Navigation – Plan du site
Apprendre la foule

Foules, espaces publics urbains et apprentissage de la co-présence chez les adolescents des quartiers populaires d’Ile de France

Crowds, urban public spaces and learning co-presence: the Case of the Adolescents residing in the popular districts of the Ile-de-France
Nicolas Oppenchaim

Résumés

Cet article porte sur le rapport qu’entretiennent les adolescents à la foule urbaine et sur la manière dont ils apprennent à y trouver une place. Pour ce faire nous procéderons en trois temps. Nous exposerons tout d’abord en quoi, s’appuyant sur les travaux de R. Park et G. Tarde, Isaac Joseph fait du passage de la foule au public une des caractéristiques majeures des sociétés contemporaines. Ce passage concerne à la fois l’espace métaphorique des mobilisations collectives, mais également l’espace urbain : le propre des villes contemporaines n’est pas les grands rassemblements de foule dominés par les émotions, mais les espaces publics, lieux de co-présence organisés autour de l’inattention civile. Ces espaces offrent ainsi des possibilités de rencontre tout en garantissant un droit à l’intimité.

Cependant nous montrerons dans un second temps que cette perception apaisée des grands rassemblements dans la ville ne va pas de soi, notamment à l’adolescence. Il est donc nécessaire d’introduire la problématique de l’apprentissage dans les réflexions sur les espaces publics urbains. Ainsi, une partie des adolescents des quartiers populaires d’Ile de France ont une perception de ces lieux de co-présence très proche de celle développée dans les discours du 18ème et 19ème siècle sur la peur des foules urbaines. Plus largement, les adolescents de quartiers populaires se différencient dans leurs discours par quatre grandes positions idéal-typiques vis-à-vis des foules urbaines : « foule source d’animation potentielle », « foule indifférente », « foule menaçante », ou « foule espace public ».

Nous verrons alors dans un troisième temps que ce rapport différencié des adolescents à la foule est à mettre en relation avec le lien entretenu avec le quartier de résidence et les modalités d’apprentissage de la mobilité.

Haut de page

Texte intégral

De la foule au public

1Les sociétés modernes se caractérisent par le passage de la foule au public. Telle est la thèse centrale qu’identifie Isaac Joseph dans deux ouvrages publiés au début du 20ème siècle, L’opinion et la foule de Gabriel Tarde en 1901 et La foule et le public de R. Park qui paraît trois ans plus tard.

2Le sociologue français défend ce point de vue dans un article publié en 2001, « Tarde avec Park. À quoi servent les foules ? » (Joseph, 2001). Ces deux auteurs ont en commun selon Joseph de rejeter une psychologie collective consistant à concevoir un « nous » existant en dehors et au dessus des esprits individuels. Ils œuvreraient au contraire à la naissance d’une psychologie sociale dont l’objet de recherche serait les interactions et influences réciproques entre individus. La plus simple de ces influences est ainsi la conversation. À partir de ce point de départ, Tarde isole deux grands types d’influence et d’action réciproque, la foule et le public qu’il oppose terme à terme :

  1. la foule est une forme d’actions réciproques régie par la proximité spatiale. Elle est un lieu de contagion psychique basée sur les contacts physiques, et est par là proche de l’agrégat animal.

  2. le public est au contraire une « foule dispersée, où l’influence des esprits les uns sur les autres est devenue une action à distance, à des distances de plus en plus grandes » (Tarde, 1901 : 7). Il s’agit donc d’une forme évoluée des interactions réciproques : les associations entre individus dans le public se font par simultanéité des convictions, par des contacts impersonnels comme la lecture d’un même journal et non par la proximité physique.

3Alors que la foule est la forme d’action sur autrui du passé, le public est au contraire une forme adaptée à l’évolution de nos sociétés contemporaines de plus en plus hétérogènes et traversés par des clivages divers. Trois traits caractéristiques du public expliquent cette adéquation : d’une part, comme dit précédemment, il rassemble des personnes issus d’origines géographiques et sociales différentes ; d’autre part ce rassemblement repose sur une base impersonnelle et non sur une proximité physique ou affective ; enfin il tolère non seulement les particularismes en son sein, mais bien plus les intensifie. Les dissidences partielles prennent ainsi la place des oppositions manichéennes et des grands dualismes.

4Robert Park reprend lui aussi cette idée d’une meilleure adéquation du public à nos sociétés contemporaines par rapport à la foule. Comme chez Tarde, cette dernière est une entité mouvante dans laquelle les individus fusionnent les uns avec les autres, l’influence mutuelle des émotions formant une émotion collective s’imposant à chacun des membres. Au contraire, le comportement d’un public est le résultat d’un ensemble de discussions dans lesquels les individus ont des opinions différentes. La scène publique est alors analogue à un dispositif théâtral : l’identification à des personnages publics permet d’endosser symboliquement un rôle dans le drame social et de se situer par rapport à d’autres acteurs dans une intrigue ou un scénario.

5Cette idée, commune à Tarde et Park, d’un passage d’une forme d’influence mutuelle à une autre, de la foule au public, se développera par la suite dans deux directions : d’une part l’étude des engagements collectifs dans le domaine public métaphorique des arènes publiques et d’autre part celle des interactions dans l’espace public urbain. Si cette double dimension est moins présente chez Tarde, elle est centrale dans l’œuvre de Park, dont on connaît le rôle tenu dans le développement des travaux de l’Ecole de Chicago sur la ville : qu’il s’agisse de rassemblements métaphoriques des opinions lors d’un débat au Parlement ou de la fréquentation d’un parc, le public constitue une même forme d’organisation de l’attention. Celle-ci ne repose pas sur un contenu émotionnel s’imposant au groupe mais sur une organisation raisonnée des conduites.

Les arènes publiques et les espaces publics urbains

6Nous ne développerons pas le destin qu’a eu cette distinction entre foule et public dans l’étude des mobilisations collectives. Cette filiation a en effet été fort bien résumée dans un ouvrage récent (Cefaï, 2007). Dans cette tradition, dont la figure centrale est le philosophe pragmatiste John Dewey (1927 [2003]), l’opinion publique n’est plus façonnée par le tumulte de la foule, mais par l’échange raisonné dans des arènes publiques. Ces arènes sont le lieu de confrontation de différents acteurs pour résoudre une situation problématique. L’objectif des mobilisations collectives est en effet de faire émerger des problèmes dans le domaine public afin de pouvoir y échanger des arguments raisonnés. Cet objectif suppose tout un travail de mise en forme d’une situation perçue comme problématique et d’organisation de l’attention de l’opinion à ce sujet :

Le point de départ est la confrontation à une situation problématique où des personnes éprouvent un trouble indéterminé et perçu initialement comme relevant de la vie privée. Le public n’est pas donné d’avance avec la positivité d’un corps civique ou d’une audience médiatique. Il émerge à travers le jeu des interactions entre ces personnes qui se constituent comme un collectif d’enquêteurs, d’explorateurs et d’expérimentateurs qui vont monter des dispositifs de mobilisation pour définir leur trouble, l’ériger en problème d’intérêt public et interpeller les pouvoirs publics en vue de le résoudre. (Cefaï et Pasquier, 2003 : 11).

7Nous souhaitons pour notre part nous attarder sur la seconde filiation qu’a eu cette distinction dans l’étude des villes contemporaines. La figure centrale de cette filiation n’est plus John Dewey mais Erving Goffman. Ce dernier réussit le tour de force théorique de ne plus concevoir la ville et les rassemblements de personnes qu’elle occasionne (« gatherings » dans son vocabulaire) comme le lieu de la foule anonyme, dominée par le tumulte des émotions telle qu’elle a pu être décrite par la psychologie des foules à la fin du 19ème siècle. En effet, ces rassemblements dans l’espace urbain ne s’organisent plus autour d’une émotion commune. Ils perdent leur aspect menaçant pour devenir le lieu d’élaboration en commun d’une coopération civile malgré les tensions et incidents mineurs qui marquent la vie urbaine. Cette coopération est soulignée par l’importance des rituels réparateurs comme les formules de politesse. Le tournant opéré par le sociologue américain dans l’étude des villes est alors d’ « abandonner la foule sans pour autant quitter la rue » (Joseph, 1998 : 43).

8Les lieux emblématiques de cette coopération entre citadins sont les espaces publics urbains. Espaces de circulation, ils sont régis par un droit de visite et ne relèvent pas de l’appropriation individuelle. Mais ils sont également des espaces de communication entre individus, régis par un droit de regard de chaque citadin (Joseph, 1992 : 210-217). Nous espérons alors que le détour théorique opéré précédemment autour de la distinction entre la foule et le public est dès lors plus compréhensible par le lecteur : de manière similaire à l’espace public métaphorique, l’espace public urbain n’est pas le lieu de la foule compacte et indifférenciée, mais au contraire le lieu d’exposition des différences, et par là de toutes les tensions et autres épreuves de la civilité ordinaire. Le citadin n’est pas englouti dans une foule urbaine, son individualité s’en extirpe au contraire pour se confronter à celle des autres citadins et pour participer en commun à l’élaboration d’une coopération visant à assurer la sauvegarde de l’interaction.

La coopération interactionnelle est-elle naturelle ?

9Le passage d’une vision des espaces urbains comme lieu d’une foule compacte et indifférenciée à un lieu d’exposition des différences est subordonné à l’importance des possibilités de mobilité dans la ville contemporaine : le citadin est avant tout selon Isaac Joseph un « être de locomotion » qui passe d’un espace public à un autre et est donc confronté à la co-présence avec les autres utilisateurs de ces espaces. C’est cette importance de la mobilité dans les villes contemporaines qui nous a amené à nous intéresser au cas des adolescents de quartiers populaires d’Ile de France. Ces adolescents sont bien souvent présentés, à tort, comme immobiles et ne sortant guère de leurs quartiers. Nous avons donc souhaité mieux comprendre le rapport aux espaces publics urbains et à la mobilité de ces adolescents. Pour cela, nous avons mené un travail ethnographique d’une dizaine de mois dans une maison de quartier d’une « zone urbaine sensible » (ZUS) de la grande couronne parisienne ainsi que des projets avec cinq établissements scolaires de banlieue parisienne (deux classes de seconde générale, une de seconde professionnelle et deux de troisième). Ces projets articulaient soixante-quinze entretiens semi-directifs d’une heure et des ateliers thématiques sur la mobilité (photographies, écriture de textes et réalisation de questionnaires par les élèves autour de cette thématique). Ce dernier matériau nous a ainsi permis d’accéder aux populations adolescentes fortement mobiles et n’étant guère présentes sur le quartier de résidence. Dans la présentation de cet article, nous avons privilégié les longs extraits d’entretien, afin de faire entendre ces voix qui sont si peu présentes dans les caricatures souvent véhiculées sur ces jeunes.

10Or, parmi les résultats principaux de ce travail, nous avons constaté qu’une partie de ces adolescents décrivent les espaces publics franciliens en utilisant le vocabulaire de la foule anxiogène tel qu’il pouvait être employé au 19ème siècle dans la psychologie des foules. Certains énoncent notamment une crainte de perte de singularité dans l’anonymat urbain et le peu de goût pour la diversité qui s’exprime dans les espaces publics. L’emploi de ce vocabulaire avait déjà été signalé par d’autres auteurs comme Vincent Rubio, pour qui « il est effectivement saisissant de constater à quel point les individus qui composent notre société sont imprégnés de cette théorie de la foule née dans l’antiquité grecque dont Le Bon a élaboré la parfaite synthèse il y a à présent plus d’un siècle » (2008 : 81).

Là où je vais c’est Cergy et La Défense. J’aime pas trop aller à Châtelet, là bas y’a trop de monde, c’est la foule, j’aime pas la foule. Je sais pas, y’a trop de monde, ça vient dans tous les sens, à droite, à gauche, j’aime pas, y’a des mecs qui font de la tecktonik et tout…Paris j’aime pas trop, c’est des mecs bizarres. Alors qu’à La Défense ou Cergy, c’est que des mecs de quartier qui y travaillent(…) En plus le samedi y’ a moins de monde, y’a des endroits où on peut se poser derrière, on est pas obligé d’être dans la foule (Lycéen, 17 ans).

Moi j’aime pas aller à Rosny pour traîner comme ça, parce que moi j’aime pas traîner, si j’ai quelque chose de concret je vais le faire, mais je vais pas aller traîner comme ça, galérer dans un endroit debout, j’aime pas ça, c’est une perte de temps à rester comme ça debout, donc je vais jamais à Rosny, Châtelet (…) J’aime pas trop la foule, ça dépend dans quel contexte, mais la foule j’aime pas trop. Dans les soirées, ça c’est normal, ça ça va, mais en pleine journée, des gens qui sont là, qui n’ont rien à faire…J’aime pas Châtelet, déjà les gens de là bas, à s’habiller n’importe comment et à faire leur intéressant pour rien, les gens tecktonick tout ça, nous on veut pas voir ça, donc on préfère éviter. Je connais un ami il va à Châtelet, mais c’est pour acheter, traîner non, jamais (Lycéen, 17 ans).

11Percevoir les espaces publics centraux et les rassemblements de personnes qui s’y trouvent comme un espace de collaboration où il est aisé de trouver une place est donc loin d’être naturel. Le risque d’effondrement de la coopération interactionnelle se situe certes toujours en arrière-fond des travaux de Goffman : malaises occasionnés par les contacts mixtes entre normaux et stigmatisés, embarras éprouvé régulièrement par un des acteurs de l’interaction... Néanmoins, à de rares exceptions près (Breviglieri, 2007), le thème de l’apprentissage est complètement absent des travaux sur les espaces publics urbains. Constater l’emploi d’un vocabulaire anxiogène vis-à-vis de la foule chez certains adolescents n’est alors qu’une première étape de recherche. Celle-ci doit alors être complétée par la compréhension du non usage de ce vocabulaire par les autres jeunes Plus largement, comment expliquer le rapport différencié entretenu par ces adolescents aux rassemblements de personnes dans les espaces publics urbains ? Nous avons une acception large de ces espaces publics, qui incluent selon nous autant l’espace des transports en commun que des lieux de mobilité divers (notamment Châtelet, les Champs Elysées, les grands centres commerciaux de banlieue comme Rosny ou La Défense). Les deux extraits d’entretien cités précédemment montrent ainsi bien que l’emploi du terme de « foule » par les adolescents peut porter sur des rassemblements urbains variés. Le jugement porté sur ces rassemblements dépend ainsi très fortement de la fréquentation et des qualités des lieux où ils prennent place. La perception qu’ont les adolescents des différents lieux fréquentés, dans leur matérialité et leur sensorialité, devra donc être examinée avec soin.

Foule lieu de tension potentielle, d’indifférence, de menace ou d’anonymat ?

12Les adolescents de quartiers populaires d’Ile de France développent quatre grandes perceptions idéales typiques des rassemblements de personnes dans les espaces publics urbains. Certains adolescents se caractérisent tout d’abord par une vision de la foule urbaine et de son anonymat comme une source d’animation et de tension potentielles qu’ils opposent à la « galère » régnant sur le lieu de résidence. L’invisibilité qu’elle procure permet une confrontation plus ou moins conflictuelle avec les autres adolescents (séduction, raillerie, agression plus ou moins bon enfant), sans trop risquer d’être contrôlé voire interpellé par la police. D’autres adolescents développent pour leur part une véritable phobie vis-à-vis des foules urbaines. Ils considèrent cette foule et la présence massive d’inconnus comme une menace, à la fois d’agressions potentielles, mais également de perte d’identité. Une troisième catégorie est constituée d’adolescents se déclarant indifférents aux foules urbaines. Ils privilégient la fréquentation de lieux fermés ou moins fréquentés, dans lesquels ils ont leurs habitudes. Ils ne voient d’intérêt à la fréquentation des foules urbaines que dans des occasions spécifiques comme les grandes festivités du Nouvel An. Enfin, une partie des adolescents utilisent le vocabulaire de l’espace public pour décrire ces rassemblements. Ils valorisent ainsi la présence d’un anonymat et d’une diversité auxquels ils n’ont pas accès sur leur lieu de résidence. Ils aiment se perdre dans la foule, qui leur offre des possibilités de contact, moins conflictuel que pour le premier groupe, avec d’autres adolescents inconnus.

13Ces différentes perceptions des foules urbaines différencient très fortement les adolescents de ZUS. Elles sont cependant en partie contingentes à l’âge, aux conditions de la mobilité ainsi qu’aux qualités des lieux fréquentés. Le retour biographique dans les entretiens et l’évolution de certains jeunes durant l’enquête ethnographique montrent ainsi que ces perceptions peuvent évoluer dans le temps avec très souvent un passage de la « foule tension » à la « foule espace public ». De même, certains adolescents utilisent, dans un même entretien, le vocabulaire de la « foule tension » ou de la « foule espace public » selon les lieux qu’ils fréquentent ou selon qu’ils se soient déplacés en groupe ou non.

La « foule tension »

14Nous désignons tout d’abord par le terme « foule tension » un rapport particulier aux rassemblements urbains chez des adolescents qui y recherchent une animation, qu’ils ne trouvent pas sur le lieu de résidence. Cette recherche d’animation passe en grande partie par la confrontation plus ou moins tendue avec les autres adolescents présents dans ces rassemblements urbains :

Généralement à Rosny on rentre pas dans les magasins. On va au centre commercial, on marche mais on rentre pas trop dans les magasins, celui qui veut acheter un truc il va rentrer avec deux autres personnes, les autres nous on reste dehors. Mais la différence avec notre quartier, c’est que là bas y’a quelque chose à faire, tu galères pas, chez nous c’est la galère t’es posé et tu dis « ben on fait quoi ? », alors que quand tu te déplaces voilà quoi peut- être qu’il y aura une embrouille ou n’importe quoi… Y’a de l’animation.

L’animation elle commence à Rosny ou dès le trajet de bus ?

Non, dès le trajet de bus. Y’a rien de spécial, mais je sais pas, y’a celui qui fout la merde, celui qui… C’est pas tout le monde et c’est gentil, c’est plutôt avec des jeunes de mon âge. Y’en a un qui voit une fille, il va la voir et après il se mange un vent, après voilà. (…) Dans le centre commercial c’est pareil, des fois y’a des embrouilles, si y’a quelqu’un qui fait problème ben on y va. Généralement c’est le regard, mais j’ai des potes ils cherchent un peu, ils marchent à côté du gars, ils le collent lui mettent un coup d’épaule, ils lui rentrent dedans comme ça si le mec il répond…On provoque d’autres mecs de cité, généralement c’est toujours comme ça, on provoque d’autres jeunes. (…) Ca part vite, dès que la première patate elle part c’est bon on rentre dans le délire. Mais bon ça arrive pas trop souvent quand même, ça se passe pas trop souvent, ça arrive pas à chaque fois qu’on y va on va dire. Après les vigiles ils arrivent, ils contrôlent. Des fois après on recroise des groupes avec qui on s’est embrouillé, ben on les regarde et c’est tout. (Collégien, 15 ans).

15Cette recherche d’animation concerne alors la confrontation à trois catégories de jeunes : les filles, les adolescents qui vont être catégorisés « jeunes de cité » et enfin ceux qui vont être catégorisés comme « parisiens » ou « bolos », c’est-à-dire craintifs, exploitables et ne répondant pas aux provocations. Or, cette confrontation ne sera pas la même selon la nature des rassemblements urbains où elle a lieu : les espaces à proximité du quartier de résidence, les grands rassemblements festifs comme le Nouvel An ou le 14 Juillet, dans les grandes centralités commerciales de Paris intra-muros comme Châtelet.

16Le premier type de rassemblements urbains fréquentés par ces adolescents prend place dans des lieux jugés accueillants en raison de leur fréquentation par des jeunes de même origine ethnique et sociale. D’autres caractéristiques rendent également, selon eux, ces lieux hospitaliers : type d’enseigne et de restaurant présents, architecture, présence de personnes du quartier y travaillant. Ces lieux peuvent se situer aux portes de la capitale (marché aux Puces de Porte de Clignancourt, Foire du Trône) mais sont le plus souvent les grandes centralités commerciales situées à proximité du quartier de résidence : Rosny 2 à Rosny, Belle Epine à Thiais, Parinor à Aulnay, les Trois Fontaines à Cergy (Saint Pierre, 2002). Ces centres commerciaux sont fréquentés par de nombreux adolescents du département, qu’ils soient issus des classes moyennes ou des quartiers populaires. Ils offrent alors des occasions de séduction entre filles et garçons, mais également de provocations d’autres adolescents catégorisés comme « jeunes de cité » :

Tu t’es déjà embrouillé pour passer le temps ?

Oui, des fois à Rosny. Je sais pas, quand y’a beaucoup de gens, des fois y’ a quelqu’un il regarde mal, ou y’a quelqu’un il pousse, même sans faire exprès… C’est toujours avec des mecs de cité, parce que les autres, ils font pas ça. Les tecktonick tout ça, ils font pas ça, ils passent, ils calculent pas, ils sont dans leur délire. Les mecs de cité, eux ils calculent. Mais on fait ça quand on est en bande, quand on est tout seul on fait pas. Je sais pas, on voit une autre bande, mais on sait à qui on s’attaque en fait, on va pas s’attaquer à des grands de deux mètres cinq, balèses et tout, on sait à qui on s’attaque en fait, après y’en a un qui pousse…Mais ça a jamais dégénéré, juste quelqu’un une fois il s’est pris un coup de matraque électrique. Par un surveillant de Rosny 2. Souvent, ils nous attrapent avant qu’on fasse, parce qu’on dirait ils ont des caméras dedans, parce qu’ils nous guettent et comme avant de faire ça on fait d’autres trucs, y’a quelqu’un il va dans un magasin et il rigole, ben après on se fait attraper. C’est un peu un jeu, des fois on fait ça juste ça pour les emmerder. Ca passe le temps. Par exemple, quelqu’un il veut acheter des trucs, il a pas de sous, il voit quelqu’un passer il lui dit « t’as pas des sous », et si l’autre il veut pas, ben ça va se battre (…) Ben, si ils ont des grands frères, ben on est là, ils viennent dans la cité, ben on est là et ça part. Soit ils reviennent tout seul et on revient tout seul, soit ils reviennent avec leurs grands frères et nous avec les grands frères. Mais c’est jamais arrivé, parce qu’en général ils savent pas de quelle cité on vient, parce qu’à Rosny y’a tout le monde qui y va, on sait pas de quelle cité ils sont non plus, on va dire on se retrouve jamais (Lycéen 16 ans).

17Cette appropriation ludique des rassemblements urbains situés à proximité du domicile pour en faire des lieux d’animation et de provocation concerne alors également les transports en commun. C’est particulièrement le cas sur les lignes joignant le quartier de résidence et les centralités commerciales à proximité. En effet, sur certains tronçons de lignes et à certains horaires, les jeunes savent qu’ils ont peu de risque de se faire contrôler et investissent le lieu en nombre. Ce savoir est d’ailleurs partagé par l’opérateur de transport et les autres usagers plus âgés, qui bien souvent évitent de prendre le transport à cet horaire :

J’aime bien aller à Rosny avec mes potes, c’est marrant dans le bus, on y va à 10,11, on prend la moitié du bus, le chauffeur il pête un câble parce qu’on fait trop de bruit, on parle fort et tout, on met la musique, des fois on chante, des fois y’en a même qui danse… C’est marrant, c’est la fête, à chaque fois c’est comme ça. C’est marrant y’a même des fois des gens ils nous connaissent pas ils viennent ils dansent aussi. On rigole, j’aime bien, à l’aller et au retour c’est la même chose. Chaque fois qu’on rentre dans un bus, même si c’est juste pour une station, c’est obligé qu’on mette de la musique (Collégien, 15 ans).

18Le second type de rassemblements urbains dans lesquels ces adolescents aiment à trouver de l’animation sont les grands rassemblements festifs organisés dans les rues de Paris pour la Fête de la Musique, le Quatorze Juillet ou le Nouvel An. L’invisibilité procurée par la foule à cette occasion permet des relations de séduction ou de provocation avec des jeunes d’autres milieux sociaux, sans trop risquer d’être contrôlé voire interpellé par la police ou les vigiles :

Notre délire dans la foule en général, c’est foutre la merde. Pas trop foutre la merde, mais c’est pour s’amuser bien comme il faut. C’est pas bien ce qu’ils font, mais y’en a qui vont casser les couilles aux gens dans le métro, leur poser des questions qu’ils ont pas le droit de poser, y’a des filles ils vont aller la faire chier « ouais donne- moi ton numéro ». Puis après quand on arrive au concert à la fête de la musique, ben on embête des gens, on leur lance des trucs, de l’eau… comme n’importe quelle bande de potes quoi. (…) C’est plutôt les jeunes comme nous qu’on embête, pas les victimes, eux on les laisse tranquille, ou sans ça les filles. Les adultes, nous on les laisse de côté. On drague et on embête. Des fois, on commence à draguer et dès qu’elle commence à foutre un vent, ben là ça commence à devenir embêter. Le mec il va se manger un vent, ben il est pas content de se manger un vent, alors il va l’embêter, pour pas dire casser les couilles. (…) On regarde le spectacle, on danse, y’en a qui vont draguer, nous on rigole, y’en a un il va se manger un grand vent on va rigoler. (…) Par exemple, la nouvelle année avec les potes on a tout fait, vraiment le bordel. On crie « bonne année » partout, on jette des bouteilles… C’est bon enfant, ça a jamais trop dégénéré… Bon après y’a toujours des bagarres, si après y’a un autre groupe de jeunes qu’est chaud, ben on va pas rigoler avec eux (Lycéen, 17 ans).

Le premier Janvier on est allé sur les Champs. J’aime bien, y’a une bonne ambiance, tu peux taper de partout, après y’a tellement de monde qu’ils savent pas c’est qui, ça fait rigoler. Même si par exemple tu te manges un coup par derrière, t’es tellement heureux comme c’est le premier janvier qu’ils disent rien. Dès que je me mangeais un coup nous on le coursait mais y’avait des gens ils disaient rien, c’était les gens de Paris et tout, ils étaient là on mettait des coups par derrière et ils disaient rien, ils rigolaient, ils étaient heureux. C’était marrant, c’était des vrais coups, on leur mettait des coups par derrière, ils tombaient par terre et ils rigolaient. Ils étaient sous l’effet de…, ils étaient bourrés, ils étaient mal quoi. C’était des gens de Paris ça se voyait, avec les vestes longues et tout. Ils étaient en train de danser au milieu de la rue, ils dansaient et on leur mettait des coups de pompe, après ils tombaient par terre et après ils se relevaient ils dansaient. Ils s’énervaient pas, on dirait ils avaient peur, ils voulaient pas venir alors qu’ils savaient très bien que c’était nous, ils rigolaient. Nous on marchait, on marchait, en fait on a fait tous les Champs en marchant. (Lycéen, 16 ans).

19Cette invisibilité procurée par ces grands rassemblements festifs tranche selon eux avec le sentiment qu’ils ont habituellement de ne pas être les bienvenus dans les grandes centralités de Paris intra-muros. Ce sentiment concerne prioritairement le centre commercial des Halles et ses environs :

Je me sentais pas à ma place à Châtelet. J’avais vraiment l’impression que ça se voyait trop que je venais pas d’ici. En fait quand je marchais dans la rue et que je regardais les gens autour de moi, j’avais l’impression que sur ma tête y’avait marqué que je venais pas d’ici. Peut être que ça se voyait pas, mais c’était une impression que j’avais… Je me sentais pas forcément mal à l’aise, mais ça me faisait bizarre, déjà les gens ils me regardaient bizarrement, j’avais cette impression là. Y’en avait certain ça se voyait dans le regard, on avait vraiment l’impression qu’ils savaient qu’on était pas d’ici (Collégienne, 15 ans).

20Contrairement à d’autres adolescents (voir supra), ils ne sont pas sensibles et ne se reconnaissent pas dans la diversité de styles vestimentaires présente dans ces lieux :

J’aime pas traîner là-bas c’est tout. A Châtelet, si t’es pas gothique ou tecktonick, ben les mecs ils te regardent bizarre. C’est quoi ces conneries ? J’y suis allé il y a deux semaines, j’ai vu trente gars gothiques qui marchaient comme ça. C’est pas que j’aime pas, ils font ce qu’ils veulent, mais je préfère les éviter, je vais pas là-bas (Lycéen, 17 ans).

21En conséquence, ces adolescents développent une cartographie des rassemblements urbains extérieurs au quartier reposant sur une vision d’un monde urbain clivé. Ils distinguent ainsi les lieux fréquentés par des jeunes de même origine géographique, sociale et ethnique qu’eux, et les lieux fréquentés par les autres citadins, en particulier les adolescents de Paris intra muros. Il est d’ailleurs symptomatique qu’ils décrivent de la même manière les « parisiens » et les « bolos » (expression qui désigne au départ les personnes étrangères à la cité venues s’y fournir en drogue ou en vêtements) : craintifs, exploitables et ne répondant pas aux provocations. Ils trouvent des indices de ce clivage dans le style vestimentaire et le comportement :

Les jeunes aussi là-bas ils s’habillent bizarre. Ils ont des manières bizarres de s’habiller. Comme à Châtelet, y’a les gothiques et tout, on dirait qu’ils ont tous un problème dans leur tête en fait. Dans les cités il va passer pour un débile le mec avec les jeans serrés, les longues coupes on dirait des filles.

Comment tu vois qu’un mec il vient de cité ?

La manière de s’habiller. Dans les cités c’est un peu large et à Paris c’est serré, ils se prennent pour des filles je crois (rires). (Lycéen, 16 ans)

Quand vous bougez à Paris, comment tu vois les autres jeunes ?

C’est des bolos on va dire.

Comment tu vois qu’un mec c’est un bolos ?

Je sais pas, sa tête, la manière de parler, façon de s’habiller, tout ça quoi. Tout ce qui est tecktonick par exemple. Voilà bolos c’est des gens ils ont peur de parler, par exemple y’en a un qui marche, il répond pas c’est « vas y casses toi bolos », tu le provoques il répond pas (Collégien 15 ans).

22Cette conscience forte des clivages entre jeunes dans les rassemblements urbains recoupe deux phénomènes : d’une part un fort sentiment d’appartenance au quartier de résidence, en raison notamment de la forte sociabilité amicale qui y règne ; mais d’autre part une conscience aigue de la ségrégation, entendue ici comme une concentration résidentielle dans leur quartier d’adolescents de même origine ethnique et sociale. Cette conscience s’actualiserait alors dans leurs déplacements lors d’interactions avec des citadins d’un autre milieu social. Ces derniers leur feraient sentir qu’ils ne sont pas forcément les bienvenus, en raison du triple stigmate, social, ethnique et d’âge, dont ils sont porteurs. Différents indices leur font sentir cette hostilité : regards désobligeants, jugement agressif sur le comportement en particulier l’écoute de musique et l’appropriation du train, refus de s’engager dans des interactions :

On pourrait pas débarquer avec ma bande de potes à Paris. Ca c’est clair et net. Ca serait mal vu, une bande de six noirs et arabes, qui ont des capuches alors qu’il pleut pas, ça serait mal vu. En plus avec des baggys, ou avec des joggings, ils se disent…voilà quoi.

Si c’est par rapport aux vêtements, ce regard négatif il peut venir de personnes noires également ?

Ca serait plus des blancs qui diraient ça, mais même si je rencontre des noirs à Paris forcément, les noirs ils ont l’air vraiment « bien », ils marchent normalement, ils parlent bien, ils sont bien habillés…donc c’est pas des noirs de cité, y’a une grosse différence.

Toi tu te sens plus proche de qui ?

Clairement « noir de cité ». C’est encore par rapport aux blancs on va dire. Un « noir de Paris », un blanc il passe à côté il continue comme ça (NDLR : mime une trajectoire rectiligne), alors qu’avec un « noir de cité », ils passeront comme ça (NDLR : mime l’évitement), le blanc il le regardera comme ça, il le regardera mal. Même encore à cinq kilomètres, il se retournera encore pour dire « il fait quoi là lui ? », ça tu le sens clairement (…)C’est pareil l’autre fois on est allé acheter PES 2006 à Virgin avec ma soeur, à Paris sur les Champs, , on a fini d’acheter et on est sorti du magasin, le vigile c’était un blanc, il nous dit « madame, je peux vérifier ? », on dit « oui bien sur », il regarde normal, le ticket de caisse tout est en règle normal, on se dit qu’il fait son métier et tout, mais moi j’ai regardé derrière y’a un autre mec il est passé et le vigile a pas vérifié. Et le mec c’était un blanc, comme quoi on est trois noirs et ça pose problème. Donc tu vois, moi net quand je vais à Paris, je me sens dans ma bulle, dans mon cocon, j’essaie de passer inaperçu, parce que je sais après forcément j’aurais des problèmes de discrimination. Même durant le trajet de métro, je sais qu’il y aura quelque chose à Paris, je pense déjà aux choses que je vais dire aux vigiles pour qu’ils me laissent rentrer dans les magasins, je sais que je vais devoir faire face à ces situations (Lycéen, 17 ans).

23Ces adolescents ont alors fortement conscience de l’image qu’ils dégagent et de la méfiance qu’ils suscitent. Ils peuvent toutefois en jouer dans une posture agressive et une mise en scène de soi, de sa virilité et de sa résidence en ZUS, qui n’est pas forcément possible dans leur quartier par peur des réactions des jeunes plus âgés. Ce triple stigmate est renforcé dans les interactions avec les veilleurs d’espaces (vigiles, contrôleurs, mais surtout les policiers) soupçonnés de vouloir entraver leur mobilité en adoptant des comportements spécifiques à leur égard :

Y’a trop de contrôles de police, quand on est aux Champs et qu’on est quinze, vingt, ben direct on se fait contrôler. Direct, dès qu’on sort du métro en général, on marche dix minutes et ça y’est on se fait contrôler. Du coup on va rarement aux Champs Elysées ou on y va à moins. Quand vraiment, genre c’est le jour de l’An, ben on y va, là on y est allé cette année, c’était bien, y’avait beaucoup de monde, bon ils nous ont saoulé quand même, on marchait et ils sont arrivés à 150 ils nous ont entouré, les CRS, ils commençaient à nous insulter, à nous mettre des baffes, ils nous embrouillaient en fait et ils attendaient juste qu’on réagisse, et vu que nous on savait que si on réagit c’était foutu, ben on parlait pas on parlait pas, on restait comme ça tranquille. En fait ils provoquent pour pouvoir intervenir, parce que si on les tape pas après ils peuvent rien faire. Ils nous ont dit « rentrez dans vos cités bande de cons, nanana », ils nous disent « contre le mur, contre le mur », ils nous mettent contre le mur et dès qu’on est contre le mur ils nous mettent des baffes de derrière. Ils disent « bande de cons, vous faîtes quoi ici ? »(…) En fait c’est surtout dans les lieux touristiques. Je sais pas pourquoi, mais je crois que c’est parce que sur les Champs Elysées y’a pas souvent des groupes de jeunes qui viennent, vraiment des groupes de jeunes, donc ça fait ils se disent « on vient là pour faire des trucs », alors que nous on est venu pour se balader, mais eux ils se disent qu’on est venu faire des arrachés ou je sais pas, donc ça fait ils préfèrent prévoir. Ca fait ils nous contrôlent comme pour dire « on est là, on est là alors faites pas de conneries », après ils nous laissent, mais après s’ils nous revoient par exemple, ça peut être une heure ou deux après, ben ils nous recontrôlent, une autre patrouille, pour nous faire comprendre qu’il faut pas qu’on reste. Ils attendent qu’on réagisse, par exemple ils nous mettent une baffe et ils attendent qu’on riposte comme ça ils nous sautent tous dessus. C’est pour ça qu’il faut être intelligent (Lycéen, 17 ans).

24Cette hostilité qu’ils perçoivent de la part d’autres citadins et des veilleurs d’espace les conduit alors à vivre leur présence dans certaines foules urbaines comme une épreuve. La mobilité en groupe peut certes les aider à surmonter cette épreuve, mais ils minimisent bien souvent leur fréquentation de ces foules et privilégient les lieux où ils se sentent davantage les bienvenus. Cette vision d’un monde urbain clivé sur des variables sociales et ethniques est alors beaucoup moins présente dans les trois autres grandes catégories d’adolescents de catégorie populaire que nous allons maintenant présenter.

La « foule indifférente »

25La « foule indifférente » constitue le second grand type de rapport aux rassemblements urbains chez les adolescents de quartier populaire. Ils essaient de minimiser leur fréquentation des grands rassemblements urbains et n’y recherchent pas des occasions de rencontre. La présence dans des lieux très fréquentés est alors simplement vue comme fonctionnelle, conséquence la plupart du temps d’un achat ou d’une sortie entre amis :

Des fois quand je vais à Châtelet, y’a trop de monde c’est pas très… on est pas très à l’aise, serré et tout. Moi quand je vais là bas c’est pour acheter des vêtements, pas trop pour me promener ou pour faire des rencontres, quand je veux me promener c’est dans mon quartier. A Châtelet, on va acheter des vêtements, je regarde les vêtements pas les gens. Moi j’aime pas sortir et m’ennuyer, je préfère aller dans un endroit précis, faire ce que j’ai à faire, et après je rentre chez moi. J’aime pas me promener comme ça, j’ai rien à faire, ça arrive quelque fois mais c’est rare, quand j’ai pas envie de rester chez moi ma copine elle dit « viens on sort », après on sort on a un peu d’argent. Je peux sortir, me promener, mais je vais faire quelque chose, je vais pas prendre le métro comme ça, faut que j’aille acheter des vêtements, quelque chose de précis. Quand y’a pas de but précis c’est dans mon quartier. Je vais chez mes amis, j’appelle ou elles m’appellent (Lycéenne, 15 ans).

26Ces adolescents se déplacent généralement pour exercer une passion (danse hip hop, mangas, musique…) qui les a amenés à sortir de leur quartier et à fréquenter des adolescents d’autres origines géographiques et sociales. Cette passion a structuré fortement leur mobilité, au sens où leurs déplacements ne sauraient être que fonctionnels : l’usage de l’espace extérieur au quartier est dévolu uniquement à l’exercice de la passion ou d’activités en compagnie de personnes rencontrées dans le cadre de celle-ci. À l’exception des grands rassemblements festifs décrits précédemment (14 Juillet, Nouvel An…), ils n’aiment ainsi guère passer du temps à flâner et à se perdre dans les foules urbaines. De la même manière, ils ne voient dans les déplacements en transports commun qu’une simple fonctionnalité et ils s’accommodent de la co-présence avec les autres usagers plus qu’ils ne l’apprécient. Ces adolescents se projettent alors vers une mobilité en voiture et rejettent très fortement la promiscuité du métro et du RER :

J’écoute de la musique dans le métro. En fait, je suis pas patiente, quand je vais quelque part je veux direct y aller, que ça se termine et tout. Le trajet il me saoule en plus, il faut pas venir me parler, si on me parle je vais m’énerver, des fois y’a des gens ils viennent, ils accostent et tout ça, et c’est trop saoulant. Parce que sinon moi je me retourne et je pars quand c’est comme ça, mais quand on est dans le métro forcément on est trop gênés. Ils viennent « ouais ouais t’as pas un numéro et tout », après ça me saoule, je me lève je me déplace. Donc voilà, parce que déjà je suis grave énervée parce que j’aime pas le métro, en plus après on vient on me saoule, ça m’énerve quoi (Lycéenne, 16 ans).

La « foule menace »

27Le troisième rapport aux rassemblements urbains, la « foule menace », concerne des adolescents qui sont non pas indifférents aux foules, mais en ont une profonde phobie. Ils expliquent cette phobie par le sentiment d’étouffer dans les grands rassemblements et surtout la crainte d’agressions et de contacts avec des individus louches. Cette peur a la plupart du temps été transmise par des parents qui encadrent très fortement la mobilité de leurs enfants et ne les autorisent que très rarement à sortir du quartier de résidence :

Ma mère elle veut pas que j’aille à Paris, ça lui dit rien. J’ai la carte Imagin’R mais elle veut pas que j’y aille, elle aime pas Paris, elle a pas confiance (…) La carte Imagin’R je l’ai depuis cette année, mais je l’attendais pas vraiment non plus avec impatience, j’aime pas les transports en fait aussi. J’aime pas prendre les transports, j’ai pas confiance y’a toujours soit des pervers soit des gens bizarres…

Et y’a des transports où tu te sens plus à l’aise ?

Le tram et le bus. Le métro je le prends jamais, faut pas que je sois tout seul pour prendre le métro, le RER encore moins. C’est le tram que je préfère, alors que le métro j’aime pas, quand je descends en bas j’ai peur, je me sens pas en confiance. Y’a plein de pervers, des gens qui viennent t’accoster pour rien, soit qui t’agressent. J’ai peur de ça en fait.

Tu l’as déjà pris ?

Ouais. Avec des copines. Elles elles ont confiance, elles vont partout elles, elles s’en foutent. Quand elles partent, je vais avec elles, mais j’ai pas confiance. Mais j’ai une pote elle a une gazeuse sur elle, donc ça va maintenant on est en confiance (rires). Elle l’a achetée spécial pour ça. (…) Mais bon le métro quand je suis avec mes potes ça va, on rigole, je pense pas à que je vais me faire agresser et tout, parce qu’elles savent comment faire pour pas que je pense à ça, mais sinon non j’aime pas le métro.

Et Paris ?

Je suis pas trop à l’aise, parce que j’aime pas Paris non plus, je sais pas j’aime pas j’ai confiance nulle part sauf à la campagne parce que y’a personne » (Lycéenne, 16 ans).

28Cette peur des rassemblements urbains concerne principalement les mobilités vers Paris. Elle se cristallise alors très fortement sur les transports en commun, notamment le métro et le RER.

29Ceux-ci, lieux de promiscuité et de contacts physiques, matérialisent en effet les craintes d’agression. L’emploi du bus est au contraire beaucoup moins anxiogène, en raison de la présence du conducteur et du sentiment de pouvoir quitter ce lieu plus facilement à tout moment.

Déjà j’aime pas le métro, parce que chaque fois que j’y vais, je rencontre des gens bizarres. Des vieux qui m’accostent alors qu’ils sont bourrés, ça m’est même arrivé en journée, ou des jeunes. Y’en a même un carrément, on était dans le métro et il me regardait, il devait avoir 35, 40 ans et quand le métro il s’est arrêté, je me lève pour sortir, il commence à me suivre et à me toucher, j’ai hurlé, y’a tout le monde qui me regardait j’ai fait un cinéma dans le métro. C’était à Gare du Nord. J’ai commencé à crier, à l’engueuler, y’avait tout le monde qui regardait, « tu me touches pas toi, t’es fou, qu’est-ce que tu mets tes mains sur moi »… et il répondait pas, il regardait par terre et il répondait pas. C’est pour ça que j’aime pas le métro, chaque fois que j’y vais il m’arrive quelque chose. Je le prends une fois par mois, mais c’est quand je suis obligée de le prendre que je le prends, par exemple si je peux y aller en bus je vais y aller en bus, je préfère le bus. En plus le métro c’est souterrain. Les gens ils sont bizarres dedans (Lycéenne, 16 ans).

La « foule espace public »

30Au contraire du rapport précédent, un dernier groupe d’adolescents témoigne d’une forte attraction pour les rassemblements urbains. Ils utilisent pour décrire ces rassemblements un vocabulaire très proche de celui employé par Isaac Joseph sur les espaces publics. C’est la raison pour laquelle nous avons nommé ce rapport « la foule espace public ». Ces adolescents apprécient fortement les rassemblements dans les grandes centralités commerciales métropolitaines, en particulier autour du forum des Halles à Châtelet. Certains d’entre eux aiment également se rendre dans le quartier de Trocadéro, en raison des nombreux spectacles de rue qui s’y tiennent. Ces rassemblements permettent d’après les adolescents une coupure avec le quartier de résidence en offrant anonymat, diversité de fréquentation et possibilités de rencontre. En effet, ils sont tout d’abord le lieu d’une mise en scène de soi, les jeunes adoptant, grâce à l’anonymat, des comportements non tolérés dans le quartier de résidence :

J’aime bien faire la folle, sur Paris genre je me la pète et tout « ouais regardez-moi », des trucs comme ça…Je me mets en scène, parce que j’ai pas trop l’habitude de faire ça chez moi, parce que j’aime pas faire ça chez moi, donc quand je sors, je me lâche un peu. Parce que si chez moi je fais ça, voilà la réputation (rires), alors que sur Paris personne ne me connaît. J’aime bien la foule. J’aime bien, les gens ils passent tu les regardes, eux ils te regardent même pas, des trucs comme ça c’est bien. Y’a beaucoup de personnes, des trucs comme ça. Alors que dans mon quartier le pire, c’est qu’on voit toujours les mêmes personnes, tout le temps, c’est ça le problème tout le temps les mêmes personnes (Lycéenne, 17 ans).

31De manière concomitante, la présence de nombreux citadins anonymes empêche selon les jeunes une appropriation du lieu comme dans les centres commerciaux à proximité du quartier de résidence. Les tensions avec les autres jeunes y sont alors moins nombreuses :

En général à Châtelet on s’embrouille pas, parce qu’on est plein, donc les gens ils ont pas trop envie de s’embrouiller. Et puis à Châtelet on a pas envie de s’afficher aussi, parce que y’a trop de monde. Je sais pas, pour moi se bagarrer pour des vieux trucs comme ça, ça fait guignol. A Châtelet y’a pas trop d’embrouilles parce qu’en fait Châtelet ça appartient à personne. Alors que par exemple Belle Epine c’est à Thiais, donc les mecs de Thiais ils vont faire « vas-y, qu’est-ce que tu fais là ? »… alors que Châtelet ça appartient à personne. Alors que si y’a des mecs qui viennent au Carrefour dans notre ville et qui commencent à foutre la merde et tout, nous on est là, ils nous manquent de respect d’un côté, donc genre on va aller les embrouille. Je sais pas comment expliquer, par exemple s’ils nous regardent mal on va faire « comment ça ils nous regardent mal, on est dans notre ville, il est fou lui, alors qu’à Châtelet non (Lycéen, 17 ans).

32Cette valorisation de l’anonymat dans les foules urbaines va alors de pair avec celui de la diversité de population et de styles vestimentaires que les adolescents peuvent y trouver, notamment chez les jeunes. Cette mise en scène de différents styles à l’intérieur des foules permet alors de suspendre le temps d’un après-midi les catégorisations liées à l’origine ethnique et sociale et d’être inclus dans la catégorie plus large des « jeunes » (Hass, 2008) :

Moi j’aime bien la diversité, au contraire c’est bien ça change, genre ma cousine la dernière fois elle avait vu une gothique avec plein de piercings, elle a fait « oh c’est moche », elle a commencé à rigoler, mais je lui ai dit « non c’est normal, ça peut faire beau, si elle s’habille comme ça c’est qu’elle aime bien. Elle peut te regarder et se foutre de toi aussi… », j’aime pas juger et j’aime bien voir des choses que je vois pas chez moi (Lycéenne, 17 ans).

Moi j’aime bien aller à Châtelet, là où les jeunes d’aujourd’hui ils vont traîner. C’est pour ça que j’y vais. La première fois que je suis allé là bas, j’étais content, parce que je savais que tout le monde traînait sur Paris, donc j’étais un peu excité. C’était bien. Châtelet je sais pas comment l’expliquer, mais c’est un endroit où tout le monde va, tous les jeunes de mon âge ils y vont. Ca se voit quand on va là bas, quand on arrive là bas y’a des endroits où y’a que des jeunes… L’endroit où on va, là où il y a les magasins de vêtements, ben y’a que des jeunes de mon âge là bas. Des jeunes qui traînent avec leurs amis tout ça. C’est bien, je sais pas comment expliquer. C’est la foule, je crois (Lycéen, 16 ans).

33Contrairement aux autres adolescents présentés précédemment, les foules urbaines sont alors perçues comme des lieux de flânerie et de rencontres éphémères avec des anonymes, que cela débouche ou non sur des relations amoureuses ou amicales plus durables. Elles offrent de ce fait la possibilité de s’adonner aux joies de la conversation avec un inconnu sans à avoir à dévoiler l’intégrité de son être comme ont pu le souligner chacun à leur manière Tarde et Simmel :

J’aime trop aller à Châtelet, c’est trop bien là bas, y’a trop de monde, de gens différents. Tu te poses sur la place, et là y’a mêmes des gens que tu connais pas qui viennent te parler. C’est bien, tu parles avec eux dix minutes et des fois après tu les croises, tu te dis bonjour, même si on échange pas les numéros de portable (Collégienne, 17 ans).

34Alors que les deux groupes précédents voyaient dans les foules urbaines soit une menace soit un lieu de tension potentielle avec d’autres jeunes, ces adolescents trouvent même des opportunités ludiques dans ces grands rassemblements :

Moi c’est ça que j’aime bien dans la foule, des fois j’aime bien esquiver les gens tu vois, parce que des fois y’a des gens ils sont énervés « vas-y je bouge pas, je marche et si y’a une personne qui vient je la bouscule », moi j’aime bien esquiver, je marche vite et quand la personne elle arrive je l’esquive.
Des fois je marche et on me bouscule, c’est pas grave, à part si vraiment la personne elle a fait exprès, là… (Collégien, 15 ans).

35Ces différentes qualités des foules urbaines autour du Forum des Halles –anonymat, diversité et rencontres- se retrouvent selon eux également dans les transports en commun. Les trajets en transports sont ainsi présentés comme une activité en soi, en raison notamment des contacts qu’ils occasionnent. Certains adolescents prennent ainsi par exemple le métro ou le RER sans but précis car cela leur permet d’accéder à la diversité urbaine :

Le métro c’est ce que je préfère. Il t’emmène plus loin déjà, j’aime bien voir les gens dans le métro aussi. J’aime bien les trajets dans le métro, tu rencontres plein de gens différents dans le métro, j’aime bien regarder les gens, voir de la nouveauté. Je suis avec mes copines, on rigole, on regarde les gens. On aime bien voir des gens différents, à Paris ils vivent pas forcément pareil que nous (Lycéenne, 15 ans).

36Comment expliquer alors que seule une partie des adolescents de quartiers populaires perçoivent les foules urbaines sous la forme d’un public alors que d’autres vont y voir une menace ou un lieu de tension ?

Le rapport au quartier et l’apprentissage de la mobilité : deux variables clés pour comprendre le rapport des adolescents à la foule urbaine

37Le rapport des adolescents aux foules urbaines ne dépend pas que de l’âge, du contexte des déplacements et des lieux fréquentés. Il doit également être mis en relation avec deux grandes variables interdépendantes : le rapport au quartier de résidence et les modalités d’apprentissage de la mobilité. En effet, les adolescents de ZUS se différencient par trois grandes postures vis-à-vis de leur quartier, allant d’une attirance très forte au rejet en passant par une présence ponctuelle dans l’espace public de résidence. D’autre part, ils n’ont pas appris à se déplacer de la même manière : entre pairs à l’entrée au collège, entre pairs vers quatorze ans, tout seul, accompagné par les cousins ou les parents...Cet apprentissage est ainsi fortement influencé par l’éloignement aux transports en commun et les dispositions parentales vis-à-vis de la mobilité. Le croisement de ces deux variables nous donne alors différents groupes qui vont entretenir les rapports aux foules urbaines décrits précédemment. Ces différents groupes ne sont pas indépendants du genre et de l’origine sociale, mais ils ne s’y réduisent pas.

38La « foule tension » correspond ainsi à un groupe d’adolescents témoignant d’une forte insertion dans le quartier de résidence et d’un apprentissage précoce de la mobilité en groupe.

39La « foule menace » correspond à des adolescents qui rejettent leur quartier de résidence mais dont les parents ne favorisent pas les sorties hors du quartier et encadrent très fortement la mobilité. La « foule indifférente » concerne des adolescents présents épisodiquement dans le quartier de résidence, mais qui s’en sont éloignés en raison d’une passion. C’est grâce à cette passion qu’ils ont appris à se déplacer en dehors de leur quartier.

40Nous allons pour notre part nous intéresser plus précisément aux adolescents qui se caractérisent par un rapport aux rassemblements urbains du type « foule espace public ». Ces adolescents ne partagent pas tous le même rapport au quartier et par extension le même apprentissage de la mobilité. Trois grands groupes d’adolescents entretiennent alors un rapport « foule espace public » vis-à-vis des grands rassemblements urbains. D’une part, le groupe assez atypique des adolescents migrants primo arrivants, appelés « blédards » par les autres jeunes. Ces adolescents témoignent souvent un fort attachement au quartier de résidence malgré le temps qui leur a été nécessaire pour s’y faire une place. Ils ne connaissaient personne dans leur quartier lors des premiers mois de leur arrivée en France. Ils ont dû alors apprendre à se déplacer de manière autonome et à se confronter par là à la cohabitation avec les autres citadins. Les cousins déjà présents en France jouent alors un rôle fondamental en accompagnant les premiers pas du jeune dans la ville. Ces premiers pas se font le plus souvent dans les grandes centralités métropolitaines comme les Halles, dans lesquels ils disent pouvoir expérimenter une liberté et diversité de fréquentations auxquelles ils n’avaient pas forcément accès dans leur pays :

Châtelet j’aime bien parce que là-bas y’a trop de monde, j’aime bien le monde. Y’a trop de monde, c’est abusé, mais c’est ça qu’est bien. J’aime bien voir les autres jeunes.

Comment tu vois les autres jeunes là-bas ?

Ils font bien, parce qu’ils font leur jeunesse. Chacun son style après. Y’a quelqu’un qui va trouver que je suis mal habillé, mais après y’a quelqu’un qui va trouver que je suis trop beau aussi. Ca dépend des gens. Moi, mon style c’est beau gosse (rires). L’important c’est de vivre sa jeunesse. Et en France les jeunes ils vivent leur jeunesse, c’est plus facile qu’en Afrique (Collégien, 17 ans).

41Le second groupe d’adolescents qui se caractérisent par un rapport « foule espace public » aux rassemblements urbains est constitué par des adolescents qui rejettent leur quartier de résidence. Ce rejet est motivé principalement par le poids des rumeurs et du fort contrôle social qui règnent dans le quartier. Leurs sorties hors du quartier sont alors encouragées par leurs parents. Ceux-ci ont une vision positive de la mobilité et exhortent leurs enfants à apprendre à se déplacer seul :

Je sais que c’est assez original par rapport aux autres parents de pouvoir bouger comme ça. C’est comme ça dans la famille, mon père à 18 ans il est parti de chez lui, donc y’a toujours le fait qu’il faut sortir, il faut pas rester enfermé, faut s’ouvrir aux autres… Par exemple la première fois où je suis allée en colo j’avais 4 ans, depuis qu’on est toute petites ils veulent que si on est toutes seules on puisse s’en sortir. Pour l’apprentissage du métro ça s’est fait tout seul, je sortais avec ma mère dans le métro et j’ai plus eu peur, pareil quand j’ai dû commencer à prendre le bus tout seul pour aller au collège, ben ça m’a pas posé de problème. Le premier jour de la rentrée c’est sacré ma mère elle est venue, mais le lendemain j’ai pas eu le choix, ma mère elle travaillait, mon père aussi. J’ai pas eu le choix, pour le métro c’était pareil, j’ai dû apprendre à me débrouiller (Lycéenne, 16 ans).

42Ces adolescents ont donc commencé à utiliser les transports en commun vers 12,13 ans. Surtout, ne se sentant guère à l’aise dans leur quartier de résidence, ils ont dû construire leur réseau relationnel hors de chez eux. Ce réseau relationnel est constitué alors de jeunes qui ont déménagé du quartier, ont été rencontrés grâce à Internet ou dans les espaces publics centraux de la capitale.

43Enfin, le dernier groupe est constitué d’adolescents qui se sentent à l’aise dans leur quartier de résidence, mais s’en sont progressivement détaché vers quatorze ans. Ils expliquent ce détachement par une lassitude vis-à-vis de l’ambiance du quartier, trop tournée vers le football, la moto ou les tensions avec les autres jeunes. De même le poids des rumeurs et la difficulté à y construire des relations amoureuses en raison du fort contrôle social qui y règne sont fortement pointés du doigt :

À part l’ambiance moto, comme dans toutes les cités, franchement y’a quoi dans mon quartier ? Y’a rien. Bon, comme j’ai dit, les gens qu’il y a dedans y’a rien à dire, je m’entends bien avec eux, mais pour faire des trucs il faut pas que des gens. C’est ambiance moto et foot, le foot j’ai arrêté et la moto, attends, leur seul truc c’est de faire de la moto. C’est vrai que y’en a ça comble, y’en a faire de la moto tous les jours ça les comble, ça leur va, moi je peux faire une ou deux fois de la moto, après c’est bon mais je vais pas faire ça tous les samedis, je préfère bouger, explorer d’autres trucs » (Lycéen, 17 ans).

44Souvent moins précoces dans leur mobilité que les autres jeunes du quartier, ces adolescents ont donc commencé à explorer la ville dans leur année de troisième, et ont pris goût petit à petit à l’anonymat et à la diversité des foules urbaines qu’ils ne trouvent pas dans leur quartier. Mais cette exploration a supposé un apprentissage des normes de co-présence avec les autres citadins, car la confrontation à l’altérité n’est pas toujours aisée pour des jeunes habitués à la forte interconnaissance qui règne sur le lieu de résidence :

Franchement la première fois qu’on a pris le métro, ça nous a mis une petite pression la première fois, on était sur nos gardes un truc de malade, c’était limite on entendait un mec faire « ah » on lui sautait dessus, on était sur nos gardes quoi. Bon, on connaissait pas, on était des jeunes. On était dans le délire embrouille voilà, dans nos têtes on s’est tous regardé avant de partir, on s’est dit « si y’a un mec qu’essaie de nous embrouiller, on est bref, c’est pas genre…, tout le monde vient ». On se prenait des délires, on croyait trop on allait se faire agresser, s’embrouiller avec d’autres jeunes. Après, on est arrivé à la Villette, on a avancé comme ça, on regardait partout, on savait même pas où on était, on cherchait le parc alors qu’il était juste en face de nous, déjà on se dit « ouais c’est ça le parc ? » on savait même pas que c’était ça, genre on a avancé puis on a vu les toboggans, on a avancé, on a été se poser là, on rigolait et au fur et à mesure des heures on a commencé à s’adapter et à se dire « au final, c’est pas si mal », on a passé une bonne journée et on s’est dit « viens mercredi prochain on y retourne »…Après on est revenu, puis après encore, on va dire qu’on a pris le vice, après ça a été les samedis, les dimanches, tout le temps le Parc de la Villette (…) En fait, on est arrivé là bas, déjà y’avait d’autres groupes de jeunes, donc nous on les regardait et tout. Et en fait, les gens qui venaient c’était pas forcément des gens comme dans notre quartier, c’était des gens de Paris aussi, et nous on voyait les différences, genre y’en avait qu’étaient vraiment petits manteaux et tout, bien, alors que nous c’était les grosses requins, le survêt… Nous on se disait « c’est qui ce bouffon », alors qu’aujourd’hui c’est marrant on commence à prendre le style aussi. Après voilà, on mûrit quoi. Avant j’étais dans le délire embrouille, les mecs de Pantin par exemple on pouvait pas les voir, même entre cités on pouvait pas se voir. J’avoue, j’étais comme ça dans le trip embrouilles, capuche quand je marchais, on était vraiment dans ce délire, y’a un mec de Pantin qui passe voilà… Et après on est sorti, et franchement ça nous a fait vraiment mûrir, parce qu’avant on était vraiment trop dans le délire embrouilles. Alors que maintenant franchement on est normal, on rigole avec les gens, on n’embrouille personne, même depuis qu’on sort franchement on s’est même pas embrouillé une fois. On vanne pas les gens, on discute tranquille et tout, on se fond dans la masse.

Qu’est-ce que ce qui a fait le déclic alors ?

Franchement, c’est de sortir. Dès qu’on est sorti, on a vu vraiment, c’est là qu’après on a pris confiance. On s’ennuyait trop, on s’est dit que c’était toujours pareil, nous on voulait voir aussi ce qu’il y avait à l’extérieur (Lycéen, 17 ans).

45À travers ce long extrait d’entretien, nous voyons émerger le point commun aux trois groupes d’adolescents qui ont un rapport « foule espace public » aux grands rassemblements urbains. Ceux-ci, soit en raison de la non connaissance, du rejet ou de la lassitude vis-à-vis du quartier de résidence, ont été incités à se déplacer hors de celui-ci. Ils ont alors été confrontés à l’altérité des autres citadins et s’y sont petit à petit habitués. Cette confrontation à l’altérité n’est cependant jamais aisée : le passage du familier à l’étrangeté est une épreuve à surmonter. Ce vocabulaire de l’épreuve nous semble d’autant plus adéquat qu’il permet de souligner que les adolescents ne possèdent pas les mêmes atouts pour la surmonter. Nous avons ainsi déjà souligné l’importance des dispositions des parents vis-à-vis de la mobilité des adolescents. De même, certains entretiens ont révélé que le passage de la « foule menace » et la « foule tension » vers la « foule espace public » est possible. Il est cependant relativement éprouvant pour des jeunes qui sont très fortement encadrés par leurs parents ou qui doivent surmonter l’hostilité qu’ils perçoivent chez d’autres citadins. Ce sentiment d’hostilité peut d’ailleurs être amplifié par les discriminations subies par les proches dans le domaine scolaire et professionnel.

46L’enjeu de l’action des différents acteurs qui travaillent avec les jeunes de quartiers populaires (enseignants, travailleurs sociaux, simples citadins croisés durant leurs mobilités) est alors d’accompagner cette découverte de l’altérité afin que ces jeunes ne soient pas effrayés par le tumulte des foules urbaines. Cette découverte de l’altérité est également l’affaire de tout un chacun et ne peut pas se faire que dans un seul sens. Il n’est ainsi pas inutile de rappeler que la description de la foule comme un danger potentiel au 19ème siècle a été portée principalement par une peur de la bourgeoisie face à l’arrivée des masses ouvrières dans les villes (Barrows, 1990). Cet enjeu est d’envergure : comme nous l’avons montré précédemment, le passage de la foule au public était pensé chez des auteurs comme Tarde ou Park dans une double dimension, urbaine et métaphorique. Nul doute alors que si ces jeunes trouvent une place dans les espaces urbains, ils arriveront également plus facilement à se constituer en public et à faire entendre leurs voix dans les arènes publiques.

Haut de page

Bibliographie

BARROWS, Susanna, 1990, Miroirs déformants : Réflexions sur la foule en France à la fin du 19ème siècle, Paris, Aubier.

BREVIGLIERI, Marc et Vincenzo CICCHELLI, 2007, Adolescences méditerranéennes. L’espace public à petits pas, Paris, L’Harmattan

CEFAI, Daniel, 2007, Pourquoi se mobilise t’on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte.

CEFAI, Daniel et Pasquier, Dominique, 2003, Les Sens du public, Paris, PUF.

DEWEY, John, 1927 [2003], Le public et ses problèmes, Pau, Editions Farrago.

HASS, Catherine et Marianne HÉRARD, 2008, « Les Halles lieu d’une seule jeunesse », Annales de la Recherche urbaine, n° 105 : 47-55.

JOSEPH, Isaac, 2001, « Tarde avec Park. À quoi servent les foules ? », Multitudes, n° 7, http ://multitudes.samizdat.net/Tarde-avec-Park.

JOSEPH, Isaac, 1998, Erving Goffman et la microsociologie, Paris, PUF.

JOSEPH, Isaac, 1992, « L’espace public comme lieu de l’action », Annales de la recherche urbaine, n° 57-58 : 210-217.

PARK, Robert, 2007 [1904], La foule et le public. Lyon, Parangon/VS.

RUBIO, Vincent, 2008, « Psychologie des foules, de Gustave le Bon. Un savoir d’arrière-plan », Sociétés, n° 100 :79-89.

SAINT PIERRE, Caroline 2002, La fabrication plurielle de la ville : décideurs et citadins à Cergy Pontoise, Paris, Créaphis.

TARDE, Gabriel, 1989 [1901], L’opinion et la foule. Paris, PUF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Oppenchaim, « Foules, espaces publics urbains et apprentissage de la co-présence chez les adolescents des quartiers populaires d’Ile de France », Conserveries mémorielles [En ligne], #8 | 2010, mis en ligne le 25 septembre 2010, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://cm.revues.org/713

Haut de page

Auteur

Nicolas Oppenchaim

est agrégé de sciences économiques et sociales et doctorant en sociologie à l‘Université de Paris–Est, au Laboratoire Ville Mobilité Transports (Inrets-Enpc-Umlv). Il travaille sur l‘apprentissage de la mobilité chez les adolescents de quartiers sensibles, l‘imaginaire urbain de ces adolescents et leurs mobilités quotidiennes.  Nicolas Oppenchaim is agrégé in Economic and Social Sciences. He is a PhD candidate in Sociology at the Laboratoire Ville Mobilité Transport (Université de Paris-Est). His research is on the learning process of urban mobility by teenagers in sensible districts, their urban imaginations and their daily mobilities

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org