Navigation – Plan du site
Foules, événements, mémoires

La foule révolutionnaire, l’imaginaire du complot et la violence fondatrice : aux origines de la nation française (1789)

At the Origins of the French Nation (1789): The Revolutionary Crowd, Conspiracy Imaginations and Founding Violence
Philippe Münch

Résumés

Dans Les origines de la France contemporaine, Taine assimile la prise de la Bastille à l'anarchie. La foule est représentée comme un « animal primitif », affranchi de la raison et livré à ses instincts. L'historiographie jacobine de la Révolution française a depuis longtemps remis en question cette représentation animalière de la foule, en montrant que derrière les violences populaires, il existe des logiques politiques, sociales et économiques qui supposent une part de rationalité des acteurs. La violence est donc complexe, étant à la fois destructrice et fondatrice, comme le montrent les journées de juillet 1789.

Cet article entend expliquer le processus par lequel la violence populaire a contribué in fine à la naissance de la nation française. L'imaginaire du complot a joué ici un rôle fondamental, qu'il s'agira de mettre en lumière en faisant une lecture croisée des historiographies jacobine et critique. L'imaginaire du complot entretient en fait un double rapport à la violence en constituant, d'une part, un moteur d'action et, de l'autre, une source de justification et de mythification nécessaire pour masquer le déferlement des furies. Ce processus de légitimation fournira les éléments constitutifs du premier récit national.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Au cours du printemps, l’historien dit bien que « des bandes se forment autour de la capitale, com (...)

1Dans Les origines de la France contemporaine de Taine, le premier volume sur la Révolution s’ouvre sur un titre fort évocateur : L’anarchie. La prise de la Bastille ne serait ni une révolte, comme le croyait initialement Louis XVI, ni une révolution, comme lui répond le duc de Liancourt, mais un événement « plus grave encore » : il s’agit d’une dissolution, d’un retour à l’état de nature1 (Taine, 1986 : 315). Derrière la violence révolutionnaire se profilent l’ombre de l’anarchie et le pouvoir de la rue : « À côté des pouvoirs légaux s’est élevé un pouvoir nouveau, une législature de carrefour et de place publique, anonyme, irresponsable, sans frein, précipitée en avant par des théories de café […] ; et les bras nus qui viennent de tout briser au faubourg Saint-Antoine sont ses gardes du corps et ses ministres. » (338) Dissolution : Taine ne retient que ce mot et toute la frayeur qui accompagne les réminiscences de la Commune de Paris. Sous sa plume, le peuple révolté devient un curieux mélange de « misérables », d’« affamés », de « bandits » et de « patriotes », animés autant par le « crime » que par l’« esprit public », autant par les « passions méchantes » que par les « passions généreuses ». La foule souveraine est un « animal primitif » « surexcité », « farouche », affranchi de la raison et « livré à ses sensations, à ses instincts et à ses appétits » (341).

  • 2 C’est la thèse défendue par l’historien Georges Rudé (1982), qui a insisté sur les mobiles économiq (...)

2L’historiographie jacobine de la Révolution française a depuis longtemps remis en question cette image de la foule entretenue depuis les origines par les contre-révolutionnaires, puis par des auteurs comme Taine ou le docteur Le Bon à la fin du XIXe siècle (Le Bon, 2003). Dans un article de 1934, devenu classique, Georges Lefebvre a déconstruit cette représentation animalière et barbare de la foule en montrant notamment que l’agrégation sociale s’effectuait essentiellement à partir d’une « mentalité collective antécédente », relativisant du coup la place des pulsions dans la dynamique de l’action populaire (Lefebvre, 1988). Même derrière les violences révolutionnaires les plus extrêmes, il existe des logiques politiques, sociales et économiques (cherté, subsistances2) qui supposent une part de rationalité des acteurs à l’œuvre.

3Plus récemment, Sophie Wahnich a réactualisé la pensée de G. Lefebvre pour analyser les mécanismes de la violence populaire. Elle a essentiellement retenu l’idée qu’on ne peut pas « délier la raison d’agir et les émotions qui les étayent. » (2008 : 37) Il est possible, en d’autres termes, de juger la valeur éthique d’une foule en fonction de la finalité de ses actions. Les émotions populaires comme l’émoi, l’effroi ou la vengeance ne représentent donc pas le degré zéro du politique et de la pensée. Elles constituent plutôt une « modalité spécifique de jugement » et « d’évaluation politique » (35). Dans cette perspective, la violence populaire ne peut plus être assimilée uniquement à des instincts primaires. La violence est en effet complexe et ambigüe, étant à la fois destructrice et fondatrice. En évoquant seulement l’anarchie et la dissolution, Taine n’a vu en réalité qu’une seule dimension du problème. Pourtant, à travers les journées de juillet 1789, on assiste bien à la recomposition de la France, qui se régénère à partir d’une nouvelle alliance entre le roi, l’Assemblée nationale et le peuple. Cette alliance représente le socle fondateur de la nation française.

  • 3  Cet article est tiré essentiellement de la première et de la troisième parties de notre thèse (200 (...)

4Cet article entend expliquer le processus par lequel la violence populaire, a priori défensive puis punitive, a contribué in fine à la naissance de la nation française. Dans ce moment de fondation, l’imaginaire du complot a, par ses multiples fonctions, joué un rôle fondamental, qu’il s’agira ici de mettre en lumière. Il entretient en fait un double rapport à la violence révolutionnaire en constituant, d’une part, un moteur d’action et de mobilisation et, d’autre part, une source de justification et de mythification nécessaire pour masquer le déferlement des furies. Ce dernier procédé rhétorique, qui permet d’expliquer et de justifier le sang coulé, fournira les éléments constitutifs du premier récit national. Pour faire cette démonstration, nous procéderons en quatre temps. Il s’agira tout d’abord de présenter les faits historiques par le biais d’un récit des événements qui ont mené à la prise de la Bastille. Après avoir posé, dans un deuxième temps, les balises théoriques de cette étude par un détour historiographique, nous aborderons ensuite les caractéristiques spécifiques de l’imaginaire du complot. Nous analyserons enfin l’événement de la prise de la Bastille en fonction de notre approche générale3.

La prise de la Bastille et les origines de la nation4

  • 4  Cette partie sur le comportement de la foule comporte une difficulté méthodologique puisque nous n (...)

5Le 5 mai 1789 s’ouvrent à Versailles les États généraux, réunissant plus de mille députés provenant en majorité du Tiers État. L’enthousiasme suscité par la convocation de cette vieille forme de représentation du royaume, censée éviter la banqueroute de l’État, fait rapidement place, dès les premiers jours, au doute et à l’inquiétude. S’engage rapidement un rapport de force sur la question du vote et du fonctionnement des États Généraux entre le Tiers État, convaincu d’être le véritable représentant de la nation, et les ordres privilégiés, eux-mêmes divisés sur la question. À cette tension autour du vote, où chaque groupe est campé sur ses positions, s’ajoute la position ambiguë du roi, tiraillé entre une aile réactionnaire, dominée par la Cour, principalement le comte d’Artois et la reine, et une aile patriote, réformatrice, avec Necker en tête, appuyé de Saint-Priest, de Montmorin et de l’évêque La Luzerne. Par une succession de coups de force symboliques, les hommes du Tiers État, déterminés à aller jusqu’au bout de la mission politique qu’ils se sont eux-mêmes fixée, comme l’illustre le serment du jeu de paume, défient non seulement l’autorité royale, mais font fléchir la volonté du roi au détriment des privilégiés. Cette ferme volonté du Tiers État est à l’origine de la crise politique. Elle favorisera la montée de la peur qui débouchera ultimement sur la violence populaire, puis sur sa justification par l’élite révolutionnaire.

La crise politique et économique

6Deux événements sont ici fondamentaux dans la crise politique. Ils constituent les premiers actes de la Révolution. D’abord, les Communes s’autoproclament, sans l’autorisation du roi, Assemblée nationale. Depuis deux semaines, des voix demandaient la constitution d’une « chambre nationale » afin de commencer l’œuvre de régénération de la nation (Winock, 1988 : 97). Elles s’érigent ainsi comme les véritables représentantes de la nation. Elles vont encore plus loin en détruisant dans les faits le système pluriséculaire des États généraux. Dans ses Mémoires, le marquis de La Maisonfort fait justement débuter la Révolution le 17 juin : « De ce moment tout fut dit, tout fut fait, le reste n’était plus que des détails, des conséquences. La révolte avait cessé, la vieille monarchie venait d’expirer, la révolution venait de naître. » (2004 : 155) Mme de Staël en arrive à la même conclusion : « Ce décret était la révolution elle-même » (Winock, 1988 : 107).

7Deuxième acte de ce moment révolutionnaire : la séance royale du 23 juin. Le roi trace les limites de sa politique réformatrice, en écartant le projet présenté par Necker : liberté de la presse, consentement de l’impôt, égalité fiscale, décentralisation administrative. Il maintient le système des ordres, la hiérarchie et les inégalités de la société aristocratique (Furet et Richet, 1998 : 78). Point d’égalité en droit, ni de vote par tête. Le programme, malgré quelques compromis, constitue la négation de la résolution du décret du 17 juin instituant l’Assemblée nationale. Il laisse aussi planer une menace de dissolution, d’autant plus réelle que le roi est accompagné des régiments suisses et des gardes françaises : « et si par une fatalité loin de ma pensée, vous m’abandonniez dans une si belle entreprise, seul je ferai le bien de mes peuples. » (Mirabeau, 1973 : 63-64)

8Retour donc à la case départ, avec désormais une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la destinée des Communes. Une fois la séance levée, le Tiers décide de rester sur place et de résister ouvertement aux directives royales. On connaît la fameuse réplique de Mirabeau au maître des cérémonies, le marquis de Dreux-Brézé : « […] nous ne quitterons nos places que par la puissance des baïonnettes. » (1973 : 65) Toute l’audace et la détermination de la nouvelle Assemblée résonne à travers ces mots lourds de sens. Une nouvelle souveraineté s’élevait aux côtés de la souveraineté royale.

9La victoire du Tiers est consacrée le 27 juin, lorsque le roi recule et ordonne à sa noblesse, aux derniers récalcitrants, de joindre l’Assemblée nationale. Par ce geste, il reconnaît l’existence et l’autorité de cette nouvelle entité. Il abandonne son programme du 23 juin, dicté par l’aile réactionnaire. La révolution politique est entamée sans violence. Mais est-elle consommée pour autant ? Ce triomphe présage-t-il une réaction terrible de la part des privilégiés ? Le roi n’avait-il pas pris position en leur faveur le 23 juin ? La décision du 27 juin n’est-elle finalement qu’une mesure dilatoire afin de préparer la véritable réaction ? La concentration militaire qui se forme autour de Paris et de Versailles sonne-t-elle l’heure de la revanche ? La victoire paraît tout d’un coup incertaine et soulève plusieurs inquiétudes quant à l’avenir de l’Assemblée nationale.  

10Cette crise politique du mois de juin est doublée d’une crise économique, bien étudiée par l’historiographie classique. La récolte de 1788 a été désastreuse. Le blé manque, le pain est cher, le pouvoir d’achat diminue. La disette pointe à l’horizon. Le pain n’a jamais été aussi cher depuis Louis XIV (Lefebvre, 1970 : 119). La cherté agite la population, entretient un climat tendu et la fermentation populaire. À la veille de l’ouverture des États généraux, Paris est le théâtre d’une violente émeute, réprimée dans le sang : l’affaire Réveillon. Depuis la réunion des trois ordres, des émeutes éclatent ici et là, observe J. Godechot. Cambrai, Amiens, Valenciennes, Dunkerque et Rouen connaissent des violences de la faim (Godechot, 1989 : 263-266). Cette crise économique participe à la montée de la peur engendrée initialement par le conflit politique qui divise Versailles. Elle prépare le terrain à l’éclosion de la violence populaire.  

Le visage de la peur : le complot aristocratique

  • 5  Ci-après pour les Archives parlementaires : AP.

11La tension s’accroît radicalement en juillet avec les troupes qui sont massées autour de la capitale dès la fin juin, c’est-à-dire au moment où se joue le bras de fer entre le roi et l’Assemblée nationale naissante. L’affaire des gardes français emprisonnés pour indiscipline, puis libérés par la foule parisienne, fournit le prétexte au roi pour augmenter la présence des soldats dans les environs de Paris et de Versailles. Le 8 juillet, l’Assemblée nationale, par la voix puissante, éloquente et audacieuse de Mirabeau, s’inquiète de la situation ambiguë ; elle se sent encerclée et menacée dans sa liberté de délibérer (Archives parlementaires : vol. 8, 208-214)5. « Pourquoi des troupes ? » s’écrit le comte, alors que « jamais le peuple n’a dû être plus calme, plus tranquille, plus confiant ». « Où sont les ennemis de l’État et du roi » ? demande l’adresse rédigée, selon Aulard, par Étienne Dumont, secrétaire du tribun. Ces « formes odieuses » évoquent le « sinistre appareil de la tyrannie ». Elles laissent présager la soumission du peuple « aux affreux projets du despotisme ». Elles frappent « l’imagination de la multitude » et « excitent une effervescence universelle » en favorisant les « craintes » et les « alarmes ». Dans un passage fort lucide, il voit le spectre de la révolution cogner aux portes de la France : « Ont-ils [les conseillers de ces mesures] étudié dans l’histoire de tous les peuples comment les révolutions ont commencé, comment elles se sont opérées ? Ont-ils observé […] par quelle impulsion terrible un peuple enivré se précipite vers des excès dont la première idée l’eut fait frémir ? » C’est la prise de la Bastille qu’il décrit, qu’il annonce.

12L’abbé Grégoire fait appel à la dénonciation des auteurs de « ces détestables manœuvres » qui visent à « faire échouer les opérations de l’Assemblée nationale ». La réponse négative du roi est loin d’être applaudie (AP, vol. 8 : 219). Elle « excite des murmures » et alimente l’inquiétude, surtout avec le projet de transfert de l’Assemblée nationale à Noyon ou à Soissons évoqué par le roi. Dans ses Mémoires, le futur maire Bailly, peu réceptif aux théories de complot selon T. Tackett (2004b : 4), pense que la Cour prépare ce transfert afin de dissoudre ou de rendre esclave l’Assemblée, provoquant du coup la guerre civile (2004 : t. 1 239).

13Si les députés ne prononcent pas les mots conspiration et complot, très lourds de sens, ils s’y réfèrent néanmoins en parlant de « détestables manœuvres », de « conseillers perfides », « d’affreux projets ». L’imprécision des termes renvoie en fait à une réalité encore vague et indéterminée (Laclau, 2008). La méfiance s’installe, des alarmes et des mots circulent de plus en plus à Paris et à Versailles. Duquesnoy rapporte, dans son Journal sur l’Assemblée constituante, le bruit qui court selon lequel les États généraux seraient suspendus ou que des députés seraient enlevés (Winock, 1988 : 129). Dans son journal personnel, le diplomate et homme d’État américain Morris fait état de ces nouvelles qui circulent : « On parle… ». La reine et le comte d’Artois intriguent, selon lui, pour « sauver quelques débris épars de l’autorité royale » (Fiechter, 1983 : 89-90). Le libraire Hardy parle, pour sa part, d’un complot pour affamer le peuple parisien. Déjà en février 1789, il rapportait la rumeur selon laquelle « les princes avaient accaparé les grains tout exprès pour mieux réussir à culbuter M. Necker » (Godechot, 1989 : 268). On retrouve la même thèse dans le pamphlet intitulé Les Vérités bonnes à dire. Les siècles, selon l’auteur anonyme, « n’offrent aucun exemple d’une conspiration aussi noire que celle que cette aristocratie expirante vient de tramer contre l’humanité » (Godechot, 1989 : 269).

14La correspondance de Nicolas Ruault, entretenue avec son frère l’abbé Brice Ruault, curé à Évreux, est encore plus explicite en faisant transparaître clairement l’angoisse qui s’installe dans la population parisienne (1976 : 148-152). « Ces mouvements extraordinaires », dit-il au sujet des manœuvres militaires, « inquiètent tout le public et répandent l’alarme dans le peuple ». « On s’attend », ajoute-t-il, « à quelque coup de violence de la part de la cour. » La source du mal est donc citée tout en demeurant vague. Il en évoque également l’objectif : « Le bruit courait hier que la cour avait dessein de suspendre l’Assemblée nationale pendant six semaines, c’est-à-dire de la dissoudre sous le nom de suspension. […] S’il faut croire à tous les propos qui circulent depuis vingt-quatre heures, nous sommes à la veille d’une guerre civile ou d’un événement fort étrange ». Le 11 juillet au soir, alors que Paris n’est pas encore au fait du renvoi de Necker, Ruault rend compte, de nouveau, du projet de la Cour : « La cour, toujours de plus en plus empêtrée, a conçu, dit-on, le projet de dissoudre les États de quelque manière que ce soit », au profit des Parlements. Il spécifie cette fois les auteurs de cette manœuvre : « Antoinette » et le « comte Charles d’Artois ».

15J. Godechot a défendu la thèse selon laquelle l’idée de complot devient générale à partir de la mi-juin (1989 : 270). Datation qui fait sens compte tenu du contexte politique tendu qui règne à Versailles et qui favorise la montée de la peur. La publication d’un pamphlet comme La conjuration découverte, qui entend dénoncer « l’infâme conduite » des ennemis de la patrie, des nobles particulièrement, apporte quelques éléments de preuve qui tendent à valider une telle interprétation (Anonyme, g : 1789). Ce n’est toutefois qu’avec le débat sur les troupes, une dizaine de jours plus tard, qu’on observe réellement cette généralisation de la peur des manœuvres de la Cour. Le renvoi de Necker vient matérialiser cette peur, il donne une réalité tangible à cette rumeur sur la dissolution de l’Assemblée nationale et sur la destruction de Paris. Selon Mme de Staël, Necker lui-même était au courant des projets qui se tramaient : « M. Necker n’ignorait pas le véritable objet pour lequel on faisoit avancer les troupes, bien qu’on voulût le lui cacher. L’intention de la cour étoit de réunir à Compiègne tous les membres des trois ordres qui n’avoient pas favorisé le système des innovations, et là de leur faire consentir à la hâte les impôts et les emprunts dont elle avoit besoin, afin de les renvoyer ensuite » (1983 : 271).

16Si le terme « complot aristocratique » n’est pas prononcé comme tel (Tackett, 2004b : 4), il ne fait aucun doute dans l’esprit de la population que les projets secrets prennent leur source à la Cour et au gouvernement et donnent ainsi une coloration particulière à la montée de la peur. Les Grands, les privilégiés, une partie des ministres, sont contre le vent de réforme qui souffle sur le royaume. L’idée de complot émergeante donne ainsi un sens à la crise politique dans laquelle est plongée la France. Son principal support est la rumeur, le bruit urbain. Michelet note que « du 23 juin au 12 juillet, de la menace du roi à l’explosion du peuple, il y eut une halte étrange. C’était, dit un observateur, c’était un temps orageux, lourd, sombre, comme un songe agité et pénible, plein d’illusions, de troubles. Fausses alarmes, fausses nouvelles ; fables, inventions de toutes sortes » (1952 : 134).

De la défense à la volonté punitive

17La nouvelle du départ de Necker arrive à Paris le dimanche 12 juillet, autour de midi, c’est-à-dire à un moment (le jour et l’heure) propice à des agrégations de foule et aux rassemblements. Elle fait l’effet d’une bombe, d’« un coup de foudre », selon L’ouvrage des six jours (Anonyme, b, 1789 : 1). Surprise, la population parisienne demeure d’abord sceptique, note le texte Paris Sauvé : « Paris étonné ne peut croire à cette nouvelle » (Anonyme, c, 1789 : 6). L’Œuvre des sept jours, de la main de l’homme de lettre Jean Dusaulx, et qui peut être considéré comme la version officielle de la Commune de Paris, soutient même que « les premiers qui débitèrent la nouvelle de son départ furent maltraités comme menteurs et gens malintentionnés » (Chaussinand-Nogaret, 1988 : 142). Après le doute, la consternation. Les Événemens de Paris évoquent clairement cette transition émotionnelle : « On douta encore pendant quelque tems de cette nouvelle ; mais lorsqu’elle fut confirmée, il régna la plus grande consternation sur tous les visages » (Soulès, 1789 : 1).

18Tous les récits de l’événement insistent sur l’effet d’épouvante causé par la nouvelle du renvoi du ministre patriote. « L’approche de plusieurs Régimens étrangers, leur commandement confié à un Maréchal de France, avec tout l’appareil d’une guerre ouverte […] jetterent », selon Caraccioli, « l’épouvante dans tous les esprits ». Il ajoute que le départ précipité du « Ministre le plus cher […] ne fit qu’augmenter l’alarme »(1789 : 1). « Au milieu du trouble et de la consternation […] vos esprits ont été, avec raison, saisis de crainte, frappés de terreur », affirme l’Adresse à tous les citoyens de Paris (Porro, 1789 : 3). Le pamphlet anonyme intitulé Il étoit temps va aussi dans le même sens : « Le renvoi de M. Necker, & de deux autres Ministres vertueux […] Leur remplacement par quatre membres zélés de la cabale antipatriotique […], avoient plongé les Citoyens dans la plus affreuse consternation » (Anonyme, h, 1789 : 2). « Je fus consterné de cet événement inattendu », écrit Bailly dans ses Mémoires. Il lui paraissait « si dangereux dans l’état actuel des finances, et si effrayant par les suites que ce coup d’autorité semblait annoncer » (2004 : t.1, 247). Même désarroi chez le diplomate américain Morris : « Au moment de le quitter [le maréchal de Castries], il me prend à part pour m’informer que Monsieur Necker n’est plus en place. Cette nouvelle le trouble beaucoup et moi aussi, à vrai dire ». « On est très alarmé ici ajoute-t-il. Paris commence à s’agiter […] » (Fiechter, 1983 : 91).

19L’onde de choc émotionnel entraîne un rassemblement spontané à la place du Palais-Royal où les bustes de Necker et du duc d’Orléans sont portés en triomphe. Un jeune avocat, encore inconnu, du nom de Desmoulins, monte sur une table et improvise un discours qui tente de donner sens à la destitution de Necker : « Citoyens, vous savez que la Nation avait demandé que Necker lui fût conservé, on l’a chassé ! Peut-on vous braver plus insolemment ? Après ce coup ils vont tout oser et, pour cette nuit, ils méditent, ils disposent peut-être une Saint-Barthélémy des patriotes ! […] Aux armes, aux armes ! » (Desmoulins, 1972 : t. 2, 22) Le massacre médité, préparé, tel serait donc le sort qui attend les patriotes parisiens. La peur du complot, car il s’agit bien d’un acte prémédité selon la foule, cède alors le pas à la panique : « Dès lors tout se précipite », note Quinet, « l’historien a peine à suivre les événements que cette nouvelle engendre » (1987 : 105).

20À travers cette conjoncture tumultueuse où Paris semble abandonnée à son sort, à l’anarchie, où l’autorité royale paraît effondrée, otage d’une cabale de la Cour, deux mouvements de défense, l’un politique et l’autre populaire, se mettent parallèlement en marche pour assurer la survie de la capitale assiégée. D’un côté, les électeurs du district de Paris, réunis en comité permanent à l’Hôtel de ville, votent l’établissement d’une milice bourgeoise, destinée à la fois à préserver l’ordre public et à protéger la population contre les ennemis de la patrie. De l’autre, la foule parisienne brûle les barrières et part à la quête d’armes, d’abord aux Invalides, puis à la Bastille. Son gouverneur De Launay tergiverse, résiste et semble ainsi trahir la cause populaire. La prison royale devient le symbole, déjà en préparation sous l’Ancien Régime, du despotisme et de l’arbitraire (Lüsebrink et Reichardt, 1986 : 85).  

21La Bastille prise, De Launay est décapité, après avoir été insulté et battu ; sa tête est promenée sur la place publique en signe de justice et de triomphe. Le prévôt des marchands, Flesselles connaît un sort identique. Abattu d’un coup de pistolet, puis décapité, sa tête finit au bout d’une pique promenée dans les rues. « Les exécutions ont commencé, sans épuiser un trop juste ressentiment », écrit Babeuf dans une lettre à sa femme. « La fureur du peuple est loin d’être apaisée [...], il lui faut bien d’autres expiations », continue-t-il. « On veut encore, dit-on, voir tomber une trentaine de têtes coupables » (1988 : 143-144). Ce seront celles du Contrôleur des finances, Foulon, et de l’Intendant de Paris, Bertier de Sauvigny.

Un nouvel imaginaire national

22La venue du roi à Paris, le 17 juillet 1789, représente un volet fondamental de la réconciliation nationale. Le discours de réception de Bailly, qui fait office de prévôt des marchands, est ici très significatif : « Quel jour mémorable que celui où Votre majesté est venue siéger en père au milieu de cette famille réunie. […] c’est l’époque d’une alliance auguste et éternelle entre le monarque et le peuple » (AP : vol. 8, 246). La cocarde révolutionnaire présentée au roi symbolise matériellement cette union. Ethis de Corny, en qualité de procureur du roi, propose d’élever un monument à Louis XVI, régénérateur de la liberté publique, restaurateur de la prospérité nationale, le père du peuple français (AP : vol. 8, 246). La nation française est née, à la fois de cette conquête de la liberté, la prise de la Bastille, et d’un nouveau contrat, d’une nouvelle alliance unissant le peuple au roi sous l’égide de cette liberté publique. La prise de la Bastille est le pendant populaire de la Révolution politique amorcée le 17 juin.

23Citons un extrait fort évocateur du Paris sauvé qui relate la présence du roi dans la capitale : « Mais c’est au retour du Roi, qui venoit de faire avec son Peuple l’alliance la plus auguste que jamais aucun Roi ait fait avec ses Sujets, qu’il est impossible de peindre les sentiments qui animèrent la Nation la plus courageuse & la plus fidèle » (Anonyme, c, 1789 : 32). Même envolée lyrique dans L’ouvrage des six jours : « On parle de triomphe […] à celui d’une Nation avilie par le despotisme, qui brise ses chaînes par les seules forces de la raison, de l’union & du patriotisme, & qui proclame avec énergie sa liberté par un million de bouches en présence de son Souverain, en criant avec attendrissement : Vive le Roi & la Nation ! » (Anonyme, b, 1789 : 5). Pour couronner le spectacle d’union, Lally-Tollendal formule le désir que « périssent les ennemis publics qui voudraient encore semer la division entre la nation et son chef ». L’unité ne peut être réalisée qu’au prix de cette exclusion nécessaire, par laquelle on réinvente la communauté.

24Les jours qui suivent la prise de la Bastille voient fleurir l’idée de complot. Les citoyens sont désormais convaincus d’avoir évité de peu une « affreuse » conspiration qui avait comme objectif de détruire l’Assemblée nationale et la ville de Paris. Le départ du comte d’Artois et de ses cousins, les princes de Condé et de Conti, prouve la complicité de la Cour. « Voici, mon cher ami, un détail très vrai de la conspiration de la cour contre Paris et l’Assemblée », écrit Ruault à son frère le 22 juillet 1789. « Elle aurait probablement été exécutée si le peuple ne l’eût prévenu » (1976 : 155-157) Le roi aurait fui à Metz, se serait emparé de l’Assemblée nationale et aurait fait occuper la ville de Paris à l’aide des troupes et des canons de la Bastille. Babeuf rapporte aussi cette théorie de complot qui circule dans Paris : « À mon arrivée, on ne s’entretenait que d’une conspiration dont M. le comte d’Artois et d’autres princes étaient les chefs ». « Il ne s’agissait rien de moins pour eux », ajoute-t-il, « que de faire exterminer une grande partie de la population parisienne, et de réduire ensuite à la condition d’esclaves tout ce qui dans la France entière n’aurait échappé au massacre qu’en se mettant humblement à la disposition des nobles, en tendant, sans murmurer, les mains aux fers préparés par les tyrans » (1988 : 144).

25Différents pamphlets et récits, publiés dans les semaines qui suivent ces journées révolutionnaires parisiennes, viennent appuyer cet imaginaire du complot aristocratique. La Découverte de la conjuration évoque les « projets infernaux » des ministres et de la « bande aristocratique » pour réduire Paris en cendres (Anonyme, d, 1789 : 1 et 4). Le pamphlet anonyme intitulé Il étoit temps, ou la semaine aux événements parle d’une « cabale antipatriotique » formée des « Princes », des « Grands » et des « Ministres » « conjurés contre le peuple » (Anonyme, h, 1789 : 1). Paris sauvé accuse la « bande aristocratique » guidée par les « Princes » et les « Ministres » (Anonyme, c, 1789 : 5). Même cible dans l’Exécrable conspiration contre le roi et la nation. Un « Conseil de sang » avait été formé par « quelques principaux aristocrates » (Anonyme, a, 1789 : 1). L’auteur anonyme du Serpent écrasé pointe aussi les « aristocrates », ces « tyrans barbares » qui voulaient « tout massacrer, […] tout incendier impunément, & […] moissonner, par la plus cruelle famine, les citoyens que le fer & le feu auroient épargnés » (Anonyme, e, 1789 : 4). Le Tombeau du Despotisme n’est pas en reste en dénonçant aussi les « Princes », les « Grands », la Cour et les « puissans » (Anonyme, f, 1789 : 5-6).  

26Le récit de cette séquence politique met en lumière un processus complexe qui a mené à la formation d’un nouvel imaginaire national. En fait, cette séquence est ponctuée par plusieurs temps : crise politique, montée de la peur, panique, réaction défensive, violence populaire, réconciliation, discours justificatifs. Comment les interpréter ? L’historiographie n’est pas un bloc et ne livre donc pas une seule explication. En fonction des approches et des écoles, elle propose des lectures différentes.       

De la peur à l’idéologie : au cœur du débat historiographique

27Pour Albert Soboul, la peur du complot est un « trait fondamental de la mentalité collective en 1789 » qui permet d’expliquer la violence révolutionnaire (1988 : 181). Cette assertion est en quelque sorte tributaire de son prédécesseur de la Sorbonne, G. Lefebvre, qui a montré, dès les années 1930, l’importance de cette croyance dans le déclenchement de la Grande peur au cours de l’été 1789. Sans porter un intérêt à la mesure du phénomène, l’historiographie classique a néanmoins accordé une certaine attention à la problématique, comme en témoigne l’entrée sur le « complot aristocratique » dans le Dictionnaire historique de la Révolution française (Ikni, 1989 : 274). De son côté, l’historiographie critique a aussi souligné la place fondamentale occupée par l’idée de complot : « c’est vraiment une notion centrale et polymorphe, par rapport à laquelle s’organise et se pense l’action […] » (Furet, 1978 : 91).

28Les deux écoles théoriques ont toutefois pensé différemment l’impact de cet objet d’étude sur la Révolution. Les historiens de la Sorbonne ont insisté sur la relation entre la peur et la violence alors que ceux de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales ont plutôt axé leur recherche sur la culture politique, le pouvoir et les fonctions idéologiques. Ces deux lectures, quoique différentes, disent une part de vérité sur la Révolution. Elles sont en réalité plus complémentaires qu’opposées et le défi de cet article est justement de pouvoir constituer un pont théorique permettant de tenir compte des différentes dimensions du phénomène.

29Pour l’étude de la foule révolutionnaire et de la violence populaire, l’historiographie classique demeure un point de départ incontournable. Les historiens jacobins ont montré que la foule était composée principalement du « menu peuple », des gens de métiers, des boutiquiers, des artisans et des compagnons, domiciliés, d’âge mûr, père de famille, c’est-à-dire d’une classe populaire qui ne colle pas avec l’image véhiculée par Taine. Elle est formée au préalable par une mentalité collective (ou des idées-forces) et agrégée par des pratiques collectives (vendanges, marché, messe dominicale, cabarets, fêtes, assemblées électorales). Au cœur de la mentalité révolutionnaire, on retrouve la fameuse trilogie élaborée par G. Lefebvre : la peur, la réaction défensive et la volonté punitive (1963 : 140). Ce triptyque a été utilisé pour expliquer plusieurs événements de la Révolution comme la Grande peur de 1789, les massacres de septembre en 1792, la Terreur ou la Grande Terreur en l’an II. C’est autant la violence de la foule, en 1789 ou en 1792, que la politique répressive de l’État, en 1793 et 1794, qui sont prises en compte par cette approche. En effet, G. Lefebvre dit bien que la volonté punitive s’unit aussi, en 1793, « au réflexe défensif pour engendrer le gouvernement révolutionnaire » (1963 : 415). De la Grande peur à la Grande Terreur, la même mécanique violente serait alors à l’œuvre mais avec des acteurs différents.

  • 6  Voir la préface de M. Vovelle à l’ouvrage de T. Tackett (2004a : 8).

30Comme nous l’avons vu, A. Soboul s’inscrit dans cette lignée théorique. La croyance au complot s’enracine dans la peur et débouche sur une action qui permet à la fois de défendre la communauté menacée et de surmonter cette peur. « Réflexe de la peur » donc, la réaction défensive se mue finalement en volonté punitive, se traduisant dans les faits par l’exclusion et la punition des ennemis au nom d’une justice populaire dénuée des formes juridiques ordinaires. En liant la peur à la violence, puis à la Terreur, le complot aristocratique constitue, selon l’historien marxiste, « une des clefs de l’histoire révolutionnaire » (1988 : 189). M. Vovelle, successeur d’A. Soboul à la Sorbonne, est aussi un héritier de la pensée de G. Lefebvre en considérant la peur comme un aspect important de « la sensibilité révolutionnaire ». Il définit également la Terreur comme une volonté de canaliser et de maîtriser la peur et la violence populaire (1985 : 57-64)6. Chaque génération d’historiens classiques apporte ainsi une nouvelle pierre à l’édifice théorique qui sera consacré par l’article de Claude Mazauric dans le Dictionnaire historique de la Révolution française : « L’origine de la Terreur est bien connue. Structurellement, elle plonge ses racines dans les manifestations de la violence populaire induites de la peur. La réaction défensive, manifestation ancestrale d’auto-protection des masses qui en découle, se prolonge dans le contexte de la fin du XVIIIe siècle français, en volonté punitive » (1989 : 1020).

31Plus récemment, S. Wahnich a repris, avec une terminologie certes différente, ce schéma d’analyse en montrant comment la voix du peuple (vox populi), exprimée à travers des émotions populaires et souveraines (émoi, effroi, indignation, colère), est traduite dans la loi, c’est-à-dire en « logos politique », et est par le fait même entendue, représentée puis canalisée par les législateurs (Wahnich, 2008, 2003, 2002). C’est le processus par lequel la Terreur se met en place : elle est « une dynamique d’économie émotive fondatrice, ressortissant du sacré et de la vengeance » (Wahnich, 2003 : 25). La violence populaire surgit au moment où cette dynamique dialogique devient dysfonctionnelle. Le peuple démocrate, ignoré ou trahi, est alors contraint de recourir à une violence exceptionnelle, souveraine, sacrée et fondatrice.

32Les travaux de Timothy Tackett ont à la fois confirmé les données générales du paradigme classique et apporté quelques nuances sur des événements précis (2000b). Deux facteurs sont pris en compte pour expliquer l’émergence de la peur puis de l’obsession du complot. Premièrement, les circonstances. Alors que l’idée de complot est peu présente au cours des années 1770 à 1789, elle surgit brusquement avec la Révolution, c’est-à-dire au moment où la France est secouée par une crise générale. La peur demeure néanmoins épisodique par la suite jusqu’à la fuite du roi en juin 1791 qui matérialise toutes les craintes. L’intensité est à son comble avec la guerre et les défaites qui suivent. Deuxièmement, la sociologie politique. La croyance au complot est bien présente chez les Jacobins les plus radicaux, qui sont en contact avec la culture populaire et qui occupent une place importante sous la Législative. À l’automne 1791, c’est donc dans l’angoisse que s’ouvre l’Assemblée, encore sous le choc des événements de l’été. Les années 1791 et 1792 constituent ainsi un tournant : l’obsession est devenue omniprésente et préfigure la « mentalité de la terreur » (170).

33L’historien américain a par contre apporté quelques correctifs à l’étude classique de G. Lefebvre sur les paniques en province au cours de l’été 1789 (2004b). Il a montré que l’idée du complot aristocratique ne constituait pas le principal moteur à l’origine de la Grande peur traversant le pays. En effet, si la peur du brigand et du brigandage est largement véhiculée, évoquant les craintes vis-à-vis l’effondrement de l’autorité et de l’ordre public, les sources ne parlent que très rarement d’une connexion avec les aristocrates. Ce n’est qu’après les faits que l’explication par le complot sera associée aux événements de l’été 1789. L’idée de complot se trouve donc en aval comme discours justificatif et non en amont comme catalyseur et multiplicateur de l’action. Si c’est vrai pour la province, on ne peut pas en dire autant pour la prise de la Bastille.

34On peut résumer les grandes lignes du paradigme classique en disant qu’il établit trois types de liens : 1) circonstances et peur ; 2) peur et violence populaire ; 3) mentalité révolutionnaire et Terreur. La peur du complot, qui apparaît durant des moments critiques (fuite du roi, défaites militaires, contre-révolution, guerre civile, assassinats politiques) mobilise une communauté et la pousse à agir afin d’assurer sa survie devant une menace jugée imminente. La violence se présente comme le moyen privilégié pour assurer sa survie, sa défense et pour punir ses ennemis, c’est-à-dire ceux qui incarnent le mal. En les éliminant, la communauté entend résoudre une crise qui secoue violemment la société. La mort de l’autre, du conspirateur, est ainsi un facteur de cohésion qui surmonte le climat angoissant. La Terreur constitue à la fois le prolongement de la violence populaire par l’État et son antidote, en la canalisant et en posant des bornes à l’exception souveraine.

35Passons maintenant à l’approche critique. Les textes de F. Furet sur la question sont loin de rejeter une telle conception. Il dit bien, à l’instar de l’historiographie classique, que le complot aristocratique représente « une des figures centrales de la mentalité révolutionnaire » (1992 : 295). Il établit aussi un lien entre ce trait de mentalité et les origines de la Terreur. Mais l’analyse va plus loin en dégageant la nature et les fonctions proprement politiques du nouveau discours qui émerge avec l’idéologie révolutionnaire et la culture politique démocratique. L’idée de complot apparaît au moment où le pouvoir, devenu libre et vacant, se déplace du roi vers le peuple (1978 : 81-102). Au moment, en fait, où naît l’idéologie démocratique ; elle en constitue une composante essentielle. L’idéal égalitaire, fondement de cette nouvelle conscience révolutionnaire, est couplé avec son principe contraire : le complot aristocratique qui est le « seul adversaire qui soit à sa mesure » étant « abstrait, omniprésent et matriciel ». L’idée de complot est ainsi un « discours imaginaire sur le pouvoir » (1978 : 92) fondé à la fois sur l’intégration autour du peuple et sur l’exclusion de l’ennemi incarné par l’aristocrate. Elle se révèle en réalité une arme politique comme le prétendait déjà Guizot au XIXe siècle, c’est-à-dire un moyen de conquérir ou de préserver le pouvoir réel (Guizot, 1984). C’est le moyen par lequel le génie de Robespierre se déploie : « cet alchimiste de l’opinion révolutionnaire transforme les impasses logiques de la démocratie directe en secrets de la domination » (Furet, 1978 : 95). Avec la mort de l’Incorruptible, c’est tout le discours imaginaire sur le pouvoir qui meurt, qui devient obsolète. Le 9 Thermidor marque le passage, selon F. Furet, de la légitimité révolutionnaire, qui unissait le peuple à ses représentants dans un tout mythique, à la légitimité représentative qui met fin au pouvoir reposant sur la volonté générale.

36Patrice Gueniffey, élève de F. Furet, a également placé la peur du complot dans l’inventaire des origines de la Terreur. Il constate, comme de nombreux historiens avant lui, que c’est « un trait caractéristique de la mentalité révolutionnaire » (2000 : 62). Plus qu’un discours imaginaire sur le pouvoir, la crainte du complot est une passion négative fondamentale qui définit, par ce qu’elle rejette (l’aristocratie, les privilèges, les inégalités, le despotisme), les contours de la nation. Elle est ainsi un « vecteur par lequel nation se constitue et prend conscience d’elle-même » (2000 : 65). Contrairement à l’historiographie classique, P. Gueniffey fait une distinction plus nette entre la violence populaire et la Terreur, notamment sur le nombre de protagonistes en jeu. La violence populaire met en scène deux acteurs, la foule et la victime. La mort du coupable est la seule fin poursuivie par les émeutiers ; sa mort « épuise la signification de la violence » (2003 : 157-163 ; 2000 : 25). Dans le cas de la Terreur, la punition et l’élimination de la victime répondent à une stratégie et à un calcul politiques. La violence constitue un instrument et une arme psychologique qui visent à terroriser et à paralyser globalement les capacités de l’ennemi. La victime n’est donc pas la cible principale de cette relation à trois acteurs. Il faut néanmoins apporter quelques nuances à cette interprétation, qui a le grand mérite de mettre en lumière la dimension tripartite de la politique terroriste. La mort de l’autre épuise en effet la signification de la violence pour la foule mais pas nécessairement pour ses porte-parole, qui verront dans la violence populaire un moyen pour terroriser et jeter l’effroi sur les complices et les ennemis de la patrie. Cette violence est ainsi idéologisée et instrumentalisée à des fins politiques.     

37De ce détour historiographique, on peut conclure que les deux écoles ont développé des lectures différentes de la violence et de l’idée de complot. L’approche classique a insisté sur les effets de la peur dans la dynamique de la violence populaire, alors que l’approche critique a privilégié l’étude des effets idéologiques du nouveau discours révolutionnaire. Les deux types d’analyse ne sont pas pour autant irréconciliables, bien au contraire. Ils jettent un éclairage différent sur un phénomène complexe qu’il convient ici d’envisager dans sa globalité.

L’imaginaire du complot : fonctions et archétypes

  • 7  En recoupant des formes trop variées, Pierre-André Taguieff (2005 : 19-22) juge peu satisfaisante (...)
  • 8  Il faut prendre le terme simpliste avec précaution, car les théories du complot peuvent parfois co (...)

38Plusieurs notions sont utilisées pour évoquer l’imaginaire du complot : théorie du complot, mythe du complot, peur du complot, obsession du complot, idée de complot, mentalité du complot, causalité diabolique, etc. Cette hétérogénéité s’explique principalement par la complexité du phénomène7. La désignation de l’objet divergera en fonction des caractéristiques auxquelles on fera référence. On parle de peur et d’obsession pour illustrer son aspect affectif et émotionnel. On utilise la notion de théorie ou de thèse pour mettre en évidence la nature systématique et ordonnée du phénomène. Les termes mythe, mythologie et imaginaire renvoient à des structures de l’esprit qui se manifestent sur la longue durée. Chaque terme dévoile donc une facette du phénomène étudié. Pris globalement, ces différentes notions font néanmoins référence au même objet d’étude, que nous définissons comme étant un mode d’explication et de représentation simpliste8, manichéen et dramatisé de la réalité par lequel un sujet interprète les événements comme le résultat d’un pouvoir caché formé d’ennemis étrangers à la communauté politique.

39Avant d’aller plus loin, il est important de faire une autre précision conceptuelle. L’utilisation du terme imaginaire du complot ne suppose pas une analyse fondée sur des critères de vérité (vrai / faux) ou de réalité (réel / non-réel). Nous rejetons par exemple la définition du politologue américain Daniel Pipes, qui réduit la théorie du complot à la peur d’un complot inexistant (1997 : 21). La thèse d’un complot maçonnique, illuminé, protestant ou juif à l’origine de la Révolution n’a bien sûr aucune crédibilité scientifique. Là n’est pas la question. Mais au cours de l’histoire, de réels complots ont eu lieu, comme le Watergate, il s’avère donc difficile de discréditer en soi la théorie du complot. Elle demeure valide pour certains événements, qui ont pu avoir une portée historique considérable, comme l’a montré notamment Charles Pigden (1995). D’ailleurs, il n’est pas toujours possible, nous dit Brian L. Keeley (1999), d’établir des critères fiables qui nous permettent, en tout temps, de distinguer les thèses fondées de celles non fondées.

  • 9  Voici une liste non exhaustive : Taguieff (2005) ; Knight (2000) ; Fenster (1999) ; Pipes (1997) ; (...)
  • 10  Cette distinction représente le fondement du politique selon Schmitt (1992 : 64). « La distinction (...)

40Revenons maintenant à notre propos général. Une riche littérature scientifique tant francophone qu’anglophone a montré les multiples fonctions (explicative, mobilisatrice, politique, normative, justificatrice) de l’imaginaire du complot, abordées différemment par les deux approches historiographiques9. Le complot comme système de représentations permet de donner sens à des événements complexes qui échappent à la compréhension. Il répond ainsi à un besoin social, à une angoisse : expliquer l’inexplicable. Il a ensuite un rôle de mobilisation, de moteur d’action et de « stimulateur d’énergies d’une exceptionnelle puissance » (Girardet, 1986 : 13-14). L’imaginaire du complot a également des fonctions politiques. Il permet de distinguer l’ami de l’ennemi10 et, de ce fait, de discriminer l’adversaire représenté en conspirateur. C’est ainsi une arme politique. Il remplit aussi une fonction normative qui consiste à tracer le chemin à suivre en disant ce qui est bien et ce qui est mal, ce qui est prescrit et ce qui est interdit. Le complot comme discours normatif a une résonnance fortement identitaire. Enfin, il a une fonction justificative. L’idée de complot sert à légitimer des actions passées ou à venir, des actions qui sont souvent de nature violente. Elle permet alors de masquer le sang coulé et de le justifier au nom de la nécessité et du danger représenté par la conspiration.

  • 11  Comme l’indique D. Groh, les théories de complot ne portent pas « l’empreinte d’une époque » (1988 (...)

41La puissance de l’imaginaire du complot comme phénomène structurel11 de nos sociétés anciennes et modernes s’explique essentiellement par les trois archétypes autour desquels il est constitué : l’altérité, la dualité et l’unité. À mi-chemin entre l’histoire et l’anthropologie, Lucian Boia définit, en s’appuyant sur la théorie de Gilbert Durant (1992), les archétypes comme « une constante ou un penchant essentiel de l’esprit humain. C’est un schéma organisateur, un moule, dont la matière change mais dont les contours restent » (1998 : 17). Les archétypes ont une histoire, ils prennent des visages distincts à travers le temps, mais ils ont la vie dure et s’adaptent aux époques. L’altérité constitue en fait le rapport fondamental entre nous et les autres, rapport qui fonde les contours identitaires d’une communauté. La relation est négative quand l’autre devient un étranger, au sens fort du terme, celui qui brouille les frontières de l’ordre social, culturel, politique et civilisationnel. Le thème du complot met en jeu cette altérité radicale et négative, où l’autre est fortement déprécié, diabolisé, déshumanisé. Elle suppose une vision binaire et polarisée : il y a nous et eux, il y a les amis et les ennemis de la Révolution. Enfin, la peur du complot, du renversement de l’ordre politique et culturel, renvoie au fond à un désir fondamental de vivre dans une société unie.

42Cette courte présentation des fonctions et des archétypes de l’imaginaire du complot nous servira à analyser maintenant l’ensemble des mécanismes de la violence populaire, considérée comme un continuum. Notre approche est valide autant pour observer la montée de la peur que pour décortiquer le processus de justification et de mythification du sang versé par la foule révolutionnaire.  

Vers un pont théorique…

43Du récit de la prise de la Bastille, on constate d’abord que le modèle classique fondé sur la trilogie de la mentalité révolutionnaire (peur, réaction défensive et volonté punitive) s’applique parfaitement aux troubles parisiens. La montée de la peur (« méfiance », « alarmes », « craintes », « on attend »), qui s’observe au tournant du mois de juillet 1789, se transforme en panique au moment où les habitants de Paris apprennent le renvoi de Necker. Comme l’avait déjà observé G. Lefebvre dans les années 1930, la peur se transmet, surtout dans une société d’Ancien Régime appuyée sur une forte tradition orale, par la voie de la conversation (1988 : 253). Elle constitue le principal support de la rumeur (« bruits », « murmures », « mots », « on parle », « dit-on ») qui identifie « une sociabilité de l’oral », comme l’ont montré Arlette Farge et J. Revel, (1988 : 102). Elle fixe une histoire et invite à l’action. Elle précise la peur latente du complot et permet de la diffuser à travers la capitale.

  • 12  Dans leur correspondance respective, Ruault et Babeuf parlent d’un peuple qui se fait justice lui- (...)

44La réaction défensive (comité permanent à l’Hôtel de ville et armement de la population) évolue rapidement en volonté punitive, qui s’exprime à travers la violence populaire. Ce spectacle sanguinaire, ce « théâtre d’atrocités dégoûtantes » selon Ruault (1976 : 159), où les corps sont mutilés et présentés à la foule, constitue des formes de justice populaire expéditives mues par le désir de vengeance et la volonté de punir les coupables12. Cette violence s’inscrit dans le processus, analysé par S. Wahnich (2003), qui permet de retourner les effets de l’effroi. On passe ainsi de « l’être terrorisé » à « l’être en colère ».

45La violence populaire obéit aussi à certaines logiques scéniques qui revêtent ici une portée symbolique particulière (Guilhaumou, 1998 : 87-96). Elles représentent une marque de souveraineté, de pouvoir régalien, délaissée par les autorités. On montre la mort comme la justice royale la montrait : sur la place publique, aux yeux de tous. Cette mise en scène violente se veut pédagogique en définissant et en punissant le mal politique par excellence : la trahison et la conspiration. Elle dissuade en terrorisant et en jetant l’effroi sur les complices ou les auteurs de ces forfaits terribles. On retourne donc les effets de la peur sur les ennemis du peuple. L’auteur de l’Exécrable conspiration contre le roi et la nation dira que la « simple lanterne attachée à la Grève », a mis en déroute les principaux accusés, saisis de frayeur (Anonyme, a, 1789 : 6).

46La mise en scène crée aussi un lien identitaire, forgé dans le sang. La participation à la violence montre l’unanimité des sentiments et la profondeur de l’accord politique, menacées par la dissolution de l’autorité. Elle apaise les tensions et rétablit l’harmonie (Corbin, 1990 : 78-79 ; 135-136). La violence rétablit l’unité par la mort de l’autre, qui a pris les traits du conspirateur et de l’ennemi du peuple. Le sang publicisé fabrique du consensus, « responsabilise » les participants et les spectateurs, et absout par conséquent tout le monde : les responsabilités individuelles se fondent dans l’action de la masse.

47L’idée de complot aristocratique sert ici des fonctions précises. Elle permet tout d’abord d’expliquer ce qui s’est passé, tout en attribuant des responsabilités aux auteurs des crimes politiques dénoncés : la Cour, les Princes, les nobles, les Grands, les Ministres. Du coup, l’existence du complot vient absoudre, à nouveau, les violences populaires dirigées contre des coupables impunis. Le discours sur la conspiration comporte ainsi une dimension fortement justificatrice. C. Lucas a montré la dualité de la violence dans le discours révolutionnaire : elle peut représenter à la fois la dissolution ou la fondation (1994 ; 1988). Les furies populaires, qui ont choqué a priori l’élite bourgeoise, ont été légitimées après coup en fonction de cette thématique du complot : à la violence potentielle des conspirateurs répond la violence populaire, à la fois instrument de défense et de justice.

48Le procédé rhétorique correspond d’une certaine façon au processus de mythification de la violence observé par René Girard dans La violence et le sacré (1998). Selon lui, le mythe instituant le sacrifice masque le meurtre collectif, la violence fondatrice qui est venue résoudre la crise originelle de la communauté. La crise est résolue par le sacrifice réel d’une victime émissaire. Le sacré, c’est la violence, c’est également son voile. Le mythe apparaît ainsi après la violence, qui est légitimée et masquée au nom d’une conspiration existante et menaçante. En fait, on peut dire à la suite d’Arno Mayer que toute violence fondatrice se pare d’« un récit de justification symbolique » (2002 : 73).

49Ce type de discours sur le complot va plus loin en traçant les contours, par la négative, de la nation naissante, célébrée par la venue du roi (Gueniffey, 2000 : 65). L’idée de complot participe à ce que Benedict Anderson appelle l’imaginaire national, c’est-à-dire la capacité qu’a une communauté politique à s’inventer, à se créer, à s’imaginer (2002 : 18-21). Le complot aristocratique représente le contraire du nouvel idéal national fondé sur la liberté, l’égalité, la souveraineté populaire, la paix, la loi, la Constitution et l’unité. Comme l’a montré F. Furet (1978), elle est une composante essentielle de la nouvelle idéologie démocratique. D’après les récits du complot, les grands aristocrates voulaient maintenir les privilèges par un système tyrannique, despotique et barbare, qui aurait détruit l’Assemblée nationale proclamée par le Tiers État. La population française en aurait ainsi été réduite à l’état d’esclavage, rien de moins. Le complot consistait donc à mettre un terme au vent de réforme qui soufflait sur le royaume par un projet contraire, violent, liberticide, « antipopulaire » et « antinational ».

50La force de ces représentations est d’articuler les trois archétypes décrits dans la troisième partie. L’idée de complot met ainsi en œuvre un discours manichéen au sein duquel s’affrontent le peuple patriote, forcément bon, et les grands nobles, mauvais et « antipatriotes » par nature. L’aristocrate devient une figure du mal, un monstre reptilien sans humanité (Anonyme, e, 1789 : 7). Il n’y a plus que nous (la nation, l’Assemblée nationale et le roi) et eux (les aristocrates, les nobles, les princes, les grands, la Cour, les ministres). Cette dichotomie radicale fonde les contours identitaires de la nouvelle communauté politique, qui a rejeté les valeurs de la société d’Ancien Régime, représentées par la Bastille. Par ce rejet et par l’exclusion symbolique des aristocrates hors du corps national, elle entend retrouver l’unité et l’harmonie du royaume, menacées par la division voulue par les conspirateurs. Ces derniers représentent à la fois une menace à cette union en incarnant la division, l’anarchie et la guerre civile, et une façon de la penser, de la dire et de la vivre. Par la représentation de l’autre, qui prend les traits de l’ennemi conspirateur transgressant les valeurs politiques, sociales et humaines, les révolutionnaires peuvent tracer les bornes normatives du nouvel ordre sociétal.

Conclusion

51Les approches classique et critique se conjuguent pour interpréter la séquence politique qui culmine avec la prise de la Bastille. La peur du complot a produit la violence qui a elle-même produit un discours justificatif mettant en scène le complot aristocratique. À l’origine de la prise de la Bastille se trouvent en effet la peur et l’angoisse qui prennent un visage de plus en plus précis à mesure que se joue la joute entre l’Assemblée nationale et le roi au sujet des troupes concentrées autour de la capitale et de Versailles. La Cour, le comte d’Artois et la reine sont accusés de vouloir dissoudre l’Assemblée nationale et dominer Paris. Le renvoi de Necker confirme, selon la population parisienne, les pires craintes qui circulent depuis quelques jours. La peur initiale se mue alors en panique, puis en volonté de punir les coupables, d’où les différentes scènes sanguinaires qui ponctuent la violence populaire. Dans le contexte de l’après-Bastille, l’idée de conspiration devient centrale au discours révolutionnaire qui entend interpréter les événements qui ont secoué la capitale du royaume. En amont ou en aval du 14 juillet, elle joue donc un rôle important. Moteur et catalyseur de la peur, elle devient un outil de justification, d’explication et d’expression des nouvelles valeurs qui permettent la constitution d’un nouvel imaginaire national. La nation française émerge à travers ce processus complexe.  

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sources

ANONYME (a), [1789], Exécrable conspiration contre le roi et la nation, [Paris].

ANONYME (b), [1789], L’ouvrage des six jours ou Lettre d’un membre du district des Feuillans, à son ami, sur la révolution de Paris, [Paris].

ANONYME (c), [1789], Paris sauvé ou Récit détaillé des Événemens qui ont eu lieu à Paris, depuis le dimanche le 12 juillet 1789, une heure après-midi jusqu’au Vendredi suivant au soir.

ANONYME (d), [1789], Découverte de la conjuration.

ANONYME (e), [1789], Le serpent écrasé ou le despotisme aux abois.

ANONYME (f), [1789], Le tombeau du despotisme, ou Le crépuscule du bonheur, Paris.

ANONYME (g), [1789], La conjuration découverte, [Paris].

ANONYME (h), [1789], Il étoit temps, ou La semaine aux événemens.

Archives parlementaires de 1787 à 1860. Recueil complet des débats législatifs et politiques des Chambres françaises, depuis 1867, Première série, 1789-1799, Paris, Dupont, puis CNRS, vol. 8.

BABEUF, Gracchus, 1988, Écrits, Paris, Messidor / Éditions sociales.

BAILLY, Jean-Sylvain, 2004, Mémoires d’un témoin de la Révolution ou Journal des faits qui se sont passés sous ses yeux, et qui ont préparé et fixé la Constitution française, Clermont-Ferrand, Paléo, t. 1.

CARACCIOLI, Louis-Antoine, [1789], La capitale délivrée par elle-même.

DESMOULINS, Œuvres de Camille Desmoulins, 1972, New York, AMS Press. Édition originale 1838, Paris, Ébrard, tome second.

FIECHTER, Jean-Jacques, 1983, Un diplomate américain sous la Terreur, Les années européennes de Gouverneur Morris, 1789-1798, Paris, Fayard.

La MAISONFORT, Louis Dubois Descours, 2004, Mémoires d’un agent royaliste, sous la Révolution, l’Empire et la Restauration, 1763-1827, Menil-Sur-L’Estrée, Mercure de France.

MIRABEAU, Discours, 1973, Paris, Gallimard.

PORRO, François-Daniel, 1789, Adresse à tous les citoyens de Paris, [Paris].

RUAULT, Nicolas, 1976, Gazette d’un Parisien sous la Révolution, Lettres à son frère. 1783-1796, Paris, Librairie Académique Perrin.

STAËL, Germaine de, 1983 (1818), Considérations sur la Révolution française, Paris, Tallandier.

SOULÈS, Antoine-Prosper, 1789, Événemens de Paris ou procès-verbal de ce qui s’est passé en ma présence, depuis le 12 juillet 1789.

Études

ANDERSON, Benedict, 2002 (1983), L’imaginaire national, Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte.

BOIA, Lucian, 1998, Pour une histoire de l’imaginaire, Paris, Les Belles Lettres.

CHAUSSINAND-NOGARET, Guy, 1988, La Bastille est prise, La Révolution française commence, Paris, Complexe.

CORBIN, Alain, 1990, Le village des « cannibales », Paris, Flammarion.

CUBITT, Geoffrey, 1989, « Conspiracy Myths and Conspiracy Theories », Journal of the Anthropological Society of Oxford, 20, 1 : 12-25

DAVIS, David Brion, 1971, The Fear of Conspiracy, Images of Un-American Subversion from the Revolution to the Present, Ithaca and London, Cornell University Press.  

DURANT, Gilbert, 1992 (1969), Les structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod.

FARGE, Arlette et Jacques REVEL, 1988, Logiques de la foule, L’affaire des enlèvements d’enfants, Paris 1750, Paris, Hachette.

FENSTER, Mark, 1999, Conspiracy Theories, Secrecy and Power in American Culture, Minneapolis, The University of Minnesota Press.

FURET, François et Denis RICHET, 1998, La Révolution française, Paris, Hachette.

FURET, François, 1992, « Terreur » : 293-316, dans François Furet et Mona Ozouf (dir.), Dictionnaire critique de la Révolution française, Événements, Paris, Flammarion.

FURET, François, 1978, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard.

GAUCHET, Marcel, 1985, « Le démon du soupçon », L’histoire, décembre, 84 : 48-56.

GIRARD, René, 1998 (1972), La violence et le sacré, Paris, Hachette.

GIRARDET, Raoul, 1986, Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil.

GODECHOT, Jacques, 1989 (1965), La prise de la Bastille, 14 juillet 1789, Paris, Gallimard.

GROH, Dieter, 1988, « La tentation des théories de conspiration », Histoire de l’historiographie, 14 : 96-118

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

GUENIFFEY, Patrice, 2003, « Généalogie du terrorisme contemporain », Le Débat, septembre-octobre, 126 : 157-173.
DOI : 10.3917/deba.126.0157

GUENIFFEY, Patrice, 2000, La politique de la Terreur. Essai sur la violence révolutionnaire, 1789-1794, Paris, Fayard.

GUILHAUMOU, Jacques, 1998, L’avènement des porte-parole de la République (1789-1792), essai de synthèse sur les langages de la Révolution française, Paris, Septentrion.

GUIZOT, François, 1984 (1822), Des conspirations et de la justice politique, De la peine de mort en matière politique, Paris, Fayard.

HOFSTATDER, Richard, 1996 (1964), The Paranoid Style in American Politics, and Other Essays, Cambridge, Harvard University Press.

IKNI, Guy-Robert, 1989, « Complot aristocratique » : 274. Dans Jean-René Suratteau et François Gendron (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, PUF.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

KEELY, Brian L., 1999, « Of Conspiracy Theories », The Journal of Philosophy, XCVI, 3 : 109-126.
DOI : 10.2307/2564659

KNIGHT, Peter, 2000, Conspiracy Culture, From the Kennedy Assassination to The X-Files, Routledge, London et New York.

LACLAU, Ernesto, 2008 (2005), La raison populiste, Paris, Seuil.  

Le BON, Gustave, 2003 (1895), Psychologie des foules, Paris, PUF.

LEFEBVRE, Georges, 1988, La Grande peur de 1789 [1932], suivi de Les Foules révolutionnaires [1934], présentation de Jacques Revel, Paris, Armand Colin.

LEFEBVRE, Georges, 1970, Quatre-vingt-neuf, Paris, Éditions sociales.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

LEFEBVRE, Georges, 1963, La Révolution française, Paris, PUF.
DOI : 10.3406/ahrf.1985.1095

LUCAS, Colin, 1988, « Revolutionary Violence, The People and the Terror » : 57-79. Dans Keith Michael Baker (dir.), The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, volume 4 : The Terror, Oxford, New York, Pergamon Press.

LUCAS, Colin, 1994, « Violence urbaine et répression à l’époque révolutionnaire » : 85-92. Dans Bruno Benoit (dir.), Ville et Révolution française, Presses universitaires de Lyon, Lyon.

LÜSEBRINK, Hans-Jürgen et Rolf REICHARDT, 1986, « La prise de la Bastille comme événement total. Jalons pour une théorie historique de l’événement de l’époque moderne » : 77-102. Dans L’événement, Aix-en-Provence, Université de Provence.

MAYER, Arno J., 2002, Les Furies, 1789-1917. Violence, vengeance, terreur, Paris Fayard.

MAZAURIC, Claude, 1989, « Terreur » : 1020-1025. Dans Jean-René Suratteau et François Gendron, (dir.), Dictionnaire  historique de la Révolution française : 1020-1025. Paris, PUF.

MEYSSAN, Thierry, 2002, 11 septembre 2001. L’effroyable imposture, Chatou, éditions Carnot.

MICHELET, Jules, 1952, Histoire de la Révolution française, tome 1, vol. 1, Paris, Gallimard.

MÜNCH, Philippe, 2008, Le pouvoir de l’ombre : l’imaginaire du complot durant la Révolution française (1789-1801), Québec, Paris, Université Laval, École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

PIGDEN, Charles, « Popper Revisited, or What Is Wrong With Conspiracy Theories ? », Philosophy of the Social Sciences, vol. 25, no 1, mars 1995, pp. 3-34.
DOI : 10.1177/004839319502500101

PIPES, Daniel, 1997, Conspiracy, How the Paranoid Style Flourishes and Where it Comes From, New York, The Free Press.

QUINET, Edgard, 1987, La Révolution, Paris, Belin.

RUDÉ, Georges, 1982 [1959], La foule dans la Révolution française, Maspero, Paris.

SCHMITT, Carl, 1992, La notion de politique. Théorie du partisan, Paris, Flammarion.

SOBOUL, Albert, 1988, La Civilisation et la Révolution française, Paris, Arthaud.

TACKETT, Timothy, 2004, Le roi s’enfuit, Varennes et l’origine de la Terreur, Paris, La Découverte.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

TACKETT, Timothy, 2004, « La Grande peur et le complot aristocratique sous la Révolution française », AHRF, 1 : 1-17.
DOI : 10.3406/ahrf.2004.2687

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

TACKETT, Timothy, 2000, « Conspiracy Obsession in a Time of Revolution : French Elites and the Origins of the Terror : 1789-1792 », American Historical Review, 105, 3 : 691-713.
DOI : 10.2307/2651806

TAGUIEFF, Pierre-André, 2005, La Foire aux Illuminés. Ésotérisme, théorie du complot, extrémisme, Paris, Mille et une nuits.

TAINE, Hippolyte, 1986, Les origines de la France contemporaine, vol. 1, L’anarchie spontanée, Paris, Robert Laffont.

VOVELLE, Michel, 1985, La mentalité révolutionnaire, Paris, Éditions sociales.

WAHNICH, Sophie, 2008, La longue patience du peuple. 1792. Naissance de la République, Paris, Payot.

WAHNICH, Sophie, 2003, La liberté ou la mort. Essai sur la Terreur et le terrorisme, Paris, La Fabrique.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

WAHNICH, Sophie, 2002, « De l’économie émotive de la Terreur », Annales HSS, juillet-août, 4 : 889-913.
DOI : 10.3406/ahess.2002.280085

WINOCK, Michel, 1988, 1789, l’année sans pareille, Paris, Olivier Orban.

Haut de page

Notes

1  Au cours du printemps, l’historien dit bien que « des bandes se forment autour de la capitale, comme dans les contrées où la société humaine n’a pas encore commencé ou a cessé d’être » (331).

2 C’est la thèse défendue par l’historien Georges Rudé (1982), qui a insisté sur les mobiles économiques (les conditions d’existence) pour expliquer les principales journées révolutionnaires.

3  Cet article est tiré essentiellement de la première et de la troisième parties de notre thèse (2008).

4  Cette partie sur le comportement de la foule comporte une difficulté méthodologique puisque nous n’avons pas accès aux représentations directes de cet acteur collectif. Il s’agit donc de procéder indirectement à partir des discours des porte-parole, c’est-à-dire de ceux qui parlent au nom du peuple. C’est à travers ce prisme déformé, qui donne un sens à l’action populaire, qu’il sera possible de trouver, en recoupant différents témoignages, des indices et des traces sur les motivations de la foule.

5  Ci-après pour les Archives parlementaires : AP.

6  Voir la préface de M. Vovelle à l’ouvrage de T. Tackett (2004a : 8).

7  En recoupant des formes trop variées, Pierre-André Taguieff (2005 : 19-22) juge peu satisfaisante l’appellation théorie du complot. Elle peut prendre selon lui quatre sens : la peur du complot, l’idée du complot, l’idéologie du complot, le mythe du complot. Si ces distinctions conceptuelles ont le mérite de souligner les multiples dimensions du phénomène, elles demeurent néanmoins artificielles. Même réduit à sa plus simple expression qui est la peur, la théorie du complot suppose un principe de causalité et donc un modèle d’intelligibilité. La peur et l’idée du complot renvoient dans les faits au même objet d’étude.        

8  Il faut prendre le terme simpliste avec précaution, car les théories du complot peuvent parfois complexifier davantage la réalité. C’est le cas notamment avec le 11 septembre 2001. La thèse de Thierry Meyssan (2002), qui défend l’idée d’un complot intérieur orchestré par le gouvernement américain, s’avère in fine plus difficile à saisir que la version officielle des faits : un attentat préparé et commis par Al-Qaeda. Aussi, Ernesto Laclau a bien montré, par son analyse du populisme, que la logique de la simplification et de l’imprécision est propre à la « politique tout court » (2008 : 32).

9  Voici une liste non exhaustive : Taguieff (2005) ; Knight (2000) ; Fenster (1999) ; Pipes (1997) ; Cubitt (1989) ; Groh (1988) ; Girardet (1986) ; Gauchet (1985), Davis (1971) ; Hofstatder (1996). Pour une liste plus détaillée, nous renvoyons le lecteur à la bibliographie de notre thèse (2008 : 721-779).

10  Cette distinction représente le fondement du politique selon Schmitt (1992 : 64). « La distinction spécifique du politique, à laquelle peuvent se ramener les actes et les mobiles politiques, c’est la discrimination de l’ami et de l’ennemi. Elle fournit un principe d’identification qui a valeur de critère, et non d’une définition exhaustive ou compréhensive ».

11  Comme l’indique D. Groh, les théories de complot ne portent pas « l’empreinte d’une époque » (1988 : 107). C’est un phénomène de longue durée qui traverse les différentes périodes de l’histoire. Une quête des origines est ainsi vaine pour un objet d’étude qui s’enracine structurellement dans l’esprit humain. L’avènement de la démocratie a par contre favorisé le développement de l’imaginaire du complot en perturbant les repères traditionnels, en privilégiant un idéal de la transparence et en fragilisant le pouvoir, désormais humain et non plus transcendant.

12  Dans leur correspondance respective, Ruault et Babeuf parlent d’un peuple qui se fait justice lui-même. Si le premier auteur désapprouve fortement cette « rage populaire », préférant l’établissement d’un tribunal
(1976 : 158-159), le second justifie l’anéantissement des coupables en déplorant la cruauté d’une violence populaire mise toutefois sur le compte de « mauvaises mœurs » façonnées par les autorités : « Les maîtres, au lieu de nous policer, nous ont rendus barbares, parce qu’ils le sont eux-mêmes » (1988 : 144).  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Münch, « La foule révolutionnaire, l’imaginaire du complot et la violence fondatrice : aux origines de la nation française (1789) », Conserveries mémorielles [En ligne], #8 | 2010, mis en ligne le 25 septembre 2010, consulté le 29 juin 2016. URL : http://cm.revues.org/725

Haut de page

Auteur

Philippe Münch

est chercheur postdoctoral à l‘Institut d‘histoire de la Révolution française de l‘Université de Paris 1, Sorbonne. Il détient un doctorat en histoire et en études politiques de l‘Université Laval (Québec) et de l‘École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris). Sa thèse de doctorat était sur l‘imaginaire du complot dans la Révolution française.
Philippe Münch is a postdoctoral researcher at the Institut d‘histoire de la Révolution française (Université de Paris 1, Sorbonne). He holds a PhD in History and Political Studies from Laval University (Québec) and the École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris). His doctoral dissertation was on the imaginary of conspiracy in the French Revolution.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org