Navigation – Plan du site

La littérature de jeunesse : images et supports d’un enseignement historique de la traite et de l’esclavage des noirs

Amzat Boukari-Yabara

Résumé

Rappelant les débats actuels autour de l’enseignement de l’histoire coloniale, cet article propose de revenir sur la représentation de la traite négrière et de l’esclavage à partir de la sélection d’une quinzaine de publications destinées à la jeunesse. Dans un premier temps, la lecture de ces ouvrages rend incontournable une réflexion sur les procédés de reconstitution historique et l’utilisation des images qui permettent de susciter l’intérêt des enfants. L’originalité des styles, des formats, des informations et des sources nous autorise à croiser les ouvrages et à envisager les commentaires sous des angles différents, notamment celui du racisme. Mais discuter des libertés éventuelles prises par les auteurs impose dans un second temps de suivre le cheminement qu’ils proposent pour éclairer le lecteur sur cette sombre partie de l’histoire. Deux catégories principales d’ouvrages apparaissent. Si certaines publications avancent une argumentation solide basée sur une documentation particulièrement riche afin de prouver, d’autres se contentent d’une simple fiction pour que le jeune lecteur « entre dans l’histoire ». Dans le premier cas, le travail de l’auteur porte sur la présentation des dates historiques et des références aux grandes figures abolitionnistes qui structurent les textes accompagnés d’illustrations et de témoignages. Dans le second cas, il est plutôt question d’utiliser les mots justes et simples afin d’éprouver le lecteur. Enfin, la lecture des Passagers du Vent de François Bourgeon permet notamment d’ouvrir la conclusion sur la place privilégiée de la bande dessinée, support livresque préféré de la jeunesse, et sur son potentiel pédagogique.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1L’actualité commémorative de la traite négrière, de l’esclavage et de la colonisation a suscité en France un regain de controverses quant à l’inscription et à la transmission de ces trois périodes de l’histoire nationale dans la mémoire collective. Reconnaissant l’esclavage et la traite négrière comme « crimes contre l’humanité », la loi du 21 mai 2001 insiste sur la place que ces événements méritent dans les programmes scolaires nationaux et la recherche universitaire. Bien qu’accueillie avec discrétion, cette loi proposée par la députée de Guyane Mme Christiane Taubira, fut votée à l’unanimité et ne suscita alors aucune contestation. Quatre ans plus tard, en plein débat sur l’abrogation de l’article 4 de la très controversée loi du 23 février 2005 sur la valorisation dans les programmes scolaires de la politique coloniale et ultra-marine de la France, dans un rapport adressé au Premier Ministre français, Françoise Vergès soulignait, parmi les mesures avancées par un représentant de l’Inspection Générale de l’école primaire, la possibilité de « recenser en priorité des albums de jeunesse qui pourraient d’ores et déjà servir de support aux enseignants » dans le cadre de séquences pédagogiques (Vergès, 2006 : 44). C’est dans cette optique que j’ai jugé instructif d’attirer l’attention sur les rapports entre ce genre littéraire particulier et sa fonction pédagogique. Des manuels scolaires aux bandes dessinées, en passant par les romans historiques, les revues et les éditions spécialisées, la littérature de jeunesse recouvre un large éventail de formats de publications. Ma réflexion s’inspirera de la lecture d’une quinzaine d’ouvrages documentés, récents, et d’une qualité à la fois narrative et historiographique, mais dont les auteurs sont suffisamment éloignés du battage médiatique qui tend à faire de la question de l’esclavage un fonds de commerce où l’extrémisme s’adossant à la stigmatisation et à la concurrence victimaire radicalise les positions. Par exemple, il est appréciable qu’aucun des auteurs en présence ne se risque à une comparaison déplacée entre le génocide des Juifs et la traite négrière, deux événements qui, à l’exception de leur violence, n’ont strictement rien à voir. Aussi, que ce soit dans les chiffres ou dans les hypothèses, les ouvrages référés ont pour intérêt d’adopter la position consensuelle propre à toute publication destinée à la jeunesse et traitant d’une vérité historique à manier précautionneusement, et dont personne n’a l’exclusivité. Estimant, par exemple, le nombre d’esclaves africains engagés dans cette entreprise inhumaine à 12 ou 15 millions, chiffre minimal communément admis, les différents auteurs ne se positionnent pas dans le débat sur la nature des réparations qui, en ramenant tout à une question d’argent, constitue un élément casuistique supplémentaire.  

2En posant ici la question de la représentation de la Traite des Noirs dans les publications destinées à la jeunesse, j’aborde la transmission et le traitement de la mémoire d’un événement fondateur des rapports entre individus et civilisations d’origines différentes. Ainsi, les sources historiques du racisme ne sont pas étrangères aux justifications de la pratique esclavagiste. La construction de la différence entre l’homme libre et l’esclave a probablement creusé le lit des théories raciales et des pratiques ségrégationnistes. Et par delà l’esclavage et la colonisation, la question de la représentation des citoyens français de couleur demeure. Le choix du thème de ma réflexion prend appui sur la manière dont l’esclavage, en tant que forme première de l’inégalité, est représenté à l’attention de jeunes enfants dont la conscience critique et la logique sont encore relativement vierges de tout préjugé. En écartant le roman historique de jeunesse pour ne retenir que des ouvrages illustrés, il s’agit également de déterminer comment l’image et le concept se répondent à travers un ensemble de symboles, et comment des personnages ou des dates se donnent « à voir ». Le document visuel (image, photo, dessin…) supplée l’écrit, notamment auprès des enfants dont la maîtrise ou le goût de la lecture n’est pas particulièrement développé. Mais encore faut-il comprendre l’image, et savoir la replacer dans son contexte. Tout ce qui relève du domaine visuel a, toutefois, le mérite de solliciter la mémoire, et de rendre les propos plus concrets, car une image suscite toujours plus de commentaires et de réactions orales qu’un texte.

3Ainsi, étant donné le caractère assez limité des sources de première main sur l’époque esclavagiste, et le parti pris esthétique qui vise à atténuer la violence de la traite et à la rendre représentable dans une certaine neutralité, le choix des illustrations et des témoignages exposés doit nous aider à comprendre comment la construction de l’embryon d’une mémoire collective à travers la sensibilisation de la jeunesse s’appuie sur l’image condensée d’un événement historique dont les points de vue embrassent un champ de représentations particulièrement large. L’âge minimal auquel s’adressent les ouvrages que j’ai retenus est de 7 ans, et l’âge limite du public supposé lire ce genre de collection est d’environ 13 ou 14 ans, soit le niveau 4e-3e du collège. Comment donner à ces enfants les moyens d’une première approche de l’esclavage et de la traite négrière ? Au delà de la valeur scientifique et des potentialités d’approfondissement de ces différents ouvrages, dans quelle mesure une littérature de jeunesse sur l’esclavage et la traite négrière peut-elle participer aux dispositifs culturels qui induisent l’élaboration d’un souvenir individuel inscrit dans une mémoire collective ?

2. Représentations et critiques

a) L’identification au jeune lecteur et la première approche documentaire de la traite

4La lecture des ouvrages consacrés à la traite négrière fait ressortir deux points de vue dans la manière d’en construire une représentation. Le premier s’appuie sur la vision générale du « commerce triangulaire », et consiste à prendre l’appareillage du bateau dans le port européen comme point de départ, et à décomposer la traite selon trois étapes qui correspondent aux trois points du triangle, comme s’il n’y avait qu’une seule route pour la traite négrière, et ni escale ni détour. Le second point de vue se fonde sur la singularité et la continuité de l’esclavage, mais également sur la rupture qu’il introduit dans les sociétés africaines, américaines et européennes. Pour cela, il prend en compte la position subjective de l’esclave, dont la traite commence avec la captivité et le transport, puis se poursuit par l’installation sur des terres inconnues. Deux conceptions s’opposent ensuite, tout en restant complémentaires : celle de la traite comme activité économique inhumaine, et celle de l’esclavage comme expérience intime, humaine et vécue. Selon le point de vue choisi dans l’introduction, tout ouvrage adopte ainsi une position tantôt dénonciatrice, tantôt narrative.

5Mais quelle que soit la formule choisie, la priorité est d’associer le jeune lecteur, et de le conduire, par un procédé d’identification, dans un processus de conscientisation. Dans LaTraite des Noirs, une histoire « inventée » par des enfants du CE 2 du lycée français Jean Mermoz de Dakar, Samba, un enfant sénégalais est capturé au XVIIIe siècle, puis déporté en esclavage en Amérique. L’histoire même de Samba ne fait que deux pages, et ce qui compte réellement ici est l’identification, et la prise de conscience. Samba a sensiblement le même âge que les enfants qui écrivent son histoire, car l’identification du lecteur avec le personnage passe par la similitude de l’âge. La présentation d’esclaves capturés aussi jeunes rajoute à leur position victimaire, et conforte leur faiblesse. Dans un autre récit destiné aux enfants à partir de 7 ans, Dominique Joly donne 9 ans à Biolo, son personnage central (Joly, 2002).  Hélène Montardre prend également l’exemple de personnages dont l’âge pousse à l’indignation : Mogué et Daisy, les petites filles vendues, ont 9 ans, l’âge à partir duquel la lecture de l’histoire est précisément conseillée. Tom, le porteur d’eau, a 8 ans. John, le jeune esclave qui réussit à s’échapper, en a 15 (Montardre, 2004 : 25, 35, 29, 39). Par ailleurs, l’objectif de la collection qui publie cet ouvrage, « La vie des enfants », est comme son nom le suppose, de « faire connaître aux enfants d’aujourd’hui la vie quotidienne des enfants d’hier ». Non sans rappeler que le travail des enfants constitue encore aujourd’hui un aspect de l’esclavage moderne, ces exemples offrent les cas les plus simples et les plus tristes de l’exécution de la traite négrière, puisque les enfants, parfois séparés de leur mère, ne mènent pas les rébellions.

6On pourrait trouver parmi les sources sur l’esclavage, l’équivalent d’un Journal d’Anne Franck, dont l’étude en cours de français est généralement complémentaire au cours d’histoire sur l’Allemagne nazie. Mais les documents d’époque comme les dessins de vente d’esclaves (Hatt, 2003 : 19 ; Latour, 1998 : 15 ; Lemoine, 1997 : 21) ou les images reproduites d’actes de propriété sont également, à l’encontre de ceux qui jugeraient la traite sans importance ou de ceux qui ignorent tout simplement comment cette histoire est arrivée, des témoignages irrécusables attestant de ce qui s’est passé. Ces sources authentiques sur lesquelles nous reviendrons rendent l’histoire plus concrète, plus proche du lecteur. Connaissant la difficulté à faire lire les jeunes, les images se doivent d’attirer, sans tomber dans un vulgaire voyeurisme. L’utilisation du dessin sur faïence de l’abolitionniste anglais Josiah Wedgood, représentant un esclave noir agenouillé et enchaîné, demandant « Ne suis-je pas un homme et donc ton frère ? », est particulièrement efficace pour dénoncer le non-sens de l’esclavage (Joly, 2002 : 47 ; Latour, 1998 : 4). Parmi les images récurrentes les plus sensibilisantes, après les chaînes d’esclaves, figure le célèbre plan en coupe du navire négrier et de « son tonnage » (Joly, 2002 : 21,29 ; Latour, 1998 : 24, 27 ; Montardre, 2004 : 23). Si la source abolitionniste, donc partisane, de ce document n’est pas toujours précisée, aucun ouvrage ne tait les conditions inhumaines de transport des esclaves.

7Dans la douloureuse odyssée des captifs, la « traversée du milieu » est la partie dont l’évocation est en mesure de susciter un malaise certain, une empathie profonde chez le lecteur. Aucun ouvrage ne se construit uniquement sur ce passage pourtant central de l’esclavage, et dont l’illustration par des images et des récits de révoltes comme celui de l’Amistad (Hatt, 2003 :17) permet de montrer la solidarité naissante entre esclaves. Notons que, parmi les outils « pour aller plus loin », le visionnage du film Amistad est régulièrement suggéré. Ce film inspiré d’une histoire vraie, dont l’adaptation cinématographique a nécessité des interprétations plus ou moins crédibles, notamment sur la langue commune utilisée par les esclaves africains, retrace la révolte d’esclaves lors de la traversée transatlantique. La traversée est l’étape où la déshumanisation transforme l’esclavage en traite. Christine Hatt (2003) et Patricia Latour (1998) soulignent la corrélation entre trafic et déportation dans leur définition de la traite. Bien présentée, la réalité et les conséquences de la déportation doivent permettre aux enfants de comprendre la présence, pas nécessairement évidente, de groupes humains différents dans un même lieu, creuset d’origines et source de métissage. Dans le cas des îles françaises, évoquer la culture créole est tout à fait judicieux afin de rattacher le passé au présent, pour dépasser l’héritage esclavagiste et colonial et donner une conscience historique aux jeunes (Latour, 1998 : 54-55). Par ailleurs, l’Océan Indien n’est pas toujours mentionné comme une zone de la traite européenne. Maurice et La Réunion sont souvent oubliées. Bien qu’évoqué (Latour, 1998 : 49), le remplacement des esclaves des colonies par l’importation depuis l’Asie de « travailleurs sous contrat » (les coolies) mériterait un développement. Pour la Réunion, un dessin représentant paradoxalement la fête lors de l’abolition de 1848 rappelle que l’esclavage y avait cours (Latour, 1998 : 48). Quant à l’île de Zanzibar, elle n’est régulièrement citée que dans le cadre de la traite arabe.

8Passage méthodologique obligé d’une présentation de la traite négrière, la « carte du commerce triangulaire » permet de synthétiser l’ampleur du trafic, et de fixer des responsabilités géographiques. Dans la perspective inévitable d’une comparaison internationale, il est nécessaire que cartes mentionnent les points de départ du commerce négrier comme premiers lieux de mémoire. La traite légale partait d’Europe, et ce n’est qu’à partir du XVIIIe siècle et de la traite clandestine que des négriers liaient directement l’Amérique à l’Afrique. Mais pour un jeune Nantais, voir le nom de sa ville sur une telle carte peut susciter un besoin d’informations et de réponses, peut-être même sur sa propre histoire familiale, et le faire sortir d’une certaine censure. Que l’esclavage et la traite négrière aient été interdits en France métropolitaine ne signifie nullement qu’il n’y ont pas laissé de traces. Ni monument historique, ni musée. Mais des villes comme Nantes, présentée comme la capitale incontestée de la traite française, Bordeaux ou Le Havre, sont à jamais liées à cette mémoire esclavagiste. Savoir si « les ports négriers ont de la mémoire » (Saugera, 1998 : 61) se heurte à une coupable indifférence vis-à-vis d’un passé peu connu. L’histoire des ports négriers est déjà, quoi qu’il en soit, un ancrage dans la mémoire esclavagiste et coloniale, car l’histoire de la métropole ne peut être complète sans l’histoire de la colonie ou de l’outre-mer, sources partielles de sa fortune (Joly, 2002 : 42). Mais à ma connaissance, aucun ouvrage de jeunesse n’évoque l’histoire de Nantes à travers le prisme de la traite négrière. Alors que les points d’embarquement des esclaves servent de cadre à de nombreuses reconstitutions. Au Sénégal, l’île de Gorée, évoquée notamment par les enfants du lycée français de Dakar, est un lieu nodal de la mémoire négrière, un lieu où mémoires d’esclaves et de négriers se mêlent. Au même titre que le Fort et la plage de Ouidah, au Bénin, cadre d’un des épisodes des Passagers du Vent de François Bourgeon (Bourgeon, 1994, tome 3).

b) Apprendre à poser les questions judicieuses, au delà du cliché et de la simplification…

9Toutefois, quelques euphémismes limitent la portée des explications. La particularité et l’ambivalence de certaines notions n’est pas affirmée de manière explicite. Par exemple, dans l’utilisation même de l’expression de « commerce triangulaire », définition consensuelle d’un jeu économique qui suppose des négociations, des échanges sur un pied d’égalité, le terme de « commerce » est erroné puisque le rapport de force et de domination agit. L’expression de « trafic triangulaire » (Latour, 1998 : 21) me semble plus juste. Certes, les Européens intriguaient pour dresser les rois africains les uns contre les autres, et pour leur faire échanger des esclaves contre des cauris ou des pacotilles. Mais rien n’est dit sur les Africains qui auraient pu déjouer la tactique des négriers Européens. Le seul personnage qui tente finement sa chance est Dawa, un jeune Yoruba de 12 ans qui fait le mort pour échapper aux négriers. Mais il échoue et déclenche le rire de l’homme qui le capture (Montardre, 2004 : 20). La participation active des Africains au commerce négrier est bien révélée, mais n’occasionne pas nécessairement un début d’explication autre que la cupidité des rois. Les vendeurs africains de captifs n’étaient probablement pas en connaissance de cause, même s’ils savaient que les esclaves noirs étaient bien le principal « produit » qui intéressait les Européens en Afrique. Quant aux captifs de guerre vendus comme esclaves, ils ne fournissent pas un schéma narratif capable de délivrer un message aux enfants. La traite des Arabes offre également quelques développements (Dhotel, 2004 : 14-15 ; Lemoine, 1997 : 18-19). Par contre, peu de choses sont dites sur l’absence d’esclaves en métropole, et sur le retour depuis l’Amérique vers l’Europe, des bateaux chargés de produits, étape finale du circuit. En fait, si des documents officiels comme le Code Noir sont présentés, on sait peu de choses sur l’opinion et sur l’adhésion des Français de métropole, durant quatre siècles, à l’esclavage. Des références philosophiques et littéraires classiques (Hugo, Lamartine, Chateaubriand) nous donnent des visions différentes et contradictoires de la réception de l’esclavage, puis de la colonisation, et prouvent que le débat autour de ces pratiques existait déjà. « L’épître dédicatoire aux nègres esclaves, nos amis » de Condorcet constitue par exemple un témoignage fort (Latour, 1998 :44). Mais l’indifférence du public à la situation contemporaine passée de l’esclave correspond bien à l’évocation actuelle de sa mémoire, et dans l’enseignement de cette histoire, l’enjeu est de comprendre pourquoi les réactions furent si tardives, et l’opinion, si muette.

10Comment cela a-t-il été possible ? Comment devient-on esclave ? Pour les auteurs, il est obligatoire de chercher les questions que se poseront les enfants au fur et à mesure qu’ils avanceront dans la découverte de cette histoire. Aussi, l’économie d’explications sur les raisons qui « justifiaient » la traite des Noirs est impossible. Toute justification religieuse est contrebalancée par une autre vision religieuse contestataire.A la justification par le Pape de l’esclavage répondent ultérieurement les contestations des abbés Raynal et Grégoire en France, ainsi que les prises de positions des Quakers, régulièrement loués pour leur vision très avancée du problème, et de l’église méthodiste de John Wesley en Amérique du Nord et en Angleterre (Dhotel, 2004 : 22-23). Ainsi, au siècle des Lumières, l’abbé Grégoire participa activement au vote de la première abolition de l’esclavage, et l’abbé Raynal souligna avec ironie la collusion du clergé avec l’esclavage. Il s’agit de montrer que la position officielle de l’Eglise catholique pro-esclavagiste n’arrachait pas l’adhésion de toutes les autres confessions. En France, le débat religieux sur l’esclavage devient, à partir des Lumières, une interrogation sur les droits de l’homme, puis sur la valeur républicaine. Les philosophes des Lumières (Voltaire, Rousseau…), souvent accusés d’avoir eu des actions dans l’esclavage, sont présentés de manière idéale, derrière leur condamnation morale mais ironique, et loin de leur engagement pratique. Le Code Noir promulgué par Colbert en 1685 sous le règne de Louis XIV est commenté (Latour, 1998 : 36-37). Pourtant, rares sont les ouvrages qui prennent la peine de préciser dans un premier temps qui était Colbert, quelle fonction il remplissait et quelle était sa doctrine, et de mettre en rapport, dans un second temps, la grandeur du règne de Louis XIV avec les affres de l’esclavage. Seule une certaine forme de pudeur pousse justement les auteurs à ne pas valoriser le règne du « Roi-Soleil », car la figure bien réelle de l’Esclave incluait celle du Maître, du Tyran.

11En abordant la question de la traite négrière à partir des fruits amers de sa justification (sucre, café, coton…), Patricia Latour justifie l’étude de l’esclavage en tant que première forme de la mondialisation. Au delà des mentalités, la question économique verrouillait toute avancée abolitionniste, et dans l’esprit de l’article du Code Noir faisant des Noirs l’équivalent de « biens-meubles », posait pour la première fois la valeur de la vie comme une valeur purement marchande. Dénoncer l’importance du système économique mondial qui faisait de l’esclavage un bien nécessaire pour l’industrie capitaliste évoque également une certaine modernité dans la posture militante. Interroger l’histoire économique et industrielle, l’histoire de l’agriculture ou de la marine permet aussi de découvrir les hommes et les métiers qui « faisaient tourner » l’esclavage, et de donner une densité dans laquelle la réflexion peut se renouveler. La profession de « négociant » est l’occasion d’exhumer la mentalité cupide et esclavagiste. Le négociant est celui qui ne se mouille pas les mains, celui qui reste enmétropole: « Il ne fait pas ça lui-même, bien sûr ! ». On ne peut qu’être sensible à la force de l’ironie employée par Hélène Montardre : « Il pense que le Noir est un sauvage que l’on peut éduquer, mais qui sera toujours incapable de se prendre en charge ; alors autant qu’il soit un esclave au service des Blancs ! […] Il ne se doute pas que les Africains arrachés à leur terre d’origine, à leur famille, à leur histoire et à leur mode de vie ne partagent pas vraiment cet avis ! » (Montardre, 2004 : 15). Présentant ce qui est rétrospectivement un scandale comme un jugement tout à fait commun, l’ironie est ici une arme particulièrement efficace pour sonder la conscience et faire éclore une réflexion. Elle permet surtout d’écorcher bien des préjugés en poussant les situations jusqu’à l’absurde.

12Par contre, les clichés raciaux ne sont pas toujours abordés de front, alors que, tirant leur origine dans la justification de l’esclavage, il y avait là l’occasion de les invalider. Par exemple, les révoltes d’esclaves alternent avec l’image récurrente, parfois utilisée en couverture d’ouvrage, d’Africains dociles et peureux qui se sont laissés mener en bateau, au propre comme au figuré. Le cliché de la paresse et de la nonchalance caractéristiques des Noirs s’écroulerait si on évoquait le sens de la résistance passive des esclaves face à l’inhumanité de leurs conditions de travail. Les ouvrages s’adressent à des enfants, et les images de Noirs remerciant les Blancs de leur générosité lors de l’abolition, comme illustrées par le tableau de Biard sur La Proclamation de l’Abolition dans les Colonies Françaises (Dhotel, 2004 : 25 ; Latour, 1998), sont ici particulièrement significatives de la difficulté à combattre les clichés sans risquer de les renforcer. Journaliste au Monde Diplomatique et rédacteur en chef de la chronique d’Amnesty International, Maurice Lemoine affirme également que la création du Nègre marque la naissance du racisme (Lemoine, 1997 : 12). Quant à la représentation même de l’esclave, il est presque toujours nu, rasé, enchaîné, et donc dans un groupe (Joly, 2002 :12 ; Latour, 1998 :25 ; Montardre, 2004 :20). La dimension individuelle est altérée par l’expérience collective, et rend parfaitement compte de la perte d’identité. L’introduction de personnages fictifs dans les récits permet justement de revenir à la traite et à l’esclavage en tant qu’expérience singulière.

3. Considérations historiques et matérielles

a) Périodisation de l’esclavage et de la traite

13Tous les ouvrages inscrivent l’épisode de la traite négrière dans une chronologie de l’esclavage, allant de l’Antiquité à nos jours, avec l’esclavage moderne. L’esclavage moderne, comme l’esclavage antique, sont tout autant condamnables que la traite négrière. Mais leurs natures diffèrent, et l’organisation par les puissances européennes fait la spécificité de la traite négrière. En effet, si de nos jours la sensibilisation sur l’esclavage moderne, interdit par la loi, prend davantage appui sur le droit du travail et les droits de l’enfant pour mener la lutte contre l’exploitation des mineurs dans les ateliers clandestins, la traite négrière et la vie des esclaves étaient circonscrites par un arsenal juridique. D’où l’impératif de faire connaître le Code Noir. La traite négrière, dont les stigmates inscrits dans la couleur de peau continuent à influer sur les identités présentes, s’établit sur quatre siècles et trois continents, ce qui en fait le génocide le plus long et le plus important de l’histoire de l’humanité.

14J’ai dénombré beaucoup plus d’ouvrages traitant spécifiquement de la question esclavagiste en Amérique du Nord, que dans les îles françaises ou même au Brésil. Le regard critique, la mise en perspective et la précision sont par exemple moins pointues dans les ouvrages traitant du cas français, signe qu’en ce domaine la recherche française est bien en retard sur son homologue américaine. Traçant les grandes lignes d’une histoire officielle, nous retrouvons cependant dans chacun des ouvrages la périodisation classique selon trois moments : celui de la traite et du commerce triangulaire, celui de l’esclavage dans les colonies consécutif à l’abolition de la traite, puis le mouvement abolitionniste. La durée du trafic varie entre trois siècles et quatre siècles et demi, selon que les auteurs prennent comme points de repères la traite portugaise dans les îles de l’Atlantique entérinée par l’autorisation papale de 1454, et l’abolition de l’esclavage au Brésil en 1888 (dernier pays d’Amérique à libérer les esclaves), ou la chronologie nord-américaine qui date les premiers esclaves noirs de la première moitié du XVIe siècle, et leur « disparition » au lendemain de la Guerre de Sécession, en 1865. La traite et l’esclavage aux Etats-Unis font plus facilement l’objet d’un traitement à part, dans la mesure où la ségrégation consécutive à l’abolition a entériné une division de la société entre une civilisation blanche et une civilisation noire.

15Les présentations sur la vie et le travail des esclaves sont assez classiques (Dhotel, 2004 : 20-21). Les photos de chaînes, de cabanes et de quartiers d’esclaves stimulent l’imaginaire car dans les colonies françaises les fers ont été fondus et les baraquements rasés lors de l’abolition (Montardre, 2004 : 32, 34). D’autres détails intéressants nous sont livrés. On apprend, par exemple, que les premiers Africains arrivés en Amérique du Nord, à Jamestown en 1619, n’étaient pas des esclaves mais des travailleurs sous contrat. Ce n’est qu’en raison de leur couleur de peau, qui les rend reconnaissable, qu’ils sont « devenus » esclaves à la fin de leur contrat : « les premiers Noirs à venir aux Amériques n’étaient pas tous des esclaves. Ils étaient les descendants des premiers travailleurs noirs envoyés au Portugal » (Montardre, 2004 : 12, 14). La généalogie, appliquée ici à l’histoire de l’esclavage, est une méthode qui passionne généralement les enfants. Le rapport de génération est ainsi souligné, et donne un sens, un point de fuite historique. Ainsi, l’une des particularités de l’ouvrage de Dany Bébel-Gisler, Grand’Mère, ça commence où la Route de l’esclave ? (1998), réside dans le croisement opéré entre l’écriture comme lien social intergénérationnel, et l’esclavage vu par la petite-fille de l’auteur comme une question non pas historique mais géographique, incluant un cheminement, un exil. « C’est quoi, l’Afrique ? », demande la petite-fille à sa grand-mère. Enseigner l’origine est tout aussi fondamental qu’expliquer les raisons.

b) Présentation de l’abolition

16Soulignée en gras dans différents ouvrages, la première abolition de l’esclavage par la Convention (1794) est régulièrement prise pour une conséquence immédiate de la Révolution de 1789, tandis que l’épisode du rétablissement de l’esclavage par Napoléon Bonaparte (1802) n’est évoqué qu’en pointillés. Si l’abolition de 1848 est souvent incluse dans la poussée révolutionnaire de la même année, l’abolition de 1794 vient bien après la Révolution de 1789. L’indépendance d’Haïti marque une première date-repère. Mais alors qu’on vient de célébrer le bicentenaire de la première république noire de l’histoire dans une ambiance alourdie par la situation sur l’île, la fâcheuse question de l’argent rançonné par la France pour reconnaître l’indépendance d’Haïti, histoire longtemps secrète, n’a pas fini de susciter des remous. Par contre, alors que l’histoire de Saint-Domingue constitue un chapitre de l’histoire révolutionnaire de la France, seule la mise en avant régulière de la figure de Louverture, adversaire de Napoléon, permet d’aborder la spécificité haïtienne. La présentation des liens entre l’esclavage et l’histoire révolutionnaire est parfois bien développée (Hatt, 2003 : 34-45).

17Mais trop souvent limitée à la figure de Schoelcher, la présentation de l’abolition de 1848 manque singulièrement de caractère. Alors que le traitement critique des racines du racisme ferait un développement légitime. Ce qui pourrait nourrir la réflexion de manière pédagogique et civique serait de montrer comment l’affranchissement qui abolit la représentation classique de l’esclavage selon une dualité rigide et simpliste Maître/Esclave maintient le rapport Blanc/Noir en tant que rapport inégalitaire discriminatoire, et pose la question inévitable du métissage. Dans cette perspective, les ouvrages traitant du cas américain ont l’avantage de présenter avec à propos l’émergence du Ku Klux Klan au lendemain de l’abolition de 1865 comme le point de départ d’une nouvelle ère de lutte, contre la ségrégation puis pour les droits civiques cette fois-ci. Présentée comme un point final, l’abolition de 1848, si bien ressassée, permet de mieux oublier ce qui s’est ensuite passé (Hatt, 2003 : 50-51). 1848 semble suivi d’un fossé, d’une autre forme d’amnésie, qui n’est brisée que par les velléités d’indépendance après 1945, ou par la condamnation de l’esclavage par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 (Lemoine, 1997). L’abolition de 1848 n’est pas assez mise en rapport avec les idéaux de la révolution républicaine qui la précéda de quelques semaines. Les chronologies proposées ignorent la contradiction : comment la France a-t-elle justifié l’esclavage puis, prise par un idéal républicain, défendu l’abolition pour ensuite construire un empire colonial ? Les ouvrages de jeunesse sur la conquête puis la guerre d’Algérie se sont probablement heurté à cette question car la colonisation impliquait une certaine omission de l’histoire de l’esclavage.

18En outre, une information qui mériterait une plus large diffusion nous apprend que « la plupart des grands travaux réalisés dans ces colonies (chemins de fer, ports, plantations) le sont grâce au travail forcé des populations africaines qui, lui, ne sera aboli qu’en 1946 », (Latour, 1998 : 49) date à laquelle les colonies françaises des Antilles deviennent des Départements d’Outre-Mer (DOM). Occultée, cette contradiction est un miroir pour l’histoire et la mémoire actuelle, car il n’est pas non plus facile à des parents immigrés d’expliquer à leurs enfants qu’ils doivent suivre les règles de l’ancienne puissance coloniale qu’eux-mêmes ont parfois combattue avant de venir s’y installer. Voilà pourquoi il est important que les « Français d’origine étrangère » connaissent, dès que leur âge le permet, ou dès que le besoin s’en fait sentir, les raisons historiques de leur présence en métropole, ou dans les DOM, car le respect de la citoyenneté se nourrit dans la découverte de son identité. Pour des jeunes qui n’ont pas vécu la colonisation, et encore moins l’esclavage, la mise en place d’un dispositif de sens quant à leur propre histoire doit être appuyé. Je pense notamment à la conclusion faussement naïve de l’ouvrage de la sociologue guadeloupéenne D. Bébel-Gisler : « C’est ainsi qu’il y a en Guadeloupe des hommes et des femmes dont les ancêtres étaient des Caraïbes, les premiers habitants du pays qui furent exterminés, et d’autres, les plus nombreux, qui venaient de l’Afrique, de l’Europe, de l’Inde. Ce sont tous aujourd’hui des Guadeloupéens. » (Bébel-Gisler, 1998 : 30).

4. Sources et thèmes littéraires

a) Portraits et figures d’abolitionnistes

19Dans la présentation des figures abolitionnistes, Toussaint Louverture et Victor Schoelcher se taillent la part du lion (Dhôtel, 2004 : 25-27). L’ancien esclave haïtien et le député français sont certes des personnages incontournables, mais leur mise en avant garde un côté idéologique, mythique. Il est dommage que leurs figures soient finalement trop peu replacées dans le cadre général de l’évolution historique du monde, de leur époque, et qu’ils n’apparaissent que comme des  exemples-types, dont la mise en relief souffre réellement d’une exploitation liminale. Ce sont deux personnages auxquels tout ce qui se raccroche de près ou de loin acquiert une légitimité historique antiesclavagiste. D’une très grande simplicité, l’ouvrage d’Anne-Sophie Chilard possède une tonalité particulière dans le regard sur la vie et la lutte antiesclavagiste du libérateur de Saint-Domingue, dont la naissance est illustrée à la manière de celle d’un prophète, et sa « seconde naissance », son affranchissement, intervient à ses 33 ans (Chilard, 2003 : 5, 7). Parmi les événements cités, l’abolition de 1794 fait de la France « la première grande puissance coloniale à abolir l’esclavage ». Mais presque rien n’est dit sur la France, seul pays à avoir rétabli l’esclavage 8 ans après l’avoir aboli. La simplicité des illustrations renforce également la simplicité de la mort solitaire du « premier général noir de l’armée française » dans une cellule du Fort Joux, dans le Jura. Dans un autre ouvrage, le paragraphe sur la fin de l’esclavage est illustré par un dessin du libérateur de Saint-Domingue (Joly, 2002 : 44). Toussaint Louverture et Victor Schoelcher ne sont pas loin de faire l’objet d’un culte qui simplifie de manière improductive leur action, alors qu’en parcourant certains ouvrages de manière plus attentive, nous pouvons découvrir une multitude de personnages dont les trajectoires variées épousent l’histoire de l’esclavage.

20Le livre écrit par D. Bébel-Gisler, pour satisfaire la curiosité de sa propre petite-fille de 3 ans, suit l’évolution de Moussa, le personnage principal. Capturé à 13 ans avec sa mère, il s’enfuit à 18 ans. Il réapparaît lors de l’insurrection haïtienne, et « se bat aux côtés de Delgrès et d’Ignace », compagnons de Louverture, avant de fêter la liberté en 1848 (Bébel-Gisler, 1998 : 9, 13, 23, 27, 29). Cette apparition du personnage principal, qui est un personnage fictif, dans un tel événement historique, permet de raccrocher le récit à une part de la mémoire. Ce n’est pas seulement une histoire qui est racontée aux jeunes enfants. C’est bien de leur propre histoire dont il est question. D. Bébel-Gisler évoque, par exemple, des événements peu connus comme la résistance des Marrons, de Delgrès et Ignace, la bataille de Baimbridge, puis le suicide collectif à l’explosif de Delgrès avec tous ses hommes à la Matouba. La démarche de Bébel-Gisler est bien pensée dans la mesure où elle sait que tout jeune Guadeloupéen se voit un jour ou l’autre interrogé par un proche ou, à la suite d’une rencontre, amené à livrer le sens qu’il donne à ces événements qui, passés au jugement de l’histoire de France, correspondent à de simples anecdotes. Bébel-Gisler est également l’une des rares auteurs à présenter les choses du point de vue de la colonie. Concernant Haïti, elle note que ce sont les esclaves qui, « conduits par Toussaint Louverture […], vont conquérir toute l’île et supprimer l’esclavage en 1794 ». L’allusion à la Convention vient à la page suivante, pour montrer que la première abolition a été déclarée devant le fait accompli, donc de manière insincère. Elle cite également le général Richepanse qui est, avec Joséphine de Beauharnais, l’un des personnages historiques les plus conspués de l’histoire des Antilles, car envoyé par Napoléon pour rétablir l’esclavage. Concernant la seconde abolition, D. Bébel-Gisler précise que le décret daté du 27 avril 1848 devait entrer en vigueur deux mois plus tard. Mais face au soulèvement général des esclaves en Martinique, « les Gouverneurs sont forcés de proclamer l’abolition immédiate : le 23 mai à la Martinique, le 27 mai à la Guadeloupe » (Bébel-Gisler, 1998 : 28). Elle signale que tout ne s’arrête pas là. L’« après-abolition » a vu des Indiens ou des Noirs déportés d’Inde ou d’Afrique selon des contrats de travail dignes de l’esclavage. Mais face aux vicissitudes d’un système qui ne pouvait changer du jour au lendemain, l’héritage et la mémoire de toutes ces communautés, lui apparaît finalement comme une forme de richesse.

21Particulièrement complet (glossaire, index…), l’ouvrage de Christine Hatt offre également un nombre appréciable de sources et met en lumière une multitude de personnages dont les trajectoires variées épousent l’histoire de l’esclavage. Les témoignages sont particulièrement importants pour sensibiliser les plus jeunes. Puisqu’il ne reste bien évidemment plus aucun témoin direct pour évoquer ce que furent la traite négrière et l’esclavage, les auteurs puisent dans les « slave narratives », des récits autobiographiques écrits par les esclaves, ou des témoignages recueillis lors de l’abolition. Tous les documents de ce genre disponibles en français sont des traductions de l’américain, car aucun travail de recueil des paroles d’esclaves ne fut réalisé lors de l’abolition de 1848. Les extraits d’autobiographies d’esclaves ou anciens esclaves (Olaudah Equiano, Mary Price, Susie Melton, Charles Ball, Harriett Jacobs, Frederick Douglass…) côtoient les mémoires du premier avocat noir de l’Ohio (John Mercer Langston) et les journaux de planteurs, propriétaires (William Byrd, Gordon Turnbull) ou d’observateurs (l’actrice anglaise antiesclavagiste Frances Kemble…). Bénévole sur le « Chemin de fer clandestin » (Underground rail road), Harriett Tubman apparaît comme une des figures abolitionnistes les plus marquantes (Hatt, 2003 : 33; Montardre, 2004 : 45). Mais qu’elle qu’en soit la présentation, la diversité des figures cherche à montrer la multiplicité des mémoires, et leur caractère sélectif.

22En dehors des spirituals, j’ai dénombré peu de références culturelles à l’influence de l’esclavage (art nègre ? art colonial ?), bien que les « musiques noires » actuelles (jazz, blues, rap, reggae) y font encore allusion. Alors que certaines de ces musiques ne sont encore rien d’autre « que du bruit » aux oreilles de leurs détracteurs, le seul ouvrage de jeunesse récent à apporter un angle culturel et musical à la question de l’esclavage des Noirs est, pourtant, le texte collectif, sous la direction d’Antoine Abou, sur le Chevalier de Saint-Georges, premier grand compositeur de musique classique avec du sang africain. L’objectif est de faire connaître une figure noble, un « exemple à suivre » (Abou, 2005 : 5), et de montrer qu’il existait des Noirs qui menaient quand même une vie parallèle à la lutte antiesclavagiste. Tous n’ont pas fait que résister ou subir. Fils d’une esclave affranchie par son propre père, le plus grand escrimeur du XVIIIe siècle a néanmoins dirigé la « Légion Saint-Georges », composée d’hommes noirs et métis, et lutté aux côtés de Louverture. S’adressant au jeune lecteur, Antoine Abou, spécialiste en histoire de l’éducation,  souhaite que la figure de Saint-Georges apparaisse comme une « invitation à partir à la recherche des autres merveilleux personnages de l’histoire de ton pays », la Guadeloupe. « Pourquoi n’inviterais-tu pas ton entourage à découvrir aussi le chevalier de Saint-Georges ? », suggère-t-il (Abou, 2005 : 72). Dans cet ouvrage de 73 pages, à peine six pages évoquent réellement, à travers l’engagement de Saint-Georges, la lutte contre l’esclavage et pour la dignité humaine. Mais la biographie du personnage montre qu’il reste à chaque fois sous la menace de sa propre couleur de peau. Encore bébé, sa famille dut s’enfuir pour éviter une condamnation à mort du père qui aurait replongé dans la servitude sa femme et son fils…

b) La bande dessinée : une situation de lecture documentaire originale

23Par rapport au lectorat, la bande dessinée vise la tranche d’âge supérieure, celle qui, à partir de 11-12 ans, est appelée à gagner progressivement en maturité. Ainsi, parmi les ouvrages qui ont davantage attiré mon attention, figurent deux séries de bandes dessinées. La première, Les Suites Vénitiennes (Warnauts, 2005) se moule, à partir du tome 3, sur le cadre historique de la traite négrière, mais de manière accidentelle. Le récit n’est pas linéaire, et les événements vont d’un lieu à l’autre, occasionnant des passages rétrospectifs. L’action se déroule entre Venise, le Sénégal et les îles (Guadeloupe, Saint-Domingue), dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Cependant, il y est davantage question d’intrigues politiques et sentimentales sur fond de magie noire que de la traite négrière même. L’esclavage est présenté dans toute sa cupidité dans la mesure où les vies des personnages sont monnayées au cours d’intrigues. Pour lui éviter la prison, Allessandro Beltrame, le personnage principal, est « envoyé » au Sénégal pour libérer des otages aux mains d’un roi africain. Il croise à Gorée la fille d’un Européen et d’une autochtone qui, abandonnée par son père, s’est lancée elle-même dans le trafic négrier. Elle vend notamment les femmes d’un des principaux protagonistes de l’épisode, dont le village est réduit en esclavage par pure vengeance. Toutefois, dans l’épisode intitulé « La Nuit de Gorée », pas une seule référence n’est faite à la pratique de l’esclavage dans les trente premières pages. Certes, la planche introductive représente la situation des peuples vivant à l’époque sur la côte du Sénégal. Mais, après quelques dessins classiques de « l’esclaverie », une seule page offre une succession de six planches silencieuses montrant les esclaves enchaînés, regard perdu, tête baissée ou vus en plongée (Warnauts, 2005 : 3, 40-41, 43). Enfin, dans l’épisode de « L’île sous le vent », la résistance des Marrons oblitère la pratique esclavagiste dans les îles.

24Plus complète est la série de François Bourgeon, Les Passagers du Vent, qui raconte en cinq albums le parcours d’une jeune fille aristocrate d’environ 18 ans (Isa), d’un jeune marin breton (Hoel) et d’une Anglaise (Mary), dans les années 1780-81, sous le règne de Louis XVI, alors que la France, dans sa logique de guerre contre la Grande-Bretagne, soutient les révolutionnaires américains. Là encore, le lecteur se promène sur divers terrains d’aventures. Absolument rien n’indique, avant les dernières pages du tome 2, qu’il sera question de la traite négrière. Fuyant la France, les trois personnages principaux quittent Nantes à bord d’un bateau, la Marie-Caroline. Apprenant ensuite qu’il s’agit d’un négrier, leur première réaction varie. Mary, la jeune Anglaise, est émerveillée à l’idée de voir l’Afrique. L’utilisation d’une police en majuscule traduit au contraire l’indignation et la colère d’Isa : « MERVEILLEUX OUI !…Tu vas même voir les Africains ! Enchaînés deux à deux ! Parqués à fond de cale comme du bétail !…NOUS SOMMES A BORD D’UN NEGRIER ET VOUS N’AVEZ RIEN D’AUTRE A DIRE !!!? ». Hoel, le compagnon d’Isa, la rassure maladroitement : « Calme-toi Isa ! Ce n’est tout de même pas si terrible. Les nègres seront bien gardés, tu sais !…Et puis, ils ne sont certainement pas aussi dangereux que l’on veut bien le laisser croire ! ». Isa trouve davantage de modération auprès du chirurgien de bord, chargé de « soulager ceux qui souffrent » et de « rédiger un mémoire impartial » sur la traite qu’il considère comme une « chose barbare, mais, à ce jour inévitable ». Dans la conclusion du tome 2, François Bourgeon avertit son lecteur du changement de ton des prochains épisodes qui n’ont pour ainsi dire rien à voir avec les deux premiers. Qu’il suggère aux lecteurs les plus frileux de rester métaphoriquement à Nantes, ou qu’il incite « les plus curieux » à suivre les aventures africaines des personnages, F. Bourgeon fait preuve d’un savoir-faire redoutable pour créer du mystère (Bourgeon, 1994, tome 2 : 47-48).

25L’édition du tome 3 s’ouvre sur deux documents qui ne témoignent que partiellement de l’étendue des recherches entreprises par le dessinateur. La reproduction originale du « Plan du Fort Saint Louis de Juda, réalisé par l’abbé Bullet en 1776 » précède un plan et une coupe du bateau négrier la Marie-Caroline, à partir des conseils de Jean Boudriot, spécialiste de l’architecture navale, et auteur, en 1977, d’un ouvrage en quatre volumes sur Le Vaisseau de 74 canons. Bourgeon a également étudié les maquettes exposées au Musée de la Marine pour dessiner les détails du bateau. Pour le plan du fort de Juda (Ouidah), réalisé par Joseph Bullet, l’aumônier du fort, la disponibilité de la source est précisée : « Service Photographique des Archives Nationales, Colonies C 6, 27 bis, pièce 58 ». Les travaux de l’ethnologue et photographe français Pierre Verger, de Suzanne Everett, de Simone Berbain, de Robert Norris et de l’administrateur colonial Le Hérissé, entre autres, ont permis la reconstitution des décors. Bourgeon s’est également inspiré des photos des femmes soldats du roi du Dahomey prises par Roland Bonaparte en 1891 pour dessiner les seules guerrières Amazones officiellement connues dans l’histoire.

26Le rapport du chirurgien, destiné à Brissot, un franc-maçon envisageant de « fonder une société pour la défense et l’émancipation des Noirs », sera jusqu’à l’arrivée dans les îles, l’occasion pour Isa, l’héroïne, de tenir un journal de bord qui sert au lecteur de trame chronologique. Isa note les jours de départ, les escales, et nous permet de suivre la temporalité historique. Quittant Nantes le 8 avril, le négrier fait escale aux Canaries le 5 mai, puis se ravitaille au cap La Ho et à Chama le 14 juin, avant d’arriver à Ouidah le 2 juillet. La dernière escale à la forteresse de Sao Jorge de Mina, monument historique de la présence européenne en Afrique, fait office de barrière douanière : les bateaux y laissent « un dixième de leur cargaison de tabac pour être autorisés à entamer la campagne de la traite » (Bourgeon, 1994 ; tome 3 : 13). L’indignation de Isa, dont les idées s’opposent à la vision conservatrice de l’équipage, occasionne cette réponse cynique du capitaine : un « esclave est mieux traité aux îles qu’un homme libre ne l’est en Afrique ! ». Quelques pages plus loin, l’Afrique est justement présentée comme un monde où on est « avant tout blanc ou noir…riche ou pauvre…libre ou esclave ! », et où les puissances européennes belligérantes s’entendent malgré tout (Bourgeon,1994 ; tome 3 : 17). L’évocation de l’article du Code Noir qui « interdit de séparer une femme de son enfant impubère » est l’occasion pour Mary, jeune mère, de découvrir la cupidité et l’inhumanité de la traite (Bourgeon, 1994 ; tome 3 : 26). Un peu plus loin, un enfant noir, nu, joue avec la petite fille de Mary, sous le regard d’une esclave (Bourgeon, 1994 ; tome 3 : 29). L’idée que les colons blancs ne doivent pas se mélanger avec les autochtones domine, malgré les nombreuses transgressions. Le séjour en Afrique se déroule sur fond d’intrigues sentimentales et de luttes de pouvoir entre colons et autochtones, les premiers incluant aux seconds la dévaluation de leur vie. Aouan, serviteur de Isa durant son séjour, abat froidement un homme lors d’une échauffourée, puis déclare : « C’est pas grave Missié…ça est rien qu’un nèg’ ! ». Il a la même réflexion après le meurtre d’une esclave trop faible, ainsi que lors de sa propre mort, dans les bras de Isa (Bourgeon, 1994 ; tome 3 : 35, tome 4 : 28, 29). Alors que l’évangélisation est régulièrement avancée comme une des « bonnes raisons » de la présence européenne en Afrique, on apprend de la bouche de l’abbé Forissier qu’il est interdit d’évangéliser les nègres au risque de mécontenter le roi du Dahomey et de compliquer le commerce (Bourgeon, 1994, tome 3 : 24). De la même manière, Isa, bien que pleine d’idéaux, de bons sentiments et opposée à la traite, est rattrapée par les mœurs de son époque : elle quitte le Dahomey avec Alihosi, une esclave à sa disposition.

27Qu’en est-il justement de la représentation des esclaves ? Isa assiste à la visite sanitaire puis au marquage au fer rouge d’une esclave (Bourgeon, 1994 ; tome 3 : 35). Partis, un mois après leur arrivée à Ouidah, en pourparlers à Abomey à la suite de l’invitation de Kpëngla, roi du Dahomey, les intermédiaires français visitent un arrivage d’esclaves : « le Dahoméen ne peut être asservi. Ceux-ci sont des esclaves de guerre », appartenant au roi. Mais le Dahoméen a la possibilité « d’acheter des esclaves aux Mahis ou aux Tchas, des captifs Djougou ou Baribas. » (Bourgeon, 1994, tome 4 : 25). Lors de l’embarquement des esclaves sur la Marie-Caroline, une femme décidée à regagner le rivage se jette à l’eau, mais finit sous les dents des requins. Parmi les dessins les plus minutieux, celui de la disposition des esclaves dans la cale, enchaînés, couchés à même le sol (Bourgeon, 1994 ; tome 4 : 46) a nécessité des ajustements d’échelle et une comparaison entre les plans de chargement de bateaux négriers réalisés par les abolitionnistes et les plans de construction navale (Thiébaut, 1994 : 22). Bourgeon aurait pu dessiner les captifs seuls dans la cale. Mais, en montrant les marins qui, dos courbé, se déplacent entre les rangées d’esclaves, il accentue la sensation d’étouffement. « Le bois d’ébène », dernier tome de la série, met en scène la révolte des esclaves. Un simple couteau et de la ruse suffisent aux femmes pour organiser le soulèvement et saborder le bateau, avant que les marins ne reprennent la situation. Les châtiments infligés à Alihosi et à Sôsihoué, esclaves punies pour rébellion, sont des cas particuliers, des exemples qui ne peuvent résumer le traitement réservé à l’ensemble de la cargaison. Les esclaves sont forcés d’avaler ce qu’on leur donne à manger, et les femmes, régulièrement visitées dans la cale, sont violées. Même Mary, passagère blanche, n’échappe pas aux pulsions des marins. En juxtaposant une tempête et la rébellion des esclaves, Bourgeon divise la dramatisation du récit puisque le sort des esclaves est de toute façon lié au sort du bateau. Les dessins de la rébellion n’apparaissent pas comme des passages aussi violents que l’exécution des épouses infidèles du roi d’Abomey, ou les scènes sanglantes de combat naval ou d’accident mortel. Finalement, la lecture de cette série nous apprend davantage sur la vie quotidienne au Dahomey du temps de la traite, ou sur les conditions de navigation, que sur l’esclavage même. On ignore dans quelles conditions les esclaves sont débarqués et vendus à Saint-Domingue. Même le sort d’Alihosi, l’esclave d’Isa, libérée en cachette, est tenu secret. François Bourgeon garde, toutefois, le mérite et l’audace d’avoir adapté l’aventure négrière à un format essentiellement divertissant, en offrant un scénario, construit à partir de recherches sur les conditions réelles et matérielles, qui prend la mesure de la réalité.  

Conclusion

28Bien que tous les ouvrages consultés ici entrent dans le cadre de la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, les publications destinées à ce public particulier sont des documents dont la vérité historique n’est pas encadrée par des lois mémorielles ou des circulaires ministérielles, mais par une volonté éditoriale et pédagogique qui ne les exempte pas d’une certaine censure. En s’adressant à des enfants, les auteurs font un tri, soulignent les éléments fondamentaux et prennent soin de camoufler la scientificité de leur discours sous des formes relativement ludiques. Mais il ne suffit pas de se mettre juste à la hauteur des enfants. Parler de la traite négrière et de l’esclavage à travers le prisme d’une œuvre de fiction demande un minimum de connaissances historiques. Mais, lorsque la littérature de jeunesse se risque sur un tel terrain, bien qu’elle consulte les sources historiques, elle fournit une approche différente, ne serait-ce que parce qu’en général les auteurs ne sont pas des historiens de formation. La qualité de l’information fait que certains de ces ouvrages peuvent tout aussi bien s’adresser à des adultes à la recherche d’une information donnée, ou qui n’ont pas l’ambition de lire une monographie entière. La littérature de jeunesse n’est de toute façon jamais ignorante du regard que les parents posent sur elle. La sobriété des présentations, la variété des informations et le travail de sources sont au crédit des auteurs. Le style littéraire a son importance, face aux réticences d’une jeunesse peu portée sur la lecture. Mais même si on ne peut parler de l’esclavage et de la traite négrière de façon romanesque sans risquer des interprétations délicates, qu’elle soit un plaisir ou un effort, la lecture doit servir de fusée porteuse à la découverte.

29Toutefois, les fictions ne réchappent pas toujours aux écueils d’une vision territorialisée de l’histoire. Autrement dit, le lieu d’émission d’une publication, ou le lieu d’inscription du récit prend en compte l’évocation contemporaine du sujet dans ce même lieu, et conforte la thèse mémorielle selon laquelle la lecture du passé doit se faire dans l’optique du besoin présent. Les événements sont présentés de manière mesurée pour ne pas susciter une réaction de rejet. Loin d’apparaître comme un révisionnisme, le refus d’occulter les traites arabes et africaines est, par exemple, fort judicieux dans un contexte où on appelle les esprits à se méfier de tout manichéisme, de tout amalgame et de tout jugement expéditif. Dans Les Passagers du Vent, les allusions historiques sont très nombreuses, mais glissées avec suffisamment de discrétion pour ne pas submerger le jeune lecteur d’un trop plein de connaissances techniques qui réduiraient peut-être le plaisir de lire. Pour Michel Thiébaut, Bourgeon « nourrit l’œuvre de fiction d’une riche information historique, avec un sens aigu de la critique des sources, ce qui ne signifie pas que ses positions soient indiscutables » (Thiébaut, 1994 : 78). Les bandes dessinées font se croiser des personnages de tendances différentes et offre au lecteur une évocation générale et lucide, illustrant les contradictions que l’on peut retrouver en réalité à l’intérieur d’une seule et même personne. Les nuances sont toujours soulignées. Isa, personnage central des Passagers du Vent, quitte l’Afrique avec son esclave alors que cette pratique la répugnait. Dans Les Suites Vénitiennes, Allessandro Beltrame issu d’un milieu assez mondain, reconnaît en public sa préférence pour une jeune femme noire, tandis qu’un seigneur africain capture et vend tout un lot d’esclaves. La fiction doit donc prendre garde à ne tomber ni dans le manichéisme historique ni dans un certain esthétisme (refus du graphisme en noir et blanc). L’objectif reste de faire découvrir au lecteur en même temps qu’aux personnages des événements ou des sentiments.

30Pour avoir discuté de la traite négrière avec des élèves âgés de 11 à 16 ans – la plupart d’origines africaine et antillaise- d’un collège parisien où je travaille, et pour aider tous les ans des groupes de jeunes à réaliser une courte exposition sur l’esclavage moderne lors de la Journée des Droits de l’Enfant, je reconnais personnellement qu’écrire sur la traite négrière et la colonisation reste une tâche difficile, en raison de la longue compilation d’atrocités commises. En parler est encore plus délicat. La sensibilité est très importante. Entre une certaine émotion à rendre palpable, un sens critique et une curiosité à éveiller, tellement d’écueils sont à éviter (sentimentalisme, mauvaise conscience, vengeance…). Le recours aux images a pour intérêt d’offrir à chacun un point de vue concret sur lequel viendront se greffer des mots ou des silences qui traduiront une première impression. En les faisant parler, l’indignation de ces enfants, qu’ils soient ou non de couleur, en découvrant l’esclavage d’hier à partir de l’esclavage moderne, n’a d’égale que celle suscitée par leur réaction contre le racisme. Mais cette indignation survole encore, par pure méconnaissance, l’épisode colonial qui sert de lien. Ce qui m’a le plus interpellé est qu’ils n’aient même jamais entendu parler de l’Apartheid dont la fin encore très récente a entraîné tout un travail de mémoire et de réconciliation en Afrique du Sud, société contemporaine la plus proche dans l’histoire de l’idéologie esclavagiste raciale. Le rappel au devoir de mémoire autour de l’esclavage ne doit pas faire oublier la nécessité de réaliser un véritable travail de fond sur les sources. Cette mémoire encore embryonnaire de l’esclavage est chargée de conflits qu’il faut s’attacher à dépasser. Car, de la même manière qu’aucune communauté ne doit garder l’exclusivité d’une telle histoire, personne ne doit apprendre par hasard cette part d’histoire des relations internationales, sans risquer de céder à des formes de paranoïa ou de mauvaise conscience.

Haut de page

Bibliographie

ABOU, Antoine (ouvrage collectif sous la direction de), 2005, Le Chevalier de Saint-Georges ; Abymes, Scéren-CRDP Guadeloupe.

BEBEL-GISLER, Dany , 1998, Grand’mère, ça commence où la Route de l’esclave ? ; Pointe-à-Pitre, Editions Jasor.

BOURGEON, François, 1994, Les Passagers du Vent , Paris, Casterman (5 tomes).

CHILARD, Anne-Sophie, 2003, Toussaint Louverture : le défenseur des noirs d’Haïti ; Paris, Cauris, Collection Lucy.

DHOTEL, Gérard, 2004, L’esclavage ancien et moderne ; Toulouse : Milan, Collection « Les Essentiels Milan junior ».

HATT, Christine, 2003, L’esclavage : de l’Afrique aux Amériques ; Bonneuil-les-Eaux : Gamma ; Montréal (Québec) : Ecole Active, Collection Documents d’Histoire.

JOLY, Dominique, 2002, Au Temps de la traite des Noirs , Bruxelles, Paris, Casterman, Collection « Des Enfants dans l’Histoire ».

La Traite des Noirs (ouvrage collectif), 1994, Mouans-Sartoux : PEMF, Publications de l’Ecole Moderne Française.

LATOUR, Patricia, 1998, De l’esclavage à la liberté, Pantin, Le Temps des Cerises.

LEMOINE, Maurice, 1997, L’esclavage ; Paris, Casterman.

MONTARDRE, Hélène, 2004, Les esclaves en Amérique du Nord , Paris, Ed. du Sorbier, Collection « La Vie des Enfants ».

PARAIRE, Philippe, 1992, Les Noirs Américains depuis le temps de l’esclavage, Paris, Hachette Jeunesse.

SAUGERA, Eric, 1998, La traite des Noirs, La Crèche, Coll. « En 30 Questions ».

THIEBAUT, Michel, 1994, Les chantiers d’une aventure : autour des « Passagers du Vent » de François Bourgeon, Paris, Tournai, Casterman.

VERGES, Françoise (rapporteur général), 2005, Mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions : rapport à monsieur le Premier Ministre, Paris, La Découverte.

WARNAUTS, Eric, 2005, Les Suites Vénitiennes, Paris, Casterman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amzat Boukari-Yabara, « La littérature de jeunesse : images et supports d’un enseignement historique de la traite et de l’esclavage des noirs », Conserveries mémorielles [En ligne], #3 | 2007, mis en ligne le 01 juin 2007, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://cm.revues.org/137

Haut de page

Auteur

Amzat Boukari-Yabara

a obtenu une maîtrise en histoire du Brésil à l’Université de Paris IV Sorbonne en 2005. Il poursuit actuellement un Master de Sciences des Religions et Sociétés à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et un Master en Philosophie à l’Université de Paris IV Sorbonne. Ses recherches doctorales portent sur les formes de la connaissance et de la dissidence chez Walter Rodney. Il s’intéresse également aux manifestations des phénomènes religieux et aux mouvements politiques et culturels marginaux et contestataires (Rastafari, Black Power, Indigènes, Marxisme et Théologie de Libération). Entre 2001 et 2006, il a travaillé parallèlement au Service des Littératures Étrangères de la Bibliothèque Nationale de France. Depuis 2006, il est également rapporteur titulaire à la Commission des Recours des Réfugiés.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org