Navigation – Plan du site
Saintetés croisées

Essai de recherche d’une typologie de la sainte mystique dans l’islam et le christianisme à partir de l’étude de cas de Rabia Adawiyya

Typology of Saintly Mysticism in Islam and in Christianity Based on a Case Study : Rabia al-Adawiyya
Claude-Brigitte Carcenac

Résumés

Bien que se différenciant dans leur époque d’éclosion, le christianisme et l’islam appartiennent à la même sphère géographique et sont apparentées. Ces deux religions partagent, entre autres, dans les faits, une attitude fortement inégalitaire face à la femme même si leur message respectif a un caractère universel et non discriminatoire. La femme y acquiert, semble-t-il, une place relevante grâce à son entrée dans la sainteté, souvent à travers le mysticisme.
Trouver une typologie commune à la sainteté mystique féminine dans ces deux religions a plusieurs intérêts, parmi lesquels celui d’esquisser les contours d’une phénoménologie propre au genre féminin au-delà des croyances. L’étude se fait à partir du cas d’une figure marquante du soufisme, Rabia al Adawiyya (VIIIe siècle) et s’articule autour de quatre axes : le récit hagiographique de la vie d’une sainte dans ses trois étapes importantes (naissance, entrée dans une vie sainte, mort), les formes de la quête de l’amour divin, les manifestations de la sollicitude divine et enfin la place de la mystique dans un environnement masculin.

Haut de page

Texte intégral

1La recherche d’une typologie commune à la sainteté mystique féminine dans le christianisme et dans l’islam suscite un triple intérêt, celui du type de sainteté, du genre et leur nombre, aspects qui seront étudiés à travers les paragraphes de cette étude.

  • 1 Entre autres, les épouses de Noé, Loth, Pharaon et Amran, ainsi que la reine de Saba ne sont évoqué (...)

2Du point de vue méthodologique ces deux religions sont comparables dans la mesure où, si elles se différencient dans leur époque d’éclosion, elles n’en sont pas moins apparentées et appartiennent à la même sphère géographique. Monothéistes, le christianisme dérive du judaïsme et l’islam à son tour n’est pas exempt d’emprunts au judaïsme et au christianisme ; Jésus compte parmi les prophètes et Marie, mère de Jésus est la seule femme dont le Coran mentionne le nom1 qui est aussi le titre de la dix-neuvième sourate. De plus la figure masculine du Dieu unique que révèrent ces deux religions, le message transmis par deux hommes, Jésus et Mahomet, furent parmi les facteurs qui influencèrent le développement d’attitudes dépréciatives envers la femme. Or, à leurs débuts, il n’en était rien. Jésus et Mahomet, entourées de femmes, transmettent un message à caractère universel et non discriminatoire. Le Nouveau Testament n’établit pas de différence de genre dans la promesse d’au-delà (Romain 10,12 ; Luc 7,50) et dans le Coran on peut lire par exemple « Les soumis, les croyants, les dévots, les sincères, les patients, les humbles, les charitables, les abstinents, les chastes, hommes et femmes et ceux qui ne cessent d'invoquer le nom de Dieu, obtiendront de Lui leur pardon et une belle récompense » (Coran 33, 35)

3La sainteté comme état résultant d’une vie exceptionnelle dont l’aboutissant est de vivre dans l’intimité de Dieu ne tient donc pas, en principe, compte de la ségrégation des genres ni dans une religion ni dans l’autre.

  • 2 Albert, 1997, page 22 sv. tente de dénombrer les saintes par rapport aux saints à travers les siècl (...)

4Le saint ou la sainte est, au départ dans le christianisme, le martyr, c’est à dire celui qui au sens étymologique témoigne de sa foi, au moins jusqu’à ce que le christianisme devienne religion d’état au IVe siècle. Or Jacques de Voragine, au XIIIe siècle, dans son célèbre ouvrage la Légende dorée raconte la vie d’un grand nombre de saints martyrs et d’une minorité de saintes2. Faut-il en déduire qu’elles furent plus pusillanimes que les hommes ?

  • 3 Albert, 1997 développe particulièrement cette thèse au chapitre 3

5Probablement pas. A grands traits, ce déficit de saintes martyres par rapport aux saints peut s’attribuer à deux facteurs, l’un socio-culturel, les femmes occupant une place seconde dans la société antique, l’autre relatif à l’évolution organisationnel du christianisme où toutes les fonctions du culte et de l’enseignement se sont, au fil du temps, concentrées dans les mains du clergé ; les laïcs et plus encore les femmes restent peu à peu exclus des responsabilités ecclésiales. Pour J-P Albert3 c’est parce que les femmes n’ont pas accès au sacerdoce et donc sont moins soumises à la persécution liée à l’apostolat qu’il y a moins de suppliciées que chez les saints.

6Aussi Jacques de Voragine accordera-t-il aux saintes martyres une place proportionnelle à celle qu’elles occupent dans la société de son époque Rappelons toutefois que l’état de sainteté résultait essentiellement de la vox populi au moins jusqu’au Xe siècle.

7Le martyr tel que le conçoit le christianisme et qui n’est qu’une forme de l’imitatio Cristi, n’a pas cours dans l’islam parce que son fondateur n’est pas mort violemment.

  • 4 Schimmel, 2000, p. 39.
  • 5 Annestay, 2009, p. 322.

8Dans le sunnisme, en l’absence de hiérarchie, le saint ne peut être déclaré comme tel par une autorité, de plus le culte qui en dériverait est réprouvé car seul Dieu peut recevoir un culte. Par contre le soufisme, mouvement mystique qui prit son essor au début du VIIIe siècle doit beaucoup à la figure d’une femme, Rabia al Adawiyya ou Rabia de Basra (714-801) à qui on « attribue la transformation d’un sinistre ascétisme en véritable mysticisme de l’amour »4. En effet son ascétisme, son amour de Dieu, son enseignement, son élévation spirituelle en font un modèle. De nos jours encore les fidèles lui demandent d’intercéder en leur faveur auprès de Dieu. Jean Annestay5 rappelle même qu’on a coutume de qualifier une femme pieuse de « seconde Rabia ». D’emblée son statut de sainte et sa reconnaissance est dû à la ferveur populaire c'est-à-dire à un phénomène collectif qui répond à des besoins sociaux.

9Mystique et sainte aux yeux des croyants, son itinéraire est-il absolument original ou correspond-il à un archétype qui dépasse le cadre musulman ? Autrement dit, la question qui se pose est de savoir si le mysticisme féminin dans sa phénoménologie a des caractéristiques semblables dans l’islam et dans le christianisme.

10L’hypothèse de travail est d’autant plus intéressante que si l’on suit la thèse de J.P Albert les mystiques chrétiennes prendraient le relais des martyres ; leurs souffrances n’étant qu’une métaphore du sacrifice sanglant. Le mysticisme est donc dans le christianisme, selon lui, une voie privilégiée pour les femmes d’accéder à la sainteté. Outre l’amour pour le Christ qui s’exprime en termes de véritables fiançailles mystiques, ces femmes revivent toutes, jusque dans leur chair, la passion et les souffrances de Jésus selon le cadre théologique de l’imitation de Jésus-Christ.

  • 6 Hadith : le terme désigne une communication orale du prophète Mahomet et par extension un recueil q (...)
  • 7 Zilio-Grandi, 1997.

11Evidemment ce patron ne peut servir de toile de fond à la vie de Rabia al Adawiyya. Cependant on considère généralement dans le monde musulman que Mahomet eut le mode de vie le plus proche qui soit de la perfection. Les détails de celui-ci apparaissent très largement dans les hadiths6. Cependant Rabia al Adawiyya, parce que femme, ne peut s’identifier à Mahomet mais, en tant que musulmane pieuse, elle peut tenter de se rapprocher de son modèle. A cet égard, il y a aussi des figures féminines à imiter, la première de toutes, celle de Marie mère de Jésus, appelée Maryam qui est capitale car elle incarne les vertus premières de l’islam : soumission, patience, humilité, acceptation sereine de la volonté divine7. A cette image coranique s’ajoute celles de Khadidja la première femme de Mahomet ou de Fatima sa fille qui vécut dans un dénuement extrême.

  • 8 Pour Margaret Smith, page 2, c’est la preuve que tant ceux qui écrivent sur elles que leurs lecteur (...)

12Nous ne connaissons cependant pas Rabia al Adawiyya, appelée généralement simplement Rabia8 de première main. Elle n’a pas laissé d’écrits et toutes les sources concernant sa vie et ses logias sont plus tardives.

  • 9 Margareth Smith (pp. 3-15) établit la liste des sources et fait une courte recension des auteurs qu (...)
  • 10 Annestay, 2009, pp. 66-67.

13Seul al-Jáhiz fut son véritable contemporain, natif de la ville de Bassorah comme elle, il la connut et la cite dans deux ouvrages. Elle apparait par la suite dans les premiers traités de soufisme que nous connaissions puis chez Abú Nu’aym al-Isfahání (mort en 1038) qui aurait écrit une première biographie de Rabia et surtout le poète persan Farid al-Din Attar (mort en 1230) qui écrivit, sans divulguer ses sources, la biographie la plus complète9, c’est pourquoi nous suivrons son texte. La biographie de Rabia est par conséquent largement sujette à l’hagiographie, d’autant que, contrairement à la plupart des mystiques soufis, elle échappe à une initiation pratiquée par un maître appartenant à une chaîne de transmission, aux yeux des croyants, elle aurait donc été l’objet d’une grâce directe toute particulière qu’accorde Dieu à certains10. Quant au christianisme, les vies de saints rapportées par Jacques de Voragine et ceux qui lui succèdent dans le temps sont, elles aussi, tout aussi édifiantes, étrangères à la stricte vérité historique, concept somme toute moderne.

14Néanmoins, le fait de ne disposer que de récits hagiographiques est pour notre étude des plus utiles car ceux-ci traduisent consciemment ou non ce que devraient être les caractéristiques de la sainteté selon le rédacteur et l’horizon d’attente spirituelle de ses lecteurs. Ils permettent de la sorte de dresser un portrait-robot de la sainte au-delà de toute vraisemblance.

Une vie rythmée par la sainteté

Une naissance sous de bons auspices

  • 11 Attar, 1976, pp. 82-83.

15Rappelons les faits selon la version d’Attar11 : « On rapporte que, dans la nuit où elle fut mise au monde par sa mère, il n’y avait pas chez eux un vêtement pour l’envelopper ni assez d’huile pour allumer la lampe. Son père, qui avait déjà trois filles, en eut quatre en la comptant. Pour en revenir à la mère de Rabia, elle dit à son mari : "Va chez un tel de nos voisins demande-lui de l’huile de l’une de ses lampes et reviens ". Or le père de Rabia s’était promis que jamais il ne demanderait rien à une créature. Il se leva donc, alla jusqu’à la porte du voisin et revint sur ses pas en disant que tout le monde dormait ; et lui-même se coucha, bien chagrin de n’avoir que des filles et s’endormit. Dans son sommeil il vit l’Envoyé, sur lui soit le salut ! qui lui dit : "Ne te chagrine pas ; car, au jour de la résurrection, ta nouvelle fille intercédera pour soixante-dix mille de mes fidèles. Demain, à l’aurore, rends-toi chez le beg de Basra, ‘Iça Razan, et dis-lui de ma part en signe de ta mission : Tu m’adresses chaque nuit cent bénédictions et quatre cents dans la nuit du vendredi. Cependant dans la nuit de vendredi dernier, tu ne m’as rien adressé par oubli ; eh bien, en expiation de ces quatre cents bénédictions que tu as oubliées, donne-moi sur ce qui t’appartient légitimement quatre cents pièces d’or". A son réveil le père de Rabia pleura beaucoup. Lorsque le jour parut, il écrivit sur un morceau de papier les paroles qu’il avait entendues en songe, se rendit à la porte d’Içan Razan et le lui fit remettre dans ses appartements intérieurs. Iça Razan n’eut pas plus tôt lu cet écrit qu’il donna en aumône dix mille pièces d’or et en envoya quatre cents au père de Rabia, en lui présentant ses excuses : "Je veux aller te rendre visite, car je ne suis pas assez grand seigneur pour te demander de venir en personne ; c’est moi-même qui irai et qui me présenterai humblement devant vous, en balayant de ma barbe le seuil de votre porte. De plus, chaque fois que vous aurez besoin de quelque chose, je vous en conjure au nom de Dieu, envoyez-nous le demander et nous vous le ferons parvenir." Pour le moment, le père de Rabia emporta cet or et le consacra aux dépenses de sa maison »

16Les lieux communs se succèdent dans le récit, ne laissant aucun doute quant à l’élection de Rabia et le destin qui l’attend.

  • 12 Le pendant à cet épisode tient dans les paroles suivantes mises dans la bouche de Rabia : « je roug (...)

17Une famille pauvre et pieuse, détail suggéré par l’attitude du père qui s’est juré de ne rien demander à une créature12 ; en vrai soufi, il aurait fait vœu de ne dépendre que de Dieu. L’ « Envoyé » lui apparaît en songe dans une triple finalité : le consoler de la naissance d’une quatrième fille, lui prédire qu’elle « intercèdera » pour soixante-dix mille fidèles, lui ordonner une action.

18Le « signe de la mission », quatrième élément du songe, remplit une double fonction, celle d’en avaler l’authenticité et de l’ancrer dans la réalité.

  • 13 Lory, Pierre, Les rêves et leur interprétation en Islam, Paris, Albin Michel, Sciences des religion (...)
  • 14 Pour la version coranique de l’Annonciation : Coran 19,16-29

19Or le songe13 joue dans le Coran un rôle de contact entre la divinité et le fidèle qui se trouve projeté dans la position d’un prophète. Selon la tradition les premiers messages prophétiques furent adressés à Mahomet dans son sommeil. On ne peut s’empêcher de faire un rapprochement avec la péricope de l’Annonciation14 dans le Nouveau Testament (Luc 1,30-38) et plus particulièrement son complément chez Mathieu (1,20-25) où le sujet du rêve est Joseph, père de Jésus, homme « juste » c'est-à-dire fidèle à l’observance des commandements divins. Dans ces deux passages évangéliques on retrouve la même structure évoquée plus haut : un envoyé de Dieu (un ange) rassure, prédit un destin de type eschatologique, ordonne une action chez Mathieu (Mt 1,24-25) et donne une preuve de la véracité des faits à partir d’un fait réel et tangible : Elisabeth, la parente de Marie est à son sixième mois de grossesse (Luc 1,36).

  • 15 Sahih Bukhari, English Version, Vol. 5, Book 57, Companions of the Prophet, Hadiths 61 et 62, narra (...)

20Les réminiscences musulmanes jalonnent le récit. Rabia est la quatrième fille de la famille et la plus jeune comme l’est Fatima, modèle de piété, quatrième fille du Prophète et de Khadija, honorée dans tout le monde musulman. Pure coïncidence ? Peu importe, Fatima occupe une place spéciale : « Fatima est une partie de moi, et celui qui met Fatima en colère, c'est moi qu'il met en colère] » aurait déclaré Mahomet15.

  • 16 Zilio-Grandi, 1997, p. 103.
  • 17 Dictionnaire du Coran, p. 441.

21Le sexe de Rabia est décevant pour ses parents comme il l’a été pour la mère de Marie (Coran 3, 35-36) qui attendait la naissance d’un garçon pour le consacrer à Dieu, cependant Marie « sera parmi les premiers à entrer au Paradis, avec les prophètes. Il y aura un peu plus d’une dizaine d’hommes comme le raconte notre Envoyé, ils entreront au Paradis avant qu’il n’entre lui à la tête de sa Communauté ; ce seront Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob et les Tribus, Moïse, Jésus et Marie, fille de ‘Imrân. »16 Marie est louée comme une femme pure que Dieu a « choisie de préférence à toutes les femmes de l’univers » (Coran 3,42) et si directement elle n’intercèdera pas pour les fidèles, elle donnera en contre partie le jour à un prophète, Jésus17. Quant aux points communs qu’auraient Marie et Fatima, il y a toute une littérature exégétique, dans le chiisme surtout, qui insiste sur la ressemblance de leurs vies et de leurs destins.

22Les patrons féminins du récit d’Attar sont clairs mais on ne peut omettre certaines autres ressemblances. Le père de Mahomet se serait appelé Abdallah, « le Serviteur de Dieu », Mahomet est un intercesseur (Coran 4,64), dont le destin est scellé dès le plus jeune âge par le sceau de la prophétie apposé entre les épaules par deux anges, plus tard la prophétie de Bahira, un moine, verbalise et corrobore la vocation prophétique du jeune homme. Le plan de Dieu est ainsi dévoilé aux hommes comme l’est celui de Rabia quand l’émir de Bassorah, représentant ici le pouvoir temporel, n’hésite pas à rendre visite aux parents de Rabia, en humble hommage et offrir or et protection. Une suite de séquences qui ne sont pas sans analogie avec l’épisode des rois mages qui, s’ils ne sont pas évoqués dans le Coran, sont connus des musulmans. Les rapprochements avec le christianisme sont surprenants mais suffisants pour ne pas avoir à chercher des parallèles chez les saintes chrétiennes dont les récits de vie embellis, font souvent référence à des épisodes évangéliques canoniques ou non.

L’entrée dans une vie sainte et publique

  • 18 Comme l’illustre ses propos : «  Je ne dispose plus de ma volonté. J’appartiens au Seigneur et je r (...)

23Mahomet au service de Khadija, une commerçante, est un jeune homme orphelin (Coran 93,6) et pauvre. Rabia, orpheline, est pauvre et esclave d’un marchand qui la traite durement. Des détails qui surenchérissent son infortunée condition par rapport à celle de Mahomet. C’est durant cette époque de jeunesse que Rabia tout comme Mahomet commencera une étape de recherche spirituelle. Les détails de cette étape de vie ont toute leur importance : « Une nuit alors qu’elle était en prière son maître la surprit dialoguant avec Dieu, il « vit aussi, suspendue au-dessus de la tête de Rabia, une lampe brillante dont l’intérieur de la maison était tout éclairé. Il se dit aussitôt en lui-même qu’il n’était pas possible de la traiter plus longtemps en esclave ; et dès que l’aurore parut, s’adressant à elle : « Ô Rabia, je te fais libre. Si tel est ton désir, reste ici, et nous serons tous à ton service. Si tu ne veux pas demeurer ici, va partout où il te plaira » Alors Rabia prenant congé d’eux, partit et s’adonna entièrement aux œuvres de piété » Ainsi, alors que Rabia est une jeune adulte, il entre à nouveau dans le dessein divin de faire savoir qu’elle jouit de toute la faveur divine. C’est le sens du prodige de la lumière qui éclaire toute la pièce, manière de signifier qu’elle est entrée dans une sphère sacrée isolée du monde terrestre, preuve en est que son maître n’intervient pas, il attend l’aurore, début d’un jour nouveau et d’une étape nouvelle. Pour le marchand, c’est celle de la repentance suivie de la conversion à une vie conforme à celle que l’islam recommande. Il représente l’archétype du pécheur repenti. Pour Rabia commence une vie affranchie de l’esclavage humain pour passer à l’esclavage divin18. En effet le thème de l’esclavage dans le Coran est traité comme celui de la condition ontologique de l’être humain, Mahomet est l’esclave de son Créateur (Coran 2,23), tout comme avant lui le Messie (Coran 4,172) l’a été.

  • 19 Albert, 1997, p. 133.

24Nous disposons donc déjà de plusieurs éléments de comparaison avec des saintes chrétiennes. Leur dévotion est patente dès leur plus jeune âge, quelle que soit l’époque considérée, l’appel à la sainteté étant une voie difficile, les embûches et souffrances sont souvent le lot de ces femmes dès leur enfance ; parmi elles, l’épreuve de la perte des parents ou de l’un d’eux, celui qui généralement lui portait appui. Ainsi démunie de toute protection, la sainte est-elle libérée de toute attache terrestre et s’en remet à Dieu. C’est le cas de sainte Delphine de Puimichel (1284-1360), orpheline à 7 ans, de sainte Thérèse de Lisieux à 4 ans, de sainte Thérèse d’Avila à 12 ans, de sainte Germaine de Pibrac (1579-1601)19, ou sainte Angèle Merici (1474-1540). Souvent les saintes chrétiennes à l’égal de Rabia sont nées dans un milieu pieux mais il arrive aussi que soumises à la vindicte d’un père autoritaire ou d’une marâtre, elles fassent l’expérience de la solitude ce qui ne fait que renforcer leur foi jusqu’à la conversion de leur bourreau à l’instar de sainte Odile par exemple dont à la naissance le père attendait un garçon. Les mystiques se déclarent toutes, les servantes de Dieu à l’image de Marie dans l’évangile de Luc (1,38) qui s’en remet corps et âme à la volonté divine.

  • 20 Attar, 1976, p. 85.

25Le passage à une vie de sainteté, quelquefois après une vie dissolue, s’opère toujours à travers une conversion dans un lieu qui lui est propice, une église, un couvent, le désert, propre à la réflexion, à la repentance. Rabia n’échappe pas non plus à ce canevas, après avoir exercé le métier de joueuse de flûte, « elle fit pénitence et se construisit un ermitage où elle était constamment occupée aux œuvres de piété »20, puis immédiatement suit la narration de la mort de son âne dans le désert. Il y a des versions de sa vie qui la font entrer dans une vie dissolue jusqu’au jour de sa vraie conversion mais Attar n’en dit rien, il se contente d’insister sur le repentir, condition essentielle pour accéder à une purification en vue d’entreprendre une voie de sainteté. Il n’est pas nécessaire de multiplier les cas de saintes qui après avoir mené joyeuse vie accèdent, elles aussi, à une nouvelle vie après une retraite (sainte Thérèse d’Avila, Marie l’Egyptienne, etc.). L’ermitage est ici la traduction spatiale du repli sur soi propre à la méditation qui équivaut dans le christianisme à une vie conventuelle, quant au désert il a une claire valeur cathartique comme le prouve tout le mouvement d’érémitisme chrétien. Jésus lui-même après son baptême, une purification symbolique, se retira dans le désert et jeûna avant d’affronter sa vie publique. Mahomet à son tour, à l’âge de quarante ans, se réfugia dans une grotte du désert où, selon la tradition musulmane, il eut une série de visions mystiques, et notamment des révélations de l’ange Gabriel. Il revint du désert imprégné du sentiment d’avoir été investi de la mission spirituelle de transformer la société païenne qui l’entourait.

La mort

  • 21 Goeffroy, 1998, p.19.

26La mort physique n’est qu’un transfert de la demeure de l’éphémère à celle de l’éternité, elle a été précédée d’une mort initiatique chez le mystique qui est la vraie mort selon les paroles du Prophète « Mourez avant de mourir »21 ou de saint Jean de la Croix dans son célèbre poème : « Je vis sans vivre en moi, Et de telle manière espère, Que je meurs de ne pas mourir ».

  • 22 Annestay, 2009, p.305.

27Pour tout saint mystique la mort n’est que l’aboutissement heureux d’une vie passée à désirer l’union avec Dieu. Voici, par exemple, le commentaire que nous rapporte Jacques de Voragine dans la vie de sainte Paule « Elle tomba dans une grande maladie, ou pour mieux dire, elle obtint ce qu'elle désirait, qui était de nous quitter pour s'unir parfaitement à Dieu ». Cet instant est donc vécu comme un moment de grande intimité mais aussi de fête chez les mystiques musulmans. Ce passage n’en est pas moins une épreuve à laquelle il faut se préparer sa vie durant, n’est-il pas dit de Sayyida Nafisa qu’ « elle pensait en permanence à la mort et l’au-delà, si bien qu’elle creusa elle même sa tombe et passa son temps à évoquer Dieu et à accomplir les bonnes œuvres. Quant à Rabia elle gardait toujours auprès d’elle son linceul et aurait même creusé sa propre tombe chez elle. Elle s’y tenait debout en méditation avant ses prières22.

28Saint Jean de la Croix ne continue-t-il pas ?

« Cette vie que je vis
Est de vivre privation ;
Et ainsi continuel mourir
Jusqu’à ce qu’avec toi je vive ;
Entends, mon Dieu, ce que je dis ;
Cette vie-là je n’en veux point,
Car je meurs de ne pas mourir. »

29Il n’est rien dit des causes de la mort de Rabia, déjà très âgée, sinon qu’elle était « entourée de beaucoup de dévots personnages » assis près d’elle et qu’elle leur demanda de sortir, alors lucide, elle récita sa profession de foi. On remarquera que la mort d’un saint tant chrétien que musulman ne peut être anonyme que ce soit dans le cadre du martyre ou au milieu des siens. C’est l’occasion pour ce dernier qui malgré les tourments du martyr ou de la maladie ne perd pas ses esprits, de proclamer une dernière fois sa foi, de renforcer celle des autres qui, présents, recueillent, dans certains cas, des paroles prophétiques. Côtoyer un saint vivant dans ses derniers instants, c’est assister dans un espace devenu sacré à un instant d’union mystique.

A la quête de l’amour divin

  • 23 Attar, p. 88.
  • 24 Albert, 1997, p.61.
  • 25 Albert, 1997, p.322.
  • 26 Bouflet, Joachim, La Lévitation chez les mystiques, Paris, Le jardin des Livres, 2006, 202 pages
  • 27 Attar, p.96.
  • 28 Annestay, 2009, p.228.
  • 29 Cette remarque s'explique si l'on précise que les hommes du Moyen-âge partageaient la théorie arist (...)
  • 30 Albert-Llorca, Marlène. Les fils de la Vierge. Broderie et dentelle dans l'éducation des jeunes fil (...)

30Toute la vie de Rabia est faite essentiellement de prières, les prières auxquelles se doit tout musulman mais elle va bien au-delà, s’entretenant avec Dieu dans un état de désincarnation totale, étrangère à toute contingence humaine comme la nécessité de dormir, manger ou de sentir son corps. Les nuits sont consacrées à la prière car l’âme ne dort jamais, le corps n’est plus sujet à la fatigue même après une dure journée de labeur comme le montre la description de sa vie d’esclave, ni à la douleur comme l’indique l’anecdote suivante23 : une nuit alors qu’elle « était en prière, un fragment de roseau lui entra dans l’œil sans qu’elle s’en aperçût, tant l’amour d’Allah était profondément enraciné dans son cœur ». Le même phénomène est observable chez les mystiques chrétiennes, ne lit-on pas que Lydwine de Schiedam et tant d’autres ne dormirent pas pendant plus de vingt ans24, que leurs visages se transforment25, leurs corps lévitent durant la prière qui les conduit à l’extase26. On ne fera référence qu’au cas le plus célèbre, celui des lévitations de sainte Thérèse d’Avila accompagné de luminescence. Les métaphores et les discours se succèdent pour traduire le désir de ces femmes de se soumettre totalement à la volonté divine pour finalement se fondre dans l’Etre suprême. Pour se faire il est indispensable de se défaire de tout ce qui est impur et d’abord l’impureté rituelle. Rabia refuse l’argent qui lui est offert par un marchand par crainte entre autre que son origine ne soit impure27. Néanmoins sa condition féminine la conduit intrinsèquement à l’impureté lors des menstrues28 qu’il faut comprendre comme une limite de l’être humain dans sa quête du divin. Seules Marie, mère de Jésus qui se situe à un niveau de spiritualité des plus élevés est exempte du flux menstruel tout comme Fatima la fille bien aimée du Prophète. Toutefois, s’il n’y a pas dans le christianisme d’impureté rituelle féminine à proprement parlé, on se rappellera que Jacques de Voragine explique, dans son Mariale Aureum, que le Saint Esprit "purifia" le sang de la Vierge au moment où le Christ s'y incarna29 car les hommes du Moyen-Age partageaient la théorie aristotélicienne de la conception : le foetus résulte de la coagulation du sang des règles. Le Christ ne pouvait s'être incarné dans cette substance impure mais seulement dans un sang "purifié". Au XVIIe siècle enfin, une mystique espagnole, María de Jesús de Ágreda, suggère que la Vierge Marie ne fut jamais menstruée, ayant été exemptée des effets du péché originel30. Jusqu'à une date récente toute nouvelle accouchée écartée de l’église devait se plier aux relevailles pour y entrer.

S’offrir et renoncer

  • 31 « Rabia garda le jeûne sept nuits et sept jours consécutifs sans rien prendre, ne dormant même pas (...)

31Rabia prie souvent la nuit au détriment des heures de sommeil, le jour elle jeûne31. Deux agressions au corps dans ses besoins fondamentaux le repos et l’alimentation dans une perspective de dissolution corporelle. Ne vivant pas réellement dans le monde la mystique est détachée des contingences corporelles, l’esprit occupé à chercher Dieu. Il en découle un ascétisme et une pauvreté à la fois métaphorique et temporelle. Métaphorique dans la mesure où la mystique se dépouille de tout ce qui fait sa personnalité pour chercher l’union mystique, temporelle dans la mesure où elle n’accorde aucune importance à la richesse qui représente l’éphémère vanité de ce monde et cherche à traduire son dénuement spirituel par une ascèse poussée. L’opposition entre le corps qu’il faut dompter et l’esprit qui s’élève vers les cieux, met en relief la conception de la dualité de l’être humain.

  • 32 « Qui donc m’a envoyé ces souffrances ? […]Eh bien si la volonté du Seigneur très haut est que cett (...)

32L’ascèse est cependant vécue différemment dans le christianisme et dans l’islam. Rabia s’impose un dénuement extrême qui n’a rien à voir avec l’austérité dans laquelle vivait Mahomet. Elle est décrite en ces termes par Attar : « Elle avait étendu sur le sol de sa maison une vieille natte, et une brique crue lui servait d’oreiller ». Ces conditions de vie semblables à celles de Mahomet suscitent l’incompréhension de l’entourage qui propose une aide et donne ainsi l’occasion tant à Mahomet qu’à Rabia de rappeler qu’ils se soumettent à la volonté de Dieu et ne se complaisent pas dans la richesse. Mais Rabia va au-delà de la sobriété de Mahomet, elle prive son corps du moindre désir, aussi petit soit-il comme celui par exemple de manger des dattes fraîches. Cependant il convient de noter que si l’ascétisme est indissociable du mysticisme, Rabia à aucun moment ne se blesse ou ne macère directement son corps comme le font la plupart des mystiques chrétiens désireux d’imitatio Christi en revivant dans leur chair la passion et les souffrances du Christ. Il faut bien constater dans le christianisme et l’islam une phénoménologie semblable mais une spiritualité divergente qui conduit à une agression sanglante du corps où la souffrance physique est capitale. Or si cette dernière n’est pas provoquée par le sujet lui-même, il se peut que la maladie s’empare de son corps et lui fasse revivre le martyr qui se doit d’être accepté avec joie, dans ce cas le mystique musulman conçoit aussi la souffrance comme une grâce qu’il accueille comme une douleur qui lui est envoyée pour éprouver sa foi32.

  • 33 Annestay, 2009, p.165.

33Chrétiens et musulmans se moulent en chœur à l’archétype du juste souffrant illustré par Job qui se réjouit de ses malheurs car ils sont l’occasion d’un acte de soumission inconditionnel à Dieu qui les met à l’épreuve comme l’illustre l’anecdote suivante : les sauterelles s’étant abattues sur un champ de blé que Rabia avait planté, celle-ci aurait prié de la sorte : « Mon Dieu, Tu es le seul Garant de mon bien ; si telle est Ta volonté, donne-le en pâture à Tes ennemis ou à Tes amis » A ces mots les sauterelles disparurent et le champ reprit son aspect initial33. Une vie matérielle heureuse n’est pas compatible avec l’amour divin. Tous ces récits convergent vers une théologie qui vise à démontrer que plus Dieu aime et plus il châtie. Plus les malheurs sont grands ici-bas plus la récompense sera grande dans l’au-delà.

  • 34 Selon le hadith suivant « Celui qui se marie accomplit la moitié, qu’il craigne Allah dans l’autre (...)
  • 35 Annestay, 2009, p. 233.
  • 36 Annestay, 2009, p. 234.
  • 37 Attar, p.91.
  • 38 Parmi eux l’émir de Bassorah qui lui offrait la sécurité matérielle ou Hassan al-Basri mystique et (...)

34Souffrance, esprit de sacrifice, négation du corps, pure enveloppe terrestre de l’esprit qui s’élève vers Dieu, entraîne par logique le refus du plaisir sexuel qui ne peut se déployer du point de vue religieux que dans le cadre du mariage. Or la condition d’épouse de façon universelle donne, jusqu'à une époque récente, un statut social, une protection et la sécurité d’un foyer. Renoncer à tout cela dans l’islam, c’est se mettre en porte à faux avec les préceptes mêmes de la religion qui assimile le mariage à un devoir quasi religieux34 ; adopter le célibat, c’est désavouer le Prophète qui aurait déclaré : « Il n’y a pas de célibat en islam »35. On pourrait multiplier les témoignages allant dans ce sens. Valeurs religieuses et sociales se confondent particulièrement dans le monde musulman où la famille est un pilier de la société et la femme acquiert toute sa plénitude dans son rôle de mère. Comment Rabia peut-elle bousculer ainsi les conventions sociales ? D’abord parce que le célibat n’est plus désavoué aussi fortement dès le second siècle de l’ère musulmane36, ensuite son hagiographe y répond avec une simplicité déroutante : « contracter mariage est nécessaire pour quelqu’un qui est en possession de son libre arbitre : quant à moi, je ne dispose plus de ma volonté : J’appartiens au Seigneur et je reste à l’ombre de ses commandements ; je ne compte pour rien ma personnalité »37. Ce même discours sur la dissolution de la volonté propre pourrait être tenu par une mystique chrétienne. Malgré tout, la liberté dont jouit Rabia de refuser un prétendant laisse penser qu’elle n’était sous la tutelle d’aucun homme autrement dit qu’elle n’avait pas de famille. Transposer cette réalité au niveau spirituel est aisé. Libre de toute attache terrestre elle peut se consacrer à l’amour divin. Il est à remarquer que la qualité des prétendants de Rabia sert à illustrer les raisons de son refus d’union et rehausse encore davantage sa renonciation aux valeurs du monde38, on trouvera aisément un parallèle dans le christianisme et pour n’en citer qu’un, celui de sainte Agnès qui repousse l’offre d’union avec le fils d’un préfet.

  • 39 Smith, 2001, p.30.

35Sous-jacente au célibat, la question de la virginité se pose inévitablement. Bien qu’indispensable pour arriver au mariage dans le monde musulman, elle n’a pas de valeur religieuse à proprement parlé contrairement au christianisme où sainteté et virginité sont souvent indissociables au point que la lutte et la mort pour la préservation de la chasteté peut conduire aux autels comme le prouve par exemple le cas bien connu de Maria Goretti. Ainsi il y a aussi une tradition qui veut que Rabia fut mariée, devint veuve puis, pressée de reprendre mari, elle s’y nia39. Cette tradition serait toutefois très proche de l’archétype de la femme chrétienne mariée contre son désir comme sainte Rita ou Brigitte de Suède qui une fois délivrée par la mort de l’époux, se consacre toute entière à Dieu. Néanmoins il semble que l’amour pour Dieu soit exclusif et ne puisse être trahi pour un époux terrestre. Marie mère de Jésus, choisie par Dieu de préférence à toutes les femmes de l’univers (Coran 3,42), ne garda-t-elle pas sa virginité (Coran 66,12) ? Théologie musulmane et théologie chrétienne entrent en parfaite syntonie pour donner Marie comme exemple de vie à suivre.

  • 40 Attar, p.92.

36Il n’est pas étonnant que le langage de l’amour céleste utilise celui de son homologue terrestre. Fiancée du Christ, les religieuses et les mystiques chrétiennes parlent à l’envie de l’Aimé et Rabia quant à elle déclare « l’amour du Seigneur très haut remplit tellement mon cœur qu’il n’y reste de place ni pour l’amitié ni pour l’inimitié envers n’importe quel autre »40.

Un exemple pour ses contemporains

  • 41 Les habitants de Bagdad se plaignent à Rabia de l’injustice du gouverneur, alors elle lui fit porte (...)
  • 42 Attar, p.90.
  • 43 Attar, p.100.

37Connaître, approcher discourir avec un saint de son vivant est un privilège qui met le croyant en contact direct avec le sacré d’autant plus si celui-ci, tout en ayant renoncé au monde, accepte de recevoir des visites voire d’avoir des disciples. Malgré le désir de réclusion de Rabia, Attar, notre principale source, égrène les unes après les autres les visites faites à Rabia, c’est à chaque fois l’occasion pour son biographe de souligner sa supériorité spirituelle et de diffuser son enseignement. Dans cette biographie, outre la présence d’au moins une servante vivant avec elle, elle reçoit successivement de dévots personnages, des docteurs, des sages, Hassan al-Basri et Sofian Tsavri. Aucun indice de prosélytisme, tous cherchent à progresser dans la voie spirituelle, elle les y aide par diverses voies. Sa vie d’abord est un témoignage constant qui force la « conversion », entendons par là la repentance puis le retour vers la vraie foi comme le cas du marchand qui la libère de l’esclavage, ou celui du gouverneur corrompu41. La perspective hagiographique ne peut se perdre, plus le personnage a une position élevée et influente plus, semble-t-il, la conversion prend du relief. Convertir un puissant de ce monde et un gouvernant revient à saper par le haut les égarements de la société. Le christianisme utilise la même stratégie appelant à la conversion des masses comme lors des apparitions de Lourdes ou de Fatima mais aussi des puissants, à commencer par l’empereur Constantin. Elle dispense semble-t-il sans relâche un enseignement au point d’avoir autour d’elle des disciples comme au moins une de ses servantes connue sous le nom de Maryam de Bassorah considérée, elle-même, comme une sainte. Munâwi pense même qu’elle dirigea un groupe de femmes ascètes mais rien n’est moins certain. Toujours est-il que sa connaissance des choses divines est plusieurs fois soulignée par la mention des visites que lui rendent des docteurs qui quelquefois sont clairement nommés comme Hassan al-Basri, ascète soufi, savant très vénéré qui semble un familier. Avec eux, d’égal à égal elle s’entretient de thèmes théologiques et, à chaque fois, elle leur donne une leçon. Les genres s’estompent et il ne reste plus que l’esprit. Cette amitié spirituelle avec un homme reconnu, donne encore plus de relief à son enseignement. Il y a des témoignages de même ordre dans le christianisme comme celui de sainte Thérèse d’Avila avec saint Jean de la Croix ou de sainte Marie l’Egyptienne avec Zosime. Ce dernier cas est intéressant car le récit insiste aussi sur la différence sexuelle entre les deux personnages qui finalement s’estompe totalement comme entre Hassan al-Basri et Rabia42. « Excusez-moi, je ne puis tourner mon visage vers vous, parce que je suis une femme ; et comme je suis nue, donnez-moi votre manteau, pour que je puisse vous voir sans rougir » dit sainte Marie l’Egyptienne au vénérable abbé qui sera bien obligé de reconnaître qu’elle détient la faveur divine puisque non seulement elle a le don de connaître son nom et son ministère mais, en plus, quand elle prie, elle s’élève d’une coudée dans les airs. Fait miraculeux qui corrobore tout ce que le lecteur sait déjà, c’est une sainte et, comme tout saint, elle a le don de faire des miracles et de laisser son interlocuteur stupéfait. Un parallèle à la lévitation peut parfaitement se trouver dans l’épisode du tapis de prière que Rabia lance en l’air puis invite Hassan al-Basri à l’y accompagner alors que ce dernier ne l’avait lancé le sien que sur la surface de l’eau. Associer le visiteur à la prière est un autre moyen de témoigner de la foi et il va sans dire que tant Rabia que d’autres saintes chrétiennes l’ont pratiqué. Malgré tout, le caractère intercesseur des saintes apparaît, plus que tout, après leur mort à travers le culte qui leur est rendu, les interventions qui leur sont attribuées par les fidèles, Rabia n’échappe pas à l’archétype car de sa tombe une voix s’écrie « Bravo pour moi ! ce que je faisais était bien ce qu’il fallait faire, et c’était la bonne route celle que j’avais découverte. »43.

38Somme toute la quête de l’amour divin est une voie ardue et exclusive, une lente mort de l’être pour se fondre dans le divin, les hagiographes chrétiens et musulmans n’hésitent pas à dépeindre des renoncements qui n’ont leur égal que dans leurs récompenses, la plus grande d’entre elle la certitude de la sainte d’être dans la bonne voie, sa familiarité avec Dieu qui s’il les soumet aux épreuves ne les abandonne jamais.

Dieu se manifeste

  • 44 Annestay, 2009, p.200.
  • 45 Smith, 2001, p.58.

39Le miracle est une preuve tangible de la crédibilité à accorder à un saint personnage, sa nature dessine aussi les limites à l’état de sainteté. Dans le christianisme, à la suite de Jésus, les miracles thaumaturgiques ont une importance capitale, d’une part parce qu’ils répondent de manière immédiate à une angoisse de l’être, ensuite parce qu’ils balaient d’un coup les maux inéluctables liés à la condition humaine, Mahomet eut aussi, comme prophète, le pouvoir de guérir. Or, justement, Rabia n’opère aucune guérison, sa servante-disciple aveugle sera guérie par le souffle de faux pèlerins qui rendent visite à Rabia dans le but semble-t-il de la confondre44. Le miracle existe mais il est dévié dans un but apologétique et théologique. Le miracle est l’œuvre de Dieu et non du saint, il sert à convertir. Les faux pèlerins confondus se repentissent et se « convertissent ». Vouloir multiplier les miracles serait une tentation diabolique pour la sainte qui désavoue ses pouvoirs miraculeux45 mais ses biographes ne peuvent s’empêcher d’intégrer dans leurs récits des prodiges quelquefois naïfs mais toujours édifiants quelquefois proches de tours de magie mais toujours orientés vers la spiritualité. Citons à ce propos, l’épisode du tapis volant évoqué plus haut ou celui de la Kaaba qui vient à la rencontre de Rabia dans le désert défiant toutes les lois de la physique, cependant le merveilleux n’est qu’une métaphore de l’élévation spirituelle du sujet et du pouvoir qui lui est concédé ainsi Marie l’Egyptienne ne marche-t-elle pas sur la mer à l’instar de Jésus sur les eaux.

  • 46 Attar, p.89.

40Amie du Créateur, Rabia est aussi l’amie de la création toute entière qui lui est familière. Alors qu’elle est au sommet d’une montagne –lieu privilégié de contact avec les cieux- les animaux sauvages l’entourent sans crainte46 à l’image de Mahomet qui parle aux brebis quant à saint François d’Assise n’est-il pas l’ami des animaux ?

  • 47 Attar, p.84.
  • 48 Attar, p.90.

41Le miracle permet ce que la nature refuse, entre autre vaincre l’opacité de la nuit par la lumière, car Dieu est lumière, il traverse la matière et illumine les esprits. L’image donc de la lumière est un symbole très fort de la mystique qui est plusieurs fois exploité par les hagiographes de Rabia. Une lampe brillante au-dessus de sa tête illumine toute la maison quand elle est en prière47, le thème de la présence divine est ici indiqué par une métaphore universelle de même ordre que les langues de feu au-dessus des disciples de Jésus le jour de la pentecôte, mais Attar franchit un pas de plus48 : comme il n’y avait pas de lampe pour éclairer ses visiteurs, Rabia « enfonça le bout de ses doigts dans sa bouche, les en retira et jusqu’aux premiers rayons de l’aurore, il en sortit une lumière pareille à celle d’une lampe ». Cette fois la lumière émane directement d’elle, de sa bouche d’abord, siège de la parole vraie, des doigts ensuite comme la lumière était sortie de la main de Mahomet selon le rapprochement que fait Attar lui-même en commentaire au prodige qui ne peut avoir lieu que parce qu’elle exécute les œuvres prescrites par le Prophète et ainsi s’associe à son don de faire des miracles. Le miracle que peut réaliser un saint chrétien participe du même principe. C’est parce qu’il suit l’enseignement de Jésus qui a fait des miracles que Dieu lui donne ce pouvoir qui ne lui appartient pas en propre.

  • 49 Annestay, 2009, p.18.

42Dernière manifestation miraculeuse de la bienveillance divine : Dieu pourvoit aux besoins de ceux qui ont sa faveur. Les nécessités premières de l’être humain sont couvertes. En chassé-croisé à son jeûne, Dieu envoie, via un oiseau, l’oignon qui manque, illustrant ainsi dans un détail anodin le verset coranique (45,3) « Dieu suffit à celui qui remet sa confiance en Lui », duquel il faut rapprocher cette autre anecdote : Rabia refusa des pièces d’or qui lui étaient offertes alors elle « leva sa main au ciel et aussitôt elle était remplie d’or »49. Une fois de plus la figure de Rabia tend à se mouler sur Marie, la femme parfaite par excellence qui n’a pas à se préoccuper de sa subsistance puisque chaque fois que Zacharie vient lui rendre visite il trouve auprès d’elle la nourriture nécessaire et Marie de lui en donner cette explication « cela vient de Dieu : Dieu donne, sans compter, Sa subsistance à qui Il veut » (Coran 3,37). Le prophète Elie avant elle était ravitaillé par des corbeaux (1 Rois 17,6), de même que ceux-ci assurent la subsistance de saint Antoine et saint Paul l’Ermite au désert.

43D’un tout autre ordre est le récit du miracle opéré lors d’une conversation que maintient Rabia avec Hassan al-Basri sur la connaissance de Dieu. Au début de l’entretien, elle venait de mettre sur le feu un chaudron avec de la viande à cuire, mais elle préfère délaisser la nourriture terrestre (la cuisson du met) pour privilégier la nourriture spirituelle (la conversation), s’est alors que le miracle a lieu « la viande avait été cuite par un effet de la toute-puissance de Dieu ». Outre la protection divine, il convient d’interpréter ce prodige comme une illustration de la supériorité de la nourriture spirituelle sur la terrestre.

44Les ordres mendiants dans le monde chrétien illustrent une conception analogue.

  • 50 Attar, p.88.
  • 51 cf. Marc 10,30 ; et sainte Cécile dans Jacques de Voragine, la légende dorée

45Dans la thématique de la nourriture, il convient de signaler un autre miracle plus singulier qui ressemble à une multiplication des pains dans laquelle intervient une arithmétique précise et sourcilleuse. Rappelons les faits. Alors qu’elle s’apprêtait à offrir deux pains à deux chefs religieux venus lui rendre visite et qui avaient faim, se présente un mendiant auquel Rabia remet les deux pains. Fort opportunément entra une servante qui déposa, au nom de sa maîtresse, une grande quantité de pains. Rabia en compta dix-huit, elle renvoya alors la servante disant que ces pains n’étaient pas pour elle. En fait la servante avait gardé deux pains pour elle-même, elle les rajouta alors aux dix-huit et se représenta devant Rabia qui compta de ce fait vingt pains et les accepta. Devant l’étonnement de ses hôtes Rabia expliqua qu’au moment où elle donna les deux pains au pauvre elle pria. « Mon Dieu, tu as dit : je donnerai dix pains pour un ; moi je viens de donner deux pour te plaire ; à ton tour donne-moi dix pour un. Lorsque cette servante a apporté les dix-huit pains, je me suis dit : ou quelqu’un nous en a pris deux, ou bien ce ne sont pas ceux qu’on m’adressait, et je les ai renvoyés. Lorsqu’on nous les a rapportés avec deux en plus, j’ai compris que c’était bien là ce qu’on me destinait »50. Dieu selon le christianisme ne rendra-t-il pas au centuple ce qu’on fera pour lui51 ? Cette comptabilité, quelque peu stricte, porte plusieurs messages : La confiance aveugle en Dieu est récompensée, les promesses faites par Lui sont toujours scrupuleusement accomplies. La connotation eschatologique n’est pas absente non plus de l’épisode et le rôle que remplit Rabia est celui d’intermédiaire voire d’intercesseur. Elle a le pouvoir d’interpeller Dieu, comme Marie l’avait fait avant elle quand enceinte de Jésus et seule dans le désert elle n’avait rien pour se nourrir, une voix lui indiqua à ce moment-là la présence d’un ruisseau placé là par Dieu et des dattes (Coran 19,24-26).

46Autre phénomène miraculeux et des plus surprenants. Rabia entre en conversation avec Dieu, elle entend à plusieurs reprises une voix ou est sujette au songe. Elle bénéficie non seulement de la faveur divine mais elle est aussi « l’amie » protégée du mal et des méfaits du diable, comme l’affirme une voix au voleur qui, s’étant introduit chez elle la nuit, ne peut ressortir de la maison sans lui avoir auparavant rendu son voile, soit dit en passant symbole de sa pudeur et de la crainte de Dieu.

47Tous ces miracles mériteraient d’être analysés plus en profondeur, mais nous n’en retiendrons essentiellement que l’intimité divine dans laquelle vit Rabia qui la projette dans un espace entre deux mondes, le terrestre et le divin. Son corps appartient au premier mais son esprit au deuxième. Ils attestent du crédit dont elle bénéficie auprès de Dieu et justifient en même temps son statut aux yeux des croyants. Nous sommes en pleine hagiographie, le merveilleux édifie le fidèle, lui donne un modèle à suivre quelquefois avec une certaine naïveté comme le fait aussi Jacques de Voragine.

Rabia se mesure au masculin

  • 52 Attar, p.90.
  • 53 L’enseignement de la doctrine est entre les mains du clergé depuis le IIIe siècle.
  • 54 Attar, p.82.
  • 55 cf le chapitre : Femme ou « homme de Dieu » l’éducation de l’âme nafs, dans Schimmel, 2000, pp.81-9 (...)
  • 56 Zilio-Grandi, 1997, pp.93 sv.
  • 57 Attar, 1996, p.142.

48Le récit d’Attar est une longue démonstration de la sainteté de Rabia. Il la mesure maintes fois à Hassan al-Basri , un des fondateurs du soufisme pour à chaque fois démontrer sa supériorité. Or le fait ne peut manquer d’étonner de même que toute la liberté d’action et d’enseignement dont jouit Rabia, une fois libérée de l’esclavage. Aucun homme ne dirige sa vie ou sa spiritualité, au contraire, c’est elle qui instruit les docteurs, saints et mystiques, tous des hommes, souvent nommés, qui vont la voir. Chacun d’entre eux repart riche d’un nouvel enseignement et convaincu d’avoir côtoyé une sainte. Un ami fidèle et intime est Hassan al-Basri cité au moins dans six scènes différentes, il apparaît accompagné, éventuellement de ses disciples ou d’autres soufis et seul il s’entretient avec Rabia au-delà de toute convention régie par des rapports de séparation entre personnes des deux sexes dans l’islam, or Hassan al-Basri après une longue discussion affirme « nous ne savions plus, moi, si j’étais un homme et elle, si elle était une femme »52. Dans le domaine de la spiritualité les différences sexuelles disparaissent, le corps n’existe plus, seul l’esprit compte. Les exemples d’amitié unis par la mystique sont nombreux aussi dans le christianisme, nous ne citerons que saint François d’Assise et sainte Claire, saint François de Sales et sainte Jeanne de Chantal, sainte Thérèse d’Avila et saint Jean de la Croix etc., chacun d’entre eux fondant de nouveaux ordres, de nouveaux couvents. Cependant les mystiques chrétiennes sont toujours sous la coupe d’un confesseur qui les conseille, les dirige et à qui elles doivent obéissance. Derrière une grande mystique il y a, pourrait-on dire, toujours un bon confesseur. Il n’appartient pas à nos saintes d’enseigner au sens propre53, leur vie se réduit essentiellement à l’exemplarité et au témoignage. Notons tout de même que toutes ces femmes transgressent le destin que la société, la famille leur prépare, le mariage. Leur existence est une lutte contre les conventions et, propulsées, hors de l’environnement propre à leur genre, elles sont amenées à se débattre dans un monde essentiellement masculin. Attar dans son ouvrage Le mémorial des saints n’y inclut-il pas une seule et unique femme, Rabia, parmi soixante-douze soufis ? Il s’en justifie à plusieurs reprise : « Elle rivalisait avec les hommes d’élite, elle qui avait pénétré tous les mystères de la vérité (…) toute femme dont les exercices de piété et le culte sont agrées à la cour du Seigneur très haut comme ceux des hommes d’élite, on ne doit pas dire que c’est une femme »54, autrement dit elle devient un homme55, métaphore qui confirme son autorité charismatique. Une fois de plus, elle se rapproche de la figure de Marie dans le Coran, seule femme à être incluse dans la séquence des Prophètes (Coran 21 ; 19) ce qui n’est pas sans poser problème aux commentateurs car est-il licite d’attribuer à Marie la dignité de Prophète bien qu’elle soit une femme ? Il est certain qu’elle a atteint la perfection masculine56 ce qui fait dire à Attar qu’au jour de la résurrection « la première personne qui viendra se placer au rang des hommes d’élite ce sera Marie », de la sorte Rabia n’est « pas une femme ordinaire mais plutôt l’équivalente de cent hommes »57 qui au jour de la résurrection intercèdera pour soixante-dix mille fidèles toujours d’après son biographe.

  • 58 Vogt, 1993.

49En résumé, Rabia atteint un degré de spiritualité telle, qu’elle échappe aux contingences de son sexe dans un contexte culturo-religieux, est élevé au rang d’ « homme »58 ce qui lui permettra de vivre dans l’intimité divine et d’intercéder en faveur des croyants. Même si la métaphore de devenir homme est connue dans le christianisme surtout des premiers siècles et dans le gnosticisme dans une claire allusion salvifique à partir de commentaire de Eph.4,13, la formule n’a pas traversé les siècles et n’a plus guère été appliquée après le Moyen Âge. Néanmoins si le mysticisme féminin et masculin peuvent s’éclore en parallèle dans le christianisme, il semble qu’il soit un moyen d’expression plus largement féminin peut-être parce qu’il est une des expressions religieuses qui n’est pas exclusivement réservée aux clercs bien que les preuves données de leur sainteté soient toujours amplifiées voire dramatisées par rapport à leur homologues masculins si l’on en croit Jean-Pierre Albert.

Conclusion

50Cet article s’est attaché à grands traits à la phénoménologie du mysticisme féminin et non à sa spiritualité ou son enseignement, son contenu aura donc à souffrir des inconvénients d’un tel morcellement, néanmoins les résultats sont encourageants bien qu’ils ne s’appuient que sur un seul cas musulman face à une multitude de saintes chrétiennes qui malgré leurs différences de profils font apparaître une continuité. Malgré cela nous avons pu constater qu’au niveau phénoménologique le mysticisme féminin dépasse le cadre marqué par le christianisme et l’islam. Toutes ces saintes vivent de dos aux conventions de leur époque, comme les prophètes, elles appellent à la conversion et sont un exemple pour leurs contemporains. Elles ouvrent une brèche dans le rôle assigné aux femmes dans les deux religions, même si le catholicisme, ecclésialement fortement structuré a tenté d’encadrer le mysticisme voire de le contrôler par l’intermédiaire des ordres religieux et des confesseurs.

51Il y a cependant des différences dues aux caractéristiques endogènes des deux religions

52Certains traits sont typiquement musulmans et sans doute rappelés aux lecteurs dans un but pédagogique, comme la scrupuleuse observance du pur et de l’impur ou le pèlerinage à la Mecque.

53L’agression sanglante au corps, les meurtrissures de la sainte chrétienne dans une perspective de rachat de la communauté sont absents de la vie de Rabia qui suit un parcours individuel parce qu’il ne s’inscrit pas dans la relecture théologique chrétienne de la communion des saints liée à l’idée de rédemption. Il n’en reste pas moins qu’elle peut apparaître comme une victime sacrificielle dont la communauté espère un bien.

Haut de page

Bibliographie

Abbott, Elizabeth, Histoire universelle de la chasteté et du célibat, Montréal, Fides (Editions), 2003, 615 pages.

Albert, Jean-Pierre 1992, « Le corps défait. De quelques manières pieuses de couper en morceaux », Terrain, n° 18, pp. 33-45.

Albert, Jean-Pierre, « Hagio-graphies. L’écriture qui sanctifie », Terrain, n° 24, 1995, pp. 75-82.

Albert, Jean-Pierre, Le sang et le Ciel. Les saintes mystiques dans le monde chrétien, Paris, Aubier, 1997, 458 pages

Annestay, Jean, Une femme soufie en Islam, Râbi’a Al-‘Adawiyya, Paris, Éditions Entrelacs, 2009, 461 pages

Attar, Farid-Al-Din, Le langage des oiseaux, traduit par Garcin de Tassy, Paris, Albin Michel, Collection : Spiritualités vivantes, 1996, 342 pages

Attar, Farid-Al-Din, Le mémorial des saints, traduit par A. Pavet de Courteille, Paris, Le Seuil, Collection Points Sagesses, 1976, 309 pages

Benghal, Jamal-Eddine, La vie de Rabi‘a al-‘Adawiyya : une sainte musulmane du VIIIème siècle, Éd. Iqra, 2000, 123 pages

Courcelles (de), Dominique, Les Cahiers de l’Herne : Stigmates, Paris, L’Herne, 2001, 280 pages

Delcambre, Anne-Marie, Mahomet, La parole d'Allah, Paris, Gallimard, 1987, 175 pages

Delcambre, Anne-Marie, Mahomet, Paris, Desclée de Brouwer, 2003, 149 pages

Dictionnaire du Coran, Mohammad Ali Amir-Moezzi (sous la direction de), Paris, Robert Laffont, 2007, 981 pages

Geoffroy, Eric, « La mort du saint en islam », Revue de l’histoire des religions, tome 215, nº1,1998, pages 17-34

Jean De La Croix, Poésies. Traduit de l’espagnol par Bernard Sesé, dans Pierre Haïat, Dieu et ses poètes, Paris, Desclée de Brouwer, 1987, 401 pages

Lory, Pierre, Le rêve et ses interprétations en Islam, Paris, Albin Michel, Sciences des religions, 2003, 311 pages

Schimmel, Anne Marie, l’Islam au féminin. La femme dans la spiritualité musulmane, Paris, Albin Michel, 2000, 219 pages

Smith, Margaret, Muslim Women Mystics. The Life and Work of Rabia and Other Women Mystics in Islam, Oxford 1994, Oneworld Publications, 2001, 249 pages

Vogt, Kari,” « Becoming Male » a Gnostic, Early Christian and Islamic Metaphor”, dans Kari Borresen et Kari Vogt, Women’s Studies of the Christian and Islamic Traditions : Ancient, Medieval and Renaissance Foremothers, Dordrecht, Holland : Kluwer Academic Publishers, 1993, pages 217-241

Voragine (de), Jacques, La légende dorée, traduit par J.-B. M. Roze, 1902, www.abbaye-saint-benoit.ch, 22 février 2004, date de consultation : novembre 2010, http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/index.htm

Zilio-Grandi, Ida, « La Vierge Marie dans le Coran. », Revue de l’histoire des religions, tome 214, nº1, 1997, pp. 57-103

Haut de page

Notes

1 Entre autres, les épouses de Noé, Loth, Pharaon et Amran, ainsi que la reine de Saba ne sont évoquées que de façon anonyme.

2 Albert, 1997, page 22 sv. tente de dénombrer les saintes par rapport aux saints à travers les siècles

3 Albert, 1997 développe particulièrement cette thèse au chapitre 3

4 Schimmel, 2000, p. 39.

5 Annestay, 2009, p. 322.

6 Hadith : le terme désigne une communication orale du prophète Mahomet et par extension un recueil qui comprend l'ensemble des traditions relatives aux actes et aux paroles de Mahomet et de ses compagnons, considérés comme des principes de gouvernance personnelle et collective pour les musulmans, que l'on désigne généralement sous le nom de "tradition du Prophète". Dictionnaire du Coran, pp.379-381]

7 Zilio-Grandi, 1997.

8 Pour Margaret Smith, page 2, c’est la preuve que tant ceux qui écrivent sur elles que leurs lecteurs la connaissent suffisamment bien pour ne pas avoir besoin de plus de précisions

9 Margareth Smith (pp. 3-15) établit la liste des sources et fait une courte recension des auteurs qui mentionnent Rabia.

10 Annestay, 2009, pp. 66-67.

11 Attar, 1976, pp. 82-83.

12 Le pendant à cet épisode tient dans les paroles suivantes mises dans la bouche de Rabia : « je rougirais de demander les biens de ce monde à qui que ce soit ; car ils n’appartiennent à personne en propre, mais ne sont qu’un prêt dans les mains de ceux qui les détiennent » (Attar, 1976, p.95)

13 Lory, Pierre, Les rêves et leur interprétation en Islam, Paris, Albin Michel, Sciences des religions, 2003, 311 pages

14 Pour la version coranique de l’Annonciation : Coran 19,16-29

15 Sahih Bukhari, English Version, Vol. 5, Book 57, Companions of the Prophet, Hadiths 61 et 62, narrated Al−Miswar bin Makhrama. Cité dans l’article Fatima de Wikipédia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Fatima_Zahra, consulté en novembre 2010.

16 Zilio-Grandi, 1997, p. 103.

17 Dictionnaire du Coran, p. 441.

18 Comme l’illustre ses propos : «  Je ne dispose plus de ma volonté. J’appartiens au Seigneur et je reste à l’ombre de ses commandements ; je ne compte pour rien ma personnalité » (Attar, 1976, p. 91).

19 Albert, 1997, p. 133.

20 Attar, 1976, p. 85.

21 Goeffroy, 1998, p.19.

22 Annestay, 2009, p.305.

23 Attar, p. 88.

24 Albert, 1997, p.61.

25 Albert, 1997, p.322.

26 Bouflet, Joachim, La Lévitation chez les mystiques, Paris, Le jardin des Livres, 2006, 202 pages

27 Attar, p.96.

28 Annestay, 2009, p.228.

29 Cette remarque s'explique si l'on précise que les hommes du Moyen-âge partageaient la théorie aristotélicienne de la conception : le foetus résulte de la coagulation du sang des règles (qui s'arrêtent, comme on le constate, pendant la grossesse) opérée par l'action du sperme. Le Christ ne pouvait s'être incarné dans cette substance impure mais seulement dans un sang "purifié".

Bynum, Caroline, Jesus as Mother : Studies in the Spirituality of the High Middle Ages. Publications for Medieval and Renaissance Studies, Berkeley- Los Angeles, University of California Press, 1982, 280 pages

30 Albert-Llorca, Marlène. Les fils de la Vierge. Broderie et dentelle dans l'éducation des jeunes filles, L'Homme, 1995, tome 35 n°133. p.108. Consulté en novembre 2006

url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hom_0439-4216_1995_num_35_133_369880

31 « Rabia garda le jeûne sept nuits et sept jours consécutifs sans rien prendre, ne dormant même pas la nuit » (Attar, p.93).

32 « Qui donc m’a envoyé ces souffrances ? […]Eh bien si la volonté du Seigneur très haut est que cette épreuve me soit infligée, comment m’adresserais-je à lui maintenant en méconnaissant sa volonté ? » (Attar, p.96)

33 Annestay, 2009, p.165.

34 Selon le hadith suivant « Celui qui se marie accomplit la moitié, qu’il craigne Allah dans l’autre moitié » souvent cité.

35 Annestay, 2009, p. 233.

36 Annestay, 2009, p. 234.

37 Attar, p.91.

38 Parmi eux l’émir de Bassorah qui lui offrait la sécurité matérielle ou Hassan al-Basri mystique et enseignant soufi avec qui elle pouvait partager sa foi mais qui en réalité mourut soixante-dix ans avant elle (cf. Smith, 2001, p.30).

39 Smith, 2001, p.30.

40 Attar, p.92.

41 Les habitants de Bagdad se plaignent à Rabia de l’injustice du gouverneur, alors elle lui fit porter la robe qu’elle mettait pour prier accompagné d’une missive. Le gouverneur alors se repend, rend l’argent qu’il avait injustement pris et « rejoint la compagnie des hommes pieux » (cité par Annestay, 2009, p.201).

42 Attar, p.90.

43 Attar, p.100.

44 Annestay, 2009, p.200.

45 Smith, 2001, p.58.

46 Attar, p.89.

47 Attar, p.84.

48 Attar, p.90.

49 Annestay, 2009, p.18.

50 Attar, p.88.

51 cf. Marc 10,30 ; et sainte Cécile dans Jacques de Voragine, la légende dorée

52 Attar, p.90.

53 L’enseignement de la doctrine est entre les mains du clergé depuis le IIIe siècle.

54 Attar, p.82.

55 cf le chapitre : Femme ou « homme de Dieu » l’éducation de l’âme nafs, dans Schimmel, 2000, pp.81-94.

56 Zilio-Grandi, 1997, pp.93 sv.

57 Attar, 1996, p.142.

58 Vogt, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude-Brigitte Carcenac, « Essai de recherche d’une typologie de la sainte mystique dans l’islam et le christianisme à partir de l’étude de cas de Rabia Adawiyya », Conserveries mémorielles [En ligne], #14 | 2013, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://cm.revues.org/1606

Haut de page

Auteur

Claude-Brigitte Carcenac

est docteure en Histoire et spécialiste en Histoire des Religions. Elle est auteure de l’essai Jesús, 3.000 años antes de Cristo. Un Faraón llamado Jesús ( 8 éditions en Espagne, une traduction en polonais en 2004 et une traduction en catalan en 2013), de L’islam, un veí per conèixer (2008), et de El cristianisme, una mirada serena (2010) et de chapitre de plusieurs ouvrages. Elle a publié divers articles et fait plusieurs communications dans les domaines de l’Histoire des Religions et du genre. Elle enseigne actuellement à la Faculté d’Education, Traduction et Sciences Humaines de l’Université de Vic (Espagne)

Haut de page

Droits d’auteur

© Conserveries mémorielles

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org