Navigation – Plan du site
La bibliothèque manipulée

Le livre de littérature française dans les bibliothèques roumaines de 1957 : du bon usage d’un catalogue idéologiquement correct

Daniela Măriucuţa
p. 107-119

Résumé

Cette analyse du premier numéro du Catalogue collectif des livres étrangers entrés dans les bibliothèques de la R.P.R1 se propose de retracer les chemins par lesquels le livre français de littérature, objet symbolique à plus d’un titre, entre en 1957 dans les bibliothèques roumaines. L’analyse se fera à partir d’une liste de titres de livres qui ont été dépouillés dans ce catalogue afin de mieux comprendre les mécanismes de sélection censés archiver une « mémoire-savoir » (G. Namer, 1987 : 161) hautement politisée. S’ajoutent à cela quelques entrevues avec des bibliothécaires2 qui nous ont aidé à mieux vérifier nos hypothèses.

Haut de page

Texte intégral

Un catalogue idéologiquement correct : comment s’y prendre ?

1Les catalogues de bibliothèque, de par leur caractère immédiatement fonctionnel et leur objectivité incontestable, ont longtemps eu le sort ingrat de servir d’instrument de travail à l’historien plutôt que de retenir son attention en tant qu’objet d’étude. La banalité de l’instrument ne pouvait prétendre à une reconnaissance autre que celle de participer du statut d’archives. L’histoire récente propose des exemples biaisés, où les catalogues et les bibliographies officielles ne se limitent plus qu’à archiver le présent, enregistrant périodiquement les publications les plus récentes, et se mettent à dialoguer avec les listes de publications interdites et les catalogues secrets des bibliothèques. En tout cas, ces catalogues officieux ne revêtent de sens que par la participation à ce dialogue.

2Les travaux bibliographiques effectués en Roumanie pendant la période communiste sont un exemple en ce sens. La période entre1952 et 1958 a été profondément marquée par un ‘essor’ bibliographique, car « la propagande et l’agitation communistes sont inconcevables sans l’utilisation à grande échelle de la bibliographie »3. Comme pour tout instrument idéologique, l’occultation peut parfois emprunter le masque de l’objectivité et de la scientificité. Quelques années auparavant, en 19484, une liste des publications à retirer de la circulation avait préparé le chemin de la révolution bibliographique en question. La rage antioccidentale qui domine la période explique la présence sur ces listes d’un nombre important d’auteurs étrangers, français y compris. Ce qui sera questionné ici, entre autres, c’est la manière avec laquelle il faut approcher aujourd’hui ces documents qui ont été conçus pour être fonctionnels à une autre époque et par un autre système et qui se retrouvent de nos jours soit complètement oubliés, soit en danger de sacralisation.

3Ainsi, il ne nous paraît pas envisageable d‘entreprendre une analyse de la politique d’accroissement des collections de livre français dans les bibliothèques roumaines après 1948 sans prendre en compte, ne fût-ce qu’à titre de rappel, un phénomène qui conditionne cette politique-même : l’épuration et la constitution des fonds secrets de bibliothèque. Retirer de la circulation ce qui ne convenait pas (étant donné leur contenu fasciste, antisémite, chauvin, et la liste des raisons va croissant), d’un côté, et mettre en avant ce qui est idéologiquement sûr, de l’autre, tels sont les deux volets qui expliquent l’existence de ce qu’on pourrait appeler, sans exagération, un « catalogue de propagande », idéologiquement correct : le Catalogue collectif des livres étrangers entrés dans les bibliothèques de la R.P.R.5. En outre, l’existence-même d’un tel catalogue est bien singulière. Témoigne-t-elle d’une préoccupation subite, à partir de l’année 1957, pour l’accroissement des collections de livres étrangers ? On l’aurait compris dans le cas d’incunables et de livres rares, mais en quoi le partage entre livres roumains et livres étrangers fait-il ici sens ? Cette attention particulière pour le livre étranger de date récente n’est pas sans rappeler l’enfermement par rapport à l’étranger. Il fallait contrôler la circulation d’un objet, ce livre étranger, dont le contenu aurait pu être nuisible. Si pour les livres publiés entre 1917 et 1945 l’épuration s’opérait déjà, après cette date, il s’agit de trouver le moyen de contrôler la circulation des livres publiés afin de ne pas anéantir le travail premier d’épuration. À l’intérieur du pays, le contrôle pouvait se faire par la politique éditoriale. Mais pour le livre publié ailleurs, un moyen de contrôle à part entière était nécessaire, tout en sauvant la face démocratique du régime par une propagande pour le livre, qu’il soit de langue roumaine ou autre. L’analyse du premier numéro du Catalogue que nous proposons nous amènera à formuler quelques conclusions sur la manière dont le contrôle de la circulation du livre étranger, de littérature française dans notre cas, a pu se faire pendant la première décennie communiste.

Où chercher la trace des livres de littérature française ? Les bibliothèques et leur profil

4Celui qui voudrait savoir aujourd’hui quels romans français, par exemple, les roumains aimaient lire dans le texte durant les années 1948-1956 aura la surprise de découvrir qu’il lui est beaucoup plus facile de voir ce qu’ils ne pouvaient pas lire, puisque les listes de publications interdites sont à présent très faciles d’accès6. Il pourra, à la limite, obtenir quelques données dans la bibliographie nationale sur les traductions de littérature française. Le seul document officiel qui permet de se faire une idée quant aux possiblités de lecture de littérature française dans le texte ne commence à paraître qu’à partir de la deuxième moitié de l’année 1957 : il s’agit, encore une fois, du Catalogue.Le dépouillement du catalogue aboutit à deux listes de résultats (voir Liste 1 et 2) : des bibliothèques participantes à la réalisation du catalogue et des livres de litérature française entrés dans ces mêmes bibliothèques. La Liste 2, telle qu’elle se présente, exige quelques explications : afin de mieux surprendre les dimensions de notre échantillon principal, le livre de littérature française publié de préférence en France en l’occurrence, nous avons choisi d’opérer un partage strict entre les livres de littérature (tous genres confondus) et les traductions en hongrois, en allemand, en russe, ainsi que les oeuvres critiques sur tel ou tel auteur français. Précisons que ce partage n’est pas fait dansle Catalogue, où ces titres figurent tous, pêle-mêle, à la section « 84. Littérature française ». La logique de constitution de ce Catalogue doit avoir été la suivante : pour que le livre figure dans cette section, il suffit qu’il s’agisse de l’oeuvre d’un écrivain français et que le livre soit publié à l’étranger, peu importe que ce soit une traduction ou un ouvrage critique. Ces deux conditions remplies, ce qui en résulte n’est pas sans surprises.

5Car, en faisant l’exercice du rapprochement des deux listes, une forte impression de tenir entre les mains deux morceaux d’une photographie incomplète en ressort. Un troisième morceau semble faire défaut pour que la photographie soit complète, on n’oserait pas dire exacte et même pas conforme à la réalité ou vraie. Pourquoi donc cette impression? Elle a bien entendu une cause directe et première qui découle du fait que le dépouillement a été opéré uniquement pour les livres français de littérature dans un catalogue dont l’ambition est de recenser tous les entrées de livres étrangers. C’est évident, mais le mettre en avant consisterait à cacher les autres raisons. Regardons de plus près ce que nous disent les chiffres. Le nombre de biliothèques participantes à la rédaction du catalogue qui recense les entrées de livres étrangers pour la période de six mois (juillet - décembre 1957) est de 31. Il va de soi que ce chiffre ne peut représenter le nombre total des bibliothèques fonctionnant en Roumanie en 1957. Pourquoi alors uniquement trente et une bibliothèques? Ce n’est donc que dans ces bibliothèques que des livres étrangers sont entrés, selon le catalogue. Et il n’y a aucune raison d’être à ce point suspicieux, puisque c’était un instrument auquel le public n’avait pas accès, comme l’indique la mention que porte l’exemplaire consulté en vue de cette analyse : « pour l’usage interne des bibliothèques ». Par conséquent, la tendance à l’arrangement et à l’ajustement des données n’y entre pas. Vu que cet effort centralisé de cataloguer les entrées de livres étrangers en était à ses débuts, toutes les bibliothèques contactées n’ont pas répondu à temps et n’y sont donc pas reprises. Car, en vérifiant les autres numéros du catalogue, pour la période 1959-1964, on observe que le nombre des bibliothèques participantes va croissant, selon l’année : en 1958, on recense 86 bibliothèques participantes à la réalisation du catalogue, tandis qu’en 1959 on arrive déjà à 115. Le nombre n’est jamais fixe pour la période étudiée (1957-1964), encore que la collaboration d’un bon nombre de grandes bibliothèques soit constante, parce que d’année en année des bibliothèques s’ajoutent qui ouvrent un peu partout (dans des usines, dans les villages, dans des instituts, etc.), grâce aux efforts d’amener le livre près de son public.

6De plus, des livres français de littérature n’entrent que dans 7 bibliothèques sur les 31. Pourtant, à regarder le profil des bibliothèques participantes, on observe que ce profil est très uniforme : ce sont, à quelques exceptions près, des bibliothèques universitaires ou rattachées à des centres de recherches et à des instituts. Si les bibliothèques universitaires étaient formées d’un réseau de bibliothèques des différentes facultés (toutes disciplines confondues, donc littéraire aussi) sous la direction d’une Bibliothèque centrale et que celles-ci ne sont qu’au nombre de 3 (Bucarest, Iaşi et Cluj), les autres bibliothèques appartiennent à des instituts et des centres de recherches ayant en majorité un profil scientifique. Un balayage rapide de la liste nous donne les domaines suivants : géologie, mathématique, physique, agronomie, médecine, zootechnie, etc. Les bibliothèques qui échappent à ce profil sont la Bibliothèque centrale d’Etat7, la Bibliothèque littéraire de l’Institut roumain des Relations culturelle avec l’Etranger8 et la Bibliothèque du Musée Bruckenthal de Sibiu, de même que la nouvelle Bibliothèque pédagogique „Maxim Gorki” rattachée à l’Institut pédagogique „Maxim Gorki”, créé en 1948 pour la formation des professeurs. Elles restent pourtant des bibliothèques très spécialisées, même si elles se situent en dehors des cadres universitaire et académique. On trouve aussi des bibliothèques publiques, certes, mais de par leur caractère scientifique ou hautement spécialisée, ouvertes à un public très restreint.

7Non seulement le profil des bibliothèques est uniforme, mais l’on constate aussi une centralisation évidente dont témoigne le partage des livres par zones géographiques sud, est, ouest en respectant la division entre les provinces traditionnelles : Valachie, Moldavie, Transylvanie. Entre les 31 bibliothèques, 24 sont de Bucarest, 3 de Cluj, 2 de Iaşi, et seulement 1 de Galaţi et 1 de Sibiu. Les chiffres peuvent être trompeurs pourtant. Il serait facile d’avancer que les bibliothèques bucarestoises sont privilégiées dans la distribution des livres étrangers. Avantagées (si avantage il y a), elles le sont sous un seul aspect, puisque ce sont les destinations préférées du livre à contenu scientifique. Effectivement, comme on le verra par la suite, les bibliothèques bucarestoises ne sont pas riches en entrées de livres français à contenu littéraire.

Acquisition et distribution du livre français : quels critères?

8Où vont les livres alors en 1957, s’ils ne vont pas à Bucarest ? Pour ce qui des livres de littérature française, le dépouillement nous montre que le plus grand nombre de titres9 va à la Bibliothèque centrale universitaire de Iaşi (I-U: 25), ainsi qu’à la Bibliothèque universitaire de Cluj (C-U:18), loin de la capitale donc. Dans la capitale, les livres de littérature française vont à Bibliothèque littéraire de l’Institut roumain des Relations culturelles avec l’Etranger (B-IR:13), et un tout petit nombre va à la Bibliothèque de l’Institut pédagogique (B-IPD1 : 3). Certes, l’acquisition des livres se fait en respectant le profil de la bibliothèque et aussi en fonction de la politique d’accroissement des collections. Il ne serait pas étonnant qu’un nombre plus grand de livres entre dans les bibliothèques à profil littéraire nouvellement créées (comme c’est le cas de la B-IR) et non pas dans des bibliothèques montrant une tradition (comme c’est le cas de la BCUB), où les classiques français ne devaient pas faire défaut. Mais est-ce la vraie raison de ce partage? Pourquoi cette règle ne s’appliquerait-elle alors pour les bibliothèques de Iaşi et de Cluj qui, elles, sont le mieux fournies, tout en ayant une longue tradition? Malgré son aspect rébarbatif, on se doit de revenir à la même conclusion : Bucarest est privilégiée dans l’acquisition de livres à contenu technique dont on fait la propagande pendant la période étudiée. Le programme chargé des Editions techniques pour cette période témoigne d’une préoccupation qui date d’après-guerre et qui s’est prolongée tout en prenant de nouvelles dimensions. Il convient de rappeler que l’un des derniers événements importants organisés par l’Institut français de Bucarest, qui ferme ses portes en 194810, est l’exposition-vente de livres français du 15 au 30 janvier 1947 dans la salle Dalles. C’était déjà, pour les autorités roumaines, le livre scientifique et technique qui constituait la priorité : « La principale conclusion à tirer de cette exposition-vente vise l’attitude des autorités roumaines. On observe d’abord une certaine volonté de coopérer à sa réussite, car les besoins convergents de l’économie et de l’idéologie socialistes requéraient et toléraient tout à la fois l’afflux d’ouvrages scientifiques et techniques (sans connotation politique) qui faisaient cruellement défaut, surtout avec la disparition quasi-totale de la littérature allemande spécialisée, prédominante sur le marché roumain pendant près de deux décennies » (A. Godin, 1998 : 174). Les autres grandes villes (Cluj et Iaşi) peuvent pourtant prendre non pas des libertés (le contenu des livres entrées, ainsi que la Liste 2 nous le montre, respecte le canon marxiste-léniniste), mais jouer plus sur la marge de manoeuvre qui leur reste.

9Effectivement, les bibliothécaires interviewés nous ont raconté qu’une stratégie d’accroissement des collections réalisée au niveau local, s’attachant aux besoins de chaque bibliothèque, a fait défaut tout au long de la période s’étandat de 1948 à 1989 et qu’il existe ainsi beaucoup de trous dans les collections étrangères. Ces trous diffèrent d’une bibliothèque universitaire à l’autre parce que les contacts et les relations personnelles des bibliothécaires impliqués dans le processus comptaient beaucoup. Par exemple, les donations personnelles représentaient une solution courante, tout comme l’appel à des amis ou connaissances par l’intermédiaire desquels étaient arrangées des acquisitions impossibles par le circuit officiel. Ces témoignages vont dans le sens de notre hypothèse, selon lesquelles le système permettait parfois aux marges de prendre plus de liberté par rapport au centre, toutefois le Catalogue ne nous permet pas d’apprécier les dimensions des libertés dues aux médiateurs locaux. Sans recourir aux inventaires des bibliothèques, l’on peut affirmer, uniquement sur la base du seul catalogue, quels sont, par exemple, les donations de livres français qui entrent dans les bibliothèques en 1957. Par contre, le grand avantage de ce cataloque, étant donné son caractère idéologiquement correct, est qu’il nous donne une idée assez correcte du genre de livres français de littérature auxquels les lecteurs avaient réellement accès.

10De manière générale, parmi les modalités d’acquisition des livres étrangers, on comptait la donation, l’abonnement et l’échange. L’achat était peu pratiqué. Rien qu’à dresser la liste de demandes de livres étrangers n’était pas aisé : les sources de documentation étaient peu nombreuses (les catalogues des maisons d’édition, en général), la somme réservée aux acquisitions de livres étrangers était minime (10% du total de la somme), l’argent faisait défaut et les demandes étaient envoyées une fois par année. Généralement, les mécanismes décisionnels dans le processus des acquisitions s’arrêtaient court, bloqués par la censure. L’on pouvait dresser une liste de demandes de nouvelles acquisitions à l’intérieur du département gérant l’accroissement des collections, mais la liste était ensuite envoyée au Ministère de l’Enseignement pour approbation où elle subissait des modifications importantes.

D’où viennent les livres en 1957?

11Quelques bizarreries ressortent de la liste dépouillée. Le catalogue utilise la Classification décimale universelle (CDU), les livres de littérature française se trouvent ainsi recensés dans la catégorie 8, « Littérature », sous-catégorie 84, « Littérature française ». Mais on y retrouve aussi, comme nous l’avons déjà mentionné, les traductions d’oeuvres françaises en langue hongroise, en allemand ou en russe ainsi que des études critiques sur tel ou tel auteur. Ceci n’a rien d’étrange en soi, c’est une solution pratique en bibliothéconomie. Nous avons choisi de ne pas retirer complètement les autres titres, mais nous avons cependant mis en valeur l’échantillon principal par un partage clair, qui ressort également du Tableau 1 (voir l’Annexe). Les raisons en sont nombreuses : d’abord, cela nous permet de comprendre mieux en quoi la séparation stricte, livres roumains vs livres étrangers, est opérationnelle. La définition que donne le catalogue au livre de littérature française nous paraît être la suivante : livre ayant un auteur français, édité à l’étranger, peu importe la langue. Les traductions du roumain n’y entre évidemment pas, puisque, comme elles n’étaient pas éditées à l’étranger, leur circulation n’était pas soumises aux mêmes conditions. Ensuite, cela ouvre des perspectives sur le sujet des lieux d’acquisition et de leur distribution par bibliothèques. Car les lieux d’acquistion, une fois appliquée cette définition élargie du livre français de littérature, ne se réduisaient pas nécessairement, comme on aurait pu le croire, à la France.

12Arrêtons-nous un instant sur ce sujet : les voies par lesquelles le livre étranger arrive en Roumanie semblent donc détournées. Les causes en sont indirectes et tiennent en fait au système éditorial : l’U.R.S.S., soucieuse de l’image à transmettre à l’exterieur, a très tôt mis en place une maison d’édition spécialisée pour la traduction d’oeuvres russes, soigneusement sélectionnées, en vue de leur promotion extérieure. Ce modèle a été ensuite importé dans les autres pays de l’Est et a conduit à un enfermement double du marché de l’imprimé11.

13Non seulement les traductions d’oeuvres littéraires destinées à la promotion à l’étranger se faisaient sur place du roumain, polonais, russe, hongrois, etc. vers le français, mais le système prenait des détours encore plus surprenants : on se mettait, ou du moins on espérait y parvenir, à lire Romain Rolland en russe en Roumanie (voir Liste 2). C’est également afin d’encourager cette forme d’autonomie par rapport au marché occidental que la maison « Editions en langues étrangères » de Moscou faisait éditer les classiques français en langue française. Dans la liste, ne figurent que trois exemples de ce dernier cas (Béranger, Maupassant et Zola) et tous ces livres ont la même destination : la BCU de Iaşi, ville située à l’est du pays, proche de la frontière avec l’U.R.S.S. . Ce qui nous laisse croire que la politique d’acquisition était grandement tributaire du réseau géographique des bibliothèques et marchés éditoriaux (les livres circulaient plus facilement, car le chemin était plus court) et satisfaisait aussi au critère économique d’un choix moins coûteux. Vu pourtant que ces livres ne sont pas  nombreux (du moins pour l’année 1957), l’hypothèse de quelques commandes obligées faites à Moscou pour que le reste de la liste passe, à la manière des citations obligatoires des oeuvres de Marx et Engels pour que le livre soit publié, s’avère séduisante. En effet, et ceci vient appuyer notre hypothèse selon laquelle ce n’est pas dû uniquement à la proximité territoriale, les traductions en russe des oeuvres des classiques français ne vont pas à Iaşi mais à Bucarest, aux bibliothèques des Instituts pédagogiques.

14Quant aux traductions en hongrois, l’explication dépasse la simple question des proximités territoriales. Ce sont des livres destinés à la population universitaire hongroise et il est on ne peut plus naturel qu’ils aient tous la même destination : la Bibliothèque de l’Université Bolyai12 de Cluj, à l’ouest du pays. Notons cependant l’enfermement des circuits : la Bibliothèque de l’Université Bolyai n’a accès qu’à des traductions et ces traductions sont toutes récentes, publiées en 1957, c’est à dire d’après une liste d’auteurs à traduire déjà purgée. Il n’y a aucun risque, par conséquent.

15Proximité territoriale, proximité linguistique, tout est bon pour éviter l’acquisition directe depuis le marché français. Et puisque nous y sommes : quelles sont les maisons d’édition françaises dont on achète les livres? La question est d’autant plus essetielle qu’il faut rappeler que le P.C.F. s’était fourni des « outils » précieux, pour reprendre les mots de Jeanine Verdès-Leroux13, dans la « bataille du livre »: des journaux (L’Humanité, Ce soir, Action), des revues (Les cahiers du communisme, La Pensée, La nouvelle critique), mais aussi des maisons d’éditions dont précisément les deux plus importantes sont Les Editeurs français réunis et les Editions sociales. Serait-on surpris de les retrouver sur notre liste? Non, bien sûr. Ce qui surprend, par contre, c’est que leur présence demeure encore modeste : trois titres des Editions sociales, deux titres des Editeurs français réunis et un titre de la maison d’édition la Farandole nouvellement créée (1955). En échange, abondent (avec les limites qu’implique ce terme appliqué à une liste d’une centaine de titres) les maisons d’éditions Hachette et Fasquelle. Enfin, un signe de libéralisme! Ne nous hâtons pas encore de tirer de telles conclusions. Il fallait bien se procurer les classiques quelque part, car les maisons d’éditions du P.C.F. publiaient surtout les oeuvres d’écrivains contemporains (Pierre Daix, Jean Baumier, cf. Liste 2). Qui plus est, une librairie Hachette avait fonctionné pendant l’entre-deux-guerres et les commandes de livres faites à Bucarest étaient très vite honorées. Ce réseau d’échanges pouvait être rétabli au besoin. Et puis, où acheter du Zola sinon chez Fasquelle14? Encore qu’il soit peu probable que les titres d’auteurs classiques de notre liste soit réellement des acquisitions par l’achat. Certains sont des parutions de date assez ancienne (1922, 1935), d’autres sont non-datés (comme c’est le cas des livres édités chez J. Rouff, de la fin du XIXe siècle probablement). Il est, à notre sens, beaucoup plus censé d’avancer que nous avons affaire là à des acquisitions par donation.

16En effet, les acquisitions d’auteurs classiques15 constituent les trois quarts du total des entrées dans les bibliothèques. La liste ne nous réserve que peu de surprises : les auteurs du XIXe siècle sont privilégiés, puisque c’est eux, à en croire l’idéologie, qui montrent les signes avant-coureurs d’un désir révolutionnaire dans l’expression artistique et qui illustrent le mieux la dialectique des luttes de classe (le roman réaliste surtout). Ils sont donc facilement récupérables, des « fréquentations sûres », voire des modèles. Ces acquisitions sont d’autant plus significatives qu’elles ne répondent pas aux règles de l’accroissement des collections qui exigent, d’une part, de combler les manques et, de l’autre, d’offrir à la communauté académique les nouveautés et les dernières parutions.

17Or, aucune de ces règles n’est respectée : les fonds des bibliothèques universitaires ne manquaient pas d’auteurs comme Jules Verne, pour ne prendre que cet exemple qui est révélateur à plusieurs égards. Jules Verne avait en effet bénéficié d’une très bonne presse pendant l’entre-deux-guerres quand plus d’une quarantaine de traductions étaient sorties entre 1923 et 193616. Sa fortune littéraire se poursuivra pendant la période communiste. Une nouvelle vague de traductions de ses livres a débuté peu après 1952, mais les traductions parues entre 1923 et 1936 ne seront jamais rééditées et l’on comprend bien que la cause véritable ne tient pas uniquement au fait que ces traductions ne correspondaient plus au goût du jour. C’est ce dont témoigne d’ailleurs le marché éditorial hongrois aussi, qui est apparemment en pleine retraduction de Jules Verne, à juger selon les entrées dans la Bibliothèque de l’Université Bolyai. C’est dire finalement que la politique des acquisitions de livres étrangers suivait de près la politique des traductions, en imposant artificiellement les mêmes offres et créant ainsi l’illusion que ces dernières respectaient la demande du public.

18Quant aux nouveautés, elles constituent une denrée très rare puisque la sélection est d’autant plus rigoureuse. Si, pour les acquisitions d’auteurs classiques, toute maison d’édition est bonne, pour l’acquisition des ouvrages contemporains sont empruntés, à quelques exceptions près, les chemins sûrs des maisons d’édition du P.C.F. . Mais il existe une troisième voie, neutre, échappant au contrôle et en même temps face à laquelle on se retrouve en impossibilité de refus : l’Unesco. La Roumanie est devenue membre de cet organisme international le 27 juillet 1956. Elle a signé, entre autres, les différents accords et conventions qui gèrent les échanges17 internationaux de publications. La liste de l’année 1957 n’est pas encore très illustrative à cet égard, car les échanges sont à leur début et ce n’est qu’une dizaine d’années plus tard que les échanges avec l’international18 deviendront courants, mais le fait est que la Roumanie entre à nouveau dans le réseau international d’échange entre bibliothèques universitaires, collabore à la réalisation de toutes sortes d’index, de catalogues et de répertoires; enfin, elle doit sauver la face « pacifique » du mouvement et mimer l’ouverture. Ce qui n’était, sommes toutes, pas très difficile, puisque le trait internationnaliste (à côté bien entendu de la lutte pour la paix qui venaient saluer et rejoindre les principes de l’Unesco) était un des traits définitoires de l’idéologie communiste.

Conclusions

19En quelque sorte, et pour restreindre au seul cas de la circulation du livre étranger, cet énorme réseau qui avait appris très tôt et très vite - avant même que le mouvement idéologique devienne régime politique par la prise du pouvoir – à communiquer à l’échelle internationale et qui empruntait des combattants à tous les camps, peu importe leur nationalité, s’offrait tout fait à la Roumanie (et pas seulement). Les chemins du livre français étaient, par conséquent, déjà tracés : les bibliothèques universitaires roumaines ne devaient que les emprunter. Plus que d’une politique d’acquisition concoctée sur place par les départements accroissement des collections des bibliothèques, la Liste 2 témoigne d’une dépendance à ce que ce réseau pouvait et devait offrir. Une liste imaginaire19 faite d’auteurs étrangers acceptés (qui ne devait pas être très différente de la nôtre) circulait ainsi entre les pays du bloc, laissant à chaque pays le soin particulier de dresser la liste des autorités littéraires nationales.

20À la fin de ce parcours tortueux et incomplet, a-t-on trouvé le troisième morceau de notre photographie imaginaire du début? On avancerait plus volontiers que l’on a réussi à identifier plus de détails sur le sujet général de notre instantané, qu’on a identifié les personnages et les raisons pour lesquelles ils se trouvent réunis, comme dans un cliché de la promotion des littéraires dans une école bourgeoise. Mais comment répondre à la question de leur si petit nombre dans un décor si vaste ? De toute évidence, le décor ne semble pas fait à leur mesure. Il est, effectivement, fait pour une autre promotion : la promotion des scientifiques. Ce que notre liste ne peut montrer, puisqu’elle est le résultat d’un dépouillement des entrées littéraires, c’est qu’on en compte le double, voire le triple, des entrées de livres étrangers pour les domaines scientifiques. Mais la littérature allait bientôt devenir, elle aussi, une « nouvelle science » (L.Boia, 1993:126-132).

Haut de page

Bibliographie

Sources

Buletinul bibliografic al Camerei Cărţii din R.P.R., 1952. Bucureşti. Biblioteca Centrală de Stat din R.P.R., n° 1, août.

Catalogul colectiv al cărţilor străine intrate in bibliotecile din R.P.R, 1957. Bucureşti. Biblioteca Centrală de Stat din R.P.R., 1 iulie-31 decembrie.

Handbook on the international exchange of publications, 1956. Paris, Unesco.

Articles et études

BOIA, Lucian, 1993, Mythologie scientifique du communisme. Caen, Paradigme.

CARAVIA, Paul, 2000, Gândirea interzisă : Scrieri cenzurate (România 1945-1989). Bucureşti, Editura Enciclopedică.

CLEYNEN-SERGHIEV, Ecaterina, 1993, “Les belles infidèles” en Roumanie. Les traductions des œuvres françaises durant l’entre-deux-guerres (1919-1939). Presses universitaires de Valenciennes.

GODIN, André, 1998, Une passion roumaine. Histoire de l’Institut Français de Hautes Etudes en Roumanie (1924-1948). Paris, Editions L’Harmattan.

KIRALY, Istvan, 1994, „Histoire des fonds secrets des bibliothèques de Roumanie”, BBF, 39, 6 : 77-80.

NAMER, Gérard, 1987, Mémoire et société. Paris, Méridiens Klincksieck. Coll „Société”.

POPA, Ioana, 2004, La politique extérieure de la littérature. Une sociologie de la traduction des littératures de l’Europe de l’Est (1947-1989). Thèse, EHESS.

RUDOMINO, Marguerite, 1966, « Le livre français à la bibliothèque fédérale d’état des littératures étrangères de l’U.R.S.S. » : 105-112, Bulletin des bibliothèques de France, n° 3.

VERDES-LEROUX, Jeanine, 1983, Au service du parti : Le parti communiste, les intellectuels et la culture (1944-1956). Fayard /Editions de Minuit.

Haut de page

Annexe

Liste 1. Les bibliothèques qui ont collaboré à la réalisation du Catalogue collectif des livres étrangers entrés dans les bibliothèques de la R.P.R. et leurs indicatifs 

  

  1. B-A7, Bucureşti, Institutul de cercetări agronomice al Academiei R.P.R.- (ICAR) [L’institut de recherches agronomique de l’Académie de la R.P.R.]

  2. B-ASIT, Bucureşti, Asociaţia ştiinţifică a inginerilor şi tehnicienilor – ASIT (Consiliul Central) [L’Association scientifique des ingénieurs et des techniciens]

  3. B-BCS, Bucureşti, Biblioteca Centrală de Stat a R.P.R. [La Bibliothèque centrale d’Etat de la R.P.R.]

  4. B-CDC, Bucureşti, Centrul de documentare tehnică al Ministerului Construcţiilor şi Materialelor de Construcţie [Le centre pour la documentation technique du Ministère des constructions et des matériaux de construction]

  5. B- CDM, Bucureşti, Centrul de documentare medicală [Le Centre de documentation médicale]

  6. B-DAI 2, Bucureşti, Institutul de cercetări alimentare - ICA [L’Institut de recherches alimentaires]

  7. B-DCF 1 : Bucureşti, Institutul de documentare feroviară [L’institut de documentation ferroviaire]

  8. B-DE 1 : Bucureşti, Biblioteca centrală a Departamentului energiei electrice şi industriei electro-tehnice [La Bibliothèque centrale du Département de l’énergie électrique et de l’industrie électro-technique]

  9. B- IA : Bucureşti, Institutul agronomic « N. Bălcescu » (Biblioteca Centrală) [L’Institut agronomique « N. Balcescu »]

  10. B-IC : Bucureşti, Institutul de construcţii [L’Institut de constructions]

  11. B-IDT : Bucureşti, Institutul de documentare tehnică [L’Institut de documentation technique]

  12. B-IG : Bucureşti, Institutul de cercetări geologice [L’Institut de recherches géologiques]

  13. B-IMF : Bucureşti, Institutul medico-farmaceutic (Biblioteca Centrală) [L’Institut médico-pharmaceutique]

  14. B- IMG : Bucureşti, Institutul pedagogic « Maxim Gorki » [L’Institut pédagogique « Maxim Gorki »]

  15. B-IP: Bucureşti, Institutul politehnic (Biblioteca Centrală) [L’Institut polytechnique]  

  16. B- IPD 1: Bucureşti, Institutul de cercetări pedagogice [L’Institut de recherches pédagogiques]

  17. B-IPD : Bucureşti, Institutul pedagogic [L’Institut pédagogique]

  18. B-IR : Bucureşti, Institutul român pentru relaţiile culturale cu străinatatea (Biblioteca de literatură străină- str. Biserica Amzei 5-7) [L’Institut roumain pour les relations culturelles avec l’étranger- La Bibliothèque de littérature étrangère]

  19. B-MA 1 : Bucureşti, Ministerul Agriculturii si Silviculturii (Biblioteca Centrală) [Le Ministère de l’agriculture et de la silviculture]

  20. B- MA 3 : Bucureşti, Institutul de cercetări zootehnice [L’Institut de recherches zootechniques]

  21. B-MS 1 : Bucureşti, Institutul « V. Babeş » [L’Institut « V. Babes »]

  22. B-U : Bucureşti, Biblioteca Centrală Universitară [La Bibliothèque centrale universitaire]

  23. B-U 1 : Bucureşti, Universitatea « C.I. Parhon », Facultatea de matematică-fizică, Secţia Matematică [Université « C.I. Parhon »]

  24. B-U 14 : Bucureşti, Universitatea « C.I. Parhon », Facultatea de Istorie [Université « C.I. Parhon »]

  25. C-IP : Cluj, Institutul Politehnic [L’Institut Polytechnique]

  26. C-U : Cluj, Biblioteca Centrală Universitară [La Bibliothèque centrale universitaire]

  27. C-U 20 : Cluj, Universitatea « Bolyai » (Biblioteca Centrală) [L’Université Bolyai]

  28. G-IP : Galaţi, Institutul Politehnic [L’Institut Polytechnique]

  29. I-IP : Iaşi, Institutul Politehnic [L’Institut Polytechnique]

  30. I-U : Iaşi, Biblioteca Centrală Universitară « M. Eminescu » [Bibliothèque centrale universitaire « M. Eminescu »]

  31. S-MB : Sibiu, Muzeul Bruckenthal [Bibliothèque du Musée Bruckenthal]

  

Liste 2. Titres figurant à la section „Littérature française” du Catalogue collectif des livres étrangers entrées dans les bibliothèques de la R.P.R.

Littérature française

Aragon, Louis : Les beaux quartiers, Paris, Le livre de poche, 1957 [B-IR, I-U]

Baudelaire, Charles : Poèmes, Paris, Hachette, 1951 [C-U; I-U]

Baumier, Jean : La route de Bandoung. Photographies de l’auteur, Paris, Les Editeurs français réunis, 1956 [C-U]

Beaumarchais, Pierre-Augustin Caron de : La folle journée ou Le mariage de Figaro, préface, commentaires et notes explicatives par Annie Ubersfeld, Paris, Editions sociales, 1956 (coll. „Les classiques du peuple”) [ C-U; I-U]

Charpentreau, Jacques : Les feux de l’espoir. Poèmes, Paris, Les Editions ouvrières, 1957 [B-IR]

Chenevière, Jacques : Le bouquet de la mariée. Roman, Paris, René Juillard, 1955 [B-IR]

Constant, Benjamin : Adolphe, texte établi et présenté par Jacques Bompard, Paris, Les Belles Lettres, 1946 [I-U]

Corneille, Pierre : Le Cid, tragédie, texte conforme à l’édition des Grands écrivains de France, avec une notice biographique, une notice bibliographique et des notes explicatives par René Vaubourdolle, Paris, Hachette, 1935 [I-U]

Daix, Pierre : Les embarras de Paris, roman, Paris, Les Editeurs français réunis, 1956 [B-IR; I-U; C-U]

Daudet, Alphonse : Contes du lundi. Choix pour la jeunesse, Paris, Hachette, 1955 [C-U; I-U]

Flaubert, Gustave : Salammbô, édition du centenaire, Paris, Editions de la Librairie de France, (1922)1938 [C-U; I-U]

France, Anatole : Histoire comique, roman, édition augmentée de notes de M. Goubin, Paris, Calmann Lévy, 1946 [C-U]

Hugo, Victor : Angélo, tyran de Padoue, Paris, Jules Rouff, non-daté [B-IPD 1]

Hugo, Victor : Marie Tudor, Paris, Jules Rouff, non-daté [B-PID]

Hugo, Victor : Torquemada, Paris, Jules Rouff, non-daté [B-IPD 1]

Laboulaye, Edouard : Pif-paf et autres contes, Paris, Editions la Farandole, 1955 [ C-U]

Laclos, Chordelos de : Les liaisons dangereuses ou Lettres recueillies dans une société et publiées pour l’instruction de quelques autres, introduction de Henri Guillemin, Genève, Editions du Milieu du monde, non-daté [B-IR]

La Fontaine, Jean de : Fables choisies, textes conformes à l’édition des Grands écrivains de la France, Paris, Hachette, 1935 [I-U]

Floriant et Florette, edited by Harry F. Williams, Universtiy of Michigan Press, London [B-IR]

Marivaux, Pierre : Théâtre choisi, introduction de Henri Guillemin, Paris, Montréal, Editions du Milieu du monde, non-daté. [B-IR]

Maupassant, Guy de : Contes choisis et extraits, avec une notice biographique et littéraire de Henri Guillemin, Paris, Hachette, 1951 (I-U)

Maurois, André : Washington. 1732-1799, Paris, Unesco, (1949)1957 [I-U]

Mérimée, Prosper : La carosse du Saint-Sacrement, préface et notes de Marc Blancpain, Paris, Delmas, 1953 [B-IR, C-U, I-U]

Molière, Jean-Baptiste Poquelin : L’Avare, Paris, Hachette, 1935 [C-U; I-U]

Musset, Alfred de : Théâtre choisi, introduction de Henri Guillemin, Genève, Paris, Montréal, Editions du Milieu du monde, non-daté (B-IR)

Pierre, Bernard : Une victoire sur l’Himalaya, Paris, Hachette, 1954 [B-IR; I-U]

Racine, Jean : Athalie, tragédie, texte conforme à l’édition des Grands écrivains de la France, Paris, Librairie Hatier, 1957 [C-U; I-U]

Rolland, Romain : Colas Breugnon, Paris, Albin Michel, 1954 [C-U; I-U]

Rolland, Romain : Pages choisies, avec une notice biographique, Paris, Hachette, 1955 [C-U; I-U]

Sand, George : La maré du diable, avec une notice biographique, une notice littéraire et des notes explicatives par Fernand Flutre, Paris, Hachette, 1935 [I-U]

Stendhal, Henri Beyle : La chartreuse de Parme, roman, Paris, Fernand Hazan, 1949 [C-U; I-U]

Stendhal, Henri Beyle : Lucien Levwen, Paris, Fernand Hazan, 1950 [ C-U; I-U]

Zola, Emile : La joie de vivre, tome 1-2, Fasquelle, 1953 [I-U]

Zola, Emile : Madame Sourdis. L’attaque du moulin. Une victime de la réclame. Voyage circulaire, Paris, Bibliothèque Charpentier, 1929 [C-U; I-U]

Zola, Emile : L’oeuvre, tome 1-2, Paris, Fasquelle, 1952 [C-U; I-U]

Zola, Emile : Une page d’amour, tome 1, Paris, Fasquelle, 1952 [I-U]

Zola, Emile : Le rêve, illustrations de A. Pécoud, Paris, Hachette, 1936 [C-U; I-U]

Traductions en hongrois

Balzac, Honoré de : Elveszett illuziok,regeny, Budapest, Europa Konyvkiado, 1957 [C-U 20]

Cocteau, Jean : A parisi fiu,kiadas, Budapest, Magveto Konyvkiado, 1957 [C-U 20]

Cocteau, Jean : Vasott kolykok,regeny, Budapest, Europa Konyvkiado, 1957 [C-U 20]

Daudet, Alphonse : Levelek a malombol. Elbeszelesek,Forditotta Eckardt Ilona, Debrecen, Europa Konyvkiado, 1957[C-U 20]

Francia Koltok. Szerkesztette Vas Istvan, versek, franciabol forditotta Kosztolanyi Dezso Budapest, Szepirodalmi Könyvkiado, 1957 [C-U]

Géraldy, Paul : Te meg en. Szerkesztette Vas Istvan, versek, franciabol forditotta Kosztolanyi Dezso, Budapest, 1957 [C-U]

La Fontaine, Jean de : Mesek es szephistoriak, forditotta Ronay Gyorgy, Budapest, 1957 [C-U 20]

Molière, Jean-Baptiste : Tartuffe, a vagy, a kemutato, Budapest, Corvina, non-daté [C-U 20]

Musset, Alfred de : Lorenzaccio, Budapest, Europa Konyvkiado, 1957 [C-U; C-U 20]

Rostand, Edmond : Cyrano de Bergerac, franciabol forditotta Arbanyi Emil, Budapest, 1957 (C-U 20)

Verne, Jules : A langban allo szigettenger, regeny, Budapest, 1957 [C-U 20]

Verne, Jules : Sandor Matyas, regeny, 1-2, 1957 [C-U 20]

Villon, François : A nagy testamentum, Budapest, Europa Konyvkiado, 1957 [C-U; C-U 20]

Voltaire, François Marie Arouel : Candide avagy az optimizmus, Budapest, Corvina, 1957 [C-U 20] 

Traductions en russe

Dumas, Alexandre, père : Dvadtati let cpustia, Moscova, 1956 [B-IMG]

Hugo, Victor : Socinenia, tome 14-15, Moscova, 1956 [B-IMG; B-IPD 1]

Rolland, Romain : Sovremenie socinenii, Moscova, 1957 [B-IMG, C-U]

Traductions en allemand

Dumas, Alexandre : Der Graf von Monte Christo,aus dem Französischen Ubersetzt, Band 1-2, Berlin, Rütten und Loening, 1956 [C-U]

Verne, Jules : Von der Erde zum Mond, Roman, Berlin, Kindernuchhverlag, 1957 [ C-U]

Livres édités à Moscou

Béranger, Pierre-Jean : Oeuvres choisis, Moscou, Editions en langues étrangères, 1956 [I-U]

Maupassant, Guy de : Fort comme la mort, Moscou, Editions en langues étrangères, 1957 [I-U]

Rolland, Romain : Kola Breugon, Moscova, 1956 [I-U]

Zola, Emile : Germinal, Moscou, Editions en langues étrangères, 1955 [I-U]

Ecrits généraux sur la littérature

----Actes du quatrième Congrès international d’histoire littéraire moderne, Paris, 1948, volume publié avec l’aide de l’Unesco, Paris, Boivin, 1950 (B-BCS)

Brochon, Pierre : Béranger et son temps. La chanson française, Paris, Editions sociales, 1956 (coll. „Les classiques du peuple”) [B-IR]

Brombert, Victor : Stendhal et la voie oblique. L’auteur devant son monde romanesque, New Havenn (Connecticut), Yale University Press/ Paris, PUF, 1954 [B-BCS]

Cavens, A.: Aggripa d’Aubigné. L’homme et l’oeuvre, Bruxelles, Office de la publicité, 1949 [B-IR]

Curtius, Ernst Robert : Balzac. Auflage, Bern, Francke, 1951 [I-U]

Davies, John C. : L’oeuvre critique d’Albert Thibaudet, Geneviève, Droz/ Lille, Giard, 1955 [C-U 20]

Guichard, Léon : Jules Laforge et ses poésies, Paris, PUF, 1950 [B-IR]

Togeby, Knud : L’oeuvre de Maupassant, Paris, PUF, 1954 [B-BCS]

Partage des titres par bibliothèque

  

B-IR

B-IPD

B-IPD 1

B-IMG

B-BCS

C-U

C-20

I-U

Total

Littérature française

10

1

2

0

0

18

0

25

56

Traductions en hongrois

0

0

0

0

0

4

12

0

16

Traductions en russe

0

1

0

3

0

1

0

1

6

Traductions en allemand

0

0

0

0

0

2

0

0

2

Livres édités à Moscou

0

0

0

0

0

0

0

3

3

Ecrits généraux sur la littérature

3

0

0

0

3

0

1

1

8

Total

13

2

2

3

3

25

13

30

91

  

Haut de page

Notes

1 Catalogul colectiv al cărţilor străine intrate in bibliotecile din R.P.R, Biblioteca Centrală de Stat din R.P.R., 1957, 1, iulie-31 decembrie.

2  Nos entretiens ont été menés dans la période septembre-octobre 2007 ; y ont participé des bibliothécaires de la Bibliothèque Centrale Universitaire de Bucarest (Viorica Iepureanu, Cristina Bădără, Doru Bădără) et se sont déroulés sous la forme d’entretiens peu directifs au sujet de l’acquisition des livres étrangers avant 1989 et de la constitution des fonds secrets. Qu’ils soient remerciés pour leur disponibilité et leur aide précieuse.

3  Préface au premier numéro du Bulletin bibliographique de la Chambre du Livre/Buletinul bibliografic al Camerei Cărţii din R.P.R., 1952, n°1, août, p. 1. Ce bulletin bibliographique fait fonction de bibliographie nationale. À remarquer qu’en 1952 l’on repart à zéro, comme s’il n’y avait jamais eu de bibliographie nationale jusqu’à ce moment-là. C’est vrai que pendant  toute la période 1945-1952 aucune bibliographie officielle n’était parue et que, par conséquent, la transition vers le nouveau modèle de travaux bibliographiques était aidée par cette absence.

4  En fait, plusieurs séries de listes de publications interdites ont circulé en Roumanie pendant toute la période 1945-1949. Entre ces séries de listes il y a des différences importantes, autant de contenu que d’impact et, ce qui compte le plus, d’autorité émergeante. Nous ne faisons référence ici qu’à la liste publiée en 1948, puisqu’elle est la première variante issue de l’autorité communiste et elle devient, par cela, symbolique.

5  Toute référence ultérieure sera indiquée par la formé abrégée : Catalogue.

6  Les listes de livres censurés entre 1945-1989 ont été publiées sous la forme d’un énorme index reconstitué par Paul Caravia d’après les documents originaux. Le livre porte le titre La pensée interdite. Ecrits censurés (Roumanie 1945-1989)/ Gândirea interzisă, Scrieri cenzurate (România 1945-1989), 2000, Bucureşti, Editura Enciclopedică.

7  Nom donné à la Bibliothèque Nationale en 1955, au moment de la création. Rappelons que celle-ci devait remplacer les fonctions remplies jusque-là par la Bibliothèque de l’Académie Roumaine. Nous sommes donc en pleine période de réorganisation du système bibliothécaire.

8  Après la clôture des institutions culturelles étrangères qui fonctionnaient en Roumanie avant 1948 (dont l’Institut Français est un des plus importants), un Institut roumain des relations culturelles avec l’étranger est créé afin de centraliser l’activité avec l’étranger et donc de mieux la contrôler.

9  Les informations du Catalogue ne nous permettent pas de savoir si un titre recensé correspond à un exemplaire acquis. La vérification avec les données du catalogue actuel des bibliothèques universitaires de Iaşi et de Cluj n’est pas toujours concluante : généralement, un exemplaire ou deux tout au plus de ces titres figurent encore dans les catalogues. Pourtant, rien de systématique dans les résultats : certains titres ne figurent plus dans la bibliothèque de Iaşi, alors qu’ils figurent à Cluj, d’autres ont été remplacés par des exemplaires d’une édition plus récente.

10  La bibliothèque de l’Institut ferme de fait en 1950, suite à la série d’arrestations de lecteurs trouvés sur place lors de la descente de la police (cf. A. Godin).

11  Le sujet de la circulation des traductions en français d’œuvres littéraires provenant des pays de l’est a été  analysé par Ioana Popa dans une thèse soutenue en avril 2004 à l’EHESS, La politique extérieure de la littérature. Une sociologie de la traduction des littératures de l’Europe de l’Est (1947-1989). Cependant, le sujet inverse, de la circulation de la littérature française vers ces pays n’a pas bénéficié d’une étude plus ample à ce jour.

12  L’Université Bolyai  était à l’époque une université où l’enseignement se faisait en hongrois et en allemand. Il existait à Cluj une université de langue roumaine également, l’Université Babeş. Ce n’est qu’en 1959 qu’elles fusionnent pour former l’Université Babeş -Bolyai avec un enseignement en langue hongroise et roumaine. C’est pour cela que dans la liste de 1957 apparaissent deux bibliothèques universitaires différentes : la Bibliothèque centrale universitaire et la Bibliothèque de l’Université Bolyai.

13  Nous renvoyons au chapitre « Les outils au service de la bataille d’idées » du livre de J. Verdès-Leroux, Au service du parti. Le parti communiste, les intellectuels et la culture (1944-1956), 1983. Fayard/ Editions du Minuit.

14  Fasquelle avait été l’éditeur de Zola. La maison d’édition fusionnera avec les Editions Grasset en 1967.

15  D’ailleurs, dans le mouvement critique de récupération de ces auteurs, le terme « classique » est très présent, comme gage de leur valeur.

16  Ecaterina Cleynen-Serghiev a fait un inventaire complet des traductions des œuvres françaises durant l’entre-deux-guerres (1919-1939) en Roumanie. Nous renvoyons pour la liste des traductions de Jules Verne aux pages 115-117 de son ouvrage « Les belles infidèles » en Roumanie, 1993. Presses universitaires de Valenciennes.

17  Handbook on the international exchange of publications, publié par Unesco en 1956 nous donne quelques informations sur un bureau national d’échange qui avait fonctionné pendant l’entre-deux-guerres en Roumanie, ouvert à la suite de la ratification le 28 juin 1923 de la Convention A de Bruxelles (15 mars 1886) concernant les échanges internationaux pour les documents officiels et pour les publications scientifiques et littéraires. Parmi les accords bilatéraux culturels contenant des clauses ayant trait à la distribution ou à l’échange des publications signés après 1948 ne figurent que deux, signés par la Roumanie avec la Pologne et la Tchécoslovaquie.

18  L’échange entre la Bibliothèque Centrale Universitaire de Bucarest et la Bibliothèque Nationale de France devient effectif entre 1963 et 1964, mais la collaboration sérieuse et ininterrompue se fait à partir de l’année 1967, ainsi que nous l’a précisé V. Iepureanu, chef du Département accroissement des collections et échange des publications de la Bibliothèque Centrale Universitaire de Bucarest.

19  Le numéro anniversaire 1966 (3) du Bulletin des bibliothèques de France publie plusieurs articles écrits par des bibliothécaires russes qui font une description, certes, ronflante mais intéressante pour notre propos, de la situation des bibliothèques russes. Dans l’article « Le livre français à la bibliothèque fédérale d’état des littératures étrangères de l’U.R.S.S. » par Marguerite Rudomino (p. 105-112), les noms des auteurs français cités sont carrément les mêmes que ceux de notre liste. La question des réseaux internationaux y est également abordée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniela Măriucuţa, « Le livre de littérature française dans les bibliothèques roumaines de 1957 : du bon usage d’un catalogue idéologiquement correct », Conserveries mémorielles, #5 | -1, 107-119.

Référence électronique

Daniela Măriucuţa, « Le livre de littérature française dans les bibliothèques roumaines de 1957 : du bon usage d’un catalogue idéologiquement correct », Conserveries mémorielles [En ligne], #5 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cm.revues.org/141

Haut de page

Auteur

Daniela Măriucuţa

est doctorante à l'Université de Bucarest, rattachée au département de Langues et littératures étrangères de l’Ecole doctorale en études littéraires et culturelles, sous la direction du professeur Radu Toma. Elle a suivi les enseignements de Bogumil Jewsiewicki à l’Université Laval de Québec (Canada) pendant l’hiver 2007-2008. Ses recherches portent sur la circulation et la diffusion du livre français de littérature en Roumanie pendant la période communiste. Celles-ci s’intègrent dans une thèse dont le titre provisoire est : « Politique culturelle du livre étranger en Roumanie sous la période communiste. Le cas du livre français de littérature (1948-1965) ».

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org