anglaise, dix-neuf, soit plus de la moitié du lot.

46Les ouvrages portant la signature d’Antoine Parant présentent également la particularité de contenir des ex-libris probablement antérieurs à l’acquisition du volume par l’abbé et dont plusieurs semblent avoir appartenu à des propriétaires d’origine anglophone. Il est possible que ces ouvrages soient des titres acquis sur le marché du livre usagé. Cependant, il faut considérer que plusieurs auteurs de ces titres appartiennent à l’Église réformée. La brève remarque extraite de la courte biographie de l’abbé Parant concernant ses activités de conversion auprès des protestants offre ici  une explication rationnelle quant à l’intérêt personnel qui l’anime de prendre connaissance ou de posséder une telle littérature. À l’époque où vécut l’abbé Parant, au tournant du 19e siècle, le spectre des idéologies jansénistes était déjà chose du passé, l’attention de l’Église catholique du Québec étant alors entièrement tournée vers la menace protestante. « Dès le début du Régime anglais, l’Angleterre s’efforce d’assurer le développement de l’Église anglicane. Elle encourage la venue de pasteurs protestants et leur assure de généreuses subventions » (Lacoursière, 2001 : 269). Les rapports de l’Église avec l’autorité gouvernementale sont alors teintés de circonspection et de prudence. Le clergé, désirant en effet obtenir une reconnaissance civile et le respect de ses droits, favorise une attitude de compromis afin d’éviter d’attiser l’intolérance anglaise (Voisine, 1989 : 50).  

47Il reste à démontrer de quelle manière cette conversion des protestants, dans un contexte politique délicat, est entreprise par l’abbé Parant compte tenu du rôle stratégique qu’il joue en tant que supérieur du Séminaire de Québec. Un petit carnet, composé de quelques feuillets, retrouvé dans les archives de l’institution, apporte quelques éléments éclairants en ce sens. Ce document intitulé Cahier d’abjurations depuis 1662 jusqu’à 1847 (ASQ P8, 1847) et attribué à Antoine Parant, est en fait une liste manuscrite de noms d’émigrants protestants ayant abjuré leur croyance pour adopter la foi et la religion catholiques. Une petite croix inscrite en marge du nom indique les individus décédés et les quelques annotations permettent de situer plusieurs de ces conversions lors de l’épidémie de choléra de 1832. À cette époque, pour la deuxième année consécutive, le flot migratoire avait déversé sur Québec, alors petite ville de 30 000 habitants, près de 50 000 d’immigrants européens qui arrivent épuisés, démunis et le plus souvent malades. L’épidémie se répand à une vitesse fulgurante parmi la population locale : dans la seule ville de Québec, il y aurait eu 3 000 morts en quatre mois. Au total, on évalue à 10 000 le nombre de décès causés par l’épidémie (Lacoursière, 2001 : 238). Le carnet d’Antoine Parant énumère les noms de ces immigrants en provenance d’Irlande, d’Écosse, d’Angleterre ou d’ailleurs qu’il a convertis, parfois comme l’indique une courte mention, « à l’hôpital », ou plus rarement, « à domicile ».

48Ce contexte de conversion explique ainsi la présence du nombre important d’ouvrages protestants arborant l’ex-libris d’Antoine Parant, tout comme il éclaire sur la provenance de quelques autres titres présents dans la section Enfer de la bibliothèque du Séminaire. Ainsi, le nom d’Ann Boyd inscrit dans le livre The New testament of our Lord and saviour Jesus Christ, publié en 1825, apparaît également dans le carnet d’Antoine Parant à l’année 1828, tout comme celui de John Childs, dont la signature se retrouve dans Church psalmody, or, Hymns for public worship. Les noms présents dans cette liste d’abjurations et ceux retrouvés en ex-libris dans les livres de littérature protestante de la même époque imposent une relecture de ces données. Elles permettent d’appréhender, de manière singulièrement personnelle, et dans une perspective individuelle, les visées missionnaires de l’Église catholique d’ici auprès des immigrants.  

49Les dates inscrites dans ce cahier démontrent de la part d’Antoine Parant un travail engagé et soutenu de conversion. A cet égard, la signature qu’il appose dans les livres de culte protestant qu’il conserve dans sa bibliothèque n’est pas celle d’un propriétaire mais bien l’ex-libris du censeur à l’œuvre qui régularise le chaos. Les notes manuscrites qui apparaissent dans ces ouvrages, dont plusieurs semblent de sa main, tendent à démontrer une préoccupation certaine, manifestée par une lecture attentive de ces ouvrages hérétiques, et un jugement ferme mais sans véhémence. Nous sommes cependant loin ici des longues harangues qui accompagnent parfois les ouvrages jansénistes. Quelques notes sont présentes habituellement sur la page de garde ou la page en regard de la page de titre. On retrouve peu de marginalias dans le texte pouvant fournir des informations supplémentaires sur la réception du livre par Antoine Parant, ni d’ex-donosà son nom. Quelques jugements censoriaux ponctuent certains ouvrages (ex : à garder, à brûler), et il serait hasardeux de les attribuer avec certitude à l’abbé Parant, quoique dans plusieurs cas, le trait de plume et l’écriture sont identiques à sa signature. Il est possible qu’après le décès de l’abbé, lors du versement de ses livres personnels dans la bibliothèque du Séminaire, le bibliothécaire en poste ait fait la sélection d’usage en annotant les titres devant être remisés dans l’Enfer. Seule une analyse comparative plus poussée de ces données pourra apporter un éclairage supplémentaire en identifiant plus finement les principaux acteurs en présence.

Les livres signés d’une collection cachée

50Cette reconstitution de collections personnelles au moyen des ex-libris permet de considérer sous un angle différent ce corpus de livres prohibés, de constater en premier lieu la diversité des marques d’appartenances et d’en dégager ensuite les catégories des premiers lecteurs-propriétaires de ces ouvrages pour en brosser un portrait. Le corpus des livres à l’index prend alors un tout autre aspect : le flou mythique issu de la mémoire collective entourant de sulfureux ouvrages se dissipe pour révéler une réalité tangible. Plusieurs de ces titres interdits de lecture par l’Église ont été présents sur les rayonnages d’une bibliothèque privée et ont été consultés par un premier lecteur bien avant leur versement dans la section Enfer de la bibliothèque du Séminaire de Québec. Ce premier propriétaire qui, en inscrivant son nom à l’intérieur de l’ouvrage, l’a investi d’une valeur personnelle qui s’est transmuée au fil du temps en dimension mémorielle. « Le passé n’a de sens que dans le présent. Mais le présent, lui, est habité par l’ensemble des traces et des expériences du passé » (Mathieu, 1991 : viii). L’ex-libris devient ici l’indice permettant de retracer l’histoire et le parcours de ces livres qu’il ne faut pas lire.

51Le corpus unique des livres à l’index de la bibliothèque du Séminaire de Québec renferment des données inédites dont le portrait incomplet présenté ici permet néanmoins d’établir certaines constatations : les ex-libris recensés révèlent que le groupe le plus important de possesseurs de livres à l’index est celui composé des autorités religieuses, gardiens traditionnels de la doxa. L’inventaire démontre que des membres du clergé, peu importe le niveau hiérarchique, clerc ou évêque, possèdent dans leur bibliothèque ces ouvrages dangereux. Cette pratique s’avère cependant dérogatoire à l’application stricte des prescriptions et décisions de l’Index en tant que lois ecclésiastiques entraînant une obligation universelle qui « atteint tous les fidèles, soit ecclésiastiques, soit séculiers, de quelque degré, ordre et dignité qu’ils soient. Assurément si quelqu’un devait être excepté, ce seraient les Évêques et les Cardinaux. Or les Évêques ne le sont pas : ils n’ont le pouvoir de lire les livres défendus qu’en vertu d’une faculté particulière qui leur est accordée par le souverain pontife » (Petit, 1888 : 69-70). D’autre part, les règles de l’index précisent que, dans le cas des « livres qui n’appartiennent pas à une catégorie interdite absolument, l’Ordinaire [i.e. l’évêque, dont l’étymologie grecque signifie surveillant] ou l’Inquisiteur les pourront permettre à certaines personnes religieuses et instruites, pour de bonnes raisons, principalement pour faciliter des études utiles à la sainte Église » (Petit, 1888 : 44). Cette permission a effectivement été demandée et accordée comme en fait foi une note justificative inscrite dans l’édition de 1701 de Gaspard Juénin, Institutiones theologicae ad usum seminariorum,  mis à l’index par Rome en 1708 : « Cet ouvrage importé de France en 1832, & vendu peu après à l'encan, fut acheté à Québec, rue de la Montagne, pour le prix de seize sols, ancien cours, le volume par le soussigné Tho. Maguire11. L'auteur était janséniste & c'est en vertu d'une permission écrite de Mgr de Québec que je le puis garder & lire. T. M. 18 août 1832 ». La permission de lire les ouvrages mis à l’index s’érige en système de privilèges accordés, et conséquemment de refus émis, par les autorités religieuses. Les requêtes de lecture soumises à l’évêque doivent être préalablement justifiées tout comme la moralité du demandeur est évaluée avant d’obtenir cet accès.

52S’inscrivant dans la même démarche légitimée par le devoir infaillible et incontestable de jugement, d’encadrement et de prohibition des livres, une marque devient l’indice reconnaissable qu’un jugement définitif a été rendu : celle du sceau de l’institution. Cet ultime ex-libris se retrouve dans l’ensemble des ouvrages remisés dans l’Enfer de la bibliothèque du Séminaire. Cette dernière marque de propriété qu’on appose referme la boucle du trajet du livre, désormais rangé à huis clos, neutralisé par ce signe qui confirme le pouvoir de l’orthodoxie sur l’hérésie. Le livre classé sur un rayonnage de l’Enfer représente un danger écarté de la masse des fidèles catholiques, une pensée séditieuse désormais muette ou, selon le commentaire inscrit dans l’un des livres portant l’ex-libris d’Antoine Parant, une « mémoire pour prouver l'égarement de l'esprit humain ».

53Le nombre successif de propriétaires d’un ouvrage mis à l’index peut parfois surprendre. Cet élément permet d’identifier certains réseaux de sociabilité où l’échange et la possession de livres prohibés est tolérée sans que le besoin d’effacer ou d’éliminer les traces de propriété précédentes ne se manifeste. Des ouvrages en provenance du Collège des Jésuites ont transigé par l’Hôpital-Général avant d’arriver au Séminaire de Québec. Certains livres à l’index offerts à des prêtres du Séminaire proviennent d’anciens élèves ayant étudié dans l’institution, etc. Il devient ainsi possible, pour certains titres, de suivre le parcours du livre et de découvrir des circuits précis.

54Dans un contexte de colonie britannique, les livres d’hymnes et de prières utilisés par un groupe religieux d’allégeance protestante se voient automatiquement rangés dans le secteur des livres interdits par les tenants de la religion catholique. Ce fait peut d’une certaine manière expliquer, hormis les facteurs économiques ou culturels associés aux habitudes de lecture respectives de ces groupes culturels, cette forte proportion d'ex-libris relevés chez les propriétaires civils de culture anglaise par comparaison avec celle relevée chez le lectorat francophone. Ces données soulèvent conséquemment plusieurs hypothèses intéressantes qu’il reste à vérifier par des études comparatives, afin de mesurer par exemple le degré d’efficacité de la censure dans la constitution des bibliothèques personnelles des catholiques de l’époque ou encore de circonscrire la part occulte du marché du livre usagé ou de colportage. En ce sens, l’étude du corpus des livres à l’Index du Séminaire de Québec fournit de précieuses données quantitatives et qualitatives d’un fonds qui représente un microscope d’indices révélateurs d’encadrement dogmatique et social des pratiques de lecture d’un Québec pas si lointain.

55Ces nombreux ex-libris, soit 247 inscriptions diverses - incluant les écritures non déchiffrées - présentes sur près de 650 titres mis à l’index, représentent à leur manière les deux côtés du miroir. D’une part, un acte de pouvoir des autorités religieuses qui, après l’évaluation de l’ouvrage, posent un jugement punitif à la fois sur le livre, l’auteur et les lecteurs et, ce faisant, imposent les représentations sociales et morales selon un cadre doxique établi. Et, d’autre part, des acteurs sociaux qui, dans une pluralité d’actions et d’interventions, en petits réseaux ou dans l’anonymat, transgressent les pratiques établies. Ces quelques rayonnages de livres sont le témoignage inédit des difficiles luttes de la liberté d’expression qui ont ponctué l’histoire des mentalités.

Conclusion : L’ex-libris, d’entre les livres

56Un ex-libris n’a en soi rien d’anodin : il représente l’empreinte d’une prise de possession, la marque affirmée d’une appropriation, d’une appartenance (Roussel- Beaulieu, 2004 : 219). Que ce soit par une signature manuscrite, un sceau ou une étiquette typographique arborant un écusson héraldique, l’ex-libris témoigne d’un statut particulier accordé au livre qui se retrouve ainsi distingué. Cette empreinte visuelle lui permet de sortir de son anonymat et d’être incorporé avec cette valeur ajoutée – personnalisée - dans l’espace intime du lecteur, c’est-à-dire parmi les autres volumes de sa bibliothèque. C’est également un acte de revendication envers un ouvrage qui témoigne de l’intérêt, du goût ou simplement de l’esprit de curiosité de son propriétaire.

57Signifiant littéralement d’entre les livres, l’ex-libris traduit un acte de propriété affirmé. Dans un contexte de censure, ces inscriptions offrent plusieurs éléments d’information sur les lecteurs ayant acquis ces ouvrages ; elles renseignent sur la réception de l’ouvrage ou, lorsqu’on y retrouve la présence de notes manuscrites ou d’annotation, elles éclairent sur le lecteur et son rapport au livre. Sans ces traces tangibles, la mémoire des pratiques immatérielles de lecture devient difficilement évocable.

58Le corpus des livres à l'index de la bibliothèque historique du Séminaire de Québec constitue le patrimoine livresque d’une mémoire doublement réprimée puisque les ex-libris qu’on y retrouve s’inscrivent à la fois comme traces mémorielles de l’interdit et comme marqueurs identitaires de ceux qui, aujourd’hui disparus, l’ont défié, contourné ou appliqué. Ces ouvrages sont, pour emprunter l’expression de Pierre Nora, des « porteurs d’empreintes érigés au rang de signes et qui renvoient à quelque chose de différents d’eux » (Nora 1992 : 165).  Les indices retrouvés deviennent de nouvelles pistes afin de reconstituer cette histoire occultée et permettent de la restituer à la mémoire collective.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sources premières

Archives du Séminaire de Québec

Note : l’information entre crochet comprend un titre restitué.

SME1-59b Acte de communauté de biens du Séminaire de Québec, 24 déc. 1685.

SME 7-28 et suiv. [Legs de l’abbé Félix Gatien au Séminaire de Québec], 21 sept. 1844. SME P11 - Fonds Charles-Honoré Laverdiere, no 67. [D. Appleton & co avise Laverdière de l’achat des Audubon’s

Birds], 4 nov. 1861.

SME P32 – Fonds Viger-Verreau, 23, no 237. [Correspondance L.-O. Brunet à H. Verreau], 2

nov. 1867.

ASQ Polygraphie 8, no 66-67, Cahier d’abjuration depuis 1662 jusqu’à 1847, 1847.

Assemblée Nationale du Québec. Fonds Chauveau. B.C., 1867. O23. Catalogue of the law library of the late Hon. Sir James Stuart, Bart., chief justice of Lower Canada (…), Quebec, Middleton & Dawson.

Musée de la civilisation, Service la recherche et de l’évaluation, 1995, Rapport final, portrait qualifié de la bibliothèque de livres anciens du Musée de l’Amérique française, [Document de consultation interne], rédaction André Caissy.

Musée de l’Amérique française, 1993, MAF 20, [Exposition] La bibliothèque oubliée : concept et scénario.

Articles et études

BAILLARGEON, Noël, 1994, Le Séminaire de Québec de 1800 à 1850. Québec, Presses de l’Université Laval.

BAILLARGEON, Noël, 1972, Le Séminaire de Québec sous l’épiscopat de Mgr de Laval. Québec, Presses de l’Université Laval.

BEAULIEU, Alain, 1972, La première bibliothèque canadienne : la bibliothèque des Jésuites en Nouvelle-France. Ottawa, Bibliothèque nationale du Canada.

BERGERON, Yves, 2002, Un patrimoine commun : les musées du Séminaire de Québec et de l'Université Laval, Québec, Musée de la civilisation.

BERNIER, Marc André, 2004, « Censure » : 85-88 dans  Paul Aron, Denis Saint-Jacques, Alain Viala (dirs.), Le dictionnaire du littéraire. Paris, Presses universitaires de France.    

BLASSELLE, Bruno, 1997,  À pleines pages : histoire du livre, Paris, Gallimard, 1997.

BONNOT, Thierry, 2002, La vie des objets : d’ustensiles banals à objets de collection, Paris, Maison des sciences de l’homme.

CAISSY, André, 1995, Portrait qualifié de la bibliothèque de livres anciens du Musée de l’Amérique française, Québec, Musée de la civilisation.

CHARTIER, Roger, Alain Paire (dirs.), 1993, Pratiques de la lecture. Paris, Payot & Rivages.

COURCHESNE, Marie-Josée, Chantal Michaud, 1998, Plus de trois siècles d’histoire à découvrir : les archives du Séminaire de Québec. Québec, Musée de la civilisation.

DE BUJANDA, Jesus Martinez, 2002, Index librorum prohibitorum : 1600-1966. Montréal, Médiaspaul.

DOUGLAS, Mary, Baron Isherwood, 1996, The world of goods, towards an anthropology of consumption.New York, Routledge.  

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

DROLET, Antonio, 1961, « La bibliothèque du Collège des Jésuites », Revue d’histoire de l’Amérique française, 14, 4 : 487-544.
DOI : 10.7202/302079ar

DROUIN, Sébastien, 2005, « Le ciel aux enfers. L’hétérodoxie religieuse au Séminaire de Québec du XVIIe au XVIIIe siècle. », Mens : revue d’histoire intellectuelle de l’Amérique française, 5, 2 : 241-259.

DUCOMTE, Jean-Michel, 2007, La censure, Toulouse, Editions Milan.

DUBÉ, Richard, 1998, Trésors de société : les collections du Musée de la civilisation. Québec, Musée de la civilisation, Montréal, Fides.

ECO, Umberto, 1973. Le signe. Bruxelles, Labor.

FRAGONARD, Marie-Madeleine, 2002, « Réforme catholique » : 526-527, dans Paul Aron, Denis Saint-Jacques, Alain Viala (dirs.), Le dictionnaire du littéraire. Paris, Quadrige.

FOURNIER, Paul-André, 1996, L'ex-libris et les formes changeantes de l'expression identitaire dans les arts graphiques du XVe siècle à nos jours,  Sainte-Foy, Université Laval.

GALARNEAU, Claude, 1993, « Un souffle nouveau dans l’enseignement : l’époque de Jérôme Demers et de Jean  Holmes », Cap-aux-diamants, (hors-série): 23-25.

HARVEY, Jean-Charles, 1996, Les demi-civilisés, Montréal, Typo.

HÉBERT, Pierre, Patrick Nicol, 1997, 2004, Censure et littérature au Québec, le livre crucifié, 1625-1919, Montréal, Fides.

HÉBERT, Pierre, Patrick Nicol, 1997, 2004, Censure et littérature au Québec, des vieux couvents au plaisir de vivre, 1920-1959, Montréal, Fides.

HÉBERT, Pierre, Yves Lever; Kenneth Landry (dirs.), 2006, Dictionnaire de la censure au Québec : littérature et cinéma. Saint-Laurent, Fides.

JAMMES, André, 1947, Essai sur les ex-libris modernes français. Paris : Chez l’auteur.

LACOURSIÈRE, Jacques, Jean Provencher, Denis Vaugeois, 2001,  Canada-Québec : synthèse historique 1534-2000. Sillery, Septentrion.

LAJEUNESSE, Marcel, 2006, « Bibliothèques » : 78-83, dans Hébert, Pierre; Yves Lever; Kenneth Landry (dirs.), 2006, Dictionnaire de la censure au Québec : littérature et cinéma. Saint-Laurent, Fides.

LAMBERT, James, 2006, « Les livres rares de la Bibliothèque de l’Université Laval »,  Art & métiers du livre, 252 : 38-43.

LAMONDE, Yvan; Andrea Rotundo, 2004 « Les commerces du livres et la librairie » : 132-145, dans Patricia Fleming; Gilles Gallichan;  Yvan Lamonde (dirs.), Histoire du livre et de l’imprimé au Canada, des débuts à 1840. Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

LAURENT, Monique, 1972, Le catalogue de la bibliothèque du Séminaire de Québec, 1782. Québec, Université Laval.

LEBEL, Marc, 1993, « Livres et lecture chez les élèves du Petit Séminaire de Québec », Cap-aux-Diamants, (hors série) : 58-64.

LEGENDRE, Pierre, 1974, L’amour du censeur : essai sur l’ordre dogmatique, Paris, Seuil.

MATHIEU, Jacques, Jacques Lacoursière, 1991, Les mémoires québécoises. Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval.

MONTREUIL, Sophie, (dir), 2005, Tous ces livres sont à toi : de l'Oeuvre des bons livres à la Grande bibliothèque (1844-2005), Montréal, Bibliothèque et archives nationales du Québec, Québec, Presses de l’Université Laval.

NORA, Pierre, (dir), 1992, Les lieux de mémoire : les France, de l’archive à l’emblème. Paris, Gallimard.

PETIT, Louis, 1888, L’Index : son histoire, ses lois, sa force obligatoire, Paris, P. Lethielleux.

POMIAN, Krzysztof, 1992, « Les archives du trésor des Chartes au Caran » : 163-233, dans Pierre Nora (dir.). Les lieux de mémoire : Les France, de l’archive à l’emblème. Paris, Gallimard.

PROVOST, Honorius, 1964, Le Séminaire de Québec : documents et biographies. Québec, Séminaire de Québec.

ROGIER, L.G. ; R Aubert ; M.D. Knowles (dirs.), 1963-1975, Nouvelle histoire de l'Eglise. Paris, Seuil.

ROUSSEL-BEAULIEU, Frédéric, 2004, « Les ex-libris en Nouvelle-France, dans la  Province de

Québec et au Bas-Canada » : 219-225, dans Fleming, Patricia; Gilles Gallichan; Yvan Lamonde (dir), Histoire du livre et de l’imprimé au  Canada, des débuts à 1840. Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

VEILLEUX, Christine, 1996, « La bibliothèque du juge en chef James Stuart, 1853 » : 173-188, dans Yvan Lamonde, Gilles Gallichan (dirs.), L’Histoire de la culture et de l’imprimé : hommages à Claude Galarneau. Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval.

VOISINE, Nive (dir.) 1984, Histoire du catholicisme québécois : les XVIIIe  et XIXe siècles, Montréal : Boréal.

WOLF, Sylvia, 1985, Exlibris : 1000 Beispiele aus fünf Jahrhunderten = 1000 examples from five centuries.München, Bruckmann.

Sites Internet

Assemblée nationale du Québec. « Stuart, James » dans  Les parlementaires depuis 1792. Consulté sur Internet le 15 novembre 2007 à l’URL : (http://www.assnat.qc.ca/fra/Membres/notices/s/STUAJ.htm)

FINN, Gérard. « Le Guerne, François » Dictionnaire biographique du Canada. Consulté sur Internet le 9 novembre 2007 à l’URL : (http://www.biographi.ca/FR/ShowBio.asp?BioId=36143&query=)

KOLISH, Evelyn. « Stuart, sir James » dans Dictionnaire biographique du Canada. Consulté sur Internet le 9 novembre 2007 à l’URL : (http://www.biographi.ca/FR/ShowBio.asp?BioId=38326&query=)

REID, George. « Canon of the New Testament » dans Catholic encyclopedia. Consulté sur Internet le 9 novembre 2007 à l’URL : (http://www.newadvent.org/cathen/03274a.htm)

Haut de page

Notes

1 La bibliothèque de la Compagnie de Jésus au Collège Jean-de-Brébeuf de Montréal contient une trentaine d’ouvrages identifiés comme ayant appartenu à la section des livres à l’Index.

2  Dès 1231, la bulle papale Parens scientarum promulgant la fondation de l’Université de Paris octroie aux clercs docteurs qui y siègent un pouvoir doctrinal opératoire. Sa Faculté de Théologie imprime en 1544 le tout premier Index des livres interdits (Blasselle, 1997 ; 69).  Un décret du Concile de Trente confie au pape le soin d’achever et divulguer selon son jugement et autorité un Index général des livres interdits. Paul IV fait donc publier en 1559 le premier Index librorum prohibitorum, listant 1000 condamnations. La Congrégation de l’Index, instituée en 1564 pour veiller sur la moralité des écrits diffusés dans l’univers du monde catholique romain est chargé de la mise à jour et de la diffusion de l’Index. Trente-deux éditions seront publiées entre 1559 et 1948. Cette officine relevant directement de l’autorité papale a cessé ses activités de censure en 1967 avec le concile Vatican II (De Bujanda, 2002).

3  Cette censure prend plusieurs formes : Autodafé (L’Anti-Coton, 1625), ostracisme, excommunication, refus de sépulture (Institut canadien de Montréal 1858 ; l’affaire Guibord 1869), dénonciation en chaire (journal L’Événement de Québec, 1896) mises à l’index par Rome (Le clergé canadien, sa mission, son œuvre, de L.-O. David, 1896), censure littéraire par autorité épiscopale (Marie Calumet, de Rodolphe Girard, 1904 ; La Scouine, d’Albert Laberge, 1909 ; Ledébutant, d’Arsène Bessette, 1914 et Les demi-civilisés, de Jean-Charles Harvey, 1934). À propos de cet ouvrage qui devint un symbole de la Révolution tranquille, sa réédition en 1966 renferme une introduction écrite par Harvey qui relate les événements entourant la réception, la mise à l’index de son livre ainsi que l’ostracisme qui s’en suivi.  

4  Voir à ce sujet l’imposant Dictionnaire de la censure au Québec, sous la dir. de Pierre Hébert, Yves Lever et Kenneth Landry, qui s’intéresse à la censure ayant touché les champs littéraires et cinématographiques.

5  L’un des premiers graveurs et illustrateurs d’ex-libris fut Albrecht Dürer qui dessine en 1500 l’ex-libris du célèbre humaniste allemand Willibald Pirckheimer (Wolf, 1985 : 15).

6  Paul-André Fournier, collectionneur d’ex-libris, donateur d’une imposante collection aux Archives de l’Université Laval et auteur d’une thèse sur le sujet, raconte : « Chez les libraires d’anciens [livres], à Montréal, nous avons trouvé de petites collections d’ex-libris canadiens gardées dans des fonds de tiroirs. D’autres libraires nous prêtaient des livres contenant des ex-libris, nous permettaient de les enlever soigneusement, sans laisser de trace, puis reprenaient leurs livres. Ces libraires disaient que l’ex-libris n’était pas apprécié de leurs clients. Certains de nos collèges nous ont permis d’extraire des ex-libris de leurs livres et la plupart de nos ex-libris anciens viennent d’une part des bibliothèques de ces institutions et d’autre part des libraires d’anciens qui nous aidaient dans notre recherche » (Fournier, 1996 : 52).

7  Pour cette étude, seuls les ouvrages correspondant à la définition de « livre » par l’Unesco, soit un texte imprimé de moins de 50 pages, ont été considérés. Le corpus étudié est celui regroupé dans la section de la bibliothèque identifiée comme « Enfer » (localisation 515.7 à 522.6 portant l’ancienne cote Index) ; les quelques ouvrages qui, pour diverses raisons, ont été extraits et reclassés dans d’autres sections n’ont pas été retenus.

8  Les travaux des historiens Antonio Drolet et Claude Parizeau ont permis de « retracer 685 titres qui se répartissent comme suit : 362 ont trait à la religion, 132 traitent de médecine, 64 de sciences, 63 des belles-lettres, 29 d’histoire et de géographie, 17 de droit, 6 d’architecture et 5 de philosophie » (Beaulieu, 1972 : 11).

9  La notice de la Bibliothèque nationale de France indique deux sources possibles : le bibliographe Barbier attribue ces œuvres à Pierre Pithou (1539-1596), mais Quérard affirme qu’elles sont plutôt de Pierre Dupuy (1582-1651), membre d’une illustre famille de juristes français.  

10  Quinze titres portant l’ex-libris de l’abbé Hospice Verreau (1828-1901), historien, chercheur et bibliophile se retrouvent dans la section Index ; dix ouvrages en provenance de la bibliothèque personnelle d’un autre prélat y sont également : ceux du chanoine Henri-Arthur Scott (1858-1931) curé de Sainte-Foy, qui possédait une imposante bibliothèque.

11  Il s’agit probablement de Thomas Maguire (1776-1854), qui fut professeur de philosophie au Séminaire de Québec puis aumônier des Ursulines

Haut de page

Table des illustrations

Titre Sous-collection du Collège des Jésuites
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/106/img-1.png
Fichier image/png, 55k
Titre Musée de la civilisation, bibliothèque du Séminaire de Québec. Mention manuscrite de mise à l’index de la bibliothèque du Collège des Jésuites. Pierre Jurieu, L’esprit de M. Arnaud,  1684
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/106/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Musée de la civilisation, bibliothèque du Séminaire. De hierarchia et hierarchis libri IX, de Louis Cellot, 1641. La page de titre en rouge et noir est ornée d’une gravure. Sur la page en regard, un portrait du                       pape Urbain VIII
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/106/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Musée de la civilisation, bibliothèque du Séminaire de Québec. Simple et sans fioriture, l’ex-libris typographique de François Le Guerne, imprimé à Québec circa 1770
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/106/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/106/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Musée de la civilisation, bibliothèque du Séminaire de Québec. Plat recouvert de papier richement marbré portant l’ex-libris armorié de Sir James Stuart Bart. pour Baronnet, titre qui lui a été octroyé en 1841. La fonction de Sir James, « Chief Justice of Lower Canada » s’affiche en dessous de son nom au bas de l’étiquette
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/106/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Musée de la civilisation, fonds d'archives du Séminaire de Québec, PH1998-2191. Homme modeste, pieux et grand travailleur selon ses contemporains, Antoine Parant, dont la photographie est tirée d’un daguerréotype, est représenté ici dans un décor empreint de simplicité et de sobriété
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/106/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Musée de la civilisation, bibliothèque du Séminaire de Québec. La signature abrégée d’Antoine Parant, apposée au haut de la page de titre, recouvre presque entièrement celle du propriétaire précédent, rendant pratiquement illisible le déchiffrage de ce nom. Il s’agit d’un procédé de réappropriation fréquemment rencontré dans ce corpus
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/106/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierrette Lafond, « Lire et laisser une trace : ex-libris, lectures interdites et collections particulières », Conserveries mémorielles, #5 | -1, 81-106.

Référence électronique

Pierrette Lafond, « Lire et laisser une trace : ex-libris, lectures interdites et collections particulières », Conserveries mémorielles [En ligne], #5 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 30 octobre 2014. URL : http://cm.revues.org/106

Haut de page

Auteur

Pierrette Lafond

est étudiante au 2e cycle en ethnologie à l'Université Laval et s’intéresse au livre dans sa fonction sociale et sémiotique et sa dimension d’objet de culture matérielle. Elle a présenté une communication au  colloque AFA-ACEF d’octobre 2007 et offert une conférence grand public  au Musée de la civilisation dans le cadre de l'exposition « Tous ces livres sont à toi ». Un article présentant certains résultats de ses recherches portant sur le corpus des livres à l'index de la bibliothèque historique du Séminaire de Québec paraîtra dans le prochain numéro de Material Culture Review - Revue de la culture matérielle. Elle participe au projet de recherche sur la présence des huguenots en Nouvelle-France qui fera l’objet d’une exposition au printemps 2008 au Musée de l’Amérique française.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org