Navigation – Plan du site

Cohabitation sociale et ordre public aux Champs-Élysées :Gestion et appropriation du carré des jeux (1700-1830)

Véronique Laporte

Résumés

Au 18e siècle et au début du 19e siècle, les Champs-Élysées sont ouverts à tous et attirent une clientèle diversifiée. Des joueurs issus d’horizons très différents s’y retrouvent pour pratiquer différentes activités, telles que la longue paume, les boules ou les barres. Afin que les promeneurs ne soient pas importunés par les jeux, ces derniers sont confinés dans une vaste clairière servant également lors des revues militaires et des fêtes publiques. Les autorités ont une volonté réelle d’offrir aux visiteurs des espaces de jeux, mais elles craignent aussi les débordements susceptibles d’être créés par les amusements. En effet, qu’importe si les joueurs sont nobles ou écoliers, la même crainte transparaît. Il s’agit de la peur des attroupements. C’est pourquoi les autorités tentent de diminuer l’affluence aux Champs-Élysées en contrôlant le nombre et la nature des jeux pratiqués dans cet espace public.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Paris

Index chronologique :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1En France, avant que la révolution industrielle ne vienne bouleverser la perception du temps, les périodes de travail et de divertissement défilent au rythme des opportunités et des envies (Corbin, 1995). Nécessitant un équipement rudimentaire et peu de préparation, la nature même des amusements favorise ce découpage imprécis des horaires. Jeu de longue paume, de boule, de ballon, ou de quilles : les activités auxquelles s’adonne la majorité de la population s’avèrent beaucoup moins ritualisées que celles pratiquées par la noblesse, par exemple l’équitation ou l’escrime, dans lesquelles les participants doivent démontrer leur adresse et leur prestance :

  • 1  Il ne faut pas confondre les jeux qu’on pratique à cette époque avec le concept de sport tel qu’on (...)

Beaucoup plus disparates et spontanés sont les jeux pratiqués à une large échelle sociale : non véritablement appris ou enseignés, émiettés dans l’espace et le temps, mouvants dans leurs formes comme dans leurs dispositifs, ils favorisent l’instant, la sensation ; ils activent et stimulent le corps plus qu’ils ne le mettent en scène ; ils s’imposent dans l’évidence plus qu’ils ne sont commentés. (Vigarello, 2005, 264)1

2Au 18e siècle et pendant les premières décennies du 19e siècle, le jeu fait donc partie de la vie quotidienne des citadins et les occasions de se divertir sont nombreuses. C’est d’autant plus vrai lors des fêtes ou le dimanche, lorsque le Parisien peut s’éloigner de la ville pour fréquenter les parcs et les guinguettes. Là, jouxtant un cabaret, le visiteur trouve bien souvent un espace de jeux.

  • 2  On séparait alors les jeux en trois catégories : les jeux d’exercice, les jeux de hasard et les mi (...)
  • 3  Le carré des jeux est clairement indiqué sur le Plan Tardieu datant de 1839. Construit en 1855, le (...)

3Vaste plantation aux marges de la ville, les Champs-Élysées sont alors l’un des lieux de prédilection pour les amateurs de jeux d’exercice2, qui s’adonnent à leurs activités dans une vaste clairière à gauche de l’avenue centrale. Jusqu’au milieu du 19e siècle, époque à laquelle est construit le Palais de l’Industrie, le carré des jeux constitue un aspect important de cet espace parisien.3

  • 4  Les historiens de la promenade mettent souvent l’accent sur l’aspect mondain de cette pratique. (R (...)
  • 5  « On descend de voiture, & l’on va se promener à pied aux Tuileries, au Luxembourg ou dans d’autre (...)
  • 6  « En ce sens, la “bonne compagnie” se définit simplement par opposition à la “populace” que les rè (...)
  • 7  Il s’agit des deux-tiers des rapports rédigés par Federici entre 1777 et 1791. Les originaux sont (...)

4Bien que n’échappant pas complètement au phénomène, les Champs-Élysées ne se résument pas à une promenade mondaine.4 Ici, les promeneurs côtoient les joueurs, mais aussi les commerçants, les maraîchers et les propriétaires d’hôtels du Faubourg Saint-Honoré. De plus, contrairement à d’autres promenades parisiennes, comme les Tuileries5 ou le Palais-Royal6, l’accès ne fait l’objet d’aucune réglementation directe. Les Champs-Élysées sont ouverts à tous, sans distinction. Arlette Farge, qui a édité les rapports du garde-suisse en poste aux Champs-Élysées à partir de 1777 (Farge, 2008)7, souligne dans son introduction qu’une coexistence sociale inattendue résume l’ambiance de la promenade, et cette réalité a été peu travaillée par les historiens » (Farge, 2008, 18). Les écrits du garde-suisse Federici représentent une source d’informations très riche pour illustrer comment cette réalité se vivait au quotidien. Le regard de ce témoin privilégié laisse percevoir tant ses préoccupations que celles de son supérieur, le directeur des bâtiments du roi. Les rues de Paris mettent également en scène cette « coexistence sociale ». Celle-ci n’est donc pas exclusive aux Champs-Élysées. Il est toutefois intéressant de voir comment elle est vécue, négociée, dans le cadre d’un espace de divertissements.

5Après nous être familiarisés avec les prémisses du développement des Champs-Élysées, nous verrons que les autorités s’efforcent de limiter la construction d’échoppes et celle d’un établissement de fête publique au 19e siècle, car elles redoutent que des intérêts privés puissent tirer profit de cet espace public. Les gestionnaires ont une volonté réelle d’offrir aux visiteurs des aires de jeux, et ce, même s’ils craignent les désordres susceptibles d’être créés par les amusements. Dans le but d’assurer une cohabitation harmonieuse entre les différents visiteurs, une spécialisation de l’espace s’instaure graduellement et permet de distinguer les aires de promenades et celles de jeux. Par la suite, il sera question de l’attitude des dirigeants face aux pratiques elles-mêmes, c’est-à-dire le regard porté sur les joueurs et leurs spectateurs. En focalisant sur l’exemple des écoliers, il est possible de constater que les autorités sont tolérantes à leur égard, à moins que ne surviennent des débordements. Les autorités s’inquiètent de l’imprévisibilité des spectateurs, qui, à tout moment, peuvent se regrouper et former une émeute. Dans l’intention de pallier un tel risque, le nombre de jeux est contrôlé afin de limiter l’affluence de visiteurs dans ce secteur des Champs-Élysées. Ces réflexions sur cet espace et ses pratiques nous permettront de mieux comprendre les stratégies utilisées par les autorités afin d’assurer cette cohabitation sociale.

Naissance et préservation du carré des jeux

  • 8  Arrêt du Conseil d’État qui ordonne de faire planter des avenues d’arbres depuis le derrière du ja (...)
  • 9  Les Champs-Élysées seront administrés par le Ministère des bâtiments du roi, puis, après la Révolu (...)
  • 10  Le paysage des Champs-Élysées subira quelques modifications au cours des années 1720 et 1750 (repl (...)

6Au milieu du 17e siècle, les Champs-Élysées font partie de la campagne parisienne. Parsemés de chaumières, ils avoisinent depuis quelques décennies le Cours-la-Reine, dont les allées d’arbres longeant la Seine constituent l’un des principaux lieux de promenade de la capitale. À partir de 1667, ce paysage subit de profondes modifications. Une ordonnance proclame que « sa Majesté a résolu pour l’embellissement de son Palais des Tuilleries de faire planter des avenues d’arbres depuis le derriere de son jardin des Tuilleries jusqu’à la montagne de Chaillot, et depuis le bout du Cours de la Reine jusqu’aux Maisons du Roulle »8. Colbert, alors directeur des Bâtiments du roi, procède à l’achat des terrains et assure la gestion de l’aménagement9. La nouvelle plantation est séparée en deux parties par une allée centrale empruntant le tracé de l’actuelle avenue des Champs-Élysées10.

  • 11  Ordonnance de police portant défenses de jouer au mail dans les fossées du Cours-la-Reine. Paris, (...)
  • 12  Ordonnance de police portant défenses de jouer au mail dans les fossées du Cours-la-Reine. Paris, (...)

7En 1698, les Champs-Élysées comprennent « plusieurs arpens de gazon plantés en quinconce d’arbres d’une belle venue, & destinés à s’y promener sur l’herbe, si l’on veut descendre de voiture » (Lister, 1873 : 163). Dans son récit de voyage, le médecin anglais Martin Lister ne mentionne pas l’existence de jeux, ni d’une quelconque clairière. Néanmoins, on peut supposer qu’ils font partie du paysage de la promenade. Déjà en 1700, est publiée une ordonnance prohibant le jeu de mail, l’équivalent du croquet. Cette interdiction découle de la plainte d’un promeneur « au sujet d’un coup de boulle de bois qu’il avoit receu au front le jour precedent en passant dans le Cours de la Reine »11. Cette ordonnance laisse transparaître les problèmes que poseront les jeux aux Champs-Élysées dans les décennies suivantes. Les joueurs sont difficiles à déloger et font fi des condamnations : « Nous avons fait défenses de jouer à l’avenir au mail dans lesdits fossez ny aux environs à peine de trois cens livres d’amende ; plusieurs particuliers ne laissoient d’y joüer tous les jours, en sorte qu’il en arrivoit journellement des accidens »12.

  • 13  AN O1-1185, Journaux des renvois et décisions du directeur des bâtiments, 16 avril 1739. Un jeu de (...)
  • 14  AN O1-1188, Journaux des renvois et décisions du directeur des bâtiments, 15 août 1742.
  • 15  AN O1-1189, Journaux des renvois et décisions du directeur des bâtiments, 10 juillet 1746.
  • 16  En 1749, le contrôleur de la plantation se plaint que la veuve Ferret a installé son échoppe « au (...)

8En raison notamment de la construction de luxueux hôtels particuliers au faubourg St-Honoré à partir de 1718, les Champs-Élysées gagnent graduellement en popularité. Ils sont replantés en 1723. Le carré des jeux date probablement de cette époque puisque, absente des plans antérieurs (de Rochefort, 1675 ; Lefer, 1690 ; Lacaille, 1714), une clairière à la gauche de l’avenue est désormais délimitée sur les plans de Paris (Delagrive, 1728 ; Turgot, 1730-1740). La première trace dans les archives d’une volonté d’installer un jeu spécifiquement aux Champs-Élysées date de 1739. Cette année-là, Jean Laroche « demande la permission d’établir un manege de chevaux de bois pour courir la bague a l’entrée des Champs Élisées du coté des Thuilleries »13. Une demande est refusée en 174214. Un autre individu voit quant à lui sa requête accordée en 174615. À la même époque, il est également possible de jouer au battoir dans le carré des jeux16.

  • 17  AN O1-1586, fol. 411, lettre du comte d’Angiviller à Baudouin de Guemadene, 27 novembre 1776.

9Vingt ans plus tard, l’inauguration de la place Louis XV et la construction du Colisée au nord du rond-point des Champs-Élysées donnent un second souffle à la promenade. Les demandes de baraques sont nombreuses et à partir de 1776, elles sont systématiquement refusées. Le directeur des Bâtiments veut préserver le caractère champêtre de la promenade. En poste depuis deux ans, le comte d’Angiviller montre une « opposition à tout ce qui peut tendre à changer la nature d’un lieu fait pour être une promenade publique et non une nouvelle ville »17. Responsable du régiment des Suisses qui compose la nouvelle garde installée aux Champs-Élysées, le comte d’Affry dresse en 1777 un portrait des lieux :

  • 18  Lettre du comte d’Affry à d’Angiviller, 25 avril 1777 (in Farge, 2008 : 40-41).

La partie droite du pavé, celle du nord, est celle que le public paraît avoir choisie pour la promenade. […] La partie du midi, à la gauche du pavé, est à peu près déserte quant à la promenade. Les grands vides qu’elle contient sont occupés par des joueurs de battoirs et l’on dit que cet usage en éloigne les promeneurs dans la crainte d’être blessés par quelques balles égarées. Ainsi je crois que cet usage doit être aboli s’il est possible18.

  • 19  Ordonnance du 11 juin 1777 dans Farge, 2008 : 47. Un règlement semblable sera publié en 1806. AN F (...)
  • 20  Ministère de l’Intérieur, brumaire an VII (octobre 1798). Programme pour l’embellissement des Cham (...)
  • 21  Concernant les projets de 1796, 1816 et 1824, consulter dans AN F13-994 le dossier intitulé « Edif (...)

10D’Angiviller ne suivra pas le conseil d’Affry. Le jeu de battoir sera encore présent en 1783, c’est même alors le dernier endroit pour pratiquer cette activité à Paris (Thiery, 1783 : 96-97). Si l’on en croit le militaire, la spécialisation de l’espace ne semble pas émaner d’une volonté politique et découlerait des habitudes des promeneurs. Plutôt que d’interdire ce jeu, le directeur perpétue cette appropriation par le biais d’une ordonnance. Il en restreint la pratique néanmoins : « Il est défendu à tous particuliers de jouer aux jeux de battoir, paume, boule et autres capables d’embarrasser le passage et de nuire aux personnes qui se promènent, ailleurs que dans les lieux affectés jusqu’à ce moment à ces jeux, lesquels seront uniquement du côté de la rivière ».19 Cette appropriation n’est pas remise en question. Au 18e siècle, les autorités souhaitent confiner les amusements dans la vaste clairière à gauche de l’avenue centrale, le carré des jeux, afin d’assurer la fluidité de la circulation et la sécurité des passants. Plus tard, d’autres préoccupations transparaissent. En 1798, un concours pour l’embellissement des Champs-Élysées reflète de nouvelles modalités d’utilisation. Parmi les directives édictées par le Ministère de l’Intérieur, on peut lire à l’article 5 : « Il n’y aura que quatre pavillons pour les quatre angles du grand parallélogramme des jeux de paume. […] Tout l’emplacement sera d’ailleurs libre ; il est consacré pour les fêtes républicaines et les évolutions militaires, pour les jeux de paume, de balle, de quille, etc. »20. Dorénavant, les jeux doivent cohabiter avec les nombreuses revues militaires et les infrastructures temporaires érigées lors des fêtes. Le carré des jeux peut donc conserver sa vocation première parce que cet espace libre permet une utilisation plurielle. La chose se confirme aussi au début du 19e siècle, le Ministère de l’Intérieur aurait l’occasion de rentabiliser l’espace disponible. Bernard Poyet, architecte des bâtiments civils, soumet alors plusieurs projets à l’effet de construire un établissement de fêtes aux Champs-Élysées21. En 1816, il désire bâtir une salle de bal dans le carré des jeux pour y organiser des fêtes publiques et des courses de chevaux. Toutefois, les autorités doutent de la pertinence et de la viabilité du projet :

  • 22  AN F13-994, lettre du préfet de police au ministre de l’Intérieur, 20 juillet 1816.

Je ne sais si [les bailleurs de fonds] espèreront beaucoup des courses de chars et de chevaux, pour lesquelles M. Poyet réclame la liberté de disposer de la totalité de la grande salle, car le Champ-de-Mars n’étant pas trop grand pour les courses de chevaux que l’on y donne tous les ans, ils ne croiront certainement pas que la grande salle présente un emplacement ni plus grand ni plus commode. Je suis au moins presque certain que le public ne verra pas longtemps avec plaisir former un hyppodrome au milieu des Champs Élysées et donner à ses dépens la parodie des jeux olympiques. Le plaisir de voir décerner des prix à des cochers et à des jockeys ne dédommagera pas les joueurs de paulme, de ballon et de boulle de la privation qu’on leur imposera.22

  • 23  AN F13-994, lettre du ministre de l’Intérieur à Poyet, 14 juin 1816.

11En plus de la perte de l’espace, une telle entreprise brimerait la clientèle moins fortunée, celle qui compose majoritairement les groupes de joueurs aux Champs-Élysées : « Un pareil établissement est sans utilité. Il serait consacré aux plaisirs des personnes aisées qui ne manquent pas de lieux de réunion, et il priverait une classe beaucoup plus nombreuse des amusemens qu’elle ne trouve que dans l’emplacement dont vous sollicitez la concession »23. La cohabitation sociale est non seulement tolérée, elle est même protégée par les autorités. Ainsi, pour des raisons pratiques et d’agrément, la sauvegarde du carré des jeux est un souci constant pour les administrateurs des Champs-Élysées, et ce, tant au 18e qu’au début du 19e siècle. Celles-ci limitent la construction de bâtiments, car elles éprouvent un malaise à permettre que des particuliers s’approprient cet espace libre. Pourtant, la présence des joueurs et de leurs spectateurs ne comporte pas que des avantages en ce qui a trait à l’ordre public.

Les jeux, sources de turbulences

  • 24  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, 19 au 26 mars 1782 (Farge, 2008 : 171). Le jeu de barre (...)

« Depuis les grands et les petits nobles, les jeux de barres sont en si grande vigueur que tous s’en mêlent, écoliers, clercs d’études, ouvriers, bourgeois, etc., mais on ne les tolère pas. »24

  • 25  AN F13-995, lettre de Fouquet au ministre de l’Intérieur, 2 vendémiaire an 11 [24 septembre 1802].
  • 26  AN F13-996, lettre de Fouquet au ministre de l’Intérieur, 17 juin 1807.

12Les Champs-Élysées attirent une clientèle diversifiée. Parmi les groupes s’amusant dans le carré des jeux, les jeunes constituent une part non négligeable des visiteurs. Quiconque souhaitant s’établir aux Champs-Élysées est conscient que ces joueurs ont la réputation d’être une source de désordre ; il y a lieu parfois de rassurer les autorités à ce sujet. L’un vante les bénéfices produits par un divertissement sain : « Ce jeu [est] un exercice favorable pour la santé des jeunes gens, ne les induit point en dépense et les écarte de toutes liaisons dangereuses »25. Quelques années plus tard, le même homme, voulant continuer de tenir son jeu de ballon, promet « de n’admettre à ce jeu que des jeunes gens incapables d’aucune imprudence envers le public »26. Une autre, cherchant des arguments pour que soit renouvelée sa permission de tenir un stand de tir à l’arbalète, met plutôt de l’avant plusieurs motifs d’utilité publique. Elle prétend offrir la possibilité de pratiquer bien plus qu’un simple divertissement, un véritable exercice d’apprentissage. De plus, elle s’engage à ne tolérer ni les paris, ni les enfants :

  • 27  AN F13-995, lettre de la veuve Collodon au ministre de l’Intérieur, 21 pluviôse an 10 [10 février (...)

il y a quatre ans qu’elle tient un prix d’arbalète, à l’entrée des Champs Élisées, au long des barrieres, du côté de la rivière vis-à-vis le corps de garde de la concorde, ne gênant aucunement la voie publique. Ce prix ne peut être regardé comme un jeu, mais bien comme une ecolle de chasseur, sans être nullement dangereux ny onereux a la bourse des citoyens vue que chaque personne ne paye que cinq centimes, pour six coups, n’ayant jamais souffert que l’on joue une partie interessée, et grand soin dans exclure les enfans27.

  • 28  AN F13-995, Rapport présenté au ministre de l’Intérieur par le chef de division, 3 messidor an 11 (...)

13Les initiatives pour convaincre les décideurs proviennent également des jeunes eux-mêmes. Ainsi en 1803, un groupe sollicite « la permission de ficher en terre, aux Champs Élisées, un nombre de piquets, pour pouvoir, sans danger pour eux, ni pour les personnes qui fréquentent la promenade, s’exercer au jeu de barres dans l’espace qui serait renfermé par ces mêmes piquets »28.

  • 29  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, 5 au 12 février 1781, (FARGE, 2008 : 143). Sauf quelque (...)
  • 30  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, du 5 au 12 février 1781, p. 143.

14La jeunesse est une clientèle susceptible d’éveiller la méfiance des autorités. Deux catégories de jeunes, la jeunesse de familles aisées et les collégiens, ont particulièrement attiré l’attention de Federici, le garde suisse. Au printemps 1781, de jeunes nobles viennent jouer aux barres dans le carré des jeux. Comme il s’agit d’un jeu basé sur la poursuite de l’adversaire, le risque de bousculade est élevé. À cette occasion, Federici rapporte que « l’amusement était fort joli, ces messieurs étaient tous en blanc, avec des écharpes de taffetas de différentes couleurs, et une musique militaire. Il y avait sur la route une cinquantaine de voitures et autant de chevaux de main »29. Le garde, conscient des débordements possible, « ne [prévoyait] pas de danger en tolérant une vingtaine de jeunes distingués de jouer aux barres mercredi et samedi, d’autant plus qu’ils avaient un cercle de chaise et des sentinelles »30. Deux semaines plus tard, la situation est pourtant près de dégénérer :

  • 31  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, 26 février au 5 mars 1781, p. 143.

La jeune noblesse, au nombre de cinquante, s’est amusée samedi aux barres avec le brillant d’une fête et tout s’est passé avec ordre. Le nombre infini de voitures et des chevaux nous ont donné assez de besogne. L’exemple de Mme la duchesse d’Anseng, et une seconde voiture avec trois dames qui ont désiré se placer en dedans, ont frayé le chemin à cent autres voitures. Et l’exemple de M. le comte d’Artois, qui est entré avec sa suite à cheval, a été suivi par cent autres cavaliers31.

  • 32  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, 26 février au 5 mars 1781, p.143-144.
  • 33  « Mme la duchesse de Bourbon, qui étant dans l’appartement de Federici pour voir la course… ». Let (...)

15L’enthousiasme des spectateurs causant des problèmes de circulation, Federici aurait pu profiter de l’occasion pour carrément interdire le jeu de barre. Il prend plutôt l’initiative de procéder à des aménagements afin d’accommoder ceux qui assistaient aux joutes dans le confort de leur carrosse. Ainsi, avant le prochain rassemblement, il prévoit de « former une entrée assez large, propre et sablée afin que les dames ne répugnent pas de mettre pied à terre hors de la barrière »32. Pour qu’elles aient une meilleure vue et qu’elles ne subissent pas les désagréments de la cohue, Federici permet même à certaines personnes de condition de regarder les jeux par la fenêtre du corps de garde33.

  • 34  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, 12 au 19 avril 1784, p. 210. Nous soulignons.
  • 35  AN O1-1589, fol. 336. État des jeunes gens qui jouent aux barres aux Champs-Élisées. Cette liste n (...)
  • 36  AN O1-1589, fol. 335. Rapport de Federici au comte d’Angiviller, du 12 au 19 avril 1784. L’annotat (...)
  • 37  Rapport extraordinaire de Federici au comte d’Angiviller, 29 juillet 1780, p. 122.  

16Qu’importe si les joueurs sont nobles ou non, ce qui transparaît dans les rapports de Federici, c’est que le jeu de barre est toléré si l’ordre est maintenu : « Un certain nombre de jeunes gens, dont la liste est ci-jointe, m’ayant demandé de s’amuser au jeu des barres pendant les matinées des dimanches et fêtes, je n’ai pas cru les refuser tant qu’ils se conduiront bien. D’autant plus qu’ils ont de fort beaux drapeaux et qu’ils sont dans le costume »34. Cette liste contient une vingtaine de noms de commis et de joailliers35. Sur le rapport original, on peut lire une annotation, probablement écrite par l’intendant de Paris, comme quoi » le comte n’a pas trop approuvé, toutefois la chose etant faite, il m’a seulement chargé d’écrire à Federici qu’il auroit tout autant aimé qu’il eut été plus difficile »36. Les réserves du directeur s’expliquent par le fait que le jeu de barre est un amusement causant souvent des bousculades. Si le portrait dressé jusqu’à maintenant ne laisse pas transparaître l’ampleur du problème, il en va tout autrement si l’on s’attarde au discours de Federici à propos d’une seconde catégorie de joueurs, bien plus inquiétante à ses yeux : les écoliers. Ceux-ci donnent beaucoup de mal à Federici, qui peine à « contenir cette peste dans les bornes »37.

  • 38  « Les Champs-Élysées ne sont guère fréquentés que par des joueurs de boule ou de longue paume, des (...)
  • 39  Rapport extraordinaire de Federici au comte d’Angiviller, 29 juillet 1780, p. 122.  
  • 40  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, 18 au 25 mars 1782, p. 170.
  • 41  Lettre de d’Angiviller à l’inspecteur Duval, 31 avril 1778, p. 63.
  • 42  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, 12 au 19 avril 1779, p. 88.
  • 43  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, 25 février au 4 mars 1782, p. 169.

17Ces collégiens forment une clientèle à part dont la trace est perceptible tout au long de la période. Un guide de voyage datant de 1815 sous-entend même qu’ils composent une proportion importante des visiteurs dans la promenade38. Ils sont aussi très présents dans les documents d’archives, car leurs frasques sont souvent à l’origine d’attroupements. Dans un rapport relatant une émeute en 1780, Federici estime leur nombre à près de six cents39. Ils sont des visiteurs assidus et ils viennent en grand nombre. S’avérant turbulents et difficiles à contrôler, le garde suisse déplore même que « journellement, l’on en arrête quelqu’un pour cause de dégradation autour des baraques et des chaises »40. Plus encore, ils sont de fervents adeptes du jeu de barre : « Ces jeunes gens sont dans l’habitude d’y jouer aux barres et troublent entièrement la promenade. Ils renversèrent dernièrement hommes, femmes et enfants, et sur la plainte de la garde ils ne répondirent que des sottises »41. Régulièrement, les problèmes surviennent et les plaintes s’accumulent. Ces « polissons »42 donnent du fil à retordre à Federici et son équipe. Dans ses rapports, celui-ci suggère souvent qu’afin de « prévenir les événements dont les écoliers sont susceptibles, il serait nécessaire de leur renouveler la défense d’entrer aux Champs-Élysées, vu qu’ils sont toujours les mêmes et que les Suisses ne peuvent pas toujours être après eux pour les contenir, leur service les obligeant d’être partout »43.

  • 44  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, 1er au 8 mars 1790, p. 342.  

18En conséquence, les écoliers se font périodiquement interdire l’accès aux Champs-Élysées. Toutefois, la multiplicité de ces interdictions souligne la tolérance relative du directeur des bâtiments, qui permet d’année en année leur retour dans la promenade. En 1790, Federici propose de renouveler les défenses aux écoliers « et surtout de ne pas y jouer aux barres »44. Ce n’est donc pas tant les écoliers eux-mêmes, mais plutôt les conséquences de leurs amusements qui posent problème.

  • 45  AN O1-1586, fol. 417. Lettre du comte d’Angiviller à Duval recteur de l’Université, 27 décembre 17 (...)
  • 46  AN O1-1586, fol. 414. Lettre du comte d’Angiviller à Duval, 5 décembre 1776.
  • 47  Lettre de l’abbé Gauthier à d’Angiviller, 31 juillet 1786, p. 251. Les Champs-Élysées représentaie (...)

19Si l’on excuse finalement les écoliers, c’est que l’on estime que leurs « petits désordres sont plutôt l’effet de l’étourderie que de la méchanceté »45. Les personnes à blâmer sont celles qui les conduisent aux Champs-Élysées et qui les laissent sans surveillance : « Ces excès sont la suite de la mauvaise coutume qu’ont les précepteurs de cette jeunesse de passer le temps de la promenade dans un billard placé dans un fossé du cours assez éloigné, au lieu de veiller sur elle »46. Surviennent aussi des situations où les responsables eux-mêmes encouragent les étudiants dans leur tumulte. Les événements de juillet 1786 en offrent un exemple. La dispute se déroule au jeu de tamis et oppose des Basques à des écoliers47. Rapidement, les gardes s’emparent de deux personnes : un abbé qui est à la tête d’un groupe d’élèves et l’un de ses étudiants. Mécontents de ces arrestations et encouragés par leurs conducteurs, les écoliers provoquent un chahut considérable : ils tentent de désarmer la garde et menacent de couper les guides du fiacre qui amène leurs deux camarades chez le commissaire de police. L’ordre est difficilement rétabli, et ce, malgré tous les renforts appelés sur place.

20Cet événement donne lieu à une abondante correspondance. Bérardier, principal du collège Louis-le-Grand d’où proviennent les écoliers fautifs, s’efforce d’excuser leur conduite. La situation est délicate. Bérardier est conscient que ses protégés peuvent s’avérer turbulents et qu’ils ont mauvaise réputation :

  • 48  Lettre de Bérardier à d’Angiviller, 7 août 1786, p. 254.

Il n’est personne qui sente mieux que moi combien les promenades publiques sont dangereuses aux jeunes gens, et c’est pour cette raison que je ne cesse de presser messieurs du Bureau d’administration de procurer au collège de Louis-le-Grand un enclos assez vaste pour y contenir nos écoliers les jours de promenade. Cet objet devient d’autant plus essentiel que dans l’université on ne sait plus où conduire les écoliers : ils ne sont plus soufferts dans les plaines aux environs de Paris ; on les chasse de toutes les promenades publiques, il ne leur reste que le bois de Boulogne mais, outre que cette promenade est trop éloignée, il faut encore pour s’y rendre passer sur les Champs-Élysées et nos écoliers sont toujours tentés de s’y arrêter et de s’y reposer. Il est cependant bien juste que des enfants renfermés tout le reste de la semaine aient au moins les jours de congé quelques endroits où ils puissent librement prendre l’air et s’amuser honnêtement48.

  • 49  Lettre de Bérardier à d’Angiviller, 7 août 1786, p. 254-255.
  • 50  Lettre de d’Angiviller à Bérardier, 11 août 1786, p. 257.
  • 51  Nous ignorons la durée exacte de l’interdiction, mais deux ans plus tard, il est question d’écolie (...)

21Bérardier tente de sensibiliser le comte d’Angiviller à sa cause en prétendant que ses écoliers, qui « sont sans doute capables de grandes étourderies », mériteraient néanmoins plus d’égards de la part du directeur. Il déplore que même si « nos collèges renferment la fleur et l’espoir de la nation […] l’on préfère continuellement aux écoliers dans les jeux de balle établis aux Champs-Élysées un tas de domestiques et de fainéants qui s’y attroupent journellement »49. Mais d’Angiviller se révèle inébranlable. Le comportement des conducteurs lors des événements est inexcusable et mérite d’être puni : « ils ont paru le plus souvent plutôt partager son effervescence que chercher à l’apaisement, en quoi ils sont plus coupables qu’elle parce que, de gens d’un âge déjà un peu mûr, ils doivent connaître le respect dû à l’autorité du Roi »50. Les écoliers seront tout de même exclus des Champs-Élysées pour quelque temps51.

  • 52  Lettre de Federici à d’Angiviller, le 7 août 1786, p. 256.

22Dans la documentation liée à cette affaire, Federici souligne un point important. Il affirme que l’attitude des écoliers et des abbés est problématique parce qu’ils « ont la prétention d’être les maîtres des Champs-Élysées exclusivement à tout autre honnête citoyen »52. Pourtant, les détenteurs des jeux font des efforts pour satisfaire cette clientèle diversifiée. Pour assurer un bon déroulement, les joueurs doivent toutefois accepter certains compromis :

  • 53  Lettre de Fabien à d’Angiviller, juillet 1780, p. 125.

Comme la veuve Brunelle est obligée de faire de la dépense pour les jeux, elle fait payer 2 sols 6 deniers par homme et elle fournit un marqueur, le tamis et les balles. Cependant, lorsque les écoliers viennent, elle n’exige d’eux aucune rétribution. Il n’y a que sur les six heures, lorsque les joueurs se présentent, que l’on prie de vouloir bien céder le jeu, ce qu’ils ne font jamais de bonne volonté53.

  • 54  Lettre de d’Angiviller à l’inspecteur Duval, 31 avril 1778, p. 63.

23Ce n’est pas tant les jeux qui posent problème, mais plutôt les répercussions qu’ils peuvent avoir sur l’ordre public : « Tout le public honnête et raisonnable de Paris paraissant goûter de plus en plus cette promenade, elle ne doit point être troublée par une jeunesse qui semble s’appuyer de sa faiblesse même, pour braver toute contrainte et toute loi »54. Le confinement des jeux dans une clairière ne règle pas tout. Des incidents surviennent lorsque les écoliers exagèrent et qu’ils s’approprient un espace devant rester accessible à tous. La nécessité d’assurer une cohabitation sociale harmonieuse prend ici tout son sens.

24Lorsqu’en 1776 le directeur des bâtiments interdit tout nouvel établissement aux Champs-Élysées, on a vu qu’il justifie sa décision en mettant de l’avant l’obligation de préserver le caractère champêtre de la promenade. N’exigeant que peu de matériel, l’installation de plus de jeux n’aurait pas eu d’impact majeur sur le paysage. Pourtant, de telles demandes sont elles aussi systématiquement refusées. Il est clair ici que le directeur ne considère pas les Champs-Élysées selon des critères purement esthétiques. Il veille également à limiter le désordre. La popularité grandissante des Champs-Élysées est une source d’inquiétude pour le comte d’Angiviller. Justifiant son refus d’installer des cabinets d’aisance pour accommoder les visiteurs, le directeur explique que :

  • 55  Lettre de d’Angiviller au marquis de Montluzon, 3 avril 1779, p. 85. Nous soulignons.

la fureur qui porte les citoyens de Paris et le peuple aux Champs-Élysées est telle que je dois en ce moment plutôt chercher à la modérer qu’à l’encourager par de nouvelles commodités. Il résulte en effet de grands inconvénients de cette affluence extrême, comme la désertion presque entière des Tuileries et des autres promenades, des insultes fréquentes de femmes par un peuple attroupé55.

25La distinction faite ici entre les citoyens de Paris et le peuple est la clé permettant de saisir un enjeu majeur pour le développement des Champs-Élysées. Il s’agit de la crainte par rapport à tout rassemblement, du peuple attroupé, ce qui le rend aux yeux des autorités de l’époque potentiellement violent, impulsif, bref incontrôlable :

La foule est mélangée : s’y côtoyer est évident, s’y bousculer n’est pas rare. […] La foule est d’abord festive et fervente, enthousiaste et joyeuse. Dès que survient un incident, les autorités ne parlent plus de foule mais de multitude, de masse, de populace, ou encore d’essaim, ce qui signifie l’inquiétude vécue par rapport à ces rassemblements aussi imprévisibles que quotidiens (Farge, 2007 : 118).

  • 56  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, 31 mai au 7 juin 1779, p. 97. Nous soulignons.

26Cette conception est tellement ancrée que Federici trouve anormal que l’ordre soit maintenu lors d’une journée achalandée : « L’affluence du monde de tous les rangs était si grande hier, qu’on aurait cru que tout Paris était aux Champs-Élysées. Il y a régné quoique cela la plus grande tranquillité ; il y avait pourtant des dames mises de façon à se faire suivre »56.

  • 57  « C’est dans la grande esplanade des Champs-Élysées que se rassemblent les joueurs de longue paume (...)

27Les jeux comportent leur part intrinsèque de violence, mais une interdiction des éléments perturbateurs, que ce soit le jeu lui-même (les barres) ou les joueurs (les écoliers), réussit à diminuer substantiellement les débordements, ou à tout le moins leurs risques. Cependant, les divertissements aux Champs-Élysées ne se pratiquent pas en vase clos. L’espace est public, la clientèle n’est pas filtrée. En dépit du fait que les autorités ne réglementent pas directement l’accès, elles s’assurent par d’autres moyens d’émousser l’attrait des Champs-Élysées pour les visiteurs indésirables. Une façon d’y parvenir est de limiter le nombre de jeux. Que ce soit dans les rapports du garde suisse ou dans les guides de voyage, il est souvent fait mention que les jeux attirent beaucoup de spectateurs57. Ce sont eux qui suscitent le plus la méfiance des autorités. Dès le début, ils ont été un facteur déterminant pour le développement des jeux aux Champs-Élysées.

  • 58 AN O1-1189, Journaux des renvois et décisions du directeur des bâtiments, 8 juillet 1746. La foire (...)
  • 59  AN F13-875, 11 juin 1777.
  • 60  AN O1-1587, fol. 16. Lettre d’Auboin au comte d’Angiviller, 17 mars 1778.
  • 61  AN O1 1587, fol. 16. Annotation datée de mai 1778.
  • 62  Dictionnaire universel françois et latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux : contenant (...)

28En 1746, Louis Charonnat adresse une demande au directeur à l’effet d’installer un jeu de bague dans les Champs-Élysées. Jugeant qu’il était préférable de consulter son subalterne pour obtenir quelques éclaircissements, celui-ci lui répond que : « On permet ordinairement le jour de la foire de Beson de placer dans les Champs Élizées un jeu de bague mais cette permission ne se donne que pour un jour parce qu’il est constant que ce spectacle ou jeu n’atire que des vagabons et libertins »58. Le directeur est néanmoins conciliant et il approuve la demande. Une trentaine d’années plus tard, c’est un certain Chevrot qui projette de bâtir un jeu de bague. Cette fois-ci, le verdict est sans appel : « cette espece de jeu attire ordinairement alentour de lui une populace qui ne peut qu’écarter de plus en plus les honnetes gens de ce coté de la promenade »59. Il est clair que les spectateurs sont au cœur du problème. Le jeu de bague n’est pas le seul à être concerné. Le mail, qui a été l’objet d’une ordonnance en 1700, suscite également des craintes. En 1778, un individu désire s’installer dans le fossé longeant le Cours-la-Reine pour tenir un tel amusement « qui est le jeu le plus honneste et le plus inocent de tous les jeux »60. Il a beau tenter de rassurer les autorités en affirmant que des précautions seront prises afin d’éviter les accidents, sa stratégie ne fonctionne pas : « M. le comte ne veut point de nouvel établissement de jeux aux Champs-Élisées, cela ne faisant qu’y attirer la populace »61. L’usage du terme « populace » par les élites n’est pas fortuit. Le mot est lui-même porteur de sens. Sa connotation est clairement péjorative : « Menu peuple ; la lie du peuple ; foule de petites gens »62. Son utilisation récurrente ne fait que souligner davantage le caractère inquiétant que pouvaient représenter les rassemblements autour des espaces de jeux.

Conclusion

« La méfiance porte sur la turbulence, voire l’immoralité supposée d’une activité jugée trop libre. D’où la tendance à l’aménager, mais aussi à l’infléchir et quelquefois à la supprimer. L’histoire de ces jeux est alors celle des entreprises faites pour les circonscrire et les baliser. » (Vigarello, 2005, 270)

29L’étude des jeux permet de mettre en lumière les préoccupations des autorités ayant à gérer cet espace public. Malgré le fait qu’elles n’aient pas de programme de développement prédéfini, les autorités s’assurent que la fonction des différents territoires soit respectée. Les joueurs ont leur espace attitré, à la gauche de l’avenue centrale. Il y a une volonté réelle de leur part des autorités de ne pas dénaturer les Champs-Élysées. Les dirigeants auraient eu plusieurs occasions de se débarrasser de cette source de désordre. Elles refusent d’autoriser la construction d’un trop grand nombre d’échoppes ou le bâtiment proposé par l’architecte Poyet. En dépit des inconvénients résultants des amusements pour l’ordre public, ils font des efforts pour conserver des aires de jeux, dont ils bénéficient également lors des fêtes publiques et des exercices militaires.

30Les Champs-Élysées étant ouverts à tous, les joueurs sont issus d’horizons très diversifiés. Cette accessibilité n’est pas remise en question. Que les joueurs soient nobles ou non, le regard porté sur eux est certes différent, mais le constat reste le même. L’objectif ultime est la conservation de l’ordre public. Même si la crainte des attroupements est présente dans l’esprit des autorités, celles-ci n’adoptent pas une attitude contraignante par rapport aux joueurs. Ainsi, les écoliers, visiteurs ayant la réputation d’être turbulents, finissent toujours par être réadmis aux Champs-Élysées. Les administrateurs réagissent lorsque surviennent des débordements, mais tolèrent tout de même l’animation causée par la pratique quotidienne des divertissements. Ils craignent non pas l’activité en elle-même, mais plutôt l’une de ses répercussions, celle d’attirer la « populace ». En contrôlant l’offre des divertissements, les autorités tentent d’éloigner les spectateurs indésirables. Tout au long de la période étudiée et malgré les nombreux changements politiques, elles adoptent une attitude réactive et interviennent lorsque les visiteurs adoptent des comportements inappropriés dans cet espace public. La cohabitation sociale est préservée, avec tout ce que ça implique comme compromis.

31Bien qu’ils réglementent le cadre spatial, la nature et le nombre d’installations, on peut ainsi affirmer que les administrateurs font preuve d’ouverture en s’efforçant de préserver le carré des jeux aux Champs-Élysées.

Haut de page

Bibliographie

BACKOUCHE, « L’histoire urbaine en France. Nouvel objet, nouvelles approches », dans Urban History Review / Revue d’histoire urbaine, 32, 1 (Automne 2003) : 7-14.

BELMAS, Elisabeth, Jouer autrefois. Essai sur le jeu dans la France moderne (XVI-XVIII siècle), Paris, Champ Vallon, 2006.

D’ALLEMAGNE, Henry-René. Sports et jeux d’adresse, Paris, Hachette, 1903.

DEPAULE, Jean-Charles, « Première partie : L’anthropologie de l’espace », dans Jean Castex, Jean-Louis Cohen et Jean-Charles Depaule. Histoire urbaine, anthropologie de l’espace. Paris, CNRS, coll. Cahiers du PIR, 1996.

CHAPUS, Eugène, Le sport à Paris, Paris, L. Hachette, 1854.

CORBIN, Alain dir., L’avènement des loisirs 1850-1960, Paris, Aubier, 1995.

DAURESME, Olivier, « La promenade, un loisir urbain universel ? », dans Histoire urbaine, 2001, 1 : 83-102.

DEBARDIEUX, Bernard, « L’espace public ou l’heuristique heureuse », dans Cynthia Ghorra-Gobin dir., Réinventer le sens de la ville : les espaces publics à l’heure globale, Paris, L’Harmattan, 2001.

FARGE, Arlette, Effusion et tourment, le récit des corps : histoire du peuple au XVIIIe siècle, Paris, Odile Jacob, 2007.

FIERRO, Alfred, Lavie des Parisiens sous Napoléon, Saint-Cloud, Napoléon 1er éditions, 2003.

JUSSERAND, Jean-Jules, Lessports et jeux d’exercice dans l’ancienne France, Genève, Slatkine Reprints, 1986 (1901).

LEBORGNE, Dominique dir., Les Champs-Élysées et leur quartier, Paris, Délégation à l’action artistique de la ville de Paris, 1988.

LE SENNE, Émile, La Garde-suisse des Champs-Élysées au XVIIIe siècle, Paris, E. Champion, 1914.

MONTANDON, Alain, Sociopoétique de la promenade, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2000.

RABREAU, Daniel, « La promenade urbaine en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, entre imaginaire et planification », dans Monique Mosser et de Georges Teyssot dir., Histoire desjardins. De la Renaissance à nos jours, Paris, Flammarion, 2002 (1991), p. 301-312.

ROBERT, Louis et Danielle TARTAKOWSKY dir., Paris le peuple : XVIIIe-XXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999.

TURCOT, Laurent, Le promeneur à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 2007.

VIGARELLO, Georges, « S’exercer, jouer », dans Corbin, Alain, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello dir., Histoire du corps, De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 2005, p. 235-302.

VIGARELLO, Georges, Du jeu ancien au show sportif : la naissance d’un mythe, Paris, Seuil, 2002.

Sources imprimées :

CUCHET, Joseph, Almanach des plaisirs de Paris et des communes environnantes, contenant les époques des fêtes, etc., Paris, Goujon, 1815.

Dictionnaire universel françois et latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux : contenant la signification et la définition des mots de l’une et l’autre langue, Paris, Compagnie des libraires associés, 1771.

FARGE, Arlette, Flagrants délits sur les Champs-Élysées : les dossiers de police du gardien Federici (1777-1791), Paris, Mercure de France, 2008.

LISTER, Martin, Voyage de Lister à Paris en 1698. Traduit pour la première fois, publié et annoté par la Société des bibliophiles français, Paris, Société des bibliophiles, 1873.

MERCIER DE COMPIÈGNE, Claude-François-Xavier, Manuel du voyageur à Paris, contenant la description des spectacles, manufactures, établissements publics, jardins, cabinets curieux, etc… Avec la division de Paris en douze arrondissemens et la notice des rues par ordre alphabétique, Paris, Favre, 1800.

THIERY, Almanach du voyageur à Paris, contenant une description intéressante de tous les monumens, chefs-d’œuvre des arts & objets de curiosité que renferme cette capitale, Paris, Hardouin, 1783.

Haut de page

Notes

1  Il ne faut pas confondre les jeux qu’on pratique à cette époque avec le concept de sport tel qu’on le conçoit de nos jours : « Aucun rapport ici avec le sport moderne, dont l’organisation révèle au contraire un champ unifié de comportement soumis à un programme temporel et à un calendrier particulier, avec ses épreuves réglementées et rigoureusement échelonnées sur l’année » (Vigarello, 2005 : 265).

2  On séparait alors les jeux en trois catégories : les jeux d’exercice, les jeux de hasard et les mixtes (Belmas, 2006 : 12-13).

3  Le carré des jeux est clairement indiqué sur le Plan Tardieu datant de 1839. Construit en 1855, le Palais de l’Industrie est remplacé en 1897 par le Grand Palais, qui est encore aujourd’hui l’un des importants musées de la capitale française.

4  Les historiens de la promenade mettent souvent l’accent sur l’aspect mondain de cette pratique. (Rabreau, 2002 ; Montandon, 2000 ; Dautresme, 2001). Bien qu’ayant travaillé sur les Champs-Élysées, Laurent Turcot concentre son analyse sur la section de la « belle promenade » du côté du Faubourg Saint-Honoré (Turcot, 2007).

5  « On descend de voiture, & l’on va se promener à pied aux Tuileries, au Luxembourg ou dans d’autres de ces grands jardins qui appartiennent à la couronne ou aux princes, & qui, bien meublés de sièges, sont ouverts à tout le monde, sauf aux laquais & à la canaille » (Lister, 1698 : 28).

6  « En ce sens, la “bonne compagnie” se définit simplement par opposition à la “populace” que les règlements du Palais-Royal excluent en principe de la promenade, puisqu’on n’y souffre pas les soldats, les domestiques en livrée, les femmes en tablier, les ouvriers, les personnes “en bonnet ou en veste, portant paquets”, les écoliers, les polissons et gens sans aveu » (Dautresme, 2001 : 88).

7  Il s’agit des deux-tiers des rapports rédigés par Federici entre 1777 et 1791. Les originaux sont conservés aux Archives Nationales de Paris sous la cote O1-1589. Pour en savoir plus sur Federici et ses relations avec ses supérieurs hiérarchiques, on peut lire la brochure d’Émile Le Senne, 1914. La Garde-suisse des Champs-Élysées au XVIIIe siècle. Paris, E. Champion. Dans la même veine, on consultera l’ouvrage de Laurent Turcot, qui s’est de plus intéressé à la question de la délinquance aux Champs-Élysées, Laurent Turcot, 2007. Le promeneur à Paris au XVIIIe siècle. Paris, Gallimard.

8  Arrêt du Conseil d’État qui ordonne de faire planter des avenues d’arbres depuis le derrière du jardin des Tuileries jusqu’à la montagne de Chaillot et depuis le bout du Cours de la Reine jusqu’aux maisons du Roule et fait defences à tous particuliers propriétaires detempteurs ou fermiers de labourer ni ensemencer aucunes des terres sises depuis le derriere dudit jardin des Tuileries jusqu’à montagne de Chaillot. Paris, 24 août 1667. Archives Nationales de Paris, dorénavant AN O1-1588, fol. 205. L’orthographe originale a été conservée dans les citations.

9  Les Champs-Élysées seront administrés par le Ministère des bâtiments du roi, puis, après la Révolution, par le Ministère de l’Intérieur jusqu’en 1828, année où l’espace de la promenade est concédé à la Ville de Paris. Les fonds d’archives de ces deux ministères sont conservés aux Archives Nationales de Paris.

10  Le paysage des Champs-Élysées subira quelques modifications au cours des années 1720 et 1750 (replantations, aplanissement, percement de rues). Toutefois, la disposition du plan d’ensemble reste sensiblement la même tout au long de la période étudiée, c’est-à-dire jusqu’en 1828.

11  Ordonnance de police portant défenses de jouer au mail dans les fossées du Cours-la-Reine. Paris, Imprimerie Thierry, 2 juillet 1700.

12  Ordonnance de police portant défenses de jouer au mail dans les fossées du Cours-la-Reine. Paris, Imprimerie Thierry, 2 juillet 1700.

13  AN O1-1185, Journaux des renvois et décisions du directeur des bâtiments, 16 avril 1739. Un jeu de bague consiste en un carrousel de chevaux ou de sièges de bois tournant sur un pivot central planté dans le sol. À l’aide d’une courte lance, les participants devaient enfiler les anneaux (bagues) suspendus à un poteau fixe. On peut consulter plusieurs illustrations de cet amusement dans l’ouvrage d’Henry-René L’Allemagne, 1903. Sports et jeux d’adresse. Paris, Hachette : 91-105.

14  AN O1-1188, Journaux des renvois et décisions du directeur des bâtiments, 15 août 1742.

15  AN O1-1189, Journaux des renvois et décisions du directeur des bâtiments, 10 juillet 1746.

16  En 1749, le contrôleur de la plantation se plaint que la veuve Ferret a installé son échoppe « au milieu des Champs Élisées au dessus du jeu de battoir ». AN O1-1586, fol. 15, Rapport de Disle au marquis de Marigny, 9 avril 1749. Le battoir est une variante de la longue paume, ancêtre du tennis.

17  AN O1-1586, fol. 411, lettre du comte d’Angiviller à Baudouin de Guemadene, 27 novembre 1776.

18  Lettre du comte d’Affry à d’Angiviller, 25 avril 1777 (in Farge, 2008 : 40-41).

19  Ordonnance du 11 juin 1777 dans Farge, 2008 : 47. Un règlement semblable sera publié en 1806. AN F13-994, Arrêté du Ministre de l’Intérieur relatif aux Champs-Élysées, 6 septembre 1806 : « Les jeux d’exercice sont expressément prohibés le long des allées et partout ailleurs que dans le grand carré dit des Jeux, côté de la rivière, et dans celui situé entre l’avenue de Marigny et celle de Matignon. »

20  Ministère de l’Intérieur, brumaire an VII (octobre 1798). Programme pour l’embellissement des Champs-Élysées. Paris, Imprimerie de la République : 2.

21  Concernant les projets de 1796, 1816 et 1824, consulter dans AN F13-994 le dossier intitulé « Edifice projeté par M. Poyet au centre de la grande salle des Champs-Élysées ». Pour en savoir plus sur le projet datant de 1818, se référer à AN F13-206. Finalement, une brochure, non datée, a été publiée par Poyet, Mémoire sur le projet d’un édifice à construire au centre du grand carré des Champs-Élysées, pour les réunions de la Garde-Royale et de la Garde Nationale ainsi que pour servir aux fêtes publiques. Paris, Imprimerie de Fain.

22  AN F13-994, lettre du préfet de police au ministre de l’Intérieur, 20 juillet 1816.

23  AN F13-994, lettre du ministre de l’Intérieur à Poyet, 14 juin 1816.

24  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, 19 au 26 mars 1782 (Farge, 2008 : 171). Le jeu de barre, dont il sera souvent question dans cette partie, se défini ainsi : « Jeu de course, qui remonte à l’Antiquité grecque. Deux camps s’affrontent sur un terrain rectangulaire ; l’un des joueurs provoque un adversaire en l’appelant par son nom. Celui-ci doit frapper 3 fois la main du provocateur et essayer de le capturer, donc avoir “barre” sur lui. L’équipe gagnante est celle qui fait le plus de prisonniers » (Belmas, 2006 : 398).

25  AN F13-995, lettre de Fouquet au ministre de l’Intérieur, 2 vendémiaire an 11 [24 septembre 1802].

26  AN F13-996, lettre de Fouquet au ministre de l’Intérieur, 17 juin 1807.

27  AN F13-995, lettre de la veuve Collodon au ministre de l’Intérieur, 21 pluviôse an 10 [10 février 1802]. Le pari était souvent associé aux jeux d’exercices : « Manière primitive de jouer, le pari assure une gravité minimale. Il entretient un risque et crée une tension. Il fait exister le sérieux lorsque aucune organisation de garantit l’engagement de joueurs affrontés au hasard des rencontres. Il mobilise chaque acteur lorsque la pratique, loin d’être celle d’une institution, demeure celle d’une occurrence fortuite » (Vigarello, 2005 : 266).

28  AN F13-995, Rapport présenté au ministre de l’Intérieur par le chef de division, 3 messidor an 11 [22 juin 1803].

29  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, 5 au 12 février 1781, (FARGE, 2008 : 143). Sauf quelques exceptions, tous les extraits de rapports et de correspondance sont tirés de ce recueil. Afin d’éviter les redites, nous inscrirons désormais que le numéro de page des extraits cités.

30  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, du 5 au 12 février 1781, p. 143.

31  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, 26 février au 5 mars 1781, p. 143.

32  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, 26 février au 5 mars 1781, p.143-144.

33  « Mme la duchesse de Bourbon, qui étant dans l’appartement de Federici pour voir la course… ». Lettre de Rochoux au comte d’Angiviller, 11 avril 1781, p. 148.

34  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, 12 au 19 avril 1784, p. 210. Nous soulignons.

35  AN O1-1589, fol. 336. État des jeunes gens qui jouent aux barres aux Champs-Élisées. Cette liste n’est pas comprise dans le recueil édité par Arlette Farge.

36  AN O1-1589, fol. 335. Rapport de Federici au comte d’Angiviller, du 12 au 19 avril 1784. L’annotation est datée du 3 mai 1781.

37  Rapport extraordinaire de Federici au comte d’Angiviller, 29 juillet 1780, p. 122.  

38  « Les Champs-Élysées ne sont guère fréquentés que par des joueurs de boule ou de longue paume, des écoliers, des invalides ou des amans mélancoliques » (CUCHET, 1815 : 89).

39  Rapport extraordinaire de Federici au comte d’Angiviller, 29 juillet 1780, p. 122.  

40  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, 18 au 25 mars 1782, p. 170.

41  Lettre de d’Angiviller à l’inspecteur Duval, 31 avril 1778, p. 63.

42  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, 12 au 19 avril 1779, p. 88.

43  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, 25 février au 4 mars 1782, p. 169.

44  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, 1er au 8 mars 1790, p. 342.  

45  AN O1-1586, fol. 417. Lettre du comte d’Angiviller à Duval recteur de l’Université, 27 décembre 1776.

46  AN O1-1586, fol. 414. Lettre du comte d’Angiviller à Duval, 5 décembre 1776.

47  Lettre de l’abbé Gauthier à d’Angiviller, 31 juillet 1786, p. 251. Les Champs-Élysées représentaient un espace de sociabilité important pour les joueurs issus des provinces françaises. « Les Champs Élysées sont le principal endroit où l’on s’adonne aux jeux de plein air. Le jeu de boules est pratiqué surtout par les originaires de Provence, du Languedoc, du Lyonnais, les Auvergnats s’adonnent au jeu de quilles. On joue aussi au ballon, au volant et au jeu de bagues » (Fierro, 2003 : 295). La présence de ces joueurs se faisant très discrète dans les documents d’archives, nous possédons peu d’information à leur sujet. Nous savons toutefois que des hommes originaires de Picardie étaient des habitués du jeu de tamis : « Depuis cinquante ans, une société de picard, avoit un emplacement au Champs Elisés pour jouer au tamis. Les fêtes données l’an passé a nécessitée que ce jeu soit comblé, ils vous pris, Citoyen Ministre, de vouloir bien ordonner qu’on leur donne un autre emplacemens afin qu’il puisse s’exercer à le dit jeu sans frais, n’étant point riche et comptant parmi eux beaucoup de grenadiers de la garde des Consuls. » Ils obtiendront un emplacement dans le carré des jeux. AN F13-995, Lettre au ministre de l’Intérieur, 5 germinal an 10 [26 mars 1802].

48  Lettre de Bérardier à d’Angiviller, 7 août 1786, p. 254.

49  Lettre de Bérardier à d’Angiviller, 7 août 1786, p. 254-255.

50  Lettre de d’Angiviller à Bérardier, 11 août 1786, p. 257.

51  Nous ignorons la durée exacte de l’interdiction, mais deux ans plus tard, il est question d’écoliers du collège Louis-le-Grand dans un rapport de Federici au comte d’Angiviller (rapport du 31 mars au 7 avril 1788, p. 282).

52  Lettre de Federici à d’Angiviller, le 7 août 1786, p. 256.

53  Lettre de Fabien à d’Angiviller, juillet 1780, p. 125.

54  Lettre de d’Angiviller à l’inspecteur Duval, 31 avril 1778, p. 63.

55  Lettre de d’Angiviller au marquis de Montluzon, 3 avril 1779, p. 85. Nous soulignons.

56  Rapport de Federici au comte d’Angiviller, 31 mai au 7 juin 1779, p. 97. Nous soulignons.

57  « C’est dans la grande esplanade des Champs-Élysées que se rassemblent les joueurs de longue paume; les joueurs au ballon et au cochonnet. Il y a toujours une foule de spectateurs. » (Mercier de Compiègne, 1800 : 168). Une indication semblable est également fournie dans un almanach du 18e siècle (Thiery, 1783 : 95-96). Pour une description de l’enthousiasme que peut susciter une partie de boule, on consultera Chapus, 1854 : 132-135.

58 AN O1-1189, Journaux des renvois et décisions du directeur des bâtiments, 8 juillet 1746. La foire de Besons durait une journée et avait lieu au mois de septembre.

59  AN F13-875, 11 juin 1777.

60  AN O1-1587, fol. 16. Lettre d’Auboin au comte d’Angiviller, 17 mars 1778.

61  AN O1 1587, fol. 16. Annotation datée de mai 1778.

62  Dictionnaire universel françois et latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux : contenant la signification et la définition des mots de l’une et l’autre langue. 1771, Paris, Compagnie des libraires associés, 1771, t.6, p. 896.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Laporte, « Cohabitation sociale et ordre public aux Champs-Élysées :Gestion et appropriation du carré des jeux (1700-1830) », Conserveries mémorielles [En ligne], # 10 | 2011, mis en ligne le 15 août 2011, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://cm.revues.org/904

Haut de page

Auteur

Véronique Laporte

, doctorante en histoire à l’Université du Québec à Montréal. La thèse, codirigée par Pascal Bastien et Christine Métayer (Université de Sherbrooke), porte sur l’histoire des Champs-Élysées entre 1667 et 1828.

Véronique Laporte is a Ph.D. student in History at the University of Québec in Montreal (UQAM). Her thesis, supervised by Pascal Bastien and Christine Métayer (Université de Sherbrooke), discusses the history of the Champs-Élysées from 1667 to 1828.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org