Navigation – Plan du site

Vers une écologie des foules1

Steps to an Ecology of Crowds
Van Troi Tran

Texte intégral

  • 1  Outre évidemment les auteurs ayant contribué à ce numéro, je remercie Tanja Barazon pour son suppo (...)

1Les résidents de la ville de Québec savent que, malgré la poésie des printemps fleuris et des automnes en couleurs, le cycle météorologique annuel peut macroscopiquement se réduire à deux saisons, la chaleur estivale et le froid glacial hivernal, qui, inévitablement, correspondent directement à deux climats sociaux très distincts : l’animation qui se déploie au grand air lors des quelques semaines estivales fait contraste avec le silence blanc qui recouvre les artères de la ville lors des longs mois hivernaux. Évidemment, on nous rappellera que les rythmes sociaux de la capitale québécoise sont plus complexes et qu’il serait aisé de consigner une panoplie de contre-exemples pour quiconque désireux d’explorer l’histoire ou la sociologie des manifestations collectives d’une ville, d’ailleurs célèbre pour son carnaval hivernal, attaque thermique de proximité humaine au cœur de la semaine la plus froide de l’année.

2Dans l’Opinion et la foule, le sociologue Gabriel Tarde se permettait de souligner, à la fin du XIXe siècle, le constat général que la vulnérabilité aux aléas du climat était l’une des caractéristiques distinguant clairement les foules, rassemblements humains primitifs, des « publics » qui émergent par la prolifération de nouvelles médiations. Il a sans nul doute visité les grandes Expositions universelles qui ont fait vibrer l’espace parisien en 1889 et 1900, et peut-être était-il sur les lieux, dans les premiers jours de juin 1889 quand le ciel se déchaîne et déverse un violent orage sur le site, semant ainsi le chaos sur la foule des visiteurs qui doit se disperser dans l’urgence. Lisons la chronique du Bulletin officiel de l’Exposition universelle de 1889, datée du 5 juin 1889 :

Au sortir de l’ascenseur, je fis le tour des Galeries extérieures et je constatai que l’orage était déjà au-dessus de nos têtes. J’étais arrivé devant le restaurant russe lorsque la bourrasque se déchaîna, emportant les tables, les serviettes et la vaisselle des tables installées des deux côtés de ce restaurant. Nous étions à l’abri : mais des deux côtés du restaurant le vent soufflait furieusement, avec un bruit formidable, dans les fers de la Tour.
En bas, c’était un spectacle extraordinaire. De toutes les allées et des terrasses du Palais s’élevaient des tourbillons de poussière grise, au milieu desquels on voyait fuir les dîneurs en déroute.
Il s’éleva tant de poussière que, finalement, les pelouses, les parterres et les allées disparurent sous ce nuage jaunâtre. Seules, les pointes des édifices et les toitures des maisons émergeaient de ce cahot fantastique. Le tapage était infernal, la Tour grondait furieusement, et d’en bas nous arrivaient des cris de gens et détresse et le bruissement des arbres pliés sous l’action d’un vent déchaîné.
Après deux ou trois minutes de cette tempête sèche, l’eau est tombée comme versée du haut des nuages : les masses de pluie passaient devant nous à toute vitesse, poussées par le vent. Ce fut la déroute finale pour les dîneurs d’en bas, le désastre !

3Les disparités climatiques des sphères d’existence (Sloterdijk 2006), en viennent alors à se juxtaposer aux disparités sociales, alors que le journaliste cité plus haut, profitant de sa position de surplomb au premier palier de la tour Eiffel et de l’abri que lui procure le luxueux Restaurant russe, se permet d’observer et de relater la scène d’hystérie collective avec ce qui ressemble à un mélange d’empathie et d’amusement. L’environnement policé du restaurant permet d’entretenir le calme et la distance du regard si proche mais pourtant si loin du témoin qui observe de haut la situation d’encombrement où l’individu voit, vit et sent la réduction inexorable de son registre de mouvements et de décisions. Les aléas du climat combinés à l’entassement des corps conduisent à l’empiètement des tenants et aboutissants des actions individuelles pour neutraliser la caractérisation des attributs sociaux des agents concernés (Boltanski 1976). Il est d’ailleurs à cet effet intéressant, si l’on se penche toujours sur la presse parisienne de l’époque, de constater l’importance de la météo dans les comptes-rendus quotidiens des Expositions universelles. En 1900, les chroniques quotidiennes du Petit Journal et du Petit Parisien s’ouvrent presque invariablement par un bref commentaire sur la météo de la veille car les fluctuations du ciel chamboulent inévitablement les rythmes d’affluence, les modes d’occupation des lieux et, en bout de ligne, le succès général de l’événement.

  • 2  L’Exposition universelle de Séville en 1992 s’est d’ailleurs démarquée par la mise en place d’inst (...)
  • 3  Selon la description sur le site du pavillon : « The idea is to transfer visitors to Iceland. The (...)
  • 4  Dans le cas des foules sportives, le travail de Christian Bromberger tend de son côté à montrer le (...)

4J’ai commencé à écrire ces lignes à Québec, après la rédaction d’une thèse sur les Expositions universelles parisiennes de 1889 et 1900, et je complète maintenant à Shanghai l’introduction de ce numéro thématique de Conserveries mémorielles, au cœur de la plus grande exposition universelle de l’histoire et d’une canicule estivale qui rend notamment les fins d’après-midi insupportables. Les appareils de climatisation, photographiés par Latour et Woolgar (1979) aux laboratoires du Salk Institute car ils joueraient un rôle incontournable bien que discret dans la conduite des expériences scientifiques, sont également, à EXPO 2010, une pièce centrale dans le déroulement de la manifestation où les visiteurs sont constamment soumis simultanément à une attente interminable dans les queues pour la visite des pavillons et à l’atmosphère intenable de l’été shanghaien. Il faudrait d’ailleurs peut-être plus justement parler d’un assemblage matériel de dispositifs atmosphériques (auvents, brumisateurs, climatiseurs, ersatz d’éventails gratuitement distribués par les bénévoles de l’EXPO, ombrelles) qui permettent d’entretenir un climat corporellement acceptable pour la foule qui s’entasse à l’entrée des pavillons pour une attente qui peut s’étaler sur plusieurs heures2. À cela s’ajoute évidemment la climatisation à l’intérieur des pavillons, qui dans certains cas participent directement à la mise en scène des référents identitaires nationaux. Le pavillon de l’Autriche recrée une averse de neige sur fond de montagnes tyroliennes, le pavillon de l’Islande représente lui-même un cube de glace et s’efforce de recréer une « atmosphère islandaise » en conserve délibérément un climat frais et déshumidifié3, et le pavillon du Kazakhstan se réserve une « Winter zone » où les activités hivernales sont présentées dans une salle dont la température ambiante est maintenue sous les 10 degrés Celsius. Le contrôle de l’environnement des pavillons permet ainsi de constituer des sanctuaires atmosphériques à l’intérieur desquels se vit l’expérience de l’encombrement4. Le paysage des foules humaines se peuple d’un enchevêtrement matériel touffu de causalités et de virtualités dès lors que l’on situe les phénomènes de rassemblements collectifs à l’intérieur de leurs écosystèmes matériels, climatiques, atmosphériques et affectifs. En d’autres termes, la foule replacée dans son environnement où prolifèrent des lignes d’existence qui s’entrecroisent (Ingold 2007) reprend vie.

Des brumisateurs sont installés sous les allées surélevées de l’EXPO où se réfugient de nombreux visiteurs pour s’abriter du soleil estival.

©photographie : Van Troi Tran

Un refroidisseur installé près des barrières du pavillon de l’Autriche. L’attente pour l’entrée au pavillon en cet après-midi d’août était d’environ 45 minutes.  

©photographie : Van Troi Tran

Les ombrelles ouvertes (dont la nôtre) des visiteurs qui attendent avant de passer sous les auvents et les parasols.

© photographie : Van Troi Tran

L’exposition de l’Autriche s’ouvre sur un panorama du Tyrol agrémenté d’une chute de neige tombant du plafond.

©photographie : Van Troi Tran

La « Winter zone » au pavillon du Kazakhstan.

© photographie : Van Troi Tran

5Relisons à cet effet la description de la foule se pressant à l’entrée d’un stade de baseball dans l’introduction d’Underworld de Don Delillo qui nous dessine un paysage saturé d’objets de toutes sortes, de trajectoires qui s’entrecroisent et de rythmes multiples tout en évoquant la création de possibilités collectives que provoque la composition de la foule :

6This is just a kid with a local yearning but he is part of an assembling crowd, anonymous thousands off the buses and trains, people in narrow columns tramping over the swing bridge above the river, and even if they are not a migration or a revolution, some vast shaking of the soul, they bring with them the body heat of a great city and their own small reveries and desperations, the unseen something that haunts the day—men in fedoras and sailors on shore leave, the stray tumble of their thoughts, going to a game (Delillo 1997 : 11).

7Considérée sous cet angle, la géographie affective d’une foule se traduit plutôt par un décentrement de la subjectivité, non pas pour l’effacer selon le schéma classique de la psychologie des foules, mais pour la distribuer à travers une multiplicité dynamique de canaux qui dépassent les composantes strictement humaines ou sociales de l’événement (Thrift 2009). La courte mise en situation d’une rencontre avec une foule sur un trottoir urbain décrite par Erin Manning dans Relationscapes suffit à nous présenter le phénomène sous l’angle d’un jeu constant de forces et de différences, où se mêlent littéralement les existences :

  • 5  À « walking in » et « walking with », Tim Ingold rajouterait probablement « walking along ».

8Now take a sidewalk and add walking: you are moving quickly, trying to get through the crowd to catch the bus. You have two blocks to navigate, and the crowd makes it difficult. You weave through the people, taking bigger and smaller steps, looking for holes and then filling them, inhabiting them momentarily before they close. Hopefully no child, friend, or lover is lagging behind: sidewalk holes are rarely big enough for two people. And yet walking ‘alone’ does not exist. Walking in/with the world5: the only kind of walking (Manning 2009 : 47, nous soulignons).

9Si traditionnellement la foule menace par sa charge matérielle, son excès de corps qui réduit les capacités et les potentialités individuelles, sa spatialité est pourtant rarement considérée dans les schémas classiques de la psychologie collective. Il y a finalement lieu de s’étonner que bien que Gustave Le Bon fasse un riche usage de métaphores corporelles et médicales dans ses descriptions, il a somme toute fort peu, sinon rien, à nous dire sur l’aspect matériel, corporel, sensoriel et géographique des foules, en d’autres termes sur l’écologie des foules. Cependant, s’il est aujourd’hui indéniable que les images de foules émanant de la discipline en émergence qu’est la psychologie collective à la fin du XIXe siècle se sont construites à travers certains prismes politiques simplificateurs mélangeant les obsessions d’Hyppolyte Taine aux émotions d’Émile Zola (Barrows 1990, van Ginneken 1992), les mécanismes de constitution de ce champ scientifique de même que les enjeux théoriques qu’il pose méritent d’être explorés. Les deux premières contributions de ce numéro contribuent chacune à problématiser des travaux classiques pour ouvrir chacun de leur côté de nouveaux questionnements heuristiques dans le traitement des foules.

  • 6  Ou, pour reprendre l’expression de Doreen Massey (2005),  le sentiment de « throwntogetherness » c (...)
  • 7  Clark McPhail (1991) s’est également attaché à critiquer chez Le Bon mais aussi chez Park et Blume (...)
  • 8  Ce qui nous ramène au fameux quatorzième chapitre du Masse et puissance de Canetti sur la force de (...)
  • 9  John Plotz (2000) s’efforce d’ailleurs de montrer que bien que l’objet foule demeure en soi évanes (...)

10Dans l’article d’ouverture, Christian Borch revient sur les travaux de Georg Simmel, théoricien peu cité dans les recherches sur la psychologie des foules bien que paradoxalement la postérité de ses travaux dépasse de loin celle de ses homologues français et italiens. L’auteur montre position de Simmel dans l’histoire de la psychologie des foules est d’ailleurs en soi intéressante car elle se situe à un point de transition entre les analyses du caractère destructeur des foules qui marquent les travaux de la fin du XIXe siècle, et l’attention au vitalisme de foule ouvrant les possibilités d’action et repoussant les craintes de la mort, qui se retrouve dans les travaux plus tardifs du XXe siècle, chez Elias Canetti ou, dans une perspective plus pessimiste, Hermann Broch comme le souligne l’auteur dans une autre publication (Borch 2008). Bien qu’inscrivant ses premiers textes dans la continuité de ceux de Sighele, Tarde et Le Bon, dans ses écrits plus tardifs sur les manifestations collectives, Simmel se distinguera de ses prédécesseurs en prêtant attention aux émotions positives pouvant être générées par le contact avec la foule et en proposant ce qu’on pourrait appeler (en termes épistémologiques) une interprétation « internaliste » de la foule qui ne réduit pas les rassemblements populaires à un objectif où un point d’attention extérieur mais considère plutôt comme élément primordial le désir de sociabilité6. Vincent Rubio revient de son côté sur la difficulté de construire une définition rigoureuse de « la foule », signifiant dont l’arbitraire mine la prétention à la scientificité, mais contribue inversement à entretenir son effectivité idéologique (voir par exemple Laclau 2005), pour mieux mettre en lumière l’aporie ou le raisonnement circulaire dans les thèses de Le Bon qui confond les causes et les effets entre l’ « âme d’un peuple » et les « caractères d’une foule »7. D’où la proposition de l’auteur de traiter « la foule » en tant que « figure mythique » participant à la construction du récit mythologique d’une société avec ses événements phares8, plutôt qu’en tant que catégorie d’analyse sociologique9. L’expression américaine bien connue « Two’s company, three’s a crowd », tout comme la graphie chinoise qui nous fait passer de l’homme 人 (rén), au verbe suivre 从 (cóng), à la foule 众 (zhòng) tendent justement à nous rappeler que la foule est moins affaire de seuil mathématique défini que de symboles et d’affects.

11La question de la charge symbolique d’événements conduisant à la construction de foules mythiques est abordée dans les deux articles suivants du numéro qui nous présentent ce qu’on pourrait appeler, à la suite d’un ouvrage que nous venons de publier, des « patrimoines sensibles » (Auzas et Tran 2010) où se mêlent la volonté consciente d’instrumentaliser un récit et une sensibilité incarnée qui dépasse la dimension représentationnelle (Thrift 2007). Ces deux articles contribuent ainsi à restituer le phénomène des mobilisations collectives dans leur épaisseur temporelle, l’un explorant l’amont de la foule (l’imaginaire à la source de la violence collective) et l’autre l’aval de la foule (l’événement populaire qui se prolonge dans la mémoire collective). Dans son analyse de l’historiographie de la Révolution française et des événements de la prise de la Bastille, Philippe Münch met en évidence le rôle de l’imaginaire du complot et ses différentes déclinaisons qui interviennent tant dans l’école historiographique de la Sorbonne qui met l’accent sur la peur du complot aristocratique comme moteur de la mobilisation populaire que dans celle de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales qui insiste en plus sur l’instrumentalisation politique de la violence révolutionnaire lors de la Terreur. Dans le cadre des épisodes menant aux violences révolutionnaires, l’imaginaire du complot devient à la fois un schème explicatif répondant à un besoin social, un outil de mobilisation, un instrument politique qui permet de diviser les alliés des opposants, et un récit justificatif qui permet de légitimer l’usage de la violence. Dans l’imaginaire du complot, s’entrecroisent les affects populaires et la rationalité politique pour générer et entretenir la mobilisation populaire. Eduardo Cintra Torres, propose dans son article un examen de la réception et des débats entourant le Lourdes de Zola à sa publication, et de sa place dans le contexte Portugais des premières décennies du XXe siècle où un regain d’intérêt pour les pèlerinages se développe au moment des apparitions de Fatima. À travers son portait des interprétations conflictuelles des phénomènes de guérison et les débats acrimonieux qui en découlent entre Républicains et Catholiques au Portugal, l’auteur retrace finalement la construction progressive de la foule comme sujet religieux alors qu’initialement les défenseurs catholiques de Lourdes évacuaient le rôle effectif du rassemblement pour insister sur les guérisons. Dans la réinterprétation portugaise des phénomènes de pèlerinages catholiques qui suit les miracles de Fatima, les nouvelles vies du Lourdes de Zola nous offrent un bel exemple de transfert culturel dans la théorie des foules qui montre comment un écart spatial, temporel et culturel conduit à une reconfiguration politique des acteurs concernés.

  • 10  Dans son voyage en Chine pendant les années 1980, Paul Théroux fait l’expérience de cette adaptati (...)

12Le géographe chinois Yi-Fu Tuan a d’ailleurs souligné il y a maintenant plus de trente ans (2003 [1977]) le caractère culturellement variable de l’encombrement (« crowdedness »), et les différenciations culturelles dans les attitudes face aux espaces ouverts, entre par exemple les prairies du Far West symbolisant la liberté et les steppes sibériennes évoquant l’isolement. Pour confirmer l’idée que l’agrégation physique des individus est elle-même insuffisante sur le plan explicatif pour rendre compte des comportements collectifs, l’anthropologue David Parkin fait remarquer : « We cannot, in other words, assume a common response to a particular density. That is to say, a particular ratio of people to place does not by itself determine anything. Its effect is mediated by socio-cultural attitudes and responses to different levels of interactional density » (Parkin 2007 : 236). La citation est d’ailleurs tirée d’un ouvrage collectif plaidant pour une anthropologie « holistique » qui connecterait plus adéquatement d’une manière non-réductionniste les dimensions culturelles et biologiques de l’anthropologie. À cet effet, les variations socio-culturelles des attitudes face à la densité humaine nous sont apparues à ma compagne et à moi lors de notre arrivée en République Populaire de Chine. L’indifférence relative des citadins chinois face aux bousculements et au balancement des coudes dans les lieux publics, de même que face aux normes depuis longtemps intériorisées chez les usagers du métro parisien du stationnement sur le côté droit dans l’utilisation des escaliers roulants et de l’ordre chronologique entre la sortie et l’entrée des passagers à l’ouverture des portes des wagons a de quoi étonner le visiteur mal préparé10. Alors qu’à Shanghai les poussées de ceux qui se hâtent d’entrer font à peine sourciller ceux qui s’efforcent tant bien que mal de sortir, on imagine déjà le canon de râlements et d’insultes chez les usagers de la ligne 13 à l’heure d’affluence. Dans la mesure où ces situations n’interviennent pas dans le cadre d’un événement de mobilisation collective mais bien dans la vie quotidienne, cette expérience interculturelle de l’encombrement demande chez le nouvel arrivant une phase d’apprentissage des normes et comportements de la foule pour négocier adéquatement sa sphère d’existence dans l’espace urbain. C’est précisément à cet apprentissage progressif de la foule et des lieux publics que se consacre l’article de Nicolas Oppenchaim qui étudie sur le rapport qu’entretiennent des adolescents de la banlieue parisienne avec une foule urbaine qu’ils découvrent alors que se développent leurs capacités, leurs désirs et leurs besoins de mobilité spatiale. En s’inspirant de l’héritage théorique de l’interactionnisme symbolique, l’auteur nous montre comment les adolescents dont les représentations de la foule sont souvent habitées par les différents idéaux-types de la psychologie collective classique, développent progressivement, non sans détours, un savoir-faire de la co-présence.

  • 11  Paul Carter fait d’ailleurs ressortir un « inconscient environnemental » dans les théories de Freu (...)

13En approchant ainsi la foule « par le milieu » (à l’exemple de Farge 1986), il devient possible de mettre en lumière à une échelle microscopique les variations affectives qui traversent les rassemblements humains, c’est-à-dire : « how bodies are always thouroughly entangled processes, and importantly defined by their capacities to affect and be affected » (Blackman et Venn 2010 : 9) et s’inscrivent dans les causalités multidirectionnelles que nous invitent justement à explorer les plus récentes contributions théoriques sur l’affect (Brennan 2004, Hardt 2007, Manning 2010, Clough 2010). À la lumière de ces réflexions, il devient frappant de constater à quel point les rassemblements politiques cités par Gustave Le Bon sont désincarnés, alors qu’il n’en subsiste que des considérations sur les contenus des discours et le sens des mots de manière à faire ressortir leurs effets sur le comportement des foules11. Dans les descriptions de Le Bon, les assemblées vivent d’illusions, s’abreuvent de beaux discours et se nourrissent d’idéaux, et rien n’est dit sur les jeux d’intonations dans la voix des orateurs, les gestuelles et autres mises en scènes, l’aménagement spatial et l’acoustique des tribunes. L’efficacité politique des grands rassemblements ne tient-elle pas tout autant à l’écologie des affects qui se déploient, qu’à la sensorialité de la performance ? Aude Dontenwille-Gerbaud prend justement l’angle de l’orateur pour montrer la tension dynamique et créatrice de son interaction avec le public. Son étude des discours de Léon Gambetta dans les premières décennies de la IIIe République fait ainsi ressortir les processus d’apprentissage mutuel de la vie démocratique dans un régime politique encore dans sa période de stabilisation. Les discours de Gambetta ne sont donc plus figés dans leur moment d’énonciation, mais sont intégrés dans ce que Daniel Céfai propose de nommer une « écologie des publics » avec son environnement d’« équipements catégoriels et argumentatifs » (2008 : 185).

  • 12  Comme le souligne le sociologue Don Slater : « the crowd is a probabilistic event, expected perhap (...)

14Les faiblesses déjà évoquées de la Psychologie des foules se traduisent d’ailleurs dans sa postérité en trompe l’œil, alors que son statut légendaire de livre de chevet de certains des plus célèbres chefs d’État du XXe siècle a peut-être pour effet de masquer le peu de ressemblances entre le contenu de ses thèses et la réalité des modes de gouvernement, de propagande, de police, de surveillance et d’action politique tels qu’ils se sont développés dans le siècle précédent, dans les États démocratiques que totalitaires. La psychologie des foules a progressivement laissé place aux techniques de gestion, aux recherches empiriques menant aux calculs de probabilités et aux essais de simulations12 (Miller et Rose 2008) plus efficaces pour moduler l’imprévisibilité du comportement collectif. L’attention n’est plus tant orientée vers le sujet lui-même que sur son espace et à cet effet les utopistes et réformistes français du XIXe siècle étudiés par Paul Rabinow dans son histoire de la notion l’environnement social (1989) ont eu une postérité plus souterraine mais probablement aussi plus féconde. Les administrations des grandes Expositions universelles de l’époque tentent d’ailleurs d’établir des techniques de gestion matérielle des rassemblements massifs. Cela s’exprime en 1900 par l’énonciation de 12 principes de planification (donc de disposition des voies, du mobilier et des espaces) pour la discipline du public :

  1. Créer, soit à l'extérieur, soit à l'intérieur des palais, un réseau de voies de circulation dont la clarté fût irréprochable ;

  2. Multiplier ces voies et leur attribuer toute la largeur possible ;

  3. Proscrire absolument les impasses, qui engendrent des dangers de désordre et d'écrasement ;

  4. Éviter les étranglements, où se produisent des bousculades aux jours d'affluence ;

  5. Percer dans les murs des édifices de nombreuses portes, afin de permettre une évacuation presque instantanée en cas de panique, et les établir à va-et-vient ;

  6. Substituer des rampes aux escaliers, où la moindre poussée peut provoquer des malheurs ;

  7. Distribuer les attractions dans les différentes parties de l'enceinte, pour que la foule se divisât en quelque sorte automatiquement ;

  8. N'admettre qu'à titre exceptionnel les établissements offrant un spectacle extérieur et ne les autoriser que le long de voies où le stationnement fût sans inconvénient sérieux ;

  9. Dans les passages rétrécis à la traversée desquels se juxtaposeraient deux courants contraires à la circulation, séparer matériellement ces courants par de robustes barrières et s'ils étaient susceptibles d'une grande intensité, prendre les dispositions telles que le plus abondant pût, au moment voulu, occuper une zone dont la largeur surpassât celle du courant inverse ;

  10. Y assurer la continuité du mouvement sans arrêt ;

  11. Afficher dans les palais et sur le bord des voies extérieures de nombreux plans-guides, simples et précis ;

  12. Placer, partout où cela était utile, des indicateurs de direction et de brèves consignes visibles pendant la soirée comme pendant le jour.

  • 13  À propos de Dreamland, le parc d’amusement situé sur Coney Island qui fonctionne de 1904 à 1911, S (...)

15Si le Rapport de 1900 souligne cependant après coup que l'application des 12 principes a été en elle-même problématique, pour des raisons de contingences spatiales, il faut pourtant mentionner que malgré les lamentations incessantes de journalistes, écrivains et caricaturistes de l’époque sur le comportement barbare de la multitude populeuse qui envahit le site de l’Exposition universelle, les services de police et de sûreté restent globalement plus que satisfaits de la conduite du public, tout particulièrement dans les restaurants et surtout dans les cafés-concerts exotiques, lieux qui seraient pourtant propices aux entorses à la morale dans l’imaginaire d’une certaine classe de commentateurs à la Belle Époque. Le faible nombre d’incidents, toujours selon le rapport officiel de l’événement, « témoigne de la prudence des mesures prises par les organisateurs et du soin vigilant apporté à l'exécution de ces mesures » et « honore également les visiteurs qui se sont pressés dans les galeries et constitue une preuve irrécusable de la probité publique, de la docilité des foules quand on les guide d'une main légère13 ».

  • 14  La notion d’« intimité culturelle » développée par Michael Herzfeld (1997) désigne bien à ces marq (...)

16Le développement et le raffinement de ces techniques de gestion s’accompagne inévitablement du développement d’un savoir, donc de programmes de recherches visant à mieux moduler les activités de la foule. À propos de l’organisation de grands événements, la discussion de Abbott et Geddie (2000) tendent à confirmer la valorisation de la politique de la « main légère », en distinguant le « crowd management » qui implique la planification de l’événement, la formation d’employés et la conduite d’études et de simulations, du « crowd control » qui correspond aux interventions qui surviennent lorsque le comportement foule échappe précisément aux scénarios prévus du « crowd management ». C’est ainsi que dans le cadre d’EXPO 2010, dans les années précédant l’événement, une masse de recherches portant précisément sur les meilleurs moyens de gérer le flux de visiteurs a travaillé à développer des techniques et des appareils pour moduler le comportement de la foule. Dès 2006, des chercheurs chinois comme Ye Ming-Hai et Yang Hu-Guo dans le Journal of Hebei University of Science and Technology, ou Xie Zhen-hua, Sun Chao et Yang Lin dans China Public Security publient leurs analyses des éventuels problèmes qui pourront être causés par la foule et des risques occasionnés par de grands événements. Cela donne d’ailleurs aussi lieu à des modèles de simulation virtuelle sur la circulation des piétons dans la ville et sur le site (Zhou, Wang, Huang et Sun 2009). Dans son commentaire sur Le Corbusier, Jeremy Till (2009 : 35-40) parle à cet effet d’une architecture d’« élimination de la contingence ». Le dernier texte, celui de Darren Richard Carlaw, aborde cette question de l’élimination de la contingence en traitant du processus de gentrification de l’espace newyorkais et de la prolifération de dispositifs qui permettent de neutraliser les imprévus de la vie urbaine et, selon les mots de l’auteur, d’éradiquer l’expérience de l’altérité. Alors que la rationalité mathématique de la grille urbaine caractéristique de Manhattan était elle-même porteuse d’un potentiel de subversion et de réappropriation, ainsi que l’a montré l’histoire vivante de la ville et de ses habitants, les nouveaux modes de contrôle et de surveillance étatique mis en place dans les contrecoups des événements du 11 septembre ont un effet direct sur la texture d’une foule urbaine dont le caractère pluriel et imprévisible est apparaît soudainement de plus en plus menaçant. Peut-être devons-nous rajouter qu’au même moment, à l’autre bout du monde, le nettoyage de Shanghai par le gouvernement pour l’Expo 2010 comprend également une campagne d’éducation de la population chinoise sur le comportement acceptable en public. L’entrée spectaculaire de la métropole chinoise dans les réseaux du capitalisme mondialisé se traduit dans la rue par une tentative de discipliner ses foules, sans doute encore trop riches en idiosyncrasies locales qu’on a un peu honte de montrer au regard international14.

Haut de page

Bibliographie

Une caricature exposée sur un mur de Shanghai. Elle s’insère dans une série humoristique de recommandations faites aux citadins pour bien se comporter en public.

©Photographie : Van Troi Tran

ABBOTT, Je’Anna Lanza et Morgan W. GEDDIE, 2000, « Event and Venue Management : Minimizing Liability through Effective Crowd Management Techniques », Event Management 6 : 259-270.

AUZAS, Vincent et Van Troi TRAN (dir.), 2010, Patrimoines sensibles : Mots, espaces, pratiques. Québec, PUL.

BARROWS, Susanna, 1990, Miroirs Déformants : Réflexions sur la foule en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Aubier.

BLACKMAN, Lisa et Couze VENN, 2010, « Affect », Body and Society 16 (1) : 7-28.

BOLTANSKI, Luc, 1976, « L'encombrement et la maîtrise des "biens sans maître" », Actes de la recherche en sciences sociales 2 (1) : 102-109.

BORCH, Christian, 2008, « Modern Mass Aberration : Hermann Broch and the Problem of Irrationality », History of the Human Sciences 21 (2) : 63-83.

BRENNAN, Teresa, 2004, The Transmission of Affect, Ithaca, Cornell University Press.

BROMBERGER, Christian (avec Alain Hayot et Jean-Marc Mariottini), 1995, Le match de football : ethnologie d'une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, MSH.

CANETTI, Elias, 1986 (1966), Masse et puissance, Paris, Gallimard.

CARTER, Paul, 2002, Repressed Spaces : The Poetics of Agoraphobia, Londres, Reaktion Books.

CÉFAI, Daniel, 2008, « Vers une écologie des publics : Park, l’opinion publique et le comportement collectif ». Dans Suzie Guth (dir.), Modernité de Robert Ezra Park : Les concepts de l’école de Chicago, Paris, L’Harmattan.

CLOUGH, Patricia, « Afterword : The Future of Affect Studies », Body and Society 16 (1) : 222-230.

CONNOLY, Joy, 2006, « Crowd Politics : The Myth of the Populus Romanus ». Dans Jeffrey T. Schnapp et Matthew Tiews (dir.), Crowds, Stanford, Stanford University Press : 77-97.

DELILLO, Don, 1997, Underworld, New York, Scribner.

FARGE, Arlette, 1986, La vie fragile : Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au XVIIIe siècle. Paris, Seuil.

HARDT, Michael, 2007, « Foreword : What Affects Are Good For ». Dans Patricia Ticineto Clough et Jean Halley (dir.), The Affective Turn : Theorizing the Social, Durham, Duke University Press : ix-xii.

HERZFELD, Michael, 1997, Cultural Intimacy : Social Poetics in the Nation-State, Londres, Routledge.

INGOLD, Tim, 2007, Lines, Londres, Routledge.

LACLAU, Ernesto, 2005. On Populist Reason. Londres, Verso.

LAGRANGE, Pierre, 2005, La guerre des mondes a-t-elle eu lieu ?, Paris, Robert Laffont.

LUKAS, Scott, 2008, Theme Park, Londres, Reaktion.

LE BON, Gustave, 2003 (1895),  Psychologie des foules, Paris, PUF.

MADDOX, Richard, 2004, « Intimacy and Hegemony : The Politics of Culture at Seville’s Universal Exhibition ». Dans Andrew Shyrock (dir.), Off Stage/On Display: Intimacy and Ethnography in the Age of Public Culture, Stanford, Stanford University Press.

MANNING, Erin, 2009, Relationscapes, Cambridge, MIT Press.

MANNING, Erin, 2010, « Always More Than One : The Collectivity of a Life », Body and Society 16 (1) : 117-127.

MASSEY, Doreen, 2005, For Space, Londres, Sage.

MCPHAIL, Clark, 1991, The Myth of the Madding Crowd, Piscataway, Aldine Transaction.

MILLER, Peter et Nikolas ROSE, 2008, Governing the Present, Cambridge, Polity.

PLOTZ, John, 2000, The Crowd : British Literature and Public Politics, Berkeley, University of California Press.

RABINOW, Paul, 1989, French Modern : Norms and Forms of the Social Environment, Cambridge, MIT Press.

SLATER, Don, 1993, « Markets, Crowds and Consumption ». Dans Chris Jenks (dir.), Cultural Reproduction, Londres, Routledge : 188-209.

SLOTERDIJK, Peter, 2006, Écumes, Paris, Hachette.

TARDE, Gabriel, 1989 (1901), L’opinion et la foule, Paris, PUF.

THÉROUX, Paul, 1989, Riding the Iron Rooster : By Train through China, Londres, Penguin.

THRIFT, Nigel, 2007, Non-Representational Theory : Space, Politics, Affect, Londres, Routledge.

THRIFT, Nigel, 2009, « I Just Don’t Know What Got Into Me : Where Is the Subject ? », Subjectivity 22 : 82-89.

TILL, Jeremy, 2009, Architecture Depends, Cambridge, MIT Press.

TUAN, Yi-Fu, 2003 (1977), Space and Place : The Perspective from Experience. Minneapolis, University of Minnesota Press.

VAN GINNEKEN, Jaap, 1992, Crowds, Psychology and Politics : 1871-1899, Cambridge, Cambridge University Press.

ZHOU Yue, Jiangyan WANG, Di HUANG et Shengyang SUN, 2009, « Pedestrian Simulation Modeling for World Expo 2010 Shanghai », Journal of Transportation, Systems Engineering and Information Technology 9 (2) : 141-146.

Haut de page

Notes

1  Outre évidemment les auteurs ayant contribué à ce numéro, je remercie Tanja Barazon pour son support, Vincent Auzas et l’équipe de Conserveries mémorielles, de même le CRSH pour le financement de mon projet de recherche sur l’Exposition universelle de Shanghai.

2  L’Exposition universelle de Séville en 1992 s’est d’ailleurs démarquée par la mise en place d’installations de contrôle du climat à proximité des grandes allées extérieures et des auvents pour modérer les vagues de chaleur de l’été andalou. À EXPO 2010, le site compte plus de 200,000 mètres carrés d’ombrage artificiel.

3  Selon la description sur le site du pavillon : « The idea is to transfer visitors to Iceland. The atmosphere inside the pavilion will be cooled down and dehumidified below common practice to create a cool and tranquil little Iceland at the heart of the World Expo ». http://www.expo2010.is/?action=en_skalinn&id=2269

4  Dans le cas des foules sportives, le travail de Christian Bromberger tend de son côté à montrer le rôle des dispositifs matériels qui tranchent et canalisent les flux humains pour maintenir l’identité propre des groupes de supporters : « Chaque secteur, voire chaque travée du stade, forme, on va y revenir, une sorte de territoire où s’ancre une conscience d’appartenance commune qui s’exprime, plutôt qu’elle ne se dissout, dans l’effervescence collective » (Bromberger 1995 : 209).

5  À « walking in » et « walking with », Tim Ingold rajouterait probablement « walking along ».

6  Ou, pour reprendre l’expression de Doreen Massey (2005),  le sentiment de « throwntogetherness » comme incitatif à part entière.

7  Clark McPhail (1991) s’est également attaché à critiquer chez Le Bon mais aussi chez Park et Blumer la circularité des causes et des effets en psychologie des foules.

8  Ce qui nous ramène au fameux quatorzième chapitre du Masse et puissance de Canetti sur la force de ces « foules invisibles ». Le processus de mythification d’une foule a d’ailleurs été abordé par Pierre Lagrange (2005) dans sa reconstruction des événements entourant la célèbre émission radiophonique de George Orwell en 1938. Voir aussi Connoly (2006) sur l’héritage en Occident du mythe de la foule à Rome.

9  John Plotz (2000) s’efforce d’ailleurs de montrer que bien que l’objet foule demeure en soi évanescent dans la fluctuation de ses définitions, les nombreuses tentatives de définition de la foule dans la première moitié du XIXe siècle en Angleterre sont significatives dans le processus de construction de l’espace public.

10  Dans son voyage en Chine pendant les années 1980, Paul Théroux fait l’expérience de cette adaptation aux contacts humains forcés dans les foules de Shanghai et des « coudes très pointus » de ses habitants : « if you push - as the Chinese do - it is possible to walk  around Shanghai. Long ago, the Chinese overcame the natural human horror of being touched » (Théroux 1989 : 114). La référence à la peur naturelle d’être touché est évidemment un clin d’œil à Elias Canetti (cité plus tôt dans le livre) qui introduit Masse et puissance par la constatation de cette crainte qui lui apparaît comme un sentiment universel qui se renverse lorsque l’individu se retrouve en foule.

11  Paul Carter fait d’ailleurs ressortir un « inconscient environnemental » dans les théories de Freud (Carter 2002).

12  Comme le souligne le sociologue Don Slater : « the crowd is a probabilistic event, expected perhaps but not predictable in a causal sense. A crowd is formed around a common but not shared stopping point, a brief halt in a multitude of independent trajectories. We can only ‘account for’ a crowd by specifying the unique interest which each individual finds in the current object or spectacle, as well as the steps taken by each individual to have arrived at it » (Slater 1993 : 190-191).

13  À propos de Dreamland, le parc d’amusement situé sur Coney Island qui fonctionne de 1904 à 1911, Scott Lukas fait aussi état de l’émergence de dispositifs de circulation des foules : « The park set an important tradition, namely the first effort to actively control the flow and pacing of patrons at the park. The design of park walkways alternated between level and inclined patterns, assuring that everyone could have a view of the park’s vistas, and other design elements emphasized the control of massive crowds, especially to reduce congestion » (Lukas 2008 : 62).

14  La notion d’« intimité culturelle » développée par Michael Herzfeld (1997) désigne bien à ces marqueurs culturels immanents dans la quotidienneté charnelle des interactions sociales. Richard Maddox (2004) a d’ailleurs observé également un « processus de civilisation » en marche dans le cadre de l’exposition universelle de Séville en 1992.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Des brumisateurs sont installés sous les allées surélevées de l’EXPO où se réfugient de nombreux visiteurs pour s’abriter du soleil estival.
Crédits ©photographie : Van Troi Tran
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/759/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Un refroidisseur installé près des barrières du pavillon de l’Autriche. L’attente pour l’entrée au pavillon en cet après-midi d’août était d’environ 45 minutes.  
Crédits ©photographie : Van Troi Tran
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/759/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Crédits Les ombrelles ouvertes (dont la nôtre) des visiteurs qui attendent avant de passer sous les auvents et les parasols.
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/759/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende L’exposition de l’Autriche s’ouvre sur un panorama du Tyrol agrémenté d’une chute de neige tombant du plafond.
Crédits ©photographie : Van Troi Tran
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/759/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende La « Winter zone » au pavillon du Kazakhstan.
Crédits © photographie : Van Troi Tran
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/759/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://cm.revues.org/docannexe/image/759/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Van Troi Tran, « Vers une écologie des foules », Conserveries mémorielles [En ligne], #8 | 2010, mis en ligne le 25 septembre 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cm.revues.org/759

Haut de page

Auteur

Van Troi Tran

est chercheur postdoctoral (CRSH) en anthropologie à l‘Université Harvard. Il est historien et ethnologue et s‘intéresse à la culture matérielle, l‘anthropologie du corps, l‘anthropologie économique et l‘histoire de la consommation. Sa thèse de doctorat (Université Laval) est sur la consommation aux Expositions universelles de Paris de 1889 et 1900. Ses recherches actuelles portent sur le marché de la restauration à l‘Exposition universelle de Shanghai (2010).
Van Troi Tran is a SSHRC postdoctoral fellow in Anthropology at Harvard University. He is a historian and an ethnologist and his research interests include material culture, anthropology of the body, economic anthropology and the history of consumption. His doctoral dissertation (Laval University) was on consumption at the Paris Universal exhibitions of 1889 and 1900. His current research is on the catering market at Expo 2010, Shanghai.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org