Navigation – Plan du site

Lieu-de-mémoiriser hydro-québec comme symbole des représentations de la nature et de la technologie : esquisses de réponse et pistes de réflexion1

Stéphane Savard

Résumé

Ce texte met en lumière l’importance des représentations symboliques de la nature et de la technologie –véhiculées par Hydro-Québec ou par le biais de cette société d’état – au sein de la mémoire collective québécoise ou, plus précisément, des usages du passé. Utilisant le concept de lieu de mémoire et débutant l’analyse à l’aide de quatre photographies significatives de l’histoire d’Hydro-Québec et du Québec des années 1960 et 1990, l’auteur montre que les représentations mémorielles, qui font d’Hydro-Québec un lieu de mémoire en ce qui concerne les rapports à la nature et à la technologie, ont changé entre ces deux périodes. Ainsi, Hydro-Québec et ses grandes réalisations représentent au crépuscule des années 1960 la conquête du Canadien français – qui deviendra le Québécois francophone – sur la nature et l’eau enfin domestiquées. Toutefois, vers le milieu des années 1990 et à la suite des catastrophes naturelles du déluge du Saguenay et de la Crise du verglas, l’entreprise publique devient l’instrument pour promouvoir des représentations centrées sur le respect de l’environnement et du développement durable. Quant au rapport à la technologie, la société d’État symbolise lors de la Révolution tranquille le fleuron d’un Québec francophone tourné vers la technologie, émancipé de son statut de porteur d’eau et entrant manifestement dans la « modernité »; image qui semble s’essouffler dans les années 1990 alors qu’Hydro-Québec et ses ouvrages ne sont plus perçus comme étant à la fine pointe de la technologie.

Haut de page

Texte intégral

L’auteur exprime sa reconnaissance envers le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada pour son important soutien financier. Il tient également à remercier chaleureusement les personnes suivantes pour leurs conseils et recommandations : Bogumil K. Jewsiewicki, Martin Pâquet, Émilie Guilbeault-Cayer, Olha Zazulya, Louis Lebel, Jérôme Boivin et les évaluateurs anonymes de l’article.

1La création d’Hydro-Québec est le produit d’une campagne de municipalisation de l’électricité débutée par l’entremise de la lutte contre les monopoles d’électricité menée dans les années 1930, dont le Dr Philippe Hamel représente un des personnages-clés, lui qui dénonce fortement auprès des représentants politiques les tarifs élevés d’électricité, et concrétisée avec l’étatisation de la Montreal Light, Heat and Power en 1944. Détenant le monopole du transport et de la distribution de l’électricité sur l’ensemble du territoire de l’île de Montréal, cette compagnie privée se voit remplacée par la Commission hydroélectrique de Québec (Hydro-Québec) qui reçoit comme mandat de fournir de l’électricité aux résidents de l’île au plus bas coût possible tout en assurant une saine gestion financière (Bellavance, Levasseur et Rousseau, 1999 : 558-559; Boileau, 1966 : 7-28 et 66-78; Bolduc, Hogue et Latouche, 1979 : 109-120; Godbout-Buissières, 1970 : 24-44). Pour parvenir à respecter son mandat, la nouvelle entreprise publique prend en charge – ou parfois s’associe à – la construction de nombreux projets hydroélectriques à la fin des années 1940 et tout au long de la décennie suivante. Parmi les plus importants, soulignons l’agrandissement de la centrale Beauharnois 1 sur le Saint-Laurent, la planification et la construction des centrales Beauharnois 2 et 3, ainsi que le projet Bersimis sur la Côte-Nord.

2En 1960, l’arrivée au pouvoir du Parti libéral du Québec (PLQ) et de son « équipe du tonnerre » annonce de profonds bouleversements pour Hydro-Québec. Ainsi, René Lévesque, alors ministre des Richesses naturelles, dévoile au printemps 1962 son intention de « nationaliser » l’industrie de l’électricité et donc d’accorder à l’entreprise publique qu’est Hydro-Québec le quasi-monopole de la production, du transport et de la distribution de l’électricité au Québec2. À l’automne 1962, sous la bannière du slogan « Maîtres chez nous », le chef du PLQ Jean Lesage lance et gagne une campagne électorale centrée sur la nationalisation de l’électricité. C’est alors qu’Hydro-Québec s’agrandit considérablement et qu’elle devient le fleuron de l’État québécois, un État providence en pleine construction qui se voit soutenu par le nationalisme territorial centré sur le Québec.

3Propulsée par une demande d’électricité augmentant sans cesse à un rythme effréné, Hydro-Québec entreprend de grandes réalisations dans les années 1960 et 1970 qui sont rapidement associées à la Révolution tranquille et à ses lendemains immédiats. Débuté avant la deuxième « nationalisation », le projet Manicouagan-Outardes sur la Côte-Nord se montre largement médiatisé, entre autres lors de l’inauguration du barrage et de la centrale Manic-5 en 1968. En 1967, c’est le projet Churchill Falls au Labrador qui est lancé avec fracas à la suite d’intenses négociations territoriales et énergétiques avec Terre-Neuve. En 1971, le Premier ministre Robert Bourassa annonce triomphalement le « projet du siècle », celui qui devient un an plus tard le projet du complexe La Grande situé à la Baie James. S’agissant d’un tout nouveau territoire à exploiter, R. Bourassa dépose la Loi 50 de 1971 qui permet la création de deux sociétés d’État contrôlées majoritairement par Hydro-Québec, soit la Société de développement de la Baie James (SDBJ) – qui reçoit pour mandat de mettre en valeur les ressources du territoire – et la Société d’énergie de la Baie James (SEBJ) – qui doit développer les ressources hydroélectriques et assurer ainsi la gestion des travaux du projet La Grande. Un mouvement de contestations émerge parmi plusieurs groupes sociaux – dont les Autochtones (Cris) et les environnementalistes – qui dénoncent l’arrogance d’Hydro-Québec – et, par le fait même, de la SEBJ – dans ses prises de décisions. De plus, les conséquences économiques, sociales et écologiques souvent désastreuses qu’entraînent les grands projets hydroélectriques sur le territoire du Nord et sur les populations amérindiennes qui y vivent se voient étalées sur la place publique par ces mêmes groupes de pression (Bolduc, Hogue et Latouche, 1979 : 351-397; Lacasse, 1983 : 132-160 et 441-586).

4Dès le début des années 1980 et la livraison des premiers kilowatts en provenance de la Baie James, une chute dans la croissance de la demande en électricité, une récession économique mondiale ainsi que la remise en question de l’État providence obligent Hydro-Québec à revoir ses prévisions énergétiques auparavant optimistes. Désormais autorisée à se constituer une marge de profit depuis l’adoption de la Loi 16 en 19813, la société d’État retarde pour la première fois ses importants investissements pour la construction de nouvelles centrales et se tourne vers une substantielle augmentation des exportations vers les États-Unis afin d’écouler les importants surplus d’électricité. Après avoir tenté de mettre sur pied le projet Grande-Baleine qui se voit finalement abandonné en 1994 en raison, entre autres, de la résistance acharnée du peuple cri (Desbiens, 2004 : 108-113), Hydro-Québec voit son image et sa réputation devenir une fois de plus troublées. En 2000, à la suite d’une déréglementation très critiquée du marché de l’électricité au Québec – déréglementation qui fait suite à celles qui ont lieu dans le contexte nord-américain –, l’entreprise publique se voit divisée en trois entités distinctes – Hydro-Production, Hydro-Transport et Hydro-Distribution. Cette transformation contribue de façon évidente à la consolidation du caractère commercial de la société d’État et à la privatisation du développement de ressources hydroélectriques de moindre envergure –c’est-à-dire de petites centrales privées – (Breton et Blain, 1999 : 12-30 et 130-137; Pelletier, 2004 : 97-101).

5Dans l’optique de ce rapide coup de sonde historique, il est possible de constater à quel point Hydro-Québec est au cœur des préoccupations et réalisations politiques, économiques, sociales et culturelles du Québec contemporain. Davantage qu’une simple entreprise publique, elle devient un instrument privilégié de promotion de représentations symboliques4 du Québec francophone, représentations qui se retrouvent inévitablement aux fondements des références identitaires en constants changements5. Oeuvrant dans les dimensions de la conjoncture politique, de l’imaginaire collectif6 et de la mémoire, ces représentations symboliques de l’État québécois se construisent à la fois par les interventions d’Hydro-Québec et de l’État – incluant les acteurs politiques et les dirigeants de l’entreprise – et par les acteurs socio-politiques – ex : environnementalistes, Autochtones, citoyens, etc. – qui instrumentalisent Hydro-Québec en tentant d’imposer leurs valeurs et représentations particulières. Parmi ces dimensions, la dimension mémorielle touche particulièrement l’historien puisqu’elle concerne les usages du passé que font les différents acteurs étudiés dans le présent historique. Comme nous le verrons plus loin, son étude se voit facilitée par l’utilisation de photographies ou autres documents iconographiques.

6Le présent article montre qu’une étude sur la mémoire collective, mémoire observée à travers le prisme du lieu de mémoire, permet d’ouvrir de nouvelles avenues autrement inexplorées sur les transformations identitaires des Canadiens français devenus progressivement des Québécois francophones. Davantage sous la forme d’un essai, ces quelques pages chercheront d’abord à préciser le concept de mémoire collective et, d’une façon plus spécifique, celui de lieu de mémoire. Nous serons donc en mesure de constater que l’utilisation de ce dernier s’avère pertinente afin d’étudier le cas québécois et plus particulièrement celui d’Hydro-Québec. À l’aide d’une réflexion documentée qui utilise comme point de départ quatre photographies évoquant deux époques différentes de l’histoire d’Hydro-Québec et du Québec – les années 1960 et les années 1990 –, nous avancerons que cette société d’État peut être considérée selon des orientations précises comme un lieu de mémoire véhiculant des représentations symboliques hégémoniques de l’État québécois et de ses citoyens francophones. Sans prétendre à l’exhaustivité, nous analyserons deux de ces orientations qui, selon nous, permettent des réflexions identitaires particulièrement intéressantes : les représentations de la nature et de la technologie.

Précisions d’ordre conceptuel : pour une approche par les Lieux de mémoire

7Alors que la mémoire demeure une notion plutôt vague, malléable, plusieurs historiens et autres chercheurs n’hésitent pas à tirer profit de cette caractéristique. Notre raisonnement ne prétend pas être au-dessus de la mêlée; il sillonne lui-aussi les perspectives jugées les plus fertiles pour notre questionnement, abandonnant de surcroît les autres. Ainsi, à partir de l’évolution du concept de la mémoire collective, nous nous arrêterons sur les réflexions de l’historien Pierre Nora concernant les lieux de mémoire ainsi que sur les travaux de François Hartog abordant les régimes d’historicité. En ce qui concerne certaines composantes mémorielles particulières, nous verrons que ce concept de lieu de mémoire peut s’appliquer au contexte historique québécois issu de la Révolution tranquille. Nous avancerons ainsi la possibilité qu’Hydro-Québec puisse devenir « lieu-de-mémoirisée » au profit d’une réflexion historienne à partir de quatre photos évoquant le passé de l’entreprise.

8Probablement un pionnier en ce qui a trait à la théorie des rapports au passé, Maurice Halbwachs définit dans la première moitié du XXe siècle le concept de mémoire collective s’appliquant aux groupes nationaux ou encore aux groupes sociaux présents à l’intérieur d’une même nation ou d’une même société. Pour ce faire, il souligne que la mémoire collective est en constante relation avec la mémoire individuelle de chaque personne formant un groupe donné : « Nous dirions volontiers que chaque mémoire individuelle est un point de vue sur la mémoire collective. » (Halbwachs, 1950 : 33). Selon lui, cette mémoire collective tournée vers le champ symbolique et le champ culturel s’appuie sur « l’histoire vécue » et non sur « l’histoire apprise »; c'est-à-dire sur une série de représentations et d’images du passé qui se montrent toujours usuelles et opératoires dans le présent vécu par le groupe -qui les utilise donc dans la vie de tous les jours (Halbwachs, 1950 : 43 et 70; Namer, 1987 : 14 et 59). C’est ainsi que M. Halbwachs souligne ces caractéristiques propres à la mémoire collective d’un groupe :

« La mémoire collective, au contraire [c’est-à-dire contrairement à l’histoire qui étudie le groupe dans la longue durée et vu de l’extérieur], c'est le groupe vu du dedans, et pendant une période qui ne dépasse pas la durée moyenne de vie humaine, qui lui est, le plus souvent, bien inférieure. Elle présente au groupe un tableau de lui-même qui, sans doute, se déroule dans le temps, puisqu'il s'agit de son passé, mais de telle manière qu'il se reconnaisse toujours dans ces images successives. La mémoire collective est un tableau des ressemblances, et il est naturel qu'elle persuade que le groupe reste, est resté le même, parce qu'elle fixe son attention sur le groupe, et que ce qui a changé, ce sont les relations ou contacts du groupe avec les autres. » (Halbwachs, 1950 : 78)

9Pour M. Halbwachs, la mémoire collective possède certaines conditions sociales d’énonciation, de production ou de réception des souvenirs qui autorisent et limitent ses énoncés ainsi que sa diffusion. Appelées cadres sociaux de la mémoire, ces conditions se définissent par les cadres religieux, temporels et spatiaux qui agissent comme des « producteurs de souvenirs ». C’est ainsi que les mutations du lieu habité par le groupe changent les représentations de ce dernier et engendrent alors des répercussions sur la mémoire collective du même groupe. Une problématique similaire survient en ce qui concerne le cadre du temps; lorsque la représentation collective du temps subit des transformations, la mémoire collective se voit elle-aussi modifiée (Halbwachs, 1950 : 80, 104-105, 121 et 133; Namer, 1987 : 33 et 36).

10Pour le sociologue Fernand Dumont, la mémoire collective se rattache beaucoup aux coutumes et traditions qui subsistent dans le présent d’une société. Elle ne peut se comprendre que par l’étude de la culture en général, car cette dernière « ne devrait-elle pas être le lieu où l'histoire prend un sens pour les hommes? De soi, elle est un héritage; d'elle, nous recevons des moyens d'expression et d'action, un imaginaire et des croyances où nous nous reconnaissons une identité en même temps qu'une appartenance à la commune humanité. La culture est à la fois un legs qui nous vient d'une longue histoire et un projet à reprendre; en un certain sens, elle n'est rien d'autre qu'une mémoire » (Dumont, 1995 : 40). Cette approche relève essentiellement du concept de travail de mémoire, car F. Dumont considère que la mémoire de la culture et de l’histoire est « libératrice » et se montre la voie privilégiée à une plus grande participation citoyenne dans l’action (Dumont, 1995 : 80-84).

11En s’avérant primordiaux pour notre questionnement, les travaux de l’historien français Pierre Nora retiennent l’attention. Pour P. Nora, la mémoire collective représente « le souvenir ou l’ensemble des souvenirs conscients ou non, d’une expérience vécue et/ou mythifiée par une collectivité et dont le sentiment du passé fait partie intégrante de l’identité » (Nora, 1978 : 398-401). En d’autres mots, elle évoque « ce qui reste du passé dans le vécu des groupes, ou ce que ces groupes font du passé » (Nora cité par LeGoff, 1988 : 170). Elle est un mécanisme social de représentations, de réinterprétations successives du passé ou d’usages symboliques du passé afin de répondre aux considérations du temps présent. Dans le cas français, P. Nora remarque que cette mémoire nationale subit à partir de la deuxième moitié du XXe siècle les contrecoups de l’accélération du temps et de la montée de ce que François Hartog appelle le présentisme7. Alors que la mémoire nationale est normalement vécue d’une façon évolutive par les acteurs sociaux, sur la base d’une « adéquation » entre l’histoire et la mémoire, le présentisme brise cette relation (Nora, 1984b : xviii). Il transforme le passé en inconnu – the past is a foreign country (Lowenthal, 1985) – et distancie la mémoire qui risque de se perdre à jamais (Nora, 1984b : xviii-xxviii). Puisque le temps peut être perçu comme un cadre social de la mémoire, son accélération modifie ainsi les rapports que les individus, et par le fait même la société, entretiennent avec le passé.

12Ce constat d’une « crise du temps » pousse P. Nora à définir un nouvel objet de l’histoire, soit l’histoire de cette mémoire nationale qui subit des mutations à travers les temps historiques de la nation. Afin de mettre en pratique cette nouvelle approche, il construit littéralement le concept de lieux de mémoire, lieux à caractère représentatif, symbolique et interprétatif où la mémoire nationale « s’est électivement incarnée et qui, par la volonté des hommes ou le travail des siècles, en sont restés comme les plus éclatants symboles : fêtes, emblèmes, monuments et commémorations, mais aussi éloges, dictionnaires et musées » (Nora, 1984a : vii et xii; Nora, 1984b : xxxiv-xxxv). Cherchant à donner « le maximum de sens dans le minimum de signes » (Nora, 1984b : xxxv), ce sont des « lieux » pris au sens large dont « la volonté des hommes ou le travail du temps a fait un élément symbolique du patrimoine mémoriel d’une quelconque communauté » (Nora, 1992 : 20). Ils permettent l’étude d’une mémoire collective qui n’est plus « vécue » – contrairement à M. Halbwachs – et qui n’est plus nécessairement associée directement à la culture vivante – si chère à F. Dumont. C’est ainsi que l’historien qui analyse ces lieux de mémoire ne relate pas les caractéristiques de la mémoire nationale d’un peuple mais réalise plutôt un portrait de l’histoire de cette mémoire.

13P. Nora affirme que le concept de lieux de mémoire se montre difficilement exportable, la société française des années 1970-1980 vivant un contexte historique particulier et formant un consensus unique autour du rôle central que jouent les historiens dans la construction de l’identité nationale. Toutefois, le cas du Québec francophone au XXe siècle se rapproche beaucoup de celui français en ce qui concerne le rôle du rapport au passé : le passé y est également un élément identitaire fondamental. Dans Les mémoires québécoises, Jacques Lacoursière et Jacques Mathieu montrent bien la présence d’une mémoire collective et nationale centrée sur l’existence d’un consensus spécifique autour de certains éléments identitaires comme la nature, le Nord, la « modernité » et même la Révolution tranquille (Lacoursière et Mathieu, 1991). L’expérience québécoise francophone de la représentation du temps justifie également l’utilisation de la mémoire collective étudiée par le prisme des lieux de mémoire. Ainsi, en analysant le discours des intellectuels de la Révolution tranquille, le sociologue Joseph-Yvon Thériault souligne que les années 1960 représentent l’hégémonie de « l’idéologie du rattrapage ». Cette dernière engendre une nouvelle prise de conscience que la représentation du temps a changé, que la société est désormais tournée d’une façon plus marquée vers le présent mais aussi et particulièrement vers un futur progressiste, « émancipateur » (Lacoursière et Mathieu, 1991 : 26-27; Thériault, 2005 : 222-223). L’émergence du présentisme au Québec, que l’on pourrait qualifier de « modéré » ou de « tempéré », contribue assurément à une distanciation vis-à-vis de la mémoire vécue et ainsi à une prise de conscience que plusieurs symboles mémoriels se trouvent contestés. J.Y. Thériault observe toutefois que les années 1980 représentent celles où « [l]'idéologie de 'rattrapage', essentiellement modernisante et tournée vers le présent, a bouffé l'idéologie de 'conservation', tournée vers le passé, et l'idéologie du 'dépassement', pointée vers le futur espéré » (Thériault, 2005 : 222-223). La communauté québécoise (francophone) entre officiellement dans le présentisme si admirablement décrit par F. Hartog. Il ne serait pas étonnant que derrière cet abandon officiel d’un futur souhaitable et ainsi qu’au-delà de cette mutation de la représentation du temps se cache une autre transformation de la mémoire collective québécoise. Celle-ci serait analysable grâce à la notion de lieu de mémoire.

14Souvent considérée comme le symbole de la Révolution tranquille (Brazeau, 1984 : 64-65; Corbo, 1995 : vii-viii), Hydro-Québec occupe assurément une place centrale au sein de la mémoire collective des Québécois francophones. Alors que son passé ne semble pas toujours faire l’unanimité au sein des différents discours des acteurs politiques et sociaux, l’entreprise publique fait néanmoins consensus à des périodes particulières autour de certaines représentations précises qu’elle évoque, dont les plus importantes et les plus fertiles selon nous demeurent le rapport à la nature et le rapport à la technologie – « modernité ». C’est ainsi qu’Hydro-Québec peut être considérée comme un lieu de mémoire dans la mesure où les représentations de la nature et de la « modernité » ainsi que les usages de la mémoire de ces derniers dans le présent historien se trouvent retravaillés, réinterprétés, réorientés, et viennent modifier les références identitaires devenues hégémoniques au sein du Québec francophone et véhiculées par certains membres des élites.

15Afin de faciliter la réflexion concernant les mutations de la mémoire de ce lieu, quatre photos amplement médiatisées dans l’histoire d’Hydro-Québec et du Québec en général seront retenues. Si les photographies permettent aux souvenirs de remonter à la surface des eaux tumultueuses de la mémoire, elles contribuent surtout à visualiser de façon précise à la fois l’objet de la mémoire et la période du passé par laquelle le groupe tente de se référer (Maurice Halbwachs, cité dans Namer, 1987 : 36). Elles participent également au travail de cohésion sociale des valeurs et représentations du passé (LeGoff, 1988 : 161-162) véhiculées par le lieu de mémoire. Les deux premières photographies sont complémentaires et représentent ainsi une image passablement cohérente de la société d’État au crépuscule des années 1960. La première (image 1) montre le poste électrique situé à Lévis qui reçoit dès 1965 la première ligne à haute tension (735 kV) au monde reliant le complexe de Manicouagan-Outardes à Lévis et à Montréal. La deuxième photo (image 2) présente le barrage de la centrale Manic-5 (aussi appelé barrage Daniel-Johnson) probablement peu de temps avant son inauguration officielle les 25 et 26 septembre 1968 par les représentants politiques québécois et autres invités. Les deux dernières photos transportent le lecteur dans les années 1990. La troisième image (image 3) montre les inondations survenues à la suite du Déluge du Saguenay dans les journées des 19 et 20 juillet 1996. Ayant frappée l’imaginaire national et historique de la société québécoise, cette catastrophe naturelle possède un lien indirect mais néanmoins pertinent et justifiable avec Hydro-Québec8. Les représentations symboliques qui découlent de cette image sont ainsi en rupture avec les représentations véhiculées par la société d’État dans les années 1960. Enfin, la dernière photo (image 4) illustre les pylônes affaissés à la suite de la tempête du verglas de janvier 1998, surnommée la « Crise du verglas » dans l’imaginaire collectif québécois en raison de l’importance des dommages et des désagréments survenus dans les pires moments de la période hivernale.

Du désormais « maîtres chez nous » jusqu’aux dommages occasionnés par le verglas : la transformation du rapport à la nature

16Dans leur importante étude Les mémoires québécoises, Jacques Mathieu et Jacques Lacoursière soulignent que « [d]ans la mémoire collective québécoise, la nature a joui d’un pouvoir évocateur exceptionnel. Elle a longtemps fait rêver, suscitant le plus souvent des sentiments de force et de nostalgie qui s’exprimaient ainsi : immensité, forêt sauvage, nature vierge, eau cristalline, ressources inépuisables, hivers d’antan » (Lacoursière et Mathieu, 1991 : 38). Parmi les éléments composants cette nature, l’eau représente assurément celui qui a marqué le plus fortement la conscience collective des Canadiens français et, plus tard, des Québécois francophones. En effet, dès le début de l’expérience coloniale, elle est rapidement associée à l’essor économique de la population – explorations, pêches, moyens de transport – ainsi qu’à une source vitale d’énergie – moulins à eau et plus tard hydroélectricité (Lacoursière et Mathieu, 1991 : 46-47 et 82-83). Le rapport souvent consensuel à la nature – et plus précisément à l’eau – comme élément central de la mémoire collective nous dévoile les chemins de l’étude d’Hydro-Québec en tant que lieu de mémoire.

17Nous croyons que la société d’État a représenté mieux que n’importe quelle autre entreprise publique ou réalisation humaine le nouveau rapport à la nature qui s’installe dans les années 1960. Ainsi, J. Mathieu et J. Lacoursière nous apprennent qu’avant la Révolution tranquille, la nature est souvent associée dans les rapports au passé à l’adaptation des Canadiens français au territoire nordique, une adaptation principalement caractérisée par l’apprivoisement. C’est ainsi que le coureur des bois, le missionnaire explorateur ou encore le bûcheron-colonisateur représentent des symboles de cette nature qu’il faut apprendre à domestiquer (Lacoursière et Mathieu, 1991 : 38-39). Toutefois, avec la construction par Hydro-Québec de grands projets bouleversant l’ensemble du territoire d’une région – comme la Côte-Nord dans le cas de Manic-5 mais aussi comme la Baie-James dans les années 1970 –, la nature ne s’avère pas seulement domestiquée mais aussi et surtout entièrement dominée. L’harmonie entre l’environnement et l’Homme semble bousculée, et les immenses réalisations matérielles de ce dernier harnachent littéralement la nature. C’est ainsi que la figure mythique du Québécois francophone se transforme et que désormais, du haut de son savoir technologique et matériel, ce dernier triomphe des éléments naturels. L’adaptation et la survie semblent choses du passé; le citoyen québécois peut désormais contrôler et aménager son territoire et ses ressources. De nouvelles représentations symboliques de la nature se créent parmi lesquelles Hydro-Québec évoque un symbole mémoriel et identitaire puissant. Représentant selon la géographe Caroline Desbiens la fierté de contrôler l’environnement naturel (Desbiens, 2004 : 109), la société d’État bouleverse considérablement la mémoire collective des Canadiens français du Québec qui tendent progressivement vers des références identitaires « québécoises ».

18En revenant aux deux premières photographies qui évoquent les réalisations d’Hydro-Québec dans les années 1960 (images 1 et 2), l’observateur remarque inévitablement la nature en arrière-plan du barrage et des lignes de transmission. Alors que le projet Manicouagan-Outardes avance à pas de géants à la suite de la deuxième « nationalisation » de l’électricité et de la création d’une Hydro-Québec toute-puissante, la région de la Côte-Nord se voit assurément transformée. Les photos de Manic-5 et des lignes à haute tension (735 kV) abondamment publiées dans les journaux de l’époque présentent une nature et un territoire se transformant sous les « bienfaits » et les conséquences de l’activité humaine. Les arbres centenaires cèdent ainsi leur place à l’érection de pylônes électriques métalliques aux allures structurantes. Grâce à l’ingéniosité humaine, la rivière sauvage se voit maîtrisée, bétonnée, détournée. Ces images représentant Hydro-Québec et ses « bâtisseurs » à l’action marquent indubitablement l’imaginaire collectif de plusieurs de ces Québécoises et Québécois francophones qui commencent certainement à comprendre la signification du slogan « Maîtres chez nous ». Ainsi, ces nouvelles représentations des interventions de l’Homme triomphant frappent d’autant plus l’imaginaire collectif qu’ils évoquent assurément un souvenir de la nature qui était autrefois dominante, de la nature qui a constamment forcé les Canadiens français à s’adapter. Il y a donc récupération des représentations mémorielles de la nature par les représentants politiques et par les dirigeants d’Hydro-Québec afin de montrer aux Canadiens français, qui s’identifient de plus en plus comme « Québécois », que les temps ont changé, qu’il y a un « désormais » où l’Homme dicte sa loi à la nature, où le Québécois francophone prend les rennes du cheval blanc et sauvage qu’est l’eau pour non seulement le domestiquer mais également et surtout le transformer en énergie électrique, l’arme maîtresse du Dieu énergie.

19

Image 1 : Lignes à haute tension (735kV) et poste d’électricité de Lévis

Image 1 : Lignes à haute tension (735kV) et poste d’électricité de Lévis

Hydro-Québec, 735kV : Manicouagan-Montréal, [1972], [p.3

20

Image 2 : Barrage Manic-5 au tournant de son inauguration en 1968

Image 2 : Barrage Manic-5 au tournant de son inauguration en 1968

Unic, Bilan du siècle. http://bilan.usherbrooke.ca/​bilan/​pages/​photos/​734.html

21Une analyse des sources rattachées à Hydro-Québec – compte rendus, communiqués de presse, ouvrages à caractère communicationnel, campagnes de publicité – et à la culture politique québécoise – discours et mémoires des acteurs politiques, manifestes et énoncés ministériels, opinions des membres de la presse écrite, etc. – permettrait indubitablement de vérifier la véracité de cette piste de réflexion. En guise d’exemple, le document à saveur communicationnelle intitulé Manicouagan et publié à la demande d’Hydro-Québec en 1964 s’avère très pertinent pour illustrer cette construction du lieu de mémoire que devient Hydro-Québec. Ayant comme principal objectif de communiquer les caractéristiques techniques du projet Manicouagan-Outardes, ce livre renferme néanmoins de nombreuses photographies illustrant l’aménagement des rivières Manicouagan et Outardes. En contradiction avec le texte plutôt neutre et à caractère informatif et scientifique, les descriptions savoureuses de ces images plongent littéralement le lecteur dans l’univers de la mémoire et de l’imaginaire collectif. En ce qui a trait aux représentations de la nature, les premières pages du document rappellent qu’avant l’arrivée d’Hydro-Québec sur la Côte-Nord, la nature se voulait dominante. Ainsi, en révélant une photographie de la rivière paisible qui coule et de la forêt qui pousse, il évoque la mémoire canadienne-française de la nature sauvage, « maître chez elle » et faisant partie intégrante du folklore encore vivant : « Au commencement étaient un fleuve, des montagnes, une forêt. Le fleuve brillait. Les montagnes dormaient. La forêt chantait. » (Hydro-Québec, 1964) Quelques pages plus loin, alors que le document nous présente des photos du chantier en construction, des expressions évoquant la domination sur une nature désormais hostile abondent : « Pour vaincre le fleuve, il fallait manger la montagne. Pour dominer la matière, il fallait hypothéquer le granit et le porphyre. » (Hydro-Québec, 1964) ou encore « Le fleuve s'est rendu. Il a délaissé son lit millénaire pour s'engouffrer sous la montagne. Et l'homme a fait gronder ses grues... pour mettre de l'ordre dans le désordre de la pierre. » (Hydro-Québec, 1964) Alors que le lecteur regarde une photographie exposant le montage du tableau de bord d’une centrale, il lit aussi cette description exprimant le nouveau pouvoir de domination du Québécois francophone sur la nature : « À ce tableau de bord, l'homme commande à la nature. » (Hydro-Québec, 1964)

22Ces interventions montrant Hydro-Québec qui transforme le rapport à la nature ne semblent pas isolées. À la suite de l’analyse de la culture organisationnelle d’Hydro-Québec9, le chercheur Alain Chanlat remarque que l’électricité produite par l’entreprise publique devient rapidement le symbole du contrôle de l’environnement naturel. Effectivement, celle-ci libère son utilisateur des cycles naturels du froid en hiver, de la chaleur en été, etc. Elle transforme l’eau, une ressource abondante, mais aussi une « force malveillante et mystérieuse », en une source de puissance (Chanlat, 1984 : 144). Selon A. Chanlat, les discours des acteurs politiques, entre autres lors des cérémonies d’inauguration10, permettent également de mettre en place cette nouvelle perception de la nature. Il mentionne d’ailleurs que le discours inédit que Daniel Johnson devait prononcer le 26 septembre 1968 pour l’inauguration de Manic-5 – il est décédé dans la soirée du 25 septembre quelques heures avant le discours – symbolise un des meilleurs exemples illustrant la mutation de la mémoire collective – de canadienne-française à québécoise francophone – qui modifie son rapport à la nature (Chanlat, 1984 : 147-153). La littéraire Dominique Perron souligne d’ailleurs que l’inauguration de Manic-5 devient un symbole consensuel évoquant le développement et le contrôle d’une nature au service des besoins de l’État et de ses citoyens, ce qu’elle appelle d’ailleurs une « colonisation technologique » du territoire québécois (Perron, 2006 : 68-71, 179-188). Pour elle, la cérémonie d’inauguration représente la « nationalisation symbolique » d’Hydro-Québec qui associe à un territoire aménagé par cette entreprise – non seulement la Côte-Nord mais tout le Québec – un sentiment identitaire particulier (Perron, 2003 : 75).

23Image 3 : Déluge du Saguenay en juillet 1996

24

Le Soleil, lundi 22 juillet 1996, A-1

25

Image 4 : Pylônes électriques affaissés lors de la Crise du verglas en janvier 1998

Image 4 : Pylônes électriques affaissés lors de la Crise du verglas en janvier 1998

La Presse, vendredi 9 janvier 1998, A-1

26Les photos du Déluge du Saguenay et de la Crise du Verglas (images 3 et 4) évoquent à coup sûr un autre rapport à la nature, un rapport plus conscientisé, plus écologique. En effet, l’eau, que les Québécois francophones – ou autres – croyaient être en mesure de maîtriser, de contrôler, voire même de rendre esclave de la puissance électrique, se moque des barrages en les grugeant et en jouant à saute-mouton. De plus, elle se transforme également en véritable manteau de glace recouvrant les pylônes électriques et tirant de toute sa pesanteur afin de les faire s’effondrer. La nature déchaînée brise violemment les réalisations de l’Homme et assène un sérieux coup de barre aux représentations propagées jusqu’alors par Hydro-Québec. Constatant les dégâts importants causés par le Déluge du Saguenay et remettant en cause la gestion des barrages, l’historien Russel Bouchard monte sur la scène publique et affirme que cette catastrophe est en fait un avertissement : « L’homme doit se réconcilier avec la nature, c’est une question de spiritualité. » (Russel Bouchard cité dans Fleury, 1996 : A4) Dans le cas de la Crise du verglas, des titres de journaux tels que « C’est l’enfer » (La Presse, 1998a : A1) ou encore « Tout s’écroule » (Pineau et Malboeuf, 1998 : A1) laissent le Québécois pantois devant une nature revancharde et guerrière: « C’est comme si la Montérégie avait été bombardée. Il faudra non pas réparer, mais carrément reconstruire 40% du réseau qui alimente en électricité cette région, la plus ravagée par la tempête de verglas […] » (Pineau et Malboeuf, 1998 : A1).

27Nous croyons que ces deux catastrophes ainsi que leurs nombreuses images véhiculées dans les journaux et à la télévision frappent non seulement l’imaginaire collectif des Québécois francophones mais aussi leur rapport au passé. Dans le cas précis des lignes à haute tension que ces derniers voient s’effondrées ou se fracassées, elles s’avèrent des réalisations semblables – construites par la même société d’État qu’est Hydro-Québec – à celles auparavant considérées comme des symboles de la domination de l’Homme sur la nature et sur la transformation de l’eau en électricité. Notons toutefois que les représentations du rapport à la nature ne changent pas dramatiquement à la suite de ces catastrophes mais qu’elles s’avèrent plutôt le produit d’une lente mutation en cours depuis le début des années 1970. Ainsi, la période 1970-1980 se montre le théâtre d’affrontements parfois virulents entre Hydro-Québec et certains groupes de la société québécoise, dont les Autochtones du Québec – et plus particulièrement les Cris – et les environnementalistes – chercheurs et scientifiques, activistes, citoyens (Bolduc, Hogue et Latouche, 1979 : 351-397). Les notions d’écologie et de protection de l’environnement font alors de plus en plus consonance11 au sein des citoyens francophones ou autres (Lacoursière et Mathieu, 1991 : 39 et 89-90) ; ce qui influence la perception qu’ont ces derniers d’Hydro-Québec et de ses réalisations et représentations. Alors qu’il est possible de considérer la construction du projet de la Baie James comme l’apogée de la représentation d’une nature à contrôler, à harnacher, il est également permis d’y voir les premiers balbutiements d’un discours visant à protéger, à respecter cette même nature. En 1984, la noyade amplement médiatisée de près de 10 000 caribous dans la rivière Caniaspicau, dont la responsabilité est imputée par les Cris à Hydro-Québec et à ses développements hydroélectriques du Grand Nord (SRC, 2006), continue de semer l’inquiétude dans les rangs de plusieurs citoyens francophones ou autres qui se montrent favorables à la protection de l’environnement. Plus tard, les événements catastrophiques de 1996 et 1998 ainsi que les débats entourant le projet avorté de Grande Baleine (Desbiens, 2004 : 108-113) contribuent certainement à faire d’Hydro-Québec l’exemple mémoriel par excellence rappelant aux citoyens que l’image d’une nature contrôlée où l’Homme est tout-puissant s’avère fausse et perfide.

28Il est donc plausible de considérer ces trois événements comme le véritable point tournant menant à la transformation d’Hydro-Québec en tant que lieu-carrefour de représentations symboliques du Québec évoquant ce nouveau rapport entre écologie et développement. En témoigne certainement la saga de la centrale du Suroît en 2004. En effet, le projet Suroît – une centrale thermique au gaz naturel proposée par Hydro-Québec pour répondre aux besoins énergétiques du Québec dans un avenir rapproché – fait dissonance avec les représentations alors hégémoniques du Québec qui se montrent sensibles à la pollution atmosphérique et au nouveau concept de « développement durable ». Mentionnons que le projet est finalement remplacé par une politique de développement éolien – en Gaspésie ou ailleurs sur le territoire de la province – considérée comme davantage respectueuse de l’environnement et du développement économique durable que le projet Suroît.

Hydro-Québec et les « cathédrales » de la technologie :  la mutation du rapport à la « modernité » technologique

29Selon l’historien américain David Nye, le rapport à la technologie dans la formation de la nation américaine depuis l’époque de la Révolution se montre central. Pour expliquer un des processus primordiaux de la construction de cette nation, il utilise les discours narratifs des membres des élites pour montrer que les représentations de différentes technologies – ex : le moulin à eau, le chemin de fer et les barrages – occupent une place importante dans l’émergence de références identitaires (Nye, 1994 : xiii-xvi et 43; Nye, 2003 : 1-5). Ce discours technologique s’associe indubitablement à la tentative de création d’une économie performante pour former deux composantes essentielles du concept un peu flou qu’est la « modernité ». En prenant appui sur les conclusions de D. Nye, nous croyons qu’il est possible de se questionner sur l’importance des représentations de la technologie dans les stratégies de construction d’une nation « moderne ». Dans le cas du Québec francophone de la Révolution tranquille, nous croyons que le rapport à la « modernité » – du moins à l’ordre technologique et parfois économique – représente une importante stratégie identitaire, culturelle et politique afin de bâtir l’État québécois et de donner une légitimité au nationalisme centré sur les limites territoriales du Québec12. Par le biais du prisme des représentations de la technologie et de ses conséquences sur l’Homme, il est possible de considérer Hydro-Québec comme le lieu de mémoire illustrant le mieux la fin de la situation « traditionnelle » et ainsi l’avènement de cette « modernité » québécoise.

30 Avant les années 1960, « [l]e rapport des savoir-faire techniques à l’identité québécoise a été particulièrement évident dans le discours idéologique » (Lacoursière et Mathieu, 1991 : 266) des membres des élites. Celui-ci se montre toutefois caractérisé par un hommage aux techniques permettant à la fois la survivance et la réponse aux besoins familiaux ainsi que par un respect envers la débrouillardise canadienne-française (Lacoursière et Mathieu, 1991 : 266-267). Alors que dans les années 1940 et 1950 les petites innovations se succèdent et que l’économie québécoise s’industrialise, la « modernité » semble toutefois abordée avec nuance, avec parcimonie. Utilisant un frein idéologique, les membres des élites hégémoniques promeuvent des valeurs et références davantage conservatrices – ruralité, catholicisme, repli sur soi, etc. Ils véhiculent l’image du Canadien français « porteur d’eau », « né pour un petit pain » et sous la tutelle économique de l’Autre canadien-anglais ou américain. C’est donc le « régime de l’imaginaire national et historique de la survivance13 » qui occupe une place hégémonique dans le paysage mémoriel des Canadiens français du Québec.  

31Perçues comme « euphoriques », les années 1960 – et nous pourrions même ajouter le début des années 1970 – symbolisent l’âge d’or des réalisations techniques et économiques d’Hydro-Québec (Bolduc, Hogue et Latouche, 1979 : 299 et 387; Brazeau, 1984 : 74). Associées à la Révolution tranquille et aux objectifs de remettre aux Canadiens français du Québec le contrôle des principales ficelles de leur économie, nous croyons que ces accomplissements frappent l’imaginaire populaire de deux façons. D’emblée, les barrages, centrales et lignes à haute tension présents à Manic-5 mais aussi sur la Côte-Nord en général et dans le nouveau Nord qu’est la Baie James représentent des chefs-d’œuvre technologiques dont les Québécois francophones ou autres peuvent s’enorgueillir. Ainsi, en ce qui concerne les deux premières photographies évoquées plus haut (images 1 et 2), la ligne à haute tension de 735 kV reliant le complexe Manicouagan-Outardes à la ville de Montréal via Lévis est la première en son genre sur la planète. Quant à lui, le barrage en béton de Manic-5, du haut de ses 214 mètres en son centre, s’avère en 1968 le plus imposant barrage à voûtes multiples au monde. Ces primeurs mondiales font assurément courir une cohorte de spécialistes et de journalistes en provenance de tous les coins du globe. Dans un deuxième temps, ces réalisations techniques jouent un rôle immense dans le contrôle de la nature et représentent pour les Québécois francophones l’action économique par excellence de ce nouvel État providence du Québec – la « colonisation technologique » selon D. Perron. Désormais, la « modernité » passe par l’aménagement des ressources naturelles des territoires du Nord – affirmation particulièrement véridique pour le cas du projet de la Baie James – afin de répondre aux aspirations économiques et urbanistes du Sud (Desbiens, 2004 : 105-107). Par le biais de ses interventions, Hydro-Québec préconise donc de nouvelles représentations de l’État et de ses citoyens : un Québec à la fine pointe de la technologie, dont les experts et scientifiques francophones se montrent capables de rivaliser avec leurs compatriotes anglophones, qui favorise le développement de ses richesses naturelles afin de construire une économie « moderne » intégrant l’ensemble des citoyens. En d’autres mots, les réalisations d’Hydro-Québec dont se vantent les représentants politiques modifient le rapport au passé en façonnant le nouveau visage d’un Québec embrassant fougueusement dame « modernité ». Derrière ces représentations est évoquée la mémoire collective rattachée aux images du « porteur d’eau », de la petite débrouillardise personnelle et du caractère « traditionnel » du Québec, afin de faire prendre conscience aux  Québécois francophones – auparavant les Canadiens français du Québec –que les temps ont changé, qu’ils doivent désormais se considérer libérés de la tyrannie de la tradition et du contrôle social et économique de l’Autre américain ou canadien-anglais.

32Certaines sources viennent appuyer nos propos et indiquent de quelle façon Hydro-Québec devient un lieu de mémoire. Ainsi, dans le document Manicouagan, les représentations des travailleurs outillés à la fine pointe de la technologie et maîtrisant la force herculéenne des machines semblent rappeler aux Canadiens français du Québec que leur infériorité économique et technologique est maintenant chose du passé. En fait, ne serait-ce pas en montrant une panoplie de photos illustrant un territoire dénaturé par l’intervention de l’Homme et de ses inventions technologiques que le document arrache les Canadiens français du Québec de leur milieu de mémoire issu du régime de la survivance et qu’il les propulse vers de nouvelles représentations d’un Québec désormais technologique et « moderne »? Quoiqu’il en soit, certaines descriptions d’images nous poussent à le croire:  « Vinrent des géants au front bouclé de fer qui ont éventré le fleuve brillant, brisé la montagne dormante, décapité la forêt chantante. Manicouagan, qui portait encore dans ses flancs l'écho des tam-tams montagnais, s'éveillait au monde » (Hydro-Québec, 1964) ou encore « Dressées comme des dinosaures, les machines arrachent au canyon la défaillance de la pierre pour y insuffler la force du béton. » (Hydro-Québec, 1964) Notons que dans ce nouveau rapport à la technologie l’Amérindien – l’Autre montagnais – est perçu comme le symbole de ce traditionalisme folklorique rattaché à la nature sauvage et au régime de la survivance.

33Cet hommage à la technologie va plus loin alors qu’Hydro-Québec compare ses constructions à des « cathédrales » louangeant les bienfaits du « dieu Énergie » et de « la religion des chiffres » (Hydro-Québec, 1964)14. Il faut d’abord dire que la sécularisation de l’État québécois dans les années 1960 a certainement créé un vide religieux rempli en partie par Hydro-Québec et ses représentations du dieu Énergie transformant l’eau en électricité. Peut-être aussi existe-t-il une importante comparaison à faire avec la signification et le rôle des cathédrales construites au Moyen Âge? Les travaux de l’historien de l’art Erwin Panofsky soutiennent que ces dernières formaient un véritable « lieu géométrique de toutes les formes d'expression symbolique propres à une société et à une époque » (Bourdieu, 2000 : 133), soit les valeurs et représentations de la pensée scolastique classique (Panofsky, 2000 : 83-84). Les barrages hydroélectriques érigés par Hydro-Québec, qui deviennent ces nouvelles « cathédrales » d’Amérique du Nord, ne peuvent-ils pas être considérés comme le lieu par excellence où l’architecture et les techniques nouvellement maîtrisées par les Canadiens français du Québec rencontrent les valeurs et représentations de rattrapage, d’émancipation économique et sociale, ainsi que de nation-building québécois (francophone) ? C’est alors qu’Hydro-Québec et les dirigeants politiques utilisent le rapport mémoriel à la « modernité » pour montrer l’émergence d’un État du Québec – et d’une nation franco-québécoise – économiquement « moderne » et tourné vers la technologie, par opposition à une province – et une nation canadienne-française – « traditionnelle » en retard sur le plan de l’économie et des techniques. Dans le livre Manicouagan, les descriptions des photos montrant le détournement de la rivière Manicouagan ainsi qu’une gigantesque poulie surveillée par un travailleur représentent de façon plausible le savoir-faire technique utilisé par Hydro-Québec et acquis symboliquement avec l’édification d’une société québécoise « moderne » : « Il y a des pays pour les enfants, d'autres pour les hommes, quelques-uns pour les géants... » (Jean-Guy Pilon, cité dans Hydro-Québec, 1964); « Mon pays a franchi ses frontières d'exil. Mon pays vient parler sur la face du monde. Nous levons les yeux à hauteur du feu. Nos chantiers ont la chaleur du pain brut. » (Gatien Lapointe, cité dans Hydro-Québec, 1964)

34Dans les années 1990, tout porte à croire que le rapport à la « modernité » précédemment défini subit une profonde mutation, entraînant ainsi une redéfinition sur le plan symbolique du lieu de mémoire hydro-québécois. Alors qu’Hydro-Québec représente dans les années 1960-1970 le symbole de ce qu’il se fait de mieux dans l’industrie électrique, la perception d’une entreprise à la fine pointe de la technologie s’effrite significativement à la suite de catastrophes naturelles comme le Déluge du Saguenay ou la Crise du verglas (images 3 et 4). Plusieurs questions sont soulevées. Les barrages placés sous la responsabilité de l’entreprise publique sont-ils sécuritaires, solides et « modernes » en termes de gestion et de techniques? L’équipement tout entier de la société d’État a-t-il été remplacé avec les années? En ce qui concerne les lignes de transport d’énergie, plusieurs personnes se questionnent sur la « modernité » des choix technologiques utilisés pour leur érection. Alain Dubuc, éditorialiste du journal La Presse, souligne que « [l]’ampleur des dégâts nous force à nous demander si les choix qui ont été faits par le passé, celui de quadriller la région montréalaise d’un réseau de distribution d’électricité reposant sur l’approche traditionnelle [c’est nous qui soulignons] des poteaux et des fils, ont été les bons » (Dubuc, 1998 : B2)15. Dans un article à caractère informatif, le journaliste Claude-V. Marsolais renseigne ses lecteurs sur la possibilité de développer une expertise dans la gestion du verglas – notamment dans le déglaçage des câbles comme au Manitoba – tout en soulignant le fait qu’Hydro-Québec n’en maîtrise aucune jusqu’à ce jour (Marsolais, 1998 : A14).

35 Les représentations d’Hydro-Québec véhiculées à la suite des deux catastrophes naturelles laissent donc supposer que le rapport à la « modernité » a changé. Les barrages renfloués ou encore les pylônes affaissés évoquent la mémoire de cette technologie jadis toute-puissante et infaillible pour mieux montrer que la situation n’est plus en vigueur aujourd’hui. Plus largement et en lien avec le contexte dans les années 1980 et 1990 de remises en question concernant l’efficacité de l’État providence, l’image du Québec « moderne » issue de la Révolution tranquille se voit ternie. Dans cette perspective, il est plausible de croire que les représentations de la « modernité » se rattacheraient désormais à la capacité de se maintenir constamment à la fine pointe de la technologie plutôt qu’aux interventions entreprises afin de se sortir du régime « traditionnel » de la « Grande Noirceur ». Hydro-Québec se trouverait en marge de cette nouvelle conception, n’étant plus capable – du moins en apparence – de répondre à ces normes technologiques « modernes » exigées par plusieurs citoyens francophones ou autres.

Conclusion : les horizons d’une telle approche

36Plongeant le lecteur dans l’univers des représentations, des perceptions et des symboles rattachés à une réalité matérielle de l’entreprise publique, de ses réalisations et aussi des conséquences que cette dernière subit à la suite de certaines catastrophes naturelles, cet essai montre que l’approche par le concept du lieu de mémoire s’avère pertinente et enrichissante à toute étude abordant Hydro-Québec comme un instrument de promotion des représentations identitaires du Québec, surtout francophone. Rappelons brièvement que l’évocation d’une mémoire qui ne semble plus vivante représente un usage du passé qui satisfait les considérations du présent, symbolisant donc ce que Pierre Nora appelle un lieu de mémoire. En « lieu-de-mémoirisant » Hydro-Québec dans la mesure où les représentations de la nature et de la technologie ancrées dans la mémoire collective des Québécois francophones se trouvent réinterprétées, retravaillées, réorientées, cet article permet de dévoiler certaines mutations du rapport au passé qui n’auraient pu être étudiées autrement. C’est ainsi que les années de la Révolution tranquille voient apparaître les représentations d’une nature bétonnée et harnachée grâce à une maîtrise de la technologie « moderne » et toute-puissante qui transforme la mémoire collective des Canadiens français du Québec jusqu’alors tournée vers la « tradition », la survivance et l’adaptation à la nature. Pour la première fois, Hydro-Québec devient un lieu de mémoire évoquant aux Québécois francophones l’image de ces représentations qui ne sont désormais plus opérationnelles, qui ne reflètent plus la réalité quotidienne. Quant aux années 1990, avec les catastrophes naturelles du Déluge du Saguenay et de la Crise du verglas, mais aussi avec l’émergence et la consolidation des contestations environnementales dans les années 1970-1980 ainsi que la remise en question de l’État providence dans les années 1980, ces représentations du Québécois francophone « moderne », tourné vers la technologie et maître de la nature, semblent s’effriter. Les photos amplement médiatisées d’une nature moins contrôlée que prévu et d’une technologie passablement désuète attaquent les représentations mémorielles issues de la Révolution tranquille et suggèrent ainsi que cette dernière se dirige vers une perte de signification. Une fois de plus, la portée symbolique, les significations accordées au lieu de mémoire qu’est Hydro-Québec se voient réinterprétées, davantage centrées sur une critique des représentations technologiques et sur un développement « durable » respectueux de l’environnement que sur des valeurs et représentations d’un Québec qui entre dans la « modernité » technologique en contrôlant étroitement la nature devenue « domptée ».

37De toute évidence, cet essai ne se montre pas exhaustif concernant l’interprétation des représentations véhiculées par les images étudiées. Plusieurs orientations restent inexplorées et inexploitées, dont le rapport à l’Autre – Canadiens anglais, Américains, Autochtones – brièvement évoqué ainsi que le rapport à la « modernité » politique et administrative. De plus, les années 1990 ne sont étudiées dans ce travail que par le biais des deux catastrophes naturelles, évacuant par le fait même d’autres événements – comme l’opposition au projet Grande-Baleine – qui contribuent certainement à altérer la mémoire d’Hydro-Québec en tant que symbole de la Révolution tranquille. Enfin, certaines pistes de réflexion méritent d’être davantage approfondies et documentées, comme le lien qui existerait entre les barrages comme « cathédrales » et leur association symbolique aux valeurs et représentations de cette nation québécoise en construction.

Haut de page

Bibliographie

I.  Sources primaires

1998(a), « C’est l’enfer! », couverture, La Presse, vendredi 9 janvier :  A1.

1998(b), « La leçon d’une tempête (mardi 28 février 1961) », éditorial, La Presse, mercredi 14 janvier: B3.

Commission scientifique et technique sur la gestion des barrages, 1997, Rapport. Québec.

Dubuc, Alain, 1998, « Et si les fils avaient été enfouis? », éditorial, La Presse, vendredi 9 janvier: B2.

Fleury, Robert, 1996, « "Nous sommes assis sur une éponge!" Selon l’historien Russel Bouchard, le lac St-Jean aurait pu y passer », Le Soleil, vendredi 26 juillet: A4.

Giroux, Raymond, 1996, « Les barrages : une ceinture et des bretelles! », éditorial, Le Soleil, samedi 27 juillet: A21.

Hydro-Québec, 1964, Manicouagan, Imprimerie Pierre Desmarais.

Hydro-Québec, 1972, 735 kV : Manicouagan-Montréal.

Leduc, Gilbert, 1996, « Gestion des barrages : Bouchard refuse de chercher des coupables », Le Soleil, jeudi 25 juillet: A5.

Malboeuf, Marie-Claude et Yann Pineau, 1998, « Tout s’écroule », La Presse, samedi 10 janvier: p. A1.

Marsolais, Claude-V., 1998, « La technologie du déglaçage des câbles existe, mais… », La Presse, mercredi 14 janvier: A-14.

Société Radio-Canada (SRC), 2006, archives du site internet. http://archives.radio-canada.ca/IDC-0-13-306-1619-11/desastres_tragedies/caribous_noyade/  (site consulté le 31 janvier 2007).

II.  Ouvrages à caractère théorique et conceptuel

Bourdieu, Pierre, 2000, « Postface » : 133-167, dans Erwin Panofsky, Architecture gothique et pensée scolastique. Deuxième édition. Paris, Les Éditions de Minuit. Coll. « Le sens commun ».

Demers, Frédéric, 2005, La mise en scène de l’imaginaire national et historique du Québec francophone dans la télésérie « Les Filles de Caleb ». Thèse de doctorat (histoire). Québec, Université Laval.

Desjeux, Dominique et al., 1996, Anthropologie de l’électricité : les objets électriques dans la vie quotidienne en France. Paris, Éditions L’Harmattan. Coll. « Logiques sociales ».

Dumont, Fernand, 1996, Genèse de la société québécoise : essai. Deuxième édition. Montréal, Éditions du Boréal.

Dumont, Fernand, 1995, L'avenir de la mémoire. Québec, Nuit blanche Éditeur/CEFAN. Coll. « Les conférences publiques de la CEFAN », no. 1.

Halbwachs, Maurice, 1950, La mémoire collective. Paris, P.U.F.

Hartog, François, 2003, Régimes d'historicité: présentisme et expériences du temps. Paris, Éditions du Seuil. Coll. « La librairie du XXIe siècle ».

Lacoursière, Jacques et Jacques Mathieu, 1991, Les mémoires québécoises. Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval.

LeGoff, Jacques, 1988, Histoire et mémoire. Paris, Gallimard. Coll. « Folio/Histoire », no. 20.

Lowenthal, David, 1985, The Past is a Foreign Country. Cambridge, Cambridge University Press.

McRoberts, Kenneth, 1988, Quebec : Social Change and Political Crisis. Troisième édition. Toronto, McClelland and Stewart.

Moscovici, Serge, 1993, « Préface » : vii-xi, dans Leon Festinger, Henry W. Riecken et Stanley Schachter, L'échec d'une prophétie: psychologie sociale d'un groupe de fidèles qui prédisait la fin du monde. Paris, P.U.F.

Namer, Gérard, 1987, Mémoire et société. Paris, Méridiens Klincksieck. Coll. « Sociétés ».

Nora, Pierre, 1992, « Comment écrire l’histoire de France » : 9-38, dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire. Tome 3 : Les France. Volume 1 : Conflits et partages. Paris, Éditions Gallimard.

Nora, Pierre, 1984(b), « Entre Mémoire et Histoire : la problématique des lieux » : xv-xlii, dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire. Tome 1 : la République. Paris, Gallimard.

Nora, Pierre, 1978, « Mémoire collective » : 398-401, dans Jacques LeGoff (éd.), La Nouvelle Histoire. Paris, Retz.

Nora, Pierre, 1984(a), « Présentation » : vii-xiii, dans Pierre Nora (dir.), Lieux de mémoire. Tome 1 : La République. Paris, Gallimard.

Nye, David E., 1994, American Technological Sublime. Cambridge, The MIT Press.

Nye, David E., 2003, America as Second Creation: Technology and Narratives of New Beginnings. Cambridge, The MIT Press.

Panofsky, Erwin, 2000, Architecture gothique et pensée scolastique. Deuxième édition. Paris, Les Éditions de Minuit. Coll. « Le sens commun ».

Symons, Gladys S., 1988(b), « La culture des organisations: une nouvelle perspective ou une mode des années 1980? » : 21-38, dans Gladys S. Symons (dir.), La culture des organisations. Québec, Institut québécois de recherche sur la culture (IQRC). Coll. « Questions et culture ».

Symons, Gladys S., 1988(a), « Présentation » : 9-17, dans Gladys S. Symons (dir.), La culture des organisations. Québec, Institut québécois de recherche sur la culture (IQRC). Coll. « Questions et culture ».

Thériault, Joseph Yvon, 2005, Critique de l'américanité: mémoire et démocratie au Québec. Montréal, Éditions Québec Amérique.

Thomas, Joël, 1998, « Introduction »: 15-21, dans Joël Thomas (dir.), Introduction aux méthodologies de l’imaginaire. Paris, Ellipses.

III.  Ouvrages portant sur Hydro-Québec

Bolduc, André, Clarence Hogue et Daniel Latouche, 1979, Québec : un siècle d’électricité. [Montréal], Éditions Libre Expression.

Bellavance, Claude, Roger Levasseur et Yvon Rousseau, 1999, « De la lutte antimonopoliste à la promotion de la grande entreprise. L'essor de deux institutions: Hydro-Québec et Desjardins, 1920-1965 », Recherches sociographiques, XL, 3 : p. 551-578.

Boileau, Claude, 1966, Les partis politiques et le problème de la nationalisation de l’électricité. Mémoire de maîtrise (science politique). Québec, Université Laval.

Brazeau, Jacques, 1984, « Quarante ans d’un rôle socio-culturel à poursuivre » : 63-79, dans Marcel Couture (dir.), Hydro-Québec : des premiers défis à l’aube de l’an 2000. [Montréal], Éditions Libre Expression/Forces.

Breton, Gaétan et Jean-François Blain, 1999, Les mauvais coûts d’Hydro-Québec. Québec, Éditions Nota Bene. Coll. « Interventions ».

Chanlat, Alain, avec la collaboration d’André Bolduc et de Daniel Latouche, 1984, Gestion et culture d’entreprise : le cheminement d’Hydro-Québec. Montréal, Québec/Amérique. Coll. « Dossiers Documents ».

Corbo, Claude, 1995, « Préface » : vii-viii, dans Yves Bélanger et Robert Comeau (dir.), Hydro-Québec : autres temps, autres défis. Ste-Foy, Presses de l’Université du Québec. Coll. « Les leaders du Québec contemporain ».

Desbiens, Caroline, 2004, « Producing North and South : a Political Geography of Hydro Development in Québec », The Canadian Geographer/Le Géographe canadien, 48, 2: 101-118.

Godbout-Buissières, Marthe, 1970, La nationalisation de l’électricité au Québec: phénomène politico-administratif. Mémoire de maîtrise (sciences sociales). Québec, Université Laval.

Lacasse, Roger, 1983, Baie James : une épopée. [Montréal], Éditions Libre Expression.

Parenteau, Roland, 1984, « Hydro-Québec et l’État » : 45-61, dans Marcel Couture (dir.), Hydro-Québec : des premiers défis à l’aube de l’an 2000. [Montréal], Éditions Libre Expression/Forces.

Parenteau, Roland, 1986, Hydro-Québec: les relations entre l'État et son entreprise. Ottawa, Conseil économique du Canada. Séries « Documents », no. 312.

Pâquet, Gilles, 1989, « La grande offre publique d’achat (OPA) des années 1960 dans l’électricité au Québec: petit essai d’ethnographie interprétative » : 282-297, dans Robert Comeau (dir.), Jean Lesage et l’éveil d’une nation : les débuts de la Révolution tranquille. Sillery, Presses de l’Université du Québec.

Pelletier, Jean-Marc, 2004, « La nationalisation de l’électricité au Québec : repères historiques », L’Action Nationale, XCIV, 5-6 : 78-103.

Perron, Dominique, 2003, « "On est Hydro-Québécois". Consommateur, producteur ou citoyen? Analyse de la nationalisation symbolique d’Hydro-Québec », Globe : revue internationale d’études québécoises, 6, 2 : 73-97.

Perron, Dominique, 2006, Le nouveau roman de l'énergie nationale: analyse des discours promotionnels d'Hydro-Québec de 1964 à 1997. Calgary, University of Calgary Press.

Haut de page

Notes

1  L’auteur exprime sa reconnaissance envers le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada pour son important soutien financier. Il tient également à remercier chaleureusement les personnes suivantes pour leurs conseils et recommandations : Bogumil K. Jewsiewicki, Martin Pâquet, Émilie Guilbeault-Cayer, Olha Zazulya, Louis Lebel, Jérôme Boivin et les évaluateurs anonymes de l’article.

2  Il faut parler de « quasi-monopole » car la représentation de la « nationalisation » doit être nuancée. Ainsi, l’électricité produite par les industries pour leur propre besoin énergétique n’est jamais touchée, ce qui épargne les actifs hydroélectriques des compagnies comme Alcan et qui porte à 25% la part de la production totale d’électricité en 1962-1963 qui s’avère épargnée par le processus de nationalisation. De plus, la « nationalisation » n’est en fait qu’un rachat par Hydro-Québec des actions des compagnies privées ciblées (Pâquet, 1989 : 283 et 290).

3  La Loi 16 du 19 décembre 1981 transforme Hydro-Québec en « une société à fonds social avec pour unique actionnaire, le ministre des Finances. Le fonds social autorisé est de 5 milliards de dollars ». Soulignons que si l’entreprise se voit autorisée à déclarer des dividendes, elle est néanmoins obligée de verser à son unique actionnaire, l’État québécois, des dividendes substantielles (Parenteau, 1984 : 50; Parenteau, 1986 : 26-27).

4  Les représentations symboliques étudiées sont le fruit des valeurs, croyances, opinions, perceptions ou symboles véhiculés par les membres d’une société dans le but de fournir une interprétation ou une signification d’une réalité complexe et abstraite, soit dans notre cas les références identitaires véhiculées au Québec francophone (Breton, 1991 : 135; Chartier, 1989 : 1514; Demers, 2005 : 4; Elder et Cobb, 1983 : 28-29; Jodelet, 1992 : 360-362; Jodelet, 1997 : 52-53).

5  Utilisé par le regretté Fernand Dumont, le concept de « références » identitaires vient pallier certains problèmes engendrés par l’utilisation de la notion d’« identité collective ». En effet, cette dernière se veut généralisatrice et ne tient pas compte des différences de valeurs et représentations entre les individus formant un groupe donné. Afin de contrer ce problème de réification, F. Dumont parle plutôt de l’existence de « références » identitaires, auxquelles les individus décident d’adhérer ou non. Lorsque plusieurs références sont communes à des individus, ces derniers forment alors un « groupement par références », comme dans le cas des Québécois. Ce groupement n’est toutefois pas homogène car les citoyens vivent des expériences multiples et parfois divergentes. C’est ainsi que le groupement est par nature pluraliste et qu’il véhicule des références qui ne sont pas acceptées par tous (Dumont, 1996 : 340-352). Dans notre cas, nous préférons partir du constat qu’il existe une référence québécoise hégémonique chapeautant les autres références ou sous-références, que nous appelons « composantes identitaires ». Celles-ci sont le fruit d’une ou plusieurs représentation(s) symbolique(s).

6  Le chercheur Joël Thomas définit l’imaginaire comme « un système, un dynamisme organisateur des images, qui leur confère une profondeur en les reliant entre elles. L’imaginaire n’est donc pas une collection d’images additionnées, un corpus, mais un réseau où le sens est dans la relation […] » (Thomas, 1998 : 15). Poursuivant la réflexion, l’historien Frédéric Demers remarque que le « territoire » de ce concept se montre beaucoup trop vaste pour espérer étudier l’ensemble de l’imaginaire collectif d’un peuple. C’est pourquoi il propose de baliser ce dernier en restreignant ses frontières à « l’imaginaire national et historique » : « Par imaginaire national et historique, nous entendons, d’une part, ce qui concerne les représentations de la nation, ses composantes, ses particularités, et, d’autre part, ce qui touche aux représentations d’une inscription particulière dans le temps –temps révolu, temps présent, temps à venir- et d’un parcours collectif. » (Demers, 2005 : 37-38) Faisant partie de « l’imaginaire national et historique », la mémoire – ou les usages du passé dans le présent – est une source fertile de représentations symboliques qui peut être considérée comme une dimension à part entière.

7  Le présentisme est un nouvel ordre du temps ou un nouveau « régime d’historicité » émergeant surtout dans le dernier tiers du XXe siècle. Il représente « un présent massif, envahissant, omniprésent, qui n'a d'autre horizon que lui-même, fabriquant quotidiennement le passé et le futur dont il a, jour après jour, besoin. Un présent déjà passé avant même d'être complètement advenu » (Hartog, 2003 : 200).

8  En effet, immédiatement après les inondations, un débat survient sur la scène publique québécoise au sujet de l’origine de celles-ci. Si le caractère plutôt exceptionnel des pluies diluviennes est pointé du doigt, certains intervenants se tournent vers la gestion des barrages du lac Kenogami et des autres lacs et rivières de la région, propriétés privées ou étatiques qui relèvent néanmoins de la responsabilité du ministère de l’Environnement. Dans ce contexte, Hydro-Québec se voit impliquée dans une remise en question générale des méthodes de gestion des barrages du Québec, d’autant plus que la société d’État gère et possède les barrages les plus connus par la population en général, dont le barrage Manic-5 (Fleury, 1996 : A4; Giroux, 1996 : A21; Leduc, 1996 : A5). En août 1996, la Commission scientifique et technique sur la gestion des barrages privés et publics est chargée d’étudier la question en raison du débat qui fait rage depuis quelques semaines. Elle dépose son rapport en janvier 1997 – rapport Nicolet – et soutient que la responsabilité du Déluge du Saguenay doit d’abord et avant tout être inculquée aux précipitations torrentielles et exceptionnelles qui se sont abattues sur la région. Toutefois, la Commission recommande la mise en place de normes plus strictes concernant la construction et la surveillance des barrages, des normes s’appliquant « notamment aux ouvrages propriété du gouvernement, d’Hydro-Québec, de la Société d’énergie de la Baie James (S.E.B.J.) et de la Société immobilière du Québec (S.I.Q.) » (Commission scientifique et technique sur la gestion des barrages, 1997 : 11-1 et 11-2).

9  La culture organisationnelle ou « culture des organisations » « englobe les systèmes de significations symboliques que les membres comprennent et utilisent pour coordonner leurs activités ». La présence de « significations » sous-entend qu’il existe une « collectivité humaine » soudée par un sentiment d’appartenance qui crée à la fois un rapport au passé spécifique et une culture particulière (Symons, 1988a : 9; Symons, 1988b : 23-27).

10  D’une façon très intéressante, A. Chanlat considère que l’utilisation par Hydro-Québec de la cérémonie d’inauguration, regroupant plusieurs personnes dont les journalistes, des intervenants politiques, les dirigeants de l’entreprise ainsi que plusieurs personnalités étrangères, permet de mettre en scène un récit qui « se déroule comme une grand-messe; l’ordonnancement des événements est méticuleusement réglé et les discours, soigneusement préparés, y occupent une place de choix. Ils exaltent, chacun à leur manière, la grandeur des réalisations et sont l’occasion d’exprimer ouvertement tout le pouvoir détenu » (Chanlat, 1984 : 151-152).

11  Empruntés à la psychologie sociale, les concepts de « consonance » et « dissonance » sont élaborés par le chercheur Leon Festinger. Pour lui, « [l]es cognitions, c’est-à-dire les croyances, les représentations que nous faisons du milieu et la connaissance que nous avons de nos actes et de nos sentiments, sont liées entre elles par des rapports de consonance et de dissonance. Il y a dissonance entre deux cognitions lorsqu’elles ne s’accordent pas, lorsqu’elles sont incompatibles ou qu’elles s’opposent » (Moscovici, 1993 : ix-x).

12  C’est d’ailleurs ce qui se cache derrière les valeurs et références de « rattrapage » si facilement véhiculées par les intellectuels et les acteurs politiques de la Révolution tranquille (McRoberts, 1988 : 21-27, 35-35, 69-71, 129-133, 138-139 et 145-146; Thériault, 2005 : 222-223).

13  Le « régime de la survivance » est ainsi nommé par Frédéric Demers pour représenter le réseau « de sens et d’interrelations » grandement hégémonique avant les années 1960. Celui-ci est caractérisé par une glorification du passé à l’aide de l’utopie et par un contrôle du discours sur la représentation de soi par des membres des élites catholiques et de valeurs plutôt conservatrices (Demers, 2005 : 37-38).

14  Depuis toujours associée à l’imaginaire du progrès et de la recherche scientifique, l’électricité est en quelque sorte le symbole de cette tentative d’atteindre l’intelligence divine, « quête » représentée par le mythe de Prométhée. Ce dernier symbolise la « révolte de l’esprit » humain, la recherche de la voie divine par un processus intellectuel qui s’avère facilité grâce aux bienfaits de l’électricité libérant de certaines « tâches matérielles » (Desjeux et al., 1996 : 175 et 178-179).

15  Voir Alain Dubuc (1998 : B2). Voir aussi l’éditorial du 28 février 1961 recopié dans La Presse du 14 janvier 1998 afin de montrer qu’Hydro-Québec n’a pas appris les leçons d’une ancienne tempête de verglas. Une des leçons principales serait d’enfouir les fils sous terre, ce qu’Hydro-Québec n’a visiblement pas fait après la tempête de 1961 (La Presse, 1998b : B3).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1 : Lignes à haute tension (735kV) et poste d’électricité de Lévis
Crédits Hydro-Québec, 735kV : Manicouagan-Montréal, [1972], [p.3
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Image 2 : Barrage Manic-5 au tournant de son inauguration en 1968
Crédits Unic, Bilan du siècle. http://bilan.usherbrooke.ca/​bilan/​pages/​photos/​734.html
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/193/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Crédits Le Soleil, lundi 22 juillet 1996, A-1
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/193/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Image 4 : Pylônes électriques affaissés lors de la Crise du verglas en janvier 1998
Crédits La Presse, vendredi 9 janvier 1998, A-1
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/193/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 862k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Savard, « Lieu-de-mémoiriser hydro-québec comme symbole des représentations de la nature et de la technologie : esquisses de réponse et pistes de réflexion », Conserveries mémorielles [En ligne], #4 | 2007, mis en ligne le 01 septembre 2007, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://cm.revues.org/193

Haut de page

Auteur

Stéphane Savard

Université Laval
Il étudie la culture politique et les questions identitaires se rattachant au Québec et à la francophonie canadienne. Il s’est intéressé aux transformations de l’ordre symbolique canadien, entre 1968 et 1984, et à ses conséquences identitaires sur les Franco-Ontariens. Ses recherches actuelles se concentrent sur le rôle d’Hydro-Québec comme miroir des représentations symboliques et identitaires du Québec entre 1944 et aujourd’hui. En 2007, il a co-dirigé avec Martin Pâquet le livre Balises et références. Acadies, francophonies.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org