Navigation – Plan du site
1- Des salles, des publics, des pratiques

Qui s’assoit où ?

Stratégies d’occupation des sièges dans la salle de cinéma
Who sits down where? Strategies of seats’ occupation in the cinema
Claude Forest

Résumés

L’observation et l’analyse du comportement des spectateurs entrant dans une salle de cinéma, choisissant leurs places puis les libérant en fin de séance, ont permis de mettre en relief de nombreuses caractéristiques communes. Le choix et l’occupation d’un siège dans ces salles ne relève pas de la recherche d’un optimum technique de visionnement de la projection du film.  Une différenciation de certains comportements peut s’observer selon la composition du public qui varie elle-même selon la salle, le film ou  l’heure de séance, mais les interactions mimétiques entre spectateurs sont indéniables, et des mécanismes d’influence récurrents, indépendants de la composition du public, et peuvent être structurés par l’architecture et l’espace de la salle elle-même. L’essentiel des comportements de choix et libération des sièges obéissent avant tout à des règles et stratégies d’occupation d’un espace et d’un territoire, fortement conditionnées par l’âge et surtout le sexe du spectateur.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Officiellement dénommé « théâtre cinématographique » en France depuis les années 1920, le langage (...)
  • 2  Ainsi dénommés par le Centre National de la Cinématographie, ils sont constitués des 4 % spectateu (...)
  • 3  En France en 2010, les 174 établissements multiplexes (8 % des établissements, 35 % des écrans) on (...)

1Après avoir sélectionné son établissement cinématographique1 puis son film (ou inversement), à l’avance ou non et cela pas forcément de manière aussi évidente qu’il pourrait y paraître (Éthis, 2000), la question se pose pour tout spectateur de cinéma de choisir sa place, son siège, pour assister à la projection. Nombreux ont été les témoignages de cinéphiles des années 1960 qui indiquaient leur goût de toujours s’asseoir au même endroit (De Baecque, 2005), souvent au premier rang. Dans les salles de quartier, fréquentées par de nombreux habitués, ces derniers se dirigeaient fréquemment vers « leurs » places, les premiers et derniers rangs étant souvent réservés aux adolescents ou aux amoureux. Mais à l’heure où la majorité des spectateurs – et une proportion encore plus grande des plus assidus2 – se rend dans des multiplexes3 ou, en région parisienne comme dans les grandes agglomérations, change fréquemment d’établissement, cela induit désormais l’ignorance préalable de la salle, de sa configuration spatiale et implique donc une modification et une adaptation de son comportement une fois pénétré en celle-ci, notamment dans le choix du fauteuil.

2Il semblait donc intéressant de s’interroger sur les attitudes et les préférences des spectateurs contemporains. Quels sont les sièges les plus fréquemment occupés ? Certains sièges sont-ils désertés ? Quels sont les facteurs influençant le choix d’un spectateur pour se placer ? Comment s’organise la répartition spatiale d’occupation des sièges dans une salle ? S’observe-t-il des variations selon l’âge, le sexe, ou si le spectateur vient seul ou accompagné ? Est-elle la même selon les établissements, les salles, les films, les publics, etc. ? De la même manière, comment les spectateurs quittent-ils leurs sièges, dans quel ordre s’effectue la sortie de l’espace un temps occupé en commun ? Nous avons comparé plusieurs types de salles en faisant varier ces paramètres afin de distinguer ceux dont la prévalence ressortait. La méthodologie utilisée a consisté à étudier les comportements d’entrée et de sortie des spectateurs sur des séances échelonnées sur six mois, dans des salles de petite et moyenne capacités au sein de trois établissements différents (méthodologie en annexe).

« Où s’asseoir ? » Deux critères de choix rationnels

  • 4  Cela ne fût pas toujours le cas, notamment dans les années soixante et soixante-dix. Pour un rappe (...)
  • 5  Les établissements sont soumis au respect des dispositions de la norme Afnor NF-S 27001 « Caractér (...)

3Certaines théories de préférence des consommateurs considèrent qu’ils seraient enclins à optimiser la satisfaction du spectacle selon des critères objectifs, techniques en ce cas, et il convient donc d’examiner rapidement les principaux. Nous supposerons que les salles offrent des conditions optimales de projection (bonne installation initiale et réglages réguliers de l’appareil de projection comme de la chaîne sonore), ce qui semblait être le cas pour les salles étudiées. Toutefois, pour des motifs pratiques (l’opérateur projectionniste possède rarement les compétences pour effectuer des réglages pointus des processeurs sonores en cabine, et encore moins pour le numérique, notamment pour la 3D) et financiers (procéder à des vérifications en faisant appel à des techniciens, souvent extérieurs, induit un coût de maintenance non négligeable) cela ne s’observe pas toujours, y compris pour certains établissements fortement réputés et fréquentés. Néanmoins l’expérience montre également que très peu de spectateurs sont aptes à déceler de mauvais réglages souvent mineurs, notamment dans la chaîne sonore, et que depuis plusieurs décennies les imperfections techniques d’une salle n’apparaissent plus comme motif énoncé de son rejet au profit d’une salle concurrente4. Inversement, en France comme dans de nombreux pays européens, un organisme officiel5 veille au confort des installations pour les spectateurs, et l’expérience commune atteste que, au contraire des premières décennies du cinéma, elles sont désormais partout acceptables et garantissent le confort des spectateurs, ne serait-ce que dans une volonté strictement commerciale d’assurer leur fidélisation, ou, à tout le moins, ne pas décourager leur venue. Toutefois, ces paramètres techniques étant supposés proches de leur optimum, à l’intérieur de chacune des salles certains emplacements offrent une meilleure réceptivité ou un meilleur confort que d’autres, essentiellement pour la réception de l’image et du son. Très schématiquement, appréhendons ces deux paramètres :

L’image

4Bien voir, ne pas être gêné physiquement dans sa perception, constitue l’un des premiers critères de choix pour tout spectacle, vivant comme cinématographique. Concernant ce dernier, des difficultés liées à la physique et l’optique de projection peuvent apparaître. Même en respectant les normes établies, de nombreuses altérations peuvent se manifester, surtout sur les grands écrans ou les écrans courbes (plus il est courbe, et moins les rangées de sièges ne peuvent être décalées en latéralité), altérations plus ou moins mesurables selon l’emplacement du siège dans la salle.

Figure 1. Paramètres de la vision du spectateur en salle

Figure 1. Paramètres de la vision du spectateur en salle

5Par exemple, la luminance est difficilement applicable uniformément sur tout l’écran (plus forte au centre, plus faible aux coins) ; ou encore, une distorsion de l’image peut sensiblement se mesurer (en cas de courte distance entre l’écran et le projecteur, ou si le projecteur se trouve placé plus haut par rapport à l’écran) ; et simplement, physiologiquement, la capacité visuelle d’un humain à percevoir simultanément tout l’écran est aisée au centre de la salle mais moins bonne latéralement, meilleure en s’éloignant et diminue en se rapprochant à partir d’une certaine distance (figure 1).

6Si en vision binoculaire le champ visuel humain approche 180° latéralement (mais seulement 90° en verticalité), l’idéal pourrait être d’emplir complètement ce champ par l’image. L’exemple des projections de ce type (salles Imax) montre toutefois que, d’une part un nombre significatif de spectateurs s’avère être incommodé par cette saturation du champ visuel, et surtout que la quasi-totalité ne peut pas le supporter sur une longue durée, inférieure à celle d’un long métrage. En effet, suivre une action sur l’écran nécessite en ce cas des mouvements de la tête, rapidement fatigants ou désagréables.

7L’angle latéral optimal approche donc une valeur de 90° pour supprimer ces mouvements de tête, ce qui implique une distance minimale par rapport à l’écran égale à la moitié de la largeur de celui-ci, et maximale à deux fois et demie celle-ci pour continuer à distinguer les détails des images projetées (Besse, 1994, p. 15).

Le son

  • 6  Aux trois voies de l’écran qui alimentent autant d’enceintes acoustiques (droite, centre, gauche), (...)

8Il n’existe quasiment plus en France de salle ne diffusant que du son mono, le Dolby stéréo apparu en 1977 s’étant rapidement généralisé, mais le numérique développé depuis 1990 n’équipe pas encore tout le parc même si la plupart des salles a progressivement dû s'adapter au système 5.1 puis 6.16. Mais en ce cas, acoustiquement, même sans déréglage du système qui déséquilibrerait une voie, plus la latéralité du spectateur est grande, et plus le risque est fort, notamment dans les grandes salles, d’entendre de manière privilégiée les enceintes de l’un des côtés au détriment de l’équilibre général. Il s’ensuit que là aussi, le meilleur emplacement pour disposer d’un optimum sonore se trouve au centre de la salle en latéralité comme en profondeur, dont la base part des enceintes de l’écran, la pointe se situant en haut de la salle, vers la cabine.

9De ces deux contraintes physiques, il en découle que – et cela appuie l’expérience commune -, dans une salle aux normes, les places qui optimisent les réceptions sonores et visuelles se situent au centre de la salle latéralement, et entre le tiers et les deux tiers longitudinalement, l’étendue variant selon la taille et la configuration géométrique de la salle.

10Mais ces facteurs physiques, acoustiques et visuels, sont-ils un critère de choix, au moins pour les premiers arrivants, ceux pour qui sont souvent – sauf hasard d’horaire – les plus fortement motivés pour avoir « la meilleure place » ? Et si ce ne sont pas celles définies pour le confort visuel et sonore, quelles sont-elles donc, et choisies selon quels critères ?

Observations pratiques : l’entrée en salle

11Selon leur moment d’entrée en salle, il peut s’observer schématiquement trois vagues principales de spectateurs, dont la répartition varie en fonction des établissements et des horaires : les primo-arrivants, la foule tranquille, les retardataires.

Les primo-arrivants

12Minoritaires, ils sont facilement détectables dans les établissements traditionnels, ou lors de la première séance de la journée ou encore en cas de séances temporellement espacées dans les salles permanentes. Et même lors de la constitution d’une file d’attente avant l’entrée en salle, certains spectateurs s’en détachent aussitôt donnée l’autorisation d’entrer.

La stratégie de placement

13S’il existe probablement, pour certains, un principe de précaution, une recherche de sécurité qui se manifeste en cette occasion dans la recherche d’un confort qui participe au plaisir du spectacle lui-même, cette motivation ne guide pas le comportement général. Par ailleurs il faut admettre que dans la quasi-totalité des multiplexes et complexes contemporains, le souci du « bien voir » l’écran semble plus mythique que réel – ou alors procèderait d’un atavisme légués par leurs (grands-)parents – la recherche de qualité ayant conduit les équipements à supprimer les places réellement inconfortables, notamment en latéral, ou trop en profondeur. Dans de nombreuses salles récentes, le fréquent gradinage des rangées et/ou la disposition en quinconce des sièges, permet de surcroît d’optimiser la vue de l’écran depuis quasiment n’importe quel fauteuil dans la salle sans être gêné par le spectateur de devant. Ce sera le cas pour les trois établissements sélectionnés.

  • 7  La présente contribution a volontairement choisi de ne se fonder que sur l’observation et l’enregi (...)

14Être le premier, ou dans les premiers, obéit donc alors à d’autres ressorts et mécanismes psychologiques que la stricte possibilité d’un choix maximal ou optimisé. Gratification d’être celui qui bénéficie du plus grand choix (même si on n’en profite pas vraiment et qu’il y a très rarement une rivalité sur l’objet, sur un fauteuil précis) ; de dominer les autres (ou ne pas être dominé) ; d’être mieux servi ; de se distinguer des autres, etc.7

15Parmi ces primo-arrivants, il peut s’observer une accélération du pas qui va même parfois jusqu’à une allure de trot, et, en cas de plusieurs personnes ayant le même comportement simultané, provoquer une attitude de compétition voire aller jusqu’à la bousculade à l’entrée de la salle, attitude amplifiée lors des soirées évènements, ou lors des opérations tarifaires type « fête du cinéma ». À ce stade, ce n’est pas la peur de ne pas pouvoir rentrer qui agit, ni de ne plus avoir de place assise, puisque, contrairement à certains spectacles vivants, chacun sait qu’au cinéma il ne peut être délivré plus de tickets que de sièges disponibles. Le but ne semble pas non plus, en soi, uniquement d’arriver les premiers ; est-il alors que ce moyen permette d’être assuré d’avoir « une bonne place » ? Que d’autres ne prendront pas celle convoitée ? Ou de ressentir la satisfaction d’avoir optimisé le choix du siège ? Ces hypothèses sont peu probables alors même que, d’une part les spectateurs ne connaissent pas les intentions des autres, et que par ailleurs nous n’avons jamais observé que le choix de plusieurs d’entre eux porte simultanément exactement sur le même fauteuil de la même rangée.

  • 8  « Imiter est naturel aux hommes et se manifeste dès leur enfance » (Aristote, Poétique, 1448 b.)
  • 9  « L'on observe que, partout où il y a un rapport social quelconque entre deux êtres vivants, il y (...)
  • 10  « La contagion n'exige pas la présence simultanée d'individus sur un seul point ; elle peut se fai (...)
  • 11  « L’envie n’aurait pas la puissance proprement inouïe qui est la sienne, dans les sociétés humaine (...)

16La concurrence pourrait éventuellement porter sur la faculté de choisir l’emplacement, pas sur l’emplacement lui-même, mais nous n’insisterons pas davantage ici sur ces mêlées pour le choix des places, sur ces mouvements de foule rencontrés partout ailleurs dans des mécanismes liés à l'imitation (Aristote8, Tarde9) et à la contagion (Le Bon10) qui ont été mis en avant depuis longtemps pour éclairer certains choix et comportements collectifs. Là encore, il faut bien convenir d’un mécanisme d’envie qui n’a rien à voir avec l’objet convoité, et qui n’est rien d’autre que cet emprunt réciproque des désirs11, aboutissant à une prophétie auto-réalisatrice : « pourquoi me presser ? Parce d’autres veulent la même chose que moi. Pourquoi le veulent-ils ? Parce que c’est désirable. La preuve que j’ai raison ? Ils se dépêchent pour l’obtenir ». Mais que voulaient-ils ? Cela a été perdu de vue depuis longtemps ; l’envie n’a pas besoin d’objet réel pour fonctionner, et l’imaginaire s’est mis en route bien avant le film. Ce qui nous donnera des caractéristiques communes pour ces primo-arrivants.

La localisation du siège choisi

17Puisque ce sont eux qui possèdent l’amplitude de choix maximal, puisqu’au fur et à mesure les autres spectateurs seront contraints d’opérer un choix de places qui se fera de plus en plus par défaut en tenant compte des spectateurs placés antérieurement, l’étude des primo-arrivants nous semble particulièrement féconde. Vont-ils se ruer sur les meilleures places techniquement repérées ?

18Ce ne sera le cas dans aucune des salles étudiées.

Exemple d’une salle de faible capacité.

19Située au centre de Paris, au sein des dix-neuf salles du multiplexe UGC Ciné Cité Les Halles, ont été choisies plusieurs salles et sera détaillée maintenant la numéro 7, seconde plus petite équipée de 66 sièges répartis sur 6 rangées de 11 fauteuils, sous une forme presque carrée.

Graph. 1 (à gauche): Les places de premier choix
Graph. 2 (à droite) : Les places non occupées par les premiers

Graph. 1 (à gauche): Les places de premier choixGraph. 2 (à droite) : Les places non occupées par les premiers

20Les places choisies le plus souvent par les primo-arrivants, que nous avons fixé aux 8 premiers (12 % de la capacité de la salle – graphique 1) possèdent plusieurs caractéristiques :

  •  pour les cinq les plus choisies (occupées entre 50 et 75 % des séances), elles sont toutes situées dans les deux derniers rangs ; une seule est exactement au centre latéralement, mais pas au centre en profondeur, et deux sont complètement décalés, en angle à droite.

  •  pour toutes celles choisies au moins une fois sur six, avec moins du tiers de la capacité de la salle elles sont fortement concentrées et donc représentatives (20/66)

  •  elles sont  toutes situées en haut de la salle (100 % dans la moitié supérieure),

  •  elles sont  décalées latéralement en étant deux fois plus nombreuses à gauche qu’à droite (11#6).

21A contrario, les places qui n’ont jamais été choisies par les primo arrivants (graphique 2) possèdent des caractéristiques spatiales inversées ; elles sont :’

  •  toutes situées sur le devant de la salle, et en particulier le premier rang en intégralité,

  •  décalées latéralement en étant nettement plus nombreuses à droite qu’à gauche (15#9),

  • Le nombre de sièges rejetés (25/66) apparaît ainsi plus important que celui de ceux choisis positivement.

22L’observation de cette salle fait ressortir trois points saillants :

  •  les meilleures places techniques, celles du centre de la salle, ne sont pas celles qui sont le plus choisies, et se voient même massivement ignorées par les primo-arrivants ;

  •  se plaçant le plus en hauteur, il s’agit pourtant pour eux de bien voir. Mais si ce n’est, d’abord, le film, qu’est-ce, sinon les autres spectateurs ? Nous posons l’hypothèse que le choix du haut de la salle obéit avant tout à un double souci : celui, conscient ou non, de domination de l’espace et de l’espèce, voire de contrôle du territoire ; un autre, de sécurité, dans une volonté d'un éloignement qui permet de contrôler son rapport à l'image, doublée d’une peur physique inconsciente de ce qui se passe derrière soi qu’on ne maîtrise pas, surtout dans le noir. Plus la salle sera peu profonde, et plus les derniers rangs seront occupés. Et moins il y a de monde, et plus le malaise peut être grand d’avoir « quelqu’un dans le dos », ce que le regard ne peut surveiller afin de maîtriser une agression éventuelle (cette crainte se dissipe avec l’augmentation du nombre de spectateurs, leur nombre jouant un rôle rassurant).

  •  le décentrage, l’asymétrie des choix vers la gauche révèle un autre paramètre : l’emplacement des issues, entrées et sorties.

23L’observation ne peut en effet être complète sans prendre en compte les accès et dégagements (graphique 3). Le côté le plus rempli est celui par lequel les spectateurs rentrent ; les sièges les plus évités par les primo-arrivants sont ceux qui se trouvent proches des accès, de la sortie notamment. La taille de la salle ne joue pas, le même phénomène étant observé sur des salles de plus grandes capacités (la n° 8 de 91 places du même UGC, comme la n° 9 de 98 places).

Graph. 3 : Places les plus et jamais choisies par les primo-arrivants

Graph. 3 : Places les plus et jamais choisies par les primo-arrivants

24Les proximité et commodité d’accès d’une part, l’évitement de l’inconfort d’un éventuel dérangement de l’autre, déterminent une asymétrie latérale et les zones choisies par les premiers spectateurs.

25Pour valider cette hypothèse il nous suffisait de modifier cette variable en prenant une autre salle aux issues placées différemment. Ce sera le cas avec les salles 2 et 3 du Ciné.Ville de Conflans Sainte Honorine, ces deux salles présentant la singularité d’être situées au même niveau du complexe, de taille voisine, mais en symétrie architecturale avec des entrées (mais pas sorties) inversées.

26Les répartitions spatiales seront semblables à la précédente salle étudiée, leur géographie davantage rectangulaire ne modifiant que marginalement les constats précédemment opérés, le placement s’effectuant seulement plus en profondeur qu’en largeur, mais respectant la distorsion de la latéralité par rapport aux issues (15 # 4 pour la salle 2, 10 # 6 pour la salle 3), encore plus accentuée dans la salle 2 où entrée et sortie se situent du même côté.

Exemple de deux salles aux entrées inversées.

27Places les plus choisies par les primo-arrivants au Ciné.Ville Conflans :

Graph. 4 : salle 3 (99 places)  Graph. 5 : Salle 2 (85 places)

Graph. 4 : salle 3 (99 places)  Graph. 5 : Salle 2 (85 places)

28Ainsi, pour les spectateurs qui ont le choix maximal, souvent recherché volontairement en arrivant à l’avance, les sièges choisis :

  •  ne sont pas les « meilleurs » du point de vue de rationalité technique de visionnement du film, une grande partie de ces sièges étant même totalement délaissée par ces primo-arrivants ;

  •  en profondeur obéissent d’abord à une recherche de sécurité, et/ou une stratégie d’occupation de l’espace et de contrôle du territoire (à l’UGC ils se placeront tous dans la moitié la plus haute, au Ciné.Ville tous sauf un et deux, dans les deux salles) ;

  •  en latéralité non seulement ne sont pas centrés, mais sont inconsciemment surpondérés par l’emplacement de l’entrée (1,5 fois plus de spectateurs s’assoiront de son côté), et éventuellement de la sortie (1,5 fois plus de spectateurs chercheront à l’éviter à l’UGC).

Le comportement des primo-arrivants en salle

Comment se placent-ils ?

29Nous avons souligné que les primo-arrivants l’étaient rarement par hasard, avaient souvent fait la queue pour cela et pouvaient se bousculer pour entrer les premiers. Une fois dans la salle, en cas d’affluence, ils peuvent se précipiter vers le siège choisi. Ce comportement est toutefois accentué en multiplexe, et/ou lors de séances à forte fréquentation, les spectateurs des complexes, moins nombreux, et plus âgés en moyenne, adoptant moins souvent ce comportement.

Quel espace occupent-ils ?

30Une fois assis, il est fréquent – entre le dixième et le cinquième des spectateurs selon les séances - qu’ils gardent une place pour une connaissance située plus loin dans la queue ou arrivant plus tard, en plaçant un vêtement sur le siège adjacent (infra).

Que font-ils ?

31La tendance majoritaire consiste à regarder les autres s’installer tant que le film n’a pas commencé. Avant et pendant les publicités, un grand nombre a ainsi tendance à observer les nouveaux arrivants et quelquefois ceux déjà assis. Souci de repérer d’autres personnes qui seraient des connaissances ou des familiers, apprivoisement et appropriation de l’espace et de leurs occupants, simple curiosité ou vision « flottante », seule une faible  partie d’entre eux se livre à d’autres occupations (lecture, mots croisés, etc.) hors ceux arrivés en couple ou en groupe qui bavardent le plus souvent entre eux.

Le remplissage de la salle

32Juste après ces primo-arrivants, la plus grande proportion des spectateurs va rentrer dans la salle, plus ou moins progressivement selon un délai qui dépend des établissements, de la longueur des films diffusés et de la durée disponible entre l’heure d’ouverture et celle du démarrage de la séance.

La foule tranquille

33Au fur et à mesure, les nouveaux entrants vont faire des choix par défaut, ne pouvant occuper une place qu’en fonction de celles déjà occupées par les premiers arrivés. Mais le choix réel des fauteuils se porte toutefois sur une quantité effective nettement plus faible que la totalité des sièges laissés physiquement libres.

34En effet, au-delà de la zone choisie puis du siège lui-même, certains comportements vont massivement s’observer qui limitent les choix possibles pour les nouveaux arrivants. Si, physiquement, tous les sièges moins ceux occupés sont en théorie physiquement occupables, ils ne le sont pas dans la pratique ; il en résulte que jusqu’à un certain coefficient de remplissage de la salle, certains d’entre eux ne seront jamais occupés. Le symbolique et l’imaginaire vont au moins tripler les sièges interdits. Ainsi, les spectateurs qui arrivent après les primo-arrivants vont éviter de se placer juste à côté ou juste derrière quelqu’un, et très rarement juste devant. Un siège d’écart va généralement être laissé devant sur la rangée antérieure et sur au moins d’un des deux côtés, créant une zone d’évitement, un respect implicite du territoire dont le franchissement ou l’occupation pourrait manifester une trop grande familiarité et provoquer une irritation (« avec toute la place qu’il reste, il pourrait aller ailleurs », etc.) ou une gêne, une crainte ou une interrogation (« que (me) veut-il ? », « il va m’embêter », etc.) différemment ressentie selon l’identité sexuelle ou l’âge respectif des deux spectateurs. Pour l’avoir déjà ressenti antécédemment, chacun peut chercher à ne pas le provoquer chez autrui, ou ne pas risquer de ressentir que son attitude se voit (mal) interprétée, et donc sa présence rejetée.

35Tant qu’ils le peuvent, les spectateurs qui ne se connaissent pas ne rentrent donc pas en contact physique direct, tant latéralement que longitudinalement, et nombre de spectateurs déjà installés s’arrangent également pour n’avoir personne à côté d’eux, ainsi que personne devant eux, ostensiblement parfois en mettant leurs affaires sur le siège d’à côté ou le dossier de devant, et/ou manifestant par un regard ou une attitude réticente voire irritée si un nouveau venu fait mine de s’installer près d’eux. Cette configuration demeurera dans toutes les séances au faible taux d’occupation, aucune des places mitoyennes n’étant occupée.

36À partir d’un certain seuil d’occupation de la salle, faute d’autres espaces libres ou confortables, il survient un moment à partir duquel cette proximité devient acceptable, tolérable, puis inévitable, et sera donc accueillie de manière neutre voire avec bienveillance. Ainsi, jusqu’à un coefficient de remplissage d’environ du quart de la salle, jamais une personne seule n’ira s’asseoir à côté d’un autre spectateur, tandis que pour le quart à la moitié du remplissage, elle ne le fera pas non plus si elle est isolée et du sexe opposé, mais pourra le faire si elle est du même sexe ou en couple ou en groupe. Cet évitement sexué ostensible semble tacitement correspondre à une volonté de ne pas risquer de voir son comportement interprété comme un geste d’approche de séduction. Libre, la place aurait donc pu être utilisée ; le fauteuil adjacent étant occupé, elle ne peut toutefois plus socialement l’être avant soit un certain coefficient d’occupation de l’espace général (environ la moitié de la salle), soit un certain temps (démarrage du film et passage à l’obscurité).

Les retardataires

37Après les deux premières vagues de remplissage de la salle, plus ou moins denses et continues, d’inégales importances selon le jour, l’heure et le genre du film, une troisième catégorie de spectateurs peut se distinguer, celle qui arrive une fois le film commencé ou sur le point de commencer. Plus la salle sera remplie, (selon sa jauge, l’heure ou le film), moins les spectateurs concernés auront physiquement le choix pour les places disponibles. Peu nombreuses, elles apparaîtront ainsi comme étant de «second choix», souvent situées dans les premières rangées.

38Chez ces retardataires, trois grands types d’attitude peuvent être observés :

- les réservés

39Par timidité, gêne ou respect des autres spectateurs, ils se placent là où ils peuvent pour ne pas déranger. En fonction du moment où ils arrivent (film ou publicité), la majorité des spectateurs retardataires respecte ainsi le plus possible les personnes déjà installées, et tend à occuper les places vacantes facilement accessibles.

40Pour la salle 7 de l’UGC, il s’agit alors des places sur le côté gauche du côté de l’entrée, ou des places au premier rang. Ainsi, sur les dix-huit séances observées, la place la plus à droite du premier rang a été occupée deux fois seulement par un spectateur arrivé à l’heure, une fois par un spectateur arrivé pendant les publicités, mais dix fois par un spectateur arrivé alors que le film avait déjà commencé (lors des cinq autres séances, cette place est restée inoccupée).

  • 12  Notons que, bien que ne comprenant que 19 écrans, quatre salles de l’UGC Ciné Cité Les Halles port (...)

41Pour les salles 12 et 2312, plus larges que profondes (respectivement 10 rangées de 14 sièges et 8 rangées de 12), se rendre dans les places centrales (les « meilleures » donc), fussent-elles inoccupées, est physiquement le plus problématique, car cela implique de déranger au moins une demi-douzaine de personnes ; elles demeureront ainsi vides dans toutes les séances qui ne feront pas complet. En revanche, pour ces deux salles, jamais le premier rang ne sera choisi par les spectateurs arrivés à l’heure, mais ce rang sera celui qui sera le plus occupé par les retardataires, ainsi que les deux côtés du deuxième rang.

- les méticuleux

42Ceux-ci se cherchent une place intéressante et s’y rendent après avoir pris le temps d’observer la salle pour se diriger vers une place mûrement choisie. Ils stationnent donc d’abord dans l’entrée ou l’allée, balayent plusieurs fois la salle du regard, opèrent leur sélection, s’y rendent, même si cela implique qu’ils doivent passer devant l’écran pour pouvoir traverser la salle. Ils s’éparpilleront sur les deux côtés des rangées, mais ne s’aventureront non plus jamais jusqu’au centre.

- les dominants du dernier moment

43Bien qu’il s’agisse d’une infime minorité qui ne s’observe pas à toutes les séances, il convient de remarquer que certains spectateurs, malgré leur retard, n’hésitent pas à s’installer impérativement à la place de leur choix, où qu’elle se situe. Que le film ait commencé ou non, que d’autres places soient libres ailleurs ou pas, ils vont accéder jusqu’aux places qu’ils visent, dérangeant une partie de la rangée, en demandant aux gens de se lever pour pouvoir passer, ou de pousser leurs affaires pour pouvoir s’installer à la place choisie. Il s’observe que ces retardataires aient à déranger des spectateurs assis pour pouvoir atteindre les places du milieu de rangée ainsi que toute autre isolée jusque-là délaissée. Ces épisodes ne se font pas toujours dans la bonne humeur, parfois dans une forme d’agacement de la part des gens déjà installés, voire avec une manifestation sonore dont la proportion croîtra si la projection des publicités a déjà commencé, mais jamais d’opposition franche et affirmée.

  • 13  Parmi les travaux s’y rapportant, voir Beauvois et Joule, 1998.

44Certains d’entre eux peuvent également faire se déplacer d’autres spectateurs déjà installés, par exemple s’ils viennent en couple et qu’une personne s’est positionnée entre deux places vides. Nous n’avons jamais observé qu’un sollicité refuse. Ce dernier comportement est attendu car il correspond aux règles de la politesse, mais il est en soi surprenant et ne correspond pas à une rationalité des choix. En effet, alors que le ou les premiers spectateurs sont arrivés à l’heure, ont certainement choisi leur place pour leur tranquillité ou un meilleur confort, ils vont accepter d’en changer pour des retardataires qui vont les déranger et, parfois, les irriter car les contraindre de se mettre à une (légère) plus mauvaise place (décentrage éventuel, spectateur de devant plus grand, etc.), nous livrant un bel exemple de soumission librement consentie13 sans recours à aucun ordre ni donneur d’ordre contraignant.

Occuper sa place

45La présente étude portant sur le choix puis la libération de la place, l’observation du comportement du spectateur n’a pas été poussée au-delà des quelques minutes succédant au démarrage de la séance, celle de son comportement durant la projection (mouvements, attitudes, expressions sonores, etc.) méritant un tout autre examen. Pour ces premiers moments en salle donc, une fois assis, que faire ? Comment gérer son temps et l’espace ? L’attitude peut varier selon que le spectateur se trouve seul ou en groupe.

L’arrivée

Le spectateur solitaire : optimiser son choix de place

46Généralement, les individus isolés qui arrivent dans les premiers vont adopter deux attitudes : soit se placer vers le milieu d’une rangée, ou bien se placer à un bord, en bout de rangée. Majoritairement, les personnes arrivées dans les premiers et qui changeront de place seront arrivées seules. Arrivant ultérieurement, les personnes isolées auront la possibilité, mais presque la fonction sociale, de pouvoir combler les trous une fois la salle en partie remplie, comme également de pouvoir occuper des places dans les derniers rangs.

Le placement en groupe : voir et se faire remarquer

47Lorsque des groupes de trois spectateurs ou plus pénètrent dans la salle de cinéma, ils se font généralement remarquer. Au niveau sonore, ils génèrent souvent du bruit en parlant fort ou s’interpellant. Visuellement ils se dépêchent d’occuper une rangée ayant suffisamment de places libres, et leur premier choix va se porter le plus souvent dans la première moitié de la salle, sur la deuxième ou la troisième rangée, en son centre. Un souci fréquent se manifeste afin que tous les membres du groupe puissent être côte à côte, convenablement installés, mais peut-être également que leur situation géographique contraigne le reste de la salle à constater leur présence. Fierté d’appartenance au groupe, sentiment peut-être de sécurité ou de supériorité face aux autres spectateurs, provocation muette sans être jamais agressive vis-à-vis du reste de la salle, les groupes d’individus «jeunes» - d’une taille de trois à cinq personnes le plus fréquemment -, ont toujours eu tendance à se faire remarquer lors des observations menées, ce qui pourrait être interprété comme un marquage visuel du territoire.

Le placement à deux : voir sans être vu

48Lorsque les spectateurs arrivent à deux, en couple ou entre amis (ce que la simple observation visuelle ne permet pas toujours de distinguer), ils vont avoir tendance à s’asseoir dans les dernières rangées des salles peu profondes, quasi exclusivement dans la moitié la plus éloignée de l’écran, au fond, et en latéralité ni vraiment au milieu pas plus qu’aux bords ; aucune place « en vue » ou repérable. Pour les salles profondes ils se placeront systématiquement dans la moitié supérieure, au tiers des rangées en profondeur, jamais sur les bords.

49S’ils sont arrivés en retard dans une salle quasiment pleine, à l’UGC certains d’entre eux ne prendront pas la peine de s’asseoir s’il ne reste que des places disponibles séparées ; sans possibilité de trouver des sièges qui leur permettent d’être côte à côté, ils repartiront. Sur l’ensemble des séances, seul un couple a accepté de se séparer et de s’installer à deux endroits différents de la salle. Ce comportement est assurément facilité par la possession d‘une carte d’abonnement illimité qui n’induit pas de perte financière en n’assistant pas à la séance, mais pose évidemment la question de la véritable fonction de la salle et de ce qui est recherché si ce n’est pas, avant tout, de voir un film.

Genre et placement dans le couple

50Dans les couples et groupes mixtes, une autre question peut être posée : quelle est la place réciproque de l’homme et de la femme ? Y a-t-il l’exercice d’une préférence autonome, ou une surdétermination ? Dans le premier cas, il devrait se relever une égalité de situations correspondant à une équirépartition probable des goûts. L’observation ne constatant pas cette   équirépartition dans les placements sur les sièges, la seconde hypothèse doit être retenue : il n’est point de « goût » masculin ou féminin qui s’exercerait pour se placer de manière privilégiée d’un côté ou de l’autre de son partenaire. Quoique nombreuses soient les attitudes observables d’hésitation, de choix apparents au moment de rentrer dans la rangée de sièges (qui passe en premier ?), l’ordre de placement s’avère néanmoins prédictible dans les trois quarts des situations. En effet, les hommes et les femmes ne sont absolument pas « libres » de se placer à la droite ou la gauche de leur accompagnant, car cette place se voit fortement déterminée par la position de … l’allée. En effet, dans plus de trois cas sur quatre, l’homme sera du côté de celle-ci, et la femme vers le centre de la rangée. L’observation est aisée dans le complexe de Conflans, puisque les deux entrées des deux salles étudiées et leurs deux allées entrantes se trouvent implantées en symétrie. Dans le Ciné.Ville 2 avec l’entrée à droite, pour 78 % des couples la femme est assise à gauche (et l’homme à droite), tandis que dans le Ciné.Ville 3, avec l’entrée et l’allée à gauche, 73 % des femmes s’assoient à droite (et l’homme à gauche). Egalement, dans le Médicis 3 où il est possible de se placer au choix par une allée à droite ou une allée à gauche, 81 % des couples ont mis la femme vers le centre de la rangée, l’homme placé vers l’allée par laquelle ils sont venus.

51Une première explication est aisée mais en renvoie à une autre : la galanterie, coutume qui fait s’effacer l’homme et passer la femme d’abord. Mais elle nous questionne sur les causes et l’origine de cette pratique, d’où l’émission d’une autre hypothèse explicative plus archaïque : la fonction primitive de protection des faibles du groupe par les forts, de la femelle par le mâle, surtout dans l’obscurité ou l’inconnu. Pénétrant un lieu (une rangée) par une voie, l’origine la plus probable d’un danger (ou d’un embêtement) potentiel risque de provenir de cette même voie. En y rentrant après la femme, l’homme fait obstacle de son corps, assure une protection, évidemment objectivement inutile dans la pratique de nos salles de spectacles, mais toujours inconsciemment mise en œuvre. Au sens strict, il s’agit bien de protéger ses arrières, autre déterminant de la préférence marquée pour les fonds de salle, et cela quelle que soit la distance effective à l’écran, constat qui supprime l’hypothèse d’une distance absolue optimale, même subjective, qui serait recherchée pour elle-même par chaque spectateur.

Que faire une fois assis ?

L’occupation du temps

52Tant que le film n’a pas commencé, une rivalité muette, un contrôle visuel du territoire motive certains individus. Les mieux installés semblent manifester un certain contentement, voire affirmer un sentiment de conquête ou de supériorité, et à l’inverse d’autres spectateurs vont marquer une pointe d’irritation en constatant qu’ils auraient été mieux placés à un autre endroit.

Les insatisfaits

53Une fois assis, une faible proportion de personnes change de place. Cela peut être provoqué par les spectateurs voisins (la personne assise devant eux est grande ou gêne leur vision, ou encore les contigus mangent bruyamment des confiseries), mais cela peut également se produire sans  motif visuellement identifiable. À près d’une séance sur deux ils sont souvent deux ou trois à participer à ce jeu de chaises musicales, certains revenant d’ailleurs à la place qu’ils occupaient précédemment. Dans la quasi-totalité des cas il s’agit d’un déplacement pour une place immédiatement adjacente, soit en profondeur, soit en latéralité.

Gérer l’espace

54Certains spectateurs accroissent leur confort et leur espace par l’occupation d’un siège mitoyen en y déposant leurs affaires. Au-delà d’une commodité éventuelle, notamment avec des manteaux ou des sacs – que chacun, pour n’avoir payé qu’une place, sait toutefois n’être que provisoire - cette occupation possède deux significations distinctes prévalentes. Soit réserver la place pour une connaissance qui va arriver ou qui s’est absentée (toilettes, comptoir confiserie, etc.), geste que tout à chacun admet et peut être amené à exécuter, soit, jouant sur l’ambiguïté, utiliser ce premier sens admis pour simplement assurer sa tranquillité, et s’en servir comme leurre dissuasif afin d’éloigner les intrus. Peu importe alors que les nouveaux arrivants soient obligés de s’asseoir à de mauvaises places ou dans les premiers rangs, il ne survient jamais que, spontanément, ils retirent leurs affaires pour, de facto, inviter des inconnus à s’asseoir près d’eux. Cette motivation est beaucoup plus fréquente : occuper l’espace, marquer son territoire, éviter la gêne beaucoup plus psychologique que physique d’avoir quelqu’un d’étranger à côté de soi.

55En symétrie, il s’observe que, d’un accord tacite, pour ne pas gêner – ou plus probablement pour ne pas apparaître comme gêneur –, pour ne pas affronter ceux qui, arrivés en premier, se sont imposés comme dominants provisoires d’un espace, y compris en cas de relative affluence il est très rare que les nouveaux imposent leur présence contiguë et demandent à déplacer les affaires du siège occupé, au moins lorsqu’il s’avère aux yeux de tous qu’ils ont encore suffisamment le choix. Toutefois, en cas de très fort coefficient de remplissage de la salle, cela se produit obligatoirement, contraignant les spectateurs installés à reprendre leurs affaires, mais uniquement si cela leur est demandé. En effet, même en cas de très forte affluence, la salle faisant complet ou quasiment, il ne s’est pas observé que ces spectateurs retirent spontanément leurs affaires, y compris en constatant visuellement et sans ambiguïté – quoique en détournant ostensiblement le regard de leur direction –, que des spectateurs debout dans les allées cherchaient une place vacante à occuper. Au-delà du souci de préserver un confort supérieur, l’occupation et le contrôle d’un territoire semblent prévalents, les manifestations de mécontentement ou d’irritation qui s’observent souvent en cas de retrait forcé des affaires du siège adjacent étant d’ailleurs fortement genrées, plus masculines que féminines.

Quitter la salle

  • 14  L’étude ne comprenait pas de film à forte controverse, et s’effectuait en séances publiques classi (...)

56Une fois la salle dans le noir et le film commencé, il est extrêmement rare que des spectateurs sortent, soit temporairement (toilettes essentiellement), soit définitivement (déception pour le film choisi, malaise). Pour les séances commerciales publiques observées, ces départs sont non seulement peu fréquents, mais largement aléatoires, ne dépendants ni de la salle, de l’horaire, ni même du film14. Le moment du départ massif, et le plus souvent exclusif, de son siège puis de la salle, correspond donc à la fin du film lui-même qui coïncide, en France et en de nombreux pays économiquement développés, au rallumage de la salle, réglementairement imposé notamment pour évacuer le public de la salle en toute sécurité.

Les étapes lumineuses

57En France, la législation autorise la diffusion en salle des oeuvres filmiques dans le noir, toutes lumières d’éclairage éteintes (hors blocs de sécurité des issues de secours). Pour le public, la luminosité ambiante au cours du spectacle va donc passer par cinq phases qui structurent son comportement, avec trois  (ou seulement deux pour quelques rares salles) états lumineux distincts :

  • 1) avant le début de la projection : la lumière est maximale (dite plein jour) pour des motifs de sécurité (visualisation des marches et des autres spectateurs, etc.)  de confort et de commodité (repérage rapide des places libres, etc.) afin d’optimiser le placement et l’attente du public ;

    • 15  Par mesure de protection du consommateur, les films publicitaires doivent impérativement être diff (...)

    2) au début de la séance, soit la lumière s’éteint complètement (nuit), soit elle se réduit partiellement (soir) afin de diffuser en première partie les éventuelles publicités ou de créer un effet de transition avant le début du film15 ;

  • 3) au début du film et durant toute sa projection, la lumière s’éteint complètement (nuit) ;

    • 16  La protection des personnes contre l’incendie est réglementée pour tous les établissements recevan (...)

    4) au début, ou en cours de générique, la lumière se rallume partiellement (soir), ou demeure éteinte dans quelques rares salles ou occasion (festivals) qui considèrent le générique comme partie intégrante de l’œuvre filmique16 ;

  • 5) en fin de générique la lumière se rallume totalement (jour), facilitant l’évacuation complète des spectateurs de la séance achevée, et préparant éventuellement la séance suivante.

58Selon les salles, l’instant de rallumage des lumières peut donc différer, mais pas son principe, et les différentes périodes lumineuses conditionnent le comportement des spectateurs.

Étapes de la séance et comportement du spectateur en salle

État de la séance

Éclairage de la salle

Arrivées

des spectateurs

Départs

des spectateurs

Ouverture de la salle

jour

majoritaires

aucun

Début de la projection

soir

minoritaires

aucun

Projection film

nuit

rares (retardataires)

rares (insatisfaits)

Générique

soir (ou nuit)

aucun

majoritaires

Fin de générique

jour

aucun

minoritaires

59De la même manière que le moment d’arrivée n’a pas été le même pour tous les spectateurs, le moment de la fin de la séance et du départ ne sera pas non plus le même pour chacun d’entre eux. Fin de l’histoire, début  du générique, allumage des lumières de la salle, défilement ou fin du générique, la libération du siège et les pratiques individuelles sont dissemblables mais peuvent être regroupées en comportements collectifs. Toutefois, à la différence de l’entrée en salles, le moment de la sortie peut être influencé par deux facteurs supplémentaires : la salle, sa capacité, son remplissage et sa gestion de l’éclairage, l’heure de la séance, et surtout le film lui-même, son genre et son public.

Quand se lever ?

60Quand le film s’achève-t-il pour un spectateur ? Y a-t-il un moment unique pour tout film ou chaque spectateur ? L’empirisme montre que dans sa pratique un même spectateur pourra quitter la salle à des moments distincts selon le film vu, son genre, l’émotion qu’il a ressentie, mais aussi son emplacement dans la salle, s’il est seul ou en groupe, etc. Ne nous intéressant pas ici aux variations des pratiques individuelles dans le temps, nous n’avons recueilli que les paramètres collectifs au cours d’une même séance.

  • 17  Il serait intéressant de mener une enquête comparative entre les pratiques collectives, considérée (...)

61Certaines salles du parc classé « art et essai » perpétuant la tradition cinéphilique issue des années soixante, la même motivation pousse une fraction des cinéphiles à demeurer assis jusqu’à la fin du générique, que les lumières se soient rallumées, ou non17, l’étude d’une salle de ce type a été menée pour voir si les comportements pouvaient différer. Il s’est agit de la salle 3 (129 places) du cinéma Reflet Médicis à Paris, où il convient toutefois de noter que le moment de rallumage des lumières de la salle y était aléatoire, jamais strictement au début du générique, mais jamais à la toute fin non plus, la durée d’attente se situant entre trente secondes et trois minutes selon le film, le jour et l’heure, et donc probablement l’identité de l’opérateur projectionniste (l’absence de politique en la matière pouvant interroger, mais ne relevant pas notre propos). Sur les dix-huit séances étudiées, toutes concernant des films art et essai, la répartition des départs s’est montrée relativement uniforme, sauf pour un film (Solutions locales pour un désordre global) où les spectateurs partaient très rapidement (près de la moitié avant le rallumage, plus des neuf dixièmes avant la fin du générique). Inclus ce film atypique, les sorties des spectateurs se sont effectuées en moyenne à :

  •  31 % dès la fin du film, avant le rallumage de la salle ;

  •  42 % une fois la salle éclairée durant le défilement du générique ;

  •  27 % à la fin du générique.

  • 18  Il faut également souligner que sur quelques films (comique ou d’aventure principalement), une fra (...)

62Dans cette salle art et essai du quartier Latin de Paris, en 2010, seul le quart des spectateurs attend donc la fin du générique, près du tiers se levant dès son début comme dans une salle commerciale traditionnelle. Dans les autres salles étudiées, l’UGC et  le Ciné.Ville, les deux premiers temps se confondent puisque le rallumage s’effectue dès le début du générique, mais dans ces salles également une proportion, moindre, de l’ordre de 10 à 15 % demeure assise jusqu’à la fin du générique18.

63Dans la plupart des cas, les départs s’effectuent en trois vagues principales, mais parfois plus pour les séances à forts effectifs. Il s’écoule généralement quelques secondes entre la fin du film et le premier spectateur qui se lève, et avant son franchissement de la porte au moins deux autres spectateurs se seront levés, suivis plus ou moins rapidement par d’autres. Les lumières déclenchent ou renforcent cette vague, mais après les mouvements des premiers départs, un certain calme s’impose souvent dans la salle, et il faut attendre qu’un spectateur prenne à nouveau l’initiative de se lever pour qu’une autre vague de départs s’amorce, l’effet mimétique étant indéniable.

D’où partir ?

64Les premiers à se lever se situent toujours en périphérie des rangées, le plus souvent sur les côtés et à l’arrière de la salle, au plus proche de la sortie principale dans le cas du Médicis (graph. 6), mais cette position de départ par le fonds s’observe également dans les autres salles (UGC 9, 23), sans issue à cet endroit.

65La taille réduite de la salle 3 du Reflet Médicis ou des 7, 8, ou 9 de l’UGC peut favoriser une certaine proximité qui pousserait à essayer de ne pas déranger les autres spectateurs, à ne pas se faire remarquer. En effet, ce phénomène n’apparaît pas si nettement dans des grandes salles (la 1 du Ciné.Ville), où la première vague de départs n’est pas autant concentrée dans l’espace, la prise en compte des autres étant davantage diluée ou anonymée, certains spectateurs, non assis aux extrémités, pouvant alors partir dans les premiers.

  • 19  Sur ce phénomène, voir notamment Forest, 2010, p. 400-401.

66À la suite, lorsqu’une personne part, d’autres à proximité la suivent alors même qu’elles ne sont pas venues ensemble : il s’observe bien une contagion de proche en proche, d’imitation non concertée par simple constat visuel, à l’instar du déplacement des bancs de poissons19.

67Ce phénomène ne vaut pas seulement pour les spectateurs latéraux de la même rangée, qui pourraient agir par commodité (dégagement du passage), mais également par ceux de devant et de derrière. Imitation, soulagement à ne pas avoir été « le premier » l’instigateur du mouvement, peut-être pour ne pas déranger, mais surtout probablement pour ne pas attirer le regard des autres, de ne pas se faire, ni être, remarqué. La contagion mimétique est rapide et absolue, l’individu disparaît, le groupe seul devient responsable, y compris d’une éventuelle gêne pour ceux qui voudraient assister contemplativement au défilement du générique ; tous, donc chacun, « partagent le même degré d’innocence et de responsabilité » (Girard, 1982, p. 260). Acmé du phénomène, malgré la non connaissance réciproque de ses voisins, dans les deux tiers des séances la sortie de certains spectateurs sert de signal déclencheur pour des vagues de départs numériquement conséquents qui semblent spontanés, mais ne sont que quasi-simultanés, le signal déclencheur ne venant pas de « l’envie » interne du spectateur, mais étant provoqué par des signaux opto-moteurs émis par les autres spectateurs, ses congénères. L’individualisme, le comportement apparemment solitaire de l’espèce se combine ainsi parfaitement avec l’esprit grégaire qui n’est autre que ce puissant aimant du mimétisme.

68Conséquemment et fort logiquement, les personnes assises au centre sortent le plus tardivement, leur départ étant le plus souvent influencé par celui de leur voisin le plus proche, qui lui-même l’a été par ses voisins latéraux ou situés dans son champ de vision. Ce qui explique également que les derniers à sortir soient souvent  les spectateurs placés le plus sur le devant de la salle, qui, sauf à se retourner, ne connaissent pas l’état des départs et d’évacuation de la salle. Le constatant, certains d’ailleurs s’activent fébrilement, pour faire comme tous les autres, se lever et sortir, et s’il est en couple ou groupe, le « guetteur » le signale souvent expressément à ses partenaires.

69Graph. 6 : Salle 3 du Reflet Médicis. Implantation  des spectateurs partant lors des 18 séances

  • 20  Cette évaluation du regard, ce combat muet « à qui restera le dernier » est particulièrement remar (...)

70Lorsqu’il ne demeure plus que quelques spectateurs dans la salle, une légère tension ou fébrilité peut s’installer. Certains jettent des coups d’œil aux alentours pour vérifier qui demeure encore présent20. Pour toutes les séances observées, ces attitudes ont été masculines : muette compétition virile pour ne pas céder le premier ? Pour la satisfaction d’avoir occupé et contrôlé le territoire jusqu’au bout ?

71Par ailleurs, que ce soient toujours des personnes seules qui partent en dernier parait d’autant plus remarquable que, d’une part, elles sont moins nombreuses, et que les spectateurs en groupe, les plus importants dans la deuxième vague, prennent souvent plus de temps pour sortir, les séances où ils sont en effectifs conséquents étant d’ailleurs majoritairement celles qui se vident le plus lentement. Les membres qui les composent prennent en effet le temps de discuter avant de sortir, de partager et d’une certaine façon de renouer avec leurs voisins. Mais ce faisant, ils retardent également, - uniquement de par leur existence, pas physiquement par obstruction, - le moment de lever puis de sortie des derniers spectateurs isolés.

Qui se lève ?

72L’ordre de sortie va être déterminé selon plusieurs paramètres :

L’âge

73Dans les salles étudiées :

  •  les jeunes (moins de 25 ans) vont proportionnellement être les plus nombreux soit à partir plus vite (selon les films), soit à demeurer jusqu’à la fin (30 à 40 % de leurs effectifs) ;

  •  les personnes âgées (environ plus de 60 ans) vont aux deux tiers se lever une fois les lumières allumées, très peu demeurant jusqu’à la fin ;

  •  les personnes entre ces deux âges vont se répartir assez uniformément selon les périodes.

L’état social

  • 21  Sur le plan national, en 2009, 89 % des français se sont rendus su cinéma à plusieurs, soit 39 % e (...)

74Seul, en couple ou en groupe, si la sortie cinématographique est majoritairement collective21, elle n’induit pas les mêmes comportements.

75Les premiers à se lever seront massivement des spectateurs solitaires (tous sans exception au Médicis, à 95 % des cas pour l’UGC et le Ciné.Ville) et pas n’importe lesquels ni situés n’importe où (voir infra).

76Inversement, les isolés seront également les derniers à sortir de la salle et là encore, pas n’importe lesquels ni situés n’importe où.

77Les groupes ne se lèvent pas les premiers, mais deux sur cinq très rapidement (avant le rallumage pour le Médicis), les autres suivant au fur et à mesure, un seul cas ayant été observé d’être demeuré jusqu’à la fin du générique.

78Les couples ne se lèvent que très exceptionnellement dans les premiers, les deux tiers le faisant une fois la salle allumée avec d’autres spectateurs déjà levés, moins d’un tiers demeurant jusqu’à la presque fin.

79Les groupes – même composés de deux personnes de même sexe – se distinguent toutefois aisément dans leur comportement et rythme de sortie des couples appariés, certains de ces derniers montrant à ce moment leur état sans ambiguïté (accolade, embrassade, etc.). Leur attitude de sortie de salle n’est toutefois pas la même, plus lente, alors que les groupes d’amis sont plus vifs, énergiques, partant en moyenne plus tôt et plus rapidement que ces couples.

Le sexe

80Ce paramètre s’avère être le plus déterminant. Dans le Reflet Médicis, les hommes se sont en moyenne sur l’ensemble de séances répartis uniformément en trois tiers selon les trois temps observés (respectivement 33 %, 35 % et 32 %), mais il n’en va absolument pas de même pour les femmes. En pourcentage de leurs effectifs totaux légèrement inférieurs (216 hommes et 174 femmes), elles ne seront que 26 % à sortir avant le rallumage de la salle, encore moins (23 %) à attendre la fin du générique, et donc plus de la moitié (51 %) à sortir une fois la salle éclairée, mais avant la fin complète du film.

81La majorité des femmes part ainsi avec la deuxième vague, ne l’initialisant que rarement, et elles ne seront donc ni premières, ni dernières à quitter la salle. Beaucoup attendent que les lumières se rallument pour rassembler leurs affaires et se rhabiller avant de bouger, tandis que les hommes, surtout ceux qui partent en premier, n’ont parfois pas enlevé leur veste, ou sinon l’enfilent en marchant vers la sortie.

82Ce phénomène méritait de s’intéresser plus particulièrement aux tous premiers et derniers spectateurs. Leurs caractéristiques apparaissent univoques, car sans aucune exception, à toutes les séances :

  •  le premier spectateur à se lever, puis le second, ont toujours été des hommes ; au Médicis à aucune des séances pour aucun genre de film, fussent-elles majoritaires dans la salle (Breathless, Solutions locales, Démineurs, L’arbre, etc.) jamais une femme ne s’est levée la première. Au Ciné. Ville comme à l’UGC, ce fut également toujours le cas sauf dans une seule et unique séance où une femme s’est levée la première (dans une salle peu remplie).

  • Le premier a toujours également été solitaire, et dans quatre cas sur cinq, d’âge mur ; il en a été de même du second, solitaire quasi exclusivement, quelquefois en couple et parfois plus jeune. Ce n’est qu’à partir du troisième spectateur que dans un cinquième des cas une femme s’est levée.

  •  le dernier spectateur à se lever possède strictement les mêmes caractéristiques : toujours un homme, le plus souvent d’âge mûr.

  • 22  Sur ce distingo, voir notamment Laborit, 1970, p. 64.

83À ce stade, il parait difficile de ne pas effectuer un rapprochement entre ces comportements, placements, occupation et libération de l’espace, avec ceux de la plupart des espèces mammifères, de singes en particulier. Lorsqu’ils se déplacent en groupe, ces primates le font comme nos spectateurs, selon une composition apparemment spontanée, mais intangible et bien établie. Les mâles dominants - adultes ou plus jeunes selon les espèces – se situent toujours en tête et en queue de la troupe, les jeunes mâles adultes les encadrant latéralement, l’ensemble protégeant le centre essentiellement composé des femelles et des petits (Coppens et Picq, 2001). L’homogénéité de la répartition genrée des comportements et emplacements, notamment en fin de séance (graph. 6) où, quelle que soit la salle, l’heure et le film, sans concertation ni (re)connaissance de ses congénères les mâles adultes solitaires encadrent la foule, laisse entrevoir des déterminants ancrés beaucoup plus primitivement au sein d’une phylogenèse inconsciente que relevant de choix d’un homo rationalis qui a certes choisi à sa guise, mais certainement pas « librement »22, ni son siège ni son instant de départ.

84Le choix et l’occupation d’un siège dans ces salles de cinéma de petite ou moyenne capacité, ne relèvent pas de la recherche d’un optimum technique de visionnement de la projection du film.  L’étude de salles de grande capacité (300 places et plus) mériterait d’être développée, certaines caractéristiques communes pouvant s’avérer moins facilement identifiables avec un accroissement de l’espace, mais les mouvements mimétiques de mouvement de foule par contamination de proximité étant toutefois identiques. Une différenciation de certains comportements peut s’observer, mais les interactions entre spectateurs sont indéniables, et des mécanismes d’influence récurrents, indépendants de la composition du public (dont les critères d’âge, de sexe et de CSP varient évidemment selon le lieu, l’heure et le film), peuvent être structurés par l’architecture et l’espace de la salle elle-même. Les comportements de choix et libération des sièges obéissent avant tout à des règles et stratégies d’occupation d’un espace et d’un territoire, fortement conditionnées par l’âge et le sexe du spectateur, quels que soient les déterminants apparents comme la salle, le film ou l’heure de la séance.

Annexe : méthodologie de l’enquête

85Il convenait d’étudier différents types d’établissements, de localisation, taille et programmation différentes, afin de détecter points communs et dissemblances. Trois ont été choisis :

  •  l’UGC Ciné Cité Les Halles, situé au centre de Paris, multiplexe de 19 écrans et 3202 fauteuils, le plus fréquenté de France (3,3 M entrées en 2009), à la programmation simultanée la plus étendue ;

  •  le Reflet Médicis, situé au quartier Latin dans Paris, complexe de 3 écrans et 372 fauteuils, à la programmation exclusivement art et essai ;

  •  le Ciné.Ville à Conflans Sainte Honorine (Yvelines), complexe de centre-ville de 3 écrans et 523 fauteuils, à la programmation mixte art et essai et grand public.

86En leur sein, les principaux critères retenus pour le choix des salles ont été leur capacité d’accueil, leur forme géométrique, l’emplacement des entrées et sorties.

87Pour chacune des salles les séances ont été observées en une ou deux vagues, entre avril et août 2010, hors toute animation locale exceptionnelle et fête du Cinéma, pour un cumul de 108 séances et 3501 spectateurs.

Salle

Capacité

Rangées

Séances

Total spectateurs

Périodes (2010)

Ciné.Ville 1

Ciné.Ville 2

Ciné.Ville 3

323

85

99

16

11

11

18

18

18

601

230

262

8 juin/22 juillet

8 juin/22 juillet

8 juin/22 juillet

Reflet Médicis 3

129

14

9+9

390 (207+183)

1/11 mai + 7/22 juillet

UGC 7

UGC 8, 9, 23

UGC 12

66

91, 98, 91

138

6

7, 7, 8

10

18

7+7

2+2

1017

619 (339+280)

382 (218+164)

12 mars/20 mai

15-18 août + 1/8 sept.

15-18 août + 1/8 sept.

88Tous les jours et heures de séances ont été observés, les matinées en part égales avec les milieux de journée et soirées, les jours de semaines et le week-end à parité, ce qui a influé sur les âges et sociologies observées à chaque séance et en chaque lieu, ainsi que sur les coefficients de remplissage des salles, mais pas sur les comportements analysés.

89Pour la réalisation de l’enquête, il convenait de s’assurer que la présence de l’enquêteur ne gêne ni n’influe sur le comportement des spectateurs, aussi l’observation par le hublot de la cabine de projection a–t-elle été privilégiée, et lorsque cela n’a pas été possible, dans le recoin de l’entrée ou sur le côté de l’écran, dans tous les cas (sauf pour la première vague du Médicis) de manière imperceptible avant que le spectateur ne se soit assis, puis levé.

90La réalisation de l’enquête n’aurait pas été possible sans la bienveillance des Directeurs des établissements que je remercie ici sincèrement, ainsi que le soin  et la qualité d’observation de deux étudiantes de Master de l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, Anne Fassin (pour le Reflet Médicis) et plus particulièrement Émilie Bertelle (pour l’UGC et une partie des traitements des données).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Beauvois, Jean-Léon et Joule, Robert-Vincent, « De la dissonance à l’engagement dans la soumission », dans J.-L. Beauvois, R.-V. Joule et J.-M. Monteil dir., La psychologie sociale, vol. 6, 20 ans de psychologie sociale expérimentale francophone, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1998, p. 273-310.

Besse, Alain, La salle de spectacle cinématographique. Guide d’assistance technique, Paris, CST, 1994.

Coppens, Yves et Picq, Pascal dir., Aux origines de l’Humanité, Paris, Fayard, 2001.

De Baecque, Antoine, La Cinéphilie. Invention d'un regard, histoire d'une culture 1944-1968, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 2005.

Éthis, Emmanuel, « La caisse de cinéma : quand il faut décider », Communications et langages, n° 1254, septembre 2000.

— dir., Aux marches du Palais. Le festival de Cannes sous le regard des sciences sociales, Paris, DEP, Ministère de la Culture/La Documentation française, 2002.

Forest, Claude, Les dernières séances. Cent ans d’exploitation cinématographique, Paris, CNRS éditions, 1995.

—, Quel film voir ? Pour une socioéconomie de la demande, Villeneuve d’Asq, Presses universitaires du Septentrion, 2010.

Girard, René, Le bouc émissaire, Paris, Grasset, 1982.

—, La route antique des hommes pervers,Paris, Grasset, 1985.

Laborit, Henri, L’agressivité détournée, Paris, Union Générale d’Éditions, coll. « 10-18 », 1970.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Le Bon, Gustave, Psychologie des foules, Paris, Presses universitaires de France, 1971 (1ère éd. : 1895).
DOI : 10.1522/cla.leg.psy2

Tarde, Gabriel, Les lois de l’imitation,Paris, Kimé éditeur, 1895 (1ère éd. : 1890).

Haut de page

Notes

1  Officiellement dénommé « théâtre cinématographique » en France depuis les années 1920, le langage courant utilise la métonymie « cinéma » pour désigner le lieu physique où se rendre collectivement pour voir projeté un film dit de cinéma. Techniquement, depuis les années soixante-dix, un même cinéma peut abriter un ou plusieurs « écrans », lieu physique appelé « salle » où le spectateur va assister à la projection, commodité langagière  que nous conserverons ici, le terme d’« écran » étant réservé à la toile physique sur laquelle est projeté le film.

2  Ainsi dénommés par le Centre National de la Cinématographie, ils sont constitués des 4 % spectateurs qui se rendent au moins une fois par semaine au cinéma représentant le cinquième des entrées totales (21 % en 2009).

3  En France en 2010, les 174 établissements multiplexes (8 % des établissements, 35 % des écrans) ont réalisé 58 % des entrées; à l’opposé les 1 205 établissements mono-écrans (22 % du parc) en ont accueilli moins de 9 %.

4  Cela ne fût pas toujours le cas, notamment dans les années soixante et soixante-dix. Pour un rappel historique de ces enquêtes, en particulier menées par le CNC, voir Forest, 1995.

5  Les établissements sont soumis au respect des dispositions de la norme Afnor NF-S 27001 « Caractéristiques dimensionnelles des salles de spectacles cinématographiques » qui définit les conditions d’implantation a minima des éléments structurants de la salle (taille et emplacement de l’écran, fauteuils, cabine, etc.). La Commission Supérieure Technique du cinéma de l’image et du son (CST) a pour mission d’étudier depuis 1954 toute construction ou modification structurelle des salles en France.

6  Aux trois voies de l’écran qui alimentent autant d’enceintes acoustiques (droite, centre, gauche), en sont rajoutées deux (d’où le 5) pour les enceintes latérales d’ambiances dans la salle, et éventuellement une autre séparée pour les enceintes du fond, derrière les spectateurs (6).

7  La présente contribution a volontairement choisi de ne se fonder que sur l’observation et l’enregistrement des comportements apparents des spectateurs des salles retenues. Sur la même thématique, en adoptant de nombreuses précautions méthodologiques, des enquêtes par interviews pourraient certainement utilement approfondir la compréhension des phénomènes ici décrits.

8  « Imiter est naturel aux hommes et se manifeste dès leur enfance » (Aristote, Poétique, 1448 b.)

9  « L'on observe que, partout où il y a un rapport social quelconque entre deux êtres vivants, il y a imitation » (Tarde 1895, p. 13).

10  « La contagion n'exige pas la présence simultanée d'individus sur un seul point ; elle peut se faire à distance sous l'influence de certains événements orientant les esprits dans le même sens et leur donnant les caractères spéciaux aux foules » (Le Bon,  1971 [1895], p. 74).

11  « L’envie n’aurait pas la puissance proprement inouïe qui est la sienne, dans les sociétés humaines, si les hommes n’avaient pas tendance à imiter réciproquement leurs désirs » (Girard, 1985, p. 63).

12  Notons que, bien que ne comprenant que 19 écrans, quatre salles de l’UGC Ciné Cité Les Halles portent les numéros 20 à 23, mais aucune de 16 à19. Cela résulte de l’agrandissement de cet établissement qui comprenait 15 écrans à sa construction en 1995, quatre autres ayant été ajoutés ensuite à l’étage supérieur, d’où le redémarrage à la vingtaine, comme dans les hôtels pour situer les niveaux. Notons également l’absence de superstition du groupe puisqu’une salle, au contraire de nombreux établissements en France, porte le numéro 13.

13  Parmi les travaux s’y rapportant, voir Beauvois et Joule, 1998.

14  L’étude ne comprenait pas de film à forte controverse, et s’effectuait en séances publiques classiques. Il est notoire que le comportement en séances de presse, ou gratuites comme en certains festivals, s’avère être radicalement différent, les départs étant parfois extrêmement nombreux et ostensiblement bruyants. Sur le plus prestigieux d’entre eux, voir notamment Éthis, 2002.

15  Par mesure de protection du consommateur, les films publicitaires doivent impérativement être diffusés en lumière partielle (soir) afin de les différencier distinctement des œuvres de fiction.

16  La protection des personnes contre l’incendie est réglementée pour tous les établissements recevant du public, notamment en ce qui concerne l’éclairage (arrêté du 19 nov. 2001, art. 1er). Des dispositions ont pour objectifs : d’assurer une circulation facile ; de permettre une évacuation sûre et aisée du public ; et le cas échéant d’effectuer toute manœuvre intéressant la sécurité. Il est ainsi prescrit que dès l’arrêt du spectacle, la lumière maximale (normale ou anti-panique), doit éclairer toute partie pouvant accueillir du public (salle incluse). Mettre en pénombre cette dernière avant la fin du générique n’est donc pas une contrainte réglementaire, mais un usage coutumier qui tient compte, à la fois des pratiques réelles des spectateurs (qui majoritairement souhaitent partir dès la fin de l’histoire), et des commodités pour l’exploitant (évacuation plus rapide et sécurisée de la salle).

17  Il serait intéressant de mener une enquête comparative entre les pratiques collectives, considérées comme rituels, dans la vision d’une œuvre en salle, et celles, individuelles à domicile, du visionnement de la même œuvre (combien de ciné/vidéo-philes regardent in extenso le défilement du générique chez eux ?).

18  Il faut également souligner que sur quelques films (comique ou d’aventure principalement), une frange du public – plutôt jeune en général - peu habituée à rester jusqu’à la fin du générique, demeure toutefois assis dans l’attente de quelques images « bonus » insérées dans le générique. Tenir jusqu’à la fin, ce peut également être la promesse d’images-cadeaux qui auront d’autant plus d’intérêt et de valeur et pourront d’autant plus les valoriser et différencier que peut-être d’autres, « les autres », ne les auront pas vues. Le même principe actif que chez une large frange des cinéphiles ?

19  Sur ce phénomène, voir notamment Forest, 2010, p. 400-401.

20  Cette évaluation du regard, ce combat muet « à qui restera le dernier » est particulièrement remarquable aux séances de certains films, comme Breathless, où la lecture jusqu’à son complet déroulement du générique, non traduit du coréen, ne pouvait être la véritable cause du maintien en salle de certains spectateurs, tous masculins.

21  Sur le plan national, en 2009, 89 % des français se sont rendus su cinéma à plusieurs, soit 39 % en couple et 50 % en groupe (entre amis ou en famille), les assidus s’en démarquant puisque plus de la moitié (51 %) ont déclaré s’y rendre seuls (CNC, La Géographie du cinéma, dossier n° 312, septembre 2009).

22  Sur ce distingo, voir notamment Laborit, 1970, p. 64.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Paramètres de la vision du spectateur en salle
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1070/img-1.png
Fichier image/png, 32k
Titre Graph. 1 (à gauche): Les places de premier choixGraph. 2 (à droite) : Les places non occupées par les premiers
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1070/img-2.png
Fichier image/png, 25k
Titre Graph. 3 : Places les plus et jamais choisies par les primo-arrivants
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1070/img-3.png
Fichier image/png, 22k
Titre Graph. 4 : salle 3 (99 places)  Graph. 5 : Salle 2 (85 places)
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1070/img-4.png
Fichier image/png, 36k
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1070/img-5.png
Fichier image/png, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Forest, « Qui s’assoit où ? », Conserveries mémorielles [En ligne], # 12 | 2012, mis en ligne le 05 avril 2012, consulté le 01 août 2014. URL : http://cm.revues.org/1070

Haut de page

Auteur

Claude Forest

est maître de conférences HDR en économie du cinéma et de l’audiovisuel à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle. Il a notamment publié : Les dernières séances. Cent ans d’exploitation cinématographique (CNRS éditions, 1995) ; Économies contemporaines du cinéma en Europe (CNRS éditions, 2001) ; L’argent du cinéma (Belin, 2002), Quel film voir ? (Presses universitaires du Septentrion, 2010).

Claude Forest is maître de conférences in economy of the cinema and the broadcasting at the University Paris 3 New Sorbonne. He published in particular: Les dernières séances. Cent ans d’exploitation cinématographique (CNRS éditions, 1995) ; Économies contemporaines du cinéma en Europe (CNRS éditions, 2001) ; L’argent du cinéma (Belin, 2002), Quel film voir ? (Presses universitaires du Septentrion, 2010).

Haut de page

Droits d’auteur

© Conserveries mémorielles

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org