Navigation – Plan du site
Trajectoires conceptuelles, entre archéologie et circulation

Les lieux d’origine du devoir de mémoire

Places of origin of “Devoir de Mémoireˮ
Sébastien Ledoux

Résumés

Ce texte se propose d’interroger la trajectoire inachevée de l’expression française « devoir de mémoire », abordée sous l’angle de son commencement. La question du point de départ a produit une littérature scientifique autour de la notion d’origine du « devoir de mémoire », qu’elle a associée aux témoignages des rescapés des camps d’extermination. Cette association a été nourrie par une mémoire discursive du terme qui s’est retrouvé, au cours des années 1990, objet d’une dénomination partagée autour du souvenir du génocide juif. Le travail d’historisation engagé pour restituer la trajectoire du « devoir de mémoire » privilégie la notion de provenance, plutôt que celle de l’origine. Elle vient relever les premières occurrences disparates et mouvantes du terme du côté des années 1970. La création d’une telle figure de style s’ancre dans de nouvelles constructions discursives dont le terme « mémoire » fait l’objet, au tournant des années 1970-1980. Dans le discours scientifique, ces pratiques réalisées à la faveur d’un renouveau historiographique par une nouvelle génération d’historiens, participent, par le biais du langage, à la question soulevée au même moment d’un changement de notre « régime d’historicité ».

Haut de page

Texte intégral

« Le mot devra donc être traité non pas comme une déclaration verbale précise, comme un impératif, comme une désignation ni comme une forme verbale stricto sensu, mais comme un mot riche en associations et orienté vers de multiples directions »

Bronislaw Malinowski, « Théorie ethnographique du mot magique », Jardins de corail, Paris, Maspéro, 1974, p. 349

Introduction

  • 1 Par simplification d’usage, l’italique sera systématiquement employé pour désigner devoir de mémoir (...)

1Entre le mot « qui n’oublie jamais son trajet » (BAKHTINE, 1929, 279), et l’identification espérée du point d’origine de sa trajectoire, le chercheur apparait dans une tierce position aussi incertaine que précieuse. Devoir de mémoire1. Sa désignation même induit un problème de définition d’ordre linguistique : est-ce un terme ? Une expression ? Une figure de style ? Une formule ? Opérer cette précision nous ferait déjà entrer dans son analyse historique. L’intention de circonscrire devoir de mémoire à ses usages langagiers nous permet de le détacher de sa dimension notionnelle pour l’inscrire comme objet de l’analyse du discours, soumis aux méthodes quantitatives de la lexicométrie (LEMERCIER/ZALC, 2008). Lieu saturé de représentations, de narrations, d’actes de langage, comme de controverses, devoir de mémoire tombe ainsi « au ras du sol » (REVEL, 1989), point d’observation plus à même de rendre compte d’une trajectoire construite avant tout par des locuteurs en interactions. Condamné, de par la discipline historique, à restituer une généalogie du terme, le chercheur s’engage à son tour dans un processus narratif à la recherche d’ « événements vrais » (VEYNE, 1971, 16) qu’il déplie autant qu’il subit (CERTEAU, 1970, 510).

2Il conviendra de présenter tout d’abord un premier lieu d’origine du devoir de mémoire, la déportation de la Seconde Guerre mondiale, désigné comme tel par la plupart des contemporains, qu’ils appartiennent aux champs scientifique, politique ou médiatique. Cette désignation procède en réalité de la fabrication d’une « mémoire interdiscursive » (MOIRAND, 2008) de la formule devoir de mémoire qui a construit progressivement une « opération de référence » à son endroit, à partir du milieu des années 1990. Les traces relevées dans les archives, présentées dans un second temps, indiqueront un autre lieu du devoir de mémoire. Celui-ci provient d’une nouvelle configuration langagière dont le mot mémoire fait l’objet au cours des années 1970-1980, et à laquelle, par ailleurs, de nouveaux acteurs de la discipline historique ont pleinement participé.

Remarques préalables sur la terminologie

3Comment nommer devoir de mémoire ? Les usages des mots « terme », « expression » ou « formule », seront les plus couramment employés dans cet article pour l’évoquer. Ils renvoient à des constructions linguistiques et sociales précises qu’il nous faut présenter au préalable. Le mot « terme » dans la langue française signifie « un mot ou un ensemble de mots ayant, dans une langue donnée, une signification précise et exprimant une idée définie » (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, CNRTL). C’est celui que nous emploierons le plus souvent, indiqué par un italique : devoir de mémoire. L’« expression » est une manière d’exprimer quelque chose, mais qui « implique une rhétorique et une stylistique ; elle suppose le plus souvent le recours à une figure, métaphore, métonymie, etc. » (Rey, 2006). Quant à « formule », le mot décrit « une parole rituelle que l’on est tenu de prononcer dans certaines circonstances » (CNTRL). Pour l’appliquer au devoir de mémoire au cours des années 1990, on se reportera également à la définition qu’en donne Alice Krieg-Planque : « ensemble de formulations qui, du fait de leurs emplois à un moment donné et dans un espace public donné, cristallisent des enjeux politiques et sociaux que ces expressions contribuent dans le même temps à construire » (KRIEG-PLANQUE, 2009, 7).

(Re)construire une trajectoire

Usages parachroniques de la production scientifique

4Le travail de construction de la trajectoire du devoir de mémoire se heurte d’emblée à ses usages « parachroniques » (BEDARIDA, 2001, 158) qui attribuent à une époque ce qui appartient à une autre, usages favorisés par une indistinction entre le terme et la notion. Alors que son histoire dans le champ scientifique reste à écrire (Ledoux, 2012), une « mémoire interdiscursive » de la formule s’est constituée progressivement au cours des années 1990-2000, élaborant un discours avec ses points de référence historique et ses figures de légitimation. Le lieu d’origine du devoir de mémoire s’est ainsi retrouvé associé principalement au génocide juif et à Primo Lévi. Les traces d’une telle association procèdent de différentes logiques et se retrouvent dans différents champs discursifs : littéraires, médiatiques, scientifiques, politiques.

  • 2 Sources europresse.com pour Le Monde et archives INA TV pour la télévision.

5Dans le domaine scientifique, le discours sur la généalogie du devoir de mémoire se stabilise au tournant des années 1990-2000. L’article d’Olivier Lalieu, intitulé « L’invention du “devoir de mémoireˮ » et paru en 2001 dans la revue Vingtième siècle, construit un point de référence scientifique dans la trajectoire du terme (LALIEU, 2001). L’auteur prépare alors une thèse d’histoire sur les associations de déportés sous la direction d’Annette Wieviorka. Partant du constat que « l’expression “devoir de mémoireˮ appartient aujourd’hui en France au langage courant », O. Lalieu explique dans cet article qu’il lui a « semblé nécessaire de revenir sur l’origine du “ devoir de mémoireˮ sur son sens comme sur sa légitimité historique. Car si de nombreux auteurs se sont penchés sur ses usages, analysant la présence de la Shoah dans notre quotidien, ils n’ont pas cherché à retracer l’émergence de cet impératif. Or une analyse des groupes sociaux dont la vocation est de préserver ce souvenir révèle à la fois la constance et les mutations du “devoir de mémoireˮ » (LALIEU, 2001, 89). Cependant, l’auteur prend soin de préciser qu’il s’agit de retracer « l’invention » de la « notion » au lendemain de la Seconde Guerre mondiale parmi les déportés, et non la formulation du terme même qu’il date des années 1990 (LALIEU, 2001, 93). L’usage qu’O. Lalieu fait du devoir de mémoire résulte d’un transfert couramment pratiqué lors de l’« opération historiographique » (CERTEAU, 1975). La mobilisation d’un terme contemporain pour rendre compte d’un passé renvoie en effet plus généralement à la condition de subjectivité de l’historien, bien décrite par Michel de Certeau et Paul Ricœur, et que François Dosse résume ainsi : « L'historien a ici pour tâche de traduire, de nommer ce qui n'est plus, ce qui fut autre, en des termes contemporains. Il se heurte là à une impossible adéquation parfaite entre sa langue et son objet et cela le contraint à un effort d'imagination pour assurer le transfert nécessaire dans un autre présent que le sien et faire en sorte qu'il soit lisible par ses contemporains » (DOSSE, 2001, 139). Le contexte dans lequel ce transfert est opéré permet de mieux en saisir les enjeux. L’apparition répétée du devoir de mémoire dans l’espace médiatique entre 1992 et 1995 renvoyait majoritairement à la déportation des Juifs et/ou à la responsabilité de Vichy dans celle-ci (CONAN et ROUSSO, 1994). À titre d’exemple, 34 occurrences sur 56 au total dans le journal Le Monde et 8 occurrences sur 15 à la télévision concernent ces faits historiques2. À partir de 1996, le terme est aussi mobilisé pour évoquer la nécessité de reconnaitre d’autres crimes passés (17 octobre 1961, génocide arménien, esclavage, génocide des Tutsis du Rwanda, régimes communistes). C’est précisément ce constat d’un devoir de mémoire utilisé comme « un slogan » (LALIEU, 83) pour évoquer d’autres événements, qui nourrit l’intention d’O. Lalieu de revenir à « son acception première [qui] s’applique avant tout au génocide juif et au système concentrationnaire nazi » (LALIEU, 83). Nous pouvons considérer en cela que la pratique scientifique de l’auteur « s’appuie sur une praxis sociale qui ne dépend pas de la connaissance […] L’activité qui produit du sens et qui instaure une intelligibilité du passé est aussi le symptôme d’une activité subie ; le résultat d’événements et de structurations qu’elle change en objets pensables, la représentation d’une genèse organisatrice qui lui échappe » (CERTEAU, 1970, 510).

  • 3 Entretien avec Stéphanie Gée, Rue 89, 1er janvier 2009.

6Opérant ce transfert d’un vocabulaire contemporain sur le passé, O. Lalieu contribue dans le discours académique à fixer un schéma narratif donnant comme référence historique à l’origine du devoir de mémoire la parole des déportés de la Seconde Guerre mondiale. En effet, l’article d’O. Lalieu a bien constitué un point d’ancrage dans le discours scientifique, et notamment historique, dans la mesure où il est repris depuis dans de multiples bibliographies et annotations qui laissent entendre, ne serait-ce que par le titre, que l’expression aurait été « inventée » par les déportés « survivants » des camps pour transmettre leur expérience. À l’appui de l’article, c’est la référence retenue postérieurement par différents chercheurs qui se réfèrent au terme et/ou à la notion dans leurs travaux (RIOUX, 2002, 163 ; LAVABRE et GENSBURGER, 2004, 75 ; VIAUD, 2005 ; O. WIEVIORKA, 2010, 254). L’historienne Annette Wieviorka peut ainsi affirmer dans un entretien en 2009 : « Cette expression [devoir de mémoire] s'est popularisée en France jusqu'à devenir comme un slogan avec le procès Barbie, en 1987. Elle existait certes avant, et était notamment utilisée par les déportés pour évoquer ceux qui étaient morts dans les camps3 ». Établies au départ par une opération historiographique induisant « une mise en scène des relations qu’un corps social entretient avec son langage » (CERTEAU, 2002 [1975], 142), les pratiques discursives scientifiques, maintenant une indistinction entre le terme et la notion, ont ainsi véhiculé par la suite ce lieu d’origine du devoir de mémoire.

  • 4 Président du CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires), Patrick Lozès évoque le « devoir (...)

7La deuxième référence historique de la formule, établie à partir de 1995, est une référence d’auteur qui renvoie à Primo Lévi. En janvier 1995, à l’occasion des commémorations du cinquantième anniversaire de la libération d’Auschwitz, parait dans la collection des Mille et une Nuits un petit livre intitulé Le Devoir de mémoire, avec comme référence d’auteur Primo Lévi. Il s’agit en fait d’un entretien réalisé en 1983 avec l’écrivain italien par deux historiens italiens, Anna Bravo et Federico Cereja. Le terme devoir de mémoire est tout à fait absent de cet entretien, et le titre a été choisi par les éditeurs Natta Rampazzo et Maurizio Medico pour sa publication en France en 1995. Le livre a connu un succès de librairie (environ 70.000 exemplaires vendus), et le statut d’auteur est depuis chaque fois confirmé par les références bibliographiques qui indiquent : « Le Devoir de mémoire de Primo Lévi ». L’association devoir de mémoire/Primo Lévi circule depuis cette date en France comme un point de référence achronique dans une « mémoire interdiscursive » qui traverse avec une grande porosité les divers champs discursifs. Il peut être mobilisé aussi bien par des enseignants (Forges, 2004, 263), que par des intellectuels (BRUCKNER, 2006 : 181), des responsables associatifs (LOZES, 20084), ou des historiens comme Olivier Wieviorka qui écrit récemment : « Le “devoir de mémoireˮ ne constitue d’ailleurs qu’une injonction très récente. Le terme même date de 1995 et reprend le titre français de la publication posthume d’un entretien que Primo Lévi avait accordé en 1983 à deux historiens italiens » (WIEVIORKA, 2010, 254).

  • 5 « Devoir de mémoire » dans Wikipédia, historique de l’article, 10 mai 2006.
  • 6 Raymond Depardon se rend à Auschwitz-Birkenau cette année-là pour réaliser une série de photographi (...)

8En dehors de ces deux points de référence rattachant principalement la genèse du devoir de mémoire à l’engagement des rescapés de l’holocauste après 1945, l’origine historique du terme reste plus globalement confondue avec le souvenir du génocide des Juifs. L’article « devoir de mémoire » créé sur le site Wikipédia en 2006 indique par exemple que celui-ci apparait dans les années 1990, « d’abord invoqué en France pour demander à la nation de reconnaître la responsabilité de l'Etat français dans les persécutions et la déportation des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale5 ». Si cet article a pu connaitre de nombreuses modifications depuis, cette occurrence est toujours actuelle (site consulté le 25 avril 2011). Autre exemple significatif, le livre Les Années d’Annie Ernaux, publié en 2008, qui entremêle mémoire individuelle et mémoire collective pour dépeindre sa trajectoire dans la société française de 1945 à nos jours (BAUDELOT, 2010). L’auteur situe l’apparition du « devoir de mémoire » dans les années 1980, manifestant ainsi selon elle une « obligation civique, le signe d’une conscience juste, un nouveau patriotisme » qui mettait fin à « quarante ans de consentement à l’indifférence envers le génocide des Juifs » (ERNAUX, 2008, 151-152). On peut également citer les historiens Patrick Garcia et Jean Leduc qui écrivent en 2003 dans leurs travaux sur l’histoire de l’enseignement de l’histoire : « On ne saurait négliger, non plus, les premières manifestations du « devoir de mémoire » suscitées par l’émergence du négationnisme. C’est en octobre 1978 que l’Express publie les propos de l’ancien commissaire aux questions juives de Vichy, Louis Darquier dit de Pellepoix selon lesquels « à Auschwitz, on a gazé que des poux » et le 28 décembre de la même année que Le Monde décide de publier, après en avoir refusé plusieurs dizaines, une lettre de Robert Faurisson titrée “ Le problème des chambres à gaz ou la rumeur d’Auschwitzˮ » (Garcia et Leduc, 2003, 224). Le livre d’Emmanuel Kattan, Penser le devoir de mémoire (KATTAN, 2002) provenant d’une thèse de philosophie consacrée à la notion de « devoir de mémoire » constitue aussi, paradoxalement, une trace autant qu’un opérateur de référence au génocide. Dans la réflexion qu’il souhaite porter sur le « devoir de mémoire », le philosophe entend élargir la notion qui sert alors avant tout, constate-t-il, de « référence à la période de Vichy et à la Shoah » (KATTAN, 2002, 4), pour ainsi « repenser le devoir de mémoire et à substituer à la révélation des “leçonsˮ de l’histoire une représentation plus englobante de notre rapport au passé » (KATTAN, 2002, 15-16). Il s’y emploie en indiquant la présence d’une telle notion déjà dans l’Ancien Testament, dans le souvenir des morts, ou dans divers usages du passé. Pour autant, et en contradiction flagrante avec le projet de l’auteur, la couverture du livre choisie par l’éditeur est une photographie en noir et blanc montrant des barbelés et un mirador au premier plan, ainsi que des baraquements sous la neige à l’arrière-plan. Il s’agit d’une photographie prise par Raymond Depardon à Auschwitz-Birkenau en 19796. Le discours iconographique ainsi présenté sur la couverture et le titre du livre, Penser le devoir de mémoire, associent directement devoir de mémoire à l’expérience de l’extermination de la Seconde Guerre mondiale.

9

Couverture du livre d’Emmanuel Kattan, Penser le devoir de mémoire, Paris, PUF, 2002

Couverture du livre d’Emmanuel Kattan, Penser le devoir de mémoire, Paris, PUF, 2002

Construction d’une « mémoire interdiscursive » du terme

10Ces diverses traces discursives d’un devoir de mémoire ainsi aimanté au génocide des Juifs, sont confirmées par diverses données quantitatives que nous avons pu recenser. Ainsi, lors d’une enquête réalisée en 2008 auprès de vingt enseignants du secondaire et du primaire en région parisienne, ceux-ci ont été interrogés, lors d’un entretien semi-directif, sur leurs représentations à l’égard du devoir de mémoire, et sur les pratiques pédagogiques qu’ils pouvaient eux-mêmes associer à cette injonction. À la question « Reliez-vous ce terme à une période d’histoire précise ? », le génocide des Juifs a été cité en premier. Huit enseignants l’ont évoqué par le terme « Shoah », deux par « extermination des juifs », un par « déportation des juifs ». Une enseignante a même précisé : « je vois mal le terme [devoir de mémoire] exister en dehors de ça » (LEDOUX, 2011 : 68).

11Par ailleurs, nous avons mené en 2010 une étude quantitative des occurrences de devoir de mémoire à la télévision, à partir des sources numérisées de l’INA (Institut National de l’Audiovisuel). L’utilisation de la lexicométrie est, depuis plusieurs années, favorisée par la numérisation de gros corpus (LEMERCIER et ZALC, 2008, 48), comme c’est le cas pour les archives télévisuelles de l’INA. Ces archives nous indiquent l’historique des occurrences du terme à la télévision depuis la première mention en 1992 jusqu’à 2009. Grâce au logiciel « Hyperbase » utilisé par l’INA, il est possible de déterminer également dans quels genres de programmes (journal télévisé, magazine, retransmission en direct, talk-show, etc.) le terme a pu être diffusé. Or, ses occurrences proviennent dans une grande majorité des cas des journaux télévisés (72%). Cette information nous donne une indication sur l’amplitude de la réception du terme auprès de la population française, les journaux télévisés réalisant généralement une part d’audience supérieure à la moyenne (source : Médiamétrie). Par ailleurs, il a été également possible de travailler sur le champ lexical du devoir de mémoire. En recherchant des descripteurs établis par l’INA susceptibles d’être le plus souvent associés à l’expression, nous avons constitué dans notre corpus des échantillons rassemblant à la fois ces descripteurs et des occurrences de termes sous différents thèmes : « évènements », « groupe », « catégorie », « individu», « politique de mémoire ». Or, dans l’échantillon thématique « Evènements » extrait du corpus de 1992 à 2009, « Shoah » est la première cooccurrence rencontrée (31%), devant « Seconde Guerre mondiale » (27%), puis « Auschwitz » (8%) en troisième place. Dans l’échantillon « Groupe », le terme « juifs » (17%) est le premier descripteur associé au devoir de mémoire, devant « jeunes » (15%), puis « victimes » (10%). Dans l’échantillon « Catégorie », le terme « antisémitisme » (10%) est le premier descripteur, suivi de « justice » (8 %), et « paix » (7%). En revanche, Primo Lévi n’apparait pratiquement pas dans l’échantillon « individu » : moins d’1%. Cette référence à Primo Lévi que nous avons pu relever précédemment dans le discours a donc utilisé d’autres vecteurs de diffusion que celui de la télévision.

  • 7 Ross Quillian, étudiant au Massachussets Institut of Technology, met au point dans les années 1960 (...)

12La prégnance de la référence du génocide juif au devoir de mémoire ainsi attestée dans les discours télévisuels apparait comme un élément, parmi d’autres, dans l’analyse factorielle de l’aimantation du souvenir de cet événement à l’expression. Cette aimantation s’est construite progressivement au cours de la décennie 1990 dans la fabrique d’une « mémoire interdiscursive » (MOIRAND, 2008) du terme. Comme l’a montré Courtine (1981) après Bakhtine (1970), cette mémoire fonctionne dans une dimension dialogique de son énoncé qui stocke, au fur et à mesure, des usages antérieurs externes au locuteur. Les occurrences en écho du devoir de mémoire dans les discours médiatiques, mais aussi politiques et scientifiques, ont construit pour le terme une « opération de référence » qui a fonctionné ensuite comme une dénomination partagée d’un événement (MOIRAND, 2007, 53), en l’occurrence la déportation et/ou l’extermination des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. La controverse autour de Paul Ricœur en 2000-2001 apparait, en creux, comme l’une des manifestations de cette dénomination partagée. À la suite de la Conférence Marc Bloch donnée à la Sorbonne en 2000, dans laquelle le philosophe donnait sa préférence à la notion de « travail de mémoire » plutôt qu’à celle de « devoir de mémoire », il lui a été vivement reproché de partir « en croisade » contre le « devoir de mémoire » (ROCHLITZ, 2001, 175). Ce qui était alors en jeu dans ce reproche ainsi formulé, et renouvelé à propos de son livre La Mémoire, l’histoire, l’oubli publié la même année, était non le « devoir de mémoire » en tant que tel, mais sa référence implicite à la mémoire de la Shoah et à la place que celle-ci devait tenir dans la société française (RICŒUR, 2002, 29 ; DOSSE, 2004, 153). Cet exemple illustre plus largement la dimension cognitive et mémorielle de la nomination dans le langage. Les actes de nomination reposent sur des expériences, des connaissances et des discours qui les organisent et les formulent, donc sur une mémoire cognitive des mots (SIBLOT, 1997). Dans son intention de discuter philosophiquement de la notion de « devoir de mémoire », et de prendre position dans le débat public sur les questions mémorielles (RICŒUR, 1998, 2000a, 2000b, 2002), le philosophe se heurte alors à l’ensemble des discours dans lesquels la formule s’est trouvé mobilisée depuis plusieurs années, et qui l’ont inscrite dans la mémoire sémantique de ses interlocuteurs, mémoire sédimentée de références cognitives précises mêlant savoirs et valeurs morales (lutte contre le négationnisme, contre l’antisémitisme, contre l’oubli, singularité de la Shoah, imprescriptibilité du crime, parole des victimes, etc.). La controverse autour de Ricœur nous renvoie donc à l’ancrage discursif de la mémoire individuelle, relevé déjà par Halbwachs pour qui « chaque mot (compris) s’accompagne de souvenirs » (HALBWACHS, 1925, 279), et qui a donné lieu très tôt à des programmes de recherche sur le fonctionnement neuropsychologique de la mémoire7.

Un discours des origines réfutable

  • 8 Archives INA radio, « Association nationale des familles de résistants », notice PHD86024940.

13Il nous faut maintenant questionner l’affirmation, portée par un discours social dont nous venons de présenter quelques points d’ancrage, selon laquelle la trajectoire du devoir de mémoire serait, au moins dans son origine, consubstantielle au souvenir du génocide des Juifs, soit dans l’immédiat après-guerre, soit au moment de l’affirmation d’une mémoire spécifique du génocide au sein de la société française. Ce questionnement qui implique de « défataliser » l’histoire du devoir de mémoire, répond à l’une des exigences majeures de l’histoire du temps présent (RICŒUR, 1993, 37 ; BEDARIDA, 2001, 156 ; ROUSSO, 2012). Le travail de « défatalisation » qui concerne ici son lieu d’origine, ouvre sa trajectoire à d’autres possibles. Il a consisté pour nous à relever l’écart entre le discours des origines du devoir de mémoire, relevant aujourd’hui comme savoir social partagé d’un véritable « sens commun » (PHARO, 1989), et des traces éparses qui nous désignaient d’autres provenances et usages du terme, tant chronologiques que discursives. Ces traces sont survenues dans une intention véritative de la recherche historique, soumettant les sources établies à une opération du vérifiable et du réfutable (RICŒUR, 2000a, 227 ; BEDARIDA, 2001, 159). L’opération s’est adressée à un matériau divers constitué d’archives écrites et orales, et nous en présentons ici quelques exemples. Elle s’est ainsi réalisée à l’INA, lors de la recherche d’occurrences du terme parmi les corpus numérisés de la radio et de la télévision. Ces corpus nous indiquaient des premières occurrences en 1950 pour la radio et en 1975 pour la télévision. Après un travail de vérification directe auprès des sources et l’absence du terme constatée, il s’est avéré que le logiciel « Hyperbase » recensait les occurrences à partir de notices écrites par des documentalistes de l’INA. Or, ces notices sur lesquelles se trouvait le terme devoir de mémoire avaient été rédigées récemment, dans une démarche nommée « reprise d’antériorité » qui s’effectue lors des campagnes de numérisation des sources, et pendant lesquelles les notices sont susceptibles d’être réécrites. Tel est le cas de l’occurrence radiophonique trouvée en 1950, dont la notice a été écrite en janvier 2010, à l’occasion d’une campagne de numérisation prise en charge par l’IAS (Institut des Archives Sonores). L’émission de 1950 diffusait un entretien d’Irène de Lipkowski, présidente très active de l’ « Association nationale des familles de Résistants et d’otages morts pour la France », dans lequel elle évoquait les buts de son association : « entretenir le souvenir et le culte de nos martyrs », ce que la documentaliste de l’INA a retraduit par « devoir de mémoire » dans sa notice de 20108. Nous nous trouvions ainsi face à un mécanisme de transfert du vocabulaire contemporain sur une situation passée, plus ou moins analogue à celui précédemment cité pour l’article d’O. Lalieu. Il a donc fallu vérifier systématiquement que le terme était bien utilisé dans les sources radiophoniques et télévisuelles des notices qui le citaient. C’est ainsi que la première véritable occurrence du terme signalée par l’INA date de 1992 pour la télévision, et de 1988 pour la radio. Cette chronologie correspond à celle de la presse écrite, avec une première occurrence dans le journal Le Monde en avril 1992, et à celle des associations qui emploient le terme dans leur déclaration à la préfecture (titre ou objectifs) à partir de 1993, sauf exception en 1986 (LEDOUX, 2009).

14La référence d’auteur de Primo Lévi dans le titre du livre Le Devoir de mémoire, que nous avons évoqué précédemment, nous a conduit à recueillir les témoignages de Natta Rampazzo co-éditeur des Milles et une Nuits en 1995, Joël Gayraud, traducteur de l’entretien, et Anna Bravo, l’une des deux universitaires qui avaient réalisé cet entretien en 1983. C’est à l’appui de ces témoignages, accompagnés d’une lecture des œuvres de Primo Lévi, que nous avons pu aboutir à la conclusion d’une association entre le terme et l’écrivain italien construite en 1995 et transmise dans la « mémoire interdiscursive » depuis lors.

  • 9 Depuis 1958 par le site refasso.fr, et depuis 1996 par le site du journal officiel, journal-officie (...)
  • 10 Programme associant des chercheurs de Google, de Harvard, du MIT, de l’Encyclopaedia Britannica et (...)

15En plus des archives de l’INA, la consultation de différentes archives d’associations d’anciens déportés et d’Anciens combattants (en particulier celle de l’Amicale des Anciens Déportés Juifs de France créée en 1945), celles du Secrétariat d’État aux Anciens Combattants, celle, numérisées, des associations9, ainsi que l’utilisation du moteur de recherche « Google Ngram Viewer »10, nous ont permis de situer l’émergence du devoir de mémoire au cours des années 1970-1980, et surtout à déterminer les facteurs de sa genèse non à travers des faits historiques comme la Seconde Guerre mondiale, mais par une nouvelle configuration langagière.

La provenance du devoir de mémoire

Émergence d’une figure de style

16Plutôt que de s’adosser à la quête de l’ « origine » de la trajectoire du devoir de mémoire, on lui préférera la notion de « provenance » développée par Foucault dans sa lecture de Nietzsche. La notion d’origine implique le dévoilement d’une identité première entendue comme lieu de vérité, là où la provenance nous permet d’être attentif au « disparate », aux « hasards des commencements », aux « accidents », aux « infimes déviations », et ainsi pouvoir « faire pulluler […] mille évènements maintenant perdus » (FOUCAULT, 2000, 109). Reprenant ainsi la position de Wittgenstein pour lequel « un mot n’a pas de sens qui lui soit donné, pour ainsi dire par une puissance indépendante de nous ; de sorte qu’il pourrait y avoir une recherche scientifique sur ce que le mot veut réellement dire. Un mot a le sens que quelqu’un lui a donné » (WITTGENSTEIN, 1965, 71), nous estimons qu’il n’existe pas de scène originaire du devoir de mémoire.

  • 11 Dépêche AFP du 11novembre 1984, source afp.pressedd.com.
  • 12 Dépêche AFP du 21 avril 1985, source afp.pressedd.com, et Archives du Secrétariat d’État aux Ancien (...)
  • 13 Association des anciens membres des Forces Françaises de l’Intérieur (FFI) du secteur centre Oise. (...)

17Les premières occurrences du terme, rencontrées à partir des années 1970 et surtout 1980, appartiennent à des champs discursifs différents. Précisons que le terme a pu, bien évidemment, « échapper » au corpus que nous avons rassemblé. Un usage écrit antérieur, a fortiori oral, du devoir de mémoire est tout à fait plausible. Il sera relevé à l’avenir par d’autres recherches qui viendront ainsi infirmer ou confirmer l’hypothèse proposée dans ce texte. En l’état actuel, le terme est employé en 1972 par le psychanalyste François Périer pour évoquer la position de l’analyste, lors de l’un de ses séminaires consacré au « Corporel et à l’analytique » (PERIER, 1984, 296), et la même année par l’universitaire Jean Roudaut dans un compte rendu sur le roman d’Alexandre Vialatte Battling le ténébreux qu’il écrit pour le Magazine littéraire (ROUDAUT, 1972, 56). Il apparait ensuite en 1980 en titre d’un article du philosophe libéral Philippe Némo paru dans la revue Commentaire (NEMO, 1980, 392), en 1981 en titre de sous-partie d’un livre de l’écrivain et journaliste ancien PDG d’Antenne 2 Marcel Jullian (JULLIAN, 1981, 88), en 1983 sous la plume de l’écrivain André Dalmas dans la revue littéraire Le nouveau commerce (DALMAS, 1983, 7). La même année, lors d’un entretien (NORA, 1983, 12), puis en 1984 dans son introduction aux Lieux de mémoire, l’historien Pierre Nora emploie devoir de mémoire (NORA, 1984, 32). Nous retrouvons l’expression cette année-là dans un discours de la Secrétaire d’État à la Défense Edwige Avice11, et en 1985 dans deux discours de Jean Laurain12, alors Secrétaire d’État aux Anciens Combattants. La même année, l’historien Félix Torres (TORRES, 1985, 540), et le philosophe communiste Guy Besse (BESSE, 1985, 106) font à leur tour usage du terme. En 1986, devoir de mémoire est présent en titre de l’introduction du livre de deux journalistes, Luc Rosenzweig et Bernard Cohen (COHEN et ROSENZWEIG, 1986, p. 9), et utilisé dans des articles par l’historienne Régine Robin (ROBIN, 1986, 22), l’éditeur Philippe Jaworski (JAWORSKI, 1986, 314), l’universitaire Michel Marian (MARIAN, 1986, 129), ainsi que dans les objectifs d’une association d’anciens Résistants13.

18Ces premières occurrences du devoir de mémoire nous présentent des locuteurs appartenant pour la plupart d’entre eux aux élites culturelles, scientifiques et politiques, avec une surreprésentation d’acteurs venant des disciplines littéraires, historique et philosophique. L’expression est utilisée soit comme une figure de style purement littéraire (Périer, Roudaut, Dalmas, Jaworski), soit pour exprimer métaphoriquement des notions de patrimoine (Némo, Jullian, Torres, Marian), et d’identité (Nora, Robin), des usages politiques du passé concernant les Première et Seconde Guerre mondiale (Avice, Laurrain, association des FFI), ou des luttes contre l’oubli des crimes nazis (Rosenzweig et Cohen, Besse). À côté d’emplois strictement littéraires très présents dans l’émergence du terme, devoir de mémoire est mobilisé dans un tryptique « patrimoine/identité/mémoire des guerres » tout à fait conforme à l’armature sociale de la période, déjà signalée par les contemporains (HOYAU, 1980 ; NORA, 1984 ; JEUDY, 1986, 8).

19La dimension éparse des occurrences, qui ne font pas référence les unes aux autres, nous permet de penser que la trajectoire de l’expression n’est pas (encore) inscrite dans une « mémoire interdiscursive » construite par des usages itératifs qui traverseraient en écho diverses communautés discursives (médiatiques, politiques, universitaires, littéraires, associatives).

20D’autre part, devoir de mémoire n’épuise pas le nouveau discours d’un rapport au passé abordé sous le mode injonctif. D’autres nouvelles expressions existent à côté, en concurrence pourrait-on dire, sous différentes formes avoisinantes. Ainsi, la revue Esprit intitule en 1984 un dossier « Arménie : le droit à la mémoire » présenté en couverture (Esprit, 1984). Les différents contributeurs manifestent la nécessité impérieuse de ne pas laisser dans l’oubli le génocide arménien, au nom de l’imprescriptibilité des crimes contre l’humanité. En 1989, la sociologue Nicole Lapierre constate, dans un dossier qu’elle coordonne sur « La mémoire et l’oubli » dans la revue Communications, qu’« autour de la mémoire et contre l’oubli se développe aujourd’hui une mobilisation multiforme ». Elle conclue son article en ces termes : « Pour de nouveaux projets, de nouveaux espoirs ou de nouveaux consensus, droit à la mémoire et droit à l’oubli s’affrontent » (LAPIERRE, 1989, 5 et 9). Plus de dix ans après, la formule devoir de mémoire se trouvant consacrée dans le discours social, le dilemme sera posé en ces termes : « Devoir de mémoire, droit à l’oubli ? » (FERENCZI, 2002). Le juriste Louis Joinet revient, dans ce numéro de Communications, sur le rôle de l’amnistie dans les transitions démocratiques. Il recourt également au terme « droit à la mémoire » : « Préserver juridiquement le droit à la mémoire, telle fut la démarche des juristes de Nuremberg lorsqu’ils ont forgé le concept de crime contre l’humanité, dont l’un des attributs essentiels est d’être imprescriptible » (JOINET, 1989, 221). La même année, l’historien François Bédarida, alors directeur de l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP), publie un livre édité par Nathan et diffusé auprès des enseignants du secondaire sur le génocide nazi (BEDARIDA, 1989, 1). L’auteur met en exergue de son texte la formule suivante : « Devoir et respect de la mémoire ».

  • 14 En linguistique, une paronomase consiste à rapprocher des mots comportant des sonorités semblables (...)

21Ces diverses traces retrouvées au cours des années 1970-1980 montrent que l’expression devoir de mémoire se situe dans une phase d’ « émergence », qui désigne selon Foucault « un lieu d’affrontement » (FOUCAULT, 2000, 113). En l’occurrence, il s’agit là d’un affrontement indirect entre différentes constructions langagières employées dans des contextes discursifs à peu près similaires : « devoir de mémoire », « droit à la mémoire », « devoir de la mémoire », et d’autres encore comme « appel à la mémoire » (GROSSER, 1989, 16). Parmi ces combinaisons mouvantes de mots, devoir de mémoire relève alors d’une figure de style métaphorique parmi d’autres, qui traduit l’effort des locuteurs de s’écarter de l’usage commun de la langue, en ayant comme intention de traduire une nouveauté par une ouverture du langage. Ces locuteurs cherchent dans le même temps, par l’emploi de ces figures de style, à produire un « effet de sens » sur leurs publics destiné à frapper les esprits (FROMILHAGUE, 2007). On peut également estimer que la paronomase14 que recouvre l’assemblage des mots « devoir » et « mémoire », accentuant par une harmonie phonique « l’effet de sens » souhaité, n’est pas étrangère à son réemploi. Cette figure de style se construit progressivement comme une nouvelle expression dans le discours social au cours de ces années, mais n’a pas (encore) la fonction de formule.

22Une telle figure de style, émergeant ainsi dans divers champs discursifs lors de cette période, s’est élaborée au sein d’une nouvelle configuration langagière qui voit la multiplication des usages métaphoriques du terme mémoire au tournant des années 1970-1980.

Mémoire : le moment du mot

23Reprenant la formule du « moment-mémoire » de Nora (NORA, 1997 [1993], 4710) pour qualifier la période à la fois que son auteur vit, décrit et nourrit par son entreprise des Lieux, nous souhaitons signaler les transformations des usages du terme mémoire en France au tournant des années 1970-1980 (LEDOUX, 213). L’analyse porte essentiellement sur le discours scientifique, en particulier dans la discipline historique, tout en attirant l’attention sur le fait que l’évolution des pratiques discursives concerne également d’autres champs au même moment. D’ailleurs, la mobilisation concomitante de mémoire, employé dans une nouvelle sémantique discursive par des acteurs sociaux divers, relève d’une discontinuité qui peut être désignée comme un véritable « moment discursif » (CHARAUDEAU et MAINGUENEAU, 2002, 389).

24Le mot même de mémoire est aujourd’hui livré à une extension infinie de son champ sémantique, signalée par différentes disciplines dont la « mémoire » est l’objet d’étude (NICOLAS, 2000 ; LAVABRE, 2000, 48). Dans une acception restreinte, il réfère à la faculté d’acquérir et de stocker des souvenirs, à l’opération de restitution des souvenirs, ainsi qu’à l’ensemble des données que l’on a justement stockées « en mémoire ». Cette faculté a donné lieu à de très nombreuses expressions dans la langue française (« faire mémoire de » « pour mémoire », « de mémoire », « en mémoire de »), qui entendent la mémoire comme « présent du passé » (AUGUSTIN, 1994, 269). Ce qui n’est plus redevient présent, d’une autre manière, par la faculté mnésique de l’être humain à l’échelle individuelle, et/ou par l’intention d’une collectivité de se souvenir d’un fait passé : « De laquelle chose toutes gens parleront, et en auront memoire à jamais » (NICOT, 1606). Le terme a également très tôt servi à personnifier la chose absente, comme l’illustre cet exemple littéraire : « Mais vos pleurs ont assez honoré sa mémoire » (RACINE, 1671, 352). Les expressions si courantes encore aujourd’hui « à la mémoire de », « honorer la mémoire de » recouvrent ce sens. Ainsi, loin de se limiter à désigner la faculté mnésique de l’être humain, érigée en art dès l’Antiquité (YATES, 1975), le terme sert depuis très longtemps à formaliser notre rapport au temps et à la mort (RICŒUR, 2000a). Dans ces différents usages, le terme a été ainsi prioritairement référé à l’homme, qu’il en soit l’opérateur (faculté de se souvenir) ou le destinataire (hommage à l’absent). Le tournant discursif des années 1970 situe le terme dans une multiplicité de référents qui le détachent de son caractère anthropocentrique. Ce décentrement s’opère à travers des métaphorisations de mémoire qui nourrissent des constructions discursives par lesquelles des personnes et des groupes s'affirment, se représentent et représentent le monde passé comme présent (NORA, 1978a, 18). La discontinuité évoquée précédemment réside dans ce fait précis.

  • 15 L’émission, diffusée tous les mardis sur FR3, se décline en trois thèmes : « un lieu, un témoin, un (...)

25Parmi les différents acteurs sociaux engagés dans ces actions de (re)connaissance, les scientifiques, et en particulier des historiens d’une nouvelle génération, occupent une place importante qui dépasse largement le cadre du simple témoin de son temps (ROUSSO, 2012). Pour la discipline historique, ce tournant discursif s’opère dans le cadre d’un renouvellement épistémologique. Centrée autour de la réactualisation de la notion de « mémoire collective » introduite bien auparavant par le sociologue Maurice Halbwachs (HALBWACHS, 1925 et 1950), la « mémoire » devient objet d’étude par l’entreprise d’une nouvelle génération d’historiens, rattachée au courant de la « Nouvelle histoire » (LAVABRE, 2000). La trajectoire discursive de Pierre Nora, l’un de ses représentants, retient notre attention car elle apparait comme un aiguillon à la fois dans ce renouvellement historiographique, et dans les nouveaux usages du terme mémoire. P. Nora est, en outre, le premier historien signalé par notre enquête sur les occurrences du devoir de mémoire, à faire usage de cette nouvelle figure de style d’abord en 1983, puis en 1984. Alors assistant à Sciences-Po, P. Nora suit en 1964-1965 le séminaire que René Rémond dispense rue Saint-Guillaume, et qu’il intitule « Durée, mémoire et politique » (LAVABRE, 2006, 9 ; DOSSE, 2011, 126). Cet emploi du terme marque un point de départ des recherches sur la mémoire, abordée sous l’angle des usages du passé. Le séminaire est un lieu de réflexion fécond pour Nora qui s’intéresse alors aux Etats-Unis, et plus particulièrement à la place du passé dans la vie des citoyens. En 1966, il écrit un article dans lequel il utilise à plusieurs reprises le terme de « mémoire collective » pour désigner la relation que vivent les Américains avec leur propre passé (NORA, 1966, 62-63). Les publications qu’il entreprend quelques années plus tard au sein de sa maison d’édition Gallimard viennent confirmer son intérêt pour la « mémoire » (YATES, 1975 ; JOUTARD, 1976). Alors que le livre-manifeste de la « Nouvelle histoire », Faire de l’histoire, qu’il a dirigé avec Jacques Le Goff en 1974 (LE GOFF et NORA, 1974) ne comportait pas d’entrée « mémoire », il écrit cette fois en 1978 un article « Mémoire collective » dans l’ouvrage La Nouvelle histoire sous la seule direction de J. Le Goff (NORA, 1978b). Ce texte lui permet de définir la mémoire collective comme « le souvenir ou l’ensemble de souvenirs, conscients ou non, d’une expérience vécue et/ou mythifiée par une collectivité vivante de l’identité de laquelle le sentiment du passé fait partie intégrante » (NORA, 1978b, 398). Son objet de réflexion et d’investigation se précise alors, de même que son champ lexical. En 1977-1978, il est responsable d’un séminaire à l’EHESS qu’il intitule « Les lieux de la mémoire collective » (DOSSE, 2010, 288). Il s’agit pour P. Nora de relever les traces du passé qui ont constitué et/ou constituent encore la mémoire nationale. Le séminaire de l’EHESS devient le laboratoire de la vaste entreprise des Lieux de mémoire publié dans son premier tome en 1984, et qui réunira alors autour de lui environ soixante historiens. Interrogé en février 1978 sur ce séminaire, dans un entretien accordé à l’hebdomadaire des Nouvelles littéraires, il évoque, a priori pour la première fois, le terme « lieu de mémoire », figure de style susceptible pour lui de rendre compte de cet « entre-deux » entre la vie et la mort qui a édifié la mémoire nationale (NORA, 1978a, 17-18). Son article « Quatre coins de la mémoire », publié en 1979, analysant les mémoires communiste et gaulliste, est l’occasion de mettre en évidence le « capital de pouvoir » que représente à ses yeux « la mémoire », ainsi entendue comme usages politiques du passé (NORA, 1979, 10). L’inventaire des lieux définissant la mémoire nationale influence aussi d’autres projets comme celui de l’historien Pascal Ory, collaborateur des Lieux, qui produit en 1982-1983 une émission mensuelle à la télévision intitulée Mémoires de France15.

  • 16 Document interne de l’IHTP : « Note sur l’Institut d’Histoire du Temps Présent », 15 septembre 1981 (...)

26Les usages métaphoriques du terme mémoire dans le discours scientifique viennent ainsi, à la fin des années 1970, s’arrimer, voire se confondre, à la notion alors très prégnante d’identité. Identité nationale du côté de Pierre Nora, identité sociale et régionale par ailleurs. Le terme mémoire est en effet mobilisé simultanément dans un sens métaphorique par des chercheurs engagés dans l’ethnographie de la France contemporaine. On retrouve des historiens, des anthropologues, des sociologues qui scrutent la « mémoire » cévenole (JOUTARD, 1981), ouvrière (LEQUIN et METRAL, 1980), villageoise (ZONABEND, 1980), scolaire (MOINOT, 1984), locale (BOUVIER, 1980), ou tout simplement le fonctionnement même de la mémoire collective (LE MOIGNE et PASCOT, 1979). Dans la discipline historique, cette « tentation ethnographique » (OMNES, 2008) introduit de nouvelles sources, et principalement l’histoire orale. Dans un contexte d’après 1968 dans lequel la critique du pouvoir centralisateur et des institutions imposés par le haut détermine nombre de pratiques sociales, le terme mémoire formalise un objet scientifiquement et socialement valorisé. Il désigne alors l’ensemble des voix oubliées de l’histoire, ces « voix d’en bas » (RANCIERE, 1978, 21), qu’il faudrait désormais prendre en compte dans l’écriture de l’histoire. Le dossier intitulé « Sous l’histoire, la mémoire », publié dans la revue Dialectiques en 1980 (Dialectiques, 1980) illustre ce courant de pensée qui s’inspire de la tradition anglo-saxonne de l’histoire orale : départements oral history des universités américaines dans les années 1960, puis école anglaise des récits de vie en partie animée par les History workshops dans les années 1970. Tournant le dos à l’histoire sociale quantitative, des historiens souhaitent ainsi faire parler la « mémoire populaire » (RIOUX 1978 ; REBERIOUX, 1978). Jacques Le Goff écrit à la fin des années 1970 dans la même perspective qu’ « il incombe aux professionnels scientifiques de la mémoire, anthropologues, historiens, journalistes, sociologues de faire de la lutte pour la démocratisation de la mémoire sociale un des impératifs prioritaires de leur objectivité scientifique » (LE GOFF, 1988 : 176). La nouvelle revue d’histoire H. Histoire, créée en 1979 par l’historien Laurent Théis, revendique également cette « démocratisation de la mémoire sociale ». « […] recueillant les bribes de la mémoire collective et retraçant la vie des humbles », elle propose aux lecteurs dans son premier numéro de tourner le dos à l’histoire positiviste qui privilégiait la nation et l’État pour parler « de la vie quotidienne des hommes » (THEIS, 1979, 3). L’IHTP fondé en 1978 au sein du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), et dirigé par François Bédarida, participe également de ce nouvel intérêt pour l’histoire orale, considérant la source orale comme une source prioritaire de l’étude de la Seconde Guerre mondiale et du « passé immédiat »16. Le thème de la « mémoire collective » est également l’un des objets principaux de recherche que se donne l’IHTP, en lançant très vite une grande enquête sur « le souvenir de la Seconde Guerre mondiale dans la conscience collective des Français », dont les résultats sont publiés en 1986 (FRANK, 1986). Par ailleurs, un dossier spécial intitulé « Sur la mémoire collective » parait dès 1981 dans l’un des premiers numéros de la revue de l’Institut (Bulletin de l’IHTP, 1981).

27Pendant ces années situées grosso modo entre 1975 et 1980, le procédé de métaphorisation du terme permet à leurs auteurs de formaliser une action de « rétro-projection » (POUILLON, 1975, 160) sur des entités politiques (Etat-Nation, parti communiste, gaullisme, etc.), sociales (les ouvriers, les paysans, etc.), culturelles (mémoires juive, protestante, etc.), historiques (la Seconde Guerre mondiale, la Résistance, l’holocauste, etc.), dont la fonction est d’identifier leur « présent du passé ».

28Dans l’analyse de ces nouveaux usages, on observera que le discours historique s’y référant s’est élaboré par une nouvelle génération de chercheurs dans le cadre du renouveau historiographique des années 1970. De la « Nouvelle histoire » à « l’histoire du temps présent », la « mémoire » est tout autant objet d’étude que matière à communication entre interlocuteurs scientifiques. Il devient à partir de 1975 une dénomination de plus en plus partagée par cette nouvelle génération qui souhaite ainsi rendre intelligible des constructions identitaires collectives (nationale, sociale, locale) à l’œuvre dans un « présent du passé ». On pourrait parler à cet égard de la formation d’une « communauté discursive » (MAINGUENEAU, 1987). Le terme mémoire est perçu par ces acteurs comme un outil langagier pertinent pour la définition de leur objet, et pour l’écriture qu’ils doivent formaliser au cours de leur opération historiographique. Chez Pierre Nora, la particularité de ses pratiques discursives concernant le terme réside dans le fait qu’elles sont à la fois l’occasion d’écrire l’histoire, de statuer sur le présent, et d’établir un positionnement épistémologique centré justement sur la distinction entre « histoire » et « mémoire » (NORA, 1978, 1984). Bien sûr, Nora n’est pas le seul à écrire sur et avec la « mémoire » à ce moment-là. Mais la dimension paradigmatique des outils langagiers et conceptuels qu’il élabore au cours de cette période, pour toute une génération d’historiens en France et ailleurs jusqu’à nos jours, doit être soulignée (LAVABRE, 2007, 144-145 ; GARCIA, 2006). Une telle formulation métaphorique de l’objet « mémoire » dans l’écriture historienne n’est pas finalement sans rapport avec les problématiques posées au même moment par le linguistic turn (WHITE, 1973). Les constructions discursives opérées par le discours historique de cette génération ont appréhendé l’objet scientifique « mémoire » dans un procédé d’écriture largement métaphorisant. Sans pour autant n’y voir là qu’un ensemble de figures rhétoriques à l’écart de toute dimension véritative de la recherche historique (CHARTIER, 1998), cette observation conduit à relever une écriture historienne produite par des chercheurs soucieux de comprendre et représenter le passé, mais qui sont aussi des agents en interaction avec des conditions langagières en pleine évolution (KOSELLECK, 1990).

  • 17 Serge Klarsfeld publie en1978 le Mémorial de la déportation des Juifs de France, et crée en 1979 l’ (...)
  • 18 Serge Barcellini entre au Secrétariat des Anciens Combattants en 1981. Il crée en 1982 la Commissio (...)
  • 19 Cette concomitance est développée dans l’un des chapitres de notre thèse en cours consacrée à l’his (...)

29On peut ainsi en conclure que si le terme mémoire s’est affranchi de son caractère anthropocentrique au cours des années 1970 par le biais de sa métaphorisation, il s’est retrouvé objet central d’un tournant épistémologique au sein d’un discours historique encore en vigueur aujourd’hui. Par ailleurs, dans un contexte où les usages métaphoriques de la mémoire pénètrent le discours social d’autant plus facilement qu’ils sont valorisés, le terme a aussi eu pour effet de favoriser ces acteurs scientifiques engagés dans une légitimation sociale de leurs pratiques au cours des années 1980 (DELACROIX, 2006, 272). Enfin, la dimension de conflits de génération que sous-tend le nouvel usage du terme mémoire ainsi formulé par des historiens luttant alors pour la reconnaissance de leur courant historiographique, peut être observée pour d’autres acteurs sociaux exactement à la même période, soit au tournant des années 1970-1980. Serge Klarsfeld, « militant de la mémoire » juive17, ou Serge Barcellini, militant de la mémoire nationale au sein du Secrétariat des Anciens Combattants18, illustrent parfaitement ces constructions discursives en rupture avec celles de la précédente génération, qui s’accompagnent chez eux par la mise en œuvre de nouvelles pratiques sociales et politiques19. Cette « génération charnière » (GLEVAREC et SAEZ, 2002), née entre 1930 et 1950, en jouant un rôle d’opérateur, et pas seulement de témoin, dans l’usage du nouveau vocabulaire de la mémoire, a ainsi participé à la construction sociale d’une nouvelle réalité (BERGER, LUCKMANN, 1966 ; AUSTIN, 1970).

Conclusion

30Les lieux d’origine du devoir de mémoire ainsi esquissés procèdent de deux types de constructions discursives. L’une, associé principalement au souvenir du génocide des Juifs, relève de la circulation d’une référence historique qui a croisé les champs discursifs depuis le milieu des années 1990. Favorisé par l’absence de production scientifique concernant l’histoire de l’expression, cette association entre la genèse du terme et l’expérience génocidaire a donné lieu à la fabrique d’une mémoire « interdiscursive » qui a transmis un savoir relevant progressivement d’un sens commun. Le discours historique, élaboré à partir d’une opération historiographique, est venu participer à la construction sociale de ce savoir prétendu scientifique en inscrivant le devoir de mémoire « selon un ordre chronologique qui est aussi un ordre logique » (BOURDIEU, 1994 : 81).

31L’autre discours, porté à partir d’une « enquête » (Hérodote) sur les traces du terme, situe la provenance du devoir de mémoire dans une transformation du vocabulaire de la mémoire survenue lors des années 1970-1980. Les premières occurrences, retrouvées au cours des années 1970 et au début des années 1980, proviennent ainsi de nouvelles pratiques discursives situées dans différents champs (intellectuel, média, politique) et effectuées par des locuteurs appartenant aux élites culturelles. Elles témoignent d’une ouverture du langage que ces locuteurs recherchent en construisant des figures de style qui servent à formaliser leurs actions, comme leurs représentations du présent et du passé. Nous pouvons considérer en cela que leur recherche souligne plus globalement l’une des fonctions du langage : « le langage représente la forme la plus haute d'une faculté qui est inhérente à la condition humaine, la faculté de symboliser. Entendons par là, très largement, la faculté de représenter le réel par un “signeˮ et de comprendre le “signeˮ comme représentant le réel, donc d'établir un rapport de “significationˮ entre quelque chose et quelque chose d'autre » (BENVENISTE, 1966 : 26) La simultanéité observée des usages métaphoriques de la mémoire, effectués par des acteurs sociaux divers, serait alors susceptible d’instituer ces traces en « preuves » venant confirmer l’hypothèse d’un changement de « régimes d’historicité » (NORA, 1993 ; BEDARIDA, 2001 ; HARTOG, 2003 ; ROUSSO, 2012), une notion dont la formulation apparait d’ailleurs à peu près au même moment (DELACROIX, 2009, 29). On observera pour l’instant que ces transformations des usages du terme mémoire sont accomplies par une nouvelle génération qui se reconnait, en partie, par le partage d’un vocabulaire en rupture avec l’ancien. Le paradoxe apparent réside ainsi dans le fait que cette discontinuité discursive sert dans le même temps, pour cette « génération charnière », à formaliser un investissement scientifique, politique et social sur des objets du passé.

Haut de page

Bibliographie

AUSTIN, John Langshaw, Quand dire c’est faire, trad. de G. Lane, rééd., Paris, Seuil, 2002 [ 1962 pour l’édition originale : How to do Things with Words ].

BAKHTINE, Mikhaïl, La Poétique de Dostoïevski. Paris, Seuil, 1970 [1929].

BAUDELOT, Christian, Compte rendu du livre Les Années d’Annie Ernaux, Annales, n°2, mars-avril 2010, p. 527-531.

BÉDARIDA, François, Le Nazisme et le génocide, Paris, Nathan, 1989.

BÉDARIDA, François, « Le temps présent et l’historiographie contemporaine », Vingtième siècle, n°69, 2001, p. 153-160.

BENVENISTE, Émile, Problèmes de linguistique générale, tome 1, Paris, Gallimard, 1966.

BERGER, Peter et LUCKMANN, Thomas, La Construction sociale de la réalité, rééd., Paris, Armand Colin, 2006 [1966 pour l’édition originale : The Social Construction of Reality].

BESSE, Guy, « Jankélévitch présent », Cahiers du communisme, n°7-8, juillet-aout 1985, p. 106-112.

BOUVIER, Jean-Claude, « La mémoire partagée. Lus-la-Croix-Haute (Drôme) ». Le monde alpin et rhodanien, n°3-4, 1980.

BOURDIEU, Pierre, « L’illusion biographique », dans Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Seuil, 1994, p. 81-89.

BULLETIN DE L’IHTP, « Sur la mémoire collective », n°6, décembre 1981.

CENTRE NATIONAL DE RESSOURCES TEXTUELLES ET LEXICALES (CNRTL), accès libre en ligne : http://www.cnrtl.fr, consulté le 15 mai 2012.

CERTEAU, Michel de, « Faire de l’histoire ; problèmes de méthodes et problèmes de sens », Recherche de sciences religieuses, n°58, 1970, p. 481-520.

CERTEAU, Michel de, L’Écriture de l’histoire, rééd., Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2002 [1975].

CHARAUDEAU, Patrick, et MAINGUENEAU, Dominique, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil, 2002.

CHARTIER, Roger, Au bord de la falaise. L'histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, Albin Michel, 1998.

COHEN, Bernard et ROSENZWEIG, Pierre, Le Mystère Waldheim, Paris, Gallimard, 1986.

COLINS, Allan, et QUILLIAN, Ross, « Retrieval time from semantic memory », Journal of Verbal Learning and Verbal Behavior, n°8, 1969, p. 240-247.

CONAN, Éric et ROUSSO, Henry, Vichy, un passé qui ne passe pas, rééd., Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2001 [1994].

COURTINE, Jean-Jacques, « Analyses du discours politique », Langages, n°62, 1981.

DELACROIX, Christian, « L’histoire du temps présent au risque de la demande sociale », dans Maryline Crivello, Patrick Garcia, et Nicolas Offenstadt, Concurrence des passés. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix en Provence, PUP, 2006, p. 271-282.

DELACROIX, Christian, « Généalogie d’une notion », dans Christian Delacroix, François. Dosse et Patrick Garcia (dir.), Historicités, Paris, La Découverte, 2009, p. 29-45.

DALMAS, André, « L’état de New-York », Le nouveau commerce, n°56-57, automne 1983, p. 7-11.

DIALECTIQUES, Dossier « Sous l’histoire, la mémoire », n°30, automne 1980, p. 4-76.

DOSSE, François, « Le moment Ricœur de l’opération historiographique », Vingtième siècle, n°69, janvier-mars 2001, p. 137-152.

DOSSE, François, « Michel de Certeau et l’écriture de l’histoire », Vingtième siècle, n°78, 2003, p. 145-156.

DOSSE, François, « Lieux, travail, devoir de mémoire chez Paul Ricœur », dans Myriam Revault d’Allonnes et François Azouvi (dir.), Ricœur 2, Cahiers de L’Herne, Seuil, 2004, p. 151-184.

DOSSE, François, Pierre Nora. Homo historicus, Paris, Perrin, 2011.

Esprit, Dossier « Arménie : le droit à la mémoire », n°88, avril 1984, p.77-127.

FERENCZI, Thomas (dir.), Devoir de mémoire, droit à l’oubli ?, Bruxelles, Complexes, 2002.

FORGES, Jean-François, Eduquer contre Auschwitz, Paris, ESF, 2004.

FOUCAULT, Michel, « Nietzsche, la généalogie, l’histoire », dans Lectures de Nietzsche, Paris, Le Livre de poche, 2000 [1971].

FRANK, Robert (dir.), La Mémoire des Français. Quarante ans de commémorations de la Seconde Guerre mondiale, Paris, Éditions du CNRS, 1986.

FROMILHAGUE, Catherine, Les Figures de style, Paris, Armand Colin, coll. « 128 Lettres », 2007.

GARCIA, Patrick et LEDUC, Jean, L’enseignement de l’histoire en France. De l’ancien régime à nos jours, Paris, Armand Colin, 2003.

GARCIA, Patrick, « Lieux de mémoire », dans Sylvie Mesure et Patrick Savidan, Le Dictionnaire des sciences humaines, Paris, PUF, 2006, p. 716-718.

GLEVAREC, Hervé et SAEZ, Guy, Le Patrimoine saisi par les associations, Paris, La Documentation française, 2002.

GROSSER, Alfred, Le Crime et la mémoire, Paris, Flammarion, 1989.

HALBWACHS, Maurice, Les Cadres sociaux de la mémoire, rééd., Paris, Albin Michel, 1994 [1925].

HALBWACHS, Maurice, La Mémoire collective, rééd., Paris, Albin Michel, 1997 [1950].

Hartog, François, Régimes d’historicité, présentismes et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.

HOYAU, Philippe, « L’année du patrimoine ou la société de conservation », Les révoltes logiques n°12, été 1980, p. 70-77.

JAWORSKI, Philippe, Melville. Le désert et l’empire, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1986.

JOINET, Louis, « L’amnistie. Le droit à la mémoire entre pardon et oubli », Communications, n°49, 1989, p. 213-224.

JOUTARD, Philippe, Les Camisards, rééd., Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1994 [1976].

JOUTARD, Philippe, « Les racines de la mémoire », dans « Les protestants », H. Histoire, n°7, janvier-février-mars 1981, p. 9-20.

JEUDY, Henri-Pierre, Mémoires du social, Paris, PUF, 1986.

JULLIAN, Marcel, La Télévision libre, Paris, Gallimard, 1981.

KATTAN, Emmanuel, Penser le devoir de mémoire, Paris, PUF, 2002.

Koselleck, Reinhart, Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, traduit de l’allemand par J. et M.-C. Hoock, Paris, EHESS, 1990 [1979 pour l’édition originale : Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten].

KRIEG-PLANQUE, Alice, La Notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2009.

LALIEU, Olivier, « L’invention du devoir de mémoire », Vingtième siècle, n°69, janvier-mars 2001, p. 83-94.

LAPIERRE, Nicole, « Dialectique de la mémoire et de l’oubli », dans N. Lapierre (dir.) « La mémoire et l’oubli », Communications, n°49, 1989, p. 5-10.

LAVABRE, Marie-Claire, « Usages et mésusages de la notion de mémoire », Critique internationale, n°7, 2000, p. 48-57.

LAVABRE, Marie-Claire, « Avant-propos », dans Claire Andrieu, Marie-Claire Lavabre, et Danielle Tartakowsky (dir.), Politiques du passé. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, PUP, 2006, p.7-11.

LAVABRE, Marie-Claire, « Paradigmes de la mémoire », Transcontinentales, n°5, 2e semestre 2007, p. 139-147.

LAVABRE, Marie-Claire, et GENSBURGER, Sarah, « Entre “devoir de mémoire” et “abus de mémoire” : la sociologie de la mémoire comme tierce position », dans Bertrand Müller (dir.), L’histoire entre mémoire et épistémologie. Autour de Paul Ricœur, Lausanne, Payot, 2004, p. 75-96.

LEDOUX, Sébastien, « Pour une généalogie du “devoir de mémoire” en France », centrealbertobenveniste.org, février 2009, consulté le 12 juin 2011, URL : http://centrealbertobenveniste.org/formail-cab/uploads/Pour-une-genealogie-du%20devoir-de-memoire-Ledoux.pdf

LEDOUX, Sébastien, Le « devoir de mémoire », à l’école. Essai d’écriture d’un nouveau roman national, Sarrebruck, Éditions universitaires européennes, 2011.

LEDOUX, Sébastien, « Écrire une histoire du “devoir de mémoireˮ », Le Débat, n°170, mai-août 2012, p. 175-185.

LEDOUX, Sébastien, « Les historiens face aux nouveaux usages du mot mémoire », Mots. Les langages du politique, n°103, novembre 2013, p. 137-143.

LE GOFF, Jacques, et NORA Pierre (dir.) Faire de l’histoire, rééd., Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1986 [1974].

LE GOFF, Jacques, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, 1988.

LEMERCIER, Claire, et ZALC, Claire, Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2008.

LEMOIGNE Jean-Louis, et PASCOT Daniel, Les processus collectifs de mémorisation (Mémoire et organisation), Actes du Colloque d'Aix-en-Provence (juin 1979), Aix-en-Provence, Librairie de l'Université, 1979.

LEQUIN, Yves et MÉTRAL, Jean, « À la recherche d’une mémoire collective : les métallurgistes retraités de Givors », Annales Economies Sociétés Civilisations, n°1, janvier 1980, p. 149-166.

MAINGUENEAU, Dominique, Nouvelles tendances en analyse du discours, Paris, Hachette, 1987.

MARIAN, Michel, « L’histoire saisie par la biographie », Esprit, n°8-9, août-septembre 1986, p. 125-130.

MOIRAND, Sophie, « Discours, mémoires et contextes : à propos du fonctionnement de l’allusion dans la presse », CORELA - Cognition, discours, contextes | Numéros thématiques. [En ligne] Publié en ligne le 01 novembre 2007. URL : http://corela.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1567, Consulté le 12/06/2011.

MOIRAND, Sophie, Les Discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre, Paris, PUF, 2008.

MONIOT, Henri (dir.), Enseigner l'histoire. Des manuels à la mémoire, Travaux du colloque « Manuels d'histoire et mémoire collective », avril 1981, Université de Paris 7, Berne, Peter Lang, 1984.

NÉMO, Philippe, « Le devoir de mémoire », Commentaire (3), n°11, automne 1980, p. 392-400.

NICOLAS, Serge, La Mémoire humaine, une approche structuraliste, Paris, L’Harmattan, 2000.

NICOT, Jean, Le Thresor de la langue francoyse, 1606, en accès libre sur le site de l’Université de Chicago, Department of Romance Langages and Literatures.

NORA, Pierre, « Le “fardeau de l’histoireˮ aux Etats-Unis », dans Mélanges Pierre Renouvin. Etudes d’histoire des relations internationales, Paris, PUF, 1966, p. 51-74.

NORA, Pierre, « Topologie d’une mémoire fantôme », Entretien, dans Jean-Pierre Rioux (dir.) « Les Français ont la mémoire longue », Les Nouvelles littéraires, n°2620, 26 janvier-2 février 1978, p. 17-18.

NORA, Pierre, « Mémoire collective », dans Jacques Le Goff (dir.), La Nouvelle histoire, Paris, Retz-CEPL, 1978, p 398-401.

NORA, Pierre, « Quatre coins de la mémoire », H.Histoire, n°2, juin 1979, p. 9-31.

NORA, Pierre, « Le présent et la mémoire », entretien dans Le français dans le monde, n°181, novembre-décembre 1983, p. 10-18.

NORA, Pierre, « Entre mémoire et histoire : la problématique des lieux », dans P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, tome 1 : La République, Paris, Gallimard, 1984, p. 17-42.

NORA, Pierre, « De l’histoire contemporaine au présent historique », dans Écrire l’histoire du temps présent, Paris, CNRS Éditions, 1993, p. 43-47.

Nora, Pierre, « La loi de la mémoire », Le Débat, n°78, 1994, p. 187-91.

NORA, Pierre, (dir.), Les Lieux de mémoire, rééd., Paris, Quarto Gallimard, 1997 [1984-1993].

OMNES, Catherine, « Les historiens et la tentation ethnographique », dans Anne-Marie Arborio, Observer le travail, Paris, La Découverte, 2008, p. 281-297.

PERIER, François, Les Corps malades du signifiant. Le corporel et l’analytique, Paris, InterÉditions, 1984 [séminaire de 1972].

PHARO, Patrick, « Sens commun », dans Raymond Boudon, Philippe Besnard, Mohamed Cherkaoui, Bernard-Pierre Lecuyer (dir.), Dictionnaire de la sociologie, Paris, Larousse, 1989, p. 178.

POUILLON, Jean, « Tradition. Transmission ou reconstruction ? », dans J. Pouillon Fétiches sans fétichisme, Paris, Maspero, 1975, p.155‐173.

RACINE, Jean, Bérénice, Paris, Le Club français du livre, 1960 [1671].

RANCIERE, Jacques, « Les mirages de l’histoire immobile », Entretiens, dans Jean-Pierre Rioux (dir.) « Les Français ont la mémoire longue », Les Nouvelles littéraires, n°2620, 26 janvier-2 février 1978, p. 21.

REBÉRIOUX, Madeleine, « Le miroir des travailleurs », dans Jean-Pierre Rioux (dir.), « Les Français ont la mémoire longue », Les nouvelles littéraires, n°2620, 26 janvier-2 février 1978, p. 18-19.

REVEL, Jacques, « L’histoire au ras du sol », préface à Giovanni Lévi, Le Pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, Gallimard, 1989, p. 1-33.

REY, Alain, et CHANTREAU, Sophie, Dictionnaire des expressions et locutions, Paris, Le Robert, 2006.

RICOEUR, Paul, « Remarques d’un philosophe », dans Écrire l’histoire du temps présent, Paris, CNRS Éditions, 1993, p. 35-41

RICOEUR, Paul, « Vulnérabilité de la mémoire », dans Jacques Le Goff (dir.), Patrimoine et passions identitaires, Pairs, Fayard, 1998, p. 17-31.

RICOEUR, Paul, La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000

RICOEUR, Paul, « L‘écriture de l‘histoire et la représentation du passé », Annales HSS, n°4, juillet-août 2000, p.731-747.

RICOEUR, Paul, « Parcours de l’oubli », dans Thomas Ferenczi (dir.), Devoir de mémoire, droit à l’oubli, Paris, Complexes, 2002, p. 21-31

RIOUX, Jean-Pierre, « Le cri des hommes », dans J.-P. Rioux (dir.), « Les Français ont la mémoire longue », Les nouvelles littéraires, n°2620, 26 janvier-2 février 1978, p. 16.

ROCHLITZ, Rainer, « Mémoire et pardon », Critique, n°646, mars 2001, p. 163-186.

ROBIN, Régine, « L’identité juive ou le temps des incertitudes identitaires » dans Annie Goldmann et Guy Hennebelle (dir.) Cinéma et judéité, Paris, Cerf, 1986, p. 8-23.

ROUSSO, Henry, La Dernière catastrophe. L’histoire, le présent, le contemporain, Paris, Gallimard, 2012.

SAINT AUGUSTIN, Les Confessions, trad. de J. Trabucco, Paris, Garnier Flammarion, 1994.

SEARL, John R., Les Actes de langage, rééd., Paris, Hermann, 2009 [1969 pour l’édition originale : Speech Acts : An Essay in the Philosophy of Language].

SIBLOT, Paul, « Nomination et production de sens : le praxème », Langages, n°127, 1997, p. 38-55.

THÉIS, Laurent, « Note aux lecteurs », H. Histoire, n°1, mars 1979, p. 3-4.

TODOROV, Tzvetan, « La mémoire devant l’histoire », Terrain, n°25, 1995, p. 101-112.

TORRES, Félix, « L’histoire revisitée », Encyclopaedia Universalis, Symposium, Enjeux, 1985, p. 538-545.

TULVING Endel, DONALDSON, Wayne, Organization of memory, New York, Academic Press, 1972.

VEYNE, Paul, Comment on écrit l’histoire, rééd., Paris, Seuil, coll. « Points histoire », 1996 [1971].

VIAUD, Jean, « Représentations de Vichy ou “se souvenir de ne pas oublier” », Temporalités [En ligne], 3 | 2005, mis en ligne le 07 juillet 2009, Consulté le 21 juin 2011. URL: http://temporalites.revues.org/index400.html

WHITE, Hayden, Metahistory. The Historical Imagination in Nineteenth-Century Europe, Baltimore et Londres, The Johns Hopkins University Press, 1973.

WIEVIORKA, Olivier, La Mémoire désunie. Le souvenir politique des années sombres, de la Libération à nos jours, Paris, Seuil, 2010.

WITTGENSTEIN, Ludwig, Le Cahier bleu et le cahier brun, rééd., trad. par Guy Durand, Paris, Gallimard, 1965.

YATES, Frances Amelia, L’Art de la mémoire, Paris, Gallimard, 1975.

ZONABEND, Françoise, La Mémoire longue, Paris, PUF, 1980.

Haut de page

Notes

1 Par simplification d’usage, l’italique sera systématiquement employé pour désigner devoir de mémoire comme un terme de langage.

2 Sources europresse.com pour Le Monde et archives INA TV pour la télévision.

3 Entretien avec Stéphanie Gée, Rue 89, 1er janvier 2009.

4 Président du CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires), Patrick Lozès évoque le « devoir de mémoire » de Primo Lévi dans son texte « Devoir de mémoire, devoir pour tous », mis en ligne le 8 mai 2008 sur son blog hébergé par nouvelobs.com, à l’occasion de la journée de commémoration de l’esclavage du 10 mai.

5 « Devoir de mémoire » dans Wikipédia, historique de l’article, 10 mai 2006.

6 Raymond Depardon se rend à Auschwitz-Birkenau cette année-là pour réaliser une série de photographies du camp d’extermination. En accès libre sur le site magnum, lien consulté le 23 mars 2012 : www.magnumphotos.com/Catalogue/Raymond-Depardon/1979/POLAND-Auschwitz-Birkenau-concentration-camp-NN140300.html.

7 Ross Quillian, étudiant au Massachussets Institut of Technology, met au point dans les années 1960 un programme appelé TLC (Teachable language comprehension), chargé de comprendre comment l’individu stocke le sens des mots dans sa mémoire (Colins et Quillan, 1969). Le neuropsychologue Endel Tulving s’appuiera sur cette expérience pour analyser l’organisation de la mémoire (TULVING et DONALDSON, 1972).

8 Archives INA radio, « Association nationale des familles de résistants », notice PHD86024940.

9 Depuis 1958 par le site refasso.fr, et depuis 1996 par le site du journal officiel, journal-officiel.gouv.fr.

10 Programme associant des chercheurs de Google, de Harvard, du MIT, de l’Encyclopaedia Britannica et d'Houghton Mifflin Harcourt (éditeur de l'American Heritage Dictionary) pour constituer le plus gros corpus linguistique au monde, à partir de la numérisation de l’ensemble des publications de livres depuis 1800. A ce jour, 4% ont été numérisés ce qui représente 500 milliards de mots.

11 Dépêche AFP du 11novembre 1984, source afp.pressedd.com.

12 Dépêche AFP du 21 avril 1985, source afp.pressedd.com, et Archives du Secrétariat d’État aux Anciens Combattants, Fonds Barcellini, 1k841-54

13 Association des anciens membres des Forces Françaises de l’Intérieur (FFI) du secteur centre Oise. Déclaration enregistrée à la sous-préfecture de Clermont le 31 janvier 1986, JO des associations, 5 mars 1986, p. 422.

14 En linguistique, une paronomase consiste à rapprocher des mots comportant des sonorités semblables mais qui ont des sens différents.

15 L’émission, diffusée tous les mardis sur FR3, se décline en trois thèmes : « un lieu, un témoin, un peuple ». Pascal Ory propose de présenter la mémoire d’un groupe, associé à un territoire comme : « Le Poitou protestant au péril des dragons », « Le massacre du 1er mai des Fourmies », « La Vendée de 1793 », « L’abolition de l’esclavage ».

16 Document interne de l’IHTP : « Note sur l’Institut d’Histoire du Temps Présent », 15 septembre 1981, p. 3, archives du Secrétariat des Anciens Combattants, Fonds Barcellini, 1k841-21.

17 Serge Klarsfeld publie en1978 le Mémorial de la déportation des Juifs de France, et crée en 1979 l’association des « Fils et Filles des Déportés Juifs de France ».

18 Serge Barcellini entre au Secrétariat des Anciens Combattants en 1981. Il crée en 1982 la Commission Nationale à l’Information Historique pour la Paix (CNIHP), organe qui met en place une véritable politique publique de la mémoire au cours des années 1980.

19 Cette concomitance est développée dans l’un des chapitres de notre thèse en cours consacrée à l’histoire du devoir de mémoire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couverture du livre d’Emmanuel Kattan, Penser le devoir de mémoire, Paris, PUF, 2002
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/1815/img-1.png
Fichier image/png, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Ledoux, « Les lieux d’origine du devoir de mémoire », Conserveries mémorielles [En ligne], # 15 | 2014, mis en ligne le 10 mai 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cm.revues.org/1815

Haut de page

Auteur

Sébastien Ledoux

prépare actuellement une thèse sur l’histoire du terme « devoir de mémoire » à l’Université Paris I (Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle). Ses travaux consacrés au phénomène mémoriel analysent plus particulièrement les acteurs de « mémorialisation » et les politiques publiques du passé en France, à travers notamment les mémoires de la Shoah et de l’esclavage. Parmi ses dernières publications : « Silence et oubli de la mémoire de la Shoah : une “illusion” historiographique? », dans T. Fontaine, B. Hamelin et Y. Thanassekos (dir.) « Les erreurs historiographiques », En Jeu, FMD, n°2, décembre 2013, p. 76-93 ; « Les historiens face aux nouveaux usages du mot mémoire », Mots. Les langages du politique, 103, novembre 2013, p. 137-143 ; « “Devoir de mémoireˮ : The Post-colonial Path of a Post-national Memory in France », National Identities, vol.15, n°3, septembre 2013, p. 239-256.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org