Navigation – Plan du site

La traversée d’un objet

Un texte inaccompli de Monsieur Siari
Bruno Almosnino

Résumé

Une tentative de fiction ébauchée, retrouvée dans les archives d’une synagogue, permet d’ajouter un nouvel élément à la longue liste des objets qui nous font agir dans le monde. Ecrit dans un moment d’isolement par le président d’une communauté concerné par l’avenir des juifs algériens et de leur patrimoine, son contenu dévoile, par une organisation dramatique bien pensée, le véhicule permettant aux protagonistes en situation de résoudre les épreuves de leur appartenance contrariée au judaïsme. Les retrouvailles de ce texte, heureux hasard d’une enquête, sont elles-mêmes liées au devenir incertain de la communauté en question. Mais la possibilité de le faire à nouveau circuler donne de l’espoir à l’inaccomplissement des choses

Haut de page

Texte intégral

1L’homme est juif. Il quitte l’Algérie et le monde domestique duquel il se détache, pour gagner dans les années 20 la France en rompant dans ce déplacement avec ses liens premiers. Une fois en France, une nouvelle vie commence. Par une ascension progressive et rationnelle dans les métiers de l’hôtellerie, il trouve l’amour et la réussite économique. Il fonde une famille, élève comme son enfant la fille de son épouse née d’un premier amour. Ils ont un garçon. En grandissant, la trajectoire des enfants diverge : la fille dans ses études de médecine fréquente et tombe amoureuse d’un jeune docteur juif, ils se marient après qu’elle se soit convertie, tandis que de son côté le garçon fréquente l’extrême droite et refuse d’assister au mariage de sa sœur. Puis c’est la guerre. Au maquis, le garçon rencontre près d’un ami le port assumé de la différence d’être juif et prend conscience de l’ambiguïté à vouloir s’être fondu dans l’idée européenne de peuple et de nation effaçant cette différence. La guerre est finie. Un soir de Yom Kippour, le père et son fils se retrouvent dans l’émotion du Grand Pardon. Lors d’une visite à l’hôtel de son père, l’ami rencontré au maquis vient convaincre le garçon de venir se battre pour le foyer juif en Palestine. Le père et le fils se séparent. Le fils quitte la France et le monde domestique auquel il s’était rattaché.

2Voici l’histoire de Marcel Siari, qu’il ébaucha et lui ressemblait, celle d’un homme à lui même et ses enfants, celle du devenir juif algérien lié à la France, celle de la longue durée d’une transmission continue, brisée puis reconduite. C’est en manipulant les archives d’une synagogue que ce texte est revenu. Lorsque j’avais remonté ce stock de documents moisissant depuis la cave humide jusqu’à l’ancienne salle de classe au deuxième étage, pour qu’il s’aère et soit plus simplement consultable, il m’avait semblé en l’étalant qu’à un esprit minutieux et curieux des petites choses cumulées qui font une vie d’homme, il y aurait ici une belle histoire à écrire1. Dans une forme d’inventaire oulipien par exemple. Les archives, qui permettent de brosser le portrait d’une implantation communautaire juive inédite dans le Sud-Ouest de la France au début des années 60, disent encore plus qu’un épisode récent et particulier du judaïsme français. Ou du moins, en même temps que l’aventure collective, se lisent les traces intimes de l’homme qui en fut le premier président, dont les papiers personnels se sont mêlés aux papiers officiels – une même matière sans coupure. Marcel Siari s’était engagé tout entier à la tête d’une synagogue, se confrontant quinze ans durant à l’épreuve continue du rassemblement du groupe juif tarbais.

3Une synagogue, c’est un lieu animé par des femmes et des hommes, des livres et des textes saints, par des offices de prières collectives, par un rabbin et de grands lecteurs, par des chants, des objets liturgiques, par dieu, par des conversations, des conférences, des leçons, des débats privés, des disputes, un foyer, une cuisine, un frigo, des repas communautaires, des souvenirs et des projets ; de multiple façons d’être ensemble. Une synagogue, en France aujourd’hui, se gère comme une association avec une raison sociale, un bureau, des réunions, des tarifs de cotisations, des membres cotisants et d’autres moins participants, des entrées d’argent ponctuelles lors de grands évènements, des dons, des émoluments pour le rabbin et ses assistants. A Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées, la synagogue n’est plus régulièrement animée par les agitateurs de cette liste incomplète. Le président actuel de l’Association Cultuelle Israélite reçoit les coups de fil à son domicile ; la porte du bâtiment ne s’ouvre plus le vendredi soir ; un nombre requis de personnes ne la passe pour y reformer à l’intérieur un groupe que dans la journée du Yom Kippour. Marcel Siari aurait redouté cette situation à première vue finissante, mais qu’il connut et à laquelle il se heurta au cours des épisodes accidentés d’un être ensemble reconstruit. Il fut à la fois le garant scrupuleux d’une institution et le porte-parole bouillonnant montrant l’avenir. Il prit un jour quelques notes sur deux feuilles de papier, projetant en fiction l’expression inquiète et résolut d’un devenir juif qu’il vécut et manœuvra. Il imagina la vie d’un homme affranchi. En inventant à l’aide d’un accessoire un subtil rebondissement de l’action.

4En deux pages, filent sans ajouts ni corrections trois thèmes découpés en actions de temps court ou long, enchaînées par des tirets ou glissant parfois en style direct, puis deux compléments resitués et dialogués, toute une trame narrative serrée et difficile à re-saisir. L’histoire – et non le document – débute et se termine sur un bateau en Méditerranée deux fois franchies, par le père d’abord, d’Algérie jusqu’en France, puis par son fils, de France vers une nouvelle destination qu’on devine, horizon d’espérance et clôture accomplie d’un projet inaccompli. Par deux fois sur le bateau un objet prend place, alors qu’entre-temps, en France, les sources de sa manipulation se sont déplacées. C’est bien aussi l’histoire d’un objet qui est déjà là en silence un vendredi soir, nommé ensuite pour disparaître aussitôt par dessus bord englouti par les eaux, s’absente mais perdure car il se devine, lui aussi, sur le crâne des hommes en prière et habits rituels le soir de kippour, puis circule à nouveau de main en main par le geste fort d’une transmission rétablie, et réapparaît magiquement comme le lapin qui sort du chapeau. La calotte – et ce nom adapté de « calotte » dit déjà que quelque chose est arrivée à la kippa – que coiffe l’homme juif dans l’enceinte d’une synagogue, porte en même temps la reconnaissance de l’homme juif en prière ou quotidiennement en état d’être juif. La kippa est un faire faire juif. Sa circulation compliquée dans la séquence d’évènements dit bien qu’en cet objet se noue l’intrigue. Par la kippa, sa présence-absence dans le texte et son usage par les personnages, partent et se retrouvent de multiples pistes à lire.

5D’abord qu’entend-on par faire faire juif ? L’expression de « faire faire » rend compte de la particularité des participants à l’action que sont les « faitiches », notion forgée par Bruno Latour pour mettre fin à l’alternative entre sujet d’action et objet de l’action et plus largement entre autonomie du sujet et déterminisme social (Latour 1996 ; Latour 2001). Plutôt que de se demander ce que nous maîtrisons ou de quoi nous dépendons, ces « faire faire » déplacent l’attention sur ce qui nous fait agir quand nous agissons. Si nous voulons comprendre comment se manifeste encore « le joug de la Tora » pour des juifs qui ont perdu leurs communautés historiques (Grandsard   2005 : 70), il faut se tourner vers ces êtres faitiches qui rendent visibles les attachements entre un homme et le dieu de son père par exemple2.

6La question tourne en effet autour des ingrédients des liens « sociaux » qui deviennent observables lorsque les collectifs sont en train de se transformer (Latour 2006). Ce qui rend après coup l’idée d’une tradition, englobant et stabilisant les communautés, une force de reproduction manquant les anomalies de parcours, pourtant pleines d’enseignement. Lorsque l’anthropologie historique du judaïsme place au centre de son analyse le travail constant d’interprétation des textes de la tradition comme fondement de l’identité juive (Heymann, Sorper Perez, 1997), elle met de côté les ignorants, les illettrés et leurs agitations qui matérialisent justement les forces. On raconte que pour se tenir sans honte en synagogue, Marcel Siari prenait un livre ouvert sous ses yeux en faisant semblant de suivre. Une fois devenu président d’une communauté, et concerné par la fabrication de lecteurs, il inventa un manuel d’apprentissage autodidacte pour enfants et parents. Certes, la position d’un personnage comme Marcel Siari émerge après une mutation des communautés juives en Algérie par l’adoption de la nationalité française aux juifs avec le décret Crémieux (1870)3. Mais elle donne envie de traquer dans l’histoire d’autres cas d’école buissonnière qui font se distordre les ressorts de la tradition. C’est donc bien à une sous-détermination du poids des conventions que nous invite Marcel Siari pour comprendre qu’elles laissent ouvertes « tout un espace d’appropriations entendu comme ensemble de possibles différenciés » (Roger Chartier dans un entretien avec François Dosse, Dosse 1997 : 319). Dans le temps court, il ne s’agit pas d’oublier l’histoire et d’ignorer le temps long, mais de redistribuer le statut des différentes temporalités (Dodier 1991 : 455). Pour l’instant, Marcel Siari est bien présent, avec ce texte retrouvé dans un exemplaire d’un de ces manuels d’hébreu de son invention,  stocké dans un carton poussiéreux d’une salle de classe de Talmud-Tora où aucun élève ne vient plus s’asseoir. Il y raconte une série d’épreuves vécut par un homme et sa descendance pour mettre à plat en récit les propres épreuves de sa vie.

7La première épreuve est celle du détachement4. L’homme du texte participe jeune adulte au repas de chabbat avec « désintéressement ». Le cœur n’y est plus, les prières hebdomadaires autour de la tablée familiale sont d’un autre monde. A quoi bon tout ça ? Sa tête est ailleurs, il pense métropole, changement et modernité. Et s’en va. Quitte ton père, quitte toi d’ici. Il réussit. Mais ses liens qu’ils croyaient rompus ne sont que désactivés. Sa fille adoptive vient une première fois rattraper son père en aimant par hasard un homme qui est juif. Par hasard ? On ne sait pas ce que l’homme avait laissait faire de judaïsme dans son foyer qui ait attiré l’attention de sa fille. La Tradition avait-elle continuée à courir toute seule depuis l’Algérie des grands-parents ? L’homme voulait-il vraiment rompre avec les liens généalogiques ou a-t-il laissé proliférer autour de lui les sources de l’action de sa fille ? C’est ce que je suppose. Il s’était rêvé libre et émancipé mais continuait de penser qu’entre sa famille et par delà, aux ancêtres et à la longue durée généalogique, subsistait pour lui de bons liens qu’il n’avait pas remplacé5. Son conflit personnel aperçu dans la première scène, mettant en tension son passé et son avenir, s’est déplacée lors d’une seconde épreuve de transmission.

8Avec sa fille, la transmission s’est à peu près bien déroulée, malgré ses doutes, ses larmes et la difficile étape d’une conversion. Avec son fils, l’épreuve de transmission se double d’une épreuve généalogique, où se joue l’attachement central au nom. Une phrase dans la bouche du jeune docteur Lunel montrait déjà ce besoin de transmettre « le nom de mon père à mon fils ». Mais voilà, le fils provoque avec ses fréquentations politiques. Lui aussi souhaite en finir avec les particularismes et se battre pour « être plus français que les français ». Il prolonge en le durcissant l’idéal émancipé de son père. On devine que le père souffre en silence, et s’en veut d’avoir laissé advenir une telle catastrophe. Le fils porte pourtant le nom de son père, ce qui l’oblige à se positionner pendant la guerre. A moins qu’il n’ait choisi un pseudonyme pour dissimuler son origine mais sans pouvoir effacer son physique étrangé. Il comprend, par le tragique de la guerre et la stimulation d’une rencontre, qu’il tient à quelque chose.

9Pour mettre en scène une dernière épreuve de résolution, il n’y avait pas mieux que des retrouvailles un soir de Kippour dans une synagogue. C’est le moment du retour annuel du groupe à son dieu et du renouvellement de leur association (Grandsard 2005 : 198). Cette fête centrale reste bien souvent le minimum incompressible de la pratique juive collective. Ils n’auraient pu se retrouver autour d’une table de Pâque, que le père seul n’avait pas continuer à dresser. La force du Yom Kippour, que rend l’expression de « juifs de Kippour » pour dire entre soi la prégnance de ce rendez-vous où se retrouve toute une déclinaison de liens variés au judaïsme, tient à la totalisation en un seul moment de ce qui compte. On se transforme physiquement, en jeûnant et se parant du châle blanc (tallit) d’où pendent des franges, on se retrouve, on prend des nouvelles, on donne de l’argent, on fait des prières aux ancêtres, on se rappelle chaque fois une liturgie et des chants aimés, on entend sonner la corne de bélier (chofar) et planer le souffle de dieu. Il suffit de passer la porte. Le fils hésite justement. Il marque un temps d’arrêt, « se tient près de la porte ». C’est le moment le plus solennel ; c’est l’heure de la neïla, l’office de clôture de Kippour ; le rabbin saisit le chofar ; l’assemblée bruisse et s’agite au signal de ce geste ; les familles se rassemblent sous le tallit du père de famille. Il voit son père seul alors il s’avance et se jette à ses pieds. Qui pardonne le plus à l’autre, le père ou le fils ?

10Marcel Siari, d’une famille bourgeoise émancipée, repris un jour lui aussi le contact avec les vibrations de Kippour. Il décida d’un engagement total pour la jeune communauté qui venait de se mettre en place dans la ville voisine de Tarbes. Et expliqua dès ses premières heures, dans des propos retrouvés eux aussi aux archives, les moyens pour ériger « une grande et belle communauté » ouverte sur le monde et non pas un temple secret pour des priants maniaques. Il s’aventura à juger de rétrogrades les controverses sur les bonnes manières de faire disséminées entre familles et villes qu’avaient ramenées avec eux du Maghreb les anciens, sans égard pour l’actualisation constante des conventions en situations, et sans traduire en douceur ces façons qui faisaient trop populaires selon lui. Pour cela il se trompa, alors qu’il n’en avait pas assez dans le corps et les gestes pour se le permettre. Ce qu’on lui reprocha. J’ai appris à le lire et en parlant de lui que Marcel Siari était à la fois un homme de vision, un porte-parole, désignant l’en-avant par une énergie rassemblante,.et un homme de pouvoir, une personnalité publique ayant un fort besoin de normes et de cohérence, préoccupée par l’image de marque et la bonne tenue, soucieux de l’opinion. Il décida qu’il fallait bien faire figurer le collectif juif dans la cité, par une recherche constante du « comme-il-faut » et non du « c’est-comme-ça-chez-nous » pour convertir le judaïsme des mondes domestiques en bien être juif ensemble6. Il était également un homme sensible et de repentance, voulant réparer les fautes de parcours, les manquements au prolongement linéaire idéalement intacte de ses origines. D’abord par une attention au rôle des juifs dans le monde, aux devoirs, évalué comme un idéal humain, puis progressivement compris dans un accomplissement de pratiques de textes et de manipulation d’objets – à mesure d’ailleurs que les textes et les objets, éprouvés et débattus dans l’enceinte de la synagogue, s’agitaient sous ses yeux, l’entouraient et le concernaient. Marcel Siari était à la fois lettré, homme de textes, de correspondances, d’entretiens, de rappels à l’ordre et un homme inventif, un technicien électro-accousticien ayant fait breveter des innovations dans sa discipline, mais aussi un autodidacte cheminant et progressant en accumulant ses sources. Il fut aussi un homme fatigué et blessé, se réfugiant incompris et rêveur dans la solitude de l’invention littéraire. Cet entremêlement des engagements donnent figure à Marcel Siari et épaissit notre description d’un individu ordinaire et de son entourage peuplé par trop absent des études d’anthropologie du judaïsme. A s’attacher à comprendre les cultures, on laisse de côté tout ce par quoi elle se manifestent et qui les font exister. Encore faut-il pouvoir entrer dans le vif par des situations où « la mise en ordre reste douteuse et problématique » et sans préjuger de « la clôture de connaissances communes sur une communauté de croyants » (Thévenot 2006 : 12 ; 76-77). Les épreuves et l’inquiétude de Marcel Siari ou de ses personnages fournissent précisément une bonne entrée dans l’entreprise de reconnaissance des conduites d’ajustement de l’homme juif à son monde (Thévenot 2006 : 11-14) et par là des attachements qui comptent.

11Que s’était-il donc passé entre temps dans la famille de papier qui ait permis un tel bourgeonnement des liens au judaïsme ? Quels objets ont attesté le judaïsme dans le foyer ? Qu’avait laissé échapper le père de son enfance algérienne ? Je suppose qu’entre temps, entre l’ « Arrivée en France » et le « Retour aux sources », c’est une lente maturation de la mémoire familiale. La mémoire ici entendue n’est pas toute la « mémoire juive » inscrite dans une tradition religieuse (Yerushalmi 1991), ni celle portée par une communauté de destin (Wachtel 2001), ni encore le résultat d’une herméneutique de la pratique du souvenir même quand elle est véhiculée par une série d’objets (Bahloul 1992). Les objets ne sont pas que de simples supports mémoriels, mais s’animent. Entre absence et présence (Dosse 1997 : 275-276), au milieu des choses, par cette force d’oubli qui n’est ni la fin ni le début de quelque chose (Deleuze, Parnet 1995), viennent prendre place les objets agissants à la voie moyenne, entre forme active et forme passive, et capablent de réflexivité. Ce pouvoir réflexif des objets, c’est leur capacité à se faire plus présent, car ils « ne sont pas déjà là, inertes et disponibles, à notre service. Ils se livrent, se dérobent, s’imposent à nous ». Ce type de réflexivité n’est pas tant celle du sujet à son agissement en cours, mais se loge dans une indétermination des dispositions, « lorsque les choses se passent, se déroulent et vont arriver. » (Hénion 2004 : 13-14). La main plonge dans la poche et ne rencontre pas le briquet attendu pour allumer une cigarette. A la place, la kippa réapparaît et vient transformer le cours de l’action, réparant la brisure du geste paternel et les errements politiques d’un fils d’émancipé, coordonnant pleinement l’intention du voyage et son horizon.

12Le père avait laissé traîner en les fournissant les prises débranchées au monde juif, avec l’intention de les faire réparer. Dans sa récapitulation solitaire, Marcel Siari fit le bilan d’une illusion moderne écartelée entre le respect des ancêtres et la libération de toute entrave au passé (Latour 1996 : 63, n.36). La réhabilitation d’un temps moyen7 donne l’idée d’illustrer ce texte, pour finir, par les propriétés des verbes des langues sémitiques de se conjuguer selon deux temps principaux, le temps accompli de l’action pour toujours terminée, et le temps inaccompli de l’action qui se prolonge. Le caractère inaccompli du texte de Marcel Siari relativise l’échec d’une entreprise inaboutie qui maintenant perdure encore dans le temps et l’espace par d’autres médiations. La plume tenue par Marcel Siari n’est pas allée au bout de son projet fictionnel ; ses propositions annotées se sont transformées sans lui.

Haut de page

Bibliographie

Balhoul, Joëlle, 1992, La maison de mémoire. Ethnologie d’une demeure judéo-arabe en Algérie (1937-1961), Paris, Métailié.

Binbaum, Pierre, 2002, Sur la corde raide. Parcours juifs entre exil et citoyenneté, Paris, Flammarion.

Boltanski, Luc et Thévenot Laurent, 1991, De la Justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Claverie, Elisabeth, 2003, Les guerres de la Vierge. Une anthropologie des apparitions, Paris, Gallimard.

Deleuze, Gilles et Parnet, Claire, 1996, Dialogues, Paris, Champs/Flammarion

Dodier, Nicolas, 1991, « Agir dans plusieurs mondes », dans Vincent Descombes (dir.), Critique, « Sciences humaines, sens social », n°529-530 : 427-458.

Dosse, François, 1997, L’empire du sens. L’humanisation des sciences humaines, Paris, La Découverte/Poche.

Grandsard, Catherine, 2005, Juifs d’un côté. Portraits de descendants de mariages entre juifs et chrétiens, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond/Le seuil.

Hénion, Antoine, 2004, « Une sociologie des attachements », dans Anne Petiau (dir.), Sociétés, « Les pratiques musicales », 85 (3) : 9-24.

Heymann Florence, Storper Perez Danièle (dir.), 1997, Le Corps du Texte. Pour une anthropologie des textes de la tradition juive, Paris, CNRS éditions.

Latour, Bruno, 1996, Petites réflexions sur le culte moderne des dieux faitiches, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond.

Latour, Bruno, 2001, « Facture/Fracture. De la notion de réseau à celle d’attachement », Ethnopsy, n°2 : 43-66.

Latour, Bruno, 2006, Changer de société ~ Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte.

Thévenot, Laurent, 2006, L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, La Découverte.

Yerushalmi, Yosef Hayim, 1991, Zakhor. Histoire juive et mémoire juive, Paris, Tel Gallimard.

Wachtel, Nathan, 2001, La Foi du souvenir. Labyrinthes marranes, Paris, Seuil.

Haut de page

Annexe

Le texte tel que l’a laissé Marcel Siari

Séjour en Algérie :
- nom sur la porte
- repas de shabbat – désintéressement de R
- départ pour la France – remise de la calotte (sur le bateau, jet de la calotte)
Arrivée en France :
- bureau de placement – embauche hôtel – promotion (5 ans passent)
- économies – livret de caisse d’épargne (ouverture et versements)
- idylle de la standardiste
- sortie à la campagne – déclaration
- aveu – amour déçu – petite fille 1 an (en pension)
- mariage intime
- projet d’installation
- achat d’un hôtel avec facilités
- naissance d’un garçon (baptême)
- vie de famille – affection de R pour la fille
- 18 ans de mariage – 1938 :
fille étude faculté stage médecine
stage vacances hôpital de Pau
garçon membres – ligue de droite
fille connaissance avec docteur Lunel du cours. Opération urgente la raccompagne à sa porte (bouclier de David, toilette, apprends qu’il est juif)
sortie dancing, nage à Biarritz, campagne
veut l’embrasser mais se ravise
refus de sortie du garçon – chagrin de la jeune
fille larmes – retour impromptue jeune homme
Je suis l’aîné ; le nom de mon père à mon fils (père mourait de chagrin)
- acceptation de la fille, religion se son amoureux
- invitation au repas de shabbat chez jeune docteur (musique avant repas ; prières, explications) (bonne impression auprès de la maman : vous êtes charmante mlle)
- aveu à son père de son amour : garçon formidable, formule gentille, mais…religion juive
- acceptation sous réserve accord maman – étude hébreu, mariage au Temple
- garçon refuse d’assister
- déclaration de guerre
Le retour aux sources
- Kippour :
père seul – neila
le fils entre, se tient près de la porte
bénédiction – familles sous taleth – père seul
le fils s’avance et vient se jeter au pied de son père
Le père le recouvre de son talith – larmes
- Hôtel :
visite d’un jeune homme, demande à voir le fils
c’est un compagnon de maquis, membre de la Hagana
ont besoin d’hommes courageux – capable de se battre pour un idéal, comme au maquis, contre les Anglais
le fils annonce sa décision de partir – le père lui remet sa calotte
sur le bateau – veut allumer une cigarette – trouve dans sa poche sa calotte et s’en coiffe – Fin
Garde au maquis – entre M et L ( ?) assis – après échange de paroles banales
M – Dis-moi L, pourquoi n’as-tu pas adopté un pseudonyme comme tout le monde
L – Si j’étais capturé par les allemands, crois-tu qu’ils ne se rendraient pas compte à ma tête que je suis juif. Et puis s’appeler Lévy pour un juif, c’est un peu comme si on s’appelait Dupont ou Durant. Mon nom est Lévy, et je tiens à le garder
M – De quelle région es-tu ?
Bien sûr en ce moment l’humanité est en train de cuver sa honte, mais dans une génération
Après la guerre, dans la chambre de M – Ah, nous nous en sommes donnés du mal pour les patries ! Nous avons voulu être plus français que les français, plus allemands que les allemands par fidélité, pour faire oublier aux autres que nous étions aussi des Juifs.
L – En 1914 des Juifs allemands se sont battus contre des juifs français, des juifs autrichiens, contre des juifs russes. Chaque jour dans nos temples, nous réunissons les quatre coins de nos châles de prières pour symboliser le rassemblement des juifs dispersés dans le monde…des Juifs ont été tués par des mains juives !! Nos pères ont commis cette abomination par loyalisme envers leurs nations respectueuses. 25 ans après, on nous refuse le droit d’être français, ou allemand ou italien. Ne penses-tu pas qu’il serait temps de penser un peu à nous.

Haut de page

Notes

1  Une lecture plurielle des objets personnels sur la table et dans les tiroirs d’un bureau, déployée jusqu’aux limites de l’histoire de vie, est faite par Thévenot 2006 : 261-265, « une personnalité à tiroirs ».

2  Pour une approche du tournant pragmatique en sciences humaines et de la prise en compte centrale des objets dans l’analyse, voir Dosse 1997 : 131-140.

3  Pour un panorama de l’histoire des juifs entre intégration et identité, voir Birnbaum 2002.

4  La notion d’épreuves est développée par Boltanski, Thévenot 1991 et Claverie 2003. Elle se rapproche du terme de controverses venu des sciences, qui, une fois déployées, permettent d’observer comment les acteurs mettent en ordre leur environnement ; Latour 2006.

5  Latour propose une critique de la notion moderne d’émancipation auquel il répond en se demandant comment être bien attaché, pour retrouver la nature de ce qui nous fait être ce que nous sommes. On ne s’émancipe pas, on substitue des attaches à d’autres attaches ; Latour 2001.

6  Sur la notion de mondes et de bien commun, voir Boltanski, Thévenot 1991.

7  Merci Chritophe Rulhes pour m’avoir montré les beaux textes qui en parlent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Almosnino, « La traversée d’un objet », Conserveries mémorielles [En ligne], #2 | 2007, mis en ligne le 01 janvier 2007, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cm.revues.org/197

Haut de page

Auteur

Bruno Almosnino

est doctorant au Centre d’Anthropologie de Toulouse, Ecole des hautes études en sciences sociales (Paris). Recherches menées dans les archives d’une synagogue du Sud-Ouest de la France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org