Navigation – Plan du site
Mémoire et transformations du travail dans les entreprises

Mémoire et conditions de travail : analyse d’entretiens auprès d’ouvriers

Memory and working conditions : analysis of interviews with factory workers
René Mathieu et Armelle Gorgeu

Résumés

Cet article s’appuie sur des entretiens réalisés en 2006 avec des ouvriers travaillant dans des usines automobiles (constructeurs et fournisseurs) en France. L’objectif était d’analyser leurs conditions de travail passées et présentes et les effets de celles-ci sur leur santé, à partir de leurs trajectoires professionnelles. Les propos des ouvriers interrogés mettent en relief une dégradation des conditions de travail et de l’ambiance depuis la fin des années 80. Se remémorer leurs conditions de travail passées permet de faire le lien entre des situations anciennes et leurs pathologies actuelles. Des personnes peuvent garder de bons souvenirs de périodes où la pénibilité physique de leur travail était plus importante qu’aujourd’hui, mais était compensée par de la solidarité, une convivialité, et une certaine forme d’autonomie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’article s’appuie sur une recherche réalisée en 2006-2007 (Ardenti, Mathieu, Gorgeu, 2010), dans (...)

1Comment les salariés reconstruisent-ils leurs conditions de travail passées par rapport à celles qu’ils vivent aujourd’hui et comment interprètent-ils les changements ? Ce sont ces questions que nous nous posons dans cet article qui s’appuie sur des entretiens réalisés en 2006, dans le cadre d’une recherche sur les conditions de travail et la santé, auprès d’ouvriers travaillant dans des usines de la filière automobile1. Les circonstances dans lesquelles ont été interrogés ces ouvriers sont importantes pour comprendre la manière dont ils ont fait appel à leur mémoire. L’objectif était de les faire parler de leurs trajectoires professionnelles depuis leur sortie de formation initiale, pour analyser leurs conditions de travail passées et présentes, l’évolution de celles-ci telle qu’elle était ressentie, et les relations qu’ils établissaient entre leurs conditions de travail et leur état de santé. Le but de cette recherche n’était pas la reconstruction par la mémoire de leurs conditions de travail passées, mais les liens entre travail et santé, notamment la recherche des causes de leurs pathologies. L’appel à la mémoire était ainsi instrumentalisé, ce qui n’est pas le cas dans des autobiographies d’ouvriers (Navel, 2004 ; Durand, 2006 ; Levarray, 2006) ou dans des ouvrages s’appuyant sur des témoignages, comme ceux d’ex salariés de Métaleurop désireux de faire partager leur vécu dans cette usine et leur participation à la lutte menée contre la fermeture de celle-ci en 2003 (Fajardie, 2003). Les propos recueillis lors de ces entretiens l’ont été suite à notre demande et n’ont pas donné lieu à une réflexion préalable de la part de nos interlocuteurs contrairement aux paroles ouvrières exprimées dans les ouvrages précitées. Ces derniers mettent en relief une reconstruction du passé qui s’appuie dans l’un d’entre eux sur des notes prises au jour le jour, et qui vise à garder une mémoire ouvrière collective, objectif particulièrement explicite dans celui de Marcel Durand (2006) : « D’autres ouvriers que moi auraient pu écrire cette chronique de la chaîne à Peugeot, que j’ai signée du pseudonyme de Marcel Durand pour ne pas m’approprier cette mémoire collective. Je prenais des notes à l’occasion d’événements marquants : prises de gueule avec le chef, rigolades entre collègues, débrayages, grèves. Je voulais garder une trace de cette vie à la chaîne, décrire l’ambiance de travail. Pour moi. Pour les copains de galère aussi…On laisse des plumes au boulot. Plusieurs copains y ont laissé leur peau. ».

2Les propos présentés dans cet article ne font appel qu’à la mémoire individuelle. L’objectif était de faire travailler la mémoire à partir de questions précises, de dater les événements, ce qui permettait de faire ressortir des détails importants explicatifs du contexte. Les personnes ne connaissaient pas à l’avance les thèmes sur lesquels elles seraient interrogées. Il fallait rapidement au début et au cours de l’entretien établir un climat de confiance entre le salarié et le chercheur. La posture est différente lorsque le chercheur et l’ouvrier se connaissent ou ont un réseau commun de connaissances, ce qui est le cas des ethnologues, Stéphane Beaud et Michel Pialoux (1999), qui ont analysé pendant de longues années la condition ouvrière dans le bassin d’emploi de Sochaux Montbéliard en Franche Comté en mobilisant la mémoire de leurs interlocuteurs.

3Les propos des ouvriers enquêtés, surtout de ceux de plus de 40 ans, majoritaires dans notre échantillon, mettent en relief une intensification du travail, une dégradation des conditions de travail et surtout de l’ambiance depuis la fin des années 80. Ce ressenti entraîne une certaine nostalgie du passé, même si celui-ci n’est pas nécessairement embelli, et une dénonciation des changements intervenus pour ceux qui sont les plus critiques. Se remémorer leurs conditions de travail passées permet à certains de faire le lien entre des événements déjà anciens et leurs pathologies actuelles, de prendre conscience de l’origine professionnelle de celles-ci. Quelques uns parmi les plus anciens évoquent des conditions de travail physiques particulièrement pénibles, et considèrent qu’il y a eu des améliorations dans l’usine ou pour eux car ils ont changé de poste. Le constat peut être que celles-ci sont arrivées trop tard, car ils étaient déjà usés ou ne se trouvaient pas dans les ateliers qui en avaient bénéficié. La reconstruction par la mémoire des conditions de travail passées peut aussi justifier les décisions de changer de métier en raison d’une pression psychique forte de leur travail.

4Avant de présenter ces différents cas de reconstruction par la mémoire des conditions de travail passées en comparaison avec celles vécues au moment de l’entretien, il est nécessaire de préciser que de nombreux ouvriers, travaillant chez des équipementiers automobiles, sentaient leur emploi menacé au moment de l’entretien, car il y avait en 2006 des fermetures d’usines et des annonces de suppressions d’emplois, dues à des délocalisations d’activités dans les pays à bas salaires (Ardenti, Mathieu, Gorgeu, 2010). Cette situation peut expliquer, en partie, que l’interprétation par les ouvriers des changements intervenus dans les conditions de travail soit en règle générale très défavorable, la peur de se retrouver au chômage étant une source importante de stress. Le regret du passé s’explique aussi par les nouvelles formes de management (gestion par les compétences, mise en concurrence des salariés, évaluation individuelle) et d’organisation de la production et du travail (organisation en juste à temps), qui ont été mises en place à partir de la fin de la décennie 80 dans la filière automobile (Gorgeu, Mathieu, 2005). Par ailleurs le lien entre travail et mémoire peut être très différent en fonction du sexe, de l’âge, et des trajectoires professionnelles des personnes interrogées. Certains ouvriers ont une grande ancienneté dans l’usine où ils travaillaient au moment de l’entretien et les changements qu’ils mettent en relief ne concernent que celle-ci, alors que d’autres ont eu des trajectoires professionnelles très diversifiées, souvent précaires et entrecoupées de périodes de chômage, ce qui leur permet d’évoquer avec regret ou au contraire avec aversion les différentes activités qu’ils ont exercées. La comparaison entre leurs conditions de travail passées et présentes intègre leurs conditions d’emplois, et tient compte de leurs changements de métiers et de secteurs. La plupart des ouvriers interrogés, même ceux qui ont des pathologies handicapantes en raison de leurs conditions de travail passées, notamment des efforts physiques qui leur étaient demandés, supportent plus mal la pénibilité psychique et morale que la pénibilité physique. Même si cette dernière est moins importante aujourd’hui en raison de progrès ergonomiques, ils gardent la nostalgie du passé, regrettant une convivialité et une solidarité perdues et de moindres contraintes. Les ouvriers les plus sensibles à l’accroissement de l’intensification et de la rationalisation du travail et à la dégradation de l’ambiance sont les plus âgées, notamment les femmes, et les personnes qui au cours de leur vie professionnelle ont joui d’une certaine autonomie.

5Dans la première partie de cet article, nous traiterons de l’appel à la mémoire sur le thème travail et santé. La recherche des causes de leurs pathologies était l’objectif premier de la recherche, et c’est à partir de cette interrogation que les personnes ont parlé de leurs trajectoires professionnelles et de leurs conditions de travail. Une certaine nostalgie d’un passé plus ou moins lointain apparaît dans leurs propos qui fait l’objet de la seconde partie. Celle-ci montre que des personnes peuvent garder de bons souvenirs de périodes où la pénibilité physique était importante, lorsque celle-ci était compensée par une bonne ambiance et une certaine autonomie dans le travail. La troisième partie est consacrée aux améliorations perçues par nos interlocuteurs dans leurs conditions de travail actuelles

L’appel à la mémoire concernant les liens entre travail et santé

6La priorité était de faire parler les personnes de leur santé en lien avec leurs conditions de travail passées et présentes. Généralement, les salariés n’évoquent pas spontanément leurs ennuis de santé pour diverses raisons, notamment le « déni de la souffrance pour pouvoir tenir » que des sociologues et des ergonomes ont mis en relief (Davezies, 1999), et aussi la crainte de perdre leur emploi, d’être licencié pour inaptitude. Pour lever les réticences, il fallait établir un climat de confiance, ce qui n’était pas évident car les coordonnées des ouvriers avaient été fournies par les médecins du travail ce qui pouvait provoquer la méfiance, notamment parmi les ouvriers travaillant chez les fournisseurs automobiles où des suppressions d’emplois étaient annoncées. Le médecin du travail peut être perçu comme un allié des directions parce qu’il juge de l’aptitude du salarié. C’est au cours de l’entretien que le salarié évoquait ses problèmes de santé, lorsqu’il avait bien compris que nous n’avions pas de lien avec l’entreprise. On a pu remarquer chez certains salariés, une pudeur, une répugnance à s’exprimer par rapport à leurs problèmes de mal être, de troubles de santé. C’est après un certain temps, parfois au détour d’une autre question, que la personne s’est livrée davantage et a apporté des détails à la fois sur les accidents de travail et les autres pathologies en lien avec son travail au cours de sa vie professionnelle, et sur son état de santé au moment de l’entretien, et par comparaison sur celui de ses collègues. Il fallait souvent relancer la personne pour qu’elle apporte des précisions sur ses pathologies. En règle générale, les ouvriers interrogés n’ont pas eu de mal à indiquer les moments au cours de leur vie professionnelle où sont apparus les premiers symptômes. Les arguments donnés par les médecins, par exemple des otites remontant à l’enfance en cas de surdité, ou l’abus de cigarettes pour une opération des artères au niveau des jambes, alors que la personne ne fume plus depuis 14 ans, ne paraissent pas aux ouvriers concernés convaincants, mais ils nous livrent cette information, car ils ne peuvent pas s’opposer à un avis médical qui les empêche de bénéficier de la reconnaissance d’une pathologie en maladie professionnelle. La reconstruction par la mémoire des conditions de travail passées qui pouvaient être à l’origine de leurs pathologies actuelles leur faisait prendre conscience de l’origine professionnelle de celles-ci et ils pouvaient regretter de n’avoir pas fait de déclaration. Les pressions, la crainte de perdre son emploi sont un frein à la déclaration, voire à tout arrêt de travail, des précisions nous ont été apportées sur ce thème, et par ailleurs certaines pathologies, par exemple les dorsalgies, notamment les hernies discales, sont rarement reconnues, même lorsqu’elles sont déclarées, propos corroborés par des conseillers d’une Caisse régionale d’assurance maladie.

7Quasiment toutes les personnes interrogées, à l’exception des plus jeunes, ont des ennuis de santé au moment de l’entretien, notamment des tendinites, des dorsalgies, des baisses d’audition, dont l’origine professionnelle, plus ou moins lointaine, n’est pas toujours facile à déterminer de leur point de vue, car il peut y avoir un cumul de raisons, et une usure générale. Beaucoup ont fait référence à l’inconscience de la jeunesse face au danger dans la manière de se ménager aux postes de travail (ne pas prendre au sérieux les règles de conduite dans la manière de porter des charges lourdes par exemple). Les femmes sont encore plus concernées que les hommes, toutes y compris la plus jeune (28 ans) étant atteintes de pathologies au moment de l’entretien (Gorgeu, Mathieu, 2009). Les personnes les plus âgées, qui ont une grande ancienneté dans la même usine, datent parfois avec une grande précision leurs ennuis de santé. C’est le cas notamment de ces deux femmes de 55 ans, Nicole et Françoise, qui travaillent depuis plus de trente ans dans la même usine de montage automobile. Nicole, qui a subi une opération de la coiffe (au niveau de l’épaule) en mars 2006, juste avant l’entretien, avait mal depuis dix ans et se soignait par des massages : « j’ai pu tirer dessus jusqu’à ce que ça casse. Je ne pouvais plus du tout lever le bras ». Elle avait eu il y a longtemps une tendinite du coude non reconnue en maladie professionnelle et, pour elle, les causes de ces deux pathologies remontent au début de sa vie professionnelle. Ses articulations se sont usées à cause des gestes répétitifs, parce qu’il fallait serrer des vis avec des visseuses pneumatiques, travailler bras en l’air, prendre de mauvaises positions. « Y a longtemps que j’ai mal au dos, ça fait à peu près depuis l’âge de 30 ans. On se penchait dans les containers. Puis là, à l’habillage moteur au début y avait pas de station élévatrice, alors que maintenant il y en a. Fallait se baisser ». Les ennuis de santé de Françoise sont plus récents : « En câblerie, il y a des manipulations, il y a beaucoup de problèmes de canal carpien, j’ai rien eu de tout cela, j’étais impeccable au niveau santé. C’est depuis cinq ans, depuis qu’ils m’ont mis en mécanique sud, j’ai plein de problèmes, dos, bras. La semaine prochaine, je vais me faire opérer des tendons. On porte, on monte des trains arrière de voitures, on les monte entièrement. On portait ça 7 kilos, 60 trains. Fallait se baisser dans les containers ». Une autre femme, Marie, 48 ans, qui travaille dans une autre usine de montage automobile, mais seulement depuis onze ans, car elle était avant dans l’industrie textile, a une polyarthrite depuis 2000, qui touche toutes les articulations, poignets, mains, pieds. De son point de vue, ce sont ses conditions de travail à son arrivée dans cette usine qui sont à l’origine de sa pathologie, qui lui a provoqué au début un arrêt de travail de trois mois, et ensuite un reclassement sur un poste aménagé. « Au début on restait souvent 8h sur un poste, il n’y avait pas de polyvalence. Il y avait des colonnes de direction à porter, et au bout de 8h, ça fait des kilos et des kilos. Il y a un moment, j’étais même sur une passerelle pour arriver à visser au dessus parce que c’était pas assez haut ».

8Des personnes de moins de 40 ans nous ont apporté elles aussi des précisions sur leurs pathologies et leurs causes qui peuvent remonter à quelques années, ce qui est le cas de Béatrice, ou être très récentes, comme le montre Isabelle. Béatrice (32 ans) a travaillé d’octobre 1995 à juillet 1999 chez un petit sous-traitant automobile, qui l’a licenciée pour raisons économiques avant de fermer, et elle s’est fait un lumbago en soulevant des caisses, qui a été reconnu en accident de travail. « Mon travail c’était d’ébavurer des poignées de portes de voitures avec une grosse lame, on grattait la mousse. Les pièces arrivaient dans des caisses, donc il fallait soulever les caisses, les amener sur une autre table, on ébarbait, et ensuite on les remettait sur un tapis qui les envoyait au contrôle ». Elle a été embauchée ensuite dans une usine de montage constructeur, où elle a des lumbagos à répétition, qui la gênent dans son travail et l’empêchent d’occuper certains postes, mais le constructeur a pris prétexte de cette répétition et d’une origine soi-disant congénitale, pour ne plus les déclarer en accident du travail. Isabelle (37 ans) a eu une entorse cervicale un an avant l’entretien, dans l’usine fournisseur en plasturgie où elle travaille depuis longtemps. « Il fallait qu’on aille vite parce que la pièce était froide, je l’ai ébavurée, j’ai fait un faux mouvement et je me suis fait une entorse cervicale et depuis j’ai énormément de mal à m’en débarrasser. Ils ont été obligés d’améliorer le poste. En fait le poste était trop haut pour moi ». Pour ces deux femmes, ces pathologies relèvent plutôt d’accidents du travail puisqu’elles sont arrivées brutalement. Des précisions ont été souvent apportées par nos interlocuteurs sur leurs accidents de travail, mais aussi sur ceux de leurs collègues. Leurs propos à ce sujet montrent que la reconstruction par la mémoire est très sélective car les cas d’accidents mortels ne sont pas évoqués ou très brièvement, comme nous le montrons ci-dessous. S’agit-il d’un oubli volontaire ou d’un problème de fiabilité de la mémoire ?

9Sept personnes ont travaillé dans quatre usines où des accidents de travail mortels sont survenus et seules trois d’entre elles nous en ont parlé très brièvement. Aucun des deux ouvriers interrogés n’a évoqué celui dont a été victime en 2002 un intérimaire travaillant en fonderie dans cette usine de mécanique appartenant au constructeur, alors que la direction de l’usine et le représentant syndical nous en ont longuement parlé. Nous avons appris par le médecin du travail qu’il y avait eu un accident mortel en 2003 dans cette usine d’équipement automobile, où nous avons eu des entretiens avec deux ouvrières et un ancien ouvrier, retraité depuis peu. Seul, ce dernier, qui travaillait encore lors de l’accident, nous en a parlé. Le troisième accident mortel est moins récent et c’est un ouvrier, intérimaire au moment de l’entretien, Frédéric, 42 ans, qui nous en a parlé. Il a été en mission en 1995-1996 dans cette usine de chaudronnerie, dont il garde un très mauvais souvenir, et il a évoqué très brièvement cet accident. « En plus justement il y a un copain qui est décédé, il est tombé de quatre mètres de hauteur, et il n’y avait pas de harnais, il n’y avait rien…donc la boîte a fermé ». Le quatrième dont nous avons eu connaissance est survenu dans une PME sous-traitante automobile, où Nicolas, contrôleur, travaille depuis trente ans. Satisfait de son travail et appréciant cette usine, où il espère devenir chef d’atelier, il nous en a parlé sans vouloir mettre en tort le patron. « On a eu un mort mais bon, ça remonte loin…c’est un accident à la con parce qu’on était en train d’agrandir le bâtiment, le patron il dit : ‘On va couvrir nous-mêmes’ et le gars il est tombé de la charpente, qu’est-ce vous voulez, c’est un accident de travail tout con… ».. Cela signifie–t-il que la mémoire occulte les événements douloureux susceptibles de faire naître la crainte ?

Le regret d’une convivialité et d’une solidarité perdues ou d’une plus grande autonomie

10La nostalgie d’un passé révolu, lointain pour certains, notamment les plus âgés, mais relativement proche pour d’autres qui ont connu récemment une profonde transformation de leurs conditions de travail et qui sentent leur emploi menacé, est partagée par quasiment toutes les personnes interrogées de plus de 40 ans, y compris celles dont les ennuis de santé remontent à la période évoquée. Ce regret d’une convivialité, d’une solidarité, d’une relative autonomie dont elles ont bénéficié à certains moments de leur vie professionnelle, a, nous semble-t-il, des raisons objectives et ne semble pas dû uniquement à la nostalgie de la jeunesse. La détérioration de l’ambiance entre collègues et des relations avec les chefs s’explique notamment par l’intensification du travail et le renouvellement de la maîtrise, cette fonction étant maintenant assurée par des jeunes diplômés n’ayant pas l’expérience du travail ouvrier. La nostalgie d’une plus grande autonomie est particulièrement développée par les personnes qui y sont très attachées en raison de leur parcours professionnel. C’est le cas de cette femme, qui a été artisan avant de devenir ouvrière dans la filière automobile, de ce fondeur devenu contrôleur sur ligne de fabrication automatisée, qui avait une grande responsabilité avant la fermeture de l’atelier fonderie car il « gérait son sable », de ces ouvriers qui ont travaillé dans des PME où les activités étaient variées, ce qui leur permettait de prendre des initiatives. Néanmoins l’impression d’avoir perdu de l’autonomie est assez générale en raison de contraintes plus fortes en matière de qualité, de productivité et de délais, d’une rationalisation excessive entraînant une parcellisation des tâches et une répétitivité des gestes, deux modes d’organisation caractéristiques du taylorisme qui font un retour en force ces dernières années dans la filière automobile (Ardenti, Mathieu, Gorgeu, 2010). Beaucoup regrettent certaines périodes de leur vie professionnelle, où la pénibilité physique du travail, à l’origine de certaines de leurs pathologies, était importante, mais était compensée par une bonne ambiance, de l’entraide, une plus grande liberté. On peut ainsi se remémorer sur un mode nostalgique des conditions de travail difficiles mais soutenables grâce au collectif de travail, tout en reconnaissant des améliorations aujourd’hui sur les postes de travail en matière ergonomique.

Un passé lointain évoqué avec nostalgie par les personnes les plus âgées

11Ce passé lointain révolu c’est celui des années 70, la fin de la période des Trente Glorieuses, une période relativement faste pour le monde ouvrier comme le montre l’historien Gérard Noiriel (1986), ou du début des années 80. C’est un passé largement évoqué aussi par Marcel Durand (2006). S’y réfèrent particulièrement des personnes ayant une forte ancienneté dans l’usine où elles travaillaient au moment de l’entretien qui se souviennent de l’ambiance à leur arrivée et qui considèrent que le travail était plus simple et le rythme moins rapide. Cela ne les empêche pas de reconnaitre les améliorations de postes, d’outils, ou de machines qui ont réduit la pénibilité physique du travail. Les propos de ces deux femmes de 55 ans, Nicole et Françoise, travaillant dans la même usine de montage automobile depuis 1972 mais dans des ateliers différents, et dont les ennuis de santé ont été évoquées dans la partie précédente, sont très illustratifs de cette forme de nostalgie, que l’on retrouve également dans l’ouvrage de Marcel Durand (2006), centré sur la transformation du travail ouvrier de cette grande usine de Franche Comté, où l’auteur a été ouvrier de 1972 à 2003. Les deux femmes se remémorent le passé et le comparent à la situation présente. Nicole est moins critique que Françoise, mais elle considère néanmoins que l’augmentation des cadences et le manque de personnel sont pour beaucoup dans la dégradation de l’ambiance. Françoise montre que la situation s’est surtout détériorée dans les années récentes en raison notamment de la suppression de nombreuses activités qui permettaient aux personnes enceintes ou usées par le travail à la chaîne d’occuper des postes moins difficiles.

  • « Vous pouvez plus comparer l’ambiance d’il y a trente ans et puis maintenant. C’est plus du tout pareil. Non c’était beaucoup mieux avant … Il y avait de la solidarité, maintenant c’est chacun pour soi. Avant les gens s’aidaient. Celui qui avait un peu de mal, on donnait un coup de main. C’est vrai que les cadences maintenant, c’est pire qu’avant. Moi, je me rappelle au début sur les chaînes, il y avait beaucoup de monde, et puis vous mettiez quatre vis, c’est tout, alors que maintenant il y a moins de monde et vous avez beaucoup d’opérations à faire. Il faut faire plus avec moins de personnel. Les gens, ils n’ont plus le temps de faire comme avant. C’est vrai qu’avant vous arriviez à discuter, à dire un mot, que maintenant, si vous discutez, le chef le voit et on n’a pas le temps. On voit bien que les gens sont beaucoup plus stressés. On court tout le temps et après on n’arrive pas…Il me semble qu’avant on avait plus de temps alors qu’avant on se payait des journées plus longues » (Nicole).

  • « Et puis ça s’est dégradé. Moi, je vois en trente ans que j’y suis, question boulot, il y a quelques années, ça allait, mais maintenant en ce moment, on n’avance pas, on recule. Il y a des anciens, ils viendraient au boulot maintenant ils partiraient tout de suite, ils diraient non. Avant, il y a sept ou huit ans, il y avait des postes aménagés, ben il n’y en a plus, ils ont tout supprimé, même les femmes enceintes sont en chaîne jusqu’à ce qu’elles prennent leur congé maternité. Moi, quand j’attendais mon fils, j’étais dans une cafétéria, je donnais les jetons, je rendais la monnaie aux gens pendant huit heures. Je faisais ça, maintenant c’est fini, ils ont tout supprimé. Ils ne veulent plus que du montage. Tout le reste est sous-traité, soit en Yougoslavie, soit au Maroc. Les gens sont inquiets… » (Françoise).

12Les propos de ces femmes peuvent être comparés à ce qu’écrit Marcel Durand (2006) dans l’avant-propos de son ouvrage : « Après 1968, on était jeune, on avait la pêche. On travaillait dur - dix heures par jour - mais on picolait sec. Puis Peugeot nous a vissés. Toujours plus. A défaut d’en vider, on a pris de la bouteille. Boulot à flux tendus et nerfs en pelote. Il faut être costaud pour tenir le coup ».

13Le regret d’un passé lointain, celui des années 70, c’est ce que ressent aussi Hervé, 52 ans, ouvrier depuis 20 ans, dans une usine constructeur dans le Nord Pas-de-Calais. Mais contrairement aux deux ouvrières précitées, Hervé, n’a pas travaillé que dans l’industrie automobile, et la nostalgie de cette époque, c’est aussi le rejet de l’industrie automobile et de l’évolution des conditions de travail dans son usine. Il est resté cinq ans (de 71 à 76) dans l’industrie textile, et il garde un meilleur souvenir de cette période malgré le bruit des machines à tisser à l’origine, de son point de vue, de sa baisse d’audition, que des années passées dans l’automobile. C’est en fin d’entretien qu’il fera cette affirmation « Même moi, je me dis que j’étais plus heureux quand j’étais tisserand, ce n’était pas la même ambiance. On s’amusait quand on travaillait, on s’amusait. Ouais la première usine automobile, c’était un peu strict, alors celle-ci, c’est strict. Il n’y a pas si longtemps que ça, on avait une bonne ambiance, on tournait à six, huit, on était des copains, on blaguait, on parlait en travaillant…ça dérange. Alors on a muté des gars, ça fait que sur les huit qu’on était, on n’est plus qu’à deux. Ils les ont déplacés, ils sont partis sur d’autres chaînes. Cette usine n’aime pas les groupes solidaires. Tandis que là maintenant, on a tout cassé. Ils ont toujours essayé de séparer les gens qui s’entendent bien ». Il a quitté le textile « pour gagner plus » en rentrant dans une usine automobile où il a travaillé de 76 à 85. Cette dernière a fermé en 85 et Hervé a choisi la mutation avec perte de salaire car l’usine qu’il a intégrée avait des rémunérations plus faibles. Il a une vision critique de cette dernière, et pour étayer ses propos sur la détérioration de l’ambiance depuis quelques années dans cette usine, il a évoqué le souvenir d’un accident du travail, car il avait été très choqué par l’attitude de la direction et des chefs à cette occasion. « C’était un gars qui avait sa main prise dans une machine. Le gars, il est resté je ne sais pas combien de temps avec le bras…moi, je n’ai pas été voir, j’ai vu qu’il y avait le SAMU tout ça. La machine, elle, a été arrêtée, mais ils prenaient les pièces et ils les faisaient passer de l’autre côté puis on continuait à tourner. Ils n’ont pas arrêté la production pour ça. Quand vous voyez le gars qui est comme ça, ça ne donne pas envie de travailler ».

Le regret d’un passé plus proche pour ceux qui ont subi des changements importants dans leur vie professionnelle

14Chez les ouvriers qui travaillent chez les fournisseurs, où les restructurations sont incessantes, et où l’inquiétude est plus vivement ressentie que chez les constructeurs, le passé que les ouvriers évoquent avec nostalgie n’est pas nécessairement lointain. C’est le cas dans cette usine, qui a fermé en 2009, où les trois personnes interrogées en 2006 (deux hommes et une femme, de plus de 40 ans, ayant tous les trois 25 ans d’ancienneté) sentaient que leur emploi était menacé. Ils regrettaient la période avant la dernière restructuration, où l’usine avait une réputation qualité, davantage d’autonomie vis-à-vis du groupe américain dont elle dépendait car sa production était unique dans le groupe, comme le montrent les propos d’Henri, 44 ans. « Cela a déjà évolué dans le mauvais sens. On n’a pas le moral depuis un an. Maintenant on ne nous fout plus la paix comme avant. Maintenant il faut être tout le temps productif, il ne faut pas être dans le rouge. On avait nos clients avant, Opel, Toyota, BMW et tout ça. On avait de bons clients, et maintenant on est concurrencé tout proche, donc on a intérêt à vraiment bosser ». Sa nostalgie remonte par contre à un passé lointain quand il évoque les trois ans passés dans un garage, de 79 à 82, pour préparer en apprentissage un CAP de mécanicien automobile, qu’il n’a jamais utilisé, ayant à l’époque préféré rentrer dans l’usine d’équipement automobile. « Si, mon métier d’origine, ça me plaisait. Oui, oui, même aujourd’hui, quand je peux bidouiller dans les moteurs j’aime bien, Maintenant avec le recul, vous voyez j’ai peut-être fait quand même une erreur, j’aurais dû continuer et aller encore plus haut, faire des stages ou des perfectionnements en mécanique, peut-être en électricité, sur l’auto, des choses comme ça ». Le regret de n’avoir pas fait plus d’études est partagé par d’autres ouvriers.

15Les changements importants dans la vie professionnelle ne concernent pas que les ouvriers travaillant chez les fournisseurs. Dans les usines des constructeurs, où les risques de perte d’emplois sont moindres, il peut y avoir aussi des restructurations qui obligent certains ouvriers à se reconvertir et à se remettre en cause, ce qui conduit à la nostalgie d’une période qui peut être proche mais qui est révolue. C’est le cas notamment en cas de fermeture d’un atelier, comme le montrent les propos de Sébastien, 44 ans, qui a 24 ans d’ancienneté dans une importante usine mécanique. Le regret de l’ambiance de la fonderie, une activité particulièrement pénible et dangereuse, où il a toujours travaillé, s’explique par la fermeture de cet atelier en 2004, et sa reconversion en usinage. Il regrette la solidarité et l’esprit d’équipe, l’autonomie qu’il avait dans son travail car son savoir faire avait été reconnu. Il occupe dorénavant un poste de contrôleur, qu’il considère comme non qualifié, mais qui ne demande aucun effort physique, ce qui est bénéfique pour lui car il a été opéré d’une hernie discale dont l’origine est professionnelle. Cette mutation est très difficile à vivre, et cela d’autant plus que la direction de l’usine a dispatché les fondeurs dans les différents ateliers de l’usine pour éviter la reconstitution de collectifs de travail autonomes. « Vous savez quand vous avez l’habitude d’avoir certaines personnes, que vous travaillez avec depuis des années, du jour au lendemain on vous coupe tout ça, c’est dur. Il faut être réaliste, tourner la page, refaire ses preuves. Oui pour moi, c’est ça, je change carrément de métier, je suis obligé de tout réapprendre, tout à zéro, je me considère comme un intérimaire malgré que j’ai 24 ans d’ancienneté. C’est un autre monde ». Il évoque avec mélancolie les relations qui régnaient en fonderie, ambiance qui n’avait pas changé depuis son arrivée. « On avait du goût à venir travailler malgré que c’était pénible vous savez. On commençait toujours un quart d’heure avant, on faisait le café, la pause avec les chefs, c’était quand même un peu plus familial. En fonderie quand on avait un intérimaire qui venait avec nous, on le prenait directement sous nos ailes, on lui explique un peu le topo, le fonctionnement du chantier. Qui dit fonderie dit sale. On est tous dans le même bateau, mais par contre là où je suis, c’est autre chose » Sébastien se retrouve dans une équipe « où ils sont quand même assez sympa », composée en majorité de jeunes beaucoup plus diplômés que lui (il a un niveau CAP en mécanique) : « sur 19 personnes, il y a 5 ou 6 anciens. Les autres ont tous un niveau BTS». Dans sa nouvelle équipe, il se sent mal à l’aise. Il n’embellit pas le passé et reconnait que quand il est arrivé « c’est vrai que c’était plus physique. On prenait des sacs de 25 kilos, bon et prendre des pelles, lever du sable ». Depuis dix ans son travail était moins physique, car il avait des responsabilités grâce à son expérience qu’il s’était construit au fil des années et qui lui avait permis d’être reconnu comme ouvrier qualifié ; marocain d’origine sans aucun diplôme il avait avec persévérance acquis le respect de ses compagnons. Maintenant il se considère comme un débutant en usinage. Sébastien regrette la convivialité et la solidarité qui régnaient en fonderie et en faisaient un monde à part dans l’usine, mais aussi la marge d’autonomie dont il bénéficiait. Il a la nostalgie d’une activité qui est à l’origine d’une hernie discale dont il a été opéré, et qui présente des risques importants en matière de sécurité, un intérimaire ayant été victime d’un accident mortel deux ans avant la fermeture de la fonderie, accident dont il ne nous a pas parlé. Côtoyer le danger journellement fait partie des métiers de la fonderie. La solidarité, cet esprit de « famille », est le lien fondamental qui permet de les exercer, et l’individualisme n’a pas sa place dans cette activité qui est de plus en plus délocalisée dans les pays à bas salaires.

Le souvenir de quelques bonnes années dans un parcours professionnel diversifié et précaire

16Les exemples présentés ci-dessous concernent deux personnes de plus de 40 ans qui en 2006 étaient dans une situation d’incertitude quant à leur avenir professionnel, la première parce qu’elle achevait une mission d’intérim, la seconde parce qu’elle sentait son emploi en CDI menacé. Toutes deux avaient connu le chômage au cours de leur vie professionnelle et avaient la nostalgie d’une période relativement proche où leur emploi était stable et où elles avaient une certaine autonomie dans leur travail et des tâches variées. Cette période regrettée se situe entre un passé plus lointain qui leur laisse de très mauvais souvenirs et une situation présente très préoccupante. Ces deux personnes, caristes au moment de l’entretien et se considérant comme employés de production et non comme ouvriers, sont très attachées à une forme d’autonomie dans le travail, qu’elles ont toujours recherchée suite aux premières années de leur vie professionnelle qui leur ont laissé un souvenir amer. Frédéric a fait dans sa jeunesse une expérience malheureuse d’opérateur à la chaîne dans une usine de montage automobile qui l’a incité à démissionner tandis que Marthe a été artisan mais elle a échoué. La liquidation de son entreprise de transports a eu pour elle de graves séquelles, une dépression, un divorce, la précarité et le chômage, mais son expérience d’artisan a exacerbé son désir d’autonomie. La reconstruction par la mémoire de la période que ces deux personnes évoquent avec nostalgie tient compte à la fois d’un passé plus lointain douloureux, et d’une situation présente précaire.

17Frédéric 42 ans était au moment de l’entretien magasinier cariste en intérim depuis quatre semaines dans un grand magasin de meubles et de décoration. Il appréciait cette mission, car l’ambiance était excellente, il avait une certaine autonomie, et il se sentait traité comme les autres qui étaient en CDI. Sa mission devait se terminer prochainement, mais il espérait qu’elle serait renouvelée, et peut-être qu’il obtiendrait un CDI dans ce magasin. Se montrant à la fois inquiet, car il avait connu une période de chômage qui l’avait déstabilisé, et relativement optimiste, il a évoqué son passé, avec une vision très critique de certaines périodes de son parcours professionnel, et une nostalgie d’autres. Titulaire d’un BEP et d’un CAP de chaudronnerie, il a très peu exercé ce métier au cours de sa vie professionnelle. Il a d’abord travaillé à la chaîne pendant neuf ans comme monteur polyvalent en CDI dans une usine de montage automobile, dont il garde un très mauvais souvenir, notamment de l’ambiance et des conditions de travail qui lui ont provoqué une inflammation de la colonne vertébrale. Il a donné sa démission pour un poste de gardien d’immeuble qu’il n’a pas pu obtenir. Après un an et demi d’intérim dans une chaudronnerie, il est devenu magasinier cariste dans une tôlerie de 23 personnes où il est resté huit ans jusqu’à sa fermeture en 2003. Il regrette beaucoup cette période qui a été la meilleure de sa vie professionnelle. « On avait une super bonne ambiance. Par rapport à l’automobile, où c’est chacun pour soi, cela n’a rien à voir. Là, on se donnait des coups de main. Il y avait du bruit, mais on avait des protections. C’était à côté et on travaillait de journée. Je revenais le midi manger à la maison ». Il était classé employé de production dans cette PME, ses tâches étaient variées, et il avait de l’autonomie. Sa nostalgie par rapport à cette période révolue s’explique sans doute par des raisons objectives, mais aussi par la précarité qu’il a connu depuis la fermeture de cette usine et par le rejet d’un passé plus lointain : « Le plus dur, c’était l’automobile. Il y a pas photo. Je n’y retournerai plus même en CDI. Faire toujours la même chose, être obligé de trouver quelqu’un pour remplacer. Bon la chaîne, c’est une grosse croix dessus. Je me souviens quand on travaillait, il y a des jeunes stagiaires, et bien ils commençaient le matin, et deux heures après, on voyait, ils prenaient leur sac et ils s’en allaient ».

18Marthe, 49 ans, titulaire d’un CAP d’aide comptable, artisan au début de sa vie professionnelle mouvementée et chaotique, selon son expression, a connu ensuite la précarité de l’emploi dans diverses activités et le chômage avant d’obtenir un CDI dans une usine d’équipement automobile. Au moment de l’entretien, elle travaillait depuis dix ans dans cette usine, une PME au départ, qui avait connu dans ce laps de temps plusieurs changements de raison sociale, le dernier en date, un an et demie avant l’entretien, étant son rachat par un groupe international à capitaux étranger. Depuis une grave opération des artères des jambes en 2004, dont l’origine semble professionnelle, qui lui a occasionné un arrêt de travail de dix mois, elle sentait son emploi menacé car elle craignait d’être licenciée pour inaptitude. Le rachat de l’usine par un groupe international avait aggravé ses craintes car elle se demandait si l’usine n’allait pas fermer, des suppressions d’emplois étant annoncées. Son expérience d’artisan et sa situation actuelle interviennent lorsqu’elle évoque avec nostalgie un passé relativement proche, mais révolu, où elle jouissait d’une grande autonomie dans son usine. La période dont elle semble garder le meilleur souvenir n’est pas celle où elle était chef d’entreprise, car son entreprise de transport a périclité et fermé en 1989. « Je me suis sentie responsable à 100 %. Pour moi ça a été un échec et je suis tombée. Une dépression énorme et j’ai bien mis six mois avant de me relever. J’étais un zombie, j’existais plus quoi…Je l’ai pris de plein fouet et j’ai tout pris sur moi. Je ne pouvais plus conduire et je ne pouvais même plus toucher ma machine à écrire…Y’a eu beaucoup de séquelles. Aujourd’hui non car je me suis relevée toute seule. Maintenant je me sens plus forte ». Ses années d’artisanat, où elle s’occupait du bureau, de l’entretien des véhicules, où elle faisait un peu de conduite, où elle travaillait 365 jours et certains jours 24h sur 24 ont marqué toute sa vie professionnelle, et expliquent que la période qu’elle semble avoir préféré est celle où elle a été « forcée » à être polyvalente, et où elle a travaillé de 5h du matin à 9h le soir dans l’usine. « En 2000, ça je m’en souviendrai toujours mon patron m’a dit : Ben toi, tu vas aller aux expéditions/réception, et puis tu feras le chauffeur, mais en même temps tu vas faire le bureau. Maintenant je me demande comment j’arrivais à faire tout cela. Ben, j’étais sur la route. J’étais très bien, moi dans mon petit véhicule, j’étais tranquille. Quand quelqu’un était absent du bureau, je faisais la route et en même temps j’essayais de m’occuper du bureau. Quand il fallait partir pour de la sous-traitance, je partais. Je revenais, y avait un camion à décharger, je le faisais. Il fallait s’occuper de la réception, il fallait…Mais là c’était des journées de 12h. Et j’aimais ce travail, j’aime ce travail… ». Marthe est très consciente que ce travail l’a usée. Elle a eu sur cette période une déchirure musculaire du mollet, et comme elle ne s’est pas arrêtée, au bout d’un certain moment elle ne pouvait plus marcher, et elle pense aussi que la fatigue accumulée est pour beaucoup dans la maladie de ses jambes. Elle sait aussi que sa polyvalence n’a jamais été reconnue et qu’elle a été exploitée, même si elle a obtenu une augmentation en s’emportant lorsque la responsable des ressources humaines est venue en 2001 lui payer ses heures supplémentaires : « Les heures, j’en ai rien à foutre. Je fais des heures, mais payez moi correctement pour le travail que je fais. Une heure après, j’avais une augmentation ». Elle regrette néanmoins cette période, et cela d’autant plus qu’à son retour de maladie en 2004, elle s’est sentie disqualifiée : « On m’a dit bon ben maintenant tu vas travailler sur presse… ça m’a foutu un coup au moral parce que depuis 1981, le transport, c’est mon boulot, je ne tiens pas devant une presse. J’ai besoin de toujours bouger. Je ne suis pas à ma place si je suis à une machine toute la journée ». Au moment de l’entretien sa situation s’était améliorée car elle avait été remise aux expéditions : « Maintenant ben, je refais le cariste pratiquement à temps plein et je suis heureuse comme tout ». Elle se sent néanmoins rétrogradée, bien que son coefficient de qualification et son salaire n’aient pas changé, car il est marqué sur sa feuille de paie « opérateur sur presses ». Surtout elle a peur d’être licenciée.

Des améliorations de conditions de travail reconnues mais appréciées différemment

19La plupart des personnes interrogées regrettent une période de leur vie professionnelle où l’ambiance entre collègues et avec les chefs leur semblait meilleure, où elles avaient moins de contraintes et des rythmes de travail plus tenables, mais elles peuvent en même temps constater des améliorations des conditions de travail dans l’usine où elles travaillent, ou pour elles-mêmes parce qu’elles ont changé de poste, ou de métier. La reconstruction par la mémoire des changements positifs fait intervenir à la fois l’évocation du passé et la situation présente. Pour les plus âgés, dont les pathologies remontent à un passé lointain, les investissements ergonomiques peuvent être trop récents : « Mais maintenant si, ils ont fait quand même beaucoup d’améliorations. Mais bon, pour des gens comme nous, à notre âge maintenant, c’est vrai qu’il y a beaucoup de gens comme moi qu’ont des soucis, c’est trop tard pour nous » (Nicole, 55 ans). Les propos tenus par les ouvriers sont souvent très nuancés concernant ces améliorations, soit parce qu’ils ne se sentent pas concernés directement, soit parce qu’elles leur apparaissent ambivalentes, soit enfin parce qu’ils savent que leurs conditions de travail meilleures ne sont que provisoires. Les seules personnes qui jugent de façon très favorable leurs conditions de travail actuelles par rapport à celles du passé ont changé volontairement de métier récemment, leur activité n’ayant plus aucun rapport avec celle qu’elles exerçaient auparavant. Elles ont fait ce choix parce qu’elles ne supportaient plus leur travail. La reconstruction par la mémoire d’un passé honni leur donne l’occasion de justifier leur décision de mobilité et d’exprimer la satisfaction qu’elles ressentaient au moment de l’entretien d’avoir fait un bon choix. C’est le cas pour cet ouvrier qui avait quitté la filière automobile trois ans avant l’entretien pour se mettre à son compte comme apiculteur, et était très satisfait de ce changement, ses conditions de travail dans son ancienne usine étant décrites comme intenables. Autre cas très différent, celui de cet ancien gendarme, qui ne supportait plus son métier et qui l’a quitté pour devenir ouvrier qualifié (rectifieur) chez un sous-traitant automobile, où il jouit d’une grande autonomie et s’entend bien avec ses collègues.

Des progrès constatés dans l’usine, mais pour les autres ou à double tranchant

20Les ouvriers les plus âgés et ayant la plus forte ancienneté dans l’usine sont les mieux placés pour juger des améliorations des conditions de travail dans celle-ci. Les progrès constatés concernent surtout les usines des constructeurs et sont dus de leur point de vue à des investissements qui ont permis de supprimer les opérations les plus pénibles et les plus dangereuses grâce à l’automatisation ou à des aménagements ergonomiques. Ces améliorations, Nicole et Françoise, 55 ans, les reconnaissent, même si elles n’en ont pas bénéficié directement. « On avait quand même des pièces à porter. Fallait se baisser dans des containers. Là maintenant, il n’y a plus de grosses caisses à porter C’est vrai que question ergonomie, au début ce n’était pas la préoccupation. Les postes étaient mal aménagés. On travaillait bras en l’air avec les visseuses. On ne sent pas trop la fatigue à 20 ans et on n’ose rien dire car on vient d’être embauché. Avant c’était toutes des visseuses pneumatiques que maintenant ça se fait plus. C’est tout des visseuses électriques, c’est mieux pour les articulations. Les visseuses électriques moi je n’ai pas vu, car à cause de mes problèmes de tendinites, on m’a changé de poste, on m’a mis à un poste de contrôle pour soigner ma tendinite » (Nicole). « Avant il y avait des fosses où les gens travaillaient sous la carrosserie des voitures. Maintenant il n’y en a plus, car c’est la voiture qui descend. C’est vraiment qu’il y a eu beaucoup d’améliorations question de ça parce que les gens dans les fosses, ils ne rigolaient pas les gars, quand il y avait la chaleur et tout, les pauvres gens » (Françoise).

21Contrairement à ces deux femmes, Hervé, 52 ans, qui travaille dans une usine de mécanique d’un constructeur automobile, est directement concerné par les investissements dont il parle, et il en voit les avantages mais aussi les inconvénients. Il constate qu’il y a eu des améliorations dans ses conditions de travail, surtout quand il compare à celles qu’il avait au début des années 80 « Il y avait des postes, c’était dur quand même. C’est des moments quand on prenait les vilebrequins, on allait les chercher dans des containers, maintenant je saurai plus le faire. Après ça s’est amélioré un petit peu ». Il travaille toujours en montage moteurs, mais au réglage des culbuteurs depuis quinze ans, et il faisait ce réglage à la main jusqu’à l’arrivée très récente d’une machine semi automatique. Ce changement est pour lui bénéfique : « Avant on réglait à la main avec une cale, une clé et, depuis le retour des congés, là, on travaille avec une machine. C’est moins fatigant maintenant parce que les rotations des moteurs, tout ça, ça se fait automatiquement. Avant les épaules …et le dos en ont pâti ». Il y voit néanmoins des inconvénients car le rythme a augmenté, il y a moins de personnel, et la répétitivité des gestes est plus importante. « Ils ont gagné du temps. On tournait à six et maintenant on tourne plus qu’à quatre, mais nous, on travaille encore plus, on fait plus de moteurs. On est moins fatigué et tout, mais c’est pareil, c’est une autre contrainte. Parce qu’on fait toujours le même geste maintenant alors qu’avant on bougeait. Le travail est plus monotone. Et à la fin, on le ressent, les poignets, le bras, on travaille toujours avec le même bras, on piétine plus. D’un côté ça a amélioré parce qu’on n’a plus les rotations, tout ça, la fatigue, mais ça revient d’un autre côté, c’est les crampes ». Il y voit aussi un autre désagrément, la déqualification de son travail, car maintenant, un intérimaire formé en trois jours peut le remplacer. Avant, il fallait acquérir une longue expérience.

  • 2  La directive européenne, dite « Seveso » en raison de la catastrophe de Seveso en Italie en 1976, (...)

22Dans les usines d’équipement automobile, certains progrès ont également été mis en lumière. « Bon, j’ai commencé à travailler dans le secteur plomb, moi, donc ce qui est le plus dur. C’était très manuel donc pour taper les plaques. A l’époque ce n’était pas automatisé comme ça l’est maintenant. Donc tout ça on le prenait à la main, maintenant ça n’existe plus, ça a été automatisé ». Ces propos de Josette (25 ans d’ancienneté dans l’usine) ont été confirmés par un autre ouvrier ayant comme elle une grande ancienneté qui lui aussi a reconnu que la « robotisation au secteur plomb» avait apporté des améliorations. Après le secteur plomb, Josette, a travaillé en buanderie (ramassage et lavage des vêtements de travail) où le travail était « très dur aussi. Oui il fallait accrocher. Maintenant le système est un peu différent, mais à l’époque c’était comme cela ». Josette est maintenant depuis de longues années dans l’atelier plasturgie et là aussi elle a constaté des progrès : « Oui voilà on réceptionne, on stocke. On les met maintenant dans un chariot. Mais à l’époque, avant que ces chariots arrivent, on les mettait sur palette. La palette était basse, donc pour commencer la palette, on devait se baisser. Maintenant c’est robotisé aussi. Donc c’est plus facile maintenant. Ben il y aura moins de tendinites ». Le développement de la polyvalence depuis un an et demi a aussi, amélioré les conditions de travail. Un ouvrier de la même usine, qui a une vision très critique des changements récents intervenus, reconnait aussi comme améliorations les actions entreprises en matière de sécurité « On a mis beaucoup plus de sécurité qu’à l’époque », et cela lui apparaît important car l’usine est classée Seveso2, et il s’inquiète pour sa santé car il a toujours travaillé au secteur plomb.

23Le rachat très récent par un grand groupe équipementier international d’une PME vétuste a apporté des changements importants dans les conditions de travail qui sont interprétés de façon très différente par les trois personnes ayant travaillé dans cette usine, en fonction à la fois de leur situation présente, et de l’histoire de chacune. Marthe, dont la trajectoire professionnelle mouvementée a été évoquée dans la partie précédente, fait partie du comité d’entreprise et du comité hygiène, sécurité, conditions de travail. Elle voit depuis le rachat des améliorations importantes sur le plan de la sécurité : « C’est le jour et la nuit au point de vue sécurité, sols, protections (habits de travail, gants, protections pour les oreilles, lunettes pour les gens qui travaillent à la soudure). J’ai seulement de vraies protections depuis deux semaines. Avant on n’avait pas de protections contre le bruit, et très peu de gants, d’où des coupures profondes, des brulures. Les sièges ont évolué aussi pour les caristes et les chocs sont beaucoup plus absorbés. Même encore maintenant les sols ne sont pas droits, mais ils sont en train de les refaire ». Marthe, a un point de vue plus nuancé au sujet de l’ambiance. Pendant les quatre ans précédant le rachat, il y avait, d’après elle « un stress à 100 %...ça devenait une horreur ‘tu fais ce que je te dis ou tu es à la porte’. J’ai subi un harcèlement moral pendant des années ». Sur ce plan elle reconnaît que l’ambiance s’est améliorée puisqu’elle était exécrable avant. Mais maintenant « l’humain n’existe plus. Vous êtes là à votre presse et vous ne devez pas bouger. Il y a beaucoup de choses qui se sont améliorées, mais on en demande beaucoup plus. Il y a une amélioration sur une soudeuse, ils passent du simple au double de pièces. Avant il n’y avait pas d’organisation, alors que maintenant c’est bien organisé ». Comme il y a eu beaucoup de suppressions d’emplois avant et depuis le rachat, le personnel est inquiet : « Ils ont un doute….L’incertitude sur l’avenir angoisse le personnel…Est-ce qu’on va fermer ? ». Bernadette, 58 ans, ouvrière dans la même usine, qui venait d’être mise en préretraite quelques mois avant l’entretien pour des raisons de santé, a une vision beaucoup plus critique du rachat de l’usine. « Avant on pouvait aller boire un café, on y restait 5, 10 minutes, un quart d’heure, jamais on nous disait quelque chose. Mais notre production était faite. Que eux non…eux, même la production faite, on ne doit pas quitter notre poste de travail ». Elle ne voit aucune amélioration en matière de sécurité car elle a occupé des postes particulièrement pénibles juste avant son départ. Quant à son ami, retraité depuis peu, qui assistait à l’entretien, et qui avait toujours travaillé depuis sa jeunesse dans cette usine, il considère que ce rachat est une catastrophe pour l’usine. Cette perception s’explique par sa trajectoire professionnelle, et par l’histoire de cette usine, sur laquelle il est intarissable, car toutes deux sont liées. La reconstruction par la mémoire du passé le conduit à être très partial. Il a connu en effet une évolution de carrière importante dans la PME qui a été rachetée, et il avait une grande admiration pour le patron de celle-ci, ancien ouvrier « La différence entre lui et cette nouvelle direction là, c’est qu’il était à l’établi. Il a fait sa formation, quand il avait 16, 17 ans, avec nous. Il était apprenti dans l’usine d’origine...Sentimentalement il était attaché au site ».

Un changement de poste jugé bénéfique mais parfois considéré comme provisoire

24Changer de poste dans l’usine peut améliorer les conditions de travail. Plusieurs personnes, notamment les plus usées, font ce constat et montrent que leur travail aujourd’hui est beaucoup moins pénible que celui qu’elles avaient auparavant. C’est le cas notamment de Françoise, qui a occupé beaucoup de postes différents dans l’usine de montage où elle a toujours travaillé, et qui est contente de celui qu’elle a actuellement car elle apprécie son chef et ne porte plus de lourdes charges, ce qu’elle faisait dans son poste précédent considéré par elle comme un poste d’homme. « Là où je suis, on est tranquille, le moniteur dépanne, mon chef, c’était un ouvrier, donc ça va, il est cool ». Elle compare son poste actuel avec d’autres au montage véhicules où certains de ses collègues, même des anciens, n’ont plus le droit de parler, plus le droit d’avoir des radios, leurs chefs étant des jeunes diplômés très stricts. Elle est très contente aussi de travailler surtout avec des hommes, car elle garde un très mauvais souvenir de l’ambiance exclusivement féminine de l’atelier câblerie, aujourd’hui fermé, où elle a passé plusieurs années. Marie, 48 ans, ouvrière dans une usine de montage automobile depuis 11 ans, est depuis plusieurs années sur un poste aménagé, car elle a eu a eu, cinq ans avant l’entretien, un arrêt maladie de trois mois en raison d’une grave polyarthrite d’origine professionnelle. A son retour, le médecin du travail l’a mis 15 mois à mi temps thérapeutique sur un poste de contrôle, créé pour elle, où elle est restée ensuite plusieurs années, avant d’être mutée peu de temps avant l’entretien dans un atelier de retouches petites pièces, toujours à mi-temps, car ses ennuis de santé persistent. Ce petit atelier retouches (10 personnes) est destiné à accueillir des personnes qui vont être mises à la retraite ou qui ont des problèmes de santé. Elle se plait dans cet atelier, même si il est bruyant en raison de son emplacement et très froid à cause des portes souvent ouvertes, car l’ambiance est détendue. « A la retouche, les gens sont détendus, on peut manger, ce qu’on ne peut pas faire sur ligne. Sur ligne, vous êtes obligés d’arriver à l’heure sur votre poste, parce que ça démarre. Si vous arrivez deux minutes après, ça y est le poste, il est coulé. Tandis que là on peut prendre son temps, on peut aller aux toilettes, revenir, il n’y a pas de danger. Sur ligne, c’est plus stressant, il ne faut pas couler, il y a des tiraillements dus au travail, les gens ils sont trop stressés ». Déjà en contrôle, le travail était moins pénible que son travail sur ligne de montage des tableaux de bord, dont elle garde un très mauvais souvenir. « Oui, il fallait clipser, c’était dur à des moments. J’étais obligée d’appeler mon collègue parce qu’on y arrivait pas. Moi, j’avais la chance d’avoir des collègues qui m’aidaient. Au début, je disais toujours je ne vais pas y arriver. On a peur de couler. Oui, moi ça me travaillait hein et je dormais mal parce que j’étais énervée et je ne suis pas toute seule dans ce cas. Il y a encore des personnes d’une cinquantaine d’années sur ligne ». Elle garde un meilleur souvenir des 19 années passées dans une usine textile que de celles sur ligne de montage automobile. Pour elle, l’automobile c’est un travail d’hommes « Ce qui est dur dans l’automobile, c’est le travail à la chaîne ». Elle est donc très satisfaite d’être depuis cinq ans sur un poste aménagé, mais elle s’inquiète néanmoins pour l’avenir, car elle est « prêtée » à la retouche et elle craint la fermeture de cet atelier. Elle a peur d’être licenciée pour inaptitude, et cela serait d’autant plus dur qu’elle vit seule depuis le décès de son mari lors d’un accident de travail en 2003, et qu’elle a eu ensuite pendant trois mois une dépression : « Moralement, j’ai besoin de mon boulot ».

25Devenir cariste est pour certains ouvriers un moyen d’améliorer leurs conditions de travail, même si cet emploi a aussi des inconvénients. C’est le cas de Pierre, 45 ans, qui après avoir été soudeur pendant douze ans dans une usine d’équipement automobile, a pu occuper un poste de cariste magasinier, sur les conseils du médecin du travail. Il ne regrette pas son métier de soudeur, et il considère qu’il a davantage de responsabilités. Il a eu néanmoins des rhumatismes inflammatoires en conduisant un petit train, car il n’y avait pas d’amortisseur. Au moment de l’entretien, il était satisfait, car il faisait des remplacements de gens en congé au magasin. « J’aime bien faire des remplacements parce que ça change, ce n’est pas toujours le même travail, c’est moins dur, plus intéressant, je mets en rayon les pièces, je fais de l’informatique, je fais les bordereaux de livraison ». Il savait néanmoins que cette activité de remplacement ne serait que provisoire. Il en est de même pour ces deux femmes, Josette 47 ans et Alice 45 ans, qui considèrent que leurs conditions de travail se sont améliorées depuis qu’elles travaillent de nuit. Elles ont fait ce choix d’abord pour des raisons familiales, mais ne le regrettent pas, malgré la fatigue, car elles considèrent que l’ambiance est meilleure car il y a moins de chefs, et que la polyvalence et l’autonomie sont plus importantes la nuit. Elles savent que le travail de nuit peut être remis en cause, ce qui les obligerait à se retrouver en travail posté, une semaine le matin, une semaine l’après-midi, un mode d’organisation qui présente beaucoup d’inconvénients de leur point de vue.

Une grande satisfaction suite à un changement volontaire de métier apportant une grande autonomie

26Changer à la fois d’activité et de métier, c’est la décision qui a été prise par deux ouvriers de 49 ans et 50 ans travaillant dans une même PME sous-traitante automobile où leur situation dans l’entreprise était diamétralement opposée. Le premier, Antoine, travaillait dans l’atelier presses ou le client, un équipementier, « avait un pouvoir de pression très forte…on travaillait dans l’urgence », où il se sentait exploité car le chef d’entreprise lui avait imposé le rôle de chef d’îlot sans aucune compensation, et où il subissait du harcèlement moral qui commençait à avoir des incidences sur sa santé. Dans son atelier beaucoup de personnes ont été licenciées, et il a profité de cette occasion pour se faire licencier en 2003 après 28 ans d’ancienneté, et pour changer de vie. Aujourd’hui il est apiculteur, métier qu’il rêvait de faire depuis longtemps, et qu’il exerçait depuis plusieurs années après son travail avec sa femme. Son activité est rentable et le couple qui travaille beaucoup est heureux : « On est content car il y a le résultat qui est là….on a aucun repos de fin de semaine ni de vacances…on n’a pas de patron sur le dos ». L’autre cas c’est celui d’un ex gendarme, Alain, qui a démissionné au bout de 15 ans car ce métier était trop contraignant (disponibilité 24h/24), et il était en désaccord avec les nouvelles orientations. Il travaille depuis septembre 2000 dans cette même entreprise sous-traitante dans un métier très qualifié, rectifieur, où il a imposé sa manière de travailler. Il est autonome « Je suis responsable de mon travail, de ma machine….on me laisse toute latitude car on sait que je vais faire bien mon travail ». Il est dans un atelier d’outillage hors production avec deux autres personnes, avec qui il a de bonnes relations. La reconstruction par la mémoire de leurs conditions de travail avant ce changement leur permet de justifier leur décision de mobilité et de montrer que leurs conditions de travail sont bien meilleures aujourd’hui qu’elles ne l’étaient. Havre de paix pour Alain, cette PME laisse un souvenir amer à Antoine. Il acceptait les pressions pour que l’ambiance ne soit pas pire. Il s’occupait des intérimaires, nombreux dans cet atelier, qu’il fallait tout le temps former car ils ne restaient pas longtemps « Les jeunes sont peut-être plus flexibles, plus désinvoltes, Ils n’en avaient rien à foutre ». Alain, après avoir quitté la gendarmerie, a travaillé en intérim dans différents emplois avant d’être recruté dans cette entreprise. « J’ai choisi tous les emplois que j’ai tenus….Je n’aime pas faire quelque chose sous la contrainte….je me sens si bien ici parce qu’on me laisse faire ». Son travail est un plaisir, l’ambiance est excellente, parce qu’il travaille avec deux collègues « dans un petit monde à part où on reste assez solidaire, où on a une certaine latitude pour organiser et réaliser son travail, où on ne vous met pas la pression constamment ». Il peut s’absenter durant son travail, il est indépendant. Comme son travail est très qualifié, il sait que l’entreprise cherchera à le garder, et que son métier est recherché dans la région.

Conclusion

27La plupart des personnes interrogées en 2006 sur leurs conditions de travail jugeaient défavorablement leur situation présente, et c’est à partir de celle-ci qu’ils se remémoraient leurs trajectoires professionnelles, en mettant en relief les changements qu’ils avaient connus, et en cherchant à discerner les causes de leurs pathologies. Le constat est souvent le même concernant l’intensification du travail, la détérioration de l’ambiance, et cela même si des améliorations peuvent être constatées, estompées parfois par de nouvelles contraintes. Le rejet d’une rationalisation excessive, de normes élaborées par une hiérarchie qui ne connait pas la réalité du travail, d’une retaylorisation qui permet d’intensifier le travail et de supprimer des moments de convivialité, est général, et incite à une certaine nostalgie du passé. Celle-ci ne concerne pas que les plus âgés, mais aussi des jeunes comme Béatrice, qui évoque les moments où on rigolait bien dans une PME où le travail était pourtant sans intérêt et pénible. Sa situation présente est bien meilleure objectivement dans l’usine de montage constructeur, et elle en est consciente, mais elle se sent « un petit robot » en travaillant à la chaîne, et l’ambiance « n’est pas chouette », ce qui explique que la reconstruction par la mémoire d’un passé révolu qui n’est pas lointain mais si différent lui laisse une certaine nostalgie. Celle-ci réapparait aussi lorsqu’elle évoque la période chez le constructeur, de mai 2002 à septembre 2003, où elle a joui d’une certaine autonomie, parce qu’elle travaillait de week-end « sans les grands chefs », et assumait temporairement la fonction de monitrice, c’est-à-dire gérait le matériel et une équipe « où on s’entendait bien ». Le rejet du travail à la chaîne et de la dévalorisation du travail ouvrier, la recherche d’une plus grande liberté dans le travail, de convivialité, c’est ce qui ressort des entretiens, et ce qui explique la façon dont les personnes interprètent leur trajectoire professionnelle, en apportant souvent beaucoup de précisions sur leur travail au moment de l’entretien, notamment à l’aide de plans ou de dessins, et également sur certains moments de leur vie professionnelle. Mémoire sélective, mais aussi parfois mémoire collective pour certains parmi les plus âgés, qui ne se contentent pas de parler de leur cas personnel, mais traitent de tous les changements dont ils ont été témoins dans l’usine où ils ont toujours travaillé. Deux personnes, notamment le seul retraité interrogé, racontent ainsi l’histoire de leur usine d’une manière qui peut être très subjective et très critique, comme s’ils se sentaient dépositaires d’une mémoire collective qui ne devrait pas disparaître. Cette mémoire, c’est celle de la solidarité qui conduit au refus de l’individualisme et de la mise en concurrence, et qui peut avoir un impact sur le comportement individuel. « Je ne peux pas commander quelqu’un moi. J’ai même remplacé un chef d’équipe il y a une dizaine d’années pendant deux mois, et bien ça ne m’allait pas, ça ne marchait pas parce que c’étaient tous des copains. Le chef d’atelier est venu me voir, il me dit : ‘pour être chef, il ne faut pas être copain’. Je lui dis : « Je garde les copains » (Pierre, 45 ans). Mémoire individuelle et mémoire collective sont ainsi intimement liées, et la reconstruction des conditions de travail en lien avec les pathologies ressenties conduit la plupart des ouvriers à évoquer le cas de leurs collègues et à relativiser leur expérience personnelle en élargissant leur cadre d’analyse à l’atelier où ils travaillent, voire à toute l’usine.

Haut de page

Bibliographie

Ardenti Robert, Mathieu René, Gorgeu Armelle, « Caractère soutenable du travail et trajectoires ouvrières : études de cas dans la filière automobile et les industries agroalimentaires », Sociétés contemporaines, n° 78, 2010, p. 87-113.

Beaud Stéphane, Pialoux, Michel, Retour sur la condition ouvrière, Paris, Fayard, 1999.

Davezies Patrick, « Evolutions des organisations du travail et atteintes à la santé », Travailler, 3, 1999, p. 87-114.

Durand Marcel, Grain de sable sous le capot, Marseille, Agone, 2006.

Fajardie Frédéric H., Metaleurop Paroles ouvrières, Paris, Mille et une nuits, 2003.

GorgeuArmelle, Mathieu René, « L’action contrainte des directions d’usines, analyse de la gestion de l’emploi dans les usines de la filière automobile », Economies et Sociétés, série socio-économie du travail, 26, 8, 2005, p. 1503-1530.

Gorgeu Armelle, Mathieu René, « Ouvrières dans la filière automobile : quelles conditions d’emploi et de travail ? », Economies et Sociétés, série socio-économie du travail, AB, 31, 9, 2009, p. 1503-1529.

Levaray Jean-Pierre, Tranches de chagrin, Montreuil, L’insomniaque, 2006.

Navel Georges, Travaux, Paris, Gallimard, 2004.

Noiriel Gérard, Les ouvriers dans la société française, XIX – XXème siècle, Paris, Seuil, 1986.

Haut de page

Notes

1  L’article s’appuie sur une recherche réalisée en 2006-2007 (Ardenti, Mathieu, Gorgeu, 2010), dans le cadre des post enquêtes à l’enquête statistique « Surveillance médicale des risques professionnels » (SUMER) de 2003 du Ministère du travail. Nous disposions du listing de cette enquête, effectuée par des médecins du travail au cours d’une visite médicale, ce qui nous a permis de repérer, dans les activités et les régions choisies, les ouvrier(e)s ayant accepté de recevoir un chercheur à leur domicile pour approfondir certains thèmes. Après une sélection en fonction du secteur d’activité, du sexe, et du contrat de travail (CDI, CDD, intérimaire), les personnes étaient contactées par téléphone dans le but d’obtenir un rendez vous pour un entretien. Celui-ci durait entre une heure et une heure et demie (parfois davantage) et portait sur les conditions de travail et la situation de santé en 2006, mais aussi sur l’ensemble de la trajectoire professionnelle de l’interlocuteur. Cet entretien semi directif se faisait avec un magnétophone. Dans la filière automobile, 31 personnes ont été interrogées dans les régions Bretagne, Franche-Comté, Lorraine, Nord-Pas de Calais, Haute et Basse Normandie ; et quatre autres personnes présentes (famille ou amis) ont participé à l’entretien du fait qu’elles travaillaient dans la même entreprise. La recherche a concerné aussi des responsables d’usines, des médecins du travail, des représentants syndicaux, mais leurs propos ne sont pas analysés dans cet article. L’échantillon de départ a été fortement réduit lors de l’enquête auprès des salariés, car il était impossible de retrouver des personnes ayant déménagé ou ayant supprimé leur ligne téléphonique pour un téléphone portable, et il y a eu beaucoup de refus, en raison de la conjoncture, les suppressions d’emplois chez les fournisseurs automobiles ayant été importantes en 2006. Obtenir un rendez-vous avec des salariés menacés de perte d’emploi est souvent voué à l’échec.

2  La directive européenne, dite « Seveso » en raison de la catastrophe de Seveso en Italie en 1976, impose aux Etats membres de l’Union européenne d’identifier les sites industriels présentant des risques d’accidents majeurs, ceux-ci étant alors classés Seveso.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

René Mathieu et Armelle Gorgeu, « Mémoire et conditions de travail : analyse d’entretiens auprès d’ouvriers », Conserveries mémorielles [En ligne], # 11 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://cm.revues.org/975

Haut de page

Auteurs

René Mathieu

est chercheur au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), en France. Il travaille au Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris (CRESPPA), qui est une unité de recherches dépendant du CNRS et des Universités Paris VIII et Paris X. Il est socio-économiste. Ses centres d’intérêt sont la sous-traitance, l’organisation du travail dans les usines, la gestion de l’emploi et de la main d’œuvre, les relations formation-emploi, et les conditions de travail. Ses recherches depuis de longues années sont centrées sur les ouvriers de la filière automobile (constructeurs et fournisseurs) en France. Il travaille actuellement sur les conditions de travail et leurs effets sur la santé des ouvriers, et sur ce sujet, il a publié des articles, notamment dans Sociétés Contemporaines et Economies et Sociétés.

Armelle Gorgeu

est chercheur associée au Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris (CRESPPA). Spécialisée en sciences sociales du travail dans l’industrie, elle a travaillé avec René Mathieu sur les mêmes thèmes de recherches, notamment sur la gestion de l’emploi et de la main-d’œuvre dans les usines de la filière automobile, sur l’organisation du travail et les conditions de travail des ouvriers de cette filière. Ses recherches actuelles sont centrées sur les conditions de travail et la santé des ouvriers, et sur ce thème, elle est coauteur des mêmes articles que René Mathieu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Conserveries mémorielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CELAT - Centre interuniversitaire d'études sur les lettres, les arts et les traditions
  • Logo IHTP - Institut d'histoire du temps présent
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org