Navigation – Plan du site

Une collectivité en images : mémoire et (ré)interprétations du passé québécois et canadien

Émilie Guilbeault-Cayer et Stéphane Savard

Texte intégral

Si je pouvais conter l’histoire avec des mots, je n’auraisque faire de trimbaler un appareil photographique

Lewis Hine

La réalisation de ce numéro a été rendue possible grâce à l’appui de plusieurs personnes. Les directeurs tiennent à souligner le travail remarquable accompli par les auteurs et l’équipe de Conserveries mémorielles, en particulier Ana Lucia Araujo. Aussi, ils aimeraient remercier, pour leurs précieux commentaires et leur aide inestimable, Bogumil K. Jewsiewicki et Martin Pâquet. Merci également à Jules Racine

1Dans le contexte actuel où les médias écrits et télévisuels occupent une place privilégiée au sein des réseaux de communication présents dans la société québécoise et canadienne, les citoyens sont constamment en contact avec une quantité phénoménale d’actualités de toutes sortes. Des déclarations politiques aux faits divers, en passant par les résultats sportifs et les fluctuations de la bourse, un déluge d’informations hétéroclites est déversé dans les médias chaque jour (Delporte et Duprat, 2003 : 7). Mais de ce lot, quelle est la quantité réelle de nouvelles qui s’imprime dans notre mémoire ? Deux mots lus rapidement à la une du journal quotidien ? Quelques bribes d’information ayant attiré notre attention au bulletin télévisé de la veille ? Alors que l’espace médiatique est un monde où l’information entre en compétition de manière continuelle, les images – photographies, caricatures, bandes vidéos, œuvres d’art, etc. –, par leur puissance évocatrice, permettent de frapper l’imagination, d’émouvoir, de faire sensation, d’exprimer un message sous la forme la plus condensée qui soit (Godin, 2003 : 110). Ne dit-on pas « une image vaut mille mots »? C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elles sont non seulement au service de l’information médiatique, mais aussi utilisées par une panoplie d’autres moyens ou réseaux communicationnels, entre autres les campagnes publicitaires, les documents promotionnels, les manuels scolaires, les livres à caractère religieux, les campagnes électorales, etc.

2« L’image, telle que la conçoit notre société aujourd’hui, est pour une large part une création médiévale. » (Cadiou et al., 2005 : 209) En effet, l’image imprimée était alors consacrée exclusivement au domaine du religieux, du sacré. Avec le temps, le champ réservé à l’image s’élargit : son ouverture sur le profane marque, à partir du XVIe siècle, l’apogée du culte des images occidentales (Cadiou et al, 2005 : 210). D’un point de vue plus conceptuel,

 « [l]e mot [image], d'une langue particulière, appelle à la fois une corrélation immédiate avec une forme de représentation chez celle ou celui qui le lit ou l'entend – l'image existe en fonction d'un récepteur – et, dans le même temps, s'avère de l'ordre du flou le plus total. Car chacun sent que l'image a à voir avec l'imaginaire, donc avec le fugace et l'immatériel. L'image, par ailleurs, ne peut se cantonner à la reproduction: elle n'est pas seulement une transposition du réel, elle est aussi un réel intrinsèque avec ses propriétés et ses circuits. » (Gervereau, 2004 : 9).

3Derrière chaque document iconographique utilisé dans le champ politique et social se cachent ainsi des représentations symboliques et identitaires véhiculées par le(s) producteur(s) de l’image. Caractérisées par les valeurs, croyances, images, opinions ou symboles d’un groupe donné, ces représentations constituent une interprétation ou une signification d’une réalité complexe et abstraite (Chartier, 1998 : 78-79 ; Jodelet, 1997 : 52-53 ; Elder et Cobb, 1983 : 28-29), dans notre cas des références identitaires au sens où l’entend le sociologue Fernand Dumont (Dumont, 1996 : 340-352).

4À la fois personnelles – chacun a ses références – et collectives – il arrive que les représentations sont partagées par plusieurs individus à la fois –, les représentations identitaires et symboliques sont perçues par les membres de la société qui les identifient, les déchiffrent, les rejettent ou les acceptent intégralement ou en partie selon les rapports de consonance ou de dissonance1. Pour l’historien Jocelyn Létourneau, les images s’avèrent un « acte de langage » qui permet à une société ou à une communauté donnée d’exprimer « ses conventions, ses mythes et ses croyances, son héritage culturel et sa volonté d’écrire à sa manière son histoire », devenant ainsi des matrices narratives du récit historique (Létourneau, 1991 : 46-47 et 55). Ce faisant, certaines catégories d’images, entre autres les photographies, permettent aux cadres sociaux de la mémoire (Halbwachs, 1994) d’agir efficacement comme « producteurs de souvenirs », favorisant ainsi le travail de cohésion sociale entre les différentes valeurs et représentations (Halbwachs, 1950 : 80, 104-105, 121 et 133 ; Namer, 1987 : 33 et 36 ; LeGoff, 1988 : 161-162). Il faut dire que le choix des documents iconographiques passe généralement par un processus de sélection – conscient ou non, officiel ou non – et de manipulations, surtout dans le cas des médias écrits (Gervereau, 2004 : 140-142 ; Barthes, 1996 : 134 et 142-143). Ce dernier vise d’une façon plus ou moins directe à obtenir le plus large consensus possible en ce qui concerne la signification de ces documents, c’est-à-dire en ce qui a trait à la manière d’interpréter les représentations qu’ils sous-tendent2.

5Médiatiques, promotionnelles, religieuses ou autres, il arrive parfois que certaines images se voient répétées plusieurs fois dans des circonstances particulières de production ou de diffusion. Puisqu’elles font appel aux émotions et aux représentations sociales, ces images se chargent alors d’un caractère symbolique qui transforme leur signification première, qui réinterprète les représentations subséquentes et qui réoriente ainsi le paysage iconographique d’une collectivité. Dans ce cas, elles subissent alors une modification de leur message original, et s’avèrent (ré)employées pour de nouvelles considérations souvent différentes de celles d’origine (Groulx, 1998 : 233). Dans un contexte de luttes de représentations entre plusieurs acteurs sociaux, ces images « renouvelées » se retrouvent au cœur d’une (re)formulation de la mémoire, des rapports au passé et des rapports de force parmi les différents individus faisant partie d’une même communauté de communication (Létourneau, 1991 : 70). Alors qu’elles servent de support symbolique à la mémoire, elles réactualisent des événements et moments précis de l’histoire d’un groupe – guerres, crises, réalisations, célébrations – et deviennent des fers de lance dans la réinterprétation de ceux-ci. Là, elles permettent l’émergence de nouvelles références identitaires de la communauté, faisant ainsi clin d’œil à une identité collective construite et malléable selon les rapports de force présents (Groulx, 1998 : 159).

6À la lumière de ces quelques remarques, ce numéro thématique veut encourager un questionnement sur l’image comme porte d’entrée menant à une réflexion sur le rôle de la mémoire ou des rapports au passé dans la construction de représentations symboliques et identitaires au Québec et au Canada du XXe siècle. Car comme le mentionne J. Létourneau, étudier les images, ces porteuses du récit identitaire, ici québécois, « c’est en quelque sorte établir une grammaire [de la société], […] c’est mettre au jour les contours "d’un espace positif du pensable et du remémorable" » (Létourneau, 1991 : 47). Davantage rédigés sous la forme d’essais, les textes qui suivent présentent donc la particularité de réfléchir sur différents aspects mémoriels présents au sein des communautés québécoise et canadienne et de les interpréter, en utilisant d’une façon plus ou moins centrale, des documents iconographiques de toutes sortes. De la gravure représentant la Mort et ses enfants-cercueils à la photographie mettant en scène le Warrior mohawk et un soldat canadien, en passant par l’image du charitable soldat Martin ainsi que la photo du barrage Manic-5 sur la Côte-Nord, ces images largement médiatisées ou véhiculées au sein de la société québécoise ou canadienne ouvrent la voie de l’imaginaire mémoriel. Cela permet aux auteurs de dévoiler quelques pistes de réflexion dans la compréhension des transformations que subissent au fil du temps et des époques certaines représentations symboliques et identitaires des sociétés étudiées.

7Le premier texte se concentre sur la place faite aux maladies vénériennes du début du XXe siècle dans les mémoires collectives d’aujourd’hui. En effet, à la suite d’une brève exposition des cadres de constitution de la mémoire collective d’un groupe, le texte de Jérôme Boivin étudie les représentations des maladies vénériennes comme « héritages du passé », particulièrement celles de l’épidémie de syphilis de la première moitié du XXe siècle et celle de grippe espagnole de 1918. L’auteur avance notamment qu’en raison de leur caractère « honteux », ces deux épidémies ont provoqué leur propre oubli, mais que la campagne qui va à leur encontre, elle, a laissé des traces dans la mémoire collective. Utilisant des gravures représentant les thèmes de la mort et des maladies vénériennes, le passé religieux des Québécois, se reflétant fortement dans cette campagne, est un autre point abordé par l’auteur. Ce dernier soutient qu’au sujet des soins de santé à cette époque de l’histoire du Québec, les principes religieux sont grandement appuyés par le corps médical, qui met de l’avant lors de la campagne un assainissement autant moral que physique.

8Aux pourtours de la Révolution tranquille, la charité chrétienne comme milieu de mémoire perd de sa signification pour une grande partie des citoyens de l’État québécois en construction. Centrant son approche mémorielle sur les représentations de cette charité, entre autres celles évoquées par les images et illustrations du Petit catéchisme dans les années 1940-1950, la réflexion de Louis Lebel montre comment leurs significations premières subissent des mutations ou des réinterprétations pour devenir au cours des années 1960-1970 un lieu de mémoire. Malgré cette transformation symbolique, l’auteur analyse les stratégies utilisées par les bénévoles de la Société de Saint-Vincent-de-Paul de Québec pour réorienter leurs pratiques et pour ainsi garder la charité chrétienne au cœur de leurs actions, comportements et représentations. Il découvre alors que pour ces derniers, la charité chrétienne demeure un milieu de mémoire puisqu’elle est vécue quotidiennement et que sa signification première demeure inchangée.

9Le texte de Stéphane Savard aborde quant à lui les rapports au passé véhiculés par Hydro-Québec et, surtout, par le biais de quatre photographies illustrant différentes époques de la compagnie et du Québec en général : les deux premières représentent des réalisations d’Hydro-Québec – un poste électrique et un barrage – et les deux autres révèlent deux catastrophes naturelles étant survenues dans le Québec contemporain – le Déluge du Saguenay (1996) et la Crise du Verglas (1998). L’auteur étudie ces photographies sous deux angles : le rapport à la nature et le rapport à la « modernité » technologique, et il avance que ces relations se transforment avec le temps. La « domination » de la nature qui faisait honneur à Hydro-Québec perd un peu de son mordant avec le Déluge et la crise du Verglas, et le rapport à la « modernité » technologique se transforme grandement, passant d’un objet de fierté à une remise en question, toujours à la suite de ces deux catastrophes naturelles. L’auteur brosse un tableau somme toute complet des mutations que subissent ces deux rapports au passé en lien avec Hydro-Québec.

10Encore plus récemment, il arrive qu’une photographie devienne l’outil privilégié des médias de masse pour traiter d’un conflit identitaire et culturel entre deux groupes. Par l’entremise d’une photographie largement médiatisée de la crise d’Oka de 1990, montrant un affrontement entre un Mohawk et un soldat de l’armée canadienne, Émilie Guilbeault-Cayer étudie les représentations et perceptions que se font les citoyens franco-québécois des populations autochtones. Véritable lieu de mémoire symbolisant les références identitaires du Soi et de l’Autre, cette « photo-choc » renvoie à la figure mythique du « sauvage guerrier », du « privilégié » et de la « victime », représentations qui semblent heurter de plein fouet un imaginaire franco-québécois laissant une large place à l’image d’une société « ordonnée », « civilisée » et « protectrice » de ses citoyens. Ces références identitaires se voient répétées et commémorées à la suite de la réutilisation périodique de la photographie, que ce soit pour souligner l’anniversaire de la crise d’Oka ou encore pour illustrer une autre crise amérindienne.

11Enfin, poursuivant les réflexions entreprises précédemment et leur donnant un caractère plus universel, le dernier texte explore les jalons conceptuels de la photographie en tant qu’objet d’analyse : son rapport à la mémoire et au réel, ses couches symboliques de significations et les nombreuses représentations qu’elle sous-tend. Ce faisant, Martin Pâquet délimite ainsi les balises permettant au praticien de l’histoire de déjouer la subjectivité du présent et de stratifier l’accumulation des nombreuses couches de significations qui peuvent se déposer sur la photographie étudiée. Comme l’explique l’auteur, derrière ces couches de significations se cachent différents usages publics ou privés du passé, lesquels sont à la source de cette caractéristique que possède la photographie de devenir un témoignage mémoriel « retravaillé ».

Haut de page

Bibliographie

BARTHES, Roland, 1996, « The Photographic Message »: 134-147, dans Paul Cobley (éd.), The Communication Theory Reader. New York, Routledge.

CADIOU, François et al., 2005, Comment se fait l’histoire : pratiques et enjeux. Paris, Repères. Coll. « La Découverte ».

CHARTIER, Roger, 1998, Au bord de la falaise : l’histoire entre certitude et inquiétude. Paris, Albin Michel.

DELPORTE, Christian et Annie DUPRAT, 2003, « Avant propos » : 5-10, dans Christian Delporte et Annie Duprat (dir.), L’événement : images, représentation, mémoire. Paris, Créaphis.

Dumont, Fernand, 1996, Genèse de la société québécoise : essai. Deuxième édition. Montréal, Éditions du Boréal.

ELDER, Charles et Roger W. COBB, 1983, The Political Uses of Symbols. New York, Longman.

GERVEREAU, Laurent, 2004, Voir, comprendre, analyser les images. Quatrième édition. Paris, Éditions La Découverte. Coll. « Guides 'Repères' ».

GODIN, Richard, 2003, « Édification d’un mythe par une chaîne de télévision publique : le cas de la couverture journalistique du 11 septembre 2001 par la société Radio-Canada » : 101-127, El-Mostafa Chadli et Lise Garon (dir.), Et puis vint le 11 septembre : l’hypothèse du choc des civilisations remise en question. Québec, PUL.

GROULX, Patrice, 1998, Pièges de la mémoire : Dollard des Ormeaux, les Amérindiens et nous. Hull, Vents d’Ouest.

HALBWACHS, Maurice, 1950, La mémoire collective. Paris, PUF.

HALBWACHS, Maurice, 1994 (1925), Les cadres sociaux de la mémoire. Paris, Albin Michel.

JODELET, Denise, 1997, « Représentations sociales : un domaine en expansion » : 47-78, dans Denise Jodelet (dir.), Les représentations sociales. Paris, PUF. Coll. « Sociologie d’aujourd’hui ».

LEGOFF, Jacques, 1988, Histoire et mémoire. Paris, Gallimard. Coll. « Folio/Histoire », no. 20.

LÉTOURNEAU, Jocelyn, 1991, « La saga du Québec moderne en images » : 44-71, Genèses : sciences sociales et histoire, no. 4 (mai).

MOSCOVICI, Serge, 1993, « Préface » : vii-xi, dans Leon Festinger, Henry W. Riecken et Stanley Schachter, L’échec d’une prophétie : psychologie sociale d’un groupe de fidèles qui prédisait la fin du monde. Paris, PUF.

NAMER, Gérard, 1987, Mémoire et société. Paris, Méridiens Klincksieck. Coll. « Sociétés ».

OLSON, Robert, 2004, « Hollywood Planet : Global Media and the Competitive Advantage of Narrative Transparency »: 111-129, dans Robert C. Allen et Annette Hill (éds.), The Television Studies Reader. Londres, Routledge.

ORY, Pascal, 2004, L’histoire culturelle. Paris, PUF. Coll. « Que sais-je ? », no. 3713.

PÂQUET, Martin, 2006, « Contrat de communication et usages du passé : le cas de Radio-Canada Atlantique » : 173-200, dans Michel Beauchamp et Thierry Watine (dir.), Médias et milieux francophones. Québec, PUL. Coll. « Culture française d’Amérique ».

Haut de page

Notes

1  Élaboré par le chercheur en psychologie sociale Leon Festinger, le concept de consonance/dissonance renvoie à la réceptivité d’une représentation extérieure par rapport aux représentations mentales qu’entretient une personne : « Les cognitions, c’est-à-dire les croyances, les représentations que nous faisons du milieu et la connaissance que nous avons de nos actes et de nos sentiments, sont liées entre elles par des rapports de consonance et de dissonance. Il y a dissonance entre deux cognitions lorsqu’elles ne s’accordent pas, lorsqu’elles sont incompatibles ou qu’elles s’opposent. » (Moscovici, 1993 : ix-x). Ce concept de consonance/dissonance n’est pas étranger à la capacité des membres d’un public – dans le cas de la télévision mais aussi des médias ou autres – à donner sens aux représentations qu’ils perçoivent en fonction de leur propres valeurs et représentations. Ainsi, le fait qu’ils attachent une importance aux représentations véhiculées par le média ou autres donne une excellente indication de la consonance de ces dernières avec leur univers mental (Olson, 2004 : 122-123; Pâquet, 2006 : 196).

2  L’exemple des campagnes publicitaires illustre bien ce propos conceptuel. Pour l’historien Pascal Ory, les campagnes publicitaires utilisent « l’usage systématique d’images et de sons, de slogans et d’intrigues posés a priori comme en rapport second par rapport au produit à vanter. Il s’agit toujours de faire adhérer le sujet visé à l’objet cher au commanditaire, généralement pour faire acheter le second par le premier. » Il souligne qu’il ne s’agit pas d’imposer des représentations à un public, telle une relation à sens unique : « Comme on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre, la publicité va nécessairement jouer avec les codes en usage à l’époque et fournir ainsi au chercheur une sorte de concentré de la morale dominante, à efficacité immédiate. » En ce sens, les campagnes publicitaires véhiculent des valeurs et représentations grandement susceptibles de plaire et d’encourager l’adhésion parmi une majorité de consommateurs ou de citoyens (Ory, 2004 : 105).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Guilbeault-Cayer et Stéphane Savard, « Une collectivité en images : mémoire et (ré)interprétations du passé québécois et canadien », Conserveries mémorielles [En ligne], #4 | 2007, mis en ligne le 01 septembre 2007, consulté le 26 mai 2017. URL : http://cm.revues.org/183

Haut de page

Auteurs

Émilie Guilbeault-Cayer

est étudiante au 2e cycle en histoire à l’Université Laval et s’intéresse à la culture politique du Québec contemporain, particulièrement celle de la crise d’Oka de 1990 et des relations entre Autochtones et État québécois. Elle a également mené des recherches sur l’histoire de la folie au Québec et la place qu’occupe le Centre hospitalier Robert-Giffard dans ce domaine, ainsi que sur la prégnance de la pensée scientifique au Québec, 1918-1945. Elle est l’auteur d’un article à paraître dans le Bulletin d’Histoire Politique qui s’intitule « Les opérations policières illégales : le rôle de l’expertise scientifique dans la Commission Keable, 1977-1981 ».

Articles du même auteur

Stéphane Savard

étudie la culture politique et les questions identitaires se rattachant au Québec et à la francophonie canadienne. Il s’est intéressé aux transformations de l’ordre symbolique canadien, entre 1968 et 1984, et à ses conséquences identitaires sur les Franco-Ontariens. Ses recherches actuelles se concentrent sur le rôle d’Hydro-Québec comme miroir des représentations symboliques et identitaires du Québec entre 1944 et aujourd’hui. En 2007, il a co-dirigé avec Martin Pâquet le livre Balises et références. Acadies, francophonies.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org