Navigation – Plan du site
Sainteté officielle

Hagiographie liturgique et construction identitaire dans un néo-diocèse (XVIIIe-XIXe siècles). Le Proprium Sanctorum dans les bréviaires des diocèses français créés sous Louis XIV (La Rochelle, Alais, Blois) avant et après l’adoption de la liturgie romaine

Liturgical Hagiography and Identity Process in a Neo-Diocese (18th-19th Centuries). Local Saints in the Breviaries of French Dioceses Created under Louis XIV (La Rochelle, Alais, Blois) before and after the Adoption of Roman Rite
Philippe Castagnetti

Résumés

Justifiée par la prétention de l’Église de France, appuyée sur la monarchie, d’éradiquer le protestantisme, la création sous Louis XIV des trois diocèses de La Rochelle, Alais et Blois aboutit à la rédaction de bréviaires propres dont le sanctoral met en valeur une série de saints régionaux à des fins apologétiques. Les critères de sélection de ces saints et les schèmes littéraires décelables dans les fragments biographiques de l’office de matines témoignent d’une volonté d’entretenir un esprit de Contre-Réforme qui passe par le rappel de la mission sacrale du roi de France, la relance de l’effort de conversion des huguenots et l’exaltation du culte des reliques. L’hagiographie liturgique permet ainsi la constitution dans chaque clergé diocésain d’une mémoire religieuse officielle et favorise un processus d’idéalisation et de standardisation de la sainteté. Le passage des liturgies néo-gallicanes à la liturgie romaine vers le milieu du XIXe siècle, s’il s’accompagne d’une simplification du calendrier, ne remet pas en cause ce double phénomène et même accentue la dimension eschatologique de la liturgie.

Haut de page

Texte intégral

1Dans la plupart des rites en vigueur après le concile de Trente, les textes de l’office divin comportent, dans les nocturnes des matines, une à trois leçons hagiographiques, selon le degré de la fête, et mettent sous les yeux du lecteur une galerie de portraits ordonnée selon un objectif apologétique. Ils sont une source précieuse mais trop souvent négligée sur la manière dont le clergé a pu relire l’histoire de l’Église, en particulier dans la France moderne où le gallicanisme fut aussi cultuel et entraîna la multiplication de liturgies diocésaines, codifiées dans des missels, bréviaires et rituels propres, n’ayant qu’un rapport assez vague avec la liturgie romaine issue du concile de Trente. Si la carte des diocèses français – mises à part les conséquences des annexions territoriales – changea peu aux XVIIe-XVIIIe siècles, trois créations caractérisent cependant le règne de Louis XIV : La Rochelle (1648), Alais/Alès (1694) et Blois (1697). La première fondation, sous la régence d’Anne d’Autriche, intervient vingt ans après la victoire de Richelieu sur les protestants rochelais. Les deux autres font suite à la révocation de l’édit de Nantes en 1685 et traduisent une vigilance renforcée à l’égard des nouveaux convertis, notamment à Alais bientôt confronté à la guerre de Camisards (1702-1704). La décision d’ériger le diocèse de Blois trouve en outre son origine dans les difficultés de gouvernement du diocèse de Chartres, jugé trop grand. Ces trois créations s’inscrivent donc dans une perspective de reconquête de terres depuis longtemps marquées par la Réforme, la troisième relevant en plus de contingences administratives. Pour chacune d’elles, la distinction entre Réforme catholique et Contre-Réforme est peu pertinente. Quoi qu’il en soit, au bout d’un certain temps, des Propres liturgiques virent le jour, notamment des bréviaires, dont l’utilisation pour la célébration au chœur ou la récitation solitaire devait jour après jour former l’ethos et fixer la mémoire des nouveaux clergés diocésains, au moment même où les séminaires trouvaient enfin un mode de fonctionnement stable.

2Au-delà des questions d’érudition liturgique touchant au degré de solennité des fêtes, à leur place dans le calendrier ou au mode de célébration prévu par les rubriques, on s’interrogera ici, de façon plus globale, sur les conditions d’édification d’une geste sacrale à travers les figures de sainteté appartenant à l’histoire locale. Ce processus de cristallisation des identités diocésaines fut favorisé par la profusion des liturgies néo-gallicanes, et ce jusqu’à l’uniformisation liturgique imposée sous Pie IX. La structure du sanctoral d’une part, la forme et le fond des lectures hagiographiques d’autre part, complétées par les hymnes et aussi par les répons et les antiennes de composition dite ecclésiastique (non biblique), traduisent une idéalisation de la personnalité des nouveaux diocèses. L’héritage de sainteté dont peut se prévaloir la communauté diocésaine renforce surtout le corps clérical, dans son imaginaire comme dans ses pratiques pastorales, en lui soumettant une collection d’exempla ayant une valeur normative et jouissant d’une forme de reconnaissance canonique : à travers l’action des prêtres qui les ruminent voire s’en inspirent dans leur prédication, les leçons du bréviaire favorisent l’élaboration d’une histoire officielle de la sainteté, voire – si on ajoute à la célébration nominative des saints la commémoration d’événements comme les inventions et translations de reliques, la dédicace de la cathédrale ou les fêtes attachées à des sanctuaires mariaux – d’une chronique des grandes heures du diocèse.

Consolidation administrative et publication de bréviaires propres

  • 1 Pérouas, 1964, p. 128-129.
  • 2 Ibid., p. 129.
  • 3 Ibid., p. 283.
  • 4 Ibid., p. 309-312.
  • 5 Breviarium Rupellense, Illustrissimi et Reverendissimi in Christo Patris D.D. Francisci-Josephi-Emm (...)
  • 6 Amiet, 1990, p. 285.
  • 7 Officia propria diœcesis Rupellensis, a S. R. Congregatione approbata ac de mandato Illustrissimi e (...)
  • 8 Cabrol, 1930, p. 872.

3Le diocèse de La Rochelle, dont la création en 1648 a été précédée de deux vaines tentatives en 1628 et 1643, résulte de l’agrégation au diocèse de Maillezais, remontant au XIVe siècle, de l’Aunis, qui relevait auparavant du diocèse de Saintes. Bien que la réforme catholique ait touché la région de La Rochelle dès avant la reddition huguenote de 1628, elle demeure d’envergure limitée jusqu’au milieu du siècle1. L’action du premier évêque, Jacques Raoul de La Guibourgère (1648-1661), tournée d’abord vers le clergé, reste gênée par la fidélité persistante de nombre d’habitants au protestantisme et par la faiblesse d’un encadrement ecclésiastique que les conflits religieux ont réduit à peu de choses2. L’organisation liturgique est longue à prendre forme : Jacques Raoul émaille certes ses mandements et statuts synodaux de prescriptions cultuelles, mais ne réussit pas à faire éditer un rituel diocésain3 (PÉROUAS, 1964, p. 283). Une tendance à promouvoir un art de célébrer hiératique et fastueux s’affirme pourtant peu à peu et s’impose sous les successeurs de Raoul, en particulier sous Henri de Laval de Bois-Dauphin (1661-1693), dont l’aggravation des infirmités à partir des années 1680 amène les intendants à prendre le relais du pouvoir épiscopal dans la lutte contre la Réforme, au total assez infructueuse4. La phase de construction diocésaine achevée, le XVIIIe siècle est celui du renforcement des structures. L’édition d’un bréviaire de La Rochelle est attestée une première fois en 1686, à la fin de l’épiscopat d’Henri de Laval, puis, en sa forme achevée, en 1773, sous François-Joseph-Emmanuel de Crussol d’Uzès d’Amboise5. Marqué par l’influence du bréviaire parisien de François Harlay de Champvallon (1680) et, pour l’édition de 1773, de celui de Charles-Gaspar de Vintimille du Luc (1736), il se différencie nettement du bréviaire romain. Le concordat entraîne en 1802 la réunion des anciens diocèses de Saintes et de La Rochelle, auxquels fut même adjoint Luçon jusqu’en 1821. Cette évolution rend nécessaire la réédition corrigée du bréviaire en 1825 par Gabriel-Laurent Paillou puis en 1835 par Joseph Bernet6. Le Breviarium Rupellense cède ensuite la place, à l’instigation de Clément Villecourt, aux Officia propria diœcesis Rupellensis, dont une première édition paraît en 18517 : les usages romains se substituent alors aux usages néo-gallicans, deux ans avant que l’encyclique Inter multiplices de Pie IX impose l’adoption de la liturgie romaine à tous les diocèses de France, dont la grande majorité, à l’exemple de La Rochelle, avaient d’ailleurs à cette date devancé la volonté pontificale8.

  • 9 Rastoul, 1912, col. 1319
  • 10 Rastoul, 1912, col. 1319l, 1912, col. 1320
  • 11 Breviarium Alesiense, illustrissimi et reverendissimi in Christo Patris DD. Johannis Ludovici de Bu (...)

4Plus directement encore qu’à La Rochelle, la fondation du diocèse d’Alais en 1694 s’explique par la volonté d’accélérer la conversion des huguenots, dans un climat de Contre-Réforme qui s’est envenimé depuis la révocation de l’édit de Nantes. Fort du soutien déclaré de Louis XIV, c’est l’évêque de Nîmes en personne, Esprit-Valentin Fléchier, dont le diocèse englobe la région d’Alais, qui demande et obtient que celle-ci en soit détachée afin de créer une nouvelle juridiction plus apte à surveiller les convertis du protestantisme, nombreux en pays cévenol9. Petit territoire ne comptant que sept archiprêtrés, le diocèse d’Alais, payant peut-être une origine par trop liée à l’absolutisme, ne devait pas survivre à la Révolution : la Constituante décide en effet en 1790 de faire coïncider l’intégralité du nouveau département du Gard avec un seul diocèse, Nîmes. Rattachée à Avignon de 1801 à 1821, la zone de l’ancien diocèse d’Alais est incorporée à cette date au diocèse de Nîmes10. La brève existence d’un évêché à Alais n’empêcha pas l’élaboration d’un Propre liturgique. En 1758, l’évêque Jean-Louis de Buisson de Beauteville publia un Breviarium Alesiense qui resta en vigueur jusqu’en 179011.

  • 12 Calendini, 1937, col. 214.
  • 13 Ibid.
  • 14 Calendini, 1937, col. 215.
  • 15 Breviarium Blesense, Illustrissimi et Reverendissimi in Christo Patris D. D. Francisci de Crussol d (...)
  • 16 Officia propria diœcesis Blesensis, a S. R. Congregatione approbata ac de mandato Illustrissimi et (...)

5Le diocèse de Blois, détaché du vaste diocèse de Chartres en 1697, pourrait apparaître a priori, des trois créations louis-quatorziennes, comme celle qui, au vu de son implantation géographique, échappe le plus à un impératif de combat contre l’hérésie. Apparence trompeuse : le pays blésois reste travaillé dans la deuxième moitié du XVIIe siècle par un prosélytisme huguenot plus ou moins souterrain, ce dont témoignent, entre autres, plusieurs prêches prononcés par Bossuet à Blois à l’intention des protestants12. Cette persistance de la Réforme malgré l’édit de Fontainebleau ne manque pas d’inquiéter l’évêque de Chartres, Paul Godet des Marais, mais aussi Madame de Maintenon, dont il est le confesseur. L’intervention de celle-ci permet à Godet des Marais d’obtenir la partition de son trop grand diocèse, non sans le soutien des Blésois qui avaient eu l’occasion de déplorer, dans une pétition envoyée à Louis XIV, la distance excessive les séparant du siège de Chartres13. Le nouveau diocèse de Blois est composé des deux archidiaconés de Vendôme et de Blois, et d’une portion de celui de Châteaudun. Supprimé en 1801 au profit d’Orléans, il renaît en 1823 sous une forme agrandie car il coïncide désormais avec le département du Loir-et-Cher, ce qui ajoute au diocèse de Blois de l’Ancien Régime l’archidiaconé de Romorantin et une trentaine d’autres paroisses, détachés respectivement du diocèse de Bourges et de celui du Mans14. Quant à l’organisation liturgique, le premier diocèse de Blois se dote d’un bréviaire propre dès 1737, sous l’épiscopat de François de Crussol d’Uzès d’Amboise15, qu’il ne faut pas confondre avec son parent et presque homonyme qui occupa le siège de La Rochelle et à qui, on l’a vu, nous devons le bréviaire rochelais de 1773. Le passage de Blois à la liturgie romaine est accompli en 1843, date de la publication par l’évêque Louis-Théophile Pallu du Parc du nouvel office divin16.

6Les liturgies rochelaise, alésienne et blésoise de la fin de l’Ancien Régime reflètent, comme tant d’autres dans la France des Lumières, le triomphe des orientations esthétiques et théologiques néo-gallicanes, que l’historiographie contemporaine tend à réévaluer après une longue période où les jugements sévères et les préjugés ultramontains d’un dom Guéranger, pris de vertige devant la prolifération quelque peu anarchique des liturgies locales, n’étaient guère discutés. Les caractéristiques des bréviaires néo-gallicans sont bien inventoriées : distribution des psaumes sur l’ensemble des heures canoniales d’une semaine ; dépréciation de l’héritage médiéval, dans le fond (rejet d’une partie du légendaire hagiographique et des homélies apocryphes) comme dans la forme (primat des fragments bibliques sur les compositions ecclésiastiques pour les antiennes et les répons, remplacement d’hymnes anciennes par des créations néo-latines) ; célébration d’un grand nombre de saints français extra-diocésains empruntés au bréviaire de Paris ; réduction du degré de solennité des fêtes de la Vierge et des saints ; rééquilibrage de l’ensemble de l’office divin au profit du temporal. L’adoption du rite romain autour du milieu du XIXe siècle s’accompagne souvent d’une transformation significative du titre donné à l’ouvrage normatif contenant le Propre diocésain : le Breviarium de tel ou tel lieu laisse la place à des Officia propria. Alors que le Breviarium se voulait un ouvrage exhaustif pour quiconque s’astreignait à la récitation de l’Office et imbriquait dans son sanctoral saints du calendrier général romain, saints du bréviaire de Paris et saints plus strictement locaux, sans que soit faite une distinction claire entre les uns et les autres, les Officia propria consistent en un supplément au bréviaire romain, devenu obligatoire, et ce d’autant plus qu’ils ne comportent plus le commun des saints. Le Breviarium est un totum qui, malgré les nombreux emprunts au bréviaire parisien, accentue dans le clergé l’orgueil provincial ; les Officia propria, livre modeste dans la forme qu’il adopte le plus volontiers, celle d’un petit volume in-12° rassemblant les quatre parties de l’office selon les saisons, ne sont plus qu’un complément à l’ouvrage de référence dont le maniement est désormais nécessaire, canoniquement et matériellement, le Breviarium Romanum. Le passage de livres néo-gallicans publiés sous la seule responsabilité de l’évêque, docteur et maître-liturgiste en son diocèse, à de simples addenda à la liturgie romaine, promulgués par l’évêque après accord de la Congrégation des Rites, ce que la page de titre ne manque jamais de préciser, a-t-il amené des changements dans l’organisation du sanctoral d’une part, dans le discours hagiographique de l’office de matines d’autre part ? La comparaison entre les Propres diocésains du XVIIIe siècle et leurs héritiers du milieu du XIXe permet ainsi de comprendre le processus de constitution d’une histoire cléricale de la sainteté – par des clercs, pour des clercs – dans le siècle qui suit la naissance des trois diocèses, puis sa transformation inévitable, du fait de la désagrégation progressive du gallicanisme après la Révolution, et plus encore après la rupture de l’union du Trône et de l’Autel provoquée par la révolution de 1830, jusqu’à ce que les tendances centrifuges inhérentes à la créativité néo-gallicane soient balayées sous Pie IX par la centralisation liturgique. La conscience, développée par ceux qui furent engagés dans la rédaction ou la célébration des heures canoniales, de la personnalité historique et sacrale de leur diocèse s’en est-elle trouvée modifiée ? De quelle pastorale idéale l’hagiographie liturgique est-elle le signe ? Quel habitus de sainteté propose-t-elle à ses lecteurs ?

La sainteté topique dans les bréviaires néo-gallicans : particularisme et normativité

Une turba magna sélectionnée selon de multiples critères géographiques

7Si on exclut les saints du bréviaire romain et les saints français que l’on retrouve dans tous les bréviaires du XVIIIe siècle calqués sur celui de Paris, les figures majeures de la piété liturgique sont de deux types. On distingue d’abord les personnages qui, pendant une période plus ou moins longue de leur vie, furent physiquement présents sur le territoire correspondant à celui du néo-diocèse : les saints et bienheureux qui y sont nés, ceux qui y sont morts, ceux qui y ont exercé une charge pastorale (épiscopat, presbytérat, abbatiat…), ceux qui y ont vécu un certain temps. À cette première catégorie s’ajoute une autre, dont le clergé diocésain tire tout autant de gloire : les saints extérieurs au diocèse dont une partie des reliques repose dans un sanctuaire diocésain, où elles font l’objet d’un culte vivace. Notons aussi que la mémoire hagiographique dans les néo-diocèses reste très dépendante de celle des anciens diocèses ayant fourni la majorité des paroisses qui les composent : Saintes pour La Rochelle, Nîmes pour Alais, Chartres pour Blois. Enfin, les trois diocèses sont suffragants de trois métropoles ecclésiastiques : Bordeaux pour La Rochelle, Narbonne pour Alais, Paris pour Blois. En écho à une mémoire provinciale qui excède le cadre de ces nouvelles circonscriptions, ils donnent une place importante aux saints de la fin de l’Antiquité et du Haut Moyen Âge (IIIe-VIIIe siècles) ayant acquis un rayonnement régional : proto-évêques, régionnaires ou non, et proto-martyr(e)s ; ermites, moines et moniales de l’époque mérovingienne… Le culte liturgique des saints est un moyen de renforcer l’insertion dans l’Église métropolitaine et au-delà, de s’approprier un riche patrimoine de sainteté qui s’étend à une grande partie de l’Ouest français pour La Rochelle, du Midi languedocien et provençal pour Alais, des pays entre Seine et Loire pour Blois.

  • 17 Trojanus (30 novembre), Martinus (7 décembre), Leontius (22 mars), Vasius (16 avril), Eutropius (30 (...)
  • 18 Delphinus (12 décembre), Amandus (27 juin).
  • 19 Justus (27 novembre), Florentia (1er décembre), [Venantius] Fortunatus (12 décembre), Abra (13 déce (...)
  • 20 Gatianus (18 décembre), Venantius (11 octobre), Brictius (11 novembre).
  • 21 Valeria (11 décembre), Leonardus (6 novembre).
  • 22 Machutus (16 novembre).

8Aussi le bréviaire de La Rochelle de 1773 met-il en valeur non seulement les grandes figures saintaises (les évêques Trojan, Léonce, Vivien, Pallade et surtout Eutrope, la vierge et martyre Estelle, le martyr Vasius, l’abbé Martin17) mais encore des saints de la métropole de Bordeaux (les évêques Delphin et Amand18), ainsi que d’autres liés aux Églises de Poitiers (outre saint Hilaire, l’évêque Venance Fortunat, le martyr Simplicien, les prêtres Just et Léonius, les abbés Jovin, Maxence, Junien et Philibert, les vierges Florence et Abra, la reine Radegonde19), de Tours (outre saint Martin, les évêques Gatien et Brictius, l’abbé Venance20) et de Limoges (outre saint Martial, la vierge martyre Valérie et l’ermite Léonard de Noblat21), ainsi qu’un évêque breton, saint Malo, dont la légende prétend que la haine de ses diocésains le força un temps à demeurer près de Saintes22.

  • 23 Baudilius (20 mai), Ægidius (1er septembre).
  • 24 Paulus (12 décembre), Joannes Franciscus Regis (24 mai), Justus et Pastor (7 août).
  • 25 Regulus (30 mars), Genesius (26 août), Trophimus (27 octobre).
  • 26 Fulcranus (7 mai).
  • 27 Firminus (11 octobre).
  • 28 Rochus (16 août).
  • 29 Aphrodisius (29 mai).
  • 30 Guimerra (8 mai).
  • 31 Privatus (21 août).
  • 32 Veranus (12 novembre).
  • 33 Suffredus (28 novembre).
  • 34 Pontius (11 mai).

9Le bréviaire d’Alais de 1758 présente la particularité de réunir les offices spécifiques au diocèse à la fin du Propre des saints de chaque saison, ce qui n’est pas le cas dans les livres équivalents rochelais et blésois ; il anticipe par là les volumes d’Officia propria du XIXe siècle. Son orientation fondamentale ne diffère pas de celle du Propre de La Rochelle, à une nuance importante près. La complexité de la carte des diocèses dans la France méridionale, marquée par un extrême morcellement en un grand nombre de petites mais anciennes circonscriptions, la distance relativement faible séparant les villes archiépiscopales de Narbonne, Arles et Aix, enfin la proximité de la frontière provinciale entre Languedoc et Provence voire des terres pontificales d’Avignon et du Comtat Venaissin conditionnent la physionomie liturgique d’Alais : le sanctoral puise ainsi dans ceux des diocèses limitrophes ou plus éloignés, sans qu’aucun se détache de manière remarquable. L’Église-mère de Nîmes est certes représentée, de même que la métropole narbonnaise, mais sans relief particulier au regard d’autres Églises du sud-est du Massif Central et de la basse vallée du Rhône, qu’elles soient situées en territoire languedocien, provençal ou pontifical. De Nîmes, le diocèse d’Alais hérite le martyr Baudile et l’abbé Gilles, dont le pèlerinage à Saint-Gilles-du-Gard demeure fameux dans tout l’Occident23 ; de Narbonne, le proto-évêque Paul, les martyrs espagnols Just et Pasteur et le prêtre jésuite Jean-François Régis, canonisé en 173724 ; d’Arles, outre saint Césaire vénéré ici sous le titre usurpé de docteur de l’Église, les évêques Trophime et Rieul, et le martyr Genès25 ; de Lodève, l’évêque Fulcran26 ; d’Uzès, l’évêque Firmin27 ; de Montpellier, saint Roch, fêté au demeurant dans une multitude de diocèses français28 ; de Béziers, l’évêque martyr Aphrodise29 ; de Carcassonne, l’évêque Gimer30 ; de Mende, l’évêque martyr Privat31 ; de Cavaillon, l’évêque Véran32 ; de Carpentras, l’évêque Siffrein33 ; de Nice, l’évêque martyr Pons de Cimiez34.

  • 35 Translatio sancti Solemnii (13 janvier), Launomarus (19 janvier), Aventinus (4 février), Medraldus (...)
  • 36 Eusitius (27 novembre), Ursinus (14 juin), Silvanus (22 septembre).
  • 37 Julianus (27 janvier), Victorius (5 septembre).
  • 38 Avitus (17 juin), Carilephus (1er juillet), Evurtius (7 septembre), Lætus (12 novembre), Anianus (1 (...)
  • 39 Thebaldus (3 juillet).
  • 40 Aigulphus (4 septembre), Arnulphus (19 septembre).
  • 41 Eutropius (30 avril), Gendulphus (20 juin), Benignus (27 juin), Barachius et Besorius (21 septembre (...)
  • 42 Gregorius (18 novembre).
  • 43 Stephanus (8 février).
  • 44 B. Carolus Blesensis (20 juin).

10Des trois bréviaires considérés, celui de Blois est le plus étoffé. Il faut dire que le Blésois fut dès les débuts de l’évangélisation un terrain d’apostolat privilégié pour maints évêques de Chartres, de Tours ou du Mans plus tard canonisés. Plus proche du cas rochelais que du cas alésien, l’office divin promulgué en 1737 réunit une foule de saints, inégalement impliqués dans la vie du territoire. Ceux du diocèse de Chartres y occupent logiquement une place de choix : l’évêque Solemne, le plus vénéré de tous, et ses confrères Aventin, Yves, Aignan, Adéodat, Béthaire, Lubin et Calétrique, le martyr Céraune, les ermites Léonard, Bienheuré, Mundéric, Gildéric, Mondry et Baudemir, les abbés Laumer, Méraut et Dyé, les moniales Angadrème et Araluce35. Le bréviaire de Blois emprunte au Propre de Bourges le proto-évêque Ursin, l’abbé Eusice et l’ermite Sylvain36 ; à celui du Mans, les évêques Julien et Victor37 ; à celui d’Orléans, les évêques Aignan et Évurce, les abbés Avit et Carilèphe, et le moine Lætus38. Thibaud39, ermite en Italie au XIe siècle, est fêté en raison de ses liens avec les comtes de Blois : il eut pour parrain le comte Thibaud III. Le fait d’être nés respectivement à Blois et à Vendôme vaut à Aigulphe, abbé de Lérins au VIIe siècle, et à Arnoulf, évêque de Gap au XIe, d’être commémorés40. Des translations de reliques ont fait aussi entrer dans le calendrier blésois les évêques Eutrope de Saintes et Genou de Cahors, le martyr Piaton de Tournai, l’évêque Bénigne (peut-être un évêque chartrain, dont le comte de Blois donna en 964 les reliques à l’Église d’Utrecht) et les non moins obscurs Barachius et Besorius41. Le même honneur est réservé à saint Grégoire le Thaumaturge, évêque de Néocésarée, à cause d’une église qui lui est consacrée42. L’expansion de l’ordre des Grandmontains, d’origine limousine, en Berry et Val-de-Loire explique qu’on honore saint Étienne de Muret43. La plus grande originalité du Breviarium Blesense réside cependant dans l’introduction d’une fête du « bienheureux » Charles de Blois, duc de Bretagne au XIVe siècle44, bien qu’il faille attendre 1904 pour trouver la confirmation officielle de son culte par Pie X.

La confiance dans la monarchie sacrale

  • 45 Epistola sancti Augustini ad Bonifacium, ep. 185. Breviarium Rupellense…, op. cit., pars æstiva, p. (...)
  • 46 « Astiterunt reges terræ, et principes convenerunt in unum adversus Dominum, et adversus christum e (...)
  • 47 « Nolite curare a quo teneatur, vel oppugnetur Ecclesia Domini vestri… ». Breviarium Rupellense…, o (...)
  • 48 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars æstiva, p. 542-544.
  • 49 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars verna, p. 467.

11La mission de défense de la foi catholique exercée par le roi de France, en vertu du serment du sacre, est rappelée dans chacun des trois Propres diocésains. La monarchie absolue de droit divin y est l’objet d’une adhésion sans failles. La cathédrale et le diocèse de La Rochelle sont placés sous le patronage de saint Louis, façon d’articuler le souvenir du « pacificateur » Louis XIII et celui de son ancêtre, le roi croisé. À travers l’hymnologie notamment, peuvent être mis en parallèle le combat du Capétien contre les infidèles et celui du Bourbon contre les hérétiques. Le renversement des cultes idolâtres, la dispersion des impies, le combat contre les ennemis, la défense de la chrétienté et l’exercice éminent de la justice, non seulement parmi ses sujets mais encore au milieu des nations, sont des thèmes récurrents de l’office de saint Louis, au jour de la fête et au cours de l’octave. Le danger encouru du fait des exactions des ennemis de la foi amène à développer l’idée de tyrannie et à insister sur la peur qu’elle engendre, peur dont saint Louis, prototype du miles Christi, bras de la justice divine, vient à bout. Si les leçons hagiographiques de la fête du 25 août ne diffèrent pas de celles du bréviaire de Paris, l’office de l’octave le 1er septembre retient pour le deuxième nocturne une lettre de saint Augustin45 où, à partir d’un verset du psaume 2, le développement du thème de l’onction divine permet d’associer le roi, le Messie persécuté promis à Israël et le Christ46. Le lien entre le roi de France et les rois d’Israël et de Juda se retrouve avec la mention d’Ézéchias et de Josias, dont est louée l’entreprise de destruction des cultes païens. La dernière leçon tirée de saint Augustin, consonnant avec l’échec de saint Louis dans ses croisades, appelle l’Église à la confiance en la Providence malgré les épreuves et les défaites apparentes47. Le bréviaire d’Alais, lui, commémore le 18 août la victoire remportée en 1304 par le petit-fils de saint Louis, Philippe le Bel, sur les Flamands à Mons-en-Pévèle48 ; le roi faillit mourir dans la bataille, mais la protection divine aurait empêché l’issue fatale et assuré le succès des armes françaises. Le chroniqueur florentin Giovanni Villani ayant assimilé la guerre des Flandres à une révolte populaire contre l’autorité royale, on peut penser qu’une telle interprétation sous-tend cet office qui suggère la malice foncière de toute forme d’opposition au roi, lieutenant de Dieu sur terre. Hormis les offices des saintes reines mérovingiennes Clotilde, Radegonde et Bathilde, que l’on trouve aussi dans les bréviaires de La Rochelle et de Blois, comme d’ailleurs dans tous ceux qui s’inspirent du bréviaire parisien, peu d’autres allusions à la monarchie française et à sa fonction sacrale apparaissent dans le Propre d’Alais. L’office de saint Rieul mentionne cependant le rôle du carolingien Charles le Chauve dans la promotion du culte de cet évêque d’Arles peut-être confondu avec saint Rieul de Senlis49.

  • 50 « Rem promovit apud Summum Pontificem, pro eo quo servabat extirpandæ hæreseos zelo, Ludovicus Magn (...)
  • 51 « …una cum parte maxillæ sanctæ Birgittæ viduæ, quam e Suecia allatam Stanislaus rex dono dedit. » (...)
  • 52 « En suo regi famulatur ipsa / turba rebellis… » (hymne des laudes), Breviarium Blesense…, op. cit. (...)
  • 53 « Præsul ecce prima sancto / templa sacrat chrismate : / cura regis quæ refecit, / regium semper fe (...)
  • 54 26, 27, 30 et 31 août. Breviarium Blesense…, op. cit., pars æstiva, p. 565-566, 579-580.
  • 55 Breviarium Blesense…, op. cit., pars verna, p. 5-6.
  • 56 Breviarium Blesense…, op. cit., pars autumnalis, p. 445-446.

12Le bréviaire de Blois est en revanche plus prolixe. Le rôle sinon du roi du moins de la noblesse chrétienne dans la défense de la foi et de la morale est évoqué dans l’office de Charles de Blois. L’anniversaire de la dédicace de la cathédrale (1730) permet en outre de préciser les conditions historiques de la fondation du diocèse. L’office rappelle en effet l’intervention personnelle de Louis XIV et son zèle dans l’extirpation de l’hérésie50. Inventoriant les principales reliques présentes sous le maître-autel de la cathédrale, il repère une relique de sainte Brigitte de Suède offerte par Stanislas Leszczyński, beau-père de Louis XV51. Les hymnes de la fête redoublent de force dans la louange de Louis XIV vainqueur d’ennemis anonymes dans lesquels on reconnaît les Réformés, assimilés à des rebelles, autrement dit non à de simples dissidents religieux mais à des insurgés politiques52. L’image du roi reconstructeur d’une Église en partie ruinée par l’hérésie est reprise dans l’office de saint Louis, patron de la cathédrale et du diocèse, comme il l’est à La Rochelle. Le parallèle entre Louis XIV et saint Louis, déjà éclatant dans l’hymne des deuxièmes vêpres de l’anniversaire de la dédicace de la cathédrale53, innerve l’office du 25 août et ceux de l’octave qui, comme dans le bréviaire de La Rochelle, répartissent sur quatre jours la lecture d’extraits du testament de saint Louis à son fils Philippe54. La fête de saint Dyé permet de rappeler que Louis XI fit fabriquer pour les reliques de cet abbé un magnifique coffre (capsa) d’or et d’argent55. Enfin la commémoration des saints Barachius et Besorius, occasion de célébrer l’invention de leurs reliques en 1171 puis en 1653, autorise le rédacteur à signaler la foule qui se pressa à ces cérémonies, au premier rang de laquelle figure en 1171 le roi Louis VII en personne, et en 1653 le duc Gaston d’Orléans, présenté, de façon significative, non comme le frère de Louis XIII ou le fils d’Henri IV mais comme l’oncle de Louis le Grand56.

Le militantisme antiprotestant

  • 57 Breviarium Rupellense…, op. cit., pars hiemalis, p. 401 ; pars verna, p. 443-444 ; pars æstiva, p. (...)
  • 58 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars verna, p. 529, 530.
  • 59 Breviarium Blesense…, op. cit., pars æstiva, p. 406-407 ; pars autumnalis, p. 403, 447-456.
  • 60 Breviarium Blesense…, op. cit., pars æstiva, p. 447-456.
  • 61 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars verna, p. 529 (à propos de saint Fulcran de Lodève).
  • 62 « Calviniana lue. » Breviarium Alesiense..., op. cit., pars verna, p. 531 (à propos de saint Jean-F (...)
  • 63 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars verna, p. 531-532.

13La glorification de saint Louis permet, selon une interprétation figuriste, de rapprocher les infidèles musulmans du XIIIe siècle des hérétiques protestants du XVIIe. Mais il est d’autres formes de dénonciations, plus obvies, des méfaits de la Réforme. La principale consiste dans le rappel des poussées d’iconoclasme qui, dans la deuxième moitié du XVIe siècle, aboutirent à la destruction d’un nombre considérable de reliques. Présentés comme des adversaires du vrai culte chrétien, nouveaux démolisseurs du Temple à l’exemple des Babyloniens ou des Romains, les huguenots, en détruisant reliques et reliquaires, font de l’atteinte portée aux corps saints le signe le plus criant de la violence qu’ils infligent à l’Église Corps mystique. Dans le Propre de La Rochelle, les leçons des matines parlent d’une destruction totale ou partielle des reliques par les protestants (Calviniani ou Calvinisti, parfois simplement hæretici) pour les saints Eutrope, Trojan (destruction par le feu en 1568, date précisée) et Vivien de Saintes, et pour sainte Estelle57. Pareillement à Alais, le bréviaire de 1758 déplore le sort identique subi par les reliques de Fulcran de Lodève et Pons de Cimiez58. Quant au bréviaire de Blois, le zèle des protestants entraîna la profanation des reliques de Solemne et Adéodat de Chartres, et de Victor du Mans59. L’anniversaire de la dédicace de la cathédrale de Blois60 est aussi prétexte à un développement sur la grande vague iconoclaste qui toucha le Val-de-Loire en 1562 puis sur l’engagement du premier évêque David Nicolas de Bertier dans la réfutation du protestantisme et la conversion de ses adeptes. L’évocation louangeuse de ce dernier occupe toute la cinquième leçon des matines, qui prend ainsi l’allure d’une quasi notice hagiographique. Dans les offices alésiens, sans doute parce que le diocèse fut embrasé au début du XVIIIe siècle par la guerre des Camisards, on note une dureté de ton particulière. On s’autorise à parler de la « fureur des hérétiques »61 ou de la « peste calviniste »62. Le grand missionnaire jésuite Jean-François Régis, né à Fontcouverte et actif dans l’est du Massif Central, est célébré comme un champion exemplaire de la lutte contre l’hérésie63.

  • 64 Allusion à la translation des reliques de saint Gilles dans la basilique Saint-Sernin de Toulouse a (...)
  • 65 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars æstiva, p. 591-592.
  • 66 Breviarium Blesense…, op. cit., pars hiemalis, p. 522.
  • 67 Breviarium Blesense…, op. cit., pars hiemalis, p. 485-486.
  • 68 Breviarium Blesense…, op. cit., pars æstiva, p. 406-407.

14Le champ sémantique de la lutte contre les protestants ne diffère pas de celui de la lutte contre les hérétiques de toute espèce et même du combat contre les infidèles, païens ou musulmans selon l’époque considérée. Une particularité alésienne est la mémoire des exactions cathares64 : si aucune comparaison n’est faite entre Réformés et Cathares, nul doute pourtant que la ressemblance des situations et l’emploi de formules identiques (« la fureur des Albigeois ») contribuent à rapprocher ces deux sortes d’hérétiques. De même, la « rage des barbares », c’est-à-dire ici des Maures, est rendue responsable de la translation des dépouilles des martyrs espagnols Just et Pasteur en Narbonnaise65, de même que selon le Propre de Blois, les pillages des vikings (Normannorum tempest[as], lit-on dans l’office de saint Laumer) sont à l’origine du transfert des dépouilles de l’abbé Méraut à Vendôme66, de celles de Laumer à Blois depuis Avranches et Le Mans67, et de la dissimulation temporaire des restes de l’évêque Bénigne68. Le bréviaire d’Alais est cependant celui des trois livres qui use le plus d’images belliqueuses pour décrire le rapport à l’altérité religieuse. Enfin, dans les trois ouvrages, une place d’honneur est faite aux proto-martyrs régionaux – au sens large – tués par les païens aux IIIe-IVe siècles (Eutrope, Estelle, Valérie et Simplicien pour La Rochelle ; Baudile, Aphrodise, Privat et Genès pour Alais ; Céraune et Aigulphe pour Blois). L’éloge des martyrs peut être compris, en un temps d’affrontements confessionnels, comme un encouragement à savoir mourir pour la défense de la foi catholique, voire comme un hommage indirect à tous ceux, canonisés ou non, qui ont déjà reçu la palme du martyre en tombant sous les coups des huguenots.

La réaffirmation du culte des reliques

  • 69 Texte du bréviaire de 1737 repris dans Officia propria diœcesis Blesensis…, op. cit., pars verna, p (...)
  • 70 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars æstiva, p. 600-601.
  • 71 Breviarium Blesense…, op. cit., pars æstiva, p. 371-372.
  • 72 Breviarium Rupellense…, op. cit., pars æstiva, p. 392-397, 505.
  • 73 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars æstiva, p. 584-599.
  • 74 Breviarium Blesense…, op. cit., pars æstiva, p. 471-478.
  • 75 Breviarum Rupellense…, op. cit., pars hiemalis, p. 403 ; pars verna, p. 463 ; pars autumnalis, p. 4 (...)
  • 76 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars verna, p. 530 ; pars æstiva, p. 591-592, 595 ; pars autumnali (...)
  • 77 Breviarium Blesense…, op. cit., pars hiemalis, p. 485-486 ; pars æstiva, p. 407-408 ; pars autumnal (...)
  • 78 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars verna, p. 532 ; pars autumnalis, p. 576.
  • 79 Breviarium Blesense…, op. cit., pars autumnalis, p. 403.
  • 80 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars verna, p. 467.
  • 81 Breviarium Blesense…, op. cit., pars hiemalis, p. 501-502, 522 ; pars æstiva, p. 371-372.
  • 82 Breviarium Blesense…, op. cit., pars hiemalis, p. 462-471.

15Les multiples références à l’iconoclasme protestant ne sont qu’un aspect d’une valorisation plus générale du culte des reliques. Celles-ci au cours des siècles n’eurent d’ailleurs pas à souffrir que des hérétiques : des voleurs furent aussi parfois responsables de leur disparition, comme ce fut le cas en 1518 pour saint Dyé selon le Propre de Blois69. Une mention des dépouilles, des conditions de leur conservation et de la dévotion qu’elles suscitent ou ont suscité à un moment donné de l’histoire caractérisent de nombreux offices. Nous le voyons à La Rochelle avec les évêques Eutrope, Trojan, Vivien et Pallade de Saintes, et l’abbé Martin. Même observation pour Alais, avec notamment saint Genès d’Arles, où le partage du corps saint est rapporté70, comme dans le cas à Blois de saint Mondry, dont les restes furent répartis entre Cellettes et l’abbatiale Notre-Dame de Bourgmoyen71. Certains saints au rayonnement universel sont spécialement mis en valeur parce que la cathédrale prétend posséder une partie de leurs reliques : à La Rochelle, outre saint Louis dédicataire du lieu, saint Augustin et saint Benoît de Nursie72 ; à Alais, saint Jean-Baptiste, titulaire de la cathédrale73 ; à Blois, outre saint Louis, sainte Marie-Madeleine74. Bien des saints, parfois extérieurs au diocèse, sont inscrits à son calendrier en raison d’une translation de reliques depuis ou vers le diocèse ou ses environs : pour La Rochelle, Florence, Estelle et Malo75 ; pour Alais, Pons de Cimiez, Roch de Montpellier, Véran de Cavaillon, Gilles, ainsi que Just et Pasteur76 ; pour Blois, Laumer, Bénigne et Aigulphe77. Certaines translations sont en revanche intra-diocésaines et se font au bénéfice d’églises plus grandes et plus vénérables que le lieu de sépulture originel ; c’est le cas, selon le bréviaire d’Alais, pour Aphrodise de Béziers et Siffrein de Carpentras78, et, selon celui de Blois, pour Adéodat de Chartres et Victor du Mans, transféré à Notre-Dame de Bourgmoyen79. D’autres fois, l’office parle plus volontiers de l’invention des reliques, cérémonie préalable à leur installation dans un reliquaire plus somptueux ou à leur déplacement dans un endroit de l’église plus digne ou mieux adapté au culte. Ainsi en va-t-il à Alais pour Rieul d’Arles80 et à Blois pour Julien du Mans, Mondry, Bienheuré et Méraut, dont le récit de l’invention de 1288 précise qu’on retrouva à cette occasion une grande partie de ses vêtements81. De façon plus originale, l’office de la translation de saint Solemne dans le bréviaire de Blois reprend l’histoire, relatée par Grégoire de Tours dans À la gloire des confesseurs, qui veut que la tombe inconnue du saint fut miraculeusement identifiée, grâce aux révélations de deux possédés, dans le bourg de Maillé, en Touraine, devenu Luynes au XVIIe siècle82.

  • 83 Texte du bréviaire de 1773 repris dans Officia propria diœcesis Rupellensis…, op. cit., pars autumn (...)
  • 84 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars verna, p. 529, 530.
  • 85 Breviarium Blesense…, op. cit., pars hiemalis, p. 517.
  • 86 Breviarium Blesense…, op. cit., pars æstiva, p. 375.
  • 87 Breviarium Blesense…, op. cit., pars æstiva, p. 392-393.
  • 88 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars hiemalis, p. 528.
  • 89 « Est apud Nemausis urbis oppidum beati Baudilii sepulcrum, de quo sæpius virtutes multæ manifestan (...)
  • 90 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars autumnalis, p. 573.
  • 91 Breviarium Blesense…, op. cit., pars autumnalis, p. 440-441.
  • 92 Breviarium Blesense…, op. cit., pars autumnalis, p. 402-403.
  • 93 Breviarium Blesense…, op. cit., pars hiemalis, p. 431-432 ; pars æstiva, p. 374-375, 392-393 ; pars (...)

16Des développements particuliers sur la dévotion populaire et les pèlerinages motivés par la présence de reliques sont quelquefois jugés opportuns. À La Rochelle, la sixième leçon des matines de saint Pallade rappelle la collaboration entre l’évêque de Saintes et le pape Grégoire le Grand pour doter les sanctuaires régionaux de reliques venues de Rome, et se termine par une allusion à la ferveur entourant les reliques de Pallade lui-même83. Les foules nombreuses attestant au fil des siècles de la vigueur du culte sont évoquées à Alais dans les offices de saint Fulcran de Lodève et saint Gimer de Carcassonne84, à Blois dans celui de saint Aventin de Chartres85 ; toujours à Blois, le succès des pèlerinages fait la gloire de saint Céraune86, et la splendeur du reliquaire de Charles le Bon, inhumé dans le couvent des cordeliers de Guingamp87, ou de celui qui en 1653 remplaça le coffre, vétuste, qui abritait jusque là les restes des saints Barachius et Besorius, disent l’intensité du culte. La puissance d’intercession du saint est vue comme l’effet de la prière que suscite sa présence physique. Cette puissance se déploie dans la multiplication des miracles, en particulier des guérisons. L’office de saint Paul de Narbonne dans le Propre d’Alais en offre le témoignage88, et plus encore celui de saint Baudile de Nîmes, où une allusion aux hauts faits (virtutes) attribuables à l’intervention de ce martyr s’appuie sur une citation de Grégoire de Tours89. Celui de saint Firmin d’Uzès parle de miracles attestés par une lettre de l’archevêque Amolon de Lyon à Thibaud de Langres90. Selon le bréviaire de Blois, la renommée de saint Arnoulf à Vendôme repose sur le souvenir de la résurrection d’un enfant noyé91. Le Blésois Aigulphe de Lérins passe pour avoir multiplié les miracles après le retour de son corps dans son abbaye provençale92. Une mention plus sobre de prodiges non circonstanciés se trouve enfin dans les leçons consacrées à Eusice, Céraune, Sylvain et Charles de Blois93.

Les inflexions du texte de l’Office à l’heure de l’uniformisation liturgique

  • 94 Officia propria diœcesis Blesensis…, op. cit., pars æstiva, p. 18.

17Alors que le diocèse d’Alès a disparu depuis plusieurs décennies, le passage de la liturgie néo-gallicane à la liturgie romaine à La Rochelle et à Blois, à peu près simultané, n’amène pas de modifications substantielles dans les leçons hagiographiques. Mais l’économie d’ensemble du rite se transforme. Beaucoup de fêtes voient leur date ou leur degré de solennité changer, ou même sont supprimées en raison d’une conception moins extensive de la sainteté locale ; une telle évolution était déjà perceptible dans les rééditions révisées des bréviaires néo-gallicans survenues dans la première moitié du XIXe siècle. Dans l’office rochelais de 1851, les saints Just, Fortunat, Delphin, Gatien, Léonius, Simplicien, Jovin, Maxence, Philibert, Venance, Léonard de Noblat et Brictius ne sont plus là, non plus que les saintes Florence, Valérie, et Abra : la plupart étaient des saints du Poitou ou de Touraine sans lien réel avec la région de La Rochelle. Le nouveau bréviaire de Blois de 1852 élague aussi le sanctoral. Les saints Aventin, Adéodat, Bénigne, Aignan de Chartres, Ursin, Évurce, Céraune, Piaton, Barachius et Besorius, Méraut, Léonard, Mundéric, Gildéric, Mondry, Sylvain, Baudemir, Avit, Thibaud, Grégoire le Thaumaturge, Genou de Cahors, Étienne de Muret et Charles de Blois disparaissent. Ce sont souvent des saints historiquement mal assurés, sinon dans leur existence même du moins dans les détails de leur vie, ou sans action effective sur le territoire diocésain ; beaucoup sont des ermites du Haut Moyen Âge ou des saints étrangers dont les reliques conservées dans le diocèse n’engendrent plus qu’une piété anecdotique. L’élimination de Charles de Bois, elle, illustre la reprise en main liturgique de la France par la Congrégation des Rites : les cultes non officiellement reconnus n’ont plus leur place dans les nouveaux Propres. Quelques rares saints absents des bréviaires du XVIIIe siècle peuvent pourtant faire leur apparition, tels à Blois le mystérieux saint Viateur, présenté, malgré le défaut de sources, comme un moine du VIe siècle ; on relate la guérison, par son intercession, de deux époux originaires de Bourges qui, en action de grâces, auraient fait bâtir une église sur le tombeau du saint94. À l’évidence, des éléments légendaires qui répugnaient à la sensibilité jansénisante des clercs de l’époque classique ne provoquent plus semblable rejet dans l’Église du XIXe siècle. Si le contrôle romain sur la liturgie s’accompagne d’un effort de rationalisation, force est de constater que celui-ci ne touche que la structure du calendrier, non le texte des offices maintenus ou créés, malgré un découpage des leçons souvent revu par rapport aux livres néo-gallicans.

  • 95 Officia propria diœcesis Blesensis…, op. cit., pars hiemalis, p. 25-28 ; pars verna, p. 7-8.
  • 96 Officia propria diœcesis Blesensis…, op. cit., pars æstiva, p. 14-15.
  • 97 Officia propria diœcesis Rupellensis…, op. cit., pars autumnalis, p. 13-21 (14 octobre).

18Quand le cas se présente, les nouveaux offices ajoutent aux textes anciens quelques phrases sur la destruction des reliques et la profanation des sanctuaires pendant la Révolution. La dénonciation de l’iconoclasme révolutionnaire prolonge alors celle de l’iconoclasme protestant. On le voit notamment à Blois pour les fêtes de Laumer, Eutrope et Bienheuré, et pour celle de la translation de saint Solemne95. Quelquefois, la destruction fut évitée grâce à un transfert dans une église moins exposée aux violences jacobines ; c’est ainsi qu’une translation des reliques de saint Carilèphe de Blois au Mans assura leur préservation96. L’histoire mouvementée de certaines dépouilles a même entraîné après la Restauration la création de nouvelles solennités. À La Rochelle est insérée une fête de rit double majeur en l’honneur de l’invention et de la translation de saint Eutrope de Saintes97. L’office précise que divers fragments du corps d’Eutrope avaient échappé au XVIe siècle à la colère des protestants : plusieurs ossements transportés à Vendôme, et la tête conservée à Bordeaux ; celle-ci devait être transférée à Saintes. La découverte en 1843 dans la cathédrale de Saintes d’un sarcophage avec l’inscription « Eutropius » avait de fait abouti à l’identification – discutable – du tombeau du saint et, deux ans plus tard, à la reconstitution solennelle du trésor d’Eutrope. L’office divin témoigne ainsi, à sa manière, de cet été de la Saint-Martin de la dévotion aux reliques que fut le XIXe siècle, et rejoint par là les efforts d’un magistère romain de plus en plus engagé sur une voie antimoderne.

Conclusion

19Le Propre des Saints apparaît donc comme le support d’un discours sur le passé formaté par les nécessités de la mission. L’histoire s’y fait mémoire et, l’usage du latin aidant, la sainteté s’y esthétise et s’y standardise. Les leçons du deuxième nocturne, moment proprement biographique des matines, constituent une sorte de sous-genre hagiographique dont les caractéristiques ne changent pas d’un diocèse à l’autre. À travers cette modélisation de parcours de vie édifiants, une pastorale implicite se laisse entrevoir. Les schèmes narratifs adoptés pour résumer la vie des saints, les mêmes quel que soit leur degré d’historicité, et le rappel complaisant des destructions de reliques par les Réformés puis par les révolutionnaires, jouent un rôle majeur dans la permanence de l’esprit de Contre-Réforme qui fut à l’origine de la fondation des trois diocèses de La Rochelle, Alais et Blois. Cet esprit s’accentue même au XIXe siècle, où sont introduites de nouvelles fêtes pour commémorer les inventions de reliques de la période postrévolutionnaire ; dans sa dimension liturgique, le combat contre les ennemis de la foi, plus théorique que pratique, désormais privé du secours du bras séculier et contraint de sortir du cadre étroit de l’antiprotestantisme traditionnel, survit comme un idéal agonistique associé au zèle missionnaire en général. Expression fondamentale de la fuga mundi, image des liturgies célestes dépeintes dans l’Apocalypse, l’office divin cherche à métamorphoser le temps en éternité, a fortiori quand les temps deviennent difficiles. Collectionner ainsi les vies exemplaires, telles autant de vignettes pieuses, permet d’établir entre elles un jeu de correspondances symboliques mais pas de restituer la continuité de la temporalité diocésaine. Construisant une synchronie spirituelle qui fait fi des spécificités du contexte historique dans lequel évoluèrent les saints, estompant l’originalité de chacun dans une nomenclature de qualités prédéfinies, la théologie qui s’exprime dans le sanctoral tend vers l’eschatologie. La liturgie a valeur d’étalon pour la prière catholique : comme chant de l’Église adressé à son Époux et Seigneur, elle norme la relation à Dieu, si bien que la répétition annuelle des Officia propria Sanctorum – à supposer, bien sûr, une obéissance parfaite aux prescriptions canoniques concernant la lecture du bréviaire, ce dont nous ne pouvons être sûrs – fait sourdre dans l’imaginaire de chaque clergé diocésain l’histoire magnifiée d’une authentique civitas sancta, chaque Église particulière, nonobstant le retour de sa liturgie dans l’orbite romaine, se vivant comme un reflet de l’archétype représenté par la Jérusalem céleste.

Haut de page

Bibliographie

Amiet R., Missels et bréviaires imprimés (supplément aux catalogues de Weale et Bohatta). Propres des saints (édition princeps), Paris, Éditions du CNRS, 1990, 623 p.

Cabanel P., Joutard P. (dir.), Les Camisards et leur mémoire (1702-2002), actes du colloque du Pont-de-Montvert (25-26 juillet 2002), Montpellier, Presses du Languedoc, 2002, 278 p.

Cabrol F., « Liturgies néo-gallicanes », dans R. Aigrain (sous la direction de), Liturgia, Paris, Bloud et Gay, 1930, p. 864-872.

Calendini P., « Blois », Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, Paris, Letouzey et Ané, vol. 9, 1937, col. 214-223.

Dubois J., « La carte des diocèses de France avant la Révolution », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 20e année n° 4, juillet-août 1965, p. 680-691.

Gaudron abbé, Essai historique sur le diocèse de Blois et le département de Loir-et-Cher, Blois, J. Marchand, 1870, 347 p.

Goiffon abbé, Dictionnaire topographique, statistique et historique du diocèse de Nîmes, Nîmes, Grimaud, Gervais-Bedot et Catelan, 1881, 414 p.

Perouas L., Le diocèse de La Rochelle de 1648 à 1724. Sociologie et pastorale, Paris, SEVPEN, 1964, 532 p.

Rastoul A., « Alais », Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, Paris, Letouzey et Ané, vol. 1, 1912, col. 1319-1321.

Sauzet R., Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc au XVIIe siècle : le diocèse de Nîmes de 1598 à 1694 : étude de sociologie religieuse, Lille, Impr. de l’Université Lille III, 1978, 2 vol., 859 p.

Haut de page

Notes

1 Pérouas, 1964, p. 128-129.

2 Ibid., p. 129.

3 Ibid., p. 283.

4 Ibid., p. 309-312.

5 Breviarium Rupellense, Illustrissimi et Reverendissimi in Christo Patris D.D. Francisci-Josephi-Emmanuelis de Crussol d’Uzès, Rupellensis episcopi auctoritate, ac venerabilis ejusdem Ecclesiæ Capituli consensu editum, Paris-La Rochelle, 1773, 4 vol.

6 Amiet, 1990, p. 285.

7 Officia propria diœcesis Rupellensis, a S. R. Congregatione approbata ac de mandato Illustrissimi et Reverendissimi DD. Clementis Villecourt, episcopi Rupellensis edita, Malines, 1851.

8 Cabrol, 1930, p. 872.

9 Rastoul, 1912, col. 1319

10 Rastoul, 1912, col. 1319l, 1912, col. 1320

11 Breviarium Alesiense, illustrissimi et reverendissimi in Christo Patris DD. Johannis Ludovici de Buisson de Beauteville, Alesiensis episcopi, Regi a consiliis, etc, auctoritate ac venerabilis ejusdem Ecclesiæ Capituli consensu editum, Paris, 1758, 4 vol. L’héritage liturgique du diocèse d’Alais se dissoudra au XIXe siècle dans le nouveau Propre de Nîmes (Officia propria diœcesis Nemausensis, Malines, 1855).

12 Calendini, 1937, col. 214.

13 Ibid.

14 Calendini, 1937, col. 215.

15 Breviarium Blesense, Illustrissimi et Reverendissimi in Christo Patris D. D. Francisci de Crussol d’Uzès, Blesensis episcopi, auctoritate ; ac venerabilis ejusdem Capituli consensu editu, Paris, 1737, 4 vol.

16 Officia propria diœcesis Blesensis, a S. R. Congregatione approbata ac de mandato Illustrissimi et Reverendissimi DD. Ludovici-Theophili Pallu du Parc episcopi Blesensis edita, Paris, 1852, 4 vol.

17 Trojanus (30 novembre), Martinus (7 décembre), Leontius (22 mars), Vasius (16 avril), Eutropius (30 avril), Eustella (21 mai), Vivianus (28 août), Palladius (6 septembre). L’ordre des saints adopté dans cette note et les suivantes suit l’année liturgique, du début de l’Avent (début du bréviaire d’hiver) au dernier dimanche après la Pentecôte.

18 Delphinus (12 décembre), Amandus (27 juin).

19 Justus (27 novembre), Florentia (1er décembre), [Venantius] Fortunatus (12 décembre), Abra (13 décembre), Leonius (1er février), Simplicianus (31 mai), Jovinus (1er juin), Maxentius (25 juin), Junianus (12 août), Radegundis (13 août), Philibertus (20 août).

20 Gatianus (18 décembre), Venantius (11 octobre), Brictius (11 novembre).

21 Valeria (11 décembre), Leonardus (6 novembre).

22 Machutus (16 novembre).

23 Baudilius (20 mai), Ægidius (1er septembre).

24 Paulus (12 décembre), Joannes Franciscus Regis (24 mai), Justus et Pastor (7 août).

25 Regulus (30 mars), Genesius (26 août), Trophimus (27 octobre).

26 Fulcranus (7 mai).

27 Firminus (11 octobre).

28 Rochus (16 août).

29 Aphrodisius (29 mai).

30 Guimerra (8 mai).

31 Privatus (21 août).

32 Veranus (12 novembre).

33 Suffredus (28 novembre).

34 Pontius (11 mai).

35 Translatio sancti Solemnii (13 janvier), Launomarus (19 janvier), Aventinus (4 février), Medraldus (23 février), Deodatus (24 avril), Beatus (8 mai), Leonardus (10 mai), Mundericus (12 mai), Gildericus (14 mai), Ivo (21 mai), Medycus (23 mai), Carannus (28 mai), Anianus (10 juin), Adeodatus (26 juin), Betharius (2 août), Leobinus (16 septembre), Solemnius (25 septembre), Caletricus (5 octobre), Angarisma et Aralux (14 octobre), Baldomirus (13 novembre). Étonnamment, un personnage aussi éminent que saint Fulbert de Chartres ne figure pas au sanctoral.

36 Eusitius (27 novembre), Ursinus (14 juin), Silvanus (22 septembre).

37 Julianus (27 janvier), Victorius (5 septembre).

38 Avitus (17 juin), Carilephus (1er juillet), Evurtius (7 septembre), Lætus (12 novembre), Anianus (17 novembre).

39 Thebaldus (3 juillet).

40 Aigulphus (4 septembre), Arnulphus (19 septembre).

41 Eutropius (30 avril), Gendulphus (20 juin), Benignus (27 juin), Barachius et Besorius (21 septembre), Piato (1er octobre).

42 Gregorius (18 novembre).

43 Stephanus (8 février).

44 B. Carolus Blesensis (20 juin).

45 Epistola sancti Augustini ad Bonifacium, ep. 185. Breviarium Rupellense…, op. cit., pars æstiva, p. 517-520.

46 « Astiterunt reges terræ, et principes convenerunt in unum adversus Dominum, et adversus christum eius... » (Ps 2, 2). Breviarium Rupellense…, op. cit., pars autumnalis, p. 517-518.

47 « Nolite curare a quo teneatur, vel oppugnetur Ecclesia Domini vestri… ». Breviarium Rupellense…, op. cit., pars autumnalis, p. 518.

48 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars æstiva, p. 542-544.

49 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars verna, p. 467.

50 « Rem promovit apud Summum Pontificem, pro eo quo servabat extirpandæ hæreseos zelo, Ludovicus Magnus, consentiente episcopo Carnutensi, ad cujus diœcesim ager Blesensis tunc pertinebat. » Breviarium Blesense…, op. cit., pars æstiva, p. 450-451.

51 « …una cum parte maxillæ sanctæ Birgittæ viduæ, quam e Suecia allatam Stanislaus rex dono dedit. » Breviarium Blesense…, op. cit., pars æstiva, p. 451.

52 « En suo regi famulatur ipsa / turba rebellis… » (hymne des laudes), Breviarium Blesense…, op. cit., pars æstiva, p. 453.

53 « Præsul ecce prima sancto / templa sacrat chrismate : / cura regis quæ refecit, / regium semper ferent / Ludovici nomen, ut stant / Ludovici munere. » Breviarium Blesense…, op. cit., pars æstiva, p. 455.

54 26, 27, 30 et 31 août. Breviarium Blesense…, op. cit., pars æstiva, p. 565-566, 579-580.

55 Breviarium Blesense…, op. cit., pars verna, p. 5-6.

56 Breviarium Blesense…, op. cit., pars autumnalis, p. 445-446.

57 Breviarium Rupellense…, op. cit., pars hiemalis, p. 401 ; pars verna, p. 443-444 ; pars æstiva, p. 505.

58 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars verna, p. 529, 530.

59 Breviarium Blesense…, op. cit., pars æstiva, p. 406-407 ; pars autumnalis, p. 403, 447-456.

60 Breviarium Blesense…, op. cit., pars æstiva, p. 447-456.

61 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars verna, p. 529 (à propos de saint Fulcran de Lodève).

62 « Calviniana lue. » Breviarium Alesiense..., op. cit., pars verna, p. 531 (à propos de saint Jean-François Régis).

63 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars verna, p. 531-532.

64 Allusion à la translation des reliques de saint Gilles dans la basilique Saint-Sernin de Toulouse afin de les préserver d’une destruction par les Cathares (« grassante Albigensium furore »). Breviarium Alesiense…, op. cit., pars autumnalis, p. 372.

65 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars æstiva, p. 591-592.

66 Breviarium Blesense…, op. cit., pars hiemalis, p. 522.

67 Breviarium Blesense…, op. cit., pars hiemalis, p. 485-486.

68 Breviarium Blesense…, op. cit., pars æstiva, p. 406-407.

69 Texte du bréviaire de 1737 repris dans Officia propria diœcesis Blesensis…, op. cit., pars verna, p. 5-6.

70 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars æstiva, p. 600-601.

71 Breviarium Blesense…, op. cit., pars æstiva, p. 371-372.

72 Breviarium Rupellense…, op. cit., pars æstiva, p. 392-397, 505.

73 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars æstiva, p. 584-599.

74 Breviarium Blesense…, op. cit., pars æstiva, p. 471-478.

75 Breviarum Rupellense…, op. cit., pars hiemalis, p. 403 ; pars verna, p. 463 ; pars autumnalis, p. 436-437.

76 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars verna, p. 530 ; pars æstiva, p. 591-592, 595 ; pars autumnalis, p. 372, 546.

77 Breviarium Blesense…, op. cit., pars hiemalis, p. 485-486 ; pars æstiva, p. 407-408 ; pars autumnalis, p. 402-403.

78 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars verna, p. 532 ; pars autumnalis, p. 576.

79 Breviarium Blesense…, op. cit., pars autumnalis, p. 403.

80 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars verna, p. 467.

81 Breviarium Blesense…, op. cit., pars hiemalis, p. 501-502, 522 ; pars æstiva, p. 371-372.

82 Breviarium Blesense…, op. cit., pars hiemalis, p. 462-471.

83 Texte du bréviaire de 1773 repris dans Officia propria diœcesis Rupellensis…, op. cit., pars autumnalis, p. 11-12.

84 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars verna, p. 529, 530.

85 Breviarium Blesense…, op. cit., pars hiemalis, p. 517.

86 Breviarium Blesense…, op. cit., pars æstiva, p. 375.

87 Breviarium Blesense…, op. cit., pars æstiva, p. 392-393.

88 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars hiemalis, p. 528.

89 « Est apud Nemausis urbis oppidum beati Baudilii sepulcrum, de quo sæpius virtutes multæ manifestantur. […] Ostendit autem beatus martyr et in aliis virtutem suam. » Breviarium Alesiense…, op. cit., pars verna, p. 531.

90 Breviarium Alesiense…, op. cit., pars autumnalis, p. 573.

91 Breviarium Blesense…, op. cit., pars autumnalis, p. 440-441.

92 Breviarium Blesense…, op. cit., pars autumnalis, p. 402-403.

93 Breviarium Blesense…, op. cit., pars hiemalis, p. 431-432 ; pars æstiva, p. 374-375, 392-393 ; pars autumnalis, p. 445-446.

94 Officia propria diœcesis Blesensis…, op. cit., pars æstiva, p. 18.

95 Officia propria diœcesis Blesensis…, op. cit., pars hiemalis, p. 25-28 ; pars verna, p. 7-8.

96 Officia propria diœcesis Blesensis…, op. cit., pars æstiva, p. 14-15.

97 Officia propria diœcesis Rupellensis…, op. cit., pars autumnalis, p. 13-21 (14 octobre).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Castagnetti, « Hagiographie liturgique et construction identitaire dans un néo-diocèse (XVIIIe-XIXe siècles). Le Proprium Sanctorum dans les bréviaires des diocèses français créés sous Louis XIV (La Rochelle, Alais, Blois) avant et après l’adoption de la liturgie romaine », Conserveries mémorielles [En ligne], #14 | 2013, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://cm.revues.org/1670

Haut de page

Auteur

Philippe Castagnetti

Université de Lyon, Université Jean Monnet, F-42023, Saint-Étienne, France. CNRS, UMR n° 8584, LEM-CERCOR

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org