Navigation – Plan du site

Passé traumatique, mémoire, histoire confisquée et identité volée : la déportation des tatars de Crimée par Staline en mai 1944 (le « Surgûn »)

Cezar Aurel Banu

Résumé

Vers la fin de la Deuxième Guerre mondiale, le régime communiste dirigé par Staline a déporté de nombreuses populations non slaves de la péninsule de Crimée et du Caucase : Tatars, Grecs, Arméniens, Tchétchènes, etc. Le motif invoqué était la collaboration de certains éléments de ces ethnies avec l’occupant nazi durant la guerre. Parmi ceux-ci, les Tatars criméens, une population musulmane qui habitait la péninsule depuis des siècles, a souffert un nombre élevé de décès durant la déportation, notamment dans les colonies de travail de l’Ouzbékistan et de Sibérie. La dimension tragique de cet acte est impressionnante et les conséquences se reflètent aujourd’hui, après 60 ans, sur les survivants de l’ethnie tatare et leurs familles, tant au niveau de la conscience individuelle que de la conscience collective. Porteurs depuis des décennies d’une mémoire considérée par le régime soviétique comme « subversive », ayant le stigmate péjoratif de « traître », dépouillés de leurs biens et, encore plus important, de leur identité ethnique, les Tatars criméens ont beaucoup de difficultés à se réintégrer dans l’Ukraine actuelle, après leur retour dans leur patrie. Dans ce cas, la mémoire des survivants a un rôle à la fois pédagogique et de liant dans la démarche de reconstruction de leur identité brisée. Ce processus de reconstruction identitaire a lieu aujourd’hui dans un contexte conflictuel créé par les avatars de l’histoire et les fréquentes mutations de peuples, qui ont modifié la configuration ethnique de la péninsule de Crimée.

Haut de page

Texte intégral

1Les Tatars criméens sont les descendants d’une population turque musulmane qui habite la péninsule de Crimée depuis le XIIIe siècle. Il s’agit d’une belle région d’importance géostratégique et touristique, entre la Mer Noire et la Mer d’Azov, où se trouvent : la résidence d’été des tsars russes, Livadia ; Yalta, le lieu du célèbre accord entre les Alliés antinazis en février 1945 ; Simferopol (d’après le nom tatar, Akmescit), la capitale de la Crimée ; Sevastopol, le port de la défaite allemande et de ses alliés en 1943.

  • 1  Sur l’ethnogenèse des Tatars voir par exemple, Mehmet Ali EKREM, De l’histoire des Turks de la Dob (...)
  • 2  En ce qui concerne l’émigration tatare dans la région roumaine de la Dobroudja, voir aussi Mehmet (...)

2Les Tatars ont fondé le khanat de Crimée en 1441, sur les fondements de l’ancienne Horde d’Or de Gengis Khan1 . En 1783, celui-ci s’est désintégré et la péninsule a été occupée par l’empire tsariste. Dès lors, se sont accentuées les persécutions et les déportations des Tatars, commencées durant les règnes du tsar Pierre le Grand et de la tsarine Catherine II (Ciocâltan, 1994 : 136). Des vagues successives de Tatars criméens ont émigré dans le monde, beaucoup d’entre eux s’établissant en Dobroudja, la province roumaine située entre le fleuve Danube et le bord de la Mer Noire2.

  • 3  Cet acte identitaire du 13 décembre 1917 a aujourd’hui une signification profonde pour les Tatars (...)
  • 4  En ce qui concerne la situation des Tatars de Crimée après la révolution bolchevique d’octobre 191 (...)

3Après la révolution bolchevique, le 13 décembre 1917, la République Autonome de Crimée a été fondée par un décret de Lénine3. Seulement quelques années plus tard, le 18 octobre 1921, les bolcheviks ont proclamé la République Autonome Soviétique Socialiste de Crimée4. La Kurultay (l’Assemblée Nationale Tatare), forme d’autodétermination

4traditionnelle tatare a été dissolue. Le pouvoir soviétique a procédé à la colonisation de la péninsule par des éléments russophones. Ces mutations démographiques ont changé la configuration ethnique de la Crimée. Celle-ci comptait en 1924, seulement 25 % de Tatars (Bugai, 1996 : 101). Toutefois, le régime soviétique a mené une politique d’assimilation des ethnies de Crimée. Dans les années 1930, l’alphabet tatar composé de caractères arabes a été remplacé par un alphabet slave. Cela a eu des répercussions significatives sur la conservation de l’identité culturelle des Tatars criméens.

  • 5  Parmi ceux qui soutiennent la thèse sur le rôle stratégique de la Crimée, durant et après la Deuxi (...)

5À la fin de la Deuxième Guerre mondiale, le régime soviétique de Staline a déporté plusieurs peuples non slaves de la Crimée. La justification officielle pour la déportation des Tatars, des Grecs, des Arméniens, des Bulgares et d’autres minorités de Crimée était que ces ethnies avaient collaboré avec l’occupant allemand durant la guerre (Bugai, 1996 : 106), accusation partiellement vraie. Quant aux Tatars, un autre motif pour cette mesure radicale était que ceux-ci désiraient proclamer un État indépendant de l’empire soviétique. D’aprèscertains historiens, il y avait aussi d’autres raisons pour cette décision5. La péninsule de Crimée occupait une position très importante dans la stratégie navale soviétique. Elle leur assurait la domination sur la Mer Noire dans l’éventualité d’un conflit dans les Balkans ou avec la Turquie (Conquest, 1970 : 347-349). Les Soviétiques planifiaient également d’obtenir l’accès au détroit des Dardanelles et visaient les territoires turcs, Kars et Ardahan. De plus, les Tatars de Crimée, par leurs liens ethniques et historiques avec la Turquie, pouvaient représenter pour les Soviétiques une possible « Ve colonne », dans l’éventualité d’un conflit avec Ankara.

1. Le cadre théorique de l’analyse

  • 6  Parmi les chercheurs soviétiques qui ont investigué les archives secrètes de l’ancienne URSS, dura (...)

6Aujourd’hui, il existe des différences d’opinions parmi les spécialistes en ce qui concerne les dimensions exactes de la répression stalinienne. Ces divergences sont compréhensibles à cause de l’impossibilité d’accès, jusqu’à récemment, aux archives de l’ancienne URSS. Depuis quelques années, chercheurs individuels et équipes de recherche de l’ancien espace soviétique, mais aussi du monde entier ont étudié certains fonds archivistiques secrets des anciens organes de répression staliniens6. Les efforts de ceux-ci se sont concrétisés dans une conjoncture favorable, marquée par l’ouverture d’une partie des archives de l’URSS, après l’effondrement de celui-ci, en 1991. En même temps, leur démarche pionnière a été difficile à cause de la dispersion de ces fonds et de la nécessité d’un travail assidu de classification.

7En dehors des sources écrites, un autre type de sources, méprisé par le régime soviétique, s’est développé après 1991 : les témoignages oraux. Beaucoup des survivants tatars de la déportation ont commencé à dévoiler leurs expériences traumatiques individuelles ou collectives par des interviews ou entretiens accordés aux spécialistes, aux journalistes ou aux postes de radio et de télévision. Les plus intéressés par la récupération de la mémoire individuelle et collective de la déportation sont normalement les intellectuels tatars de Crimée ou de l’exil et les Turcs. Ceci explique le fait que la majorité de ces témoignages oraux ont été publiés dans les langues tatare ou turque. Certains d’entre eux ont été traduits ultérieurement dans les langues de circulation internationale. Ils représentent une version alternative à celle officielle soviétique, en place jusqu’en 1991.

8Nous partirons de cette étude de cas pour formuler et vérifier certaines hypothèses à l’égard des usages du passé et de la mémoire dans les processus de constructions identitaires des groupes ethniques, dans le contexte de la société post-totalitaire. Notre démarche analytique se base sur les articulations complexes qui existent entre l’histoire et la mémoire dans ces processus identitaires.

9D’abord, l’utilisation des méthodes et des techniques historiques spécifiques d’analyse et d’interprétation des sources écrites et orales, nous permet de confronter ces deux versions de l’événement qui s’est déroulé en mai 1944. Les parties de facture historique concernant la version soviétique de l’événement, consignée dans les documents d’archives, et la version tatare, contenue dans les fragments de récits de vie de certains survivants de la déportation, offrent la possibilité de reconstituer l’événement dans ses multiples dimensions et donc d’une manière plus objective. Dans le cas de ces deux types de sources, il s’agit de documents primaires, d’archives et oraux, même s’ils ont été recueillis et publiés par d’autres spécialistes. En reprenant ces documents « bruts », nous pouvons réaliser une interprétation originale. Cette étape préliminaire a aussi pour but de mettre en contexte l’événement pour l’analyse concernant la démarche de mobilisation du passé et de la mémoire par les élites des Tatars de Crimée, en lutte avec la version soviétique.

  • 7  En ce qui concerne l’analyse des sources d’archives voir par exemple : Jocelyn Létourneau, Le coff (...)

10Les archives soviétiques disponibles actuellement contiennent des sténogrammes, des télégrammes, des procès-verbaux et des documents statistiques émis à l’époque par les plus hautes instances de l’État soviétique. Leur analyse critique (externe et interne) se réalise par les techniques historiques7.

  • 8  Jocelyn Létourneau distingue trois étapes dans l’analyse d’un document écrit : la critique d’authe (...)

11L’analyse externe des textes officiels tient compte des conditions de leur production, dans le contexte de la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Leur authenticité ne peut pas être mise en doute8. Le problème est que dans le contexte de la guerre, la crédibilité de certains renseignements peut être douteuse. Le style des documents est militaire, spécifique aux rapports entre dirigeants et subordonnés. Florin Turcanu avertit qu’il faut éviter le piège journalistique qui s’est développé en URSS et dans toute l’Europe de l’Est, après la chute du communisme. La manie du secret qui a caractérisé la communication durant la période totalitaire a généré, après son effondrement, une présentation superficielle et désordonnée de documents dans la presse écrite et audiovisuelle, sans une délimitation entre le phénomène de vulgarisation et la démarche scientifique (Turcanu, 2000 : 84). R. Koselleck montre à son tour que « les sources ne font pas, purement et simplement qu’un conte puisse être considéré une histoire » (1990 : 185).

12L’analyse critique interne du contenu des documents offre des renseignements sur les instances soviétiques qui ont préparé et qui ont exécuté l’opération de la déportation, sur ses dimensions et, ce qui est le plus important, sur les tentatives par les autorités staliniennes de construire un système de justification pour ces mesures. Les documents mettent l’accent sur les actions « trahisantes » des Tatars de Crimée, en justifiant ainsi la mesure de déportation de ceux-ci comme une réaction logique, de défense. En ce qui concerne la déportation en soi, les documents soviétiques soutiennent qu’ont été prises toutes les mesures pour un transport normal et ne précisent rien sur les victimes de cette opération. L’analyse des documents officiels permet la reconstitution du schéma du document, la chaîne des événements, les relations causales entre les faits, les éléments qualitatifs et quantitatifs, les corrélations statistiques entre les documents ou par rapport à d’autres types de sources.

13Quant aux sources orales, les témoignages insérés à travers l’étude constituent des fragments d’entretiens ou de récits de vie des survivants de la déportation, centrés soit sur l’expérience du déracinement, soit sur le « choc du retour » en Crimée, dans un autre contexte politique, social et culturel. Ces témoignages ont été produits aussi dans un certain contexte historique, dans un moment de crise identitaire pour les Tatars criméens après l’effondrement de l’URSS et la ressuscitation des nationalismes au Caucase et en Asie centrale. Nous avons utilisé les sources orales comme une forme d’exploration de la mémoire individuelle et communautaire de quelques hommes ordinaires, âgés de moins de 65 ans, de professions différentes, provenant de villes ou de villages, chacun avec sa hiérarchie de valeurs. Certains d’entre eux expriment le choc du déracinement de leurs régions natales, le sentiment d’impuissance, de crainte et d’incertitude par rapport à la fatalité de l’histoire, la douleur pour la perte d’un ou de plusieurs membres de leur famille et de leurs biens, la rupture profonde des anciennes sociabilités locales (voisins, amis), la nostalgie pour leur pays. D’autres témoignages se réfèrent aux essais de retour en Crimée, durant le régime soviétique post-stalinien, les persécutions et le refus des autorités de les reconnaître en tant qu’ethnie tatare. Enfin, une autre catégorie de sources orales porte sur le retour de l’exil en Crimée de centaines de milliers de Tatars, les difficultés de se réintégrer, la pauvreté, les obstacles bureaucratiques ou les animosités de la population russophone, les efforts de reconstruction de leur identité ethnique, etc. Perceptions souvent subjectives et émotives, les témoignages expriment une facette cachée de la guerre, avec ses drames individuels et collectifs. Les fragments des témoignages oraux donnent peu des renseignements sur la vie des Tatars criméens dans les lieux de l’exil, sur leurs efforts de s’adapter. Nous pouvons imaginer cependant que la vie a suivi sa trajectoire, mais que l’aliénation, la rupture identitaire et la douleur pour la perte des proches et de la cohésion ethnique ont marqué toute la vie des déportés, en s’intériorisant en eux-mêmes. Les lieux de déportation ont été perçus plutôt comme des non-lieux.

14Ces quelques expériences traumatiques peuvent être extrapolées par les jeux d’échelles et une réflexion déductive, au niveau de centaines de milliers de Tatars qui ont vécu cette expérience, beaucoup d’entre eux morts durant la déportation ou dans les lieux d’exil. La démarche comparative de ces témoignages permet la construction du récit collectif et la « légitimation » des actions présentes. L’analyse biographique est utilisée entre autres par Carlo Ginzburg qui l’appelle microhistoire. La démarche analytique de jeux d’échelles est conçue comme une opération expérimentale qui préfère la connaissance des caractéristiques particulières, les praxis individuelles, aux plus larges généralisations. Elle met l’accent sur les vies individuelles et sur les événements vécus (Ginzburg et Poni, 1981 : 46). La réduction d’échelle d’observation ne propose pas d’étudier des petits objets, mais d’étudier des objets en petit (Giovanni, 2001 : 111). Il s’agit d’une « anthropologisation » de l’histoire, de mise en évidence des drames existentiels, selon la perception des acteurs historiques. Leur vécu, leurs représentations du monde, par lesquels ils expliquent ou justifient leurs actions, et les conditions concrètes dans lesquelles ils performent leur existence représentent autant de niveaux d’interprétation utilisés en microhistoire (Bensa, 1996). Du point de vue sociologique, l’approche biographique permet de saisir les médiations entre l’autoréférentialité et les autoreprésentations du « soi » et du « nous » par rapport à d’autres, l’altérité, la dynamique des échanges, la recréation du tissu ethnique et social avec d’autres Tatars rentrés, la récupération de la spécificité.

15À notre avis, il faut être prudent en ce qui concerne les dates statistiques des déportations, réalisées à la fois par les chercheurs soviétiques et par ceux tatars. Au-delà des chiffres et des statistiques, il nous semble important plutôt d’investiguer les mémoires individuelles et collectives de cet événement de l’histoire tatare et le mode dans lequel ces mémoires servent aux enjeux du présent, dans le processus de reconstruction identitaire de cette ethnie.

  • 9  Nicolas von Schendel, Prendre le temps pour témoin. Mémoire du pays et construction de l’identité (...)

16Après leur déportation dans diverses régions de l’ancienne URSS, les Tatars de Crimée ont souffert un processus d’assimilation ethnique. Nous comprenons par assimilation ethnique le processus par lequel un groupe commence à perdre sa langue, sa religion, ses coutumes, ses traditions et d’autres traits culturels et d’embrasser la culture dominante dans laquelle il vit9.

  • 10  Dans Mami Wata. La peinture urbaine au Congo, Paris, Gallimard, collection « Le temps des images » (...)

17Le concept d’identité ethnique, opposé à celui d’assimilation ethnique, est apparu dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Deux théories existent en ce qui concerne son sens. L’une privilégie les éléments fixes, liés à la langue, la religion, le territoire et l’histoire, et l’autre met l’accent sur la dimension subjective, sur la conscience de l’appartenance à un certain groupe ethnique comme élément définitoire. Notre démarche analytique s’attache à la première perspective qui nous semble plus objective. Nous utiliserons aussi le concept d’identité ethnique dans une perspective dynamique et non comme une donnée permanente. L’identité ethnique se construit et se reconstruit en permanence, en fonction des contextes historiques et des moments de rupture ou de crise, à partir des supports identitaires stables (le nom, la langue, la croyance, l’histoire et les traditions). Dans ce sens, le concept d’identité est lié, selon Bogumil Koss, à celui de mémoire : « la (re)construction identitaire représente un processus qui suppose un « travail de mémoire » continu, un effort de souvenance pour bâtir une « chronique historique », à partir d’un texte, soit-il un récit ou une image » (1996 : 203). Ce concept est analysé en même temps du point de vue individuel et collectif pour les Tatars de Crimée. Entre l’identité individuelle et celle collective existent des relations complexes et de multiples articulations, autant de points de vue diachroniques et synchroniques qui concernent la récupération, la conservation et la transmission générationnelle du patrimoine culturel de l’ethnie. L’identité ethnique est un produit de la conscience comme une réalité subjective, formée par la participation de l’individu aux processus sociaux de son groupe, par identification ethnique. Elle est une instance plurielle et hiérarchisée, réside dans plusieurs « lieux d’identité », d’où dérive la nécessité de confronter et de structurer les témoignages individuels. Nous nous interrogeons à savoir s’il existe une discontinuité entre le passé et le présent, si les Tatars de Crimée sont capables de reprendre leur histoire d’une manière performative et s’ils ont la capacité de faire un « travail de mémoire » pour s’approprier leur passé récent10. Le concept est perçu dans un rapport diachronique, entre une identité passée et perdue durant les avatars de la guerre, une identité présente et une de l’avenir à construire pour les Tatars criméens, ainsi que dans un rapport synchronique, en visant la dynamique des relations des Tatars avec les autres ethnies dans l’Ukraine actuelle.

2. Les avatars de l’histoire : les Tatars de Crimée, victimes ou traîtres ?

18Les dirigeants soviétiques responsables de l’exécution de l’ordre de Staline, de déportation rapide des Tatars criméens et d’autres nationalités du Caucase, ont échangé entre eux durant la période d’avril à mai 1944, une série de télégrammes, découverts plus tard dans les archives du KGB. Le commissaire du peuple de l’URSS pour les Affaires de l’Intérieur, Beria, informait directement Staline sur le déroulement des opérations. Beria à son tour était informé régulièrement par les députés soviétiques de Crimée, I. Kobulov et B. Serov (Bugai, 1996 :110).

19Le 25 avril 1944, dans un tel télégramme, Beria transmettait à Staline des renseignements sur la situation en Crimée (1996 :110). Dans le document ultra secret, on estimait que du total de la population de Crimée, de 1 126 000 personnes, avant le début de la Deuxième Guerre mondiale, 218 000 étaient tatars. Beria précisait aussi qu’après la libération de la péninsule des nazis, les Soviétiques avaient arrêté 1 178 Tatars, collaborateurs des Allemands. Ces collaborations, expliquait-il, se réalisaient par le biais des membres du Comité National Tatar, sous la direction de D. Abdureshidov. Le chef de la sécurité de l’URSS l’accusait de recruter des « espions » pour travailler à l’arrière du front, en mobilisant des volontaires pour participer en Allemagne à la création et au financement des divisions tatares et aussi à la déportation des Soviétiques en Allemagne, dans les camps de travail.

20Le 10 mai 1944, Beria envoyait un nouveau télégramme au Kremlin dans lequel il précisait que « les agents du NKVD et du NKGB essaient de découvrir et d’arrêter les agents ennemis, les traîtres de la patrie, les collaborateurs des Allemands et d’autres éléments antisoviétiques de Crimée » (1996 : 112). Le 7 mai 1944, le NKVD avait arrêté 5 381 de personnes, supposées se trouver en liaison avec le mouvement des Tatars criméens (1996 : 114). Au cours de ces arrestations, les organes de sécurité soviétiques avaient confisqué 5 995 fusils, 337 armes automatiques, 250 armes semi-automatiques, 31 mortiers et une grande quantité de grenades et de munitions. Conformément aux informations fournies par Beria, seulement au cours de l’année 1944, presque 20 000 Tatars criméens avaient déserté l’Armée Rouge et luttaient auprès des Allemands (1996 : 114). Par conséquent, précisait le télégramme, à cause de ces actions « trahisantes » des Tatars criméens, le NKVD va collaborer étroitement avec le Kremlin et va attendre la décision de déportation de toute la population tatare criméenne en Ouzbékistan. Beria suggérait que la déportation de ceux-ci devait se faire dans les camps de travail, les kolkhozes, les sovkhozes, les industries et le domaine de la construction. On prévoyait toutefois que la période de réalisation de l’opération s’étendrait du 20-21 mai jusqu’au 1er juillet 1944. On comprend du texte que les préparations pour la déportation étaient déjà en phase avancée.

  • 11  En ce qui concerne le texte complet de ce décret soviétique, voir Robert Conquest, 1970, The Natio (...)

21Le célèbre décret secret soviétique no.585911(Conquest, 1970 : 245), émis par le Comité d’État pour la Défense de l’URSS, le 11 mai 1944 au Kremlin, représente l’ordre de Staline de déportation des Tatars de Crimée. Il constitue en même temps une description détaillée du mode dans lequel a été planifiée et accomplie cette opération. Le décret répétait les accusations formulées dans les télégrammes précédents par Beria, sur les supposées collaborations des Tatars criméens avec l’occupant allemand. Dans le préambule de ce document, on précisait qu’un grand nombre de Tatars de Crimée avaient déserté l’Armée Rouge, en servant dans les unités des volontaires des nazis. Ceux-ci organisaient des actions punitives sur les partisans soviétiques, en les tuant, en les prenant prisonniers ou en les envoyant en Allemagne dans les camps de travail. À cela s’ajoutait l’accusation que les Tatars criméens essayaient de fonder un État indépendant dans la péninsule. Pour punir ces « actes trahisants », les Tatars de Crimée étaient visés par les plans de déportation en bloc, à l’inclusion des femmes et des enfants. Il est surprenant que le document soviétique n’utilise guère le terme de déportation mais celui de mutation. Les dirigeants du Kremlin soutenaient qu’au départ, chaque famille de Tatars avait reçu la nourriture suffisante, des couvertures et d’autres biens. Aussi, précisait le document soviétique, un médecin, deux assistantes médicales et toutes sortes de médicaments ont été prévus dans chaque wagon des déportés pour leur assurer un bon « voyage ». Dans le décret, était également mentionné que les autorités ouzbeks ont reçu toute une série d’instructions selon lesquelles elles devaient assurer aux déportés, à leur arrivée, des logements, des lopins et des emplois.

22Le 16 mai 1944, Beria envoyait un autre télégramme à Staline et Molotov sur les actions du NKVD en Crimée (Bugai, 1996 : 117). Celui-ci continuait les arrestations des éléments anti soviétiques et procédait à la confiscation d’armes et de munitions dans la population tatare. Jusqu’au 16 mai 1944, le NKVD avait arrêté 6 452 Tatars, parmi lesquels 657 « espions » et avait confisqué 39 mortiers, 449 armes automatiques, 532 armes semi-automatiques, 7 238 fusils, 3 657 mines, 10 296 grenades et 280 000 balles. Le 16 mai 1944, les plans de déportation des Tatars criméens étaient pratiquement terminés.

23Le 18 mai 1944, Beria informait le Kremlin sur le début, durant la matinée, de l’opération du NKVD de déportation en masse des Tatars de Crimée (1996 : 117). Dans la première journée de l’action, le NKVD a divisé un nombre de 48 000 Tatars en 25 groupes pour être envoyés dans les colonies spéciales, en Ouzbékistan.

24Pendant la journée suivante, le 19 mai, un autre télégramme de Beria vers Staline, représentait un autre rapport du NKVD sur le déroulement des Opérations spéciales de déportation des Tatars criméens (Zemstkov, 1995 : 123). Conformément à celui-ci, à la fin de la journée, 165 515 personnes ont été enlevées de leurs localités et ramassées dans les diverses gares de Crimée. Après une sélection préalable, 136 412 Tatars ont été embarqués dans des wagons de train et envoyés vers les destinations d’exil. On précisait en même temps que les opérations étaient en plein déroulement. La différence de presque 30 000 Tatars a été envoyée dans les camps de travail.

25Le 20 mai 1944, Kobulov et Serov informaient Beria sur la fin des opérations de déportation des Tatars criméens (1995 : 127) :

« Nous vous annonçons que l’opération de déportation des Tatars criméens qui a commencé le 18 mai, comme vous avez demandé est pratiquement finie, aujourd’hui le 20 mai 1944 à 16h00. Au total 173 287 personnes ont été déportées par leur embarquement dans 67 wagons de train. Déjà 63 wagons remplis de Tatars sont en route vers la destination et quatre autres wagons vont partir aujourd’hui. De plus, 6 000 Tatars criméens, conformément au plan, attendent d’être mobilisés et envoyés aux bases militaires de Suriev, Rubinsk et Kuibyshev. Un contingent spécial de travail, de 5 000 Tatars, à leur désir [sic !] doit aussi être envoyé à Moscow-Ugol, conformément à une résolution secrète antérieure (no. 1123 du 10 janvier 1942). Donc, au total 190 044 Tatars seront déportés ».

26Durant la déportation des Tatars de Crimée, le NKVD avait arrêté encore 1 137 « éléments antisoviétiques » (au total, depuis le début des opérations, 5 989 personnes) (1995 : 129). Ils ont confisqué 10 autres mortiers, 173 armes automatiques, 192 armes semi-automatiques, 2 650 fusils et 46 603 balles. Le total des armements confisqués à partir du début des opérations du NKVD consistait, selon les statistiques de cette institution, en 49 mortiers, 622 armes automatiques, 724 armes semi-automatiques, 9 888 fusils et 326 887 balles. Beria a envoyé à Staline, durant la même journée du 20 mai, les informations reçues de Crimée, d’après lesquelles le NKVD a déporté presque toute la population tatare criméenne en seulement trois jours.

27Parmi les Tatars déportés, beaucoup avaient lutté dans les unités de l’Armée Rouge et certains avaient même été des membres du PCUS ou du Komsomol (Bugai, 1996 : 125). Ainsi, jusqu’en mars 1944, 8 995 avaient lutté dans l’Armée Rouge, 524 en tant qu’officiers, 1 392 comme sergents et 7 079 comme soldats. 742 avaient été membres du PCUS et 1 225 membres du Komsomol (l’association soviétique pour les jeunes). Du total de la population tatare déportée, 151 604 ont été envoyés en Ouzbékistan et le reste dans d’autres régions de l’URSS (Kazakhstan, Tadjikistan, Sibérie) (Bugai, 1996 : 126).

28Beaucoup de militaires soviétiques, participants à cette « opération de succès », comme a été considérée par les autorités soviétiques l’action de déportation des Tatars criméens de mai 1944, ont été décorés avec des distinctions et des médailles, le 19 juillet 1944 (23 000 soldats et officiers et presque 9 000 agents du NKVD) (1996 : 131). Sur le plan juridique, la République Socialiste Soviétique de Crimée a été dissolue par un décret du Présidium du Soviet Suprême de l’URSS, le 30 juin 1945 (1996 : 132).

3. Les avatars de la mémoire : les survivants de la déportation se souviennent

29Les documents des archives soviétiques apportent peu de précisions en ce qui concerne les conséquences de ces « opérations ». Certains d’entre eux sont utiles néanmoins pour évaluer la dimension de la déportation dans les colonies de travail ou dans les camps de prisonniers. Cette manie du secret et ce vide informationnel concernant les conditions de la déportation dans les nouvelles régions de résidence pourraient être comblés par une autre sorte de documents, peu utilisés durant le régime totalitaire : les sources orales. Ce type de sources, confrontées avec celles écrites, permet de reconstituer les événements de mai 1944, en tenant compte d’une autre version que celle officielle soviétique. Ces sources sont nécessaires pour réaliser une analyse pertinente, dépourvue de subjectivité et d’exagérations. Il ne faut pas oublier qu’elles sont produites dans le contexte actuel de la société ukrainienne et qu’elles répondent à certains enjeux identitaires de l’ethnie tatare de Crimée. Selon les témoignages des survivants, dans les régions de déportation, les Tatars de Crimée n’ont trouvé rien de ce que les autorités soviétiques mentionnent dans le document secret. Ceux-ci se souviennent du choc du déracinement des régions natales, des conditions de la déportation et des conditions de vie dans les camps de travail. Le trajet a été un « voyage de la mort », d’une durée de 3 à 4 semaines, dans 67 convois de chemin de fer, en wagons de marchandise ou pour le bétail, entassés au maximum. La plupart des déportés étaient des femmes, des enfants, des invalides et des personnes âgées car la majorité des hommes étaient partis sur le front. La mort a touché notamment les vieux, les malades et les enfants. Ceux-ci sont morts épuisés, de soif ou étouffés dans les wagons à cause des longues étapes sans arrêts. Leurs cadavres entraient en décomposition dans les wagons surpeuplés. Aux arrêts dans les gares, très rares et courts, les morts étaient abandonnés dans les champs ou en marge du chemin de fer sans être enterrés. Par rapport à ses prédécesseurs, les tsars Pierre le Grand et Catherine II, Staline a été beaucoup plus catégorique en ce qui concerne les dimensions de la déportation des Tatars de Crimée. Son ordre était clair : « La Crimée sans Tatars ! » (1996 : 89).

30Le pourcentage élevé de mortalité des Tatars originaires de Crimée dans les colonies de déportation est reconnu même par certains documents soviétiques : 14 % dans la première année et demie (Bugai, 1994 : 37). Les principales causes de décès étaient les maladies infectieuses et la malnutrition. Dès le 21 mai 1944 et jusqu’au 1er janvier 1945, 13 592 Tatars criméens sont morts sur la route ou dans les colonies spéciales et, à partir du 1er janvier 1945 au 1er janvier 1946, 13 183 autres sont décédés. Le 5 décembre 1944, le colonel Kuznetov, le chef de la Section des Camps Spéciaux du NKVD, écrivait à V.V. Chernyshov pour l’informer d’une possible épidémie de typhus parmi les déportés criméens. Même si ces statistiques varient d’une source à l’autre en ce qui concerne les dimensions du drame, il est tragique de constater que la déportation et les conditions dans les colonies de travail ont produit un nombre élevé de victimes parmi les Tatars criméens.

  • 12   En ce qui concerne les dimensions de la tragédie tatare voir aussi Otto Pohl, dir., The Stalinist (...)

31Le 1er janvier 1953, 165 259 Tatars originaires de Crimée se trouvaient dans des colonies de travail12 : au Kazahstan (2 511), en Ouzbékistan (128 348), au Tadjikistan (6 711), en Bachkirie (299), dans la région de Tula (2 846), dans celle de Kirov (8), dans la RSSA des Maris (7 652), dans la région de Kostroma (2 243), dans celle de Moscou (706) et de Kubishev (663), en Kirghizie (366), dans la région de Kemerovo (209), celle de Molotov (8 438), celle de Sverdlovsk (2 488), et dans d’autres régions (1 771) (Bugai, 1994 : 63).

  • 13   Ces interviews ont été recueillies par Altan Mubeyyin, de la diaspora tatare des États-Unis, memb (...)

32Voici seulement quelques fragments d’entretiens qui, parmi plusieurs autres, reflètent les dimensions et les conditions dans lesquelles se sont produits les événements de mai 194413.

33Nuriye Ismailova, une femme âgée de 80 ans, habitait avec sa famille, en mai 1944, à Belogorsk, une petite localité, située à 50 km de Simferopol :

« À 3h00 du matin [18 mai 1944], deux soldats [soviétiques] ont frappé à la porte. J’étais la plus ainée parmi les filles. J’avais encore quatre sœurs plus jeunes. Les soldats nous ont dit que nous avions 15 minutes pour nous préparer pour le voyage. Notre père nous a rappelé les atrocités de l’armée allemande et le mode par lequel celle-ci a ramassé les juifs pour les exterminer. Il était convaincu que les soldats soviétiques feraient la même chose avec nous. Pour ça il nous a dit de ne pas prendre grand chose avec nous, parce qu’ils [les Soviétiques] nous fusilleraient tous. Nous avons pris juste les vêtements avec lesquels nous étions habillés. Dans une seule nuit [17/18 mai], la plupart des Tatars de notre village a été ramassée et entassée dans des camions jusqu’à la gare. Ensuite, nous sommes montés dans des wagons de marchandise ou de bétail. Quand nous sommes arrivés en Ouzbékistan il faisait 40 degrés Celsius, une chaleur inimaginable. J’étais la seule survivante de ma famille. Mon père, ma mère et mes sœurs sont tous morts, l’un après l’autre ».

34Aujourd’hui, Nuriye Ismailova est revenue avec sa famille en Crimée et vit dans sa localité natale, Belogorsk.

35Sewki Anefiev, un autre survivant du Surgun, avait 16 ans en mai 1944 et habitait avec sa famille à la périphérie de Simferopol. À la date de la déportation [le 18 mai], son père était sur le front. Les soldats soviétiques leurs avaient laissé un maximum de 30 minutes pour ramasser quelques biens et un peu de nourriture. Après ça, ils ont été embarqués en camions, lui et les quatre autres membres de la famille, aux côtés des autres voisins. Ils ont été déposés sur un champ où était aménagé un « centre de collecte » :

« Il y avait une pluie tranquille... » se souvient Sewki Anefiev de la « nuit la plus dramatique de la nation tatare [le 17/18 mai 1944]. Nous étions entourés par une foule de soldats armés, avec les fusils en position de tir. Ils nous ont interdit le plus petit mouvement. Nous avons attendu des heures entières sous la pluie, épouvantés. Nous avons entendu parler de l’extermination des juifs par les nazis et nous croyions que nous aurions le même sort. Enfin, plus tard sont arrivés plusieurs camions qui ont commencé à nous amener vers un chemin de fer, où nous attendaient deux convois longs de wagons de marchandise. Dans notre wagon, il y avait 85 personnes. Le convoi s’est mis en route le lendemain matin. Pendant le trajet vers les steppes de l’Asie centrale, une femme de notre wagon a accouché. L’enfant n’a pas vécu longtemps. Son cadavre a été pris par les soldats soviétiques et jeté dans un champ, sous les regards désespérés et impuissants de la mère et des autres déportés ».

36Zarema Trofinova et Alim Usinov sont deux artistes tatars, aussi originaires de Crimée. Zarema avait quatre ans quand elle et ses parents ont été déportés en Ouzbékistan. Les soldats ne leur ont pas permis d’aller chercher son petit frère, âgé de six ans, qui était à la garderie. Dès lors ils n’ont rien su de lui. Alim, déporté aussi très jeune, a été élevé après la guerre dans un orphelinat, aussi en Ouzbékistan. À l’âge adulte, il s’est informé au sujet de ses parents et on lui a dit qu’ils étaient morts durant la déportation. Tous les deux sont retournés en Crimée parmi les premiers, en 1991.

37Iskender Ablaev, 74 ans, se souvient comment lui et sa famille ont eu seulement 15 minutes pour ramasser leurs biens et quitter leur maison tout près de Bahcesaray :

« Nous n’avons rien pu prendre avec nous, juste nos vêtements, sans nourriture, rien. Ils nous ont entassés dans des camions [les soldats soviétiques], ils nous ont conduits à la gare et ils nous ont fait monter dans des wagons. Je ne me souviens pas exactement, mais je pense que nous avons voyagé presque 17 jours vers l’Asie centrale. Quelques-uns sont morts pendant le voyage, mais ma famille a survécu. Mes parents ont été envoyés dans une ferme collective pour travailler ».

38Iskender Ablaev et sa famille sont également rentrés en Crimée, en 1993.

4. Le long chemin vers la reconnaissance officielle de l’ethnie

  • 14   Voir le texte complet de ce décret soviétique dans Robert Conquest, 1970, The Nation Killers : Th (...)

39Durant l’époque de Khrouchtchev, en 1954, la Crimée, partie de la RSFS russe a été annexée à la RSS de l’Ukraine. Après la mort de Staline et la dénonciation de son culte de la personnalité par le fameux rapport Khrouchtchev, le Présidium du Soviet Suprême de l’URSS a émis un décret (28 avril 1956J14à la suite duquel les actes de déportation ont été reconnus comme « abusifs et discriminatoires ». À cette occasion ont été libérés 178 454 Tatars criméens, des Balkars, des Turcs, des Kurdes et des Hemsils. Toute une série de restrictions à l’égard des Tatars de Crimée a été enlevée, mais les déportés n’ont pas obtenu le droit de revenir dans leur patrie (en tatare, Yasil Yurt - la Patrie Verte), ni la restitution des propriétés et d’autres biens confisqués par le régime stalinien. Aussi, les Tatars de Crimée, n’ont pas été reconnus en tant qu’ethnie distincte en Crimée. Il s’agit donc seulement d’une reconnaissance morale de la part des autorités soviétiques, en ce qui concerne les abus commis par le régime stalinien en mai 1944. Cette reconnaissance partielle s’inscrivait dans les limites du même régime communiste et avait un rôle plutôt propagandiste, dans la conjoncture de la guerre froide de « diaboliser » le gouvernement précédent de Staline. Le stigmate de « traître » attribué aux Tatars criméens a été maintenu.

  • 15  Sur les évolutions du « Mouvement National des Tatars de Crimée » voir l’interview de Mubeyyin Alt (...)

40Dans la même année (1956), les Tatars ont fondé en exil le « Mouvement National des Tatars de Crimée », avec des filiales dans le monde entier. En ce qui concerne les modalités d’action de ce mouvement, on peut distinguer, depuis 1956 jusqu’à aujourd’hui, quatre étapes15 :

  1. La période du début (1956-1964)

  2. L’époque la plus active (1964-1969)

  3. La période de crise (1969-1987)

  4. La « renaissance » (depuis 1987 jusqu’à nos jours)

41La première période s’est caractérisée surtout par des actions individuelles des anciens déportés tatars, peu organisées et sans grande efficacité par rapport aux horizons d’attente. Des pétitions, des lettres, des appels ont été rédigés notamment par les Tatars qui avaient été pendant la guerre membres du PCUS ou du Komsomol.

  • 16  Voir le texte du « Décret du Présidium du Soviet Suprême de l’RSS », 5 septembre 1967, dans Robert (...)

42La deuxième étape correspond à une maturation du mouvement. Les actions étaient mieux organisées et ont attiré beaucoup d’adhésions. Après plusieurs années de protestations, de pétitions et de manifestations, le 5 septembre 1967, cette ethnie a été reconnue officiellement par un décret du Présidium du Soviet Suprême de l’URSS, comme ethnie distincte en Crimée : « 1. Annul the section of the relevant decisions of State organs which contains indiscriminate accusations with respect to citizens of Tatar nationality who lived in the Crimea16. »

43Néanmoins, après septembre 1967, les autorités soviétiques n’ont pas enlevé les restrictions pour les Tatars criméens de rentrer dans leur patrie. La suite du décret prévoyait pour ceux-ci, des droits égaux aux autres citoyens soviétiques, mais... seulement dans les régions de déportation, notamment en Ouzbékistan :

« Note that the Tatars formerly living in the Crimea have taken root in the territory of the Uzbek and other Union Republics ; they enjoy all the rights of Soviet citizens, take part in public and political life, are elected deputies of the Supreme Soviets and local soviets of deputies of working people, work in responsible posts in Soviet, economic, and Party organs, radio broadcasts are made for them, a newspaper in their national language is published, and other cultural measures are undertaken.(...) » (Conquest, 1970 : 202)

44Le décret assurait aussi aux anciens déportés certaines compensations économiques. Ces droits sont cependant restés, pour la plupart d’entre eux, seulement au niveau théorique.

45Voici le témoignage d’une vieille femme, déportée avec sa famille en Ouzbékistan, en mai 1944, qui a essayé de rentrer en Crimée, durant le régime soviétique de L. Brejnev. Kaska Vedgie, originaire de la ville de Belogorsk, se souvient de son calvaire :

« En 1966, nous avons désiré rentrer en Crimée. On nous l’a interdit alors nous avons décidé de nous enfuir. Nous avons réussi à nous rendre jusqu’au Kuban, dans la région de Krasnodar. En 1968, je suis partie avec toute ma famille à Moscou pour participer aux manifestations des Tatars criméens sur la Place Rouge. Dans l’année suivante [1969], nous sommes partis de nouveau vers notre patrie. Nous sommes arrivés le 24 avril et nous avonsacheté avec difficulté une maison de certains Russes. Après un mois seulement, une nuit, à deux heures à peu près, la milice a frappé à notre porte. Les miliciens ont brisé les portes et les fenêtres. Ils ont jeté de l’eau froide sur les cinq enfants qui dormaient, les traumatisant pour toute leur vie. Mon mari a été arrêté. Moi et les enfants nous avons été forcés de monter dans une voiture et conduits jusqu’à la gare de Simferopol pour embarquer dans un train en destination du Kuban. Comme en mai 1944. Nous avons réussi à nous soustraire de la vigilance des miliciens et nous sommes descendus après quelques stations seulement. Après deux jours, nous sommes arrivés de nouveau en Crimée. Durant six mois, nous sommes restés cachés chez des amis, dans des dépôts ou dans des maisons abandonnées, recevant de la nourriture de la part de personnes dévouées qui se sont exposées à de grands risques. Nous avons été arrêtés de nouveau et de nouveau expulsés de Crimée. Nous sommes revenus après quelques mois. Nous n’avons pas été expulsés mais notre calvaire a continué. Durant deux années, nous avons été menacés de mort presque jour et nuit. Nous étions souvent réveillés par des coups violents sur la porte et par les menaces des miliciens et des agents de sécurité. L’un de nos enfants est mort à la suite d’un choc, pendant une nuit quand un milicien est venu pour nous intimider ».

46Nous présentons maintenant un petit fragment d’un important document-manifeste, réalisé et signé par les Tatars de Crimée, déportés de leur patrie en mai 1944 : L’appel des représentants du peuple Tatar vers tout le monde (le 2 juin 1968). Après le rappel des conditions épouvantables de la déportation, l’appel précisait :

  • 17  Voir le texte complet de l’ « Appel » dans R. Conquest, op. cit., p. 204-205.

« (...) En même temps, l’autonomie nationale a été annulée, la culture nationale complètement détruite, nos monuments démolis, les tombeaux des ancêtres rasés de la surface de la terre. Durant 12 ans, nous avons vécu en exil et nous avons été discriminés. Nos enfants sont nés en exil, nous avons été qualifiés de traîtres et d’incroyables contes ont été publiés sur nous pour être lus par le peuple soviétique. Pendants nos actions, trois millions de signatures ont été ramassées dans toute l’URSS. Cela veut dire que chaque Tatar criméen a déposé sa signature sur dix pétitions. Cet appel de 300 000 Tatars, multiplié par dix fois s’est prouvé sans résultat. Aucune autorité gouvernementale ne nous n’a répondu ; aucun journal soviétique n’a mentionné notre lutte17. »

47La période 1969-1987 s’est caractérisée par une recrudescence de la violence des autorités soviétiques sur les Tatars criméens : des arrestations en masse, des déportations et mêmes des assassinats (par exemple l’immolation de Musa Mamut en juin 1978). Également, à cette époque se sont affirmés plusieurs dissidents parmi l’intelligentsia tatare, certains reconnus sur le plan international (Mustafa Gemilev, Resat Gemilev, Yuri Osmanov, etc.). Les arrestations de certains de ses principaux dirigeants ont conduit à une crise du mouvement tatar.

48La dernière étape, de 1987 à nos jours, a coïncidé avec les réformes, la glasnost et la perestroïka gorbatchéviennes. Même à cette époque, la lutte des Tatars de Crimée n’a pas été facile. Après plusieurs pressions et actions collectives (manifestations, protestations, pétitions, appels, etc.), le 14 novembre 1989, une déclaration du Soviet Suprême de l’URSS a reconnu finalement « les actions criminelles du régime stalinien ». Ce qui est plus important est que les Tatars criméens ont obtenu le droit de rentrer dans leur patrie. En même temps, le gouvernement soviétique a proposé un plan de reconstruction ethnique de la Crimée (le plan Yanaev, en novembre 1989). À partir de cette déclaration, les événements se sont déroulés très rapidement. En 1990, les Tatars ont obtenu le droit de s’autogouverner par le rétablissement de l’Assemblée Nationale des Tatars de Crimée (la Kurultay). En janvier 1991, un référendum a établi l’autonomie des Tatars de Crimée. Des représentants tatars sont entrés dans le Parlement fédéral de l’Ukraine. À partir des années 1988-1990, les Tatars criméens ont commencé à revenir massivement dans la péninsule (presque 250 000). Aujourd’hui, 300 000 Tatars environ vivent en Crimée. La voie vers la reconstruction identitaire a ainsi été ouverte.

5. Le passé traumatique de la déportation et ses enjeux présents et de l’avenir

49Nous avons vu en bref, les deux versions de la déportation des Tatars criméens de mai 1944 et aussi leurs démarches identitaires durant le régime soviétique. On se pose la question suivante : pourquoi un tel événement tragique et lointain, de l’histoire des Tatars de Crimée et de la Deuxième Guerre mondiale, suscite tant d’intérêt aujourd’hui ?

50Dans le cas de la Crimée, il ne s’agit pas aujourd’hui d’une mémoire, mais de mémoires entre lesquelles existe un décalage par rapport au mode de perception du passé historique. D’une part, il y a l’ « héritage » de la mémoire et de l’histoire officielle de l’URSS, repris par certains représentants de la population russe majoritaire actuellement en Crimée. D’autre part, il y a les mémoires et les histoires nationales en voie de construction de diverses ethnies qui constituent une mosaïque dans l’Ukraine actuelle. Les fréquents mouvements ethniques des peuples du Caucase à travers les siècles et notamment les dernières décennies, les éternels réaménagements, ont créé une configuration ethnique et mémorielle antagonique et par conséquent l’impossibilité d’une histoire commune de la Crimée.

51La mémoire des Tatars de Crimée est donc seulement la mémoire particulière d’une ethnie de l’ancienne URSS qui a souffert après la fin de la Deuxième Guerre mondiale. On constate une volonté acharnée de se souvenir parmi les anciens exilés tatars, après l’implosion de l’URSS, en août 1991 : des interviews dans les médias, des ouvrages mémorialistes, des actions commémoratives, l’organisation d’expositions et de musées, des tentatives de construction symbolique d’un panthéon des héros et des martyrs de l’ethnie tatare. Toute cette effervescence mémorielle et commémorative peut être expliquée, à notre sens, par deux raisons : d’une part le devoir moral de remémorer le passé traumatique de l’ethnie tatare et d’autre part, les enjeux de construction d’un projet identitaire. Entre ces deux raisons existe d’ailleurs une relation étroite, ambivalente.

52Durant le régime communiste soviétique, la possibilité de faire connaître publiquement les avatars de la déportation n’existaient évidemment pas. Le régime soviétique, vainqueur dans la guerre et donc l’un des bénéficiaires de celle-ci, a instrumenté le passé à des fins politiques et a produit sa propre version de l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale. Cette version officielle, diffusée par tous les médias a « écrasé » la mémoire tatare de la guerre et l’a mise sous silence. Pendant toute la période du régime soviétique, la mémoire de la déportation tatare est restée « latente », « clandestine », « subversive », comme une « contre mémoire » de celle officielle. Ces souvenirs d’un « passé qui ne passe pas » sont donc des remèdes contre l’installation de l’oubli et de l’amnésie sur l’histoire de l’ethnie tatare des dernières décennies. Comme dit Paul Ricœur, « la fonction principale de la mémoire est celle de la récupération » (Ricœur, 1978 : 234). Une mémoire « authentique », construite par un groupe « portant » des souvenirs, si elle ne réussit pas toujours à satisfaire le besoin de vérité absolue, peut du moins contribuer à la restitution de l’événement dans toutes ses dimensions, à la fois triomphale des vainqueurs et tragique des vaincus.

53D’autre part, les enjeux du présent, mais aussi les impératifs de l’avenir ont fait de chacun de ces survivants de la déportation tout d’abord un « historien de soi » et ensuite, par un processus complexe, à la fois cumulatif et de synthèse, de confrontation des expériences individuelles, un « historien de l’ethnie tatare » des dernières décennies. Ces souvenirs « chauds », ces mémoires individuelles constituent donc, les fondements de la construction de la mémoire collective et des essais de mise en sens du passé de leur ethnie. Les survivants de la déportation de mai 1944 ont l’occasion aujourd’hui de partager avec les membres de leur groupe ethnique, mais aussi avec le monde entier, leurs souffrances et leurs expériences douloureuses, si long temps refoulées et en même temps de se « légitimer » pour revendiquer en tant qu’ethnie des droits individuels et collectifs dans la Crimée actuelle. La mémoire de la déportation est une partie organique de l’histoire de l’ethnie tatare. Les souvenirs partagés, les expériences communes constituent un lien et des repères pour la redéfinition d’une nouvelle identité tatare. La titulature de « citoyen soviétique » a été une création abstraite, indéfinie ni au sens ethnique, ni au sens national. D’autant plus que, jusqu’en septembre 1967, les déportés tatars ont été dépourvus même de l’identité de citoyen soviétique.

54Le processus de reconstruction de l’identité s’inscrit dans une continuité historique de l’ethnie tatare, brisée d’une façon brutale et arbitraire, durant l’époque soviétique. Ces actions identitaires sont dirigées et canalisées par une élite intellectuelle dont une partie se trouve encore en exil. Il y a un certain décalage en ce qui concerne les priorités des Tatars qui sont rentrés de l’exil par rapport à ceux qui sont restés dans la diaspora. Pour les Tatars rentrés, prioritaires sont les revendications économiques et sociales pour la réintégration en Crimée, tandis que pour la diaspora, prédominent les sollicitations d’ordre collectif, politique, moral et symbolique. Il existe par conséquent plusieurs lieux de construction identitaire qui ne diffèrent pas dans leur essence.

55La mémoire de la déportation tatare a créé des fractures dans la société ukrainienne actuelle, même si les processus d’intégration et de (re)construction identitaire des Tatars criméens n’ont pas de connotations colériques ou de vengeance. Il y a deux raisons principales qui créent des difficultés dans ces processus : les ressentiments de certains éléments de la population russophone, colonisée par les Soviétiques à travers leur domination en Crimée, majoritaire actuellement en Ukraine et la crise économique que traverse ce pays aujourd’hui. À ces raisons s’ajoutent des facteurs non négligeables, comme les tensions qui existent entre l’Ukraine et la Russie dans la zone de la Mer Noire sur la délimitation des frontières et la question de l’héritage de l’ancienne flotte soviétique de Sevastopol.

56Beaucoup d’éléments russophones qui s’opposent au processus actuel de retour et d’intégration des Tatars en Crimée sont des anciens cadres du PCUS, des militaires et des vétérans de la Deuxième Guerre mondiale. Certains d’entre eux habitent actuellement dans les maisons et détiennent les propriétés agricoles de Tatars criméens, confisquées par le régime stalinien en mai 1944. Dans les années 1988-1989, des éléments russophones radicaux ont produit des violences en Crimée en attaquant et en terrorisant la population tatare. Dès 1991, certains ont augmenté les tensions et les relations interethniques par l’agitation en faveur de la sécession, la séparation de l’Ukraine et l’annexion à la Russie, qui a gouverné la Crimée jusqu’en 1954. Des inconnus vandalisent souvent les monuments tatars et profanent leurs cimetières, « lieux de mémoire » et de pèlerinage annuel pour les Tatars de Crimée.

57Les autorités ukrainiennes manifestent une grande prudence à l’égard de ceux-ci, au nom de l’« harmonie » ethnique, de la stabilité politique et sociale du pays. L’Ukraine, celle qui a hérité de « facto » la Crimée de la Russie, en 1954, ne se considère pas responsable des déportations de mai 1944. Il est très difficile d’ailleurs de réparer aujourd’hui des mesures injustes du passé par d’autres injustices. Les autorités ukrainiennes, sous la pression des organismes européens et internationaux ont mis en place une série de mesures réparatrices et compensatoires, d’ordre économique et social. Entre les deux puissances, la Russie et l’Ukraine, les Tatars criméens ont pris la part de l’Ukraine qui milite pourtant pour un État unitaire, offre des garanties pour l’intégration des Tatars et la sauvegarde de leur l’identité.

58À cause des ressources financières faibles dont dispose l’État ukrainien, 120 000 Tatars sont rentrés en 1990 et seulement 5 000 en 1995. La bureaucratie et la corruption, très fortement développées dans ce pays, retardent les démarches d’obtention de la résidence des Tatars qui reviennent dans leur patrie. Actuellement, la plupart des programmes de reconstruction des infrastructures économiques, politiques, éducationnelles et culturelles, d’intégration des Tatars rentrés en Crimée, sont effectués par les organismes internationaux (ONU, UNESCO, l’Union Européenne), les pays développés et bien sûr la « patrie spirituelle », la Turquie. Le niveau de vie de beaucoup de Tatars rentrés en Crimée est très bas.

59Le président de l’Assemblée représentative des Tatars de Crimée, Refat Chubarov synthétisait en bref, en 1996, les priorités de la nation tatare de Crimée pour le XXIe siècle :

  • 19  Voir l’interview recueillie par Mubeyyin Altan et publié dans le journal turc, Yeni Dunya, en 1994 (...)

« (...) Trying to imagine Crimea in the 21st century you will have primarily to spell out certain factors which will determine its future (...) The first factor is the historic past of the Crimea, the second is the political situation in the Crimea and the third one is the current political economic and demographic situation of Crimea and the fourth one in our opinion is the one which will directly impact the developments in the future (.) The Crimean Tatars factor is viewed as stabilizing to the situation in the Crimea and helped Tatars to come back to their homeland. (...)19 »

60Voici maintenant quelques exemples de Tatars rentrés en Crimée après de longues années de déportation et certains problèmes avec lesquels ils se confrontent aujourd’hui :

  • 20  Ibidem, no. 24, octobre 1994, p. 2-3.

I.Zarema Trofinova et Alim Usinov20sont rentrés en Crimée parmi les premiers, après 1990. Ensemble, ils ont acheté une petite maison d’une femme russe âgée, près de Bahcesarai. À cet endroit, ils ont construit eux-mêmes un foyer plus grand. Tous les deux ont été professeurs à l’Académie des Arts de Tachkent. Ils ont renoncé à une bonne et stable situation matérielle en Ouzbékistan, à tous les biens qu’ils avaient là-bas et ils sont rentrés en Crimée, où ils ont tout recommencé à partir de zéro. Ils ne sont pas les seuls qui ont procédé de cette façon. La plupart des Tatars qui sont rentrés dans leur patrie après le Surgun ont fait comme eux. Alim Usinov remarquait avec ironie dans son interview, au début des années 1990 : « L’Union soviétique se déchire, mais nous les Tatars nous construisons ».

  • 21  En ce qui concerne le témoignage d’Iskender Ablaev, voir aussi l’émission sur les déportations des (...)

2. Iskender Ablaev21et sa famille sont rentrés en Crimée en 1995, mais leur calvaire à cause des difficultés de réintégration a continué :

« Ce n’est pas un retour facile. Beaucoup de survivants de la Deuxième Guerre mondiale, notamment des Russes, ont des ressentiments concernant le retour des Tatars. Le gouvernement local a des difficultés à les intégrer, pour leur attribuer des terres, des abris ou des emplois. Malgré ces difficultés, la plupart des Tatars ne regrettent pas leur retour. Mon épouse est morte deux ans après notre retour en Crimée (1997). J’habite maintenant avec la famille de mon fils, Shakir (43 ans) dans une petite localité, Kamenka avec 1 500 habitants, près de Simferopol. La plupart d’entre nous sommes pauvres. Ma famille a des difficultés financières. L’aide reçue de la part du gouvernement ne dépasse pas 100 $ par mois. Pourtant, je suis content d’être rentré dans ma patrie. Oui, je suis à la maison. Ce n’est pas nécessairement facile, mais c’est mieux de vivre dans ta propre patrie que dans un pays étranger. Les Tatars de Crimée font de vrais efforts pour conserver leur identité nationale. Un des plus importants éléments est la religion. Je suis fier que mon fils ait aidé à la construction de la mosquée de Kamenka (...) ».

61Beaucoup de Tatars ont été arrachés de leur croyance et de leurs traditions et ont suivi un exil cruel et forcé » raconte Rustem Chyiogo %, l’administrateur du district de Bahcesaray, la capitale historique des khans de Crimée. Le complexe muséal, formé par le palais, les mosquées, les fontaines, la medrese (institution d’enseignement religieux musulman) et le mausolée du célèbre khan Mangli Ghirai, a été construit au XVIe siècle et a été immortalisé en poèmes par le grand poète russe, Alexandre Pouchkine. Le retour des Tatars a coïncidé avec les efforts pour la reconstruction du complexe détruit par les Russes (lieu de mémoire de l’identité tatare). Ils ont, comme tous les peuples, une histoire, une culture, des figures proéminentes, comme Ismail Gaspirali, connu dans le monde entier.

Conclusion

62Si les mémoires des diverses ethnies et des diverses époques historiques sont plurielles et contradictoires, l’histoire de Crimée est quand même une. Dans le contexte de l’Ukraine actuelle, il est effectivement impossible de concilier toutes ces mémoires. On voit donc comment le passé, enraciné dans des « lieux de mémoire », comme celui de la déportation de mai 1944, continue à jouer un rôle actif à l’heure actuelle pour la revendication et la réappropriation d’une histoire et d’une identité perdues 60 ans auparavant. On voit également que souvent, il est très difficile de gérer une tel passé qui continue, malheureusement, de créer un climat actuel de tension et de conflit.

Groupe de Tatars de Crimée en attente du train pour partir en exil, mai 1944 (site Internet : www.crimea.ijuela.com)

Groupe de Tatars de Crimée en attente du train pour partir en exil, mai 1944 (site Internet : www.crimea.ijuela.com)

Femmes et enfants tatars dans un train vers les lieux d’exil, mai 1944 (selon le site Internet : www.crimea.ijuela.com)

Femmes et enfants tatars dans un train vers les lieux d’exil, mai 1944 (selon le site Internet : www.crimea.ijuela.com)

Tatars âgés dans un train pendant la déportation de mai 1944 (selon le site Internet : www.crimea.ijuela.com)

Tatars âgés dans un train pendant la déportation de mai 1944 (selon le site Internet : www.crimea.ijuela.com)

Groupe de Tatars de Crimée à l'arrivée dans le désert d'Ouzbékistan (selon le site Internet : www.crimea.ijuela.com)

Groupe de Tatars de Crimée à l'arrivée dans le désert d'Ouzbékistan (selon le site Internet : www.crimea.ijuela.com)
Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Documents Publiés

BUGAI, Nicolai Vasilievici, 1994, Deportatsiia. Moscou, Édition Pravda. 256 p.

BUGAI, Nicolai Vasilievici, 1996, Pogruzheny. Moscou, Édition Pravda. 274 p.

ZEMSTKOV, Andrei, 1995, Spetsposelentsy. Moscou, Edition Pravda. 341 p.

Sources orales

L’émission du poste Radio Free Europe sur les survivants des Tatars criméens, le 24 septembre 2004.

MUBEYYIN, Altan, 1994, interview avec Mustafa Cemilev, publié dans le journal turc, Yeni Dunya, no.45, septembre 1994.

MUBEYYIN, Altan, 1994, interviews avec des survivants tatars de la déportation de mai 944.

Références

BENSA, Alban, 1996, « De la microhistoire vers une anthropologie critique » dans Jacques Revel, Jeux d’échelles : la microanalyse à l’expérience. Gallimard-Le Seuil, Paris, p. 33-70.

CONQUEST, Robert, 1970, The Nation Killers : The Soviet Deportation of Nationalities. New York. 423 p.

EKREM, Mehmet Ali, 1998, De l’histoire des Turks de la Dobroudja. Bucarest, Édition Kriterion. 256 p.

FISCHER, Alan, 1998, The Crimean Tatars. Hoover Institutions Press, Stanford University, Stanford, California. 253 p.

GINZBURG, C. et C. Poni, 1981, « La microhistoire », Le Débat, décembre, numéro 17.

KOSELLECK, Robert, 1990, Le futur passé. Contribution à une sémantique du temps historique. Paris, Éditions de l’EHESS.

KOSS, Bogumil, 1996, « Les objets de mémoire ou les wampuns chrétiens : Québec, Pologne, Zaïre », dans L’Histoire en partage - usages et mises en discours du passé. Paris, L’Harmattan, p. 173-204.

KOSS, Bogumil, 2003, Mami Wata. La peinture urbaine au Congo. Paris, Gallimard. Collection « Le temps des images », dirigée par François Lissargue et Jean-Claude Schmitt.

LEVI, Giovanni, 2001, « On microhistory », dans Peter Burke, éd., New Perspectives on Historical Writing. Politiy Press, Oxford, p. 103-114.

POHL, Otto, dir., The Stalinist Penal System : A Statistical History of Soviet Repression and Terror, 1930-1953. Edition Mc Farland & Company, Inc., Publishers, Jefferson, North Carolina. 346 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

RICOEUR, Paul, 1978, Mémoire, histoire, oubli. Paris, Armand Colin. 546 p.
DOI : 10.3917/espri.0603.0020

TAHSIN, Gemil, 2003, Les Tatars dans l’histoire et dans le monde. Bucarest, Édition Kriterion. 289 p.

TURCANU, Florin, 2000, « L’histoire contemporaine et l’histoire récente en Roumanie », dans Histoire récente en Europe - objets d’étude, sources, méthodes. Le Collège La Nouvelle Europe, Les Travaux du Symposium International organisé par CNE, Bucarest, le 78 avril.

Haut de page

Notes

1  Sur l’ethnogenèse des Tatars voir par exemple, Mehmet Ali EKREM, De l’histoire des Turks de la Dobroudja, Bucarest, Édition Kriterion, 1998 et Gemil TAHSIN, Les Tatars dans l’histoire et dans le monde, Bucarest, Édition Kriterion, 2003.

2  En ce qui concerne l’émigration tatare dans la région roumaine de la Dobroudja, voir aussi Mehmet Ali EKREM, ibid., et Gemil TAHSIN, ibid.

3  Cet acte identitaire du 13 décembre 1917 a aujourd’hui une signification profonde pour les Tatars dispersés partout dans le monde, étant célébré chaque année par les minorités concernées.

4  En ce qui concerne la situation des Tatars de Crimée après la révolution bolchevique d’octobre 1917, voir Alan FISCHER, The Crimean Tatars, Hoover Institution Press, Stanford University, Stanford, California, 1998, p. 109-130.

5  Parmi ceux qui soutiennent la thèse sur le rôle stratégique de la Crimée, durant et après la Deuxième Guerre mondiale mentionnons seulement Alan FISCHER, The Crimean Tatars, Hoover Institutions Press, Stanford University, Stanford, California, 1998, et Robert CONQUEST, The Nation Killers : The Soviet Deportation of Nationalities, New York, 1978.

6  Parmi les chercheurs soviétiques qui ont investigué les archives secrètes de l’ancienne URSS, durant les dernières années et qui ont publié certains de ces documents, mentionnons : BUGAI, Nicolai Vasilievici, 1994 ; Deportatsiia, Moscou, Édition Pravda, 256 pages ; Pogruzheny, Moscou, Édition Pravda, 274 pages et ZEMSTKOV, 1995, Spetsposelentsy, Moscou, Édition Pravda, 341 pages.

7  En ce qui concerne l’analyse des sources d’archives voir par exemple : Jocelyn Létourneau, Le coffre à outils du chercheur débutant, Toronto, Oxford University Press, 1989 ; Florin Turcanu, « L’histoire contemporaine et l’histoire récente en Roumanie », dans Histoire récente en Europe - objets d’étude, sources, méthodes, Le Collège La Nouvelle Europe, Les Travaux du Symposium International organisé par CNE, Bucarest, le 7-8 avril 2000 ; Madeleine Grawitz et Roger Pinto, dir., Méthodes en sciences sociales, Genève, Édition Dalloz, 1971 ; Robert, Koselleck, Le futur passé. Contribution à une sémantique du temps historique, Paris, Éditions de l’EHESS, 1990.

8  Jocelyn Létourneau distingue trois étapes dans l’analyse d’un document écrit : la critique d’authenticité, la lecture attentive et la documentation (Jocelyn Létourneau, Le coffre à outils du chercheur débutant, Toronto, Oxford University Press, 1989, p. 63). Il faut faire attention au degré de confiance qu’on peut accorder aux documents écrits, à la fois dans ce qu’ils sont et dans ce qu’ils disent. Un document authentique peut dire des choses fausses et inversement (Madeleine Grawitz et Roger Pinto, dir., Méthodes en sciences sociales, Genève, Édition Dalloz, 1971, p. 437).

9  Nicolas von Schendel, Prendre le temps pour témoin. Mémoire du pays et construction de l’identité chez les jeunes Montréalais, 1996, p. 87.

10  Dans Mami Wata. La peinture urbaine au Congo, Paris, Gallimard, collection « Le temps des images », irigée par François Lissargue et Jean-Claude Schmitt, 2003, p. 37, Bogumil Koss se demande la même chose en ce qui concerne l’époque post-coloniale au Congo.

11  En ce qui concerne le texte complet de ce décret soviétique, voir Robert Conquest, 1970, The Nationillers : The Soviet Deportation of Nationalities, New York, p. 194-195.

12   En ce qui concerne les dimensions de la tragédie tatare voir aussi Otto Pohl, dir., The Stalinist Penal System : A Statistical History of Soviet Repression and Terror, 1930-1953, Édition Mc Farland & Company, Inc., Publishers, Jefferson, North Carolina, p. 123-134.

13   Ces interviews ont été recueillies par Altan Mubeyyin, de la diaspora tatare des États-Unis, membre du Mouvement National des Tatars criméens et toutefois membre du Comité Asiatique d’Études Altaïques de l’Université Harvard, des États-Unis à l’occasion de sa première visite en Crimée, en 1994. Elles ont été ensuite publiées dans le journal turc, Yeni Dunya, durant les années 1994-1995.

14   Voir le texte complet de ce décret soviétique dans Robert Conquest, 1970, The Nation Killers : The Soviet Deportation of Nationalities, New York, p. 213-214.

15  Sur les évolutions du « Mouvement National des Tatars de Crimée » voir l’interview de Mubeyyin Altan avec Mustafa Cemilev, le président de ce mouvement, réalisé en 1994 et publié après dans le journal turc, Yeni Dunya, no.45, septembre 1994.

16  Voir le texte du « Décret du Présidium du Soviet Suprême de l’RSS », 5 septembre 1967, dans Robert Conquest, 1970, The Nation Killers : The Soviet Deportation of Nationalities, New York, p. 187-189. Le Décret a été publié aussi dans le Bulletin Officiel du Soviet Suprême, no.36 (le 8 septembre 1967).

17  Voir le texte complet de l’ « Appel » dans R. Conquest, op. cit., p. 204-205.

18  Voir le texte complet de la déclaration dans R. Conquest, op. cit., p. 212-213.

19  Voir l’interview recueillie par Mubeyyin Altan et publié dans le journal turc, Yeni Dunya, en 1994, en langue turque (no.20, septembre, p. 1-2).

20  Ibidem, no. 24, octobre 1994, p. 2-3.

21  En ce qui concerne le témoignage d’Iskender Ablaev, voir aussi l’émission sur les déportations des Tatars de Crimée durant la Deuxième Guerre mondiale, transmise par Radio Free Europe, le 24 septembre 2004.

22  Voir l’émission sur les déportations des Tatars de Crimée durant la Deuxième Guerre mondiale, transmise par Radio Free Europe, le 24 septembre 2004.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Groupe de Tatars de Crimée en attente du train pour partir en exil, mai 1944 (site Internet : www.crimea.ijuela.com)
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/288/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Femmes et enfants tatars dans un train vers les lieux d’exil, mai 1944 (selon le site Internet : www.crimea.ijuela.com)
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/288/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tatars âgés dans un train pendant la déportation de mai 1944 (selon le site Internet : www.crimea.ijuela.com)
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/288/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Groupe de Tatars de Crimée à l'arrivée dans le désert d'Ouzbékistan (selon le site Internet : www.crimea.ijuela.com)
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/288/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cezar Aurel Banu, « Passé traumatique, mémoire, histoire confisquée et identité volée : la déportation des tatars de Crimée par Staline en mai 1944 (le « Surgûn ») », Conserveries mémorielles [En ligne], #1 | 2006, mis en ligne le 01 octobre 2006, consulté le 29 septembre 2016. URL : http://cm.revues.org/288

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org